© Protected by Copyright - Reproduction interdite.
Adresse du site
sites de secours
danger risque sanitaire de la pollution électromagnétique santé cancer leucémie tumeur du cerveau
Nom du site   Prévention sur les risques professionnels sanitaires des micro-ondes
Auteur du site   Marc FILTERMAN
Adresse e-mail   marcfilterman@hotmail.com
  TRANSLATE - TRADUIRE
  Retour au Sommaire du site
  Retour au chapitre sur la pollution électromagnétique des micro-ondes


109°) Une etude très intéressante du Dr Albaret,
sur un lien possible entre la maladie d'Alzheimer,
et les lignes électriques d'EDF, ou les lignes THT.

Depuis plusieurs décennies, les lignes électriques ont été mises en cause pour leurs effets nocifs sur le biologique. Elles sont d'ailleurs maintenant classifiée en catégorie B2, carcinogène. Leur implication est reconnue dans les leucémies infantiles dans plusieurs études.

En revanche pour la maladie d'Alzheimer, alors qu'on fait beaucoup de bruit autour, et que le Président Sarkozy exige un plan Alzheimer efficace, les causes en France n'ont guère été étudiées. D'ailleurs une neurologue me répondait en 2005, lors du Salon Forme et santé, que les médecins n'étaient pas là pour rechercher les causes, cela est vrai, puisque certains sont surtout là pour prescrire des médicaments, et pour faire la promotion des substances de l'industrie pharmaceutique, qui plombent un peu plus les comptes de la sécurité sociale. Il est vrai qu'en France on ne fait aucune étude sanitaire, quand elles sont susceptibles de mettre en cause une industrie chimique, pétrolière, électrique ou radioélectrique. Chacun comprendra que l'industrie pharmaceutique n'a aucun intérêt à voir des médecins rechercher les causes réelles, car le chiffre d'affaire du lobby médical serait plombé. Cela ne sert à rien de rescrire des médicaments, tant que la cause du problème n'est pas éliminée.

Les experts officiels qui sont en charge d'étudier les risques ne trouvent jamais aucun effet nocifs pour la santé, et comme par hasard, ils sont tous payés par les lobby industriels, soit de façon directe, ou indirecte, financement de leur laboratoire, frais de voyage organisé pour des colloques à l'étranger, ce qui permet de mieux voyager à l'oeil.

Toujours est-il que l'étude de Sobel réalisée dans les années 80, révélait que les professions qui travaillaient dans des milieux fortement pollués par les rayonnement électriques industriels, avait plus de chance que les autres de développer la maladie d'Alzheimer.

Cela ne me surprend guère, puisqu'il y a longtemps déjà, j'expliquais que les liens de la calmoduline était perturbé, mais que le cycle de la mélatonine (sécrétée par la glande pinéale), inhibiteur des radicaux libres (qui sont cancérigènes), était aussi perturbé, aussi bien par les champs électriques des lignes EDF, que les micro-ondes de la téléphonie mobile GSM, qui provoque en plus des ruptures de la barrière hémato-encéphalique au bout de 10 minutes de communication, quelque soit le seuil de puissance, ce que l'AFSSET, dite Agence Française de Sécurité Sanitaire et du Travail sait très bien d'ailleurs, mais qu'elle ne dévoile pas ou public, ni même les journaux télévisés de France 2 et TF1, et pour cause, ils ont des partenariat l'un avec Orange France Télécom, et l'autre avec Bouygues Télécom.
D'ailleurs chacun peut se remémorrer l'attitude de Mme Michèle Froment Védrine, directrice de l'AFSSET, en relisant mon sujet N°72, (cliquez ici)

72°) Quand Mme Védrine, Directrice Générale de l'AFSSE (ou AFSSET) se livre à une tentative d'intimidation contre la rédactrice en chef de 60 millions de consommateurs, il est bon de lui rappeler les remises au point de l'expert Pierre Le Ruz et du Pr Roger Santini... (18/10/2005)

En 2006, l'étude d'Altpeter démontrait une baisse de la sécrétion de la mélatonine liée à l'activité d'une antenne de téléphonie mobile lors d'une expérience faite dans des conditions réelles en Suisse.
L'étude du Dr Sobel, avait mis en évidence, que les couturières, le personnel de l'industrie du textile, avait à l'époque plus risque d'avoir le maladie d'Alzheimer, en raison de la proximité de leur tête avec les champs magnétiques émis par leur puissante machine à coudre. D'autres études confirment elles aussi un lien entre champs d'origine électrique, et maladie d'Alzheimer, et l'étude du Dr Albaret est une confirmation de plus.

