© Protected by Copyright - Reproduction interdite.
Adresse du site
sites de secours
danger risque sanitaire de la pollution électromagnétique santé cancer leucémie tumeur du cerveau
Nom du site   Prévention sur les risques professionnels sanitaires des micro-ondes
Auteur du site   Marc FILTERMAN
Adresse e-mail   marcfilterman@hotmail.com
  TRANSLATE - TRADUIRE
  Retour au Sommaire du site
  Retour au chapitre sur la pollution électromagnétique des micro-ondes


08°) Lettre expédiée à la suite d'un article scientifique.

Après la lecture de l'introduction de l'article de la revue La Recherche de décembre 2000, j'ai décidé de rédiger cette lettre, en y joignant des extraits de documents officiels. Certains chercheurs qui dénoncent les effets des micro-ondes, semblent être considérés par une certaine presse comme des alarmistes inutiles. C'est aussi ce que l'on disait pour les consommateurs de cigarettes, de vaches folles nourris à la farine de viande contaminée, sans parler de l'affaire du sang contaminé. Nous devons rajouter à cela Tchernobyl, sans parler de quelques catastrophes écologiques, qui sont autant de bombes à retardement. L'article était cependant contradictoire, puisqu'on y trouvait des remarques extraits du rapport anglais Stewart. La plus intéressante, mentionne que les autorités anglaises déconseillent l'usage des portables aux enfants. Je préciserai à mon tour qu'il y a eu un très bon article dans la revue Science et Avenir de septembre 2000, qui permet de se faire une autre idée du GSM.
 
 
 
Emetteur: Marc Filterman                                                                le 22 décembre 2000.
Email:marcfilterman@hotmail.com
Site:http://www.multimania.com/filterman/
Objet: commission d'enquête, 
             effets des micro-ondes, 
             contrôle de l'information.

Destinataires:
- Députés du groupe Santé Environnement
- Rédacteurs en chef et journalistes.
 

Commission d'enquête sur l'indépendance des recherches et de la presse vis à vis du lobby GSM:

Cette lettre étant relativement longue et s'adressant à des députés, l'objet de la demande a été mise directement au début de ce courrier qui fait suite à un article de décembre. La demande adressée aux députés tient dans les 10 lignes ci-dessous et elle sera étayée par les différentes informations qui suivent:

* J'ai demandé à plusieurs reprises à des parlementaires que l'on crée une commission d'enquête afin de vérifier l'indépendance des chercheurs mais aussi d'une certaine presse vis à vis des groupes télécoms. Je réitère donc par la présente cette de demande suite à divers articles, interventions télévisées, et affirmations de chercheurs, sur les effets des Champs ElectroMagnétiques (CEM) sur la santé. Il est nécessaire que l'on sache qui paye les recherches en cours et sponsorisent les chercheurs lors de leur déplacement à des conférences. Pour la mise en évidence des effets des CEM, il suffit de faire appel à la technique de Vincent. Alors pourquoi on n'impose pas son utilisation pour contrôler la santé des personnes qui sont déjà ou vont être exposées aux faisceaux des relais fixes GSM ou des portables ? Est ce que le fait d'omettre d'informer le public sur les durées d'exposition aux micro-ondes, n'est pas une fraude, et même un délit ? Je voudrais savoir de quel droit on peut interdire de faire des émissions télé ou radio avec un débat sur le sujet des effets des GSM sur la santé?

Souvent beaucoup d'experts sont sponsorisés par le lobby de la téléphonie mobile. Quant à la presse écrite ou radiotélévisée, elle bénéficie des budgets publicitaires. Tout le monde affirment donc que les risques pour la santé par les CEM sont inexistants. Les lobbies industriels font refaire les études qui les intéressent, surtout celles où on ne trouve aucun effet nocif pour la santé. Là ils acceptent de sponsoriser des labos, chercheurs et publications d'articles sans retenue, et font refaire une centaine de fois la même étude à travers le monde dans divers labos. C'est ce qui leur permet d'affirmer ensuite que l'on dispose d'une masse d'études impressionnante, qui prouve qu'on n'a rien trouvé de nocif pour la santé. Dans le cas contraire, en cas d'effets nocifs, les études ne sont pas refaites, ce qui leur permet d'affirmer ensuite que les études ne sont pas reproductibles ou inexistantes. On ne refait pas une étude dont on sait que les résultats vont être nocifs pour l'industrie entière. L'industrie bloque donc la publication de ces résultats, ce qui est d'autant plus facile que des clauses de confidentialité sont systématiquement intégrées dans les contrats avec les labos de recherches dits indépendants. De cette façon, les résultats sont ignorés de tous.

Ils faut donc mettre un terme à ce procédé, qui est une atteinte à la santé publique. Dans beaucoup d'articles scientifiques destinés au grand public où lors de conférence, on omet systématiquement de préciser les durées d'expositions, ce qui est non seulement une fraude caractérisée mais aussi un acte qui doit être qualifier de criminel et dénoncé. Autres questions destinées aux députés:

La DGCCRF ne doit-elle pas être saisie systématiquement dans ces cas ?
Comment se fait-il que des porteurs de prothèse métallique ne soient pas informés des risques?
Combien de porteur de stimulateur cardiaque sont-ils décédés à la suite d'exposition à des micro-ondes ?
Dans le cas des relais fixes, que doivent faire les porteurs de stimulateur ou de prothèse métallique ? Déménager ? Pour ceux qui ne le savent pas encore, il est reconnu que même un portable de 2 W peut perturber un stimulateur jusqu'à 2 mètres de distance comme le précisait le Pr Santini.
Si les homicides par imprudence existent sur la route ou sur un lieu de travail, n'y a-t-il pas eu non plus des homicides par imprudence avec la téléphonie mobile sur les porteurs de prothèses, dans les hôpitaux ou dans les transports aériens, sur les air-bags de voiture, ce qui expliquerait des retours en usine ?
N'y a-t-il donc pas violation du principe de précaution ?
L'apparition des nouveaux réseaux de communication sont-ils pris en compte sur le plan sanitaire ?
Une enquête épidémiologique a-t-elle été réalisée pour déterminer si les cas de cancer, dépressions, suicides ou autres sont en augmentation face à ces lobes de rayonnement des relais fixes ?
Si oui, est-ce qu'une évaluation des dépenses de santé a été réalisée ?
Combien tout cela va-t-il coûté au total à la sécurité sociale ?
Comment un opérateur peut-il affirmer que des GSM sont encore plus dangereux avec une protection ? Cela veut donc dire qu'un portable est dangereux à l'origine ?
Comment se fait-il que toutes ces questions ne soient pas soulevées par la presse écrite?
Pourquoi n'y a-t-il pas eu de débats télévisés sur ce sujet à la télé alors qu'il y en a eu dans de nombreux pays étrangers ?

Un article qui crée la surprise, la revue scientifique La Recherche du mois de décembre:
Lors du salon Forme et Santé du dimanche 26 novembre 2000, René De Sèze a été très bien inspiré en conseillant lors de la conférence aux personnes présentes de lire la revue La Recherche. Ce que j'ai fait.  Il y avait paraît-il selon lui un très bon article sur la téléphonie mobile. Après la lecture de l'introduction, je me me suis demandé quelle crédibilité il fallait accorder à tous les autres articles scientifiques de cette revue ayant été surpris par le ton employé dès le départ.
 
 
Bien que les innombrables enquêtes scientifiques menées sur des lignes électriques n'aient apporté de preuve tangible le doute subsiste pour trois mauvaises raisons. Il est savamment entretenu par des médias avide de sensationnel, mais aussi par des scientifiques qui ont une fâcheuse propension à faire passer leur idéologie (ou leur carrière) avant le soucis d'objectivité.

