© Protected by Copyright - Reproduction interdite.
Adresse du site
sites de secours
danger risque sanitaire de la pollution électromagnétique santé cancer leucémie tumeur du cerveau
Nom du site   Catastrophes Naturelles ou Provoquées, 
  Guerre Climatique, Séisme, Tsunami.
Auteur du site   Marc FILTERMAN
Adresse e-mail   marcfilterman@hotmail.com
  TRANSLATE - TRADUIRE
  Retour au Sommaire du site
  Retour au chapitre sur les catastrophes naturelles
 #07A°) Introduction
 #07B°) Transcription de l'émission
 #07C°) Journaux télévisés TF1 / France 2
 #07D°) Chronologie des séismes
 #07E°) Le nucléaire et les USA
 #07F°) Chutes d'astéroïdes
 #07G°) CONCLUSION


07°) Radio FM 95.6 MHz Paris
Tsunami du 26/12/2004 en Asie,
et les différentes causes possibles.
07A°) Introduction :
Cette émission animée par Serge de Beketch s'est déroulée en direct, le Mercredi 12 janvier 2005 entre 18h30 et 19h30 sur 95,6 MHz à Paris. Elle traitait des séismes, du tsunami en Asie du 26/12/2004, et des moyens qui permettent de les provoquer, à des fins de guerre sismique, et des possibilités de résonance par des infra-sons. Nous avons aussi évoqué brièvement les aspects de la résonance sur les implants médicaux.
Pour ceux qui chercherait à me critiquer dans le but de me discréditer, je tiens à préciser qu'ils trouveront les extraits de rapports officiels d'institutions gouvernementales sur cette page. Il va de soit que je possède l'intégralité de ces rapports. Il serait très mal venu pour certains journalistes de venir me critiquer, ainsi que pour une certaines presse dont on ne sait pour qui elle travaille, ou plutôt si on le sait, elle est à la solde de lobbies industrielles qui se préoccupent plus de leurs profits financiers, que de la santé des populations.

En bleu : mes commentaires.
En rouge : les remarques qu'il faut retenir.
Jr = abréviation utilisée pour les commentaires du journaliste.
En italique, figurent les dialogues.

Pour éviter toutes polémiques, tous les propos de tous les intervenants ont été retranscrits mot à mot en noir, et tous mes commentaires figurent en bleu.


07B°) Transcription de l'émission:

Serge de Beketch:
Eh bien alors Marc Filterman, on a assez dit de bêtises pour ce soir, on va passer aux choses sérieuses. Je vous ait demandé de venir, parce que vous êtes déjà venu plusieurs fois dans notre émission et vous avez écrit un livre, qui est un livre passionnant, qui s'appelle les armes de l'ombre, et qui traite de tous les moyens que l'homme a inventé pour tuer ses proches et ses semblables, sans passer forcément par les canons, les fusils, les revolvers et autres pistolets, mais par des moyens beaucoup plus astucieux, beaucoup moins visibles et la multiplication des évènements à la fois sismiques et climatiques de ces dernières semaines m'a amené à vous demander de venir pour nous expliquer... Je ne veux pas vous poser la question de savoir si le raz de marée a été provoqué par un séisme lui-même provoqué par des armes secrètes, parce que je pense aussi ferré que vous soyez sur ce sujet,  vous ne pouvez pas le savoir encore, mais plutôt si ce genre de chose est envisageable, sans parler du fait en lui-même, encore si vous voulez en parler, nous sommes là pour ça,  mais en général, est-ce qu'il vous parait vraisemblable, ce sera ma première question, de provoquer des séismes sous-marins ou terrestres, qui soient utilisés comme armes de guerre.

Il faut avoir que par le passé, il y a eu d'importants tsunamis, alors que l'arme nucléaire n'était pas encore en service. En 1960, au Chili, un séisme de magnitude 9,5 sur l'échelle de Richter,   soit 100 fois la puissance de la bombe d'Hiroshima, a été suivi d'un tsunami sur plusieurs pays autour du Pacifique, comme les Philippines et le Japon.

Marc Filterman :
Bien déjà pour commencer je vais dire bonsoir aux auditeurs, et puis aux personnes présentent autour de la table, et puis mes meilleurs voeux en même temps. Alors évidemment les problèmes que vous soulevez effectivement, ça a déjà été étudié il y plusieurs dizaines d'années, d'ailleurs j'en avais déjà parlé dans la première version du livre que j'avais déjà publié en 1999, et dedans je précisais, et dans la deuxième version du livre c'est d'ailleurs à la page 160, où je précisais que les russes dans les années 70, avaient fait 32 explosions souterraines pour étudier effectivement et enregistrer les effets sur les plaques tectoniques. Pour les tsunamis, les américains ont aussi fait des études de leur côté, parce qu'ils avaient envisagé de provoquer des tsunamis, mais ça je n'en avais pas parlé dans le livre à l'époque parce que on était en Europe et donc nous, on n'a pas de risque de tsunami, bien que j'aurais pu en parler. Et ils avaient aussi étudier la possibilité de provoquer des tsunamis là aussi de la même façon également par des bombes. Donc ce sont des procédés qui ont été autant étudiés à l'est qu'à l'ouest. Bon maintenant, pour ce qui est des bombes atomiques, mois je dirais, bon bien effectivement on va encore dériver dans le domaine du complot, mais les bombes atomiques, moi je n'ai pas trouvé trace parce que j'ai fait les recherches depuis quelques jours, jours et nuits d'ailleurs, et je n'ai rien trouvé de probant dans ce domaine là. Par contre j'ai été sur les sites de géophysique et là je tiens quand même à préciser que depuis le début de l'année, si je prends les relevés du 5 février, en Indonésie, on trouve des tremblements de l'ordre d'une magnitude de 7 sur l'échelle de Richter, et 7,3  le 5 et le 7 février. Donc toute cette zone là, actuellement bouge. On a par exemple la plaque des Philippines qui veux aller vers l'ouest, et puis on a la plaque indo-australienne qui elle veut monter vers le nord. Donc toute cette zone là est très sismique. Maintenant il ne faut pas oublier qu'il y a eu par le passé effectivement des explosions nucléaires, notamment sur les îles Marshall, Bikini, qui sont donc à l'Est de la plaque indo-australienne, ou d'ailleurs une explosion sur Bikini s'est très mal terminée, puisqu'il pensait faire sauter une bombe de 5 MT, qui en réalité en a fait 15. Donc voilà le genre de problème. Pour provoquer des tsunamis, il y a plusieurs façon de les provoquer, effectivement il y a les bombes atomiques, donc sur l'atoll de Mururoa, alors là c'est très intéressant, parce que j'ai le rapport du sénat, un rapport du sénat qui a fait d'ailleurs un petit bilan notamment sur les couronnes de Mururoa, puisqu'à l'époque on faisait les explosion nucléaires à l'extérieur, le petit problème, c'est qu'on a eu les flancs qui se sont effondrés sur la couronne. C'est pour cela qu'après, à partir des années 87, on est passé aux barges à l'intérieur du lagon, parce que je crois que c'est en 79, on a provoqué un mini-tsunami par exemple. Donc effectivement il y a eu des effets nucléaires, à l'heure actuelle, je crois qu'on est à 2500, c'est la date en 2002, en 2002 on était le 21 février 2002, ça c'était le Conseil Supérieur de la Sûreté de l'information nucléaire compte-rendu du 21 février 20002, on était à 2419 explosions nucléaires, tous pays confondus. Donc Chine, France Inde, Pakistan, Royaume Unis, USA, URSS. Bon il y a peut être deux autres pays qui en ont fait, mais cela on en parle pas. Donc il ne faut quand même pas oublier que toutes ces explosions là, on a fait d'ailleurs des rapprochements entre différents incidents par exemple, entre une bombe nucléaire qui a explosé dans le polygone du Nevada, et le lendemain un tremblement de terre qui s'est déclenché dans le Tangsu Shan en Chine qui a provoqué 900.000 morts.

Le 27 juin 1976, les Américains font exploser une bombe dans le polygone d'essai du Nevada, qui se trouve à environ 150 km de Las Vegas. Le 28 juin 1976, il se se produit un tremblement de terre de force 8,2 a Tang Shan.
Le 23 juin 1992, un test nucléaire a lieu au Nevada, le 28 juin, 2 secousses de force 6,5 et 7,6 se produisent en Californie.
 
OFFICE PARLEMENTAIRE D'ÉVALUATION DES CHOIX SCIENTIFIQUES ET TECHNOLOGIQUES (OPECST - SENAT) - Mercredi 23 janvier 2002 - 

M. Christian Bataille, député, rapporteur :
En 1954 L'accident du tir Bravo à Bikini est par ailleurs à l'origine d'une grave contamination sur plusieurs autres îles des Marshall, sans parler de l'île elle-même dans laquelle les habitants ne sont toujours pas retournés.../...
.../....
Le tir de Totsk (1954), au Sud de l'Oural, contaminant 39 000 habitants et mettant en cause 40 000 soldats, est une illustration révélatrice des pratiques de l'époque.
.../...
Mais les essais en Nouvelle-Zemble, extrêmement puissants (dont le tir de 58 mégatonnes d'octobre 1961) semblent avoir été beaucoup moins contaminants, les techniques de tir utilisées ayant été plus adaptées.
.../...
Le site du Nevada, où l'on a fait de très nombreux essais mais de faible puissance, a été à l'origine d'une contamination par l'iode 131 qui s'est déposée jusque dans le Montana et dans l'Etat de New-York.
 

Nous avons ici la preuve, que le lobby nucléaire ne contrôle pas la puissance, ni même les retombées de ses armes nucléaires. Les Îles Marshall ont tenté d'obtenir quatre milliards de dollars de compensation des USA, suite aux essais nucléaires qui ont été réalisés sur leur territoire.

Extrait du rapport du sénat :
« Le tassement de la couronne corallienne n'affectait pas, en principe, les conditions de sécurité des essais puisque ce phénomène se limitait aux formations superficielles mais il risquait à terme d'augmenter l'exposition des installations et des hommes aux effets des tempêtes, les parties émergées des atolls ne dépassant que de 2 à 3 mètres au maximum le niveau de l'océan. Quant au détachement des couches supérieures des flancs des atolls, ses conséquences pouvaient être encore plus dangereuses car il entraînait la formation d'un véritable tsunami. C'est d'ailleurs ce qui s'est passé  en 1979, où la vague créée par le glissement de plusieurs millions de mètres cubes de matériaux a submergé une partie de l'atoll de Mururoa. En conséquence, en 1979, il a été décidé que les forages seraient désormais effectués au centre de l'atoll, c'est-à-dire dans le lagon lui-même. »

L'extrait ci-dessous vient du rapport du CCSN - Conseil Supérieur de la Sûreté et de l'Information Nucléaire Compte rendu de la 60ème séance du CSSIN du 21 février 2002.
 
 
3-2-1) Les Etats-Unis
Les Etats-Unis ont utilisé les îles Marshall (Bikini et Enewetak) pour leurs essais nucléaires. Les 167 habitants de l'atoll de Bikini ont été évacués dès mars 1946.Un accident est survenu lors du tir « Bravo »sur cet atoll en 1954. Dans des conditions météorologiques peu favorables,une bombe prévue à 5 Mt a explosé avec une puissance de 15 Mt.Les habitants des atolls voisins à 200 km reçurent des retombées sous forme de cendres (aspect de neige).

Les habitants des atolls voisins furent évacués et les 23 marins d'un chalutier japonais, après avoir subi une pluie de cendres radioactives pendant plusieurs heures, regagnèrent le Japon après 12 jours de mer pour être soignés. Les doses moyennes par irradiation externe globale sont estimées à environ 1 Gy pour les habitants des îles les plus proches et à plus de 2Gy pour les marins japonais. Une commission américaine en 1984 conclut que l'île « pouvait être à nouveau habitée pourvu que ne soient consommés ni des aliments produits sur place, ni d'eau de la nappe phréatique ».

Le nombre total d'essais nucléaires est donné par pays et puissance dans le tableau ci-dessous : 
(Source : CCSN)
Pays
Nombre d'essais Puissance (en mégatonnes)
Chine 
44 22 
France 
210 13 
Inde
6 --- 
Pakistan 
6 --- 
Royaume-Uni 
57 10 
Etats-Unis 
1127 200 
URSS 
247 285 
Tous pays
2419 530

En octobre 1961, un essai nucléaire de 58 MT (mégatonnes) est réalisé en Nouvelle-Zemble. C'est un des plus puissant tir.
Les 11 et 13 mai 1998, l'Inde teste avec succès l'arme nucléaire.
Les 28 et 30 mai 1998, le Pakistan teste à son tour l'arme nucléaire.
En août 1998, l'Iran teste un missile balistique Shahab-3 d'une portée de 1000 km.

Le Pr. Gary Whitford, de l'université du Nouveau-Brunswick au Canada, après 15 ans d'études sur les séismes qui se sont produits au cours de ces 45 dernières années, est arrivé à la conclusion que 75% d'entre eux ont été causés par des essais nucléaires souterrains.
Il déclarait : « Du début du siècle à 1950, il s'est produit 3419 séismes d'une force égale ou supérieure à 6 sur l'échelle de Richter, soit une moyenne de 68 par an. De 1950, début des essais nucléaires souterrains, à 1990, leur nombre est passé à 4963, ce qui donne une moyenne de 124 par an. Pendant cette même période, 2200 essais nucléaires souterrains ont été réalisés. »

Serge de Beketch:
C'est la plus grande catastrophe de tous les temps.

Marc Filterman :
C'était le 27 juin 1976 (l'essai nucléaire du Nevada). Alors on eu également un autre séisme, c'est le 04/12/88 avec l'URSS qui a fait sauter une bombe à Semipalatinsk, et là c'est l'Arménie qui a attrapé. Et les scientifiques russes pensent que le séisme qui a dévasté l'Arménie donc le 04/12/88*, et qui a coûté la vie quand même à 40.000 personnes, ils pensent que cela a été engendré par les essais nucléaires souterrains qui ont été réalisés la semaine précédente, et là, ce sont les chercheurs russes qui le disaient à l'époque. Ils sont bien placés pour le savoir, puisque eux-mêmes ils avaient imaginé de jouer au billard si je puis dire avec les plaques tectoniques, ce que l'on sait bien moins évidemment, c'est que ce n'est pas le genre de chose qu'on va crier sur les toits. Bon maintenant il y a d'autres possibilité pour les tsunamis, il ne faut pas perdre de vu qu'il y a les explosions nucléaires effectivement, il y a les volcans sous-marins également. Bon il est arrivé par le passé que des îles apparaissent et disparaissent. Il y a également un autre, alors là aussi j'ai fait des recherches, ce qu'ils faut savoir, c'est qu'en réalité le premier tremblement de terre, force 8 à  9 a eu lieu, l'antécédent de Sumatra, en réalité, c'est l'île de Macquarie, qui sont à mi-distance entre l'Australie et entre l'Antarctique. D'ailleurs ils y a avaient des skippers du "Vent des Globes" (course, tour du monde en solitaire)qui étaient dans ces zones là, et qui ont ressenti les grondements et les tremblements dans ce secteur là. Alors ça c'est assez curieux, parce que personne n'en a parlé. Il y a eu un black out total. En Nouvelle-Zélande ils ont eu des tremblements de terre aussi...

* Le 04/12/1988, l'URSS fait exploser une bombe nucléaire souterraine à Semipalatinsk. Le 07/12/1988, à 3000 km de l'épicentre, il se produira un séisme à Spitak en Arménie, faisant 45.000 morts. Par la suite des scientifiques russes arriveront à la conclusion que ce séisme a été provoqué par cet essai nucléaire souterrain.

