© Protected by Copyright - Reproduction interdite.
Adresse du site
sites de secours
danger risque sanitaire de la pollution électromagnétique santé cancer leucémie tumeur du cerveau
Nom du site : Catastrophes Naturelles ou Provoquées,
  Guerre Climatique, Séisme, Tsunami.
Auteur du site   Marc FILTERMAN
Adresse e-mail   marcfilterman@hotmail.com
  TRANSLATE - TRADUIRE
  Retour au Sommaire du site
  Retour au chapitre sur les catastrophes naturelles


10°) Grenier à grains dans une base souterraine  de Spitzberg en Norvège,
pour résister au réchauffement du climat mais aussi
à la collision avec un bollide, un astéroïde ou une comète,
ou la chute de météores ou bolides, ou météorites.

La presse amuse beaucoup la population avec le réchauffement climatique ou les paticules fines, en oubliant de parler des autres menaces, en dehors de France 5 qui aborde ces sujets. En France dès que vous parlez de bases souterraines ou de sujets qui sortent de l'ordinaire, comme les effets des champs électromagnétiques sur la santé, vous êtes tout de suite insultés par
- des experts d'état orgeuilleux et incompétents qui disent que vous devez aller voir le spychiatre,
- des experts orgueilleux et incompétents qui sont enragés parce qu'ils ignorent ce que vous révélez,
- des dirigeants de groupes qui connaissent les risques mais préfèrent s'enrichir sur le dos d'autrui,
- des individus membres des officines dites d'intelligence économique qui travaillent pour les précédents.
Ces individus sans aucune morale utilisent toujours les même expressions pour vous discréditer qui consiste à vous traiter de farfelu, de conspirationniste, de paranoïaque, d'escroc, j'en passe et des meilleurs.

Ce sont les labels des experts qui travaillent pour l'industrie. La presse télé est aussi beaucoup moins loquace pour parler des menaces qui viennent,
    - les séismes provoqués par l'homme en raison des forages pétroliers ou de gaz de schiste,
    - de l'espace, comme la chute des météores ou bolides,
    - une collision éventuelle entre la terre et un astéroïde ou une comète,
    - des éruptions solaires, etc...

Alors qu'en France on ne fait strictement rien, dans d'autres pays au contraire on construit des installations souterraines bétonnés. Pendant ce temps en France on fait sauter les bunkers, on détruit des portions du mur de l'Atlantique de plus d'un mètre d'épaisseur qui faisaient barrages contre la mer comme en Bretagne. Or on constate sur certaines plages bretonnes, que la mer monte totalement jusqu'en haut de certaines plages, ce qui n'était pas le cas il y a encore 10 ans. Certains élus pour avoir ordonné des destructions de blockhaus allemands ont du toucher de très bonnes commissions avec les sociétés de démolition. Tout le monde sait qu'en France plus aucun projet immobilier ne peut se faire sans son cortège de pots de vin à la clef. C'est bien connu, nous avons une élite de super-dipômés, des énarque et autres polytechniciens adeptes du gaspillage d'argent, raison pour laquelle nous sommes les derniers de la classe européenne dans toutes les catégories, en dehors de la corruption  où là nous pourrions remporter une palme à Canne. Comme le déclarait un invité chez Yves Calvi en janvier 2008 dans une de ses émissions, plus l'administration est présente, comme dans les républiques de l'Est, plus la corruption est élevée, et la France n'échappe pas à la règle, depuis que ses villes sont entre les mains des réseaux politiques mafieux.

Inauguration mardi 26 février 2008.
Aujourd'hui encore, peu de français savent qu'une "Arche de Noé verte" a été inaugurée le mardi 26 février 2008 en Norvège, en présence de Wangari Maathai, écologiste kényan et prix Nobel de la paix, et de Jens Stoltenberg,  Premier Ministre Norvégien, avec quelques personnalités de l'ONU. José Manuel Barroso, Président de la Commission européenne, a déclaré "C'est un jardin d'Eden glacial".

