© Protected by Copyright - Reproduction interdite.
Adresse du site
sites de secours
danger risque sanitaire de la pollution électromagnétique santé cancer leucémie tumeur du cerveau
Nom du site   Prévention sur les risques professionnels sanitaires des micro-ondes
Auteur du site   Marc FILTERMAN
Adresse e-mail   marcfilterman@hotmail.com
  TRANSLATE - TRADUIRE
  Retour au Sommaire du site
  Retour au chapitre sur la pollution électromagnétique des micro-ondes


121°) Le maire de Paris, Bertrant Delanoë, remet en route les hotspots Wi-Fi
juste avant les élections municipales.

Additif : MAJ : 10/04/2008 - il aurait été décidé de maintenir à l'arrêt le Wi-Fi à la Bibliothèque Nationale de France (BNF) suite à des problèmes de santé chez le personnel exposé. Est-ce vrai, est-ce faux, il n'y a qu'en allant sur place avec un détecteur de Wi-Fi qu'on pourrait vérifier l'arrêt des hotspots.

Le 19 février 2008, on apprenait que la mairie de Paris après avoir adopté un moratoire sur l’utilisation du WiFi dans quatre bibliothèques parisiennes. Les mesures réalisées démontreraient, que les champs électromagnétiques du WiFi sont très faibles. Le maire de Paris, Delanoë, a donc décidé de faire remettre en route juste avant les élections municipales les hotspots Wi-Fi. Sauf que le maire de Paris n'a tenu aucun compte des durées d'exposition. Les antennes rayonnantes Wi-fi ne devaient pas être à proximité d'un utilisateur, surtout lors d'une utilisation permanente.

Le samedi 1er mars 2008 à 16h00, la journalistes Annie Lobbé donnait d'une conférence au Pavillon Baltard - Restaurant Piano Bar, rue Coquillère  à PARIS - (Métro Louvre), sur les dangers du téléphone portable, du Wi-Fi, et des antennes relais de téléphonie mobile.
http://www.santepublique-editions.fr/

Il est intéressant de signaler que le deuxième arrondissement de Paris, est largement pollué par du Wi-Fi. Le nombre de bornes dans ce secteurs est de plusieurs dizaines sur les quartiers tout le long de l'axe de l'avenue de Rivoli. On peut donc accéder simultanément à plusieurs dizaines de bornes, sans parler de celles des abonnés au différents opérateurs qui sans le savoir pour beaucoup, se sont retrouvés avec un routeur ADSL, avec du Wi-Fi incorporé. Par exemple les hotspots Wi-Fi ne doivent pas être installés à côté d'une chambre. En plus des hotspots et des routeurs des abonnés, il faut donc rajouter les piétons ou personnes de passage équipés de portables en tout genre qui vont augmenter le niveau de pollution dans ce secteur, idem ailleurs. Les crèches avec des enfants en bas âge, devraient être logiquement évitées, et il paraît évident que les antennes relais sont à bannir, comme le recommandaient d'ailleurs les experts de la DGS, Direction Générale de la Santé en 2001, à l'AFSSE, Agence Française de Sécurité Sanitaire. Ces règles ne sont plus respectées aujourd'hui.

En 2007, suite à un projet d'implantation d'un réseau Wi-Fi à Chicago, les scientifiques sont arrivés à la conclusion que les niveaux, même quand ils étaient faibles, soit 30 à 35 µW/cm², étaient trop élevés en cas d'exposition permanente. Ils en concluaient qu'ils devaient être divisés par 100, dans le cas d'une exposition permanente sur un an. De plus le Wi-Fi se mélange aux ondes Wimax, comme dans l'affaire en cours procès à Abidjan. On retrouve aussi bien du Wi-Fi en 2,5 GHz qu'en 5 GHz, cette dernière bande étant désormais autorisée depuis début 2007. Idem pour le Wimax avec une multiplicité des normes que nous retrouvons sur diverses bande de fréquence, avec en plus des largeurs de canaux ou bandes différentes en fonction du type de modulation utilisé. Les études et mesures actuelles ne tiennent pas assez compte de la bande passante, c'est à dire de la largeur des canaux radio, sans parler de la vitesse de transmission impulsionnelle, et de la fréquence de répétition de certains signaux. La multiplication des sources même de faible niveau, devient un grave problème.