L'acticle ci-dessous est publié avec l'aimable autorisation du Dr Albaret.
 

Alzheimer et Irrégularité de Ligne Électrique Secondaire (ILES)
JC Albaret, sept.-07 (stomatologiste)

 
 
1°) Présentation du problème :

12 des 15 cas d'Alzheimer dont j'inspecte l'environnement depuis le mois de mars 2007, logent dans les 35 mètres, soit d'un transformateur (6) soit d'une autre forme d'Irrégularité de Ligne Électrique Secondaire (ILES) (6). J'introduis ce sigle "ILES" parce qu'il me parait représentatif du problème général posé par les lignes secondaires (Basse tension dans les rues pour alimentation des maisons). Ces ILES peuvent être visibles sur poteau ou sur mur et il en existe dans tout transformateur, ainsi qu'en certains points des lignes enterrées. Cette nouvelle étude fait suite à celles que je menais sur l'habitat de malades atteints de cancers rares (sang, cerveau). Des similitudes troublantes existent avec les cas d'Alzheimer que j'examine maintenant.

Même restreinte, l'étude ne peut devoir ses résultats au hasard, ne serait-ce que pour la proximité des transfos (6/15). on est loin de voir 1/3 de la population habiter dans les 35 m d'un transformateur. Il faut donc la prendre au sérieux, et multiplier les observations dans ce sens. Comme, il n'y a heureusement pas de cancéreux près de toutes ces irrégularités de ligne électrique secondaire (ILES), il faut comprendre ce qui rend cette proximité dangereuse dans certains cas. 

Il est urgent de prendre en compte ces observations préliminaires que personne n'attendait et d'envisager des mécanismes expliquant de telles observations. Compte tenu du contexte et des nouvelles notations que j'introduis, je propose ici d'apprendre à reconnaître ces irrégularités des lignes électriques secondaires (ILES).
 

2°) Actualisation de mes études antérieures :

 Mes études antérieures portaient sur 3 points fondamentaux : 
a) Recensement et typage des poteaux et transformateurs; 
b) Répartition des cancéreux ; 
c) Autres phénomènes.

a) Recensement des poteaux et transformateurs; typage des ILES
Après avoir observé des cas de cancers rares près de poteaux dont l'agencement des fils m'a paru rare, j'ai été poussé à les étudier : l'examen de 2562 poteaux et transformateurs, montrait une majorité de poteaux avec des fils réguliers (type 0, 59%) ainsi que 5% de transformateurs. Je renomme aujourd'hui ces 2 structures: 0 ILES, poteau sans irrégularité de ligne aérienne, et ILES 1, transformateur, en soi irrégularité spéciale de la ligne secondaire. Les autres irrégularités étudiées dès 1995 prennent désormais le nom d'ILES avec un numéro correspondant à l'ordre d'apparition sur la ligne électrique, jusqu'à l'ILES 6, fin de la ligne.

Ainsi:

     - ILES 1 est le transformateur, qui apparaît comme une irrégularité de ligne électrique secondaire (ILES) de type particulier, dans la mesure où il porte une ligne secondaire de distribution en 400V, d'un côté, et une ligne primaire de transport en 3 fils, de plusieurs kV, de l'autre.

     - ILES 2 est le début d'une ligne venant du transformateur, par voie aérienne sur transfo ancien, mais le plus souvent, remontant du sol, le long du poteau par câble torsadé. Les fils dessinent parfois une crosse au sommet du poteau, d'allure très caractéristique quand elle existe.
 
 
Photo 1 : à gauche (1) le cas d'Alzheimer, 
(2) début de ligne secondaire de distribution en 400V, 
(3) le transformateur ; à droite 
(4) l'arrivée de la ligne primaire de transport en 10kV.
Photo 2 : début de ligne avec, ici, 
une crosse caractéristique 
(Photos MHG, à gauche ; JCA, à droite) 

- ILES 3 est caractérisée par un boîtier : c'est un début de ligne venant souvent d'une ligne souterraine.

- ILES 4, la plus facile à repérer, est la juxtaposition sur un même poteau de 4 fils ou +, non isolés, 
d'un côté, et de fils isolés (noirs et réunis en une torsade portée par une âme d'acier), de l'autre.
 