La réserve de semences de Longyearbyen a été creusée dans une montagne de l'archipel norvégien du Svalbard (Spitzberg) de 2300 habitants, en Norvège. Il est situé à 1000 km du pôle Nord, a été choisi parce qu'il est isolé, froid toute l'année mais accessible, et politiquement stable. Le Fonds mondial pour la diversité des cultures est à l'origine de ce projet qui a coûté environ 6 millions d'euros pour abriter 4,5 millions d'échantillons, financés par la Norvège. Pour le GCDT, la diversité génétique est une nécessité  pour mettre au point des cultures résistant aux maladies, plus nutritives, et moins consommatrices d'eau et d'engrais. Les semences devront pouvoir s'adapter au réchauffement climatique; çà, c'est la version officielle.
Ce greniers à grain souterrain est destiné à conserver les semences du monde entier. Il peut abriter 4,5 millions d'échantillons, soit deux fois plus que le nombre de variétés qui existent dans le monde. Les semences sont stockées à -18°C, répartis entre 1.400 banques de gènes existantes. Il existe actuellement plus de 200.000 variétés de riz ou de blé, mais cette diversité disparaît rapidement sous l'effet des diverses pollutions humaines, des maladies, et du changement climatique.
 
L'arche de Noé végétale de Spitzberg en Norvège, 
(vidéo de 3 minutes), 26 février 2008.
Archipel des Spitzberg, en Norvège. Congélateur de 
4,5 millions d'espèces végétales, 1 mn, 01 mars 2008
CONFIDENTIEL.
Un groupe de travail secret s'est réuni pour une réunion pas moins secrète, qui se serait déroulée le 12 février 2008 au bureau des Nations-Unies de New York,  avec des membres du corps diplomatique. On ne sait rien du contenu de cette réunion, mais juste que cela à un rapport avec l'espace.

Lors des séminaires en astronomie, à plusieurs reprises les chutes de météorites sur terre ont été abordées. Jusqu'à présent, il n'y a eu que quelques blessés à travers le monde. Les plus grosses ont eu la bonne idée de tomber en mer ou au fin fond de la Sibérie. Si l'une d'elles était tombée sur une grande ville cela aurait fait grand bruit, car celle-ci aurait fait des dégâts sur quelques centaines de mètres à la ronde. Pour ne pas affoler les populations, ce type d'événement n'est jamais dévoilé par la presse. On peut se demander si l'apparition de certaines vagues scélérates, ou tsunami n'est pas liée parfois à des chutes de météores dans la mer. Vous pouvez consulter les hypothèses des destructions suite à une collision entre la terre et un astéroïde, visibles dans le tableau obtenus à partir d'un simulateur de calcul universitaire, cliquez ici, page 8.

Techniques.
Par exemple, combien savent que nous recevons quotidiennement des pluies météorites sporadiques plus ou moins grosses sur terre.
Les pluies de météorites sont définies par un radiant qui donne la direction et la hauteur sur l'horizon d'où vient un essaim météorique.
- Les vitesses pour une rentrée atmosphérique se situe entre 10 et 100 km/s.
- La combustion de la météorite commence avec la pénétration de notre atmosphère.
- Le frottement de l'air, génère une colonne de gaz ionisée dans la couche E de l'atmosphère.
          - Leur énergie cinétique est transformée en chaleur.
          - Cette énergie est suffisante pour ioniser la haute atmosphère.
          - Cette ionisation abouti à la formation d'un plasma qui s'accompagne d'un flux d'électrons et d'ions positifs.
        - Ces formations deviennent des canaux conducteurs, ou réflecteurs pour les signaux radios.

Les traînées générées par les météorites peuvent se comporter comme des dipôles.
Si l'émetteur situé à gauche émet sur une longueur d'onde équivalente à la longueur de la traînée, la résonance sera d'autant plus élevée, et le signal sera encore mieux capté par une radio située de l'autre côté de l'Atlantique. S'il y a plusieurs traînées, on retrouvera le même principe que sur les antennes Yagi, le signal reçu sera encore plus puissant.
Lorsqu'on utilise un analyseur spectre ou un récepteur de signaux radio, on constate de plus en plus souvent la présence de sifflements en onde courte.  L'analyse du signal permet de visualiser des traînées, l'effet Doppler. Ces traînées ou perturbations des signaux radio peuvent venir du passage des avions, d'un satellite en basse altitude en orbite héliosynchrone, ou de météorites de diverses tailles. On constate à travers les années que les chutes semblent augmenter. Ce qui veut dire que le bouclier terrestre s'affaiblit, ou que notre atmosphère terrestre est de moins en moins résistante, ou que la terre rencontre de plus en plus souvent des débris spatiaux, ou encore que nous subissons les trois phénomènes à la fois.

