© Protected by Copyright - Reproduction interdite.
Adresse du site
sites de secours
danger risque sanitaire de la pollution électromagnétique santé cancer leucémie tumeur du cerveau
Nom du site   Prévention sur les risques professionnels sanitaires des micro-ondes
Auteur du site   Marc FILTERMAN
Adresse e-mail   marcfilterman@hotmail.com
  TRANSLATE - TRADUIRE
  Retour au Sommaire du site
  Retour au chapitre sur la pollution électromagnétique des micro-ondes


Jeudi 23 avril 2009, " Grenelle des antennes "
qui se transforme en "Grenelle des portables"
ou "de la poudre aux yeux."
Il n'y avait pas un seul expert, médecin, scientifique,
en dehors de ceux du lobby.
ministère de la santé, risques sanitaires des micro-ondes de la téléphonie mobile, leucémie cancer
 
Dans un avis du 4 septembre 2008, le Parlement européen a qualifié la  recommandation de 1999 comme étant obsolète.
En février 2009, Nathalie Kosciusko Morizet souhaitait qu'il y ait un Grenelle des antennes.
Fin février, l'opérateur Bouygues Télécoms est condamné par le tribunal de Versailles à démonter une antenne relais.

Le 26 février 2009, le Premier Ministre François Fillon, émet une lettre de mission pour tenter d'éteindre l'incendie, et les inquiétudes de la population face aux antennes relais de la téléphonie mobile. Trois réunions de travail sont programmées pour les 6, 14 et 15 mai. La synthèse des groupes de réflexion sera présentée le 25 mai, mais les délais peuvent être rallongés. Le rapport de l’AFSSET (Agence Française de Sécurité Sanitaire et de l’Environnement et du Travail) devrait être présenté pour septembre 2009. Il semble que le rapport Zmirou de 2001 soit passé à la trappe pour être remplacé par celui de 2005, qui est beaucoup moins nocif pour les antennes relais des opérateurs, mais beaucoup plus corrosif pour la santé des riverains.

Mi-mars, le Premier Ministre Fillon appuyé par l'Académie de Médecine, en réalité le Dr Aurengo, Conseiller Scientifique de Bouygues Télécom, déclare qu'il n'y a bien évidemment aucun problème sanitaire, et annonce dans la foulée qu'il y aura un "Grenelle des antennes " pour clarifier la situation. En réalité celle-ci s'est plutôt embrouillée avec une multitude de dates proposées pour entretenir une confusion, et noyer les colloques qui accueillaient des experts.

Jeudi 23 avril, à partir de 09h00, arrivé et accueil des premiers participants pour la table ronde sur "le Grenelle des Antennes" de la téléphonie mobile.
Déjà les premiers cafouillages se font sentir. Des personnes se plaignent de ne pas avoir été inscrites, ou d'avoir été refoulées. Le premier constat, et il est de taille, on notera l'absence de médecins comme le Dr Souvet, de scientifiques, et d'experts du domaine des champs électromagnétique. Même le Pr Belpomme, cancérologue, était absent. Les uns disent qu'il était invité, et d'autres qu'il n'avait pas été invité. On nage en plein brouillard. Toutes les associations ont dénoncé un manque de transparence du ministère de la Santé, avec une impossibilité de connaître la liste des participants.

A 09h30 on pouvait noter l'arrivée  des trois dames, des trois ministres, Roselyne Bachelot pour la santé, Nathalie Kosciusko-Morizet pour l’économie numérique, et Chantal Jouanno pour l’écologie. A l'ouverture, elles ont souhaité aller au fond des choses, mais on peut imaginer que ce n'est pas du tout le cas pour les opérateurs, qui souhaitent plutôt dissimuler quelques données techniques essentielles aux ministres présentes, et autres élus politiques. Ces derniers ne savent pas sur quel pieds danser, ignorant les dégâts que peuvent provoquer les micro-ondes, n'ayant personne de techniquement compétent pour leur dire la vérité. Ceux qui sont compétents travaillent pour les opérateurs, ils ne vont donc pas dire la vérité. Ils ne tiennent pas à être licenciés.