Photo 3 : poteau avec boîtier caractérisant l'ILES 3. 
Alzheimer à 35m
Photo 4 : 1 câble torsadé à droite 4 fils nus à gauche. 
Maison du malade (LMC) à 30m à gauche du résineux. 
Une traînée d'avion ressemble à un fil. 
(Photo JCA du 4/01/1995, à droite)

     - ILES 5 est un coude ou un branchement de ligne;
     - ILES 6 est en général la fin de ligne secondaire montée sur poteau ; mais d'avoir observé un cas monté sur un mur de maison, m'a fait préférer le terme plus général d'ILES puisque c'est l'irrégularité de l'agencement de fils que je mets en cause, et non le poteau.
 
 
Photo 5 : coude de ligne, ici, dans le plan vertical. 
Alzheimer à gauche du poteau. (Photo de gauche)
Photo 6 : fin de ligne faite ici de câble torsadé, dont 
on aperçoit l'extrémité (encerclée). 
La chambre du malade d'Alzheimer est à 5m 
en face de cet ILES. (Photo de droite)

C'est aux extrémités de ligne (début et fin) que j'ai observé la majorité des accidents, mais il y en a aussi à toutes les irrégularités comprises entre début et fin de lignes.
Ce tableau suivant, extrait de l'annexe, reprend des données parues déjà partiellement sous d'autres notations. On voit que les poteaux qui ne portent pas d'irrégularité de ligne (0 ILES  forment une majorité de 1507, soit 59% des 2562 poteaux et transformateurs examinés. Il montre qu'une minorité de 41% d'ILES (ou 36% des poteaux), portent des irrégularités de la ligne. 
 
Transfo Début
Simple
Début 
Boitier
de 4 fils 
& 1 câble
Redirection Fin de
Ligne
Total
SE 0 ILES ILES 1 ILES 2 ILES 3 ILES 4 ILES 5 ILES 6
Nombre 1507 140 278 14 72 300 251 2562
% 59 6 11 1 3 12 10 1
Tableau 1 Répartition des structures électriques en 6 types d'ILES
 

b) Répartition des cancéreux

Une analyse de mes données (révisions suggérées par la physicienne Annie Ginibre pour certains points) montrant plus explicitement les différences entre tumeurs cérébrales, BT (BT, brain tumors)  et hémopathies malignes, MBD (MBD, Malignant Blood Desease), a été exposée lors d'un colloque international[3].

Dans ma première étude sur les cancers, je considérais que le rayon d'emprise des poteaux et transformateurs pouvait être de 50m ; je m'aperçois avec l'Alzheimer que 35m est déjà très représentatif. Je reprends mes anciennes données, en particulier pour les 275 cancers du sang, cités plus haut : je trouve que sur les 162 cas situés dans les 50m des poteaux et transformateurs, comprenant ces irrégularités que j'appelle désormais ILES, il y en a encore 122 dans les 35m, alors que la surface des zones d'emprise pour 35m est réduite de ½ par rapport à 50m. Le cas des tumeurs cérébrale est similaire (Voir tab 2).

Pour 473 adresses de cancéreux explorées :

1-      la majorité de 138 malades atteinte de tumeur cérébrale habite en pavillon, près du sol, alors que la majorité des 275 cancers du sang vit en immeuble.

2-      Une grande partie des cas de cancers du sang habite près de transfos ou de débuts de ligne, alors que les cas de tumeurs cérébrales se trouvent plutôt près de fins de ligne. 

3-     Parmi les cas trouvés près des ILES d'extrémités de lignes, les cas de MBD (84/275 dans les 35m, 109 /275 dans les 50m)  s'observent à 80% en début de ligne (69 /84, 90/109) ; au contraire, les cas de tumeur cérébrale (59/138, 73 /138) n'y habitent, eux, qu'à 40% (44% dans les 35m, 36% dans les 50m). 


Tableau 2 ILES dans les 35m et 50m, des cas de cancers du cerveau, du sang et d'Alzheimer 
 
 


 
 
 
Pour les cancéreux qui ont des lignes aériennes dans les 35m (nouvelle réanalyse), 72% des cas de tumeur cérébrale se trouvent près de câble torsadé, tandis que 61% cancers du sang se trouvent près de lignes de 4 fils nus.

Sur le plan de la clinique, le tableau (en annexe) permet d'établir le profil environnemental de 2 types de cancers que l'on pourra vérifier, en Europe du moins[a], en le comparant à d'autres cas. Ces différences se retrouvent systématiquement, même sur des échantillons plus restreints pris au hasard.

     - Le cancer du sang est principalement une maladie d'immeuble, proche du transformateur ou du poteau de début de ligne, et de ligne faite de 4 fils nus, 

     - la tumeur cérébrale est principalement une maladie de pavillon, près de fin de ligne et de ligne faite de câble torsadé.