Pour les utilisateurs qui ont un ordinateur équipé du Wi-Fi, les symptômes commenceront avec des maux de tête, qui s'accompagneront de vertiges, et troubles visuelles. Une exposition prolongée se traduira inévitablement par un risque sanitaire. Il suffira qu'ils interrompent le Wi-Fi pour que tout revienne à la normale. En revanche, si vous habitez dans une résidence, les symptôme pourront persister, car vous aurez des voisins qui seront doter de ces boîtiers, et qui ignorent tout des conséquences à long terme. Les personnes qui deviendront électrosensibles ou qui le sont déjà, n'auront pas d'autres choix que de déménager des villes pour partir à la campagne. Sauf que, il faut savoir que les relais de téléphonie mobile en France sont plus puissants dans les campagnes que dans les villes pour couvrir une plus grande zone. Il faudra donc que ces personnes trouvent une habitation en dehors de l'axe d'une antenne, ce qui va devenir mission impossible.

Les abonnés qui se sont équipés de routeurs ADLS/Wi-Fi du type Freebox, Livebox, Neufbox, Telebox, etc, ne doivent pas installer ces boîtiers routeur dans leur chambre, et encore moins dans une chambre d'enfant, ou de l'autre côté du mur, à hauteur de son lit.

RAPPEL :
Le Wimax utilise les bandes de fréquence ci-dessous en fonction du spectre disponible dans les pays.
Les normes sont encore fluctuantes avec le wimax.
Norme
Spectre
Bande passante
802.16a  Wimax  2-11 GHz 
3,5GHz France
200 cx sur une BP de 20/25 MHz aux USA
200 cx sur une BP de 28 MHz en Europe.
802.16e-2005  Wimax
 

 

02 à 11 GHz
2305-2320 MHz
2345-2360 MHz
2496-2690 MHz
3300-3800 MHz
3 à 20 canaux sur une BP de 1,25 à 28 MHz
 

 

802.20 WWAN 3500 MHz
Le Wi-Fi utilise 
le spectre,
et une bande passante de
802.11a Wi-Fi USA+UK 5150-5350 MHz
5725-5825 MHz
12 canaux sur une BP de 20 MHz
802.11g   Wi-Fi  Europe 
802.11n   Wi-Fi  Europe
2400-2483,5 MHz
2400-2485 MHz 
5150-5350 MHz
5470-5825 MHz

14/3/12 cx sur une BP de 20/40 MHz

 
- SCANDALE SANITAIRE -
Après la catastrophe des nuages de Tchernobyl, 
la pire menace vient des nuages toxiques
de la téléphonie mobile GSM.
(pour éviter toute possibilité de censure, cet article a été chargé sur 47 sites)
Pour empêcher les gens de regarder cette émission et de prendre conscience des risques des ondes de la téléphonie mobile, une émission avait été programmée pour jeudi 8 novembre mais à 23h55 sur France 2 (cliquez ici). Vous devinez pourquoi cette émission a été programmée aussi tard, mais vous êtes très peu à savoir qu'il existe aussi un partenariat entre France Télévision et Orange France Télécom pour une retransmission des images télé sur les mobiles. Les médias sont en effet infiltré par le lobby des télécoms, au même titre que les institutions sanitaires. 
http://www.linternaute.com/television/programme-tv/programme/1322428/usa-portables-en-accusation/

Alors que tous les derniers rapports confirment la nocivité des micro-ondes de la téléphonie mobile, Bouygues Télécom, Orange France Télécom, et SFR, font le forcing, et multiplient les partenariats pour censurer et verrouiller l'information et le monde médical, et faire croire que les antennes relais GSM et les téléphones portables sont inoffensifs. Sauf que dans certains pays, la guerres des antennes relais a éclaté, comme en Israël où la dernière semaine d'octobre, des émeutes ont éclaté faisant plusieurs blessés et morts, après la destruction de plusieurs antennes relais de la téléphonie mobile GSM qui ont été brûlées. En Amérique central ce sont des pylones qui ont été détruits. En Australie, c'est un ex-salarié d'un opérateur qui s'est emparé d'un char pour détruire 7 antennes relais. A Taïwan ce sont 1500 antennes relais situées à côté des écoles qui vont être ou ont déjà été redémontées. Je rappellerai l'affaire de Ruitz en France ou plusieurs enfants de moins de 10 ans sont morts d'un cancer très rare, celui du cancer du tronc. Et je ne parlerai pas de la progression des leucémies.