Contrairement à une antenne radar conventionnelle qui émet, reçoit, et tourne sur 360°, nos antennes dans ce cas précis sont dirigées dans une seule et unique direction où se trouve une balise ou un émetteur radio, et le récepteur est réglée sur sa fréquence. Il est possible de faire de la détection circulaire, mais cela implique à chaque fois de pointer l'antenne dans une direction différente, et de régler le récepteur sur une fréquence différente à chaque azimut. Voici quelques procédés que j'ai utilisés par le passé.


La résolution des images a été volontairement dégradée.

Cette ancienne installation que j'utilise encore partiellement est équipée de :
- 4 récepteurs radio HF et VHF,
- 1 rack de pilotage d'une antenne motorisée,
- 1 rack de commutation d'antennes avec amplificateur,
- 1 rack ordinateur avec des processeurs AMD, et 16 voies d'entrée d'analyse des signaux.

Aujourd'hui avec la miniaturisation, une dizaine de récepteurs HF/VHF tiennent dans un seul rack (tiroir). Un des ordinateurs gère à lui seul 16 voies d'entrée, et peut stocker 100 gigaoctets de données par voie. Le plus souvent ceux qui font de la détection de météores, utilisent les fréquences des balises qui émettent sur les bandes des 50 et 144 MHz. Mais on peut aussi utiliser les émissions des antennes relais GSM ou des radars, ou les balises dans la bande des 28 MHz, ou encore les émetteurs grandes ondes, ça marche aussi. On perçoit d'ailleurs le signal plus longtemps dès qu'on descend en fréquence. La problématique réside dans les choix ci-dessous :
    - Quel type de récepteur utiliser, HF, VHF ou UHF ?
    - Quel type de modulation utiliser, AM, BLU, CW, FM, ou autre ?
    - Quelle largeur de bande passante utiliser, 1, 5, 10, 20, 40, 80 KHz ?
    - Quelle fréquence utiliser pour détecter ces échos, 1, 10, 30, 50, 144, 440, 900, 1000, 2000, 5000, 10000 MHz ?
    - Quel type d'antenne utiliser ? Des filaires ou des antennes rateau Yagi comme celles similaires à la télé.
    - Quelle direction (azimut du radiant) et élévation utiliser pour ses antennes ?
    - Quelles dates et horaires ?
Ce procédé permet de faire de la détection passive, contrairement à un radar qui émet, et reçoit ensuite le signal réfléchis par les cibles. A la fin des années 70, pour faire de la détection aérienne passive, j'avais utilisé des radars dont j'avais coupé l'émission (cliquez ici ou sur la photo ci-dessous).
 
Une de mes anciennes installations,
équipée  d'une  dizaine  de radars,
dont  deux  armoires  d'une tonne,
avaient  une puissance chacune de 
400 à 500 KW.
(cliquez sur la photo)

J'interceptais les signaux émis par les radars des navires qui passaient en face en mer. Ce procédé intéresse les militaires, puisque dans le cas présent, il n'y a pas d'émission, donc un missile anti-radar (ou anti-radiation) ne peut se verrouiller sur la source d'émission qui est détectée automatiquement par l'autodirecteur du missile.