Je réponds donc à la question fondamentale "Où et dans quel rayon se situent les actions délétères ?" ce qui implique en même temps leur existence.

Mes nouvelles données sur Alzheimer se placent dans la même orientation.

c) Autres effets  près des ILES

Clés d'eau bleues
     - Les Services d'Eaux cernent de peinture bleue la fuite des canalisations dans les rues. Ces traces, sur le goudron ou la clé d'arrêt d'eau du trottoir, m'ont permis d'en repérer 181 (sur 300 environ données par les Services des Eaux) : 44% se trouvent près du premier poteau de ligne et du transformateur (voir tableau d'annexe). Des malades m'ont appris que la perforation de leurs canalisations d'eau ou de leurs cuves à mazout s'était parfois produite en même temps que le début de leur cancer du sang. Ceci suggère qu'une électrolyse du métal, témoignant de l'importance de courants vagabonds à cet endroit, tout comme certains cancers, du sang en particulier, peuvent apparaître près de certaines ILES.

On voit sur la photo du pied d'une clé d'eau, comment le service des Eaux obtient une isolation électrique des maisons contre les courants vagabonds[b], en remplaçant sur quelques décimètres, le tuyau de plomb par du plastique.

Photo 7  Changement d'un branchement d'eau : le tuyau de plomb est remplacé par du plastique,
entre 1 et 2, sur 30cm environ. (Photo JCA du 8 09 2007)
 

b) Effets biologiques près des poteaux.

Insectes et oiseaux
     - Au printemps 1995, la présence de gros bourdons noirs autour du sommet de 7 poteaux à côté desquels habitaient des malades atteints d'un cancer du sang de type rare (LMC) m'a alerté sur un problème ; le manège d'autres insectes plus petits (fourmis ailées, abeilles…), puis d'oiseaux (hirondelles, pigeons, tourterelles, étourneaux) l'a confirmé : plus de ¾ des insectes et oiseaux se concentrent sur les 36% des structures électriques visibles qui portent des ILES. (Voir annexe). La présence d'insecte ou oiseau suggère la présence d'un facteur électromagnétique important sur une ILES.
Thuyas

- Depuis janvier 2007, je soupçonne que les thuyas sèchent plus particulièrement près des transformateurs et des ILES : cette surprenante observation me parait mériter vérification.
 


 
 
3°) Alzheimer et irrégularités des lignes électriques secondaires (ILES).

a) L'analyse globale des cas d'Alzheimer

Elle montre une similitude électromagnétique avec les cas de cancers du sang : parmi les cas trouvés dans les 35m des ILES d'extrémités de lignes, (10/15 et 84/275) ces 2 pathologies s'observent pour les MBD, à 80% en début de ligne alors que les cas de tumeur cérébrale n'y habitent, eux, qu'à 40%.

    - Par contre les cas d'Alzheimer que j'ai observés habitaient en maisons basses comme 81% des 138 BT. Ceci pourrait expliquer la grande différence avec les MBD en ce qui concerne le nombre de cas où aucune structure électrique n'était visible dans les 35m (Alzheimer, 2/15, MBD 153/275); cette majorité des cas de MBD pourrait correspondre à des zones d'immeubles, où peuvent se dissimuler transformateurs et lignes. 

L'ensemble de ces données, qui concerne à la fois, l'habitat et l'environnement électromagnétique, semble permettre d'exclure qu'il s'agisse  seulement de biais dus à la répartition des ILES.

Il faudrait étudier sur un plus grand nombre de cas d'Alzheimer, l'influence d'autres paramètres déjà documentés pour les cancers que j'ai étudiés : les caractéristiques de l'irrégularité, la nature des fils, nus, ou isolés torsadés, la fréquentation par les insectes et oiseaux, les corrosions des tuyaux ou citernes métalliques dans le voisinage, et la coaction d'antennes relais ou autres. Sans ignorer, 

- que les facteurs électromagnétiques ne sont sans doute en général qu'un des éléments responsables de la maladie, 
- que ces répartitions ne sont très certainement pas aléatoires, 
- et qu'elles impliquent vraisemblablement plusieurs mécanismes imbriqués

b) L'analyse détaillée des cas d'Alzheimer
L'analyse des cas montre :

* Cas 1 et 2) : les deux premiers cas observés, sans ligne aérienne dans la rue, ne m'avaient pas mis sur la piste d'une relation de l'Alzheimer avec l'alimentation électrique ; tout au plus voyait-on une antenne de radio amateur contre la maison de l'un et un transformateur dans l'immeuble voisin de l'autre.