Lors de la table ronde d'une cinquantaine de personnes, on pouvait noter la présence :
    - de M. Danjou de l'Afom,
    - les représentants des opérateurs,
    - des élus, le Président de l’Association des maires de France,
    - des députés, sénateurs, et autres élus, comme Michèle Rivasi du Criirem,
    - des associations Priartem, Agir pour l’environnement, Robin des toits, UFC que choisir,
    - les trois opérateurs, SFR, Bouygues, Orange,
    - de leaders syndicaux, CGT, CFDT, FO, CFE-CGC, CFTC, y compris SUPAP,
     - les organismes publics (Inserm, Institut national du cancer, Conseil supérieur de l'audiovisuel…
    - trois sociologues.

Par contre pour être parfaitement clair, je le répète,  il n'y avait aucun médecin, et aucun expert technique. Même Pierre Le Ruz a été refoulé, ils ont refusé de le laisser rentrer au prétexte que c'était un représentant par association et non pas deux. Par contre les opérateurs avaient les leurs, puisque nous avons pu apercevoir le Dr Aurengo. A Abidjan, les autorités semblent être plus en avance qu'à Paris, puisque les médecins feront parti des tables rondes, contrairement à ce qui s'est passé au Grenelle des Ondes ou des Antennes.

Le 23 mars nous avons eu un colloque au Sénat de toute une journée avec plusieurs scientifiques étrangers, qui nous ont présenté leurs résultats inquiétants sur les effets nocifs des micro-ondes, mais je n'ai pas vu beaucoup de journalistes télé, et encore moins de caméras. Comment se fait-il que nous n'ayons pas entendu parler du colloque du 23 mars avec des scientifiques étrangers, lors des journaux télévisés ?

Par contre ce 6 avril 2009 nous avons une table ronde de seulement deux heures au Ministère de la Santé, et là de nombreux journalistes et caméras sont présents, alors qu'ils étaient tous absents le 23 mars quand les scientifiques étrangers sont venus parler des résultats de leurs études. Cette différence de traitement pose quand même un problème sérieux sur la réelle liberté de manoeuvre de la presse, et sur l'indépendance des rédacteurs en chef. Là il y a une table ronde de seulement 2 heures, il n'y a aucun scientifique ni médecins, mais toutes les caméras sont là. Donc ma conclusion est évidente, les informations sont filtrées pour la télé. Il y a cependant Science et Avenir qui a fait un important dossier et assez complet dans sa revue de ce mois de mai. Même s'il y a quelques erreurs techniques, on ne peut pas le reprocher aux journalistes ou associations, puisque même certains experts officiels présents lors des colloques n'ont aucune compétences techniques en radioélectricité, ni même sur le contenu des protocoles techniques.
 

Nathalie Kosciusko-Morizet, Roselyne Bachelot, Chantal Jouanno, au ministère de la santé, risques sanitaires des micro-ondes de la téléphonie mobile, leucémie cancer, tumeur du cerveau
 
Cette table ronde commence mal, en éliminant du débat dès l'entrée les antennes relais de la téléphonie mobile, contrairement au gouvernement de Côte d'Ivoire qui va le traiter rapidement suite aux troubles constatés par les riverains. Un "Grenelle des antennes" qui se transforme en "Grenelle de la polémique", mais pas du tout en "Grenelle de la santé." Les débats ont débouché sur une polémique économique, et scientifique dont les opérateurs ne veulent pas entendre parler. Le Grenelle des antennes ressemble plus à un débat de sourds, avec comme perdant les enfants, puisque contrairement à ce qu'on affirme la limite a été fixée à 7 ans, alors qu'il aurait été plus logique de se baser sur l'âge de 10 ou 14 ans minimum, à partir des données scientifiques dont nous disposons, et qui ont été données par les scientifiques étrangers lors du colloque du 23 mars au sénat.
Nathalie Kosciusko-Morizet, Roselyne Bachelot, Chantal Jouanno, au ministère de la santé, risques sanitaires des micro-ondes de la téléphonie mobile, leucémie cancer, tumeur du cerveau
                               Nathalie Kosciusko-Morizet   -   Roselyne Bachelot   -    Chantal Jouanno




Chantal Jouanno a déclaré:
"La priorité de cette table ronde doit être le téléphone portable." (celle du 23 avril)
"Le principe est de traiter tous les sujets et d’accueillir tous les experts et les scientifiques que les participants considéreront opportun de convoquer"

Chantal Jouanno a rappelé que l’étude internationale Interphone n’est toujours pas disponible, comme je l'ai souligné à plusieurs reprises sur mon site, mais aussi de nombreux experts. Sauf que les études Réflex, TNO et BioInitiatives mette en évidence des effets nocifs que les institutions internationales sou contrôles des lobbies des télécoms refusent de prendre en compte. Chantal Joannot a annoncé la mise en ligne d’un site d’informations pour le public et l’accompagnement des collectivités. Il a été conçu par l'INERIS, si c'est avec les mêmes experts comme je le présume, je doute fort que nous voyons une différence.

Pour Nathalie Kosciusko-Morizet:
"Nous sommes dans une situation d’insatisfaction partagée.../... qui doit nous faire sortir par le haut de ce mécontentement."

Pour Roselyne Bachelot:
"S’il faut plus de temps nous le donnerons. S’il faut faire venir des experts, nous le ferons."

Roselyne Bachelot, Ministre de la Santé, a envisagé la possibilité d'interdire la commercialisation des portables pour les moins de 6 ans et de sécuriser l'utilisation des moins de 12 ans. Roselyne Bachelot et Chantal Jouanno ont pris position pour une interdiction de l’utilisation des téléphones portables par les enfants jusqu’au collège, ce qui avait été réclamé par les associations. Robin des Toits, Priartem, Agir pour l’Environnement réclame une réduction de la valeur limite d’exposition chronique à 0,6 Volt par mètre alors que les normes actuelles sont de 48 à 51 Volts par mètre. L'Organisation Mondiale de la Santé, et l'ICNIRP qui est en réalité une émanation du lobby des télécoms, propose les mêmes niveaux.

Le grenelle des antennes se traduit par seulement 3 journées de travail, comme le précisera Stephen Kerckhove de l'association Agir pour l'environnement : « Le 6 mai sur les antennes-relais, une demi-journée le 14 mai sur les portables et le 15 pour tout "le reste"».

Janine Le Calvez, présidente de Priartem, déclarait  «On est à moins de 48 heures de cette table ronde et le ministère nous maintient dans le flou complet, refusant de communiquer ne serait-ce que la liste des participants .../... On a appris par voie de presse qu’il n’y aurait pas d’experts scientifiques jeudi à la table des discussions… Comme si la controverse relative à l’implantation des antennes relais n’était que du ressort des juristes et des sociologues.»

Pour Aline Lardon, de l'association Priartem, Interdire le Wi-Fi dans les lieux publics "A la différence de la télévision et de la radio, également émettrices d'ondes, mais dont l'expérience a montré qu'elles étaient inoffensives, l'exposition au Wi-Fi est trop récente pour que l'on ait assez de recul sur ses éventuels effets".
C'est faux, car il y a même une étude peu connue, qui montre des effets nocifs à côté d'émetteurs de radiotélévision.

Interdire "de manière ferme avant 7 ans", puis, éventuellement, "une utilisation sporadique durant l'adolescence", pour Priartem, "jusqu'à ce que la boîte crânienne soit totalement formée".

Pour les associations il suffit de multiplier les antennes relais de plus faible émission, et il faut les soumettre à l'autorisation d'un permis de construire.
Bouygues Télécom doit couvrir 75% de la population pour décembre 2010
Orange et SFR, doivent couvrir 98 et 99,3% pour cet été.
L'installation d'un relais dépasse souvent 100 000 euros.
 
pollution électromagnétique, mesure au minière de la santé des micro-ondes des téléphones portables, wifi, caméra sans fil des journalistes, caméraman Je me suis amusé à faire quelques mesures pendant la conférence du presse au Ministère de la Santé. 

Je me suis éloigné des caméras et journalistes pour que mon appareil ne soit pas perturbé par leurs divers systèmes portables. 

Comme nous le voyons ici, pendant toute la conférence, les niveaux mesurés ont oscillé entre 2,5 et 6 V/m.

 

Pour ma part, je ne suis pas favorable à la mutliplication des antennes, car on multiplie les sources de pollution. Nous pouvons prendre le cas du Wi-Fi, la puissance de ces sources micro-ondes est beaucoup plus faible, et pourtant des utilisateurs et même informatitiens en perçoivent les effets rapidement. Certains sont déjà en arrêt maladie.

Pour le deuxième point, les permis de construire devraient être obligatoires, pour empêcher l'apparition d'installations folkloriques de ce style (cliquez ici), avec des installations d'antennes relais face à son balcon ou à ses fenêtres. Même dans ce genre de cas, il n'y a pas besoin de mesures pour affirmer que nous sommes hors norme, même si on est à seulement 10 ou 20 V/m, mais ne vous inquiétez pas, personne ne viendra me demander des explications, car certains experts officiels savent précisément qui est en tort, et pourquoi. Parce qu'ils ont tout simplement encore dissimulé un critère technique aux politiques, et quand M. Danjou se plaint que Mme Rivasi a accusé le lobby des télécoms de faire de la désinformation, elle a tout à fait raison. A l'ère d'internet et du téléphone filaire, je trouve très dangereux de persister à continuer dans le sans fil, d'autant que visiblement toutes ces associations ignorent que d'autres normes arrivent, ainsi que d'autres applications.

Michèle Rivasi, Pierre le Ruz du CRIIREM, Etienne Cendrier de Robin des toits, au ministère de la santé, sur les risques des micro-ondes des antennes relais de la téléphonie mobile

Au passage, beaucoup de journalistes ont rigolé, et ils ont fait remarquer que tous ceux qui sont contre les antennes relais, ont tous des téléphones portables. D'ailleurs pour être contacté par les journalistes, ils donnent tous un numéro de portable. Il y avait peut être que deux personnes qui n'avaient pas de téléphone portable, il s'agit de Pierre Le Ruz et moi-même. Il est vrai que nous, nous savons pour avoir travaillé en labo, que les circuits électroniques de ces appareils rayonnent, et ont par période des dialogues techniques avec les antennes relais où ils passent en puissance maximum, et notammant lors du passage d'une zone (cellule) à une autre.

Pour conclure, la désinformation continue, on nage dans un floue de plus en plus artistique, parce qu'on constate qu'il n'y a pas de compétences techniques dans ce type de débat, et qu'il règne un laxisme important des autorités politiques qui sont sous la pression économique des opérateurs français. La meilleure des preuves de cette incompétence, c'est que personne ne tient compte de la durée d'exposition.



 
  Retour au chapitre sur les antennes relais de la téléphonie mobile
  Retour au SOMMAIRE du SITE.
  TRANSLATE - TRADUIRE.
Nom du site   Risques sanitaires des champs électromagnétiques, santé, cancer, leucémie, tumeur
Adresse du site danger risque sanitaire de la pollution électromagnétique santé cancer leucémie tumeur du cerveau
Auteur du site : Marc FILTERMAN
Adresse e-mail : marcfilterman@hotmail.com
© Protected by Copyright - Reproduction interdite.