© Protected by Copyright - Reproduction interdite.
Adresse du site
sites de secours
danger risque sanitaire de la pollution électromagnétique santé cancer leucémie tumeur du cerveau
Nom du site   Prévention sur les risques professionnels sanitaires des micro-ondes
Auteur du site   Marc FILTERMAN
Adresse e-mail   marcfilterman@hotmail.com
  TRANSLATE - TRADUIRE
  Retour au Sommaire du site
  Retour au chapitre sur la pollution électromagnétique des micro-ondes


00°) Emission de Radio France Isères,
débat, Marc Filterman, Bernard Veyret.


Radio France Isère: Qu'en Pensez-Vous: Émission du 07/03/2000.

En bleu: mes commentaires.
En rouge: les remarques qu'il faut retenir.
Jr = abréviation utilisée pour les commentaires du journaliste.
En italique, figurent les dialogues.

Pour éviter toutes polémiques, tous les propos de tous les intervenants ont été retranscrits mot à mot en noir, et tous mes commentaires figurent en bleu. J'ai pris cette précaution afin d'éviter que ceux qui sont intervenus lors de cette émission, ou que des opérateurs viennent déclarer que les propos ont été orientés plus dans un sens que dans un autre. De cette façon, les lecteurs pourront mieux juger de ce qui a été dit ou n'a pas été dit. Je dispose bien évidemment des sources et des bandes son ou vidéo, en cas de litige sur une des phrases présentes sur cette page. Inutile de préciser que les personnes qui souhaitent un rectificatif ou ajouter un complément d'information peuvent le faire.

10-31A°) Introduction:

Cette émission titrée, Qu'en Pensez-Vous, d'une durée de 30 minutes trop courte pour un sujet aussi vaste, s'est déroulée en direct le 07 mars 2000 entre 11h30 et 12H00. Elle était animée par Pierre Monaton. S'il a trouvé facilement un invité pour parler des effets des émetteurs fixes ou des portables sur la santé en la personne de Marc Filterman, auteur du livre " Les Armes de l'ombre ", qui parle des nouveaux moyens qui utilisent les ondes radio pour neutraliser les troupes, ou système informatique par exemple, il lui a été par contre impossible de trouver un fabricant qui veuille bien accepter de participer à ce mini-débat. M. Filterman avait en effet demandé qu'il y ait un autre interlocuteur représentant la téléphonie mobile, pour qu'il y ait un minimum de débat. C'est finalement M. Bernard Veyret du CNRS, chargé par les opérateurs de mener une étude sur les effets des téléphones portables sur la santé, qui a accepté aimablement de participer à cette émission. Position de plus en plus inconfortable pour les chercheurs, car en effet, selon Radio TV Canada, des chercheurs refusent désormais de travailler sous le contrôle du lobby de la téléphonie mobile, en raison des pressions, des demandes multiples pour modifier voire fausser les résultats, sans parler des menaces qui sont réalisées à leur encontre pour certains.
 

10-31B°) Présentation des invités:

Animateur de l'émission: - Pierre Monaton, de Radio France Isère.

Marc Filterman: - 1976 et aujourd'hui encore, étudie tous les moyens de guerre électronique,
                        - 10 ans de recherche sur les radars, de 1976 à 1986,
                        - 05 ans dans l'armée de l'air,
                        - 07 ans Cadre à TDF et  France Télécom,
                        - 12 ans utilisés pour étudier les recherches sur la guerre psychotronique,
                        aussi bien russes qu'américaines, parallèlement à ses activités professionnelles.
                       Adresse E-mail: marcfilterman@hotmail.com

Bernard Veyret : - Directeur de recherche au CNRS,
                        - Chercheur à l'Ecole Nationale Supérieure de Chimie et physique de
                        Bordeaux (ENSCPB).
 

10-31C°) Transcription de l'émission:

Radio France Isère sur 95,2 MHz en FM: Qu'en pensez-vous?

Pierre Monaton:
Le téléphone portable est-il dangereux pour la santé? Si les risques exacts pour la santé des ondes produites par les téléphones portables ne sont pas bien connus, et bien on voit cependant se multiplier les mises en garde contre une exposition trop importante à ces ondes électromagnétiques. Le téléphone cellulaire rendrait et bien le cerveau, je dis bien, rendrait le cerveau moins étanche aux bactéries et aux virus dont celui de l'encéphalite. Alors que près de 20 millions de Français possèdent un téléphone portable, la France commence seulement à s'inquiéter des dangers qu'il présente pour la santé. La fréquence des ondes émises par les téléphones 900 MHz ou 1800 MHz selon les réseaux, est voisine de celle des fours à micro-ondes 2450 MHz. Alors pourquoi certains émetteurs GSM sont interdits en Australie sur le toit des écoles et à proximité, alors qu'en France, ils sont carrément installés sur la tête des gens? Pourquoi les résultats des études menées sur les effets du portable sont interdits de publication ou de citer en référence?  Pourquoi l'Autriche étudie actuellement la mise en place d'une norme afin d'interdire aux opérateurs de dépasser un certain seuil d'irradiation, autant de questions que nous allons et bien nous poser dans cette émission, avec vos remarques, vos témoignages, vos réactions sur le standard de Radio France Isère, le 04-76-46-45-45. Notre invité Marc Filterman, bonjour.

Voilà une entrée en matière bien inquiétante où tout est dit, et qui n'est pas faite pour rassurer.

Marc Filterman:  marcfilterman@hotmail.com
Bonjour.

Pierre Monaton:
Vous êtes l'auteur du livre " Les armes de l'ombre " aux éditions Carnot, vous êtes aussi, vous avez été pendant une dizaine d'années chercheur en ce qui concerne les radars, un ancien employé de TDF et de France Télécom, alors évidemment, c'est un sujet plutôt délicat que nous allons aborder aujourd'hui, les enjeux économiques, vous vous en doutez sont énormes, sur ce sujet on pourrait dire que la puissance des budgets publicitaires est parfois beaucoup plus importante que l'information du simple citoyen.

Marc Filterman:  marcfilterman@hotmail.com
Déjà 5 milliards de francs on peut dire.

Rien qu'avec les clients des grands médias on a Bouygues Télécom (DCS) 1,2 milliards; France Télécom Mobile (GSM) 1,5 milliards; Vivendi (contrôle plusieurs éditions) 02 milliards; Havas  Canal +, budget inconnu, (voir 10-02C). Ce chiffre n'incorpore pas en effet la pub sur Internet, la presse et la pub écrite venant des sociétés de la téléphonie mobile, où là aussi il faut rajouter plusieurs milliards de francs.

Pierre Monaton:
Alors pour être complet dans cette émission, Marc Filterman, nous accueillerons dans un instant Bernard Veyret, Bernard Veyret qui est le directeur de recherche au CNRS.
Alors pour mieux comprendre les effets du téléphone portable sur notre santé, je crois qu'il faut tout d'abord en saisir le fonctionnement. Un mobile c'est une boite bourrée d'électronique, qui au niveau de son antenne émet et reçoit des ondes à très haute fréquence, dites micro-ondes, comme dans un four à micro-ondes classiques, et leur énergie et bien, peut au delà d'une certaine puissance se transformer en chaleur (1). Alors Marc Filterman est-ce que le téléphone mobile, peut d'une certaine façon griller les cellules de notre cerveau, comme un four pourrait le faire, et quels sont selon vous les principaux dangers du téléphone portable, liés à notre santé?

1) On ne le sait pas, mais EDF a répertorié un four à micro-ondes qui fonctionne sur 900 MHz et il est évoqué aussi par le Pr Santni dans son livre "Téléphone cellulaire, Danger"

Marc Filterman:  marcfilterman@hotmail.com
Alors déjà il y a plusieurs problèmes au niveau de la prolifération des tumeurs cancéreuses, leucémie, cancer du sein, des testicules, les tumeurs du cerveau et tissulaires de la rétine, cornée et de l'iris, cela par exemple figure dans une question du député Pierre LELLOUCHE qui a été posée à l'Assemblée Nationale à la date du 01/03.

Ces éléments font partie d'une question du député Pierre LELLOUCHE, qui m'a été adressée par M. le député Jean-Louis Debré, Président du groupe RPR, que j'ai mise à la disposition de M. FILTERMAN. La question complète figure à la page 10-19.htm, mais il n'a pu citer qu'un très court extrait lors de l'émission radio par manque de temps.

Pierre Monaton:
Alors est-ce qu'aujourd'hui des études sérieuses ont été menées pour affirmer ce que vous dites Marc Filterman.

Marc Filterman:  marcfilterman@hotmail.com
Alors effectivement il y a les études du Dr MAEES, du Dr Henry Lai qui est très connu, moins connu le Dr Phillips Gerry, qui lui aussi a établi des risques au niveau des ruptures des brins d'ADN, le Dr également REPACHOLI au niveau du cancer lymphatique et également Neil Cherry qui est très connu et qu'il n'est pas nécessaire d'évoquer.

Et sans parler des recherches militaires qui datent de 1945, dont les résultats prouvent aussi que les micro-ondes ont des effets nocifs sur la santé. On se demande pourquoi l'Etat français déclare qu'il faut encore faire des recherches, alors que les résultats sont connus depuis longtemps et en plus accessibles sur Internet pour certains. Si nos membres du gouvernement, nos administrations et services de renseignements sont aussi inefficaces, il faut peut-être dans ce cas supprimer leurs budgets, cela fera moins d'impôts. Pourquoi le contribuable devrait-il continuer à payer des administrations qui sont incapables d'utiliser Internet pour trouver les études pertinentes, qui démontrent que les micro-ondes sont nocives?

Pierre Monaton:
On ne va peut être pas tous les citer, parce qu'ils ne sont peut-être pas tous connus vis à vis de nos auditeurs. Est-ce que ces lésions éventuelles donc vous parlez sont proportionnelles peut-être à l'intensité d'utilisation et à partir de quelle durée d'exposition il peut y avoir éventuellement un risque.

Marc Filterman:  marcfilterman@hotmail.com
Alors le problème, il y a des effets cumulatifs effectivement. Si on prend la norme C18-610 de novembre 95 il me semble, on donne une exposition de 450 µW/cm² pour 6 minutes d'exposition. Donc voilà pour la première norme, et elle ne fait que recopier la norme américaine d'ailleurs sur ce terrain-là.

Question, bien que cette norme existe, le public est maintenu dans l'ignorance de son existence, pourquoi ?? De plus, si elle existe, c'est que les dangers biologiques existent, donc comment se fait-il que l'on impose pas certaines règles d'utilisation. Si des procès éclatent et mettent en cause les ministres du gouvernement, ils ne pourront pas répondre qu'ils ignoraient les risques, puisqu'une norme existe. Ce qui revient à dire qu'il est criminel de maintenir le public dans l'ignorance, et surtout d'inciter les enfants à utiliser les téléphones portables. L'état qui de surcroît est majoritaire dans France Télécom est juge et partie mais aussi coupable, en refusant de prendre des dispositions visant à sauvegarder la santé publique, comme cela a été fait dans d'autres pays. Il est donc indéniable que sa responsabilité est engagée.
Or fait intéressant, Le Premier Ministre Jospin a déclaré à la mi-mars que l'état envisageait de vendre ses parts dans France Télécom pour financer les retraites, à moins que cela ne soit en réalité pour éviter de se retrouver un jour face à ses responsabilités.

Pierre Monaton:
Et aujourd'hui donc les téléphones portables respectent cette norme, oui ou non.

Marc Filterman:  marcfilterman@hotmail.com
Alors selon une étude du Pr Linde et du Pr Ross Adey il dépasserait les 450 µW et d'ailleurs le GSM peut aller jusqu'à 2000 µW/cm². Il y a un dispositif dedans qui permet effectivement de réguler la puissance quand on est plus ou moins près d'un émetteur, ça c'est exact, mais dans ce cas-là, il faut prendre en compte la puissance de l'émetteur fixe.

Il est évident que la norme n'est pas respectée, et en plus personne ne connaît son existence dans le grand public. Sous-entendu aussi, que fait-on des personnes qui sont exposées aux rayonnements des émetteurs fixes, qui habitent juste en dessous, mais surtout en face d'une de ces antennes directives?

Pierre Monaton:
Alors vous avancez un chiffre de 6 minutes, mais comment on peut affirmer un chiffre aussi précis que celui-là.

Marc Filterman:  marcfilterman@hotmail.com
Alors pour les 6 minutes je sais que cela repose, là c'est médical, et cela repose sur le temps nécessaire à la thermo-régulation du corps humain, si je me rappelle bien. Mais là c'est des gens du domaine médical qui pourraient répondre mieux que moi.

Pierre Monaton:
Alors d'après ce que nous pouvons lire aujourd'hui dans la presse ou sur Internet, le risque sanitaire n'a pas été réellement démontré, je pense qu'il faut savoir aussi qui commande ces études et qui les finance (1). Alors certains chercheurs ont quand même avancé certaines choses Marc Filterman; un portable laisserait, je dis bien laisserait, en veille, non laissé pardon en veille sur la table de nuit pourrait donc modifier les phases du sommeil (2), certains ont fait également je crois des expériences avec des guenons (3) et des souris exposées aux téléphones, quels ont été les résultats de ces expériences?

1) Les études ne sont pas indépendantes et encore moins impartiales, puisqu'elles sont financées le plus souvent par les fabricants et les opérateurs de téléphonie mobile. Quand les résultats de ces études leur déplaîent, ils exigent tout simplement leur modification, ou interdisent leur divulgation. S'il y avait des procès, on pourrait faire témoigner ces chercheurs qui l'ont en plus déclaré devant diverses émissions de télé à l'étranger.

2) Pierre Monaton veut parler de l'étude allemande de l'université de Mayence citée précisément dans la question du Député Pierre Lellouche. On s'endort plus rapidement, mais la phase de sommeil profond est raccourcie, et pour des chercheurs, c'est lors de cette période que s'effectue la mémorisation des informations perçues durant la journée précédente.

Marc Filterman:  marcfilterman@hotmail.com
Alors ça c'est des études qui ne sont pas connues comme le Standford Research Institute commandées par l'armée, l'US Air Force notamment, où par exemple les 4/5 d'un groupe de jeunes (singes) exposés pendant 6 mois à des micro-ondes sont morts. Cette étude a été également effectivement interdite de citer de références et n'a pas été prise en compte dans une étude de 1978. Là ce sont les ELF, les très basses fréquences qui sont des résultantes du téléphone portable, qui provoquent également ce phénomène. Bon on retrouve cela aussi pour les embryons de poulet dans les études de Madeleine Bastide qui ont été montrées lors de l'émission. Pour les chercheurs si on prend par exemple, j'ai les propos devant moi, les propos du Pr Gerorge Carlo qui est quand même le grand patron de la recherche du WTR, qui était l'association chargée par les compagnies de téléphonie mobile de vérifier s'il y avait une innocuité des micro-ondes ou pas, qu'est-ce qu'il a déclaré, il a déclaré la chose suivante: Nous avons des preuves de destructions génétiques dans les expériences où l'on a employé du sang humain. Ca, c'est sa phrase propre qui a été dite lors de l'émission "Envoyé Spécial". Alors il ne fait plus partie du WTR d'ailleurs, il est parti en octobre 99, juste après le procès du tabac.