23/12/2004- 15h00 GMT, rupture d'une zone de friction entre deux plaques, sur une longueur d'environ 100 km, entre l'Australie et l'Antarctique, près de l'île de Tasmanie.
Thursday, December 23, 2004 at 14:59:03 (UTC) -
Magnitude 8.1 NORTH OF MACQUARIE ISLAND

Ile de Macquarie, 34 km de longueur sur 5 km de largeur située dans l'océan Austral, qui constitue la partie exposée de l'arête sous-marine Macquarie, qui émerge à cet endroit  où la plaque tectonique indo-australienne rencontre celle du Pacifique. C'est le seul point de la planète où des roches arrivent du manteau terrestre à 6 km au-dessous du fond de l'océan, se retrouvent exposées  au-dessus du niveau de la mer. On trouve des basaltes en coussin et d'autres roches extrusives. Cette île est localisée à 1 500 km au sud-est de la Tasmanie. Elle est à peu près à mi-chemin entre l'Australie et le continent antarctique. La presse n'a donné aucune information sur le violent tremblement de terre qui a perturbé cette région. De ce fait une rumeur court qu'un essai nucléaire aurait pu avoir lieu à Nicobar, alors qu'on constate que l'activité sismique à fortement augmenté durant le moi de novembre.
Friday, December 24, 2004 at 01:59:03 AM local time at epicenter
Location  50.14S 160.36E Depth 10 kilometers
Region  NORTH OF MACQUARIE ISLAND
0405 km (250 miles) W        of Auckland Island, New Zealand
0510 km (315 miles) NNE    of Macquarie Island, Australia
1485 km (930 miles) SW      of WELLINGTON, New Zealand
1890 km (1170 miles) SSE   of CANBERRA, A.C.T., Australia

Le Docteur Warwick Smith, de l’Institut des Sciences géologiques de Nouvelle-Zélande, a déclaré que le tsunami a pour origine un séisme de 8,1° qui a eu lieu sur l’île australienne de Macquarie le 24 décembre. Le séisme s’est produit à environ 10 km sous les fonds marins. Le Dr Smith n’a pas écarté un lien avec les séismes perçus en Nouvelle-Zélande le 24 et 25 décembre.  Alexander Ponomariov, vice-directeur de l’Institut de Physique terrestre de Moscou, a déclaré qu'« un changement de vitesse de la rotation de la Terre peut être à l’origine des plus récents cataclysmes tectoniques ». Des géophysiciens nord-américains ont déclaré que le séisme a été si puissant qu’il a fait trembler la terre sur son axe et a altéré la carte de la région. Un géophysicien de l’USGS a déclaré que la Terre, qui présente un léger tremblement sur son axe de rotation, aurait reçu une «petite poussée» et que les îles proches de Sumatra pourraient avoir été déplacées par le séisme jusqu'à une vingtaine de mètres. Ken Hudnuf, experts du Service géologique des États-Unis (USGS) a déclaré que ce séisme a changé la carte. L’extrémité nord-ouest de l'indonésie de Sumatra se serait déplacé de 3,6 mètres vers le sud-ouest.

Le 26/12/2004, l'épicentre avec une magnitude de 9, a été localisé à 3,298° N, 95,779° E, soit à 160 kilomètres à l'ouest de Sumatra, à  30 kilomètres de profondeur, dans la ceinture de feu. L'énergie totale délivrée par ce séisme 9,0 est équivalente à une explosion de 32 000 mégatonnes ou 133 exajoules. Les USA ont décidé de procéder à des essais nucléaires dans le désert australien, lui aussi compris dans la "ceinture de feu", ce qui aurait automatiquement des conséquences sur les plaques tectoniques.

Serge de Beketch:
C'était à quelle époque ça ?

Marc Filterman :
Eh bien ça c'était justement le 23 décembre.

Serge de Beketch:
Juste avant ?

Marc Filterman :
OUI, oui, juste avant, parce que c'est pour ça, quand moi je fais des recherches, quand j'écris quelque chose, je vais faire des recherche d'abord. Donc j'ai été voir les instituts de géophysique, et puis j'ai pris les résultats, j'ai relevé les courbes. Bon voilà là il y a un listing, il y a un listing de 10 pages déjà ici. Donc l'île Macquarie qui est une île qui fait 37 km de longueur sur 5 km de large, qui est protégée parce qu'il y a des manchot royaux sur cette île là d'ailleurs, ont la trouve à 1500 km au sud est de la Tasmanie, donc la partie basse de l'Australie, et a peu près, bon à mi-chemin comme je disais avec l'Antarctique. Donc cette île là, il y a eu de forte vibration dans cette zone là à 8,5 sur l'échelle de Richter, vous auriez eu ça à Sydney ou a Camberra, des villes il n'y en avait plus, elles étaient rasées. Donc ce tremblement de terre, on en a pas parlé. La Nouvelle-Zélande aussi, ils ont ressenti des secousses, donc bien avant ce qui s'est passé à Sumatra. Personne n'en n'a absolument parlé, ce que je trouve un petit peu surprenant. Alors il y a quelqu'un qui m'a fait remarqué, alors oui, il y a quelque chose que j'ai trouvé, d'assez intéressant, c'est que déjà à la fin, alors ce n'est pas ce document là, c'est qu'à la fin du mois de novembre, on avait des cétacés qui commençaient à venir s'échouer sur les côte d'Australie, notamment de Tasmanie. Alors il y a plusieurs motifs, quand on a des baleines ou des dauphins qui viennent s'échouer, en général on a repéré auparavant des manoeuvres militaires, parce que les sonars des sous-marins, les mammifères marins, il ne doivent pas trop apprécier à mon avis. C'est comme nous, si on nous met quelques chose à 85 dBa au niveau des oreilles, d'ailleurs il y a des réglementations au niveau des boites de nuit pour ne pas dépasser un certain  niveau sonore. Donc les cétacés marins comme les baleines ou les dauphins qui utilisent un sonar, ça m'étonnerait qu'ils apprécient qu'on utilise des sonars ou des systèmes par exemple qui peuvent atteindre des 200 dB ou 240 dB. Parce que là on a eu également une petite information, qui a été soulevée par un des membres de Independant Media TV, où le sénateur Bob Brown du parlement australien déclaraient qu'on était en train de faire des bombardements sonores dans le détroit de Bass, donc en bas de l'Australie, le détroit qui sépare le fameux îlot, voilà, et on faisait des recherches justement pour trouver du pétrole. Alors quand on veut sonder le sol, il y a plusieurs solutions, effectivement on peut provoquer des explosions à coup de dynamite par exemple, et là dans ce cas ci ils utilisaient ce qu'on appelle 24 "Air Guns", donc des canons à air, ou plus précisément apparemment ce sont des dispositifs qui ont du générer des infra-sons qui permettent de pénétrer le plancher océanique jusqu'à 40 km de profondeur. L'inconvénient, quand vous allez en montagne, on vous dit de ne pas hurler en montagne surtout quand vous êtes sur des pentes de neige instables parce que les échos peuvent déstabiliser les pans surtout si la neige est fraîche, donc tout peut se casser la figure avec une onde sonore. Bon j'aimerais bien savoir quelles études ont été faites sur ces 24 "Air Guns". A mon avis, on a du reprendre les recherches, d'ailleurs j'ai ramené avec moi, j'ai un document de la DIA, les services secrets américains, la DIA, c'est les services secrets militaires. A l'époque les russes dans les années 70 avaient fait des recherches sur les ondes sonores précisément jusqu'à 20 KHz, et on s'est aperçu qu'à l'époque ils avaient, ils étaient très intéressé par l'achat de sirènes françaises. Des sirènes qu'on trouve à manivelle,(ou mécanique, entraînée par un moteur). Bon on s'est quand même posé des questions, les services secrets américains aussi. Et puis on a eu un chercheur dont je ne dirai pas le nom ici, parce qu'en ayant le nom, eh bien cela permet de savoir ce qu'il a fait, sur quoi il travaillait, et ce qu'il a mis au point, et il a regretté d'avoir mis au point un tel dispositif, parce que ce système qui permet de générer des infrasons  peut être utilisé comme un système d'arme. Alors je ne sais pas si cela avait un rapport avec les inventions de Tesla dont Tesla ont dit qu'il avait fait...

Ces travaux ont été classifés secret défense, car ils ont été financés aussi par les militaires.
Le son est un phénomène physique d’origine mécanique consistant en une variation de pression très faible, de vitesse vibratoire ou de densité du fluide, qui se propage dans l'air ou l'eau, c'est donc une onde, mais acoustique. Seul le spectre de 20 Hertz (Hz) à 20.000 Hz (20 kHz) peut être capté par l’oreille, puis transmise au cerveau qui va l'interpréter. En dessous de ce spectre, 20 Hz, on parle d’infrasons, et au dessus de 20kHz, on parle d’ultrasons. L’oreille peut mesurer des écarts de pression infimes de l’ordre de 2.10-5 Pa, à comparer à la valeur de la pression atmosphérique qui est de 100.000 Pa. Cette variation de 2.10-5 Pa correspond à un son de 0 dB. Le niveau sonore Lp exprimé en dB est directement relié à l’amplitude de la variation de pression. Du fait des propriétés du logarithme, on remarque que lorsque l’on double l’intensité, cela revient à augmenter le niveau en dB de 3 dB. Le cortex auditif à une fréquence de résonance biologique de 15 Hz.
Les infrasons représentent un danger réel. Un prototype dans le passé a bien été réalisé, mais il sera détruit suite aux résultats destructeurs obtenus. Une telle arme aujourd'hui entre les mais de certains dirigeants américains, n'arrangerait certainement pas l'état de la planète. Le sacre de Georges Bush qui a commencé d'ailleurs le 20 janvier 2005, fait penser par certain côté à celui de Hitler, une grande fête "grandiloquante" organisée par Goebbels sur l'île du Paon en juin 1937, qui se déroulera en présence des dirigeants de toutes les plus grandes multinationales de l'époque, y compris américaines.Elles participeront en 1933 au financement du PARTI NATIONAL SOCIALISTE NAZI et ensuite à l'armement de l'Allemagne National Socialiste d'Hitler. Il est d'ailleurs intéressant de constater que tous les films qui ont été réalisés et qui déclenchent des polémiques d'ailleurs, évitent soigneusement de parler des entreprises ultralibéralistes qui ont financé l'arrivée d'Hitler au pouvoir.

Serge de Beketch:
Dont j'allais vous parler.

Marc Filterman :
Voilà, donc Tesla avait mis au point aussi un dispositif paraît-il, une espèce d'oscillateur qu'il avait détruit paraît-il, et qui permettait de déclencher une résonance qui pouvait paraît-il déclencher un tremblement de terre. Donc...

Serge de Beketch:
Il avait fait une expérience je veux dire qu'il a arrêté tout de suite sur le pont de Brooklin en provoquant, avec un oscillateur qui était la de la taille d'une grosse boite d'allumettes. Il a provoqué une résonance telle que le pont pouvait s'effondrer d'un moment à l'autre.

Marc Filterman :
Alors ce qui est intéressant c'est que toutes les recherches de Tesla dans ce domaine là ont disparu...

Serge de Beketch:
Pas pour tout le monde.

Marc Filterman :
Bien, apparemment oui, quand il y a eu l'affaire de Kobe (séisme au Japon), on s'est rendu compte qu'il y avait des gens de la secte Aum qui étaient partis visiter une association qui s'occupait de toutes les recherches de Tesla aux USA, et cela avait déclenché d'ailleurs une enquête. Donc ça c'est des trucs qu'on ne sait pas. Évidemment quand on parle de sujet comme ça, par exemple comme... D'ailleurs là encore on le voit les aspects micro-ondes au niveau la téléphonie mobile, on vous dit toujours qu'il n'y a aucun risque. Si vous avez des implants médicaux métalliques, bon moi j'ai été appelé hier soir, cela m'a fait un petit peu rigoler, on a, quand on on a des implants métalliques, ou en fonction de la longueur qu'ils font, s'ils ont une longueur équivalente à la longueur d'onde d'un émetteur, une pièce métallique de ce type va résonner automatiquement, va entrer en résonance. D'ailleurs c'est assez marrant, parce que dans les catalogues on vend des espèces de petites antennes, ce sont des antennes qui font environ 10 cm de longueur, qui sont faites pour entrer en résonance de façon à amplifier le signal. C'est à dire, c'est ce que nous on appelle des antennes passives, et bon même à TDF quand on voulait faire un relais passif sans mettre de gros moyens financiers, il suffisait de deux antennes, une antenne braqué sur un émetteur et une autre antenne braquée vers la zone qu'on voulait arroser, et les deux antennes reliées par un câble. Bon il n'y avait pas d'électronique la dedans. Bon bien là c'est le même principe, on va entrer en résonance, donc on peut imaginer que des cavités souterraines,donc on va revenir quand même aux séismes...

Le 17 janvier 1995, un séisme d'une magnitude de 7,2 sur l'échelle de Richter dévaste la ville de Kobe au Japon, faisant 5.500 victimes.

Serge de Beketch:
C'est comme ça que les cuisinières faisaient entendre de la musique. C'est exactement ça.

Marc Filterman :
Alors pour revenir à ces aspects de résonance, si on a des cavités souterraines, sous-marines ou je ne sais quoi, en plus avec le pétrole que l'on pompe, ça n'arrange pas les choses, il est évident que si on a des émetteurs d'infrasons, bon je ne sais quels sont les effets, parce que les infrasons en réalité sont très mal connus, sauf pour ceux qui travaillent au niveau de la recherche au niveau des explosions nucléaires (voire même les oreilles d'or, qui sont des experts en sonar sur les sous-marins)mais autrement pour le reste, je pense même pour une grande majorité au niveau biophysiciens, je ne pense pas qu'on connaisse tout sur les infrasons.

Serge de Beketch:
Il semblerait que cela ait été utilisé ou au moins étudié comme moyen de communication avec les sous-marins nucléaire.

Marc Filterman :
Alors voilà effectivement il y a Pine Gap en Australie, enfin il y a diverses stations y compris aux USA qui utilisent on peut le dire carrément le principe de Tesla, je n'ai plus le nombre de ces émetteurs mais j'en parle dans le livre, et effectivement, ce sont des émetteurs qui sont faits pour fonctionner en ELF, en extrêmement basse fréquence, parce que les extrêmement basses fréquences, et pourquoi les infrasons pour la recherche pétrolière, bien tout simplement parce que cela permet d'aller jusque dans la croûte terrestre qui doit faire à peu près 100 km en fonction des endroits jusqu'à 200 km.

Serge de Beketch:
Ce que vous dites là, cela me fait penser à une information qui a été donnée sur le raz de marée du 26, c'est qu'il paraît que parmi les premiers animaux qui ont été sensibles à la menace, ce sont les éléphants, ils communiquent par ELF.

Marc Filterman :
Enfin on ne sait pas comment ils communiquent, ils semblent effectivement que ce soit les infrasons (à travers leurs barrissements), les infrasons rentrent effectivement dans la gamme des ELF. Alors les cétacés, les premiers échouages ont commencé, non pas le premier novembre, mais ils ont commencé bien avant. Mais les échouages, on a vu des échouages à partir du 28 novembre, donc la croûte terrestre peut générer aussi par des frottements, peut générer des ondes, d'ailleurs les japonais... Alors il y a quelque chose qui était marrant à faire. Enfin dans le temps c'est un truc que je m'étais amusé à faire, pour repérer les ondes telluriques. C'est à dire qu'on a une grille, qu'on appelle la grille de Hartmann. Il suffisait de régler un émetteur FM (un récepteur radio et non pas un émetteur) entre deux fréquences, et en fonction qu'on était à gauche ou à droite de l'une de ces lignes, ont partait, on arrivait à détecter la ligne et on passait d'une station sur l'autre. Maintenant ce n'est plus possible de le faire je vous le dis tout de suite (en raison de la pollution électromagnétique extrême). Et les japonais ont mis au point un dispositif qui semble fonctionner en VHF, et ils ont repéré des anomalies, je crois qu'il a démarré cette année si je ne me trompe pas,  en début d'année, et ce qui s'est passé... Mais déjà en début d'année, moi j'ai entendu à la fin du premier trimestre des sismologues qui disaient qu'on risquait d'avoir une très grosse catastrophe vers septembre. Ce n'est pas en septembre que cela s'est passé, mais à trois mois près, donc ce domaine là est quand même assez abstrait. A trois moi près la catastrophe s'est passée en décembre...

Serge de Beketch:
Il y a quelque chose, ils annonçaient un risque du côté de la Californie, et ça s'est passé et ça s'est passé du côté de...

Le 23 juin 1992, un test nucleaire est réalisé au Nevada, le 28 juin 1992, 2 secousses de force 6,5 et 7,6 se produisent en Californie.

Marc Filterman :
Alors ce n'est pas dit qu'il n'en ait pas les contre-coups parce que la bas aussi ça bouge. Bon j'ai regardé un peu toute la liste au niveau des séismes. Je vais prendre au début 2004, je ne vais pas tout lire, mais on a eu par exemple le 10 juin la péninsule du Kanchatka en Russie à 6.9 sur l'échelle de Richter, bon quand ça tombe dans des zones qui sont inhabitées, il n'y pas d'effet d'annonce à la télé. En septembre...

