© Protected by Copyright - Reproduction interdite.
Adresse du site
sites de secours
danger risque sanitaire de la pollution électromagnétique santé cancer leucémie tumeur du cerveau
Nom du site   Prévention sur les risques professionnels sanitaires des micro-ondes
Auteur du site   Marc FILTERMAN
Adresse e-mail   marcfilterman@hotmail.com
  TRANSLATE - TRADUIRE
  Retour au Sommaire du site
  Retour au chapitre sur la pollution électromagnétique des micro-ondes


117°) Antennes relais GSM / UMTS /Wimax,
opérateurs de téléphonie mobile sur la sellette,
violation de la norme thermique.

En réalité, 90 % des antennes relais violent la norme thermique, non pas au niveau du seuil d'exposition qui est de 41 ou 58 V/m, mais sur le plan de la durée d'exposition, que les institutions françaises ont dissimulé au public. Résultat, les membres de la famille des personnes décédées à la suite d'un cancer ou d'une leucémie pourraient attaquer en justice les divers experts de tous les services qui dépendent du ministère de la santé, ainsi que la directrice de l'AFSSET. Comme il y a eu dissimulation avec préméditation, comme dans l'affaire du sang contaminé, plusieurs experts et défenseur du lobby des télécoms pourraient être poursuivis devant des cours d'assise.

Le Mercredi 14 novembre 2007, le Conseil d’Etat réexaminait les requêtes des communes de SAINT-DENIS et d’AUBERVILLIERS. Le 14 septembre 2006, un arrêté était publié suite à la volonté des maires des communes de SAINT-DENIS et d’AUBERVILLIERS qui avaient pris la décision  d'interdire l'installation des antennes de téléphonie mobile dans un rayon de 100 mètres autour des crèches, établissements scolaires ou recevant un public mineur et résidences de personnes âgées, conformément aux recommandations des experts de la DGS, du rapport Zmirou de la Direction Générale de la santé de 2001. Que disait textuellement un des paragraphes de ce rapport.

Extrait du Rapport Zmirou de la DGS :
« ...le groupe d'experts estime nécessaire que l'axe des faisceaux principaux des antennes ne soit pas orienté directement vers les lieux de vie à courte distance (moins de 100 mètres), même si les niveaux de champ mesurés sont très faibles et indiscernables du 'bruit de fond' RF, notamment des bandes FM et radio... »
« A cet effet, le groupe d'experts recommande que les bâtiments 'sensibles' (hôpitaux, crèches et écoles) situés à moins de 100 mètres d'une station de base macrocellulaire, ne soient pas atteints directement par le faisceau de l'antenne... »

Réaction immédiate des opérateurs, toujours les mêmes, ils ont saisi le Conseil d'état pour faire invalider les divers arrêtés pris par les maires de plusieurs villes françaises, comme Dijon. Le 22/08/2002, les membres du conseil d'État s'assoiront sur les recommandations des experts officiels de la DGS, ils violeront délibérément les recommandations des experts consultés par la DGS, et le conseil d'état  donnera raison à SFR. Le Commissaire du Gouvernement avait conclu à ce que le Conseil d'État casse et annule les ordonnances du Tribunal Administratif de Nice relatives à la validation des arrêtés d'opposition des maires de ces deux communes concernant l'implantation d'antennes relais. L'état Belge se retrouve quant à lui déjà attaqué en justice.

En prenant ces décisions, l'état Français, le commissaire du gouvernement, mais aussi les membres du conseil d'état, les membres de l'AFSSET, des experts officiels dont certains sont financés par les opérateurs, s'exposent à des poursuites judiciaires, pour violation de l'article 6 de convention européenne des Droits de l'homme, pour mise en danger de la vie d'autrui, mais pire, pour violation du code de Nuremberg comme l'avait fait remarquer un des membres d'une institution européenne. Personne ne peut nier le fait, que depuis l'arrivée de la téléphonie mobile, les cancers et leucémies ont littéralement explosé.

Pourquoi les autorités pourraient être condamnées ?
Parce ce qu'en refusant de réaliser une enquête épidémiologique, elles ont pensé qu'il n'y aurait aucune preuve des décès prématurés. Ils ont voulu dissimuler à tout prix les résultats, et les opérateurs ont attaqué en justice tous ceux qui affirmaient que le taux de mortalité augmentait à côté des antennes relais. Sauf qu'on a le droit de faire cette affirmation, de la même façon que eux ils affirment que ces ondes ne sont pas mortelles, et pourtant ils ne s'appuient sur aucune enquête épidémiologique. Les opérateurs devraient donc eux aussi poursuivis par la répression des fraudes pour avoir fait des affirmations qui ne s'appuient sur aucune enquête épidémiologique, et pour cause, il n'y a en a pas. Les dernières études, montrent une augmentation des pathologies en présence des ondes de la téléphonie mobile ou autre. Aujourd'hui, à 20 ou 25 ans, des jeunes ont déjà une tumeur au cerveau, et ça c'est une réalité. Si ont faisait une enquête chez les personnes qui ont des forfaits illimités, on constaterait un pourcentage de tumeur plus élevé, mais aucun risque là encore, aucune enquête ne sera réalisée, pourtant les systèmes d'observation de trafic des télécoms permettent de le vérifier.

Et le WIMAX.
Pendant que 80 antennes relais WIMAX vont être déployés dans l'Aveyron, le déploiement du Wimax en Suisse a été bloqué par la justice. Là encore, des augmentations de cancers ont été constatés à proximité de ce type d'antenne à l'étranger. Un procès est en cours suite à des cancers et des décès à Abidjan.



 
  Retour au chapitre sur les antennes relais de la téléphonie mobile
  Retour au SOMMAIRE du SITE.
  TRANSLATE - TRADUIRE.
Nom du site   Risques sanitaires des champs électromagnétiques, santé, cancer, leucémie, tumeur
Adresse du site danger risque sanitaire de la pollution électromagnétique santé cancer leucémie tumeur du cerveau
Auteur du site : Marc FILTERMAN
Adresse e-mail : marcfilterman@hotmail.com
© Protected by Copyright - Reproduction interdite.