3) M. Filterman a préféré rebondir sur le sujet des singes qui venaient de naître et avaient été exposés à des ELF (très basses fréquences), car cette étude est inconnue de beaucoup de spécialistes du domaine médical. Le SRI travaille sous contrat pour des services gouvernementaux, l'armée et aussi et surtout la CIA, sur des sujets que je n'évoquerai pas ici.
Une étude du Pr Linde signale que le champ magnétique ELF et non plus électrique, des portables peut atteindre 18 milligaus, mais cet aspect n'est jamais pris en compte dans les études commandées à des chercheurs par le lobby de la téléphonie mobile, bizarre non.
D'ailleurs la preuve, l'expérience faite par Madeleine Bastide avec un  portable GSM posé sur un filtre grillagé qui laissait passer les ELF, le tout superposé sur un plateau d'oeufs, démontrait que tous les embryons situés en dessous de l'appareil étaient détruits (voir 10.25).

Il faut savoir que précisément les armes létales et non-létales de nouvelle génération, de neutralisation ou de manipulation mentale dont certaines sont répertoriées dans un rapport de l'ONU, sont en cours de développement à Los Alamos. D'autres sont déjà produites et font appel précisément à ce que M. Veyret appelle des sous-produits, les ELF. Certaines de ces armes ont été utilisées en Angleterre contre des activistes Greenpeace (voir le livre de Marc Filterman), d'autres lors de la guerre du Golfe. La fréquence de la porteuse n'a aucune importance, contrairement à son mode de modulation qui lui est par contre très important.

Pierre Monaton:
D'accord, alors bien vous parlez du tabac, ça tombe bien puisqu'à vous écouter, est-ce qu'il faudrait alors inscrire sur son téléphone portable comme sur un paquet de cigarettes, "nuit gravement à la santé" à votre avis?

Marc Filterman:  marcfilterman@hotmail.com
Alors effectivement, il y a un lobby qui est dirigé par un professeur en Angleterre, qui a demandé à ce que l'on signale le risque sur les téléphones portables, mais également en Israël cela a été demandé, et le député KOSSOWSKI en France a fait également cette demande, dans une question écrite au gouvernement aussi en juin.

C'est le Pr Roger Coghill et d'autres chercheurs qui ont créé un lobby pour demander au gouvernement que l'on mette comme pour les cigarettes, une étiquette sur les cellulaires mentionnant qu'il existe un risque pour la santé.
En 1998, le Comité de recherche et développement de la Knesset (parlement israélien), a décidé de recommander aux manufacturiers d'inclure un avertissement sur:
" La quantité de radiations micro-ondes émises et sur les façons de réduire leurs effets. "

Pierre Monaton:
Alors il faut savoir que les émetteurs fixes, là on ne parle plus du téléphone mobile, les émetteurs fixes donc pour les téléphones portables sont interdits en Angleterre à moins de 500 mètres d'une habitation et à moins de 200 mètres en Australie, alors comment se fait-il qu'en France on laisse pousser ces antennes un petit peu partout, et quels sont les éventuels dangers pour la santé Marc Filterman.

Marc Filterman:  marcfilterman@hotmail.com
Bien déjà en France il y a un problème d'information, très peu de monde est au courant des risques, pour preuve j'ai été voir un médecin dernièrement, il ignorait totalement les risques du GSM sur la santé, mais ce qui est plus grave cela veut dire que le Ministère de la Santé n'a pas demandé aux médecins de mener des investigations ou n'a pas signalé aux médecins qu'il y avait des risques possibles avec une exposition à des micro-ondes GSM ou autres, un autre téléphone cellulaire, ou même un système radar,  il ne faut pas, les micro-ondes sont utilisées dans plusieurs dispositifs.

Question, qu'en est-il pour les femmes enceintes qui habitent en face ou juste en-dessous d'un émetteur fixe de téléphonie mobile GSM ou DCS ? Les mouvements féministes apprécieront la passivité du gouvernement sur ce sujet, bien qu'il soit important pour la santé.
Le ministère de la santé et du travail de Mme la Ministre Aubry ne se préoccupe guère des risques qui peuvent en découler pour les femmes enceintes, puisqu'aucune investigation dans le domaine n'a été demandée. Cela est facile à vérifier, puisqu'après enquête, on découvrirait  qu'aucun médecin ou gynécologue n'a eu la moindre note d'information sur ce sujet. Or on sait sait là aussi que les micro-ondes ont des effets néfastes sur les chromosomes, et la scissure profonde du cerveau qui gère précisément les organes reproducteurs. D'où question, les enfants anormaux qui naissent, n'ont-ils pas été victimes en partie de ces expositions, ou leur père? Car un enfant se conçoit à deux, et il ne faut pas oublier que si les chromosomes du père ont été lésés, on peut là aussi aboutir à la naissance d'un enfant anormal.

Pierre Monaton:
Alors vous avez travaillé je crois une dizaine d'années sur les radars, mais les radars n'ont rien à voir avec le téléphone mobile, qu'est-ce qui vous motive autant pour mener le combat que vous menez aujourd'hui.

Marc Filterman:  marcfilterman@hotmail.com
Alors à l'époque j'ai fait effectivement 10 ans de recherche sur les radars. Les radars, bon il faut savoir aussi que les radars fonctionnent en ondes pulsées comme les GSM. Or dès qu'un système est numérique les chercheurs partent du principe qu'effectivement ils sont plus dangereux que l'analogique. Parce que comme c'est une onde pulsée, c'est à dire des impulsions, c'est comme si on allumait x fois  la lumière pas seconde sauf que là, on le fait avec une énergie haute fréquence, étant donné que là il y a un cycle répétitif, c'est comme si on utilisait un marteau-piqueur par exemple au même endroit dans une cellule, donc ce qui produit sa destruction. Alors moi à l'époque où j'ai travaillé sur les radars, j'avais quand même une dizaine de radars qui allait jusqu'à des puissances de 450 KW et à cette époque là j'ai eu effectivement des problèmes de santé, problème de vue, perte de mémoire également. C'est à dire que si je posais un outil juste au-dessus d'un écran ou n'importe quoi, je ne me rappelais plus que je l'avais mis à cet endroit-là, et c'est assez intéressant parce que l'anglais qui est intervenu lors de l'émission Envoyé Spécial, il signale aussi des troubles de mémoire. Or Collin Blakemore également qui fait partie d'une commission (GOUVERNEMENTALE pour être plus précis) sur les cellulaires aux États-Unis, lui aussi il signale, il signalait qu'il avait arrêté d'utiliser le sien parce qu'il s'était retrouvé avec des troubles de la concentration, enfin quand on dit trouble de la concentration, c'est trouble de la mémoire également.

Il faut savoir qu'en réalisant des électronarcoses (électrochocs), on peut transformer un individu à l'état de légume. Ces expériences ont été réalisées aux USA dans le cadre des programmes de la CIA mais aussi dans d'autres pays. Quand une personnalité dérange, on n'hésite pas à la faire interner et à utiliser ce type de procédé dans certains hôpitaux psychiatriques français. Dire que le GSM va vous réduire à l'état de légume est un mot trop fort, mais par contre affirmer que celui-ci va modifier votre spectre cérébral ou interférer avec votre système nerveux est tout à fait exact. Pourquoi croyez-vous que le gouvernement Jospin a décidé de faire sanctionner les conducteurs qui utilisaient un téléphone portable au volant ? Evidemment il a trouvé le moyen d'enrichir la cagnotte de Bercy au passage avec des amendes qui peuvent atteindre 235 à 1000 francs. Par contre ce même gouvernement a pris soin de ne pas mentionner les véritables raisons de cette interdiction, qui est une augmentation de l'inattention des conducteurs, et surtout la perturbation de leurs réflexes, une augmentation importante de leur temps de réaction d'au moins X % comme cela a été mentionné en début mars 2000 dans une émission Turbo sur M6.

Pierre Monaton:
Marc Filterman on va marquer la première pose dans cette émission avant d'accueillir les premiers témoignages sur le standard de Radio France Isère, xxxxxxxxxx et nous retrouverons également Bernard VEYRET, que vous connaissez bien je crois.