Serge de Beketch
Ou même quand elles sont habitées, pardon de vous couper, mais vous parliez tout à l'heure du tremblement de terre de Tang Shan, il y a quand même eu entre 750.000 et 900.000 morts, j'en parle dans le dernier numéro du "Libre Journal", j'ai pris la partie basse de la fourchette, 750.000 morts, et j'ai fait des recherches d'occurrences dans la presse à l'époque, il n'y a pratiquement eu aucun papier. C'est vrai qu'il n'y a pas d'hôtel de tourisme à Tang Shan. Et il n'y pas beaucoup de petits enfants qui peuvent intéresser les gogos du marais, mais même si un tremblement de terre affecte une région, même pas désertique, mais de toute façon qui n'a pas de caractère intéressant pour le système mondialiste, on en parle pas.

Marc Filterman :
Alors moi ce qui me dérange par exemple au niveau de la presse, c'est qu'actuellement on a effectivement, bon j'ai trouvé ça un petit peu indécent d'ailleurs, on a passé même dans les journaux, quand on prend n'importe quelle revue, on passe volontiers des photos de morts. Par contre pour ce qui est des causes, c'est marrant, on n'a pas été voir, il n'y a eu aucun écho sur les causes, c'est à dire que dès que les scientifiques, parce qu'il y a des scientifiques américains qui ont essayé de prévenir, sauf qu'ils se sont faits envoyé baller par le gouvernement, pourquoi, parce que raison économique. Cela me rappelle un petit peu les films qu'on a vu, par ce que c'est marrant, il y a eu à plusieurs reprises des tremblements de terre et c'est assez comique comme coïncidence, parce que des fois, entre les tremblements de terre qui arrivent dans la réalité, on voit un film catastrophe qui passe en même temps à la télé.

Serge de Beketch:
Je ne sais pas si vous avez remarqué.

Marc Filterman:
Il y a eu deux trois films catastrophes avec des comètes.

Serge de Beketch:
Inimaginable non, le nombre de films qu'il y a eu pendant la période des fêtes entre Noël et le nouvel an à la télé, parce je n'avais rien d'autres à faire que de regarder la télé, donc j'en ai vu quelques-uns en zappant, c'est incroyable, toute la journée on en avait sur M6 notamment.

Marc Filterman :
Ils ne sont pas éloignés de la réalité.

Serge de Beketch:
Sans doute oui.

Marc Filterman :
Ils sont assez proche de la réalité, parce que des sismologues  qui ont essayé de donner l'alerte se sont quand même fait envoyés ballé, ils n'avaient personne à l'autre bout du film, quoi. On ne voulait pas les entendre. Bon on ne voulait pas prendre le risque de les entendre surtout si cela risquait d'être une fausse alerte, parce que je ne sais pas combien de dizaine de millions de dollars, je crois que ça peut aller jusqu'à 50 millions de dollars de perte(pour une journée), une fausse alerte de ce type. Donc personne n'a voulu prendre ce risque. Bon alors moi j'ai quand fait les recherches, j'ai quand même été un petit peu plus loin, pour savoir s'ils n'avaient pas fait une explosion nucléaire souterraine. Je n'ai pas trouvé trace de ce genre de truc maintenant je n'ai pas eu tellement de temps de tout explorer, d'explorer toutes les pistes. Par contre, ce que je peux dire, c'est que depuis, alors, au niveau de la partie qui me dérange effectivement c'est la partie Australienne où les tremblements de terre n'ont pas été rapportés par la presse, et la deuxième chose que j'ai découverte en faisant les recherches, c'est qu'il y a un certain nombre de météorites qui sont tombées depuis le début du mois de décembre, et certaines sont quand même assez imposantes. Donc quand elle tombe en mer, il n'y a aucun problème (en dehors d'un tsunami ravageur) mais imaginons par exemple celle de Irkoutsk qui est tombée il y a deux ans (en septembre 2002), je ne sais plus à quel endroit à peu près, il y a une zone de 100 km² qui a été rasée, imaginez qu'une météorite comme ça... Alors parce que là aussi c'est comique, on vient nous dire que les météorites, mais vous savez, elles n'arrivent jamais au sol, elles se volatilisent avant. Sauf que ce qui m'a mis la puce à l'oreille, c'est que j'ai découvert en faisant des recherches, tout à fait par hasard avant que le tsunami n'est lieu, que le 11/12, le 11 décembre par exemple, il y avait des météorites qui avaient sillonnées le ciel et qui étaient tombées en Chine, dans la province du Gansu, donc vers 11h36 PM. Il y a eu ça, et je me suis rendu compte en allant un peu plus loin dans les recherches que le 21/12/2004, on a une comète YD5(un astéroïde pour être plus précis)qui a frôlé la terre, on l'a découverte le 20 décembre d'ailleurs 2004, et elle est passée à 20h38 TU à 28.000 km de notre terre (nos satellites de communication sont eux par exemple sur une orbite géostationnaire de 36.000 km), ce qui est quand même relativement proche. Or à Jakarta dans la période du 20 au 25, alors le 19 décembre à Jakarta ils ont eu une météorite qui s'est écrasée, qu'ils ont pu suivre au radar. C'est quand même relativement intéressant, en plus quand on voit une météorite comme ça de jour, ça veut dire que la météorite est assez imposante parce qu'autrement on ne la verrait pas. Les gens là bas ont entendu des explosions, donc ça c'est passé le 19 décembre, ça a été rapporté le dimanche, ils ont vu en quelque sorte des objets non identifiés traverser le ciel à grande vitesse, et on apprend ensuite que l'armée de l'air indonésienne a confirmé l'origine des explosions, c'était bien des météorites qu'ils ont suivi au radar. Donc ça s'est passé dans la nuit du 18 au 19.

Ces explosions d'origine inconnue au début ont d'ailleurs mis les services secrets occidentaux sur les dents qui ont cru à des attentats d'Al Quaïda. Suite à l'explosion et aux traînée sur Jakarta, pour Muji Raharto, un expert de l'observatoire astronomique Boscha situé à Bandung à l'ouest de l'île de Java, il pourrait s'agir d'une météorite. Les témoins ont affirmé avoir vu une queue, comme celle d'une comète. A Tangerang, à 20 km à l'ouest de la capitale, des résidents ont déclaré à la radio ElShinta avoir vu vers 7h30 (1h30, à Bruxelles) au moins un objet traverser le ciel et avoir entendu une explosion suivie d'un écho qui a été entendu de Tangerang, à l'ouest de Jakarta, jusqu'à Bogor, à 60 km au sud de la capitale. Utin Nurdin, responsable du bureau de météorologie et de géophysique de Tanggerang, a souligné qu'il n'y avait pas eu d'irrégularités sismiques constatés dimanche matin.
Un météore a été aperçu dans le ciel australien avant celui de Jakarta. Des sifflements ont aussi été enregistré dans le ciel au-dessus de plusieurs villes allemandes. Les scientifiques ont dit que ces phénomènes avaient été causés avec des fragments d'astéroïdes.
L'astéroïde 2004 YD5, a été découvert le 20 Décembre 2004, et est passé à 20h38 UT à environ 28.000 km de notre planète le 19 Décembre. Nos satellites de communication et autres se trouve à 36.000 km quand ils sont en orbite géostationnaire. Il a été découvert par Stan Pope dans le cadre du Projet FMO (Fast Moving Object), avec le télescope de 0.9m de Spacewatch du Steward Observatory, à Kitt Peak en Arizona. Sa taille a été estimée à environ  3 et 8 mètres. Il ne présentait aucun danger. On ignore cependant si des morceaux de météorites se sont détachés de cet astéroïde.

Charles McCreery  qui dirige la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA) d'Honolulu, et le Centre américain d'alerte aux tsunamis dans le Pacifique d'Hawaï (PTWC) a confirmé que son équipe avait essayé de contacter ses homologues en Asie. Le Dr Hirshorn a rajouté : " Nous avons commencé à nous demander qui nous pouvions appeler. Nous avons parlé au Centre des opérations du département d'Etat et à l'état-major. Nous avons appelé les ambassades. Nous avons parlé à la marine de Sri Lanka, à tous les représentants locaux du gouvernement sur qui nous avons pu mettre la main.../... Nous avons fait assez attention à qui nous appelions. Nous voulions appeler des gens qui pouvaient faire quelque chose."
Il faut savoir que le premier bulletin d'alerte d'Hawaï, mentionnait un risque ZERO au tsunami. Hawaï a tenté ensuite de récupérer le coup et de convaincre le gouvernement Thaïlandais du risque, une heure avant l'arrivée de la vague.
Le quotidien thaïlandais La Nation, rapportait que Burin Vejbanterg, expert du Département de Météorologie, avait déclaré "qu'il aurait été impossible de prévoir le tsunami", car comme le déclarera n'importe quel expert, il n'y en a jamais eu dans l'Océan Indien. Devant la multiplication des appels téléphoniques du monde entier, l'expert tentera de convaincre les autorités d'alerter les médias et les radios, ce que refusera de faire le gouvernement thaïlandais pour cause de saison touristique. Quand ils prendront conscience du danger, il sera trop tard. Une réunion avait lieu elle aussi en Indonésie avec Supharerk Tansrirat-Tanawong, directeur général du département de météorologie, mais là aussi, la réaction sera trop tard, ou plus précisément, il n'y en n'aura pas, comme le révéleront certains journaux télévisés, pour cause de saison touristique. Depuis une enquête a été ouverte et son directeur suspendu. Le nombre de morts aujourd'hui en Indonésie tourne autour d'environ 100.000 morts.

07C°) Journaux télévisés de TF1 et France 2:
27/12/2004 - TF1 - PPDA - Patrick Poivre D'Arvor :
Les scientifiques américains qui avaient détecté le tremblement de terre ont tenté désespérément de joindre leurs homologues asiatiques. Les centres de prévention des risques de vagues géantes appelé Tsunami existe depuis une quarantaine d'années. On les trouve exclusivement dans le pacifique où plusieurs observatoires sont reliés à un système de coordination situé à Hawaï. Lorsqu'un séisme se produit des capteurs disposés dans les fonds sous-marins envoient des informations. Ces données une fois traitées arrivent dans les centres d'alerte, via un satellite. Un tel dispositif n'existe pas dans l'océan indien, mais hier, l'enregistrement des ondes du séisme auraient pu parvenir aux pays touchés par le Tsunami. (Japon, Alaska, Hawaï, Mexique, Nicaragua, Pérou Chili)

Philippe Lognonne, Institut de physique du globe Paris.
"A partir de ces ondes, on a pu reconstituer le mouvement vertical qui avait lieu au voisinage du séisme, et ainsi découvrir très rapidement qu'il s'agissait d'un mouvement vertical de plusieurs mètres."

A partir de là on pouvait prévoir ou du moins envisager la propagation du tsunami et donc prévenir les populations. Un système d'alerte comme aux USA ou au Japon, aurait sans doute pu sauver des vies.

Badaqui Rouhban, responsable prévention des catastrophes naturelles, UNESCO.
"Nous avons connu au Japon des expériences réussies d'alerte au Tsunami qui ont engendré une évacuation des populations vers des refuges qui sont conçus pour ce genre de phénomène, et ou pendant un laps de temps les population ont pu être mise à l'abris, le temps que le phénomène se passe."

Au delà d'une mise en place de systèmes onéreux, une simple culture du risque devrait pouvoir au moins se développer dans tous les pays exposés.



Il est quand même utile de préciser que la Thaïlande, Singapour et l'Indonésie font parti de ce système de réseau d'alerte, ce qui n'a pas été dit par la presse. Mais tout le monde à choisi de rester sourd aux appels des sismologues.

27/12/2004 - France 2 :
Lorsque cette vague touche les côtes de Malaisie, tous les séismographes du monde entier sont déjà en alerte. L'un des plus grand tremblement de terre de l'histoire contemporaine, 9 sur l'échelle de Richter, a ébranlé la région quelques dizaines de minutes auparavant. A Hawaï tous les appareils sont affolés. Dans l'océan pacifique le système de surveillance des tsunamis existe depuis près de 60 ans. Pendant plusieurs heures les scientifiques ont tenté d'alerter les pays menacés en vain.

Kenneth Hudnet, géophysicien, US Geological Survey
Avec un réseau d'instruments proche de la source du tsunami, vous pouvez donner l'alerte rapidement et partout dans le monde.

Après le séisme de sumatra à 1.00 GMT, le tsunami s'est répandu dans l'océan indien à 800 km/h. A cette vitesse il a atteint les côtes du Sri Lanka en 1h30 (02 :30 GMT), en 3h celles de l'Inde en 4 h, un délai qui aurait permis l'évacuation des populations, mais il n'existe aucun système d'alerte équivalent à celui du Pacifique, un océan habitué des tsunami. 

Vincent Courtillot, géophycien, directeur de l'institut de physique du globe.
Dans le cas de l'océan Indien, ces tremblements de terre sont beaucoup plus rares, les pays limitrophes sont moins bien développés, donc c'est certains qu'il serait souhaitable d'essayer de développer un tel mécanisme. Il faut voir sous quelle forme, il faut voir si ces pays en ont les moyens.

Au Japon par exemple les exercices d'alerte sont fréquents. Le pays dispose d'un système de prévention efficace. Habitué aux colères des éléments, l'archipel vit en permanence sous la menace d'un gigantesque raz de marée.

On voit même qu'il y a eu la terre qui a même  tourné sur son axe si j'ai bien compris. Il y a des îles qui ont bougé de plusieurs dizaines de mètres dans l'océan Indien.

Philippe Lognonne, Institut de physique du globe Paris.
Oui, c'était un séisme d'une énergie énorme. C'est à dire qu'il faut avoir en tête que ce séisme a libéré en quelques dizaines de secondes, plusieurs fois l'équivalent de l'énergie libérée par tous les séismes sur terre pendant une année. Donc c'est réellement un séisme énorme, et par exemple en France, lorsque les ondes produites par ce séisme ont traversée le territoire national, le sol de la France s'est déplacé de quelques millimètres. Évidemment nous ne l'avons pas ressenti mais les instruments des réseaux mondiaux, en particulier ceux de l'institut du globe de Paris, ont mesuré très très bien ces déplacements. Donc il faut imaginer que la terre a un petit peu bougé de quelques mètres, et c'est un petit peu comme un patineur qui tourne sur lui-même, il va bouger un petit peu son bras, et en conséquence sa vitesse de rotation va un petit peu être modifiée, en l'occurrence diminuée.

Il est pour le moins surprenant que tous les instituts de géophysique du monde aient été en mesure de détecter ce séisme plusieurs heures avant, y compris ceux d'Europe, et celui de Strasbourg. Alors pourquoi les ministères des affaires étrangères européens sont restés silencieux. Ce qui veut dire que le projet de création d'un nouveau réseau d'alerte est bidon, puisque ceux qui étaient en place, on été incapables de se faire entendre des gouvernements concernés. La Thaïlande et l'Indonésie font parti du réseau d'alerte, alors pourquoi la presse n'a rien dit. Parce que les populations et les familles des touristes décédés auraient accusés les gouvernements y compris européens, de n'avoir rien fait.

Serge de Beketch:
Vous avez entendu aujourd'hui que les radios font état d'un ultimatum, on peut employer le mot adressé par les autorités indonésiennes aux différentes organisations de sauvetage ou de secours, qui utilisent des militaires des nations étrangère en disant, des médecins autant que vous voulez, mais les militaires, on en n'a pas besoin, rentrez chez vous, alors je me suis posé la question...

Les autorités indonésiennes ont demandé vers le 12 janvier au porte-avions "Abraham Lincoln" de quitter les eaux territoriales et refoulent les soldats américains de Sumatra. Les soldats étrangers de 6 pays devront aussi avoir quitté Sumatra dans les 3 mois au plus tard.

Marc Filterman :
Une petite info justement, les météorites ont une valeur qui est supérieure à l'or, 30.000$,
30.000$ le gramme.

Serge de Beketch:
Voilà, c'est ce que je voulais vous dire, est-ce qu'on ne peut pas imaginer, que certains sauveteurs entre guillemets, soit là uniquement pour essayer de récupérer l'information sur cette pluie de météorites.