Il n'est pas difficile d'imaginer que les députés qui s'occupent eux aussi de ce problème, sont rangés dans la même catégorie, comme aussi quelques illustres scientifiques qui se sont pourtant investis eux dans la conquête spatiale dans les années 60/70. Puisque la revue La Recherche est en droit d'écrire la phrase précédente, n'importe qui est en droit d'écrire  la phrase ci-dessous.
 
 
Bien que certaines enquêtes scientifiques menées sur des lignes électriques aient apporté des preuves tangibles, le doute subsiste pour trois mauvaises raisons. Il est savamment entretenu par des médias avide de contre-vérités en raison de budgets publicitaires faramineux (pas moins de 5 milliards de francs pour les plus importants) dont ils bénéficient, mais aussi par des scientifiques sans scrupule qui ont une fâcheuse propension à faire passer leurs intérêts (et leur carrière) au service des lobbies industriels avant le soucis d'objectivité et la santé des populations.

Lettre du Dr Carlo aux diverses compagnies:
Le Dr Carlo est intervenu lors du colloque de l'assemblée Nationale en juin pour réitérer certaines affirmations auquel M. Veyret du CNRS a reproché de ne pas avoir tout dit sur ses études. Le Dr Carlo a été l'un des responsables nommé au WTR par le lobby industriel GSM, afin de vérifier si les CEM pouvaient être nocifs pour la santé des utilisateurs. Tout allait très bien jusqu'à ce qu'il déclare que des effets inquiétants existaient pour la santé. Là brutalement, ce chercheur n'était plus crédible, comme beaucoup d'autres d'ailleurs. Je juge nécessaire de rappeler quelques passages d'une lettre du Dr Carlo qui a été communiquée aux 26 plus grandes compagnies de téléphonie mobile le 07 octobre 1999 dont voici quelques extraits.
 
 
EXTRAITS de la lettre du 07/10/1999 du Dr Carlo:

* Les études de laboratoire contrôlant la capacité du rayonnement de l'antenne d'un téléphone à causer des dommages génétiques fonctionnels sont définitivement positifs, et suivent une relation dose-réponse.
.../...
l'échantillons des effets potentiels sur la santé a été démontré par différents types d'études, de différents laboratoires, et par différents investigateurs et a soulevé de sérieuses questions.
.../...
( je suis ...) extrêmement frustré et soucieux que des mesures appropriées n'aient pas été prises par l'industrie sans fil pour protéger les consommateurs pendant cette période d'incertitude au sujet de la sécurité.
.../...
De façon alarmante, les indications sont que quelques secteurs de l'industrie ont ignoré les résultats scientifiques suggérant des effets potentiels sur la santé à plusieurs reprises, et ont faussement réclamé que les téléphones sans fil soient sûrs pour tous les consommateurs y compris les enfants, et ont créé ultérieurement une illusion de responsabilité en appelant et en supportant toujours plus de recherche.Les mesures les plus importantes de protection des consommateurs sont inexistantes: 
.../...
Je suis particulièrement préoccupé par ce qui semblent être des actions par une partie de l'industrie pour enrôler la FCC, la FDA et l'organisation mondiale de la santé avec elle, en suivant une voie inefficace qui aura probablement comme conséquence un retour de bâton et régulier des consommateurs. 
.../...
il est critique pour les consommateurs d'avoir l'information...
.../...
de monter un module d'information des consommateurs...

Voir en annexe le document complet, peu lisible puisque c'est une copie d'un fax.

Voici ce qu'avait déclaré le Dr Carlo lors de l'émission Envoyé Spécial:
Nous avons des preuves de destructions génétiques dans les expérience, où l'on a employé du sang humain. Nous avons des preuves sur la possibilité de l'augmentation des risques de tumeurs. La science d'aujourd'hui nous montre que tout cela n'est pas blanc ou noir. Nous sommes plutôt dans le brouillard. Ce qui nous laisse penser qu'il peut y avoir un problème, c'est qu'il faut s'y pencher très sérieusement. Nous devons être très très prudent.

Peter Harisson porte parole Nokia:
Certaines études ont démontré qu'il y avait des problèmes patents. Mais il y en a eu des centaine d'autres où les résultats étaient négatifs. Et lorsque nous regardons la science, nous devons regarder l'ensemble de la science. Et la science nous a démontré depuis des décennies qu'il n'y avait pas de risques concluant avec les téléphones portables.

Réponse du Dr Carlo:A ce stade je pense que c'est irresponsable de dire cela. Nous avons des résultats ici qui nous montre clairement le contraire.

Lors d'un débat entre moi-même et M. Veyret du CNRS, ce dernier a été contraint de reconnaître que les micro-ondes radars présentaient un risque pour la santé, mais il a surtout été contraint de reconnaître qu'il y avait des risques pour les installateurs de relais GSM, alors que leur intervention ne dure que quelques heures. Dans ce cas, qu'en est-il pour les personnes qui habitent en permanence en face, à côté, ou juste en-dessous de ces relais GSM. Bien que des opérateurs ont été obligés de redémonter certaines de leurs installations, là encore, silence total. Une fois de plus la presse française brille par son absence, budgets publicitaires obligent. Elle s'évertue à affirmer que ceux qui ont déposé des plaintes ont été déboutés en justice, mais cela ne va pas durer. La revue La Recherche s'est cependant rattrappée en évoquant le rapport Stewart, et y mentionne qu'il est déconseillé aux enfants anglais d'utiliser un portable. Pourquoi ce conseil s'il n'y a aucun risque ? Quant à la Lloyds elle a refusé d'assurer les compagnies de téléphonie mobile en invoquant les travauxdu Dr Alan Preece, de l'Université de Bristol, qui a établi des liens et des effets "hautement significatifs" des signaux de téléphones mobiles sur les fonctions du erveau. L'assureur se réfère également à d'autres études qui auraient démontré un accroissement des tumeurs. Il invoque également le fait qu'à une époque, on ne soupçonnait pas les méfaits de l'amiante sur la santé et que cette négligence a mis plus tard la compagnie à genoux. En 1993, le responsable du Département des Services de Santé de Californie a décidé d'interdire l'installation d'antenne de téléphonie mobile dans l'enceinte des établissements scolaires de l'Etat. En Australie, le Sydney Council recommande d'établir une distance de 300 m entre les antennes et l'habitat, à titre de précaution. D'autres pays imposent cette même précaution (Australie, Russie, Luxembourg, Allemagne, etc). En Belgique, plusieurs communes wallonnes ont stoppé l'installation de telles antennes.

Quand les scientifiques sont discrédités:
Il est intéressant de signaler que Collin Blakemore, de la Commission Gouvernementale sur les Téléphones Cellulaires avait déclaré qu'il avait cessé d'utiliser son portable après avoir constaté des troubles de la concentration. Il serait surprenant qu'il n'est pas constaté aussi des troubles de sa mémoire et il n'est pas le seul, surtout quand on sait que des études suédoises ont révélé l'existence de fuites d'albumine, une autre barrière de protection de notre cerveau. Est-ce que cela favorise les méningites, Parkinson, Alzheimer ? En outre j'informe les lecteurs que plusieurs scientifiques de renom pourtant reconnus ont eux aussi été discrédités par le lobby des mobiles dès que leurs conclusions n'étaient pas satisfaisantes. Ce fut le cas avec Henry Lai. On a exigé de lui qu'il refasse ou plus précisément fausse ses conclusions par trois fois. Idem pour le Dr Gerry Phillips, auteur d'une première étude faite avec du matériel Motorola dont la publication fut interdite. Il finit par démissionner, la société se retira de ces recherches et passa outre l'interdiction et publia l'étude, mais la presse française bien pensante n'en n'a pas parlé. Idem pour Ross Adey dont personne n'a commenté ses recherches sur l'ODC, molécule de croissance, qui intervient aussi dans la croissance des tumeurs cancéreuses. Il a une fois de plus rompu sa collaboration avec Motorola dans le courant du deuxième trimestre 2000. C'est pourtant un des anciens directeurs des programmes médicaux de la Nasa lors des opérations Apollo, et qui a été à une époque consultant permanent pour la Maison Blanche. S'il est à l'origine des préconisations ALARA, ce n'est pas sans raison. Le Pr Litovitz ne veut plus travailler avec l'industrie des mobiles, et quant à Neil Cherry, il avait fait l'objet de menaces de mort (comme d'autres chercheurs) qu'il a dénoncé.