* Cas 3 : montrait la maison contre un premier poteau de ligne survolé par les pigeons et pies, en vis-à-vis du transformateur, de l'autre côté de la rue ; sous l'auvent du toit, des nids d'hirondelles complétaient le tableau.

* Cas 4 : montre le poteau de début de ligne avec boîtier de branchement, le plus rare de tous les poteaux, à moins de 30m de la maison du malade (Photo 3).

* Cas 5 : typique de ce que je trouve pour les cancers du sang où l'on retrouve 4 éléments très rarement réunis sur une même photo : malade, poteau de début de ligne secondaire de distribution, transformateur et fin de ligne primaire de transport  (Photo 1).

* Cas 6 : maison devant un ILES 5 de coude de ligne, d'une forme très rare, coudé dans le sens vertical, 'en baïonnette' (Photo 5).

* Cas 7 : montre un des services que peuvent rendre les plans aériens tirés du web : je n'arrivai pas à estimer la distance entre le transformateur et la maison d'une malade, cachée par les arbres du jardin. D'après l'échelle du plan, l'écart entre les 2 est inférieur à 30m.

* Cas 8 : montre la proximité de l'étage du malade logé en immeuble, avec la ligne de câble torsadé qui joint 2 débuts de ligne. On notera à ce propos que les 2 seuls cas en immeuble des 15 Alzheimer, habitaient au 2° étage.


Photo 8 : Alzheimer (2), à hauteur du fil électrique partant de 2 débuts de ligne (1 & 3) provenant du transformateur (X).
 

* Cas 9 : où les lignes aériennes sont enfouies montre la proximité entre transformateur et malade, mais surtout la présence d'une clé peinte en bleu par le Service des Eaux et l'exemple  exceptionnel d'une mise à la terre hors d'usage chez un artisan voisin. Ceci suggère une modification de la trajectoire habituelle des courants vagabonds, coïncidant avec les accidents biophysiques associés.

* Cas 10 : est celui d'une fin de ligne de câble torsadé, ILES 6, en vis-à-vis du malade. On conçoit la double difficulté, de repérer l'extrémité de ces quelques bouts de fils, mais surtout d'admettre ou même d'imaginer qu'un si petit détail puisse marquer un effet aussi considérable. (Photo 5)

* Cas 11 : est celui de la maison du malade face, comme celle du cas précédent, à une autre fin de ligne. La photo montre les quelques brindilles d'un nid d'oiseau : on peut voir que les oiseaux s'installent souvent près de ces ILES qui, en particulier,  attirent la manne alimentaire d'insectes
 
 
Photo 9 : Clé d'eau bleue à 25m 
d'un cas d'Alzheimer (Photo de gauche).
Photo 10 : permet de voir, 
1) les bouts de fils de fin de ligne faite de câble torsadé ; 
2) quelques brindilles d'un nid d'oiseau. (Photo de droite)

* Cas 12 : d'un poteau portant 4 fils et 1 câble, avec dans les 30m, le malade, 2 pigeons et un thuya sec. Ce thuya sec en 2007, est ma première observation d'un tel phénomène, près d'un poteau d'ILES (alors que je l'avais déjà vu au pied d'une antenne relais de téléphone mobile). Un 2° thuya sec et un 3° thuya séchant, se trouvaient dans la même haie, en vis-à-vis du malade, de l'autre côté de la rue, dans les 30m d'un autre poteau de même type.
 
 
Photo 11 Alzheimer (1), 2 des 3 pigeons (3), 
thuya (4) près d'ILES 1 de début de ligne (2).

*Cas 13 : montre un cas d'Alzheimer à 50m d'une ILES de branchement de ligne : il  fait partie des 2 cas pour lesquels je n'ai rien vu ou rien trouvé dans les 35m, avec cependant une caténaire (25 kV) dans les 90m..

*Cas 14, montre un poteau de début de ligne (ILES 2), sur le trottoir, à 5m d'un cas d'Alzheimer. Ce poteau est équipé de parafoudre près du boîtier de téléphone ; il alimente en fait une autre rue de 150m de longueur. La présence du parafoudre rappelle que certains endroits sont plus exposés que d'autres aux courants naturels. Il est vraisemblable que ces courants naturels aient leur part de responsabilité dans la pathologie ambiante et notamment, avant les installations électriques ainsi que celles des antennes relais. 
D'autre part 3 vols de tourterelles et de pigeons (1/2 douzaine de sujets, à chaque fois) se succédaient au droit de la ligne électrique en 20 minutes, environ.