Marc Filterman :
Alors d'autant plus que à l'heure actuelle j'ai remarqué qu'effectivement, peut être que les américains ont peut être raison de se préoccuper d'un bouclier antimissile, mais si c'est un bouclier antimissile qui est uniquement antimissile contre les missiles ou je ne sais pas quoi, ou à moins que le bouclier antimissile servent à autre chose(contre les astéroïdes par exemple, information qui ne peut être révélée sans affoler les populations). Parce que là il va être lancé dans le courant de l'année 2005, donc vers juin juillet, un engin qui doit aller également à la rencontre d'une comète. Donc on peut se demander si ce n'est pas quelque chose, une étude, voilà, cela doit être lancé le 14 juillet 2005 vers la comète Tempel, donc un vaisseau Fly By qui va emporter un impacteur, enfin une sonde qui va entrer en collision donc avec la comète. On peut donc se demander si on ne va pas faire un peut comme dans les films de science fiction, dans le but déjà de déterminer la solidité des comètes de façon à pouvoir les détruire après. Bon, là il ne faut pas rêver, parce que même une comète ou un astéroïde qui vient vers la terre, et bien si on veut le détruire, bien ce n'est pas dit qu'on arrive à le détruire, ou alors si on veut envoyer un missile nucléaire dans l'atmosphère, il faudra le détruire du premier coup, parce que je peux vous dire que les satellites qui sont dans l'espace, il ne risque plus de fonctionner après, ça c'est clair, et puis de toute façon avec l'impulsion IEMN et avec tous les débris qui vont se balader en orbite, il n'y aura plus de satellites (de télécommunication). Donc...

Le programme de 300 millions de dollars appelé  "Deep Impact" (impact profond) repose sur un vaisseau spatial impacteur qui a décollé de sa base le jour où j'intervenais pour cette émission de radio. Le vaisseau spatial de Flyby doit aller à la rencontre de la comète Tempel-1 pour lancer le 4 juillet 2005 son impacteurs de 300 kg à la vitesse de 36.000 km/h vers la comète. Il devrait faire un trou de 20 à 30 m de profondeur. Les scientifiques pensent que cette mission permettra d'avoir des informations sur l'espace, le système solaire, ou plutôt sur sa composition, information vitale pour détruire une éventuelle comète, qui viendrait à la rencontre de la terre. Le matériel scientifique et les télescopes de Flyby des laboratoires d'astronomie sur terre analyseront le nuage de substance de la comète après l'impact.

Serge de Beketch:
Avec un peu de chance on peu retourner à l'âge de pierre.

Marc Filterman :
Bien de toue façon apparemment c'est déjà arrivé, et si on se base sur l'explosion dans la Tunguska en 1908, plus Irkoutsk où ont dit.. Oui alors bon il y a des fois des journalistes, je sais que dernièrement il y a des personnes qui ont appelé RTL, j'ai su ça incidemment, parce que je n'écoute pas toutes les radios 24/24, et puis apparemment il y a des personnes qui connaissent mon livre, et qui disaient au journaliste, oui il faut surtout lire le livre où on parle de tous les formes de guerre, ceci cela, et le journaliste a dit il ne faut pas faire de catastrophisme. Bon alors effectivement il ne faut pas faire de catastrophisme...

Une météorite importante est tombée en septembre 2002 vers Vitimsk et Bodaïbo au nord-est d'Irkoutsk et du lac Baïkal en Sibérie, et a rasé 100 kilomètres carrés de taïga. L'explosion a été équivalente à celle d'une bombe atomique de puissance moyenne. Une expédition s'est rendue sur place en mai 2003 avec comme chef de l'expédition Vadim Tchernobrov. Environ 20 cratères, jusqu'à 20 mètres de diamètre, ont été comptabilisés. Une vidéo a été présentée à la presse le 25/07/2003. M. Tchernobrov a précisé qu'une radioactivité plus élevée avait été relevée sur le lieu de l'impact. C'est dans cette région qu'un astéroïde était déjà tombé par le passé en 1908. Cette affaire de la météorite de Irkoutsk, est curieusement peu connue. Peut être les médias ont eu comme consigne de ne pas affoler les populations.

Serge de Beketch:
Il ne faut surtout pas en parler.

Marc Filterman :
Bon en Inde, bon il ne faut pas paniquer les gens, à part que les VIP si j'ai bien lu la revue Marianne, de Jean-François Khan, il signalait quand même qu'apparemment il y avait des VIP qui avaient été prévenue, pour qu'ils déguerpissent le plus rapidement possible, donc il y a une certaine élite qui est alertée, bon et les autres ils restent où ils sont quoi. Bon eh bien ne pas faire de catastrophisme on voit ce que cela donne avec le tsunami en Indonésie, et puis à mon avis... Alors le dernier chiffre qu'ils ont donné tout à l'heure, c'est 160.000 morts, mais je crois qu'avec les disparus on va arriver à 200.000 morts (le 20 janvier le chiffre de 225.000 morts était avancé). Donc de toute façon, il y a deux aspects qui n'ont pas été cités par la presse, l'île de Macquarie et les tremblements de terre qui ont commencé en Nouvelle Zélande et en Australie, bien avant Macquarie. Surtout qu'il y avait un navigateur qui était bon je n'ai plus son nom, qui était sur place à l'île de Macquarie, je crois c'est Josse, qu'il s'appelle,  je n'ai plus son nom en tête, et il était dans les eaux de Macquarie quand il y a eu les tremblements de terre, donc ça on en n'a pas du tout parlé. Donc on en aurait parlé, peut être cela aurait éveillé les soupçons, parce que ça à l'air de suivre une diagonale le séisme. Cela à l'air de partir du bas, donc du coté de la Nouvelle Zélande, de suivre une ligne jusqu'à Sumatra. Or c'est également la ligne que semble suivre aussi certaines météorites également. Parce que des météorites on en n'a pas ramassé que là. En ce moment même le, alors ça c'est le 14/06/2004. Bon maintenant il faut savoir qu'en décembre, on a une pluie de météorites qui frappe dans le ciel, alors je crois que c'est dans la période du 7 au 17 décembre, oui c'est ça, du 7 au 17 décembre, on a un essaim qui est l'essaim des météorites Geminides qui est assez actif, mais les météorites qui sont arrivées après, ou alors ce sont des retardataires, parce que l'essaim normalement il aurait du être passé, au 17 décembre il aurait du être passé. A moins qu'il y ait ce fameux astéroïde (YD5) qui nous ait fait cadeau  de la TVA si je puis dire, et qui nous ait envoyé des météorites supplémentaires, puisqu'il a frôlé la terre. Bon là je ne peux pas vous répondre, parce qu'il n'y a que des astronomes qui pourront vous répondre. Mais au 27 décembre par exemple à Sainte Geneviève, il y a quelqu'un à Saint-Geniez en Alpes-de-Haute-Provence c'est pareil, il y a quelqu'un qui a retrouvé, qui a eu un impact dans son jardin d'une quinzaine de centimètres (le jour de Noël. Les mesures ont révélé une radioactivité très légèrement supérieure à la normale). Donc on suppose donc en France aussi, on en a reçu. Jakarta, ça c'est dit. La province de Gansu, je l'ai dit également. Donc il y a un certain nombre de météorites qui sont tombées durant le mois de décembre, et ça, cela vient des débris de la comète Tuttle, c'est ce qu'on appelle les douches météore enfin appelées Ursil également. Donc là je ne suis pas trop spécialiste en astronomie, s'il y en a qui veulent vous renseigner, ils vous renseigneront de façon plus approfondie.

L'essaim des Géminides est une pluie d'étoiles filantes, avec un ZHR estimé à 120. Ses débris proviennent de l'astéroïde/comète 3200 Phaeton qui se désintègre en approchant de notre atmosphère. Il a atteint son maximum d'activité le 13/12/2004 entre 22h20m UT et 02h20 et est intervenu après la NL du 12 Décembre.
Vers le 11/12/2004, des centaines de personnes ont vu une météorite vers 11:36 P.M. Elle a été suivie d'un souffle ressemblant à celui de la chute d'une bombe aux environs de Lanzhou, capitale du Gansu. Cet impact a provoqué un léger tremblement de terre localement. Deux experts du bureau provincial de sismologie ont déclaré que l'onde de choc ne venait pas d'un tremblement de terre. Un conducteur en allant vers Yongdeng, a vu une boule de feu avec une queue de trois mètre de long voler d'ouest en est, et a entendu comme deux coups de tonnerre. L'onde de choc était équivalente à 30 tonnes de dynamites. Pour Liu Chengchang, cette météorites provient de l'essaim Geminid. D'autres chutes ont été constatées à l'est de Lanzhou le 23 novembre et dans le district de Gulang le 3 décembre. Un fermier a vu une boule de feu tomber dans un champs de blé. Le lendemain, il a trouvé une pierre de 2,15 kg.
Il y a une autre pluie de météore appelée Ursid, qui proviendrait des fragments de la comète 8P/Tuttle, qui elle aussi se manifeste vers le 22 décembre.

Le 27 Novembre 2004 à 07.20 UT une météorite de fer de 47 grammes est tombée à Sankabodhi Viharaya, Pulasthipura, Polonnaruwa, au Sri Lanka avec une queue de fumée colorée en bleue, une couleur bleu métallique au moment de la chute. Sa couleur est passé au noir brun en raison de l'oxydation. La croûte de fusion de couleur noire, les particules de croûte trouvées autour du cratère et la poussière des cendres confirme que c'est une météorite qui en plus est légèrement  magnétique, et est très rare. Le docteur Chandana Jayaratne du laboratoire d'analyse de météorites du ACCIMT (Arthur C. Clarke Institute for Modern Technologies, a indiqué qu'elle se composait de fer, titane, chrome, manganèse, et zinc.

Serge de Beketch:
Bien on a une question là qui facilite les réflexions et font un peu avancer les choses. Par exemple un auditeur nous dit, il s'interroge, il est là pour faire passer l'information en même temps, savez vous qu'au  large des îles Andaman, il y a Nicobar, ancienne base soviétique de sous-marins, reconvertie en zone d'essai de stockage d'armes nucléaires.

L'île indienne de Car Nicobar a été secouée mardi par un séisme de magnitude de 5,2 et de fortes vagues dues à une forte marée, qui a touché les îles voisines d'Andaman, envahissant les rues de la capitale, et Port Blair. On estime à 7 000 le nombre des victimes sur les deux seules îles de Nicobar et autant de disparus. L'île Chowra dans les Nicobar a perdu les deux tiers de sa population. Les communications ont été coupées avec l'archipel du Nan Kauri. Certaines îles ont été totalement recouvertes et 18.000 personnes ont disparu.
Le commandement naval sud-est qui opère à partir des îles Andaman et Nicobar prévoit  la présence de flottilles indiennes en mer de Chine méridionale. Elles opéreraient à partir de la base navale de Cam Rahn Bay, au Vietnam. L'Inde et le Vietnam se livrent à des échanges de technologies stratégiques. Il est possible que l'Inde apporte son aide au Vietnam aussi bien dans le domaine des missiles que du nucléaire. La base de l'Armée de l'air Indienne à Car Nicobar a été très sérieusement frappée. L'armée indienne sur cette zone à donc été neutralisée. Cette catastrophe risque de donner aux militaires américains de nouvelles idées de stratégie de guerre dans un très proche avenir, qui ont déjà étudié par le passé la possibilité de provoquer des tsunamis.

Marc Filterman :
Oui il y a eu Nicobar également qui a eu des secousses sismiques également. Bon alors Nicobar, j'ai regardé là aussi, mais enfin pour l'instant oui comme vous l'avez dit, bon enfin c'est peut être trop tôt, mais je n'ai pas trouvé trace d'explosion nucléaire pour l'instant. Par contre trace de météorites qui nous sont tombées sur la figure, là j'ai trouvé trace. Donc on peut tout imaginer. Il n'y a pas besoin d'une grosse météorite, il suffit que ça tombe à un endroit d'une faille, où c'est une zone assez sensible, c'est un peu comme le principe du levier. Une tonne, une masse d'une tonne vous n'allez pas la soulever, par contre si vous avez une barre de deux mètres, enfin ou plus long, et que vous pesez de tout votre poids dessus, vous allez déplacer la masse. Donc làsi vous avez une météorite qui tombe où il ne faut pas au niveau d'une faille,cela peu avoir des conséquences. Ou même tout à l'heure je parlais des infrasons pour la recherche pétrolière, enfin des Air Guns, quand on utilise un tel dispositif à des endroits qui sont fragiles cela peut avoir des conséquences. Surtout que ces ondes là se propagent assez loin, à travers l'eau, et même quand on fait, je parlais tout à l'heure de 230 dB de niveau sonore. Quand c'est dans l'air c'est deux fois moins. C'est à dire qu'on va être à 140, 130 dB, alors que dans l'eau on va tout de suite passer à 230, 240.

Le spectre de la longueur d'onde des vagues peut varier de 100 à 400 km. Il pourrait donc correspondre au spectre des infrasons.

Serge de Beketch:
240 C'est déjà terrifiant.

Marc Filterman :
Même à 85, à 85, à 100 vous ne résistez pas. Les russes ont utilisez çà notamment pour faire craquer les agents à l'époque.

Serge de Beketch:
Cela avait été utilisé par les américains aussi.

Marc Filterman :
Tout le monde les avait utilisé.

Serge de Beketch:
Comment il s'appelle le Président du Panama et qui a été enfermé, Noriega, qui a été enfermé dans sa résidence, a été bombardé...

Marc Filterman :
C'est assez comique par ce que du temps, c'était du temps de Bush père, ils ont même utilisé des agents psy, médium, alors ça on ne le sait pas beaucoup, parce que c'est le SRI qui a été chargé de faire des recherches et de trouver des agents psy, et ils les ont utilisé pour tenter de savoir où se trouvait Noriega. C'est un truc qu'on ne sait pas beaucoup.

Serge de Beketch:
Un auditeur nous fait remarquer que dans certaines voitures, qui sont conduites par une certaine jeunesse, qui ont des systèmes de sonorisation de plusieurs centaines de watts, c'est comme ça qu'on dit, pour passer du rapt, et effectivement on les entend quand ils traversent Paris, ça fait vibrer les murs d'une maison littéralement, alors on imagine celui qui est dans la voiture, qui doit en prendre plein la tronche, alors comme ils ne doivent pas avoir beaucoup de cervelle ces gens là, cela ne doit rien arranger non plus.

Marc Filterman :
Alors justement ils ont fait une expérience, alors ça, ça vient de tomber il y a quelques jours. Ils ont fait une expérience dans une salle de concert, où ils ont, ça a été fait en Angleterre, avec des sons très basse fréquence, où ils ont émis en même temps des infrasons. Donc c'est avec le Dr Richard Lord, au Laboratoire National de Physique et d'acoustique, et le Professeur Richard Wiseman, voilà, psychologue l’université du Hertfordshire, un concert, pas un cancer, un concert avec 750 personnes, et dans la musique ils ont émis des infrasons en même temps, et ils ont eu au niveau de 22 % du public, qui ne savait pas ce qu'il y avait dedans (la musique), ils ont eu des réactions, un peu comme on retrouve avec les micro-ondes justement qui sont (pulsées) en ELF (extrêmement basse fréquence), certaines micro-ondes en ELF comme pour les radars, alors il y a des états de dépression, alors ils ont retrouvé des aspects comme tristesse, frissons, peur... Bien c'est à dire que les procédés qu'utilisaient effectivement les soviétiques avec les fréquences de xxxxx hertz pour faire craquer les individus quand ils les interrogeaient.

L'expérience réalisée en Angleterre, ne fait que confirmer le contenu des rapports militaires déclassifier que j'ai pu lire sur les recherches soviétiques d'il y a 30 ans, et confirme l'existence d'un lien entre les infrasons et la modification du comportement des individus.Il y a notamment une fréquence très précise avec trois chiffre après la virgule, qui est assez nocive. On sait déclencher des crise de paranoïa, par modification des taux de dopamine, sérotonine, et du 5HIAA, qui a notamment une fréquence de résonance bien précise. Que les opérateur le veuille ou non, la téléphonie mobile modifie ces taux, et donc obligatoirement le comportement mentale des individus. Un taux anormalement bas de 5HIAA, se retrouve chez les personnes qui se sont suicidés, ou celles qui ont un comportement violant, comme l'ont démontré plusieurs expertises et autopsies. Le Pr Wiseman déclarait au cours d'une conférence à la British Association, "Ces résultats montrent qu’un son très basse fréquence peut entraîner des réactions inhabituelles chez les gens même s’ils ne peuvent pas consciemment le détecter". Le Pr Lord précisait que les infrasons peuvent être générés par des phénomènes naturels comme les orages, les vents et certains types de tremblements de terre. Le vent à une fréquence qui ne dépasse pas généralement le 2 Hz. Certains animaux comme les éléphants s’en servent pour communiquer ou repousser leurs ennemis.

Serge de Beketch:
Vous voulez dire par là, que la musique actuelle rend idiot, non quand même pas.