Alors que plusieurs études et rapports successifs (Reflex, Bioinitiative, Interphone) confirment la nocivité des ondes une augmentation des tumeurs, les opérateurs font la sourde oreille, et multiplient la propagation de leur technologie, silence sur le sujet lors du dernier colloque de la fondation santé radiofréquence. Les opérateurs font tout pour répandre leur technologie mortelle au plus vite pour saturer le marché et surtout pour empêcher tout retour en arrière. Ils utilisent la même technique que celle qui a été utilisée en Australie, où l'étude du Dr Repacholi a été censuré, et les revues Science xxxxxxx avaient refusé de publier les résultats de son étude au motif que la publication causerait la PANIQUE. Ils se sont donc dépêchés de répandre leur technologies par tous les moyens, avant que la vérité n'éclate. L'étude du Pr Repacholi démontrait que des cancers lymphatiques apparaissaient sur des souris exposées à des portables GSM. Il sera nommé à la tête du projet EMF de l'OMS (organisation mondiale de la santé), et oh surprise, il s'opposera à tous ceux qui déclareront qui existent un lien entre les micro-ondes et les cancers, alors qu'un ancien défenseur du lobby des télécoms américains attaquent ce même lobby devant la justice américaine. L'OMS sera gravement mis en cause par la revue "The Lancet", sur ses méthodes de sponsorisation, sur le financement et l'organisation des colloques. Le Dr Repacholi sera contraint de démissionner. Depuis plusieurs études et rapports établissent et CONFIRMENT l'existence d'un lien entre téléphonie mobile et cancer, et tumeurs du cerveau. A l'heure actuelle nous constatons partout une augmentation des cancers.
 
 







Roger Roselmach, TF1, 07/11/2007-20h20 - PUB télé au JT pour les mobiles.
On pouvait grâce à eux faire des photos, des vidéos, regarder la télé, surfer sur internet et même téléphoner, les mobiles de demain permettront en plus de faire des courses, une expérience pilote à Strasbourg près de 500 personnes qui testent ce nouveau procédé.

Votre téléphone portable c'est déjà un agenda, un appareil photo ou baladeur MP3. Le voici maintenant qui se prend pour une carte bancaire . A Strasbourg depuis un an 450 volontaires l'utilisent quotidiennement dans 90 commerces de la ville, pour effectuer leurs achats, livres vêtements et même brioche à un euro.

Valentine, étudiante.
"C'est pratique comme je l'ai dans la poche, ça m'évite de sortir de mon sac, mon portefeuille, de sortir la carte bleu et le téléphone, on l'a toujours à porté de main."

Le principe est simple, à l'intérieur de l'appareil l'équivalent d'une puce de carte bleue, et une antenne qui communique avec le terminal du commerçant. L'utilisateur rentre son code confidentiel, approche le téléphone, et son compte est débité. Mais dès le 19 novembre, une nouvelle phase d'expérimentation débute. Le montant maximum pour un achat est porté de 200 à 300 euros, et le code n'est plus obligatoire en dessous de 20 euros. Petit plus, bien que cela ne soit pas très bien élevé, vous pouvez téléphoner et payer en même temps.

Jacques Surbriani, Directeur de projet au crédit mutuel.
"Oui allo, une seconde, je suis en train de payer là, une seconde ; bien l'avantage indéniable c'est la rapidité. J'avais mon ticket presque avant d'avoir fini de présenter le téléphone." 

Prévu pour durer six mois, la nouvelle expérimentation va concerner mille client testeurs et 200 commerçants répartis entre les villes de Caen et Strasbourg. Fait unique en Europe, elle impliquera six grandes banques et l'ensemble des opérateurs de la téléphonie mobile.