Publications censurées, études non prises en compte:
Les articles qui dénoncent les effets nocifs de certains champs électromagnétiques sont interdits de publication et censurés. Plus grave, je viens d'évoquer les nouveaux moyens non conventionnels destinés aux futurs guerres dans un livre pourtant simplifié, or celui-ci n'a connu aucun échos dans la presse, malgré la suppression des détails trop techniques. Je rajouterai que j'ai carrément eu des plaintes de militaires et d'agents du renseignement qui m'ont indiqué être dans l'incapacité de se le procurer. Certaines de ces armes reposent sur l'utilisation de micro-ondes pulsées en ELF dans le but de neutraliser des systèmes, navires, avions, chars, missiles ou des troupes. Or on retrouve les ELF dans la téléphonie mobile. Je sais de quoi il en retourne, puisque moi-même après avoir fait des recherches à titre personnel sur des radars et avoir été exposé à un radar SRE de l'armée, j'ai eu de sérieux problèmes de santé. Seulement à l'époque toutes ces informations étaient classifiées et Internet n'existait pas. Il est en effet dangereux de faire croire que les lignes THT, micro-ondes pulsées, et ELF ne présentent aucun danger, car c'est totalement faux et il est criminel d'affirmer le contraire. A plusieurs reprises des journalistes qui ne méritent pas ce titre, m'ont contacté et au final se sont dégonflés -- ou leur rédacteur -- par peur de représailles des grands groupes des télécoms. Une revue destinée à toute la classe politique, les ministère et les états-majors devait contenir un de mes articles sur de nouveaux risques liées à de nouvelles armes à rayonnement électromagnétique. Or la diffusion de celle-ci est bloquée pour des raisons peu claires.Résultat des courses, les parlementaires ne seront pas informés de ces risques, et ne seront donc pas en mesure d'accorder les budgets nécessaires pour prémunir l'armée contre les effets de ces nouvelles armes. Je dois affirmer que certains scientifiques sont carrément des criminels quand ils minimisent et désinforment à partir du moment où ils sont parfaitement bien informés de l'existence de risques liés aux champs électromagnétiques. Il en est de même de certains journalistes qui devraient être poursuivie, quand ils vont jusqu'à faire passer les personnes qui dénoncent ces risques possibles comme je l'ai vu, pour des paranoïaques ou des débiles mentaux. Il est évident que dans ces cas là il range dans la même catégorie les parlementaires qui s'occupent de ces problèmes. Il peut y avoir 1000 éditeurs, s'il n'y a que 4 grands diffuseurs, on peut affirmer que la presse est sous contrôle, et je ne parle pas de la radio ou de la télé. Voilà pourquoi je suis contre l'Europe et la mondialisation, car cela entraîne des fusions, qui font reculer la liberté d'expression, la libre concurrence, la sécurité sanitaire, et nous en avons aujourd'hui encore la preuve avec l'agroalimentaire. Ces groupes à travers des réseaux de lobbying que l'on doit appeler de trafic d'influence, ont la possibilité d'imposer le silence à la presse, leurs décisions aux institutions nationales ou même européennes, ou encore à certains politiques. Pour ceux qui affirment le contraire, c'est qu'ils ont certainement intérêt à le faire, en raison de financements électoraux, légaux ou occultes. Il y a donc une atteinte à la sécurité nationale, et à la santé publique, en raison d'une certaine presse qui minimise les risques, et pratique la désinformation ou non information du public, mais aussi de la classe politique et militaire. Peut-on parler d'actions criminelles et préméditées ? La réponse est oui, quand on apprend lors d'une émission de télé le 28/11/2000 par exemple que sur les farines contaminées, des institutions étrangères ou européennes ont ordonné le silence voire même la désinformation du public. Mais on retrouve des procédés similaires pour les CEM, comme le prouve le document ci-dessous du 25/02/1999. Il prouve que pour masquer la vérité, certains experts ont refusé de prendre en compte des études sur les ELF. Quand on sait que ces dernières sont utilisées sur les armes de dernière génération, on comprend mieux ces oublis volontaires.
 
 
EXTRAIT du rapport européen du 25 février 1999.

Depuis 1994, il a par ailleurs été publié d'autres études qui renforcent ce qui a déjà été affirmé dans le rapport Lannoye. Il s'agit de publications scientifiques bien connues, autorisées, qui semblent cependant avoir échappé à l'auteur du rapport à l'appui de la proposition de recommandation comme aux experts du comité scientifique de la DG XXIV (comme on peut le constater à la lecture de la bibliographie citée dans l'avis).(4) 

Il n'y a pas en effet de référence aux effets des champs électromagnétiques à basse fréquence (générés par les réseaux de transport de l'énergie électrique) sur les récepteurs de la membrane cellulaire, effets qui se répercutent à l'intérieur de la cellule, mettant ainsi en branle des activités enzymatiques et la production de messages chimiques qui peuvent activer la transcription de gènes sur le DNA. Et pourtant ces données figurent aussi bien dans les actes du symposium de la Communauté européenne, qui s'est tenu à Londres le 27 octobre 1994, sous le titre "Electromagnetic transmissions: the latest scientific evidence, potential threats and strategies to reduce risk", que dans l'ouvrage collectif, publié en 1995 par Springer Verlag, sous le titre "On the nature of electromagnetic field interactions with biological systems" (aux soins d'A.H. Frey).(5) 

4. Conclusions 

Les évaluations de la Commission et du Comité d'experts vont clairement à contre-courant d'un grand nombre de publications scientifiques, apparemment ignorées(1)

Même si on veut être très prudent, on peut citer le récent rapport du groupe de travail de l'Institut national des sciences sanitaires de l'environnement des États-Unis (NIEHS), cité par le British Medical Journal du 4 juillet 1998, selon lequel les champs électromagnétiques peuvent être cancérigènes, même si le risque n'est peut-être pas très élevé.(2) 

Il est évident que, sur la base d'un grand nombre de données scientifiques, on ne peut exclure ni le risque oncogène, ni les divers effets biologiques; il est donc nécessaire d'appliquer en l'occurrence, comme l'indiquait déjà le rapport Lannoye, le principe de précaution et celui de l'alara. 