Marc Filterman :
C'est à dire qu'il y a certaines ondes sonores, si on les introduit dans la musique, bon ça ce n'est pas(je voulais dire une découverte), on le sait depuis des années 70, les russes ont travaillé dessus. Donc ce n'est pas une découverte. C'est à dire que des ondes sonores comme ça, des infrasons comme ça, glissés dans des morceaux de musiques, voire de film, peuvent modifier le comportement d'une personne dans une salle de cinéma. Bon mais là on rentre dans le domaine des ondes sonores subliminales, ou des images subliminales ce qui a été fait aussi, ce qui a été étudié, même à la Sorbonne ça a été étudié dans les années 70 si je me rappelle bien, il y a eu une étude qui a été faite la-dessus. D'ailleurs si on se rappelle le fameux a d'antenne 2, dans lequel il y avait le reflet de François Mitterrand à l'époque, c'était la veille (d'une élection présidentielle), ça a fait un gros scandale, bon personne ne se rappelle de cette affaire là. J'ai encore tout le descriptif du système utilisé à l'époque.

D'ailleurs les auteurs de cette manipulation mentale aurait du être poursuivie et condamné par la justice. Quant à M. Mitterrand, il aurait du être éliminé de la candidature lors de ces élections, car il n'était pas digne de se présenter après une telle manipulation. Quand à la publicité, tout publicitaire qui utiliseraient de telles procédés, devrait et devra être condamné par la justice, dans le cadre de convention européenne des droits de l'homme, pour atteinte à l'intégrité psychique de la population.
En 1981, une première édition du Rapport A.U.R.O.R.E. adressait une sérieuse mise en garde sur la nocivité des rayonnements non ionisants, qui intègre les ondes radio, mais aussi les infrasons et des ultrasons. Ce rapport alertera les autorités politiques belges qui adopteront la loi-cadre du 12 juillet 1985 relative à la protection de l’homme et de l’environnement contre les effets nocifs des radiations non ionisantes, des infrasons et des ultrasons. Elle sera réactualisée jusqu’en 1989. Inutile de préciser que les opérateur de téléphonie mobile ne tiennent aucun compte des risques sur la santé, et des experts comme Bernard Veyret du  CNRS, ne peuvent pourtant pas ignorer ces risques.

Serge de Beketch:
Est-ce que vous avez une question Victoria qui s'adresse à Marc Filterman ?

Victoria:
Non pas de commentaire. Merci d'avoir invité Marc Filterman. Pourrait-il nous parler de Tesla et de ses expériences électromagnétiques.

Serge de Beketch:
Écoutez, je pense qu'on va faire une émission sur Tesla. Enfin j'ai le projet de faire une émission, mais c'est assez difficile à mettre en place, parce qu'il faut la faire avec des gens sérieux, il faut d'abord trouver les gens qui connaissent le sujet, et aussi parmi ces gens là, il faut trouver des gens qui acceptent d'en parler, ce qui n'est pas souvent très très simple. On rentre dans un sujet brûlant.

Marc Filterman :
On rentre carrément dans le domaine militaire, et même là, bon dès que vous parlez des problèmes des micro-ondes et des GSM et tout le cirque, là encore j'ai été à une conférence, où il y avait M. Bouillet de Bouygues Télécom, où il disait qu'il n'y avait aucun problème. Il  a cité le bulletin de l'AFSSE de 2003, je lui ait dit attendez, il y a le bulletin de l'AFSSE de 2004 qui contredit celui de 2003. Mais le bulletin de l'AFSSE de 2004, ne figure pas sur le site de Bouygues Télécom. Celui-là, on l'a oublié (Rires). Je lui ai rappelé lors de la conférence...

Pour le bulletin de l'AFSSE, voir page : http://membres.lycos.fr/filterman/gsm-bouygues-2004.htm

Serge de Beketch:
Il y aurait un moyen d'ailleurs de régler le problème, ce serait bien, parce que si ça ne pose vraiment aucun problème, on va vous poser sur la tête...

Marc Filterman :
Alors attendez, moi j'ai proposé un texte de loi, j'ai envoyé ça à quelques députés. Il y en a certains qui m'ont répondu en me disant, "je comprends l'humour de votre proposition", je leur avais proposé d'appliquer la norme de 41 V/m, aux députés ou aux experts. C'est à dire qu'on prend les députés, les experts, Bernard Veyret, on prend M. Douste-Blazy, et puis on les expose à 41 V/m, et 58 V/m, parce que j'ai demandé(rires), 41 V/m, j'ai demandé à M. Bouillet, mais pour quelle durée d'exposition. Alors il était quand même bien embêté, mais il a quand même dit, ah bien oui, vous voulez parler des six minutes, "mais cela ne veut pas dire qu'au bout de six minutes on va avoir des problèmes sur la santé". Donc, bon s'il n'y a pas de problème sur la santé, moi je propose qu'on prenne les députés et puis qu'on les expose à 41 V/m pendant toute une journée. Bernard Veyret également, Luis Miros, enfin tous ces, et puis René de Sèze. Bon moi je ne vois pas pourquoi ils n'expérimenteraient pas, cela me paraîtrait tout à fait normal. Alors je tiens quand même à préciser que l'arme qui a été développée, le VMADS qui a été développé par le Pentagone, qui ne fonctionne pas à la même puissance, la durée d'exposition, enfin le temps d'émission est limité à trois secondes. Enfin là ils faut dire qu'on est pas à quelques dizaines de watts, on est à plusieurs centaines (en réalité on ignore la puissance, surtout que plus on monte en fréquence, plus les puissances baisses). C'est un système d'arme qui a été développé en 2001, dont j'ai les photos. J'ai publié d'ailleurs les photos des sources sur mon site internet, et certaines informations techniques. Donc ça aussi, ça a été étudié également par les russes. D'ailleurs les russes ont fait des dispositifs, eux autres c'était pour détruire le matériel électronique.

Serge de Beketch:
Une autre question Veronica.

Veronica :
Il vient d'y avoir un tremblement de terre et des inondations aujourd'hui en Californie. Est-il vrai que la région de Yellowstown a des risques de gravité énorme.

Marc Filterman :
Ah oui, il y a un volcan là bas en plus si je ne me trompe pas, eh bon pour la Californie et pour Los Angeles, où j'ai quelques amis la bas aussi, il y a un gros problème parce qu'il y a en plus la faille de San Andreas. Donc tout le monde aux USA attend le Big One, comme au Japon d'ailleurs, le Japon n'est pas mieux loti que la Californie.

Serge de Beketch:
Je rappelle d'ailleurs un épisode, cela va me faire passer une fois de plus pour un rigolo, mais dans Superman, mais dans les films Superman de la génération récente, dont le personnage est mort il n'y a pas très longtemps, toute l'histoire repose sur le fait qu'un malfaisant achète les terrains dans le désert, donc à très bas prix, et il achète des milliers et des milliers d'hectares en plein désert, et on découvre à mesure que le film avance, qu'en réalité il est en train d'acheter le futur bord de mer, parce qu'au moment du grand séisme de la faille de San Andreas, toute la partie Est/Ouest va s'effondrer dans la mer. Il y a une scène au cours de laquelle il frappe avec son bâton, sa canne sur une plaque de verre, où est dessinée la côte et on voit la faille de san Andreas...

Marc Filterman :
Il y a un film comme ça avec Jems Bond aussi, il y a...

Serge de Beketch:
Peut être oui. Voilà, il faudrait peut être étudier le rôle des banquiers et des agents immobiliers dans les séismes.

Marc Filterman :
Bon enfin pour en revenir aux séismes, disons que le plus inquiétant à mon avis, les risques les plus inquiétants, d'ailleurs c'est ce que pense aussi Donald Yeomans de la NASA, il faut savoir qu'on a une comète qui va revenir en 2029, et s'y on se réfère...

Donald Yeomans est gestionnaire du programme des astéroïdes proches de la terre au laboratoire de propulsion de la NASA à Pasadena. Aucun astéroïde précédemment observé n'a été estimé supérieur à 1. Et celui de Irkoutsk alors, on en fait quoi. Jeudi 23 décembre 2004, un scientifique de la NASA a déclaré qu'il n'y a qu'une chance sur 300 pour qu'un astéroïde MN4 vienne frapper la terre le 13 avril 2029. Il a été découvert le 19 Juin 2004 par Roy Tucker, David Tholen et Fabrizio Bernardi de l'UHAS (University of Hawaii Asteroid Survey) de Kitt Peak en Arizona. Sa dimension est estimée à 400 mètres, magnitude de 5 et visible à l'oeil nu de certains endroits, il devrait passé à 64.000 km de la terre, enfin s'il ne se fait pas attraper par l'attraction terrestre, sinon il dégagerait une énergie de 1600 mégatonnes à l'impact. Il a rajouté que le risque sera éliminé une fois que les astronomes auront plus d'information sur son orbite. C'est un peu comme la navette spatiale qui avait plus d'une chance sur un million d'exploser au décollage. On sait depuis ce qu'il en est. Or avec cette comète dont la rencontre est prévue pour 2029, on parle d'une chance sur 300. Le risque est estimé à 2 sur 10 sur l'échelle des risques d'impact (Torino impact Hazard Scale). La NASA déclare, "nous nous déplaçons, d'une collision possible dans les prochains 50.000 ans à venir, mais maintenant nous penchons pour une collision en 2029". Donald Yeomans NASA déclare, " ce n'est pas un problème pour n'importe qui et ce ne devrait pas être un souci pour n'importe qui, mais toutes les fois que nous signalons une de ces choses... quelqu'un obtient la censure, il devient juste fou." Nous devons être en désaccord avec M. Yeomans ici. Nous ne savons pas qui devient " fous " au sujet de la possibilité d'une frappe par une météorite sur terre. Il semblerait que les divers gouvernements et organismes gouvernementaux comme la NASA font un excellent travail pour conserver les informations extrêmement importantes hors du domaine public.
Source: The Associated Press, Los Angeles, Updated: 9:12 p.m. Dec. 23, 2004

Serge de Beketch:
Je ne serais plus là, ça va. (rires)

Marc Filterman :
Si on se réfère à Irkoutsk, bon des astéroïdes on en découvre assez régulièrement, ce n'est pas exclu qu'on en reçoive une où il ne faut pas. Parce que quand on entend les astronomes qui disent, oui mais c'est très rare de recevoir des météorites, bon moi quand je vois une météorite, qu'il y en a un qui l'a reçu dans son canapé... (rires)

Le 14/06/2004, une météorite qui devait avoir la taille d'un ballon à l'origine a traversé l’atmosphère à la vitesse de 15 kilomètres par seconde. Elle a été ralentie en final à la vitesse de 100 ou 200 mètres par seconde, et a traversé le toit de la maison pour finir sa course dans le canapé d'un salon à Auckland en Nouvelle-Zélande. La météorite  peasait 1,3 kg. Elle s'est probablement détachée d'un astéroïde.

Serge de Beketch:
Moi cela ne me dérange pas du tout au delà de. (rires)

Marc Filterman :
Cela commence à m'ennuyer parce qu'apparemment les météorites, on constate qu'elles tombent (de plus en plus souvent)... En Californie notamment, ils en ont eu, il y a une météorite qui a été estimée à 10 tonnes, là on parle de la Californie, le 29 mars 2003, alors attendez cela doit être dans la nuit du 27 au 28 mars 2003 vers minuit, à l'ouest des USA, dans l'Illinois, Ohio, Wisconsin, ils ont vu une météorite passé et puis il y a eu des débris, des roches de 2,5 kg, alors même si vous recevez une orange qui vous arrive sur la figure du dixième étage (rires), je ne pense pas qu'elle fera de bien, alors une météorite de 2,5 kg, je ne pense pas que sera mieux.

Un astéroïde rocheux d'un poids estimé à 10 tonnes, est entré dans l'atmosphère dans la nuit du 26 au 27 mars 2003 vers minuit au-dessus de l'ouest des Etats-Unis et a provoqué d'importants dégâts aux immeubles et aux voitures. Il a été aperçu dans le ciel de l'Illinois, de l'Indiana, de l'Ohio, du Wisconsin, et a explosé dans l'atmosphère avec un violent éclair en arrosant une zone de 130 x 35 kilomètres, à partir de la banlieue sud de Chicago jusque dans le nord-ouest de l'Indiana. Des morceaux de météorites de 2,5 kg ont traversé des toitures et des habitants ont entendu des dizaines de coups suite à la chute d'une multitude de débris. Une centaine de morceaux ont été apportés à la police. Le plus gros pesait 4 kg. Les chutes de ce type sont estimés à une quarantaine par an, mais ont lieu le plus souvent au-dessus de l'océan, ou des zones désertiques comme la Sibérie. Si on part du principe que 70 % des tremblements de terre font suite à des essais nucléaires, on peut penser dans ce cas que 20 % pourraient être liées à la chute de météorites dans les océans ou zones désertiques.
* En 2002, une grande météorite a explosé en un millier de fragments au-dessus du village de Boqate Ha Sofonia au Lesotho, Afrique du Sud. Les scientifiques sont arrivés en masse pour récupérer les morceaux. La météorite devait peser une tonne et a du tourner autour du soleil pendant 4,6 millions d'années, avant d'entrer dans l'atmosphère terrestre à 50 ou 100 fois la vitesse du son.
* Lundi 22 novembre 2004, une météorite de 8 kg est tombée au Douar Al Foqara au Maroc, près de la ville de Bengrir, et une vingtaine d'autres, pesant quelque 20 kg, au Douar Tnaja. Ces chutes ont creusé un cratère d'environ 2 mètres de profondeur et ont été entendues à 50 km à la ronde. L'armée a pris le contrôle de la zone, et le procureur a donné des instructions à la gendarmerie pour récupérer les météorites.

Serge de Beketch:
Cela dit ça a aussi son avantage parce que vous nous disiez tout à l'heure, que certaines coûtent 100.000$ le gramme.

Marc Filterman :
30.000$ le gramme, mais à mon avis les autorités seront passés avant quand même (rires).

Serge de Beketch:
Une autre question Veronica.

Veronica:
Je suggère à l'intervenant de s'intéresser à la base américaine de sous-marins atomiques se trouvant dans le détroit de Bonifacio entre la Corse et la Sardaigne. Personne n'en parle. Il y a eu un incident dont on n'a pas parlé à la télévision.

Marc Filterman :
De toute façon les incidents, c'est secret défense, donc ça, personne n'en parle (rires). Bon quelque part je dirai c'est quand même un petit peu plus ou moins normal.

Serge de Beketch:
Mais c'est dans le détroit, cela s'appelle Maddalena ce détroit, non entre la Sardaigne et la Corse, ce n'est pas ça. Il y aurait une base de sous-marins...

Il s'agit du détroit de Bonifacio qui a une largeur de 20 km entre la Corse et la Sardaigne, par lequel transite aussi bien des cargos, que des pétroliers, navires de guerre ou sous-marins nucléaires américains. Il y a une base américaine de sous-marins (escadron 22) depuis 1972 à Maddalena en Sardaigne sur l'île de San Stephano à côté de la réserve naturelle de Bonifacio. Il était question avec Bush et Berlusconi que cette zone devienne "territoire américain". Il y a eu deux incidents en 2003. L'un s'est déroulé sur la base le 20/10/2003 à 23h25, avec une explosion. On ignore ce qui s'est passé. Le deuxième a eu lieu le 25/10/2003 avec un sous-marin nucléaire américain, le SNLE USS Harford, qui a heurté un haut fond. Le proximité de ces deux incidents successifs peut étonner.

Marc Filterman :
Des bases de sous-marins, il y en a de très discrètes (rires). Non mais je vais vous dire une chose, quand je disais à des amis ingénieurs dans les années 90 par exemple à l'époque où j'étais à TDF, bon je connaissais des ingénieurs qui travaillaient dans le domaine de la guerre électronique et même avant, et je leur disais mais vous savez à certains endroits, vous avez des bases souterraines, et puis comme les gus ils s'ennuient, ils remplacent, comme ils n'ont pas de fenêtres, bon eh bien il font des fausses fenêtres et ils mettent des paysages derrière, c'était vrai d'ailleurs. Et Thalassa sur France 3 a montré une de ces bases comme ça, qui est en Suède d'ailleurs, où vous rentrez avec des corvettes, vous rentrez avec des sous-marins dans les collines, et vous avez des murs de roches qui coulissent. Et même en suisse, vous avez des canons qui sont camouflés sous des rochers amovibles si je puis dire. Vous avez un rocher qui tourne avec le canon. Bon vous avez des trucs comme ça. En France on n'est pas capable de faire des trucs comme ça, parce qu'on n'a pas les moyens, on paye pourtant autant d'impôts, mais je ne sais pas où passe le fric (rires).

Serge de Beketch:
Je vous dirai ça hors antenne (rires)

Veronica :
Les américains, j'ai entendu dire que les américains auraient installé en Angleterre un complexe permettant de créer des séismes, qu'en est-il. En fait nous sommes une machine de guerre.