Marc Filterman:  marcfilterman@hotmail.com
Bien je le connais de nom, je l'ai eu une fois au téléphone effectivement.

Pierre Monaton:
C'est le Directeur de recherche au CNRS. Alors le téléphone portable est-il dangereux pour la santé, faites-vous confiance aux fabricants, pensez-vous avoir subi un problème de santé qui serait lié au téléphone mobile, les migraines, le stress, une perte de mémoire. Avez-vous un émetteur GSM sur le toit de votre immeuble, vos témoignages, vos réactions, vos questions au xxxxxxxxxx, on se retrouve tout suite après cette chanson.

PAUSE  OUFF ont dû se dire certains, il était temps.

Pierre Monaton:
Sujet passionnant aujourd'hui avec notre invité Marc Filterman qui est l'auteur du bouquin "Les armes de l'ombre" aux éditions Carnot mais qui est aussi chercheur sur les radars, ancien employé de TDF et de France Télécom. Nous allons également accueillir Bernard Veyret, bonjour.

Bernard Veyret :
Bonjour

Pierre Monaton :
Vous êtes le Directeur de recherche au CNRS et spécialisé dans les études des effets biologiques des champs électroniques, tout d'abord je vous remercie d'avoir accepter notre invitation, une réaction peut-être par rapport à ce que vous avez entendu, car je sais que vous écoutez cette émission depuis le début Bernard Veyret.

Bernard Veyret :
Oui j'ai bien écouté M. Filterman et ses arguments, je ne comprends toujours pas bien ses motivations pour mettre en garde aussi catégoriquement contre les téléphones, j'ai écouté tous ses arguments et je voudrais y répondre pas en détail bien sûr, mais globalement. Notre rôle au CNRS c'est d'effectuer des recherches, c'est d'informer le public et les autorités, et ce n'est pas à priori de rassurer ou de faire faire peur. Or M. Filterman fait peur, disons et à mon avis avec des arguments qui ne sont pas valables.

Je pense que le député Pierre Lellouche appréciera à leur juste valeur les propos de Bernard Veyret, puisque les éléments qui ont été cités au tout début de l'émission sur les cancers, leucémies et le reste, font partie d'une question qui a été adressée précisément au gouvernement. La question complète figure à la page 10-19.htm.
Je sais parfois que nous avons des politiques qui ne tiennent pas la route quand ils font certaines déclarations, mais ici ce n'est pas du tout le cas, puisque les chercheurs sont cités en référence dans son texte.
 
 
 
Selon de nombreux chercheurs (M. Ivan L. Beale de l'université d'Auckland OEUAa et M. John R. Goldsmith de l'université de Ben Gourion, Berr-Sheva Israël), les effets sur l'organisme de ces rayonnement subis à haute dose peuvent être désastreux:

aggravation de la prolifération cancéreuse, spécialement de la leucémie, du cancer du sein, des testicules et des tumeurs au cerveau, dégénérescence tissulaire de la rétine, de la cornée et de l'iris (spécialement pour les personnes souffrant de glaucome), modifications de la chimie du cerveau, du degré d'efficacité des traitements médicamenteux et altération des fonctions d'apprentissage de la mémoire.

Le rapport du CSIRO (Commonwealth Scientific & Industrial Research Organisation) met lui aussi en cause l'utilisation des téléphones cellulaires et des antennes-relais car une irradiation pulsée même à des niveaux très bas affecte, des niveaux de la mélatonine, une hormone ayant un puissant effet de protection contre certaines formes de cancer. Par ailleurs les docteurs Klauss Mann et Joachim Roschke, de l'université de Mayence (Allemagne), ont démontré qu'une exposition aux micro-ondes émises en signaux digitaux par un téléphone cellulaire réduit le temps nécessaire à un individu pour s'endormir (en moyenne de 12,25 à 9,5 minutes), qu'elle raccourcit la durée du sommeil dit " REM " ("Rapid Eye Movement ": mouvements oculaires rapides) et modifie les ondes cérébrales durant celui-ci. Sachant, d'après les recherches conduites par M. Henson, à l'UCLA (University of California, Los Angeles), que 48 % à 68 % de la puissance rayonnée par l'antenne d'un téléphone cellulaire est absorbée par la tête et la main de l'utilisateur, il lui demande si des recherches similaires ont été effectuées en France à la demande du Gouvernement et s'il envisage, comme le suggèrent de nombreux travaux, que soit ...

Entre nous, qui fait le plus peur, M. Filterman ou M. le Député Pierre Lellouche ?

Premier auditeur:
Lesquels par exemple précisément?

Bernard Veyret :
Alors je peux donner quelques exemples, donc la comparaison avec les fours micro-ondes est bonne en ce sens que les fréquences utilisées sont effectivement très proches, mais les puissances ne sont en rien comparables (1), et puis bien sûr le four est fermé, et on ne met pas sa tête dedans, tandis que le téléphone est collé contre la tête mais en espace ouvert. De même M. Filterman a cité donc des études selon lui positives sur la prolifération des tumeurs dans différents modèles et sur l'œil, moi je connais bien la littérature internationale(2) et je puis vous dire aujourd'hui que, aucun effet biologique délétère n'a été de façon rigoureuse jusqu'à présent (3). Evidemment dans l'avenir, cela pourrait être le cas mais le concensus scientifique actuel qui est donc exprimé au sein de l'OMS par exemple, ou d'autres institutions de ce genre, donc dit bien que jusqu'à présent aucun effet sanitaire nocif n'a été démontré scientifiquement. D'autre part, oui, j'ai bien entendu que M. Filterman avait bien travaillé sur les radars, pas forcément sur les effets biologiques des radars, mais il les avait peut-être constatés.

1) La comparaison avec les fours à M-O n'est pas tout à fait bonne, puisque selon la norme C73.601, les fuites ne doivent pas dépasser 5 mW/cm² à 5 cm de la porte. Des constructeurs ont décidé d'augmenter cette valeur en passant à 0,15 mW/cm² à la sortie d'usine.

2) M. Veyret connaît la littérature internationale de façon très sélective.

3) Les affirmations de M. Veyret sont fausses et même scandaleuses. Déjà pour commencer, des pressions ont été exercées, et des fabricants ont exigé de plusieurs scientifiques qu'ils modifient les résultats de leurs études ou qu'ils ne soient pas divulgués (source Science et Vie,  Radio TV Canada et journal Australian). S'il n'y a aucun effet sur la santé, pourquoi la norme C18-610 de novembre 95 a-t-elle été réalisée avec une limite d'exposition de 6 minutes, notamment à partir

Marc Filterman:  marcfilterman@hotmail.com
Oui je les ai constatés après effectivement oui.

Bernard Veyret :
Et ça, je suis entièrement d'accord avec lui pour dire que les radars puissants, ceux qui sont utilisés dans la marine, dans l'aviation, si on y est exposé à leur faisceau en proximité ils peuvent être effectivement dangereux, par exemple dans une usine où on les construit ou ailleurs. Un radar puissant et un téléphone, ça n'a pas grand chose à voir, ou niveau donc des intensités.

Pierre Monaton:
Bernard Veyret, soyons clair, peut-on vraiment dire aujourd'hui par rapport aux expériences que vous avez menées que le risque du téléphone mobile pour la santé est nul.

Bernard Veyret :
Alors ce que l'on peut dire plutôt c'est que toutes les études qui ont été faites pour évaluer ce risque ont été globalement négatives.Voilà et elles continuent, et elles sont même je dirais fleurissantes en ce moment, dans mon laboratoire comme dans d'autres dans le monde.

Les chercheurs dont il parle ici ont subi des pressions de Motorola ou même d'autres constructeurs voire même d'opérateurs, soit pour ne divulguer aucun résultat, soit pour les modifier, ou plus exactement fausser les conclusions de leurs études. Cela fut le cas pour le Dr H. LAI, le Pr Ross ADEY, le Pr Ney Cherry qui a eu droit en plus à des menaces de mort. L'étude du Pr Gerry Phillips est importante, je donnerai l'explication par la suite. Autre exemple,  déclaration du Theodor Litovitz:
"Je ne veux pas travailler avec les gens de l'industrie. Il reste le gouvernement fédéral, mais il vient de décider de se retirer de la recherche sur les effets biologiques des micro-ondes"
Il doit de plus en plus se battre pour obtenir des sources de financement pour cette recherche.

Bernard Veyret a oublié de dire que les études qui sont faites, sont incomplètes, et que l'on ne cherche pas réellement ce que l'on doit chercher. En effet, dans l'émission Envoyé Spécial du 21/10/1999, extrait choisi à la question du journaliste, Bernard Veyret avait déclaré:

Bernard Veyret:
Les radio-téléphones ont été fabriqués pour émettre des radio-fréquences et non pas les très basses fréquences, qui sont simplement un sous-produit donc de leur fonctionnement interne.
Journaliste:
Mais le fait est qu'ils en émettent et que des expériences comme celles-ci par exemple, ne les prennent pas en compte, est-ce que vous pensez que l'on peut passer à côté de quelque chose?
Bernard Veyret:
Très bien, si les effets éventuels sont dus aux très basses fréquences, on ne les verra pas ici,  mais on peut concevoir d'en faire d'autres, pour étudier séparément, les effets des très basses fréquences.
En clair M. Veyret nous avouait dans l'étude commandée par les opérateurs, que les effets de qu'il appelle lui un sous-produit n'étaient pas pris en compte dans les recherches, aveu intéressant n'est-ce pas. Or on sait que les ELF et les champs magnétiques de forte intensité peuvent être nocifs pour la santé voire même mortels, quand on les utilise à des fins militaires dans des armes de nouvelle génération.
Bernard Veyret peut déclarer que les études sont fleurissantes pour les études qui prouvent qu'il n'y a aucun effet sur la santé, surtout quand
les chercheurs qui déclarent le contraire subissent pressions, menaces  et intimidations (source: Radio TV Canada).

Marc Filterman:  marcfilterman@hotmail.com
Et bien dans ce cas-là je me pose quand même des questions sur les affirmations du Pr George Carlo, que j'ai cité tout à l'heure et également sur le Pr Henry Lai, bon je ne vais pas tous les citer mais entre autre ils disent qu'il y a des effets significatifs et là devant les yeux j'ai un document de l'US Navy de 1948 clinique de Mayo qui signale également des cataractes lors d'expériences par exemple sur les chiens. On a signalé également, euh, l'US Navy a déclaré à l'époque qu'il n'y avait aucun effet des micro-ondes sur la santé, ce qui a été démenti par la suite par le Département de la Défense. Toujours en 1948.

Dans l'émission Envoyé Spécial, et dans le fax qui figure ce site (cliquez ici 10-27) le Pr George Carlo déclare que les risques significatifs existent, d'autre part il dénonce aussi dans le fax, les pressions d'une partie de la téléphonie mobile même contre le FDA.

Bernard Veyret :
Sur l'oeil il est sûr et je suis d'accord avec vous qu'un rayonnement intense et prolongé est nocif et là encore en 48 il n'y avait pas de téléphone mobile et donc il s'agissait de source radar.

Marc Filterman:  marcfilterman@hotmail.com
De source radar, seulement à l'époque il ne dépassait pas les 2 gigahertz. Il faut savoir que le radar est quand même apparu dans les années 30 ou 40.

Pierre Monaton:
Mais alors pourquoi la norme n'est pas respectée par les fabricants de téléphone mobile aujourd'hui. Comment se fait-il aujourd'hui que toutes les recherches sont orientées sur les portables et non sur les sites émetteurs.

Bernard Veyret :
Non bon alors je voudrais finir de répondre, ok, très brièvement George Carlo qui dirigeait effectivement le programme du WTR, il est parti parce que le programme était terminé. C'est une bonne raison ça. Il est parti en citant, en disant cette phrase que vous avez citée à juste titre, faisant référence à des travaux que j'ai suivis de très près qui sont sur du sang humain effectivement, mais l'expérience n'a pas été reproduite, elle est très discutable, mais surtout elle a été effectuée à des puissances très élevées, qui n'ont rien à voir avec celles des téléphones. C'était un essai à très haute puissance, qui mérite d'être fait.  De même que le Pr Lai donc que vous avez cité aussi, a fait plusieurs expériences postiches qui ont été publiées, mais il ne faut pas oublier de dire que toutes les expériences qu'il a pratiquées était faites avec des radars là encore et jamais avec des téléphones.

Bernard Veyret a manœuvré pour que l'on ne parle surtout pas des émetteurs fixes, il ne voulait pas répondre à cette question, mais il a été obligé de répondre par la suite, et sa réponse à un auditeur démontrera bien que ces systèmes sont nocifs.

Qu'est ce qu'on appelle une expérience non reproductible.
Extrait du sujet 10-02°) Méthodologie criminelle de la désinformation :
E) " On parle aussi d'expériences non reproductibles. Qu'est-ce que c'est? Un moyen qui vise à discréditer un chercheur indépendant, ses expérimentations et ses résultats s'ils sont gênants pour les opérateurs. Ces derniers connaissant les résultats du précédent, ne vont pas recommencer les expériences pour confirmer ce que l'on sait déjà. C'est ce qui permet à des opérateurs sans vergogne, d'affirmer ensuite que ce type d'expérience n'est pas reproductible." Technique courante, la preuve.
 

Marc Filterman:  marcfilterman@hotmail.com
Ah pas avec des signaux radars quand même. Il y a par exemple, je vais reprendre l'étude du Pr Gerry Phillips avec Motorola.

La réponse de B. Veyret concernant ce chercheur ne tient pas du tout la route. En 1993 il a mené pour le compte du gouvernement américain une étude sur les rats. Deux heures par jour les animaux ont été soumis à des radiations, d'une puissance inférieure à celle émise par le téléphone portable. Le résultat fut surprenant. L'ADN des rats exposés semblait se morceler, voir Envoyé spécial en 10-25.

Bernard Veyret :
Je parle de Lai.

Marc Filterman:  marcfilterman@hotmail.com
Comment?

Marc Filterman:  marcfilterman@hotmail.com
Je parle de Lai qui est très souvent cité.

Marc Filterman:  marcfilterman@hotmail.com
Oui il y a Lai, mais il n'y pas que lui.

Bernard Veyret ne voulait surtout pas que M. Filterman parle de Gerry Phillips, mais comme il en avait parlé en début d'émission.... Le motif maintenant, au milieu des années 90 après un retentissant procès contre Motorola en 91 à la suite d'un décès d'une utilisatrice d'un portable du même nom, le fabricant a été contraint d'étudier si le GSM avait des effets nocifs sur la santé. Gerry Phillips, biochimiste et chercheur au Pettis VA Medical Center à côté de Los Angeles, a été chargé par Motorola de réaliser une expérience avec un portable. Elle a aussi montré que le signal de leur téléphone numérique augmente les ruptures d'ADN du code génétique, des cellules humaines en laboratoire. Il révèle les résultats au directeur scientifique, qui demande au patron de Gerry Phillips de changer les résultats. Il déclare:
"Ils m'ont carrément demandé de modifier le protocole de mon expérience et de réécrire mes résultats en fonction de conclure que les ondes du cellulaire n'augmentent pas les bris ADN"
C'est la consternation dans l'équipe. Des membres quittent le bateau, la compagnie se retire et Gerry Phillips publie finalement ses résultats sans les modifier (source Radio TV Canada).
Le Dr H. LAI a aussi révélé que le WTR lui avait demandé de modifier ses résultats (R TV C)

Bernard Veyret:
L'ADN et la mémoire, toutes ces expériences, y compris les plus récentes, qui sont juste publiées sont faites avec des signaux radars.