Je pense que l'extrait de ce document est édifiant sur certains comportements qui ne sont pas au service des populations mais des lobbies.  Mais de tout cela, de tous ces actes criminels, une certaine presse écrite, radio, télé, se fait la complice complaisante en ne révélant aucun de ces faits en France pour cause de budgets publicitaires. Est-il normal dans ce pays dit démocratique, qu'il n'y ait eu aucun débat télévisé sur ce sujet, ou est-ce la dictature des industries et des multinationales qui nous gouverne. On ne sait pas par exemple s'il y a plus de morts qu'avant, à la suite d'un cancer du cerveau ou d'une leucémie, puisque qu'aucune enquête n'a été ordonnée par le gouvernement qui est majoritaire à hauteur de 54% dans France Télécom. Même les statistiques médicales sur ces sujets sont impossibles à obtenir. Selon le député Brard lors du colloque de juin, les cancers du cerveau aux USA sont pourtant en augmentation de 30% par an. Pourquoi on ne cherche pas en France, parce qu'on ne veut pas savoir s'il y a plus de mort par les micro-ondes, que par l'affaire de la vache folle, tout simplement parce que les télécoms rapportent des milliards de francs. Et de toute façon, si dans les deux cas il y a des problèmes de santé, c'est tout bon pour les chiffres de la croissance. Pour ceux qui ne l'aurait pas compris, vous allez avoir une nouvelle croissance puisque vous allez faire fonctionner l'industrie pharmaceutique. Avec l'amiante on a créé du chiffre d'affaire, on va maintenant en créer pour désamianter. Tant pis pour les vies humaines, voilà une réalité morbide que tout le monde refuse de révéler. Ce que l'on casse d'un côté, il faudra bien le réparer de l'autre, c'est tout bénef, et c'est ce qu'une grand partie de la population n'a pas compris.

Voici ce que déclarait un animateur courageux sur une sur radio locale:
Non non mais c'est vrai qu'on peut se poser quand même poser un certain nombre de question Daniel, pourquoi, pourquoi est-ce que certaines recherches, pourquoi certaines publications sont interdites, on peut se poser la question.

Réaction d'un auditeur technicien télécom:
Ah non non, ça c'est faux, elles n'ont jamais été interdites, elles n'ont jamais été interdites.

L'animateur radio:
Nous on ose, Daniel nous on ose en parler, mais moi je peux vous dire que moi j'ai des collègues qui travaillent dans d'autres radios, on leur a interdit de faire cette émission. sur les GSM évidemment. Vive la liberté de la presse.

Conférence sur la téléphonie mobile au salon Forme et Santé:
On trouvera pour finir quelques petites questions posées au salon médical " Forme et Santé " qui avait lieu 29/55 quai Branly, 75700 Paris, salle 2, le dimanche 26/11/2000 avec comme intervenants, R. De SEZE du CHU de Nîmes et JC BOUILLET de Bouygues Telecom. Il faut préciser qu'il n'y a pas eu d'autres intervenants, pour contredire ou confirmer leurs propos. Il n'y a eu que 3 personnes à poser une question chacun et une encore concernait les écoutes. J'ai finalement fait le quatrième en faisant quelques remarques et posant plusieurs questions, sans trop rentrer dans les détails techniques, car on se serait embarqué dans une polémique, dont il ne serait rien sorti. Voici un extrait de cette intervention:

Questions de M. Filterman:
Je voudrais savoir pourquoi dans le cadre du programme COMOBIO, on ne prend pas les ELF en compte. Or les ELF sont utilisées à l'heure actuelle dans les armes de nouvelle génération également, armes électromagnétiques. C'est un département du colonel Alexander aux USA qui s'occupe du développement de ces armes. Or dans les GSM on retrouve également des ELF. Et l'autre question également, l'OMS ne pourrait pas de toute façon  dévoiler qu'il y a des fréquences nocives (pour la santé) étant donné que l'OTAN collabore avec l'OMS. Donc s'il y a des fréquences qui sont identifiées comme nocives, automatiquement l'information sera censurée. Et pour la DG24 (XXIV), j'ai le document européen, dans le document européen de la DG24 ici, on reproche carrément que certains experts du comité scientifique n'ont pas pris tous les documents, notamment par rapport aux ELF, ils n'ont pas été pris en compte.

R. De Seze:
Alors dans le programme COMOBIO, cela veut dire communication des mobiles et effets biologiques, dans la mesure où il y a des basses fréquences dans le rythme des impulsions (1) des champs électromagnétiques qui sont émis par impulsion dans les téléphones mobiles, dans la mesure où les basses fréquences, les basses fréquences sont aussi utilisées dans les systèmes expérimentaux pour étudier les effets aussi bien sur les bateaux que sur les avions. Donc les ELF émis par la téléphonie mobile sont pris en compte dans ce programme (2). On ne considère pas les ELF, les impulsions électromagnétiques, parce que les impulsions électromagnétiques, transmises avec des intensités de l'ordre du mégavolt par mètre(3), ça veut dire 1 million de volt par mètre, alors que les téléphones mobiles, émettent, quelques dizaines de volts par mètre (4). Ensuite il y a une autre question sur ?

(1) ELF veut dire Extrêmement Basse Fréquence. Elles peuvent être de formes diverses et cadences variées, en modulation impulsionnelle, carrée, triangulaire, sinusoïdale ou autre, mais avec des cadences de répétition limitées à quelque dizaines ou centaines de hertz par seconde.

(2) Il y a un problème, car lors de l'émission Envoyé Spécial, à la suite d'une question de M. Olivier Galzy de France 2, il a été répondu par M. B. Veyret du CNRS, que les ELF n'étaient pas prises en compte dans les études commandées par les opérateurs. De plus, cette affirmation a été refaite lors du colloque de l'Assemblée Nationale du 19/06/2000, devant les députés et les caméras. Messieurs Bouillet et De Sèze étaient présents, puisqu'ils sont aussi intervenus lors de ce colloque, donc ils savent que les ELF ne sont pas étudiées.

(3) Je n'ai pas compris pourquoi M. De Seze parlait ici de champs électromagnétique de l'ordre du mégavolt par mètre, étant donné que l'on sait interférer sur le spectre cérébral avec des puissances très faibles, et aussi perturber le cycle de la mélatonine, l'albumine, les flux d'ions de calcium, certaines glandes... Un simple téléphone portable en veille à côté d'un dormeur, suffit à lui modifier ses phases de sommeil, ce que les intervenants n'ont pu nier d'ailleurs.

(4) J'ai repassé la bande magnétique à plusieurs reprises, pour vérifier si j'avais bien compris tout ce qui avait été dit, en raison du bruit qui régnait lors de cette conférence. Je suis en effet surpris qu'un expert chargé d'une expertise des effets des portables sur la santé, parle de plusieurs dizaines de volts par mètre. Je dois en conclure qu'il n'a aucune compétence dans le domaine radio, car si on prend les quelques normes ou décrets disponibles, ces appareils seraient immédiatement interdits d'utilisation. Des champs de ce type ne permettent qu'une exposition de quelques minutes, et non pas de plusieurs heures.

Question de M. Filterman:
Une autre question par rapport à la DG 24 où on reprochait que toutes les études n'étaient pas prises en compte, notamment par le comité d'experts scientifiques, et j'ai les documents ici avec moi. Et pour ce qui est des ELF, moi je me rapporte à Ross Adey, où des fréquences à des puissances très faibles produisent des modifications des flux d'ions de calcium, de sodium et de potassium à 16 ou 18 Hertz, je ne vais pas rentrer dans les détails techniques, où à de faibles puissances on a des modifications sur les flux d'ions, c'est ce qui provoque les migraines. Et on a une récente étude suédoise sur les fuites d'albumine, d'ailleurs il y a un document qui est parti à la commission européenne. Il y a d'ailleurs les recherches du Dr Allen (FREY), qui a mis un dispositif au point d'ailleurs qui interfère, sur le système nerveux et sur le coeur et dont certains peuvent être utilisés comme arme, et ça fait parti notamment des documents de la commission européenne. Ses études en font parti.