Marc Filterman :
Il faut quand même, bon il faut quand même arrêté de...

Serge de Beketch:
Au Canada, non je pense que c'est plutôt en Alaska, Haarp.

Marc Filterman :
Bien oui il y a certains systèmes. Bon effectivement il y a eu des collaborations même avec l'Australie par exemple pour les armes nucléaires, parce que l'Australie s'intéresse à l'arme nucléaire aussi, il ne faut pas l'oublier. Alors là aussi c'est assez comique, parce que l'Australie s'est opposée et a fait tout un cirque avec la France, Mururoa et tout le reste, et alors si vous prenez le rapport de l'assemblée Nationale, non ou du sénat, je ne sais plus lequel des deux, j'ai un rapport du sénat, où un sénateur ou un député, je ne sais plus, spécifie que c'est quand même assez comique l'histoire, parce qu'ils ont quand même acheté des barges qu'on utilisait à Mururoa pour les explosions nucléaires.

Extrait du rapport du sénat :
 
« Il a fallu pour cela construire des barges de forage tout à fait spéciales ; ce sont d'ailleurs ces barges qui viennent d'être achetées par des Australiens, ce qui est quand même assez surprenant quand on se souvient des campagnes hystériques des Australiens contre les essais nucléaires  français. Si le premier tir à partir du lagon a été effectué en 1981, ce n'est qu'en 1987 que cette technique a pu être appliquée à la totalité des essais. »

L'extrait ci-dessous vient du rapport du CCSN - Conseil Supérieur de la Sûreté et de l'Information Nucléaire Compte rendu de la 60ème séance du CSSIN du 21 février 2002.
 
3-2-4) Les essais nucléaires britanniques
Les essais nucléaires britanniques ont été peu nombreux et de puissance totale limitée.
Les premiers essais se déroulèrent d'abord sur le site des îles Monte Bello au large des côtes de l'Australie en 1952, puis au milieu du désert d'Australie à Maralinga. Enfin les essais d'armes thermonucléaires eurent lieu sur les îles Malden à 1600 km de Bora-Bora et l'île Christmas située à 1800 km au sud d'Hawaï et à 2200 km de Tahiti.

Le 10 décembre 1993, le gouvernement britannique suite a un accord avec le gouvernement australien, a accepter de réhabiliter et décontaminer le site d'essais nucléaires britanniques sur le site de Maralinga en versant 30 millions d'Euros à Canberra. Le programme a été estimé à 115 millions d'Euros et devait s’achever en 2000. Il était prévu l'enfouissement des terres contaminées par le plutonium et le traitement des 21 sites de stockages souterrains. Sauf que  500 kilomètres carrés de terrains sont condamnés, car impossible à décontaminer. L'Angleterre devait aussi verser 30 millions d'Euros de compensations au personnel australien utilisé pour ces essais. En 2001, le gouvernement australien a ouvert ses archives sur les essais nucléaires britanniques et a publié la liste complète des 16.716 Australiens, vétérans des 3 armées et civils, qui ont participé aux essais. Il faut savoir que toutes les armées qui ont fait des essais nucléaires, ont utilisé leurs troupes comme cobayes, non pas par méconnaissance des risques, mais pour savoir s'il était possible d'engager le combat dans une ambiance radioactive.

Serge de Beketch:
Cela veut dire qu'ils vont nous acheter Chirac (rires).

Marc Filterman :
Alors là je ne peux pas vous répondre. Donc les barges qui ont  été utilisées dans le domaine nucléaire ont été achetées par l'Australie, alors je ne sais pas pourquoi, à moins que ce ne soit pour installer des "Air Guns" dessus, des canons à air pour sonder le sol, je n'en sais rien. Parce que le trou de forage que peuvent faire ces barge là peut atteindre 1,50 m, 2 m,(jusqu'à 1,50 et non pas 2 m) pour faire descendre, bien oui, pour pouvoir mettre une bombe dedans.

Ces barges peuvent aussi bien servir dans le cadre de programme nucléaire, que dans le cadre de la recherche pétrolière. On pourrait tout aussi bien installé des bombes conventionnelles que nucléaires, pour sonder le sous-sol. Il serait aussi possible d'installer des Air gun dessus pour faire de l'échosondage. Le 27 juillet 2003, un expert en politique de sécurité, ancien conseiller scientifique du Gouvernement Howard, a révélé que l'Australie avait signé un accord avec les Etats-Unis, pour avoir accès aux armes nucléaires tactiques "sur étagère" en cas de crise. Il a déclaré que le nouveau réacteur nucléaire de 600 millions de dollars de Lucas Heights donnera à l'Australie les connaissances et les technologies nécessaires au lancement d'un programme d'armes nucléaires. "Il n'y aucun doute dans mon esprit que l'une des principales fonctions de Lucas Heights est de maintenir la capacité australienne de développer des armes nucléaires.../... C'est l'assurance politique de l'Australie pour l'avenir, au cas où les Etats-Unis ne viennent pas à notre aide. Nous sommes bien plus avancés en technologie nucléaire que Saddam Hussein l'a jamais été."  Willie Herron, porte-parole du Gouvernement fédéral a déclaré que ces affirmations étaient "absurdes", parce que l'Australie a signé le Traité de Non-Prolifération Nucléaire et s'est légalement engagée à ne pas acquérir d'armes nucléaires, ce qui est intégré à la législation. Les travaux préliminaires ont commencé sur le nouveau réacteur, estimé en 1999 à un coût de 268 millions de dollars mais il pourrait monter à 600 millions. L'ANSTO affirme que ce Réacteur de Recherche de Remplacement, est un réacteur à piscine de 20 mégawatts qui fonctionnera avec un uranium faiblement enrichi.

Serge de Beketch:
Vous voulez la question qui tue ?

Marc Filterman :
Oui.

Serge de Beketch:
Lorsque les deux tour du World Trade Center sont tombés, cela n'a pas provoqué de raz de marée. Comment expliquez vous que cela provoque des raz de marées avec des météorite. (rires).

Voilà un auditeur français qui s'est ridiculisé, en essayant de me ridiculiser pour mieux me discréditer.

Marc Filterman :
Alors attendez, pour les météorites, ils n'ont qu'à se renseigner avec les géophysiciens, d'ailleurs même la Tribune de Madagascar, pour vous dire, la Tribune de Madagascar a publié un article comme quoi il disait qu'une météorite tombant dans l'océan pouvait provoqué un tsunami. Même à Madagascar, apparemment ils sont mieux renseigné qu'en France visiblement (rires).

La Tribune de Madagascar du 29/12/2004, précise qu'une météorite peut provoquer un tsunami. Cela revient à dire que les journalistes de Madagascar dont la population est loin d'être au top de l'instruction, sont beaucoup plus instruits que certains français. Il faut savoir qu'une météorite de dimension importante, et même de faible dimension qui tombe sur terre, déclenche les sismographes.

Serge de Beketch:
Accessoirement les twin towers ne sont pas tombés dans l'océan.

Marc Filterman :
Non, non, les twin towers étaient au centre, enfin au centre était oui bon...

Le WTC n'est effectivement pas tombé dans la mer, sinon il y aurait eu un raz de marée local. Il semble que cet auditeur n'a pas vu les images de l'effondrement des tours qui passaient pourtant en boucle. Il a donc voulu poser une question idiote pour ne rien dire.

Serge de Beketch:
Où l'Etat d'Israël qui possède la bombe atomique effectue-t-il ses essais nucléaires ?

Marc Filterman :
Alors ça, celle-là, cela m'aurait étonné qu'on ne pose pas cette question parce que apparemment ce que je sais effectivement, l'Afrique du Sud et Israël se partagerait un site. Je n'ai pas le nom du site. Enfin ce serait quelque part, je pense que c'est au large de Madagascar, je ne peux pas dire. Mais une chose est sûre, c'est qu'il y a eu effectivement une collaboration entre l'Afrique du Sud et Israël, de même qu'il y a une collaboration entre l'Australie et les USA, ce qu'a souligné un député australien d'ailleurs(pas un député, mais un expert scientifique australien).

Putative Island, Indian Ocean / Site of the South African/Israeli nuclear test.
(South Atlantic between Bouvet and the Prince Edward Islands 47S, 40E).
Vela Incident, Israel and/or South Africa : Ces deux pays ont testé une arme nucléaire de 2 à 3 kilotonnes qui a généré un double flash, le 22 septembre 1979 à 00:59 GMT dans l'Océan Indien, selon des données du satellite Vela 6911. Ce satellite à d'ailleurs été victime d'impulsions électromagnétiques à plusieurs reprises. En 1974, Moshé Dayan se rend en Afrique du Sud dans le cadre d'une coopération nucléaire. Cela se traduira par un accord nucléaire Israël/Afrique du Sud en 1976 qui aboutira à un premier essai commun au Sud de l’océan Indien en 1979. L’Afrique du Sud, entre 1970 et 1980, produit six armes nucléaires, interrompt son programme en 1990, et adhère en 1991 au traité de non-prolifération en détruisant ses armes et ses documents. Elle a cependant gardé ses ingénieurs, son réacteur de recherche à Valindaba, et son centre de retraitement des combustibles, c'est à dire son centre de fabrication de plutonium.
Il y a aussi eu une collaboration entre l'Afrique du sud et Israël sur les recherches sur ce qu'on appelle les virus de ciblage ethnique, qui permettent de détruire plutôt une population qu'une autre, scandale qui sera mis à jour par la commission Révélation.
Voir page : http://membres.lycos.fr/filterman/sida.htm

Serge de Beketch:
Il n'y pas tellement de gens qui auraient pu vous répondre d'une façon sérieuse à par les parachutistes de la légion étrangère qui ont sauté sur Colvezy. Malheureusement, il n'y a pas de survivant, parce qu'ils se sont tous tués dans un accident, pas tous mais beaucoup, se sont tués dans un accident à Djibouti. Leur avion de largage s'est écrasé sur une montagne, et il y avait toute la compagnie Grive qui était à bord. Et quelques temps après le colonel est mort d'une crise cardiaque, après avoir fait son jogging comme tous les matins, donc voilà, bon enfin on ne sait pas quoi voilà. C'est ce qu'on répond, on ne sait pas.

Marc Filterman :
Bien on ne sait pas.

Il est intéressant de constater que les rapports officiels français ne parlent pas d'Israël et de l'Afrique du Sud qui a pourtant fait plusieurs essais.

Serge de Beketch:
Vous n'en savez pas plus que moi.

Marc Filterman :
Non là sur ce domaine je n'ai pas été...

* Dés 1949, les savants atomistes israéliens ont collaboré jusqu'en 1960 avec leurs homologues français. En 1952, Israël crée dans son pays l'équivalent du CEA qui a été créé en France, et Ernst David Bergmann en devient son Président. L’année suivante, Israël produit de l’uranium métal et de l’eau lourde. Les israéliens ont recherché dans le désert du Néguev de l’uranium. Le Général de Gaulle interrompra toute collaboration à son arrivée au pouvoir en France. Lewis Strauss, Président de la Commission américaine pour l’énergie atomique et pro-sioniste, d’aider en sous main Israël pour la construction d'un premier réacteur de recherche de Dimona, qui entrera en service en 1955. Il sera suivi par la construction en 1958 d'un réacteur de 24 MW.
* En 1967 éclate la guerre des six jours. Israël attaque par surprise "préventivement" des manoeuvres militaires égyptiennes et n'hésitera pas d'ailleurs à couler un navire de renseignement américain en faisant croire que cette attaque avait été commise par l'Egypte. Beaucoup penseront à l'époque que c'était une opération des égyptiens, et que cela provoquerait une réaction immédiate des militaires américains contre le Caire, qui découvriront le pôt aux roses. L’URSS expédiera des navires de guerre dans la région et rompra ses relations diplomatiques avec Israël. Une guerre nucléaire a failli éclater à l'époque à cause de toutes ces multiples manipulations.
* C'est en 1968 que Moshé Dayan, Ministre de la Défense israélien, décide de fabriquer des armes nucléaires au rythme de 2 à 4 par an selon leur puissance. Israël s'en est aussi procuré sur le marché international en secret, comme le constatera la CIA en 1969, qui alertera le Président Johnson, qui ne fera rien d'ailleurs, ni même Richard Nixon et son conseiller Kissinger.
* En 1973, éclate la guerre du Kippour, Israël est attaqué par plusieurs pays arabes, et menace d'utiliser l'arme nucléaire. Les USA sont contraints d'intervenir au Moyen Orient et de déployer leurs forces nucléaires stratégiques, pour qu'Israël lève sa menace. L’URSS expédie elle aussi ses troupes dans la région. Les USA impose à Israël d’accepter un cesser le feu.
* En juin 1981, l’aviation israélienne détruit le réacteur nucléaire irakien d'Osirak.
* En 1982, Israël envahit le Liban et Ariel Sharon, Ministre de la Défense, menace les autres pays arabes de frappe nucléaire s’ils interviennent. C'est vers cette époque que commenceront les attentats suicides.
* En 1987, l’assemblée générale de l’ONU et la conférence générale de l’Agence Internationale de l’énergie atomique voteront une douzaine de résolutions demandant à Israël de signer le traité de non prolifération nucléaire. Alors qu'Israël ne respectera aucune de ces résolutions, aucune mesure de rétorsion ne sera prise, contrairement à l'Irak.
* En 1998, deux députés israéliens ont affirmé qu’un test nucléaire israélien pourrait être à l’origine d’un tremblement de terre ressenti le 28 mai 1998 dans la région. Le mercredi 17 juin 1998, le Député Rafi Elul de l’opposition travailliste à la tribune du Parlement avait demandé au gouvernement "s’il était vrai qu’Israël avait effectué le 28 mai un essai nucléaire souterrain dans la région d’Eilat", sur la mer Rouge. Le député Abdel Wahab Darawhshé de la Liste arabe unifiée, avait affirmé quant à lui que "Israël a fait exploser une bombe à neutrons qui a provoqué le séisme."
* En 2000, le parlement israélien débat de son programme nucléaire, clandestin.
* Le 20 Avril 2004, Mordechaï Vanunu, technicien nucléaire israélien a été libéré après avoir passé 18 ans en prison, dont 11 ans au secret. Il avait travaillé au centre nucléaire de Dimona dans le désert du Néguev. Au cours d’un voyage en Angleterre, il avait révélé à la presse britannique que contrairement aux affirmations officielles, ce centre était destiné non pas aux recherches civiles, mais en réalité à la production de plutonium nécessaire à la fabrication d'armes nucléaires. Après un voyage à Rome, il sera drogué, endormi, capturé par les agents du Mossad, pour être ensuite transféré vers une prison en Israël. Il sera condamné à 18 ans de prison pour trahison. A plusieurs reprises Israël a été accusé d'espionnage même sur des sites nucléaires américains, ce qu'aucun des deux gouvernements ne peut reconnaître officiellement.
* Quand en 2004, Bruxelles a fait un sondage auprès de l'opinion publique, et qu'un fort pourcentage a répondu en déclarant qu'Israël pourrait être le détonateur d'une prochaine guerre, le gouvernement israélien a immédiatement hurlé à l'antisémitisme. C'est aussi l'année où Sharon accuse la France d'antisémitisme.
Livre : « L’option Samson : l’arsenal nucléaire israélien et la politique étrangère américaine », Seymour Hersh, prix Pulitzer.

Victoria:
Parlez nous du projet Haarp.

Serge de Beketch:
C'est pareil, c'est comme...

Que Pensez-vous du livre de Florence Couteau, "les Anges ne jouent pas de cette harpe".

Marc Filterman:
Alors ce livre là, c'est un livre dont j'ai entendu parlé mais que je n'ai pas pu le lire malheureusement. D'ailleurs elle m'avait contacté justement par rapport aux documents techniques que j'avais récupéré, et moi je l'avais renseigné à l'époque, je l'avais renseigné, je lui avais donné quelques informations. Je crois qu'elle doit parler de Tesla, il doit y avoir 4 ou 5 pages dessus mais je n'ai pas plus d'info dessus.

Serge de Beketch:
Le problème de l'édition Louise Courteau, c'est une édition canadienne, et c'est assez difficile de faire venir les gens ici.

Marc Filterman :
Oui il faut payer le billet d'avion.

Serge de Beketch:
Les auteurs du livre jaune par exemple, j'aurais bien aimé les recevoir, ils ne sont pas disposés à parler. Ils veulent bien écrire mais ils ne veulent pas parler.