Pour ces deux raisons, on peut penser que ce type d'ILES attire des parasites électromagnétiques, à la fois naturels et artificiels. (Photo 12 et 13)
 
 
Photo 12 ILES 3 avec, 
1) le boîtier de téléphone, 
2) le parafoudre, 
3) les 5 fils, 
4) le câble de distribution 
pour la maison du malade, 
à 5m environ. 
(Photo du 21/08/2007, 
08,00h, temps pluvieux)
Photo 13 ILES 3. 
Détail du parafoudre 
(2) en bout de flèche. 
(Photo de droite)
 
 

 

* Cas 15 : cas ancien dans un quartier remanié, ligne enfouie sans rien de visible sur le plan électromagnétique dans les 35m, avec une voie ferrée à 80m.


 
 
4°) Contexte scientifique: Observations internationales et commentaires :

·        Dans une première observation[4] publiée en 1979, les auteurs incriminaient, ou le courant vagabond (sur la plomberie), ou le champ magnétique (créé par les fils électriques), et envisageaient, en 1991, un 3° facteur éventuel indépendant des valeurs des champs et non pris en compte dans les mesures. 

- On note que la recherche internationale s'est beaucoup plus portée sur l'étude du champ magnétique que sur celle des courants vagabonds, liés aux champs électriques, et dont les effets délétères sont connus des spécialistes en corrosion des conduits métalliques (Industries des Eaux, Pétrole, Gaz,  voire des transports ferroviaires).

- La recherche sur le champ électromagnétique (CEM) s'est effectuée en majorité sur les lieux de travail et même en laboratoire, mais très peu sur les lieux d'habitation. Or une différence évidente vient de ce que l'on passe près du 1/3 du temps dans le même axe horizontal d'un lit : ainsi, la durée est forte, même si le phénomène en cause est faible. Ceci n'est pas le cas du travailleur exposé à un CEM éventuellement plus grand, mais qui du fait de sa mobilité et de sa position verticale, subit moins l'action éventuelle de courants vagabonds horizontaux.

·        Dans une récente observation, Draper et son équipe de pédiatres anglais[5], notait pour près de 30 000 enfants cancéreux, que le risque relatif de cancer, encore de 1,27 entre 200 et 600m des lignes primaires de transport (THT ou HT), ne pouvait s'expliquer par le champ magnétique créé par les lignes.

Or si l'on admet l'effet délétère des ondes EM ou parasites émises par les antennes, on peut envisager que leur transport sur les lignes secondaires d'alimentation (380 ou 400V en France et en Europe) explique cette anomalie : leur insertion dans les maisons se ferait au niveau des zones de haute densité de courant (HCC) de Wertheimer et Leeper, ou au niveau des ILES.

Interrogé en 2006, Draper me répondait que la dispersion spatio-temporelle de ses cas (1000 km, 40 ans) et sa retraite l'empêchaient de rechercher une vérification de mon hypothèse.

·        Pour la 3° réunion parlementaire rassemblée par N Kosciusko-Morizet[6], un seul, parmi une bonne trentaine de journalistes présents, osa reproduire son titre alarmiste : Ondes électromagnétiques : avis de vigilance générale ! C'est dire le verrouillage d'une information qu'au demeurant les consommateurs de téléphonie ne sont pas prêts à écouter.

Bien sur, le téléphone mobile est un outil indispensable, capable de sauver des vies et il n'est pas question de le supprimer ; mais sa gadgétisation, qui nécessite des fréquences variées, allant jusqu'aux dizaines de gigahertz par les répéteurs, l'apparente plus aux armes de guerre non conventionnelle qu'aux jouets pour enfants. 

La prolifération des ondes électromagnétiques émises par les antennes relais ne fait qu'aggraver l'état préexistant, je pense l'avoir constaté sur un certain nombre de cas de cancers rares. L'étude de leur cheminement sur les conducteurs filaires, de leur couplage avec les structures métalliques projeté par les ingénieurs militaires[7], et de leur insertion par les ILES dans les maisons, pourrait être le souci dominant des téléphonistes, mais il semble qu'il n'en soit rien. Ceux-ci se contentent de nier le danger, sans répondre aux question de scientifiques de plus en plus nombreux qui demandent comme M Rivasi : ''mais où sont les études préalables ?'' 

Le sujet d'étude que j'ai exploré, et les résultats préliminaires que j'ai obtenus de façon rapide pourraient favoriser la mise en place d'une conduite à tenir de prévention, si les responsables acceptaient de prendre en compte les données acquises et de vérifier les observations. Le 8 décembre 2005, le professeur Brücker, directeur de l'InVS[c]  annonçait la mise en route d'une étude sur une cohorte de 2000 enfants (Cohorte ELFE) depuis la naissance dont on ne connaîtrait les résultats que dans une vingtaine d'années, quelle que soit l'évolution de l'environnement. Ceci paraît bien long. 

Il semblerait exister une volonté des industriels et des responsables d'éviter la panique tout en faisant des modifications telles que : 
-         l'enfouissement des lignes électriques et des ILES, 
-         l'installation de grilles métalliques le long des voies ferrées, 
-         le changement des branchements métalliques d'eau en remplaçant le plomb conducteur par du plastique isolant, sur quelques centimètres de longueur, entre clés d'eau et maisons.


 
 
5°) Conclusion
Avant de revenir, par précaution,  à la bougie, il serait urgent que des équipes de recherche pluridisciplinaires, bien au courant des aspects techniques reprennent, étendent et complètent ce type d'observations pour en tirer des moyens de protection.

 
 
6°) Annexe
Ce tableau porte sur l'examen comparatif d'incidences de 2562 structures électriques (SE, poteaux et transformateurs), l'habitat de 473 cas de cancers examinés (275 cancers du sang, MBD, 138 tumeurs cérébrales, BT), l'attraction de 381 insectes ou oiseaux sur les SE pendant 20 secondes d'observation (le temps d'aller à pied, d'un poteau à l'autre) et la répartition de 181 perforations de canalisations métalliques de la voirie. 

     - Le sous tableau 1 montre l'actualisation du problème, par l'équivalence des terminologies de 1995, à droite, et 2007 à gauche. Ainsi, le transformateur qui était considéré comme une entité à part (colonne de droite, poteaux et transfo), n'est en fait qu'une irrégularité de ligne secondaire, au même degré qu'un poteau (colonne de gauche des ILES) ; c'est l'irrégularité de la ligne et non le poteau qui est en cause.

     - Pour les sous tableaux suivants, la distance des structures électriques considérées aux malades, ou aux perforations est de 50m ; pour les insectes et oiseaux, c'est le nombre sur le poteau ou autour du poteau. Les chiffres entre parenthèses correspondent au nombre de malades trouvés près d'un poteau portant 2 débuts ou 2 fins de lignes ; dans la colonne ILES 1 de transformateurs, les parenthèses encadrent le nombre des malades trouvés dans l'immeuble qui abrite le transfo. 

Tableau 3 : Tableau actualisé en 5 sous tableaux 
(2562 Structures Électriques, 473 cancéreux, 281 insectes et oiseaux, 181 perforations)
 
+ 400 V ligne de plus de 400V, donc de +10kV (transport EDF, caténaires de train, tram, RER) 10 KV
0 ILES fils réguliers et symétriques sur chaque côté du poteau Type 0
ILES 1 Transformateur Transfo
ILES 2 début de ligne simple, issu d'un transfo ou d'une ligne enfouie, avec crosse, parfois Type 3
ILES 3 début de ligne avec boîtier caractérisant, issu de ligne enfouie, souvent. Type 4
ILES 4 4 fils nus d'un côté du poteau et câble torsadé de l'autre Type 1
ILES 5 coude ou branchement de ligne Type 2
ILES 6 fin d'1 ligne seule ou de 2 lignes (poteau de double fin de réseau, pour EDF) Type 5
Sous tab. 1 : terminologie nouvelle, à gauche, en ILES intégrant le transfo ; ancienne à droite, en types.


 


 
 