R. De Seze:
Alors au niveau des travaux sur le calcium, il a effectivement été montré qu'on pouvait produire des variations de calcium, du calcium contenu dans la cellule avec des champs de faibles intensités et de basses fréquences. Les variations de calcium constatées sont de l'ordre de 100 à 50 % à peu près. Il faut savoir que la différence de concentration entre le calcium intracellulaire et le calcium extracellulaire est un calcim 6000, et ce type d'action cellulaire et de fonction cellulaire de différenciation de sécrétion ..... une action cellulaire va modifier la concentration du calcium intracellulaire par un facteur 100. Donc c'est vrai qu'avec un champ électromagnétique on arrive à montrer une augmentation de 1,3 mais qu'est ce que c'est une augmentation de 1,3 par rapport à une augmentation de facteur 100. C'est bien la différence que j'ai essayé de vous montrer entre des effets biologiques, c'est vrai des effets biologiques on en voit, on en voit, on en observe dans la nature, et un effet sur la santé dans la mesure où ça ne perturberait pas le fonctionnement de la cellule. Donc pour l'instant, ces effets, c'est pas qu'ils ne sont pas pris en compte. Il y a de très nombreuses études qui ne sont pas à la base des normes et à la base des recommandations, elles sont considérées quand elles sont relues par le comité scientifique, mais ça ne laisse pas suggérer des effets importants sur la santé ou que ces effets ne sont pas reproductibles, ne sont pas validées, qui sont justes entamés comme ça, et qu'il y a 10 études à côté qui prouvent le contraire, on ne peut pas se baser que sur ces études qui sont extrêmement parsemaire.

Question de M. Filterman sur la technique de Vincent:
Mais oui mais certaines de ces études sont interdites de citer de référence ou ne sont pas publiées quand elles le prouvent. Et ça c'est produit à plusieurs reprises. Bon maintenant pour lever le doute c'est très facile. On peut utiliser la technique de Vincent pour voir le taux d'oxydation du sang. C'est la technique qui est basé sur le pH et le rH2. Donc il suffit de l'utiliser avant, bon puisque c'est pas dangereux pour les personnes, on fait les mesures sur la salive, sur le sang des personnes avant qu'elles soient exposées à des micro-ondes, et après on refait les mesures. Là on fait les mesures d'eau potable avec ces paramètres. Bon la technique de Vincent, ça devrait être utilisée par exemple, pour vérifier. Bon je vais arrêter là parce que après...
 
 
Une proposition a été soumise en avril aux députés et sénateurs et septembre 2000 aux présidents de groupes:

" Pour mettre un terme à cette polémique sur l'existence ou non d'effets nocifs des micro-ondes pour la santé, il existe une solution. Afin de démontrer définitivement qu'il n'existe aucun risque pour la santé, il suffit de faire des analyses de sang et des taux de pH et de rH2 de la salive et de l'urine des habitants, qui seront situés dans l'axe de rayonnement principal d'une antenne d'émission de téléphonie mobile ou fixe juste avant installation. Après installation, on refait les analyses de ces mêmes habitants, 1, 3, 6, mois après la mise en route de ces émetteurs. Ainsi nous pourrons contrôler s'il y a une réelle modification chimique dans la formule sanguine du sang, ou des ruptures d'ADN, et nous pourrons vérifier si les inquiétudes actuelles sont fondées ou non, et là nous lèveront définitivement le doute sur cette affaire. "

Je précise que l'on est par ce procédé obligé de trouver des modifications. Dans le cas contraire, c'est qu'il y a eu fraude, ou que l'on a pris comme cobayes des gens qui se trouvent derrière et à bonne distance des lobes de rayonnement. Il est vrai que beaucoup de parlementaires ou de X sont incapables de reconnaître les antennes des relais GSM. Ils en ont une peut-être une en face de chez eux, et ils ne le savent même pas.

René De Sèze:
Je pense que c'est une bonne suggestion pour introduire ces aspects, ces paramètres dans nos études, mais je pense quand même que s'il y avait des effets graves et des effets importants, nous serions, bien sûr si des effets qui mettent 30 ans ou 50 ans à se révéler, se serait difficile. C'est pour ça qu'on a fait de nombreuses études sur le cancer, et si ça devait provoquer toutes sortes d'effets sur la mémoire si on a des éléments qui permettent de faire ça, on commencerait à s'en apercevoir.

Forcément que la suggestion est bonne, puisque ce procédé a été utilisé par la NASA en recopiant un brevet français de 1959 de Vincent, pour contrôler à distance la santé des cosmonautes des missions Apollo. Mais ce procédé est aussi utilisé dans les stations d'épuration des eaux usées pour vérifier après traitement si elles sont potables. On pourrait donc par ce moyen déterminer la santé d'une population dans une ville.

Question d'une personne:
Est-ce que le téléphone sans fil que j'utilise dans la maison, a le même problème potentiel de radiation que le portable ?

René De Sèze:
Non dans la mesure où le téléphone sans fil utilisé à votre domicile, n'a besoin que de communiquer avec la base ou à quelques mètres, ou quelques dizaines de mètres, du fait que tout le temps, on s'en sert qu'en intérieur, en fait on l'utilise comme un téléphone mobile... Les questions vis à vis de la santé, par rapport au téléphone portable, viennent du fait qu'effectivement la source la plus importante des champs électromagnétiques, puisqu'on l'utilise au contact de la tête, c'est à éviter. Mais n'empêche que même à ce niveau là, il n'y a pas eu d'effets graves...

Temps de réaction:
On demandait si un portable en veille sur soi peut avoir des effets. La perturbation des phases du sommeil a été évoquée. Les réponses sont ambiguës, à savoir que des études le prouvent et que d'autres non, mais les intervenants présents reconnaissent qu'une exposition permanente favorise un endormissement plus rapide. Donc déduction, OUI, il y a perturbation des phases du sommeil. On se dira mais alors pourquoi ne pas répondre franchement, puisque certains considéreront cet effet comme positif pour la santé. En réalité la raison est simple, c'est tout simplement parce que la phase du sommeil profond est réduite d'autant, or pour certains chercheurs, c'est à ce moment que s'opère la mémorisation des événements de la journée précédente. Pour certains chercheurs il y a aussi une diminution de votre attention.

René De Sèze explique:
Les paramètres étudiés sont la vigilance, les études liées à la vigilance sont négatives. Il n'y a pas de différence de vigilance pour les utilisateurs ou pas de portable. Une ou deux études ont démontré une diminution des temps de décision. Une diminution des temps de décision, ça veut dire une décision plus rapide. Est-ce que c'est bien ou ce n'est pas bien ? C'est un effet favorable ou défavorable ? ça dépend parce que, si vous avez besoin de prendre une décision rapidement c'est bien que votre temps de décision soit rapide. Il faut prendre une décision rapidement. Par contre si vous êtes un petit peu nerveux, que vous avez pris du café, il faut que la décision que vous allez prendre va vous faire des erreurs, à ce moment là se serait plutôt défavorable. Donc voit ici l'ambiguïté de cette étude qui dit, euh, on a un raccourcissement des temps de réponse, est-ce que c'est un effet favorable, eh bien ça dépend du contexte. Je vais repréciser mon exemple avec le café. Il est tard, c'est le soir, vous avez besoin de travailler sur vos dossiers, vous allez prendre  une tasse de café, ça va vous stimuler, ça va vous réveiller, vous allez pouvoir travailler bien, c'est favorable. Vous avez besoin de faire une présentation devant un auditoire, vous êtes un petit peu nerveux, vous prenez un café, deux cafés, vous êtes un petit peu énervé, c'est un peu défavorable. D'accord donc, l'interprétation... dépend du contexte dans lequel il est réalisé. Il faut savoir donc il peut y avoir des inter-réactions , mais ça ne veut pas dire que ça va entraîner une maladie à proprement parler.

Que de contorsions pour reconnaître que OUI, les micro-ondes GSM peuvent influencer le comportement des individus. Mais ce qui est vrai pour le citoyen moyen, l'est aussi pour le cadre et les dirigeants d'une entreprise, qui peuvent être amenés à commettre plus d'erreurs et a avoir des temps de réponse plus longs sur les réflexes, comme l'ont révélé les tests du Pr Hyland, élément capital qu'oublie de prendre en compte les dirigeants des entreprises françaises. Conclusion, il ne faut donc pas avoir une activité physique comme conduire une voiture ou travailler sur les toitures, car si vos réflexes sont retardés et que votre marteau tombe, le temps que vous réfléchissiez sur la façon dont vous devez le rattraper, celui-ci aura déjà atterri depuis longtemps sur la tête du piéton qui passe en dessous. Je rajoute de plus que des dispositifs existent depuis longtemps dans le but de faire craquer plus vite des agents secrets par le biais de signaux ELF.

Mise en garde:
Il faut signaler que cette conférence n'a pas été inutile. René De Seze a déconseillé de mettre un GSM dans la poche où on met habituellement son portefeuille, car il pouvait y avoir interférence sur le stimulateur. Enfin il a rajouté que ce problème était en passe d'être résolu. Donc il y avait bien un problème pour les porteurs, mais dont on ne s'est pas préoccupé quand on a vendu les portables, et encore moins, lorsqu'on a installé des émetteurs GSM. Il a aussi déclaré: "Des effets biologiques, oui il y en a, des effets sur la santé, nous n'en n'avons pas observé pour l'instant ". C'est paradoxal, d'un côté il reconnaît qu'il y a des effets mais de l'autre, il n'y a rien.  Autre point positif, M. Bouillet a lui déconseillé d'utiliser un portable en voiture. Il a aussi déclaré qu'à la suite du rapport Stewart des campagnes de mesures ont été faites sur les relais fixes à côté d'écoles sur Paris, mais a omis de préciser qu'il avait été déconseillé aux enfants d'utiliser les portables en Angleterre. Il a aussi déclaré que les études n'apportaient pas la preuves d'effets sur la santé mais qu'on n'avait pas non plus la preuve qu'il n'y en n'avaient pas. Disons que nous sommes en progrès, car avant aucun opérateur n'aurait parlé ainsi. Par contre, si on admet que l'on peut perturber un stimulateur avec un portable, comment ne pas reconnaître qu'un relais GSM ne peut pas perturber le métabolisme. De toute façon, il faut savoir que les CEM, modifient le débit dans des capillaires. Conclusion, si un individu à des faiblesses au niveau du système sanguin, et notamment les plus petits vaisseaux capillaires, les risques ne sont pas inexistants pour les personnes cardiaques, mais les possibilités de ruptures d'anévrisme existent aussi. Des armes M-O pulsées en EFL ont été mises au point dans ce but pour les services secrets. Ce procédé n'a pas été sans inquiéter le Président Eltsine à une époque, qui savait que le KGB disposait de ce type de moyen. Les travaux des Dr Baker, Ross Adey et Allen Frey démontrent que l'on sait interférer sur les cellules, le coeur, le cerveau et le système nerveux avec des ELF.

Extraits d'un rapport réalisé par les militaires en septembre 1997:
Extraits du rapport technique de l'Institut de Médecine Aérospatiale du Service de santé des Armées.
 
Chez le rat à 900 MHz, si l'augmentation de la température est assez suffisamment importante, l'exposition pourrait induire une réduction du nombre de portées et des aberrations chromosomique dans la descendance.

Des études antérieures faites chez l'humain, signalent qu'un déséquilibre thermique sur la scissure profonde du cerveau, zone qui gère les organes reproducteurs, ne seraient pas sans effets néfastes. D'où question, les naissances d'enfants handicapés, n'ont-elles pas pour origine une exposition à des micro-ondes pulsées? Une simple vérification statistique permettrait de constater que les hommes qui ont été exposés à des hyperfréquences, donnent plus souvent naissance à des filles qu'à des garçons. Tout le monde le sait dans notre milieu, y compris chez les militaires et dans le monde médical spécialisé, mais personne n'en parle.
 
 
Des augmentations des taux de triglycéride, de l'albumine et des protéines totales ont été notées pour des DAS de 2,5.kg-1 à 900 MHz.(21)

Question: Qu'en est-il chez les humains qui utilisent des portables sans aucune retenue, ou des personnes qui sont exposées en permanence aux émetteurs fixes ? Les fuites d'albumine du cerveau ont été constatées par d'autres équipent de chercheurs, fait que le lobby ne peut nier.
 
 
VI- CONCLUSION

A l'issue de cette étude, il est impossible d'exclure un rôle potentiellement pathogène des champs électromagnétiques non optiques. Il semble donc raisonnable de se conformer aux prénormes européennes tout en étant conscient de leurs limites à savoir l'existence d'un " effet fenêtre " et d'une sensibilité interindividuelle variable. 

Afin d'assurer la sécurité des passagers et des conducteurs dans le cadre de la conception de système de télébillétique et dans l'état actuel des connaissances, une technologie infrarouge semble préférable à l'utilisation des radiofréquences. Cependant, si cette dernière technologie est adoptée, une vérification des normes doit être réalisée par des mesures physiques sur site. En effet, une homologation des valideurs ne garantit pas le respect des normes sur leurs lieux d'installation (nombre et disposition des valideurs, réflexion des ondes électromagnétiques).

Nous parlons ici de système de télébillettique qui fonctionnent donc à des puissances plus faible encore que les GSM. La conclusion est donc édifiante. Certaines revues scientifiques devrait donc s'inspirer de ce rapport fait par les militaires.

Comportements dangereux et irresponsables:
Une banalisation par une certaine presse qui minimise les risques de la téléphonie mobile génère des comportements irresponsables et dangereux qui pourraient aboutir à des homicides par imprudences. Si les homicides existent sur la route ou lors d'accident du travail, il n'y a aucune raison pour qu'il ne s'applique pas à la téléphonie mobile. Exemple de comportement irresponsable d'un technicien télécom relevé lors de la diffusion d'une émission radio:

Je vous invite Monsieur, je vous invite à venir avec moi dans un avion, on met ensemble le portable, si vous avez pas peur n'est ce pas, on met ensemble le portable en marche on va même dans la cabine du pilote l'avion en l'air, et on verra ce qu'il se passera.

Monsieur, le jour où vous prenez un avion avec un portable GSM, prévenez-moi, je change d'avion. A mon avis cela fait longtemps que ce Monsieur n'y a pas mis les pieds. A la suite de cette affirmation un pilote de ligne est intervenu durant l'émission et a déclaré ce qui suit:

Oui alors je voulais intervenir suite notamment à la personne qui a dit tout à l'heure que ça ne faisait rien aux avions, et donc le problème je le vie tous les jours, puisque tous les jours on interdit aux gens venir à bord des avions avec des portableset donc les problèmes que nous rencontrons sont très fréquents, notamment des problèmes d'alarmes intempestives, d'alarmes intempestives,alors la personne qui est intervenue tout à l'heure a dit que ça ne faisait rien. Alors ça dépend quel type d'avion il a pris avec son portable, parce que les avions d'ancienne génération avaient des instruments de bord moins fragiles que ceux que nous pilotons aujourd'hui. Ce sont des avions à l'heure actuelle qui sont très informatisés, et qui donc sont très sensibles aux ondes que vous évoquiez tout à l'heure. Alors qu'est ce qui se passe principalement, on a eu des problèmes en vol de déclenchement intempestif du pilote automatique. On a entre autre des problèmes d'alarme feu,qui interviennent sans qu'on sache pourquoi, enfin si on sait, parce que c'est cyclique, et donc ça m'est arrivé de faire demi-touret de demander le débarquement des bagages pour qu'on puisse retrouver ce portable qui crée ces problèmes,et systématiquement se sont des portables.Alors donc je précise quand même et j'insiste là-dessus pour dire que les téléphones portables contrairement à ce que la personne à dit tout à l'heure, sont bien la cause et j'en ai bien la preuve de problèmes à bord des avions. Et donc une personnes comme ça qui insiste, à bord des avions, à garder son téléphone portable allumé, je la DEBARQUE.