Marc Filterman :
Alors attendez il y a eu un autre livre, alors je ne sais pas si c'est le même, non mais ça doit être la version française effectivement.

Serge de Beketch:
Alors il nous reste trois minutes, alors une dernière question.

Veronica:
Le Déluge était-il un tsunami ?

Marc Filterman :
ça peut être tout à fait possible parce que quand on voit, quand on voit la hauteur des vagues, bon une dizaine de mètres, bon à priori au niveau des tsunamis, ceux qu'on a vu, ou qu'on a eu l'occasion de filmer, ils atteignaient une dizaine de mètres, ce qui n'empêche pas qu'il y en ait eu par le passé apparemment jusqu'à une trentaine de mètres.

Serge de Beketch:
L'explication du déluge elle est dans la Genèse figurez vous cher ami, elle figure dans le deuxième jour de la création. Il ne dit pas que cela a été bon. C'est le seul jour dans la création ou Dieu ne dit pas que cela a été bon. Certains disent au niveau de la Bible, pensent que c'est parce qu'à ce moment là, il a armé en quelque sorte l'arme du Déluge.

Un intervenant:
En tout cas je suis allé à xxxxxxxxxx, je suis descendu à 25 mètres de profondeur à peu près, ou 20 mètres, tout près de la , et j'ai vue la coulée de boue comme beaucoup ont du voir à 3 m, 3,50 m de profondeur, on a des traces de boue, de cette boue du Mésopotamien.

Serge de Beketch:
En fait il semblerait si on lit la bible d'une façon attentive, la Genèse notamment, il faudra un jour qu'on parle aussi de la réédition et qui est travail magnifique. Donc il semblerait en fait que la terre ait été irriguée uniquement par de la rosée, et pas du tout par des pluies, jusqu'à Noë. Les habitants de la terre qui ne connaissaient pas la pluie, qui bien sûr était assurée par la rosée, c'est d'ailleurs pourquoi ils n'ont pas écouté Noë, quand Noë leur a dit il va nous tomber toute l'eau du ciel sur la tête parce qu'ils n'avaient jamais vu ça, ils ne pouvaient pas comprendre. Et donc quand il a plu, c'est l'eau du ciel qui tournait comme un anneau autour de la terre qui est tombée. C'est au moins une hypothèse qui correspond au texte de la Genèse. Voilà. Euh, une dernière question pour Marc Filterman.

Veronica:
...des bombes atomiques ont été emportés par le raz de marée sur la base atomique de Bay au Sud des îles Maldive.

Marc Filterman :
Il y a un truc qui est assez intéressant, c'est que dans la presse, on n'a pas du tout parlé des sous-marins qui étaient dans le pacifique. On n'a pas du tout parlé des bases militaires, et ça a été le black out total. Par contre, San Diego, tous les îlot(partout où étaient des américains)ont été avertis, ont été alertés par la NOAA, qu'il y allait avoir des raz de marés et des tremblements de terre. Or je voudrais finir sur la revue le Point justement qui a fait un article, donc le Point du 6 janvier, qui a fait un article qui est assez intéressant justement où il énumère les différentes catastrophes avec les dates, le nombre de morts, et justement, tout à l'heure un auditeur posait la question sur le Yellowstown, eh bien on parle du Yellowstown dans l'article, donc un super volcan qui risque de péter à tout moment là aussi.

Le 9 janvier 2005, on a apprend qu'un sous-marin nucléaire américain l'USS San Francisco s'est échoué à 600 km au large de l'île américaine de Guam dans le Pacifique en regagnant son port d'attache. Elle est située à 6.000 kilomètres au sud-ouest de Hawaii. Un marin est mort et 23 autres hommes ont été blessé sur les 137 hommes que compte son équipage, suite à cet incident paraît-il. Le réacteur n'aurait pas subi de dégâts. En revanche des dégâts importants ont été constatés sur d'autres parties du sous-marin. Jon Yoshishige, porte-parole de la flotte du Pacifique, basée à Pearl Harbor a déclaré qu'une enquête était en cours. Il n'a pas été précisé si ce sous-marin s'était fait prendre dans les remous d'un séisme sous-marin.

Serge de Beketch:
Merci Marc Filterman. Donc on peut lire surtout votre livre qui s'appelle "les armes de l'ombre" qui est paru aux éditions Carnot, alors si on vous demande où sont les éditions Carnot, ce n'est plus la même adresse.

Marc Filterman :
Alors honnêtement, je ne sais pas s'il reste des livres, s'il est toujours disponible, puisque effectivement nous sommes plusieurs auteurs en litige avec l'éditeur Carnot.

Serge de Beketch:
Donc on peut s'adresser et puis ont peut consulter votre site Internet.

Serge de Beketch:
Merci Marc Filterman.

Les auteurs n'ont pas non plus réussi à obtenir une expertise des comptes de la justice. On se demande dans ce cas pourquoi les français devraient travailler en France. Ce qui revient à dire que les critiques de certains membres du gouvernement sont très mal venus. Cela coûte plus cher de travailler en France que cela ne rapporte, avec en plus la bénédiction des tribunaux. Ceux qui se remplissent les poches font parti des grands groupes et de la grande distribution, qui favorise et font le prosélytisme de la délocalisation, afin de faire tomber les prix de leurs fournisseurs, en les incitant à installer les usines à l'étranger. France Télécom a participé à cette opération dès les années 95 avec le programme EO2, et en installant des liaisons haut débit dans les pays d'Asie, pour faciliter la délocalisation des sociétés de saisie et des centres d'appels. Quant à la gauche, avec les 35 heures, elle a fait progresser les délocalisation, mais elle a oublié de révéler que les syndicats captait chaque année 68 milliards de francs au bas mot, sans parler des subventions des organismes de formations qui sont entre les mains des syndicats, dont on a aucune idée du coût, mais il serait pas surprenant que cela atteigne les 40 milliards de francs. On oublie trop souvent que les associations d'aides, d'incitation à la création d'entreprises, font parti de ces réseaux de captation d'argent public, mais eux, ils n'ont aucune obligation de résultat, et donc aucun contrôle. Le France, c'est le seul pays dans lequel il ne faut pas travailler comme indépendant ou monter sa société. Pour avoir des explications, ils faut s'adresser à mon ami FUCAS que certains députés, préfets ou ministres, connaissent très bien, et pour cause, sans parler de l'article 35. D'ailleurs les entreprises qui réussissent ont toute délocalisé leur siège dans les paradis fiscaux. Quand M. Jospin a découvert que le charcutier ou le boulanger du coin commençait à faire de même, il a immédiatement fait passer une loi pour interdire cette pratique. Normal, tous les membres de leur famille, d'un grand nombre de député de gauche sont le plus souvent socialiste. Un détail de plus que la presse à juste oublié de nous révéler. Quant à la justice française, elle incite les gens à ne surtout pas travailler, surtout quand elle empêche ceux qui travaille de réclamer leur dû. On comprend mieux dans ces condition pourquoi le conseil supérieur de la magistrature à besoin de cette loi
sur l'interdiction de critiquer les décision de justice, qui autorise la violation en toute impunité de des droits des citoyens, ce qui constitue une violation de l'article 6 et 10 de la convention européenne des droits de l'homme.


Détection des séismes:
On se demande pourquoi il faut réaliser d'autres réseaux de surveillance quand on a déjà des satellites, et autres réseaux sous-marin. En 1996, il avait été décidé suite à un traité du 19 novembre déjà de mettre en place un réseau mondial de surveillance composé de 321 stations de détection sismique, infrason, hydroacoustique et radionucléide. Elles sont capables d'enregistrer les vibrations souterraines, sous-marines et atmosphériques et de détecter les radionucléides rejetés dans l'atmosphère par une explosion nucléaire. Elle sont connectées à un Centre international de données (IDC) qui est installé à Vienne. En réalité un tel réseau peut aussi être utilisé pour la détection des sous-marins.


07D°) Chronologie des séismes et du tsunami du 26/12/2004
 
JJ MM AA HH:MM:SS Mg LOCALISATION Epicentre
07 01 2004 5.0 Wyoming
28 01 2004 6.7 Seram Indonesia
05 02 2004 7.0 Papua, Indonesia
07 02 2004 7.3 Papua, Indonesia
11 02 2004 5.1 Dead Sea Region
24 02 2004 6.4 Near North Coast of Morocco
05 04 2004 6.6 Hindu Kush Region, Afghanistan
07 04 2004 4.0 Wyoming
03 05 2004 6.6 Near Coast of Central Chile
28 05 2004 6.3 Northern Iran
29 05 2004 6.6 Off East Coast of Honshu, Japan
10 06 2004 6.9 Kamchatka Peninsula, Russia
28 06 2004 4.2 Illinois
28 06 2004 6.8 Southeastern Alaska
01 07 2004 5.2 Eastern Turkey
24 07 2004 7.3 Southern Sumatra Indonesia
05 09 2004 7.2 South Coast of Western Honshu, Japan
05 09 2004 7.4 Near the South Coast of Honshu, Japan
28 09 2004 6.0 Central California
08 10 2004 6.8 Solomon Islands
08 10 2004 6.5 Mindoro, Philippines
09 10 2004 6.9 Near the Coast of Nicaragua
15 10 2004 6.7 Taiwan Region
23 10 2004 6.6 Near West Coast of Honshu Japan
27 10 2004 5.9 Romania
02 11 2004 6.7 Vancouver Island, Canada Region
08 11 2004 6.3 Taiwan Region
09 11 2004 6.9 Solomon Islands
11 11 2004 7.5 Kepulauan Alor, Indonesia
11 11 2004 6.7 Solomon Islands
14 11 2004 7.2 Near the West Coast of Colombia
20 11 2004 6.4 Costa Rica
21 11 2004 6.3 Leeward Islands
22 11 2004 7.1 Off West Coast of South Island, N.Z
26 11 2004 7.1 Papua, Indonesia
28 11 2004 18:32:14 7.0 Hokkaido, Japan Region
06 12 2004 14:15:12 6.7 Hokkaido, Japan Region
14 12 2004 23:20:13UTC 6.8 Cayman Islands Region, Depth 10 km 19.011°N, 81.348°W
18 12 2004 06:46:19 5.9 EAST OF KURIL ISLANDS
23 12 2004 14:59:04UTC 8.1 North of Macquarie Island 50.24S 160.13E, 8.2
24 12 2004 01:59:03UTC 8.1 North of Macquarie Island Depth 10 km 50.14S 160.36E 
26 12 2004 00:58:50 9.0 Off the West Coast of Northern Sumatra Deadliest Earthquake 8.5
26 12 2004 7.1 Nicobar Islands, India Region
27 12 2004 00:32:13 5.9 Northern Sumatra, Indonesia
27 12 2004 09:39:03 6.0 Northern Sumatra, Indonesia
27 12 2004 14:46:45 5.8 Andaman Islands, India Region
28 12 2004 11:17:43 5.3 Northern Sumatra, Indonesia
29 12 2004 01:39:40 5.4 Northern Sumatra, Indonesia
29 12 2004 01:50:53 6.2 Northern Sumatra, Indonesia
29 12 2004 05:56:50 6.3 Northern Sumatra, Indonesia
31 12 2004 12:04:56 5.6 Northern Sumatra, Indonesia
31 12 2004 02:24:01 5.8 Northern Sumatra, Indonesia

00:57 GMT à 00:59 GMT séisme sous-marin de 8,9 près d'Aceh dans le nord de l'Indonésie.

00:58 GMT: Le Centre d'alerte aux tsunamis du Pacifique du gouvernement américains  à Hawaï enregistre le séisme sur ses sismographes à 02h58, heure locale.
Le premier bulletin d'alerte d'Hawaï, mentionnait un risque ZERO au tsunami. C'est après la première vague que les autorités prendront conscience du risque réel.

00:58 TU, le Bureau de géophysique de Djakarta en Indonésie, détecte un séisme de 6,4 sur le nord de l'île indonésienne de Sumatra. Il est alors 07h58 locale en Indonésie. L'épicentre est localisé à 250 kilomètres au sud-est de Sumatra.

01:00 GMT: Le séisme frappe plusieurs villes indonésiennes, et la péninsule malaisienne. Les médias sont informés du séisme.

01:14 GMT, le centre d'alerte sismique d'Hawaï publie un bulletin. Il fait état d'une secousse au large de Sumatra. 30 minutes après le séisme de Sumatra, la province indonésienne d'Atjeh, est frappée par un tsunami avec des vagues de 10 mètres de hauteur. Les côtes des îles indiennes d'Andaman et de Nicobar, dans le golfe du Bengale, sont les premières à être frappées.

01:30 GMT: le tsunami frappe Phuket et les côtes thaïlandaises à 08h35, heure locale, ainsi que la Birmanie et le Bangladesh.

02:30 GMT: le tsunami frappe les côtes de Colombo et les côte est du Sri Lanka, côtières proches de la capitale Colombo, soit 800 kilomètres de côtes, du nord-est jusqu'au sud, à 08h30, heure locale.

02:45GMT: le tsunami frappe la côte est de l'Inde à partir de 06h15, heure locale, ainsi que la Malaisie et Singapour. Les digues construites par le passé par les Français à Pondichéry protègent cette ville avec une efficacité surprenante alors que les alentours ont été dévastés. L'eau s'est infiltrée dans le centre nucléaire de Kalpakkam, dont le fonctionnement a été immédiatement stoppé. Il n'y aurait pas de fuite radioactive.

04:00 GMT: le tsunami frappe la capitale Malé et d'autres zones des Maldives à 09h00, heure locale, ainsi que 1192 îlot.

04:21 GMT: Indonésie, un nouveau séisme de magnitude 5,7 est enregistré au sud de l'archipel.

Après 07:00 GMT, environ, le tsunami touche les côtes de Somalie, Tanzanie.

Vers 09:00 GMT, l'île Rodrigues, puis l'île Maurice et la Réunion sont touchées, mais faiblement, aucune victime.

Nombre de morts :
Indonésie : 115.250 morts, 100 000 blessés et 651.000 déplacés au nord de Sumatra.
Sri Lanka : 30.920 morts, 5.900 disparus, 15.120 blessés et 491.000 déplacés.
Inde : 10.744 morts, dont 7.960 dans l'État du Tamil Nadu, 1.310 morts et dans l'archipel indien des îles Andaman et Nicobar, 5.700 disparus et 378.000 personnes déplacées.
Thaïlande : 5 322 morts, dont 1 240 touristes étrangers, 3.144 disparus dont 1 102 touristes étrangers et 8.457 blessés.
Somalie : 298 morts 60 disparus, 50 000 personnes déplacées.
Birmanie : Il y aurait 59 morts, mais l’ONU affirme que 90 personnes sont morts et 3 200 personnes ont été déplacées.
Maldives : 82 morts, 26 disparus et 13 000 déplacés. 130 îles sur les 200 ont étés inondées, et 41 ont ravagés et 14 ont été évacuées.
Malaisie : 68 morts sur les îles de Penang et Langkawi, 300 blessés.
Tanzanie : 10 morts.
Seychelles : 3 morts, 7 blessés.
Kenya : 1 mort, plusieurs disparus.
Bangladesh : 2 morts.
La Réunion : plusieurs bateaux coulés.

Le dernier bilan fait état de 225.000 morts.


100E°) Le nucléaire et les USA :
Même s'il est reconnu que des essais nucléaires sont à l'origine de séismes, les USA n'ont pas l'intention de stopper leurs essais nucléaires, y compris dans des zones sismiquement sensibles comme l'Alaska. Bien au contraire, ils ont l'intention avec le gouvernement Bush de les reprendre.
 
 

Rapport de l'OTAN

POLITIQUE  SOUS-COMMISSION 
SUR LES RELATIONS TRANSATLANTIQUES
FONDER L'ARCHITECTURE DE LA SECURITE TRANSATLANTIQUE :
LA DEFENSE STRATEGIQUE ANTI-MISSILES ET LA PESD

L'administration Bush souhaite vivement élargir le programme d'essais qu'elle juge nécessaire. A cette fin, elle a mis en place un "banc d'essai" constitué d'un ensemble de polygones d'essais allant de Fort Greely et de l'Ile Kodiak en Alaska à l'Atoll de Kwajalein sur les Iles Marshall dans le Pacifique, en passant par la base aérienne de Vandenberg en Californie. Un essai en date du 14 juillet portant sur l'interception programmée d'un missile balistique intercontinental a été exécuté avec succès. Le prochain essai est prévu pour l'automne 2001.

Le système Bush comporterait des intercepteurs basés à terre et en mer et un laser aéroporté. Le programme pourrait également inclure un plus vaste éventail de technologies, comme notamment des capteurs basés dans l'espace, qui sont interdits aux termes du Traité ABM. Le lieutenant général Kadish a déclaré le 12 juillet devant la Commission des forces armées du Sénat que la BDMO déploierait au fil du temps différentes combinaisons de capteurs et d'armes "au lieu de retenir une architecture unique comme nous l'avons fait dans le passé". Il a souligné qu'il ne pouvait pas dire à quoi ressemblerait le stème de défense anti-missiles dans 5, 10 ou 15 ans.
 

L'essai du 14 juillet 2001 a été en réalité totalement bidonné car la cible était équipée d'un dispositif GSP qui a servi à guider le missile vers sa cible. Cette manipulation a permis de faire croire à une réussite totale, dans le but de faire octroyer par le congrès des budgets au complexe militaro-industriel.

Un sénateur américain a rédigé un texte de loi sur l'interdiction des armes non conventionnelles en reprenant toutes les formes de guerre non conventionnelles, que j'ai cité dans mon livre "les armes de l'ombre". Quant à l'AIEA, Agence Internationale de l’Energie Atomique, dans son rapport, PMAD, Politique de maîtrise des armements et de désarmement, elle donne une information intéressante, qui revient à expliquer pourquoi j'avais appelé mon livre "les armes de l'ombre".
 
Rapport du Conseil fédéral 
sur la politique de maîtrise des armements et de désarmement 
de la Suisse 2004 

(en réponse au postulat Haering 02.3541 du 2 octobre 2002)  du 8 septembre 2004.

Les nouvelles technologies permettent aussi de développer des armes dites non létales (bombes au graphite et générateurs d’infrasons). Elles sont surtout conçues pour des situations de conflit n’atteignant pas le niveau de la guerre ouverte ou pour être utilisées dans un environnement civil; elles doivent permettre de neutraliser des personnes, des véhicules et des installations sans blessures graves ni dommages irréversibles. Même si une série de systèmes d’armes non-létales doit arriver à maturité dans les 2 prochaines décennies, ce qui devrait réduire encore l’ampleur des dommages non voulus dans les actions militaires, il ne faut pas s’attendre à une révolution qui se traduirait par la capacité de mener des guerres évitant tout dommage ou perte.

Ce  que nous entendons pas guerre non ouverte, c'est ce que nous appelons dans notre jargon, une guerre de l'ombre, par des moyens abstraits, non détectables et non visibles par le public, en dehors des spécialistes. Quand on parle d'armes non létales, en réalité elle peuvent être aussi létales, ou plus précisément mortelles. D'ailleurs on préfère utiliser le terme de létale, car plus soft, permettant d'éviter utiliser le mot mort. Mais dans la réalité, ces dispositifs ne sont pas moins mortels, ou ne font pas moins de dégâts que les autres. Provoquer des séismes ou des tsunamis par des moyens artificiels, peut être considéré comme une guerre non ouverte, ou non déclarée par un état. Il en est de même dans le domaine de la guerre climatique. Comment prouver en toute crédibilité, que tel ou tel pays s'est livré à une opération de guerre climatique. On ne le peut pas. On est donc dans une guerre non ouverte, donc une guerre de l'ombre, car tous les procédés technologiques disponibles sont secrets et inconnus du grand public et des autres états, ou paraissent irréalistes ou farfelus. D'ailleurs certaines revues dont il serait intéressant de vérifier pour qui elles travaillent, font volontiers passer les chercheurs indépendants pour des paranoïaques ou des individus psychiquement dérangé. C'est d'ailleurs une des méthodes utilisée par le lobby des télécoms pour étouffer toute information sur la nocivité de la téléphonie mobile.


100F°) Chutes d'astéroïdes:
Si je devais retenir une hypothèse, je dirais qu'il existe une forte probabilité pour que des météorites soient tombées entre l'Australie et la Nouvelle-Zélande, ce qui pourrait expliquer les tremblements de terre qui ont été ressentis à partir du 20 décembre 2004 sur cette zone. Les impacts sur la dorsale Macquarie aurait pu provoquer ensuite une réaction en chaîne. Les échosondages pétroliers peuvent aussi avoir contribué à une déstabilisation, s'ils ont été réalisés au niveau des failles sismiques.

Les astronomes ou astrophysiciens nous affirment qu'en réalité les météorites ne peuvent pas atteindre la terre, en raison de la présence de notre atmosphère terrestre, qui les réduit en poussière. Les météorites de 10 à 100 mètres de diamètre ne peuvent atteindre le sol en raison de l'atmosphère terrestre. Celles de 100 à 1000 m peuvent arriver jusqu'au sol, surtout si elles sont ferreuses, faire un cratère et déclencher les sismographes. Nous recevons ainsi 15.000 tonnes de poussière de météorite par an, mais dans la réalité, certaines arrivent à passer ce barrage, et arrivent bien en entier sur terre. Mais on préfère nous convaincre du contraire, qu'il n'y a aucun risque, un peu comme le nuage de Tchernobyl qui n'a jamais franchi la frontière. Nous savons depuis ce qu'il en est. Le gouvernement socialiste de l'époque a mis sciemment en danger la vie de la population française.
* Il y a 65 millions d’années, un astéroïde d'environ 10 à 15 km de diamètre s'écrasait sur la terre dans le Nouveau-Mexique, en délivrant une énergie de 100 millions de mégatonnes.
* En 1908, une météorite est tombée au-dessus de la Tunguska en Sibérie, en libérant une énergie équivalente à l'explosion d'une bombe nucléaire estimée à 10 mégatonnes. L'équivalent de la surface de deux départements français ont été rasés, soit 2000 km².
* Une météorite de 50 mètres de diamètre qui arriverait sur terre, délivrerait une énergie d’environ 5 mégatonnes à l'impact, et ferait un cratère d'environ 1 km de diamètre.
* Une météorite de 2.000 mètres de diamètre pourrait délivrer une énergie d'un million de mégatonnes à l'impact provoquant un hiver nucléaire. En réalité tout dépendrait aussi de sa densité qui dépendrait obligatoirement de la composition de la météorite.
* Il y a 1 million d'astéroïdes qui ont un diamètre supérieur à 50 mètres.
* Il y a 2.000 astéroïdes qui ont un diamètre supérieurs à 1 km. Il ne tombe sur terre qu'une astéroïde de 5 km de diamètre, qu'environ une fois tous les 10 à 30 millions d’années, selon les spécialistes.
* Si un de ces bolides de 4 km de diamètre venait s'écraser sur terre, il provoquerait un tsunami 10 fois plus violent que celui d'Asie et les vague atteindraient 60 mètres de hauteur.

Le Docteur Valeri Rudakov de l'institut de physique de la terre déclarait qu'on ne devrait pas sous-estimer les risques de collision de la terre avec des météores.
"Les météorites pourraient considérablement endommager notre civilisation. Elles peuvent détruire des entreprises, stations d'énergie électrique, pour ne pas mentionner les centrales nucléaires. En plus selon lui, les météorites peuvent causer des tremblements de terre et des éruptions énormes de volcan".

Emission "C dans l'air" avec Yves Calvi sur Arte du 21/01/2005:
 

Alain Cirou, directeur de la rédaction de la revue "Ciel et Espace", déclarait dans l'émission de Yves Calvi, "C dans l'Air", sur la chaîne Arte, que :
"On mesure aussi, chaque année, au moins deux à trois fois dans l'océan, des collisions, qui sont en énergie l'équivalent de une à deux fois la puissance d'une bombe nucléaire du type Hiroshima, qui peuvent créer effectivement, des petits tsunamis, ou encore de façon plus dangereuse, être pris par les satellites espions américains comme une tentative d'un pays d'attaquer un autre."

Roger-Maurice Bonnet, ancien directeur scientifique de l'Agence Spatiale Européenne.
"On a la probabilité de recevoir une météorite de 10 km sur terre tous les 50 à 100 millions d'années. D'un autre côté ça a eu un effet bénéfique aussi, grâce en parti, je ne dis pas seulement ça, au bombardement non pas des astéroïdes, mais des comètes sur la terre, il fallait à peu près un million de comètes un peu comme celle de Halley, 15 km de dimension moyenne, un million pour fournir toute l'eau qui existe sur terre. Un million d'impacts pendant un million d'années, cela fait une comète tous les ans. Pendant un milliard d'années cela fait une comète tous les 1000 ans. Ce n'est pas stupide et c'est donc une hypothèse qui est retenue par les scientifiques, et grâce à ces comètes, et aussi à l'eau qui pouvait exister dans la terre elle-même restée enfermée, et bien la vie a pu se développer. Donc c'est à la fois mauvais si on les reçoit sur la tête, mais c'est à la fois bon parce que cela crée les conditions dans l'éclosion de la vie."

J'ai surtout eu l'impression que Alain Cirou s'est mordu les lèvres pour ne pas avoir envie de rire. Sauf que cette hypothèse est battue en brèche quand on sait que deux astéroïdes en l'espace d'un siècle ont  tout rasé sur deux sites, en 1908 sur une surface de 2000 km², et en 2002 sur une surface de 100 km².

André Brahic, astrophycisien au CEA:
"Un des cratères les plus récents, il est en Arizona. Il a environ 1,2 km de diamètre, c'est un mégacratère, et l'impact c'est encore discuté a eu lieu il y a 25 à 30.000 ans. C'était un corps qui faisait 80 à 90 mètres de diamètre environ. On ne l'aurait pas vu arriver celui-là, et un tel corps qui arrive par exemple sur la ville de Paris, vous fait un cratère de 1,2 km, avec des retombées secondaires à Rouen, à Reims, à Orléans, à Rennes, sur 200 à 250 km autour. Ne vous inquiétez pas, il n'y en a qu'un tous les 25 à 30.000 ans. Le dernier c'était il y a 25.000 ans."
 

Sous entendu, le prochain est dans la période de 5000 ans qui vient, cela laisse de la marge. Finalement cette émission apporte quelques preuves à l'hypothèse que j'ai soulevé lors de l'émission de Serge de Beketch. Les rapports sur les apparitions de météorites sont désormais rédigés chaque semaine, ce qui indique une forte progression et activité. Selon des spécialistes, une météorite comme la Tunguska par exemple, tombe sur la terre une fois tous les mille ans. Il est clair maintenant que cette affirmation est fausse. Aucun média, aucune télévision n'a parlé du colloque international consacré à la sécurité des astéroïdes qui s'est déroulé vers le 15 décembre à Tenerife. Le Docteur Sergei Gusyakov représentait la Russie. Il a participé à la mission qui a exploré le site de la météorite de Vitimsky au Nord d'Irkoutsk. "C'est clair que c'était une météorite énorme, qui aurait pu causer en Europe une dévastation énorme." Quand le chercheur est retourné au colloque, il a été informé qu'un autre incident venait encore d'avoir lieu dans la région d'Irkoutsk. Une autre météorite de 10 tonnes serait encore tombée dans la partie nord de la région. Les experts ne savent pas pourquoi les chutes de météorites sont devenues aussi fréquentes. J'ai pu constater en consultant les courbes sismiques vers le 10 janvier, qu'un autre séisme a eu lieu dans cette région sibérienne en décembre 2004.


100G°) CONCLUSION :
1) La multiplication des essais nucléaires sur la "Ceinture de Feu" (zone sismique sensible), contribuent à augmenter les risques de séismes.
2) Les manipulations politiques et militaires, et la multiplication des armes nucléaires, contribuent à augmenter les risques de guerre nucléaire et de troisième guerre mondiale.
3) Il est de plus en plus évident que George Bush recopie la politique de l'Allemagne lors de la période de 1935 à 1940.
4) Après l'attaque des USA contre l'Irak qui ne possédait pas d'armes de destruction massive comme vient de le reconnaître ce mois-ci le Président George Bush, plus aucun pays  n'acceptera désormais de désarmer, la visite d'inspecteurs de l'ONU, et encore moins d'obéir aux résolutions de l'ONU, puisqu'il sait dorénavant qu'ils sera quand même attaqué par les troupes américaines.
5) L'une des plus grandes menaces pourrait venir en réalité de l'espace, avec la chute d'un astéroïde ou d'une comète sur terre, qui aurait la puissance de plusieurs bombes atomiques thermonucléaires.

Sur le plan technique, cela veut dire que pour un déploiement rapide :
1) que les HÉLICOPTÈRES SONT UNE NÉCESSITÉ, en période CATASTROPHE.
2) que les déplacements au sol sont plus facile avec des moto cross qu'avec des véhicules, même quand ils sont conçus pour tous les terrains.
3) que les infrastructures de communication initiales locales qui sont neutralisées lors d'une catastrophe, doivent être remplacer par des MOYENS de COMMUNICATION HERTZIENS MOBILES et PORTABLES, comme les SYSTÈMES de communication par SATELLITE, ou des systèmes reposant sur une infrastructure à très bas coût, reposant sur l'utilisation de PAD, d'ordinateurs portables bas de gamme sous Linux, capables d'utiliser une interface radio du type Wi-Fi, dans le but de communiquer vers un ordinateur serveur beaucoup plus coûteux, qui pourra lui dialoguer avec des hélicoptères, des satellites, ou navires de guerre situés à proximité, ou autres.
4) que la création d'un bouclier non pas anti-missiles, mais anti-astéroïdes, pourrait devenir une nécessité dans les années à venir.
5) que si on se réfère à un risque de catastrophe majeur dans les années à venir, la destruction d'ouvrages tels que les blockhaus de la seconde guerre mondiale devrait être interdite par une LOI, et mieux, ils devraient être réhabilités pour les plus gros. Ils pourraient en effet être utilisés comme des bases pour la sécurité civile.

Certains maires ont décidé de la destruction de ces blockhaus, non pas pour effacer de mauvais souvenirs, mais tout simplement parce que ce type d'opération coûte des millions de francs, et permet des financements occultes d'hommes politiques sans scrupule. Alors que la France ne dispose d'aucun moyen de protection de sa population, ou des systèmes vitaux, il est assez stupéfiant de voir que dans les autres pays, que ce soit la Suisse, l'Allemagne, le Japon ou des pays nordiques, tous ces pays disposent d'ouvrages souterrains bétonnés. La Suisse par exemple est capable d'abriter 95% de sa population. La suède dispose de bases souterraines capables d'abriter des frégates et sous-marins. Quand on parle de bases souterraines, les grands médias ne sont pas long à parler de fantasmagorie, et de science fiction, cependant ils ne vont pas demander à certaines armées, pourquoi et ce qu'il font avec des tunneliers. Voilà un exemple concret. Combien parmi certains de ces journalistes qui sont très forts pour vous critiquer et vous mettre dans la catégorie des conspirationnistes, savent que l'armée américaine dispose de plusieurs tunneliers. Ces journalistes qui sont très critiques à l'égard de ces indépendants, ne le savent pas en réalité.

En outre, si on se base sur les divers risques mentionnés comme les astéroïdes, on constate tout de suite qu'on ne peut compter exclusivement sur les satellites, et que les câbles sous-marins sont aussi une nécessité. La destruction par exemple d'un astéroïde dans l'espace, ou l'espace extra-atmosphérique par une arme nucléaire, pourrait entraîner la destruction partielle ou totale des moyens satellites de communication et de surveillance. L'explosion  d'un astéroïde dans l'espace et la répartition des débris sur des orbites autour de la terre pourrait en outre neutraliser un ensemble d'orbites terrestres pour une période indéterminée, rendant impossible tout lancement de nouveaux satellites. A ceux qui affirmeraient que les météorites sont détruites avant de rentrer dans notre atmosphère, je leur dirai de reprendre comme référence l'astéroïde qui est tombé dans les environs d'Irkoutsk. Les scientifiques russes et américains devaient créer un système commun d'interception de l'espace il y a plusieurs années. Mais il semble que ce projet commun soit en panne, et que les USA aient décidé de faire cavalier seul.



 
 #07A°) Introduction
 #07B°) Transcription de l'émission
 #07C°) Journaux télévisés TF1 / France 2
 #07D°) Chronologie des séismes
 #07E°) Le nucléaire et les USA
 #07F°) Chutes d'astéroïdes
 #07G°) CONCLUSION
 Retour au chapitre sur les catastrophes naturelles
 Retour au SOMMAIRE du SITE.
 TRANSLATE - TRADUIRE.
Nom du site  Catastrophes Naturelles ou Provoquées,
 Guerre Climatique, Séisme, Tsunami.
Adresse du site danger risque sanitaire de la pollution électromagnétique santé cancer leucémie tumeur du cerveau
Auteur du site   Marc FILTERMAN
Adresse e-mail   marcfilterman@hotmail.com
© Protected by Copyright - Reproduction interdite.