Par le biais de quelques astuces, il est possible de déterminer la distance, la direction, et la distance d'une cible située à plusieurs centaines de kilomètre. Il n'est pas utile de disposer de matériel de plusieurs millions d'euros, mais il est quand même nécessaire d'y mettre quelques centaines, ou milliers d'euros pour arriver à de bons résultats.
Par le passé des agents de services de renseignement isolés en zone hostile pouvaient aussi utiliser les pluies de météorites, pour augmenter la portée de leur émetteurs portables de faible dimension, mais aussi de faible puissance pour éviter de se faire repérer. Pendant la guerre froide, des agents dormants disposaient de valises enterrées dans des endroits discrets avec leur "équipement standard". Ces procédures sont ignorées du grand public, mais il reste ici et là certainement encore des "valises" de ce type. Si un agent avait des compétences en astronomie pour calculer les coordonnées et heures de passage des pluies de météorites, même si elles sont aléatoires, il suffisait de rester en veille pour attendre le moment propice. L'augmentation brûtale d'un bruit de fond devenait le signal pour émettre. Plus la météorite est grosse, plus la propagation augmente, sauf que là on ne peut déterminer sa taille, c'est donc une inconnues qui reste inconnue.
Un autre procédé est aussi utilisé, et consiste à utiliser la lune comme réflecteur. Sauf que dans le cas présent, le système est beaucoup plus encombrant, surtout au niveau des antennes qui sont encombrantes et couplées pour augmenter le gain. Le principe consiste à émettre un signal en direction de la lune, et une autre installation située à plusieurs milliers de kilomètres, l'intercepte avec des antennes du même type, et un récepteur réglé évidemment sur la même fréquence que l'émetteur. La lune devient dans ce cas un satellite relais passif. Ce genre de procédé est surtout connu de quelques radioamateurs, de radioastronomes, et aussi des experts en guerre électronique.

Il est évident que cela fait rire certains, quand on voit des grandes sociétés aujourd'hui venir vendre des systèmes à coup de millions d'euros en prétendant que c'est le fin du fin de la recherche, que c'est un procédé ultra-secret, alors que les premiers systèmes de détection reposaient sur ce principe. D'ailleurs quand vous le rappelez à certains de nos grands ingénieurs qui vendent ces systèmes lors d'expositions militaires sur les ventes d'armes, ils semblent tomber de la dernière averse, surtout quand vous expliquez que ces principes sont utilisés en radioastronomie amateur et professionnelle depuis des dizaines d'années. Vendre un systèe plusieurs millions d'euros, alors qu'il peut être réalisé pour quelques centaines d'euros par des radioamateur avertis, c'est effectivement un exploit.