Le même technicien télécom faisait une autre affirmation en s'adressant au Pr Santini:

Alors je vous invite Monsieur avec moi, Monsieur je vous invite venez avec moi devant un scanner en marche. Vous mettez votre téléphone en marche, on va voir ce qui va se passer. Venez avec moi, je vous invite moi.

Quand on en arrive à ce stade, c'est plus de l'INCONCIENCE mais même carrément de: L'INCONSCIENCE  CRIMINELLE.
Une mise en garde sérieuse, en cas d'accident technique sur un système médical la justice à des lois concernant l'HOMICIDE PAR IMPRUDENCE.
Voir les circulaires du ministère de la santé N° 44 du 25 novembre 1995 et DH/EM 1 n° 40 du 9 octobre 1995. Voici un autre document européen:
 
 
EXTRAIT: Législation communautaire en vigueur. Document 399X0519 
1999/519/CE: Recommandation du Conseil, du 12 juillet 1999, relative à la limitation de l'exposition du public aux champs électromagnétiques (de 0 Hz à 300 GHz) Journal officiel n° L 199 du 30/07/1999 p. 0059 - 0070

(13) la conformité aux restrictions et aux niveaux de référence recommandés devrait fournir un niveau élevé de protection par rapport aux effets avérés sur la santé qui peuvent résulter de l'exposition à des champs électromagnétiques, mais ne pourra pas nécessairement empêcher des problèmes d'interférence avec des appareils médicaux tels que les prothèses métalliques, les stimulateurs cardiaques, les défibrillateurs, les implants cochléaires et d'autre implants, ni des effets sur leur fonctionnement; des problèmes d'interférence avec des stimulateurs cardiaques peuvent se produire à des niveaux inférieurs aux niveaux de référence recommandés, et ces problèmes devraient donc faire l'objet de précautions appropriées qui, toutefois, n'entrent pas dans le champ d'application de la présente recommandation et sont traitées dans le cadre de la compatibilité électromagnétique et de la législation relative aux dispositifs médicaux; 

(17) pour renforcer la prise de conscience des risques et des mesures de protection  contre les champs électromagnétiques, les États membres devraient promouvoir la diffusion d'informations et de règles d'utilisation dans ce domaine, en particulier pour ce qui concerne la conception, l'installation et l'utilisation d'équipements, de façon à obtenir que les niveaux d'exposition ne dépassent pas les restrictions recommandées; 

Si la presse ne passait pas son temps à banaliser le problème en raison des budgets publicitaires, et disait la vérité, nous n'aurions pas des comportements aussi irresponsables et dangereux. Il est regrettable que cette dernière disposition ne soit pas mise en application par l'état français qui détient des parts dans France Télécom. C'est la raison pour laquelle la norme ENV50166 pourtant présente sur le site Internet du Ministère de l'environnement est inaccessible aux internautes car protégée par mot de passe, une anomalie de plus. Ce technicien télécoms représente un danger en s'exprimant ainsi sur une radio, et c'est d'autant plus grave que cela pourrait inciter les gens à croire qu'un portable ne présente aucun danger pour l'aviation et les hôpitaux. Voilà à quels excès mène une presse et des scientifiques qui minimisent ou désinforment volontairement en affirmant que la téléphonie mobile ne présente aucun risque. Si on est capable de perturber des équipements électroniques, comment peut-on nous faire avaler que l'on ne perturbe pas les métabolismes humains, d'autant que les dispositifs existent par centaines sinon par milliers. Je dispose d'une liste qui me permet d'accéder à leur descriptifs techniques, que je ne conserve pas chez moi par mesure de sécurité pour les raison qui suivent. Certains sont utilisés à des fins médicales, d'autres à des fins militaires ou même spatiales. Le but est de modifier le comportement au niveau de la vigilance ou engendrer des actions sur du matériel biologique ou  même neutraliser des individus ou systèmes électroniques. Alors quand des experts viennent affirmer que les CEM n'ont aucun effet sur la santé, je rigole.
 
 
UN  RAPPORT  ADRESSÉ  AU  PREMIER  MINISTRE.

présenté par Philippe KOURILSKY Geneviève VINEY Professeur au Collège de France Professeur à l'Université Paris I Membre de l'Institut de France  Panthéon-Sorbonne sur

                                  LE PRINCIPE DE PRECAUTION

On peut faire valoir l'article 223-1 du code Penal. L'incrimination de "mise en danger d'autrui" est une innovation du code pénal de 1992. Ce délit a été qualifié "d'infraction de prévention" car il n'exige pas la réalisation d'un dommage. L'article 223-1 du code pénal dispose en effet que "le fait d'exposer directement autrui à un risque immédiat de mort ou de blessures de nature à entraîner une mutilation ou une infirmité permanente par la violation manifestement délibérée d'une obligation particulière de sécurité ou de prudence imposée par la loi ou le règlement est puni d'un an d'emprisonnement et de 100 000 francs d'amende". Cette infraction peut être retenue éventuellement contre une personne morale Cette disposition, qui a été édictée principalement en vue de renforcer la répression des atteintes à la sécurité du travail et des imprudences routières paraît a priori susceptible d'être interprétée comme susceptible de justifier la condamnation de décideurs privés (fabricants ou producteurs) ou publics (autorités chargées du contrôle des produits pharmaceutiques, alimentaires, industriels,etc…) sur la base d'un risque qui ne serait pas scientifiquement démontré.

Les erreurs à répétition:
Les députés doivents être informés des erreurs volontairement commises par certains experts. Je vais donc y mettre un terme et tout le monde comprendra mieux le pourquoi de la véritable raison de ces abus de langage, car il y a un intéret pour certains, minimiser les risques.

Les portables GSM et les four à micro-ondes:
Certains experts ont pris la mauvaise habitude de comparer la puissance d'émission d'un téléphone portable de 2 Watts à la puissance de cuisson de 800 Watts d'un four à micro-ondes. Il est donc temps de remettre les pendules à l'heure dans ces abus de comparaison, car nos experts du lobby des mobiles oublient dans le même temps qu'il existe une norme qu'ils ne citent jamais. Selon la norme C73.601, les fuites ne doivent pas dépasser 5 mW/cm² à 5 cm de la porte, et elle a évolué vers la norme NF EN 60335-2-25 du 08/1993. Des constructeurs ont décidé d'augmenter cette valeur en passant à 0,15 mW/cm² à la sortie d'usine. En effet, lors d'une utilisation intensive dans un restaurant par exemple, lors de la première année de garantie, le jeux de la porte, l'usure du joint, risquait d'autoriser des fuites importantes pouvant dépasser de ce fait la valeur de la norme. Il a été démontré qu'à 10 mW/cm² cette fréquence est promoteur du cancer sur des souris (source rapport militaire de 1997 cité ci-dessus)

Les antennes GSM et antennes radars:
Une autre mauvaise habitude de ces mêmes experts. Il comparent les émissions des radars de fortes puissance en reconnaissant leur nocivité tout en affirmant que les antennes fixes GSM sont moins puissantes et donc moins dangereuses. Ce qui est vrai pour la puissance est par contre faux pour le dernier point, car ce qu'ils ne disent pas en revanche, c'est que le faisceau d'un radar aéronautique n'a pas de diagramme de couverture qui commence en rasant le sol à 0°. Il est en effet incliné vers le haut pour la détection aérienne bien évidemment et non pas des voitures, et pour éviter le retour des échos de sol, qui favoriseraient la saturation du récepteur. Contrairement à l'antenne radar, celle d'un relais GSM est par contre pointée vers le sol, et donc vers les habitations d'en face. Quand vous téléphoner, vous n'appelez votre correspondant d'une altitude 500 mètres, n'est ce pas. En clair, on en prend autant dans la gueule avec une antenne GSM située à 100 mètres qu'avec un radar situé à 3 ou 5 km, en raison de la présence du taxiway, des hangars métalliques en plus. On ne peut donc pas trouver d'habitation dans un rayon inférieur à 3 ou 5 km au moins de l'antenne.