Laurent Julien, Directeur des projets (sans contacts), Bouygues Télécoms.
"On espère faire tache d'huile et que petit à petit cela puisse être utilisé partout en Europe et dans le monde."

En France le procédé devrait être généralisé début 2009, promis, sans supplément de prix.

Roger Roselmach, TF1, 07/11/2007-20h20
"Sympa ce portable mais il ne faut pas le perdre."

Et voilà, on nous met un jeune cadre bancaire boutonneux sorti de son adolescence, pour venir nous expliquer tous les avantages de son nouveau petit jouet, et pour encourager en plus les jeunes à l'incivilité et à l'impolitesse. Puisque les opérateurs sont si forts pour faire des panels de volontaires, comment se fait il qu'ils aient été incapables de faire dès 1999 un panel de volontaires, pour vérifier au bout de 5 ans, si leurs volontaires n'avait pas été frappés par des cancers, tumeurs du cerveau et neurinomes. La preuve que c'est possible, puisqu'ils sont capables de tester les fonctionnalités des portables, mais visiblement ces opérateurs bourrés de fric, ne sont pas capables de contrôler la santé de leurs cobayes. Les opérateurs comptent sur la fainéantise et bêtise des français, leur inculture scientifique, pour vendre des produits dont on sait qu'ils ont des conséquences sur la santé depuis que le Dr Calo les a mis en en évidence en 1999, et avant lui le Dr Repacholi en 1997, qui a en plus été à chef du projet EMF à l'OMS. Les opérateurs profitent du très faible niveau intellectuel de la population française, et de sa fainéantise pour fourguer sa technologie qu'il prétend inoffensive, mais il n'y a que eux pour le prétendre, et les scientifiques qu'ils payent. Toutes les études indépendantes non financées par les opérateurs mettent en évidence des effets nocifs.


Le CRIIREM déconseillait au moins de 15 ans d'utiliser un portable.

Le CRIIREM révélait aussi que ceux qui utilisent deux téléphones portables, ont deux fois plus de risque de développer un gliome.
Même chose chez les abonnés depuis plus de 4 ans qui dépassent 260 heures d'utilisation. Après des conversations de plus de 5 minutes le risque de gliome est accru de 80 %. Ceux qui ont dépassé un total de 5000 appels, voient le risquent de gliome augmenté de 50 %. 

Le coût d'intervention d'un gliome en bloc opératoire peut être estimé à 10.000 euros, question, qui va payer ?
Selon vous, ce sont les opérateurs ou tous les contribuables pour des personnes qui comptent sur les autres pour se faire payer leurs frais médicaux. Les statisques concernant les tumeurs du cerveau sont actuellement dissimulé. On sait seulement que le taux des neurinomes a été multiplié par 4 comme pour les cancers de la prostate, en raison des portables à la ceinture ou dans les poches de pantalon.

Lors du colloque du 23 octobre du CRIIREM, des scientifiques suédois du rapport Bioinitiative, ont confirmé que les micro-ondes de la téléphonie mobile avaient des effets nocifs sur la population. Mais ils nous ont aussi déclaré, que si les politiques avaient des GARDES DU CORPS, ce n'était pas le cas des scientifiques. Je rappellerai au passage que le Pr Neil Cherry en Australie avait eu lui aussi des menaces de mort. Le Pr Litovitz au canada déclarait qu'il ne voulait plus travailler avec les opérateurs. A la suite d'une émission au Canada, les opérateurs sont arrivés avec un dataillon d'avocats, mais ils ont été contraints de ressortir ne pouvant contredire et faire un procès pour les faits dissimulés qui avaient été révélés au cours de l'émission. Les chercheurs d'une Université à Washington qui travaillent en plus pour les militaires, ont vu aussi les avocats des opérateurs débarquer. Les chercheurs suédois ont expliqué que les autorités bloquaient les budgets, et que si on les empêchait de faire des recherches sur les effets des micro-ondes, c'est qu'il y avait des CHOSES GRAVES à dissimuler. 

Autre expérience comique durant le colloque du CRIIREM. Une journaliste présente, qui elle aussi a eu des ennuis judiciaires comme par hasard avec les opérateurs, avait amené avec elle un petit appareil qui permettait de détecter les rayonnements. Nous avons toujours écrit sur nos sites et cela dès le départ, que les téléphones portables rayonnent même quand ils sont en veille. Elle s'est donc amusée à tester les téléphones portables des volontaires, et oh surprise, ils rayonnent bien. M. Bouillet qui était avant en charge des aspects santé chez Bouygues Télécom a été contraint de présenter aussi son téléphone potable, et comme tout le monde l'avait présenté, il aurait été très délicat pour lui de refuser, et oh surprise, il rayonnait aussi.

Dernière surprise et elle est de taille, Martine Hours, directrice scientifique à l'AFSSE et à la FSR (on prend les mêmes et on recommence), lors d'un colloque révèlera qu'il ne fallait pas utiliser son portable au delà de 7 minutes. Or comment se fait-il que l'AFSSE dirigé par Mme Védrine, que le Rapport Zmirou de la Direction Générale de la santé (DGS) de 2001, n'ait jamais donné la durée d'utilisation qui ne doit pas être dépassée lors d'une communication téléphonie avec un mobile, alors que nous, nous le donnions sur notre site dès l'année 2000. Nous avons été les premiers en France à parler des risques de la téléphonie mobile sur Internet, en plus d'un autre site belge. Cette information de durée d'utilisation, devrait figurer sur les notices de tous les potables et dans tous les points de vente, car au bout de 10 minutes d'utilisation, vous avez obligatoirement des ruptures sur la barrière hémato-encéphalique, information que Mme Védrine connait, en raison d'une audition sur les expériences menées dans le laboratoire PIOM de M. Bernard Veyret du CNRS à Bordeaux, qui avaient été en plus financés par les opérateurs.

Pour le Wi-fi, les autorités et tous les députés avaient été alertés sur les risques de la norme IEEE 802.11 dès avril 1998, les politiques n'ont rien fait, alors que même le Wi-Fi les oreillettes Bluetooth fonctionnent sur exactement la même fréquence que les fours à Micro-ondes. C'est là que nous voyons l'incurie des pouvoirs publics et politiques français et le laxisme des agences de sécurité sanitaires mise en place et renforcée sous le gouvernement Jospin, comme nous avons pu le constater lors de la canicule d'août 2003.

Il est évident que les scientifiques et experts officiels qui connaissaient la vérité sur les risques des micro-ondes et qui ont truqué les rapports, ont fait de la dissimulation avec préméditation, et sont passibles de la cour d'assise, comme en a été informé un ministre. On ne peut exclure que des familles qui ont eu un membre de leur famille décident d'attaquer un jour ou l'autre les opérateurs, sur la base des rapports qui existaient dès 1997, comme celui du Dr Repacholi, et qui démontrait l'apparition de lymphomes sur les souris. On peut aussi citer le Fax du Dr Carlo aux membres du lobby des télécoms américains de 1999. D'ailleurs après cela le WTR sera dissout. On peut parier que s'il n'avait rien trouvé et avait été dans le sens des opérateurs, le WTR existerait encore aujourd'hui. Quand à la FSR, Fondation Santé Radiofréquence, elle est inféodée, dirigée et financée par les opérateurs, comme le CENELEC, l'ICNIRP et l'IEEE, etc...

Pour des informations plus complètes sur le degré de nocivité de votre portable consulté le site de Marc Filterman
 
 




 
  Retour au chapitre sur les antennes relais de la téléphonie mobile
  Retour au SOMMAIRE du SITE.
  TRANSLATE - TRADUIRE.
Nom du site   Risques sanitaires des champs électromagnétiques, santé, cancer, leucémie, tumeur
Adresse du site danger risque sanitaire de la pollution électromagnétique santé cancer leucémie tumeur du cerveau
Auteur du site : Marc FILTERMAN
Adresse e-mail : marcfilterman@hotmail.com
© Protected by Copyright - Reproduction interdite.