NOM Début Maximum Fin
11 canis Minor. 04/12 10/12 15/12
Alp. Pisc. Austr. 16/07 30/07 13/08
Alp. Ursa Majorides 09/08 13/08 30/08
Alpha Aurigides 25/08 01/09 06/09
Alpha Capricornides 15/07 01/08 11/09
Alpha Centaurides 02/02 08/02 25/02
Alpha Hydrides 15/01 20/01 30/01
Alpha Leonides 13/01 27/01 13/02
Alpha Lyrides 09/07 14/07 20/07
Alpha Monocerotides 13/11 21/11 02/12
Alpha Pegasides 29/10 10/11 17/11
Alpha Puppides 17/11 02/12 09/12
Alpha Virginides 10/03 07/04 06/05
Andromedides 25/09 14/11 06/12
Aquarides de mars 02/01 15/03 07/01
Aquilides de juin 02/06 16/06 02/07
Aries-Triangulides 05/09 11/09 15/09
Arietides 22/05 07/06 02/07
Arietides d'automne 07/09 08/10 27/10
Arietides de mai 04/05 16/05 06/06
Aurigides 31/01 06/02 23/02
Beta Centaurides 02/02 08/02 25/02
Beta Leonides 14/02 20/03 25/04
Beta Taurides 05/05 29/06 18/07
Bootides de janvier 09/01 17/01 18/01
Bootides de juin 27/06 28/06 05/07
Canes Venaticides 13/01 24/01 30/01
Capricorne-Sagittarides 13/01 01/02 28/02
Cetides d'octobre 08/09 05/10 30/10
Chi Capricornides 29/01 13/02 28/02
Chi Orionides nord 16/11 10/12 16/12
Chi Orionides sud 02/12 10/12 18/12
Chi Scorpiides 06/05 28/05 02/07
Coma Berenicides 08/12 20/12 23/01
Corvides 25/06 27/06 03/07
Cygnides d'octobre 11/09 04/10 22/09
Delta Aquarides nord 16/07 13/08 10/09
Delta Aquarides sud 14/07 28/07 18/08
Delta Arietides 08/12 08/12 02/01
Delta Aurigides 22/09 06/10 23/10
Delta Cancrides 12/01 17/01 14/02
Delta Leonides 05/02 22/02 19/03
Delta Mensis 14/03 18/03 21/03
Draconides 06/10 09/10 10/10
Draconides de janvier 10/01 15/01 24/01
Epsilon Aquilides 17/05 17/05 27/05
Epsilon Arietides 25/04 09/05 27/05
Epsilon Geminides 10/10 18/10 27/10
Eridanides d'août 02/08 11/08 27/08
Eta Aquarides 21/04 05/05 12/05
Eta Carinides 14/01 22/01 27/01
Eta Cetides 20/09 01/10 02/11
Eta Draconides 23/09 12/09 28/09
Eta Draconides 22/03 29/03 08/04
Eta Viginides 24/02 18/03 27/03
Gamma Aquarides 01/09 07/09 14/09
Gamma Normides 11/03 16/03 21/03
Gamma Piscides 26/08 23/09 22/10
Gamma Velides 11/01 07/01 17/01
Geminides 06/12 13/12 19/12
Iota Aquarides nord 11/08 25/08 10/09
Iota Aquarides sud 01/07 06/08 18/09
Kappa Cygnides 26/07 18/08 01/09
Leonides 14/11 17/11 20/11
Leonides-Ursides 18/03 10/03 07/04
Lyrides 16/04 22/04 25/04
Lyrides de mai 01/05 06/05 09/05
Lyrides Juin 10/06 15/06 21/06
Monocerotides de Dec 09/11 11/12 18/12
Omega Scorpiides 19/05 03/06 11/07
Omicron Cetides 07/05 14/05 09/06
Omicron Draconides 06/07 17/07 28/07
Ophiuchides 19/05 20/06 02/07
Ophiuchides Nord de mai 08/04 18/05 16/06
Ophiuchides Sud de mai 21/04 13/05 04/06
Orionides 15/10 21/10 29/10
Pegasides 07/07 10/07 13/07
Perséïdes 23/07 12/08 22/08
Phi Sagittariides 01/06 18/06 15/07
Phoenicides 29/11 05/12 09/12
Phoenicides de juin 09/07 14/07 17/07
Pi Puppides 15/04 23/04 28/04
Pisces Austrinides 15/07 28/07 10/08
Piscides de mai 04/05 12/05 27/05
Piscides nord 05/10 12/10 16/10
Piscides sud 12/08 20/09 07/10
Pi Virginides 13/02 05/03 08/04
Quadrantides 28/12 03/01 07/01
Rho Geminides 28/12 08/01 28/01
Rho leonides 13/02 02/03 13/03
Sagittarides 15/04 20/05 15/07
Sextantides 24/09 01/10 09/10
Sigma Capricornides 18/06 15/07 30/07
Sigma Hydrides 04/12 12/12 15/12
Sigma Leonides 09/02 25/02 13/03
Tau Capricornides 02/06 12/07 29/07
Tau Herculides 19/05 09/06 19/06
Taurides nord 12/10 05/11 02/11
Taurides sud 17/09 30/10 27/11
Theta Ophiuchides 21/05 10/06 16/06
Theta Virginides 10/03 20/03 21/04
Upsilon Pegasides 25/07 08/08 19/09
Ursides 17/12 22/12 25/12
Zeta Aurigides 11/12 01/01 21/01
Zeta Perseides 20/05 13/06 05/07



 
 Retour au chapitre sur les catastrophes naturelles
 Retour au SOMMAIRE du SITE.
 TRANSLATE - TRADUIRE.
Nom du site  Catastrophes Naturelles ou Provoquées,
 Guerre Climatique, Séisme, Tsunami.
Adresse du site danger risque sanitaire de la pollution électromagnétique santé cancer leucémie tumeur du cerveau
Auteur du site : Marc FILTERMAN
Adresse e-mail : marcfilterman@hotmail.com
© Protected by Copyright - Reproduction interdite.