Alors ça c'est une révélation incroyable, Bernard Veyret est en train de nous expliquer et de nous affirmer ici, que le lobby des GSM mandate des scientifiques pour faire des recherches en utilisant des sources radars, au lieu d'utiliser des sources GSM. Là, ce type d'affirmation est relativement grave, parce que si c'est vrai, cela veut dire que les études sont délibérément faussées une fois de plus. Je vais donc immédiatement contacter Henry Lay et lui demander une confirmation sur ce qu'affirme Bernard Veyret. En réalité je connais la réponse, mais je suis bien obligé de contacter les personnes mises en cause. Il est toutefois vrai que H. Lai a mené certaines de ses expériences avec des sources radar, mais puisque B. Beyret connaît aussi bien la littérature scientifique, il devrait aussi savoir que les niveaux de puissance utilisée étaient nettement inférieurs à celui d'un téléphone cellulaire.
 

Pierre Monaton:
D'accord, alors quels peuvent être les effets dus aux basses fréquences que vous appelez je crois Bernard Veyret des sous-produits dans le fonctionnement interne du téléphone mobile, et qui selon Marc Filterman, permettraient, vous dites si je dis des bêtises Marc Filterman, de manipuler les individus et qui auraient déjà été utilisées par les services secrets.

Bernard Veyret:
Alors, oui ça, ça, il faut, c'est, c'est très complexe au niveau scientifique cette question, on peut parler de deux choses complètement distinctes, une première c'est la modulation qui existe sur les micro-ondes utilisées par les téléphones, c'est à dire les pulses dont parlait M. Filterman tout à l'heure, çà c'est une chose, et aussi les champs magnétiques qui sont produits par le téléphone lui-même, qui rentrent en contact avec la tête. Il s'agit de deux choses indépendantes distinctes dont il faut préciser les effets séparément. Je crois donc que la manipulation des esprits qui est parfois citée dans des documents sur Internet, correspond au premier cas, c'est à dire à la modulation des ondes, il s'agit, et ça bien sûr c'est très difficile à vérifier puisque c'est secret, il s'agirait de modulations particulières qui ont des effets sur le cerveau. Ce qui faut bien voir c'est que le téléphone lui, la modulation du téléphone a été prise pour des raisons purement techniques avec aucune motivation bien sûr d'agir sur le cerveau* , c'est une situation très très différente. On n'est pas dans la recherche militaire là.

*  Je dois dire que j'ai beaucoup rigolé, et M Filterman aussi, car avoir un directeur du CNRS qui reconnaît déjà que le GSM émet des champs magnétiques qui rentrent en contact avec la tête, donc avec le spectre du cortex cérébral nous sommes bien d'accord, mais aussi la manipulation de l'esprit, ça alors c'est un sacré scoop. Mais il faut dire aussi qu'il n'avait pas beaucoup le choix, puisqu'une résolution du Parlement européen (voir 10-29) évoque les risques de la manipulation mentale des populations ou de dirigeants politiques, mais il y a aussi un document à l'ONU.
* Il y a un problème, c'est que précisément le GSM perturbe le système nerveux, puisque les réflexes d'un conducteur au volant d'une voiture sont modifiés, révélation faite dans l'émission Turbo du 28/02/1999.
De plus la Lloyds, a refusé d'assurer les compagnies de téléphonie mobile en Angleterre en invoquant les recherches du Pr Allan Preece.
Il faut dire pour ceux qui ne le savent pas, que le dossier de l'amiante leur a servi de leçon, puisqu'ils ont failli déposer le bilan précisément à cause de cette affaire, pour ne pas avoir tenu compte à une époque de certaines études. Cela c'est un autre scoop qui n'a pas été dit durant l'émission, mais que je dis ici.

Pierre Monaton:
Bernard Veyret je suppose que suite à cette émission les gens ne vont pas jeter leur portable, alors pendant que vous êtes à l'antenne, quels sont les conseils que vous pourriez nous donner afin d'utiliser son mobile au mieux avec un minimum de risque.

Bernard Veyret:
Alors, donc le risque n'étant pas évalué jusqu'à présent puisque comme je vous le disais aucun risque n'a été décelé, les seuls conseils élémentaires de bon sens que l'on peut prendre, c'est donc d'éloigner le téléphone de la tête. C'est vraiment dans l'inter-réaction du téléphone et de la tête que le risque éventuel existe. C'est à cause de cette proximité.

C'est assez comique, car il n'y a aucun risque et cependant Bernard Veyret répond à cette question, alors que Marc Filterman s'attendait à ce qu'elle lui revienne. Donc si M. Veyret est aussi sûr de lui puisque, paraît-il, les études sont aussi fleurissantes pour affirmer qu'il n'y a aucun risque, pourquoi dans ce cas il répond à cette question.

Pierre Monaton:
Donc, utilisez l'oreillette.

Bernard Veyret :
Il y a différent moyen, il est certain que le risque s'il existe, diminuera beaucoup.

Pierre Monaton:
Éviter de garder son mobile en veille à côté de soi par exemple.

Bernard Veyret :
Ha oui, en veille, en veille il continue d'émettre comme vous savez, mais avec une puissance extrêmement faible, donc simplement pour signaler sa présence et à ce moment là, donc la puissance moyenne chute, qui est déjà faible, chute encore plus, et d'autre part, on ne l'a pas collé contre la tête.

Là, la machine c'est emballée involontairement. Donc comment se fait-il qu'ici Bernard Veyret accepte de reconnaître que les cycles du sommeil sont perturbés, même quand un portable GSM est en veille à côté de vous sur votre table de nuit, donc à environ à 50 cm, et par contre il refuse de reconnaître que l'appareil peut avoir des conséquence sur le métabolisme quand celui-ci est en fonctionnement. On a donc eu droit là aussi à un sacré scoop, parce qu'il reconnaît qu'en veille il peut nous perturber. On n'aurait pas pu faire mieux comme aveu.

Pierre Monaton:
Bernard Veyret, si vous le souhaitez vous restez avec nous, nous allons accueillir le premier témoignage avec Cyril qui nous appelle de Lyon, bonjour Cyril.

Premier auditeur:
Bonjour

Pierre Monaton:
Alors Cyril, je crois que vous installez, vous, des antennes pour les téléphones portables. On écoute votre question.

Premier Auditeur:
Voilà, alors moi j'avais une petite question à poser, c'est à dire que je suis technicien monteur en antenne GSM, pour les téléphones mobiles donc, et donc je m'occupe d'installer ces antennes là sur les toits d'habitations, enfin sur les toits d'immeubles essentiellement, et relais hertziens, les pylônes hertziens sur lesquels il y a des faisceaux hertziens qui tournent.
Et donc il nous arrive parfois de faire des interventions sur des antennes, directement sur des antennes GSM, donc j'aurai aimé un petit peu connaître les risques, les risques inhérents à cela. Savoir un petit peu s'il y avait une législation du travail aussi qui, parce qu'on nous parle pas trop de tout ça. Savoir s'il y avait une législation du travail qui préconisait une certaine prudence ou un arrêt réglementaire.

Ici nous avons la preuve flagrante par cette question que les installateurs ne sont absolument pas informés des risques qu'ils courent lors d'une exposition à un relais GSM.

Pierre Monaton:
Une question importante en tout cas de la part d'un installateur que vous voulez peut-être poser à Bernard Veyret qui est le directeur de recherche au CNRS, je suppose.

Premier Auditeur:
Oui...

Bernard Veyret:
J'y répondrai donc très brièvement. Je comprends très bien que cette personne pose cette question relative à sa santé. Quand il installe des antennes, il va donc s'approcher d'une antenne qui peut être arrêtée ou allumée, et il peut se trouver à faible distance, puisqu'il s'agit de la réparer, de l'entretenir.

Premier Auditeur:
Exactement oui.

Bernard Veyret :
Ce cas là, les normes existent pour le public et pour les travailleurs dont il fait partie, et il est informé en principe par son médecin du travail de l'existence de cette norme et de la façon de les respecter. Sachez que quand une antenne standard est installée sur un immeuble, et qu'on se tient à environ 50 cm au delà de l'antenne, et bien sûr dans son axe, et pas derrière elle, on est à la limite des normes d'exposition. Donc si on rentre à l'intérieur de cette enceinte, c'est à dire plus près de l'antenne, donc là, on est au-dessus des normes. Et là il faut soit arrêter l'antenne soit prendre des précautions particulières pour pouvoir intervenir. Et ça c'est le médecin du travail de la société correspondante d'expliquer, et donc de prévoir cette intervention.

Puisque B. Veyret botte en touche, je vais fournir les éléments nécessaires  pour les professionnels concernés par cette question. La formule à appliquer est de F/40 soit
900 MHz divisé par 40 = 2,25 mW/cm² mais là aussi pour 6 minutes d'exposition.
Pour le public on applique la formule F/200 ce qui donne 450 µW/cm² mais là aussi pour 6 minutes d'exposition. Question, pensez vous que ces règles soient réellement appliquées ?
Cherchez l'erreur. Pourquoi une telle règle est reprise dans une réglementation européenne, si comme l'affirme B. Veyret il n'y a aucun effet nocif pour la santé des individus.
On est ici en train de nous révéler, que le personnel qui travaille sur les émetteurs fixes GSM n'est pas du tout au courant des risques auxquels il s'expose. Or si comme on pense le comprendre, une durée de courte exposition pour la santé est dangereuse, dans ce cas, question: qu'en est-il pour les personnes qui habitent en face de ce lobe de rayonnement orienté dans leur direction, et cela à longueur d'année. Pourquoi dans ce cas un opérateur a-t-il été obligé de redémonter son installation à la suite de problèmes de santé sur des habitants à côté de Düsseldorf.

Pierre Monaton:
Je rappelle aussi qu'il faut savoir que les émetteurs fixes pour les téléphones portables sont interdits par exemple en Angleterre par exemple à moins de 500 m d'une habitation, et à moins de 200 m en Australie et en France...

Bernard Veyret :
Ca ce n'est pas vrai c'est un bruit qui circule pour l'Angleterre, mais c'est pas juste là.

Pierre Monaton:
Marc Filterman.

Marc Filterman:  marcfilterman@hotmail.com
Bien là, ça été dit dans l'émission Envoyé Spécial par exemple.

Bernard Veyret :
Beaucoup de chose ont été dites

Marc Filterman:  marcfilterman@hotmail.com
Alors en Australie également Neil, bon Neil Cherry...

Bernard Veyret :
........
Inaudible, intervention car les propos de M. Filterman commencent à devenir dangereux, etBernard Veyret ne voulait surtout pas que l'on parle des émetteurs fixes.

Pierre Monaton:
Marc Filterman, finissez Marc Filterman

Pierre Monaton remet un peu d'ordre dans le débat car tout le monde parle en même temps.

Marc Filterman:  marcfilterman@hotmail.com
.... Oui...  alors Neil cherry est intervenu aussi en Australie et c'est interdit sur le toit des écoles. Dans divers états également américains par exemple la Californie a été un des premiers à interdire aussi les émetteurs sur les toits des écoles.

Pour la Californie l'interdiction si je me rappelle bien, remonte dès 91 ou  92.

Bernard Veyret:
Bon ça c'est exact... et, c'était donc pour rassurer les parents des élèves, maintenant si on examine la situation dans le cas d'une école où l'on place, sur laquelle on placerait, où on place dans d'autres pays des antennes, on s'aperçoit que c'est vraiment l'endroit qui est le moins exposé, c'est justement la zone qui est au-dessous de l'antenne.

Gêne de Bernard Veyret qui ne pouvait contredire Marc Filterman puisque c'est effectivement la vérité, d'autant que d'autres états ont décidé de mettre en place une réglementation contraignante pour les opérateurs.

Marc Filterman:  marcfilterman@hotmail.com
Exact.

Bernard Veyret:
L'antenne émet horizontalement ce qui fait que mettre, enlever l'antenne d'une école pour la placer en face de l'école c'est absolument illogique.

Marc Filterman:  marcfilterman@hotmail.com
C'est exact, oui

Pierre Monaton:
On va remercier Cyril, merci beaucoup Cyril.

Premier auditeur:
Merci à vous.

Pierre Monaton:
On va essayer de retrouver, il nous reste très très peu de temps malheureusement, c'est vrai que c'est beaucoup trop court pour aborder un sujet comme celui-ci, Marie qui nous appelle d'Echirol, bonjour Marie.

Deuxième auditeur:
Bonjour Messieurs.

Pierre Monaton:
Marie on vous écoute.

Deuxième auditeur:
Alors voilà moi le problème c'est que ma fille a 19 ans, elle a un portable, qui n'en a pas dans le lycée.

Pierre Monaton:
Oui

Deuxième auditeur:
Alors ma question est de savoir quelles interférences il peut y avoir au niveau auditif,  parce que...

Pierre Monaton:
Est-ce que le téléphone mobile peut causer un danger pour l'audition, c'est ça en fin de compte.

Deuxième auditeur:
Oui

Pierre Monaton:
Bon réponse de Bernard Veyret.

Bernard Veyret:
Oui alors ce que l'on sait, jusqu'à présent sur l'audition, c'est qu'aucune observation de perte de l'audition n'a été documentée et publiée. Par contre on peut dire que actuellement il y a dans le monde, y compris à Bordeaux, plusieurs groupes qui travaillent sur ce problème, cette question de savoir si, à long terme, effet chronique, il y aurait donc un dommage à l'audition. A priori il n'y a aucun indice, mais des recherches ont lieu sur ce sujet actuellement.

Si plusieurs groupes travaillent sur ce problème, cela veut dire tout simplement qu'un autre problème de santé a été identifié, sinon pourquoi avoir réalisé plusieurs groupes de travail.

Marc Filterman:  marcfilterman@hotmail.com
Je vais apporter une petite précision si vous le permettez, on a constaté des neurinomes de l'acoustique que l'on trouve habituellement chez les personnes âgées, on commence à les trouver chez les jeunes, ce qui est inhabituel.

Bizarrement il n'y eut aucune réaction de Bernard Veyret quand Marc Filterman a rajouté cette précision, il aurait pu dire quelque chose mais là, rien.

Deuxième auditeur:
Alors je vais quand même continuer...

Pierre Monaton:
Rapidement Marie.

Deuxième auditeur:
Oui, effectivement, moi j'ai lu dans Sud-Ouest, cette étude qui est faite. Moi je dis une chose, bon c'est bien ce marché, de portable, mais il faut savoir qu'on développe un tas de choses comme on a fait pour le micro-onde, solution de facilité qui coûte pas plus, pas moins cher que ce que l'on avait avant...

Pierre Monaton:
Mais là on sort un petit peu du débat, Marie je suis désolé.

Deuxième auditeur:
Bien non, mais qui sont moins chers, mais qui risquent d'être chers au domaine de la santé, au budget de la santé.

On doit en déduire de la façon dont s'exprime cette personne, qu'il y a des problèmes de santé dans sa famille, notamment de l'audition qui sont attribués apparemment à l'utilisation d'un téléphone portable.

Pierre Monaton:
C'est à dire on met les chose en place, et on voit après si certains appareils ont des effets sur votre santé, absolument. Marie je vous remercie beaucoup je suis obligé de vous quitter, merci beaucoup Marie pour votre témoignage. Question un peu pratique, est-ce que les téléphones d'appartement sont-il eux aussi des appareils à risque, Bernard Veyret, ou beaucoup moindres en ce qui concerne la puissance de ces appareils.

Bernard Veyret :
Alors là vous faites allusion à ce que l'on appelle les sans fils, à l'intérieur des maisons.