7°) Liste  des PHOTOS.
Photo 1 à  gauche (1) le cas d'Alzheimer; (2) début de ligne secondaire de distribution en 400V; (3) le transformateur et à droite (4) l'arrivée de la ligne primaire de transport en 10kV. (Photo MHG) 2
Photo 2 début de ligne avec, ici, une crosse caractéristique  (Photo JCA, XXà droite) 2
Photo 3 poteau avec boîtier caractérisant l'ILES 3. Alzheimer à 35m.. 2
Photo 4 1 câble torsadé à droite 4 fils nus à gauche. Maison du malade (LMC) à 30m à gauche du résineux. Une traînée d'avion ressemble à un fil. (Photo JCA du 4/01/1995, à droite) 2
Photo 5 coude de ligne, ici, dans le plan vertical. Alzheimer à gauche du poteau. (Photo de gauche) 3
Photo 6 fin de ligne faite ici de câble torsadé, dont on aperçoit l'extrémité (encerclée). La chambre du malade d'Alzheimer est à 5m en face de cet ILES. (Photo de droite) 3
Photo 7 Changement d'un branchement d'eau : le tuyau de plomb est remplacé par du plastique, entre 1 et 2, sur 30cm environ. (Photo JCA du 8 09 2007) 5
Photo 8 Alzheimer (2), à hauteur du fil électrique partant de 2 débuts de ligne (1 & 3) provenant du transformateur (X). 7
Photo 9 Clé d'eau bleue à 25m d'un cas d'Alzheimer (Photo de gauche). 7
Photo 10 permet de voir, 1) les bouts de fils de fin de ligne faite de câble torsadé ; 2) quelques brindilles d'un nid d'oiseau. (Photo de droite) 7
Photo 11 Alzheimer (1), 2 des 3 pigeons (3), thuya (4) près d'ILES 1 de début de ligne (2). 8
Photo 12  ILES 3 avec, 1) le boîtier de téléphone, 2) le parafoudre, 3) les 5 fils, 4) le câble de distribution pour la maison du malade, à 5m environ. (Photo du 21/08/2007, 08,00h, temps pluvieux) 8
Photo 13 ILES 3. Détail du parafoudre (2) en bout de flèche. (Photo de droite) 8
Liste des  tableaux.
Tableau 1  Répartition des structures électriques en 6 types d'ILES. 3
Tableau 2  ILES dans les 35m et 50m, des cas de cancers du cerveau, du sang et d'Alzheimer 4
Tableau 3  Tableau actualisé de tableau de référence (2562 Structures Électriques, 473 cancéreux, 281 insectes et oiseaux, 181 perforations) 10
 
8°) Liste des Références :

[a] L'observation faite, à Budapest (Hongrie) en 1996  l'illustrait bien: un homme, mort de lymphome, dormait au rez-de-chaussée d'un immeuble, entre transformateur et début de ligne. Mais, à la même époque, il semble qu'aux États-unis les installations électriques étaient différentes, avec de nombreux transfo sur poteaux dans les rues des villes. En banlieue de Buffalo, on me signalait 3 tumeurs cérébrales dans une même rue de 400m environ équipée de 3 transfos: après examen des plans et des photos, la maison du malade voisinait avec le transfo sur poteau, pour 2 des 3 cas.

[b] Les courants vagabonds, ou courants sur la plomberie,  "currents on plumbing", incriminés par Wertheimer et Leeper en 1979, et dont nous reparlerons plus loin.

[c] InVS : Institut de Veille Sanitaire

[1] ALBARET JC. Phénomènes observés dans les zones de VAriation Spatiale. Electro Magnétique, VASEM », In Electro magnétisme et écologie. Paris, Colloque ASPROM, 24-25 juin 1998 ASPROM, 7 rue Lamennais, Paris 75.008 (F)

[2] Google : Albaret champs électromagnétiques. Voir le site www.sfrp.asso.fr/Montpellier2003/pdf/Albaret.pdf

[3] ALBARET JC "Cancer Electricity Prevention" World Academia Bio Technology, (WABT), Budapest, Hungarian, 17-19 August 2006

[4] WERTHEIMER N, LEEPER Ed. Electrical wiring configurations and childhood cancers. Am J. Epidemiology, 1979 March; 109:273

[5] DRAPER Gerald et all: Childhood cancer in relation to distance from high voltage power lines in England and Wales: a case control". British Medical Journal, 4 June 2005, Vol 330, P1290-1293 

[6] KOSCIUSKO-MORIZET Nathalie, Ondes électromagnétiques et santé: avis de vigilance générale. 3° rencontres parlementaires Santé et Environnement, jeudi 8 décembre 2005, immeuble J Chaban Delmas Ass Nat., 101 rue de l'Université, Paris, 75 007. Ed.Agora Europe, 3 rue des Gardes du Roi, Sèvres , 01 41 14 99 00

[7] Bicentenaire de l'École Polytechnique, Palaiseau, 16 et 17 mai 1996
 



 
  Retour au chapitre sur les antennes relais de la téléphonie mobile
  Retour au SOMMAIRE du SITE.
  TRANSLATE - TRADUIRE.
Nom du site   Risques sanitaires des champs électromagnétiques, santé, cancer, leucémie, tumeur
Adresse du site danger risque sanitaire de la pollution électromagnétique santé cancer leucémie tumeur du cerveau
Auteur du site : Marc FILTERMAN
Adresse e-mail : marcfilterman@hotmail.com
© Protected by Copyright - Reproduction interdite.