Conclusion sur les micro-ondes:
Voilà deux erreurs habituelles qu'il était nécessaire de rectifier, et je pense que désormais tout le monde à compris l'intérêt de ces deux contre-vérités. Ayant un esprit pratique, moi j'ai une solution. Je suis d'avis que l'on prennent tous les dirigeants, les parlementaires, les élus, les experts, journalistes qui affirment que les émetteurs micro-ondes ne présentent aucun danger, et qu'on leur installe un de ces dispositifs en face de chez eux à moins de 60 mètres. Dans 3 ans on vient les voir, on recontrôle leur santé. De toute façon en raison de la multiplication des réseaux, que les élus et politiques, dirigeants et autres ne s'affolent pas, parce qu'ils seront eux aussi exposés un jour ou l'autre. Après tout, même eux, ils ne sont pas sûr de ne pas avoir consommé de vaches folles. Plusieurs réseaux micro-ondes vont être mis en route, sans qu'aucune évaluation sanitaire des risques n'ait été réalisée.
* boucle locale radio sur 3,6 GHz/ 10 km, à multiplier par le nombre d'opérateurs (sur une fréquence qui a servi à irradier l'ambassade des USA à Moscou).
* boucle locale radio 26 GHz/ 4 km à multiplier par le nombre d'opérateurs.
* réseaux UMTS à multiplier par le nombre d'opérateurs.
Quant à l'organisation IEEE, elle intègre les plus gros industriels et départements de la recherche dans les domaines liés aux télécommunications, l'informatiques et même militaires, donc ses membres ne vont pas reconnaître que les CEM représentent un danger, même si certains travaillent à la réalisation d'armes d'un type particulier.

Foudre et GSM sur E=M6, 17 décembre 2000:
Le 14 juillet 2000, une personnes a été frappée par la foudre dans les jardins du Louvre, alors qu'elle se trouvait à côté des grilles et utilisait sont portables paraît-il. En réalité, à ce qu'on a bien voulu nous dire, la foudre a frappé la grille, et par ricochet a atteint ensuite la personne qui était juste à côté. Ce qui est bizarre dans cette affaire c'est l'empressement avec lequel on déclaré que la personne, n'avait pas de portable, ce qui est là par contre totalement faux, car premier point,  elle en avait un. Deuxième point, on a déclaré ensuite, oui mais elle ne l'utilisait pas. Comportement curieux, vous en conviendrai. Pourquoi ce cafouillage ? Lors de l'émission de télé E=M6 du 17 décembre 2000, on y a fait intervenir un pompier, pour déclarer que l'on pouvait utiliser un téléphone filaire ou GSM sans aucun risque même en cas d'orage. Qu'est ce qui justifie que ce sujet soit évoqué? Intervention bizarre quand même, d'autant plus bizarre quand on connaît les recherches de Tesla. N'y a-t-il pas actuellement des recherches en cours quelque part, sur le transport de l'énergie par des faisceaux micro-ondes ou même laser. L'intérêt, supprimer les lignes haute tension qui défigurent nos paysages, mais surtout les pertes en ligne, ou leur destruction lors de tempêtes de neige, ou de tornades. N'a-t-on pas non plus envisagé de mettre des satellites en orbite, convertir l'énergie solaire en énergie électrique, pour ensuite la renvoyer vers la terre, en utilisant comme canal support, là aussi un faisceau micro-onde. Les journalistes scientifiques devraient pourtant être au courant de tous ces projets, qui ont même parfois donné lieu, à quelques lignes très courtes, car sujet sensible. Je vais également mettre certains sur la piste. N'y a-t-il pas une réglementation concernant l'installation des stations relais GSM et leur mise à la terre, par rapport aux risques liés à la foudre, notamment pour les silos à grain. Je vous le donne en mille, il existe en effet un document:
 

SECHAUD ET METZ/ France-Ministère de l'Aménagement du Territoire et de l'Environnement - DPPR - Service de l'Environnement Industriel 1998-10. 

En raison de leur élévation, les silos sont des points hauts recherchés pour l'implantation d'antennes GSM. Ce document analyse l'augmentation éventuelle du risque "explosion" liée à ces implantations (notamment aux implantations près des sources d'émissions de poussières) . L'étude prend en compte l'aspect "perturbations dues à la foudre" et l'aspect "perturbations dues au rayonnement électromagnétique" des antennes (notamment le dérèglement du système contrôle-commande dû précisémment au rayonnement électromagnétique) . Elle rappelle entre autres quelles sont les règles générales pour l'implantation de ces antennes, leur protection contre la foudre, les méthodes d'évaluation du risque d'étincelage, du "risque foudre" pour ses effets directs ou indirects... 
 

Conclusion de la lettre:
Je crois que tout a été dit et il y aurait encore beaucoup à dire sur le sujet, mais cela reviendrait à faire une encyclopédie. Je pense que les divers exemples ou textes officiels présents dans cette lettre et adressés à des députés, permettront à toutes personnes de se faire une idée sur l'existence ou l'inexistence des risques. Au besoin, on peut demander à des chercheurs indépendants de faire des expériences en tenant compte de ce nouvel aspect. Tant que la densité des émetteurs était faible, il n'y avait pas à s'affoler. Mais avec la multiplication des réseaux avec des émetteurs fixes tous les 300 mètres et même moins, il va falloir se poser aussi des questions, sur les risques de mutation ou même de prolifération des virus, détail qui n'a pas échappé à certains chercheurs étrangers notamment du domaine militaire. Il avait en effet été imaginé par les militaires américains de neutraliser les virus d'armes bactériologiques par des micro-ondes, solution qui est à double tranchant, je laisse le soin aux spécialistes d'en deviner la raison. Devant les comportements d'une certaine presse, et les affirmations ou non information, je vais donc divulguer si le temps me le permet, des descriptifs techniques qui prouvent que les CEM peuvent avoir des effets positifs ou négatifs sur la santé. Même en ne dévoilant qu'un système par semaine, j'en ai pour 20 ans, et je n'aurai pas épuisé toute ma liste d'un millier de références. Chaque document représente un descriptif technique de 30 à 50 pages. Certaines informations trop sensibles seront occultées, bien que ces sources soient ouvertes, donc publiques, et toutes les entraves à la liberté de diffusion entraîneront une violation de l'article 10 de la CEDH (Commission Européenne...)

Ce texte ci-dessus a été adressé à quelques députés, journalistes, et rédacteurs en chef. Il est diffusé sur le site: http://www.multimania.com/filterman/index.htm que l'on peut consulter pour lire les textes européens complets. On peut aussi consulter le site de Bouygues à l'adresse: http://www.bouyguestelecom.fr/santé/ pour avoir une autre idée.




 
  Retour au chapitre sur les antennes relais de la téléphonie mobile
  Retour au SOMMAIRE du SITE.
  TRANSLATE - TRADUIRE.
Nom du site   Risques sanitaires des champs électromagnétiques, santé, cancer, leucémie, tumeur
Adresse du site danger risque sanitaire de la pollution électromagnétique santé cancer leucémie tumeur du cerveau
Auteur du site : Marc FILTERMAN
Adresse e-mail : marcfilterman@hotmail.com
© Protected by Copyright - Reproduction interdite.