Pierre Monaton:
Absolument.

Bernard Veyret :
Donc il y en a plusieurs types comme vous le savez. Les derniers modèles sont de type DEC, D E C T, qui sont aussi numériques et donc pulsés comme les mobiles, ils fonctionnent donc en gros sur le même principe, mais avec des puissances beaucoup plus faibles. Donc si le risque n'est pas démontré pour les mobiles, à fortiori il est encore moins disons pour les sensibles.

Ils présentent certainement moins de risque, mais encore tout cela dépend de la durée d'utilisation d'un tel appareil. Si on l'utilise plusieurs heures par jour, il est clair, qu'au final il y a quand même un risque sérieux pour la santé par accumulation des doses très longues.

Pierre Monaton:
Il y a en Allemagne je crois environ une centaine d'associations qui s'opposent à l'implantation d'émetteurs GSM, il en est de même en Suède, en Angleterre, un petit peu partout, pourquoi en France à ma connaissance, il n'y pas d'association de ce type aujourd'hui. Bernard Veyret.

Bernard Veyret :
Bien là, je n'ai pas de réponse simple, ce n'est pas mon métier de m'occuper de comprendre pourquoi les associations n'existent pas si vous voulez.... C'est que simplement la culture est différente, la pression des groupes écologistes aussi, je ne sais pas.

Là, évidemment il n'allait pas répondre à une telle question, mais ça aurait pu marcher, puisque pour un portable en veille, il fallait éviter de le garder à côté de soi, on se demande bien pourquoi d'ailleurs.

Marc Filterman:  marcfilterman@hotmail.com
C'est à dire qu'en France il y a beaucoup moins d'informations disponibles, bon par exemple la presse est sous le contrôle maintenant de grands groupes industriels, donc c'est délicat, et il y a des budgets publicitaires qui reposent sur plusieurs milliards également.

Il suffit de se référer au sujet 10-02 pour comprendre comment la presse est contrôlée.
Moi-même j'ai été contacté à plusieurs reprises par des journalistes qui se sont le plus souvent dégonflés.

Pierre Monaton:
En tout cas malheureusement, cette émission est très très courte, beaucoup trop courte pour aborder un sujet comme celui-ci. Bernard Veyret, un grand merci d'avoir accepté notre invitation, je rappelle que vous êtes le directeur de recherche au CNRS. Oui Bernard Veyret.

Dommage c'était un peu court.

Marc Filterman:  marcfilterman@hotmail.com
Non C'est Marc Filterman, je voudrais quand même évoquer un cas à Düsseldorf, où une installation a été redémontée, à la suite de personnes qui habitaient en dessous de cette installation, et les niveaux relevés étaient de 0,1 à 3 µW/cm², Idem pour l'ambassade des USA à Moscou.

Pour être précis, Marc Filtermen évoque ici la famille du concierge qui avait son logement au dernier étage de l'hôtel de ville de Ratingen à proximité de Düsseldorf. Ils avaient un niveau de rayonnement micro-ondes dans leur appartement qui allait de 0,1 à 3 µW/cm². Ce niveau était pourtant 300 fois inférieur au moins à la norme française C18-610, or ils ont eu de sérieux problèmes de santé, qui les a obligés à quitter leur appartement. Il y avait 2 installations, la Quix en 450 MHz et l'E-Plus en 1800 MHz. Le dossier complet se trouve sur le site de Teslabel en:
http://www.multimania.com/teslabel/ratingen.htm

Pour l'ambassade des USA à Moscou, il s'agit d'une affaire qui avait comme nom de code " Le Signal de Moscou ", surnommé ainsi afin de ne pas inquiéter le personnel diplomatique, et de le laisser dans l'ignorance de ce qui se passait. Cette ambassade et son personnel ont été exposés de 1953 à 1977 à des micro-ondes. De 1963 à 1979 elles se situaient entre 2560 MHz et 4100 MHz et avec des niveaux de 0,1 à 4 µW/cm², et là encore nous sommes à un niveau 1000 fois moindre que la norme française C18-610. Les conséquences furent le décès de 3 ambassadeurs successifs et la moitié du personnel atteint par des leucémies, cancers,  avortements et d'autres affections. Tout redevînt normal chez le personnel, quand les Russes cessèrent d'irradier l'ambassade des USA. Si cette affaire est très connue par tous les services spécialisés, on peut se demander comment l'administration française peut autoriser la mise en place d'un nouveau réseau de télécommunication dans la bande de 3,6 GHz, dont chaque émetteur aura une portée de 10 km. Malgré ce que l'on sait, on va autoriser à partir de juin le démarrage opérationnel de ces systèmes. Question, ceux qui prennent de telle décision sans la moindre vérification biologique, sont-ils sains de corps et d'esprit, on peut se le demander.

Pierre Monaton:
Bernard Veyret, merci beaucoup, à très bientôt, Marc Filterman je rappelle que vous êtes l'auteur du livre "Les armes de l'ombre" aux éditions Carnot. On va rappeler juste pour terminer parce que là on est vraiment en retard, l'adresse de votre site, pour en savoir un petit peu plus, concernant ce sujet.

Marc Filterman:  marcfilterman@hotmail.com
Alors il y a  http://www.multimania.com/filterman/index.htm  et autrement aussi le site de Teslabel qui est une association belge qui est très efficace en Belgique.

Le site de Teslabel est accessible par les adresses:
http://www.multimania.com/teslabel/gsm.htm
http://club.euronet.be/claude.herion/gsm.htm

Pierre Monaton:
Très bien, si vous n'avez pas eu le temps de noter, vous nous appelez ici à Radio France Isère, nous vous donnerons bien sûr tous les renseignements. Marc Filterman merci et à très bientôt.

Bernard Veyret :
Au revoir Messieurs.

Marc Filterman:  marcfilterman@hotmail.com
Au revoir.


Comment convaincre le public qu'il n'y a aucun risque quand en plus une norme existe. Plus grave, B. Veyret dit qu'il y a des précautions à prendre lorsqu'on travaille sur ce type de relais, mais on a eu aussi la preuve durant cette émission, que les installateurs ne sont nullement informés des risques qu'ils courent lorsqu'ils sont exposés à ces micro-ondes.  Les quelques révélations faites durant cette émission sont ici des scoops.
Pour plusieurs chercheurs, les risques sont plus importants pour les enfants, les femmes enceintes, mais aussi les personnes qui prennent des médicaments et surtout des gouttes pour les yeux, comme le montre un passage de la question du député Lellouche.

Le biophysicien Neil Cherry déclarait: "Cette étape serait importante parce qu'elle permettrait d'aviser les gens que l'utilisation du cellulaire pose un risque à leur santé"
Theodor Litovitz,  professeur émérite au Catholic University of America à Washington, D.C. doit se battre pour obtenir des budgets pour ses études et avait déclaré sur Radio TV Canada:
"Je ne veux pas travailler avec les gens de l'industrie. Il reste le gouvernement fédéral, mais il vient de décider de se retirer de la recherche sur les effets biologiques des micro-ondes".
Il a aussi découvert que les micro-ondes diminuent la capacité des cellules à produire les substances naturelles qui éliminent les déchets toxiques produits par le corps, ce qui se traduit par une forme de vieillissement prématuré associé aux maladies neuro-dégénératives, dont l'Alzheimer.


 



 
  Retour au chapitre sur les antennes relais de la téléphonie mobile
  Retour au SOMMAIRE du SITE.
  TRANSLATE - TRADUIRE.
Nom du site   Risques sanitaires des champs électromagnétiques, santé, cancer, leucémie, tumeur
Adresse du site danger risque sanitaire de la pollution électromagnétique santé cancer leucémie tumeur du cerveau
Auteur du site : Marc FILTERMAN
Adresse e-mail : marcfilterman@hotmail.com
© Protected by Copyright - Reproduction interdite.