© Protected by Copyright - Reproduction interdite.
Adresse du site
sites de secours
danger risque sanitaire de la pollution électromagnétique santé cancer leucémie tumeur du cerveau
Nom du site   Prévention sur les risques professionnels sanitaires des micro-ondes
Auteur du site   Marc FILTERMAN
Adresse e-mail   marcfilterman@hotmail.com
  TRANSLATE - TRADUIRE
  Retour au Sommaire du site
  Retour au chapitre sur la pollution électromagnétique des micro-ondes


151°) Le maire de Tourcoing se rebiffe contre le préfet,
un maire qui a de la suite dans les idées (voir aussi lien 148)
Le physicien Christian Van Singer, conseiller Suisse demande des zones refuges.

Le 19 novembre 2008, la mairie de Tourcoing avait décidé à l’unanimité de « surseoir à toute installation d’antenne de radiotéléphonie mobile pour la durée d’une année » et de « proposer l’instauration d’une charte des implantations et de l’utilisation de la téléphonie mobile ».
En mars 2009, le préfet de la Région Nord, Jean-Michel Bérard qui n'est pas élu par le peuple, avait exigé une première fois le retrait du moratoire de la ville de Tourcoing.

Début juillet, le Préfet du Nord a décidé de déférer la délibération de la Ville pour illégalité.
Lundi 13 juillet à 9 h 30, le dossier a été plaidé  au tribunal administratif par Me Jean-Louis Brochen, avocat lillois.

Le préfet de la Région Nord, Jean-Michel Bérard avait saisi le tribunal administratif de Lille, qui a ordonné le jeudi 16 juillet 2009 à la municipalité de Tourcoing de suspendre son moratoire sur toute implantation d’antenne relais, a précisé vendredi Michel-François Delannoy, maire de Tourcoing, dans un communiqué. Lundi 20 juillet suite à ce référé administratif, Michel-François Delannoy, maire de Tourcoing, a déjà décidé de faire appel contre le jugement rendu en faveur du préfet de Région, Jean-Michel Bérard. Le lobby des télécoms qui a pour habitude de pratiquer le trafic d'influence à tous les niveaux a gagné le cocotier (qui crèvent eux aussi face aux ondes, voir lien 150), puisque  le maire de Tourcoing a aussi décidé de prendre un arrêté pour interdire toute installation d’antenne sur son territoire jusqu’au 18 novembre 2009, date de fin du moratoire initial, au nom du principe de précaution. Le maire de Tourcoing, a pris cette décision en vertu de la charte de l'environnement et des pouvoirs de police du Maire. La ville s'est portée candidate pour l'expérimentation des antennes relais GSM de téléphonie mobile à 0,6V/m.

Michel-François Delannoy, maire de Tourcoing déclare, « Au titre notamment du principe de précaution, nous déploierons tous les moyens juridiques à notre disposition pour faire appliquer la volonté unanime de la Ville »

Je propose pour ma part que les élus des communes se mettent tous d'accord pour obliger les opérateurs à installer une antenne relais sur le toit de l'immeuble dans lequel se trouve l'appartement de fonction du préfet de la Région Nord, Jean-Michel Bérard, et aussi sur le toit de sa préfecture, et aussi en face des fenêtre du bureau du préfet.


Tour de France et Alter Tour 2.
Parallèlement au tour de France, il y en avait un autre beaucoup moins médiatique, l'Alter Tour 2 de 2000 km, qui a commencé le 4 juillet à Besançon, s'est arrêté à la Maison régionale de l'environnement et des solidarités (MRES) à Lille. Pourquoi la presse n'en a pas parlé, tout simplement parce que ces cyclistes d'un autre genre en ont profité pour débusquer les antennes relais planquées en embuscades dans les clochers. Si des habitants n'ont pas compris pourquoi ils étaient malades dans certains quartiers, ils ont maintenant la réponse. Jean-Pierre Masson, l'un des organisateurs d'Alter Tour déclarait :  «  Nous pédalons contre le dopage dans l'agriculture avec les pesticides et les OGM ou encore dans l'économie. L'endettement est une forme de dopage ». Dans certains journaux sportifs, le terme téléphonie mobile a été passé sous silence, car certains club sport sont sponsorisés par SFR, France Télécom, Bouygues Télécom, qui avait aussi une équipe au Tour de France. Alter Tour doit se terminer le 9 août à Notre-Dame-des-Landes, près de Nantes. Ces cycliste d'un autre genre avait amené avec eux un appareil pour mesurer les champs électromagnétiques tout le long du parcours : «  On s'est aperçu que des antennes étaient cachées dans les clochers d'église et certainement à l'insu des habitants ». Les données sont collectées pour réaliser une carte de mesure.

Après les écoles, les maires, les églises s'y mettent.
Pour les écoles il y a aussi Jean-Michel Dhimoïla, du collectif "Respem" (Rassemblement pour des écoles sans pollution électromagnétique), qui dénonce les implantations des antennes relais auprès des écoles.
Ainsi une antenne relais a été repérée dans l'église abbatiale d'Andlau, dans le Bas-Rhin, bourg de 1 700 habitants. Elle est presque totalement invisible. Dans le département du Rhône, Sainte-Foy-lès-Lyon, Dardilly, Francheville le haut, des antennes relais ont été installées sans l'accord des prêtres. L'AFOM (Association française des opérateurs de téléphonie mobile) précisait qu'environ 2 % des 50 000 antennes sont planquées dans les clochers des églises. Les clochers des églises permettent désormais la diffusion des films pornos en 3G, ce qui a contraint l'archevêque de Lyon, Mgr Barbarin, à faire remonter la protestation de la conférence des évêques de France, sans aucun succès. Les églises sont la propriété des communes, et relève de la compétence du maire, sans que le curé est son mot à dire. Le sénateur Jean-Louis Masson en Moselle déclarait, "Le débat s'est posé avec force au début de l'année quand plusieurs associations ont commencé à protester contre la présence de ces antennes. Les maires voulaient savoir s'ils pouvaient décider seuls d'une installation sans l'accord et sans aucune consultation du prêtre, ni du Conseil de fabrique".

A la question écrite posée par le sénateur Masson, "qui décide : le maire ou l'église ? " .
Le ministère de l'intérieur a répondu le 18 juin 2009 : "Dès lors que l'église est affectée au culte, cette décision nécessite l'accord du prêtre en charge de la paroisse qui dispose du pouvoir de police dans l'édifice."
Un prêtre qui ne serait pas d'accord pour l'installation d'une antenne relais GSM dans son clocher peut déposer un recours dans les deux mois qui suivent l'affichage du début des travaux.

Il y a plusieurs années, à Andlau, Raymonde Bianchi, conseillère municipale, avait été raillée quand elle avait émis des réserves sur les risques des micro-ondes pour la santé. "Le curé de l'époque n'était pas chaud mais on lui a dit : "c'est comme ça et pas autrement". Ce dernier n'a pas souhaité intervenir sur le sujet, et a botté en touche en direction du maire, qui lui non plus ne veut pas s'exprimer. Mme Bianchi déclare que d'autres villages ont réussi à s'opposer aux antennes relais.

A Lyon, le collectif "Non aux antennes téléphoniques de l'église du Bon Pasteur" a protesté du prêtre de l'église qui est sur les pentes de la Croix-Rousse. Il a fait part de l'opposition de ses ouailles par courrier auprès du maire. Un recours a été déposé en justice en avril par le collectif qui met en avant le principe de précaution et l'absence d'autorisation de l'église d'autre part.

On ne comprend par pourquoi France Télécom, SFR et Bouygues ne proposent pas d'installer des antennes relais dans les mosquées.

Le sénateur Masson de Moselle déclarait "avoir cent fois plus de maires qui viennent le voir parce que leur commune n'a pas l'Internet à haut débit. Là, ils deviennent méchants ! Et ils sont même prêts à payer pour ça".
Ces maires espèrent peut être un retour sur investissement, et un sponsoring de l'un des trois opérateurs. On pourrait nous donner le nom de ces maires au nom de la transparence, afin qu'on vérifie si de leur club de sport ou autre n'a pas été sponsorisé par l'un de nos trois opérateurs qui savent se montrer très persuasifs. Les points d'implantation se négocient à hauteur de 10.000 à 20.000 euros selon les lieux d'implantation, avec aux passages quelques enveloppes non déclarées qui peuvent finir en Suisse pour certains élus, qui ne savent pas que la fibre optique existe. Il y a Internet partout, alors je trouve anormale qu'on persiste à installer des antennes relais GSM dont on sait depuis longtemps qu'elles sont nuisibles pour la santé. Plus grave, dans les grands magasis on a supprimé les téléphones filaires au profit des téléphones DECT qui ne sont pas moins dangereux que les téléphones portables. Motif, inciter les enfants à utiliser un combiné téléphonique sans fil DECT dès leur plus jeune âge, pour les obliger par la suite à réclamer un téléphone portable. La criminalité de l'insdustrie de l'argent ne connaît aucune frontière.


Zones refuges en Suisse.
Pour ne rien arranger, le physicien Christian Van Singer, conseiller national au Parlement suisse demande la création de zones refuges à 0,3 V/m pour les personnes qui sont victimes du syndrome des micro-ondes, de l'électrohypersensibilité (EHS), c'est à dire qui ne supporte une exposition aux ondes électromagnétiques artificielles. Il est vrai que la Suisse a eu aussi un Premier Ministre électrosensible, qui a été contraint de déménager, malgré les coûteux travaux qui avaient été réalisés à l'époque dans son logement de fonction. Le 23 juillet, le conseiller suisse Van Singer a demandé que :

"La législation soit complétée par des dispositions imposant aux produits de consommation courante provoquant de l'électrosmog l'affichage du niveau d'émission et autorisant les collectivités locales à planifier des quartiers et lieux à faible niveau d'électrosmog."

" Une étude des Instituts de médecine sociale et préventive des Universités de Bâle et de Berne nous apprend que la quantité de rayonnements à laquelle la population est soumise a été multipliée par dix ces vingt dernières années. Par ailleurs, de nombreuses études montrent que des personnes électrosensibles souffrent de l'électrosmog : problèmes de sommeil et atteintes à la santé.

Il demande :
"1°) de donner la possibilité aux consommateurs de choisir des produits à faible niveau d'émissions électromagnétiques. Pour cela, la législation doit prévoir l'obligation d'afficher le niveau d'émissions électromagnétiques sur tous les téléphones portables, téléphones sans fil avec leurs stations de base et autres produits émetteurs, ainsi que sur les publicités en vantant les mérites ;

2°) de donner la possibilité aux collectivités locales de planifier des quartiers à faible niveau d'émissions, avec des valeurs maximales dix fois plus faibles que celles prévues actuellement par l'ORNI et d'y imposer par exemple aux opérateurs de téléphonie mobile des niveaux d'émissions ne dépassant pas les 0,3 volt par mètre, comme dans la région de Salzbourg ;

3°) d'interdire la pose d'antennes-relais à proximité de crèches, d'écoles, et d'autres lieux sensibles."

Quand on sait en plus qu'une des responsables de l'OMS était électro-sensible, il est idiot de persister dans sa bêtise, en affirmant que les effets des Champs électromagnétiques sur la santé n'existent pas, d'autant qu'en Espagne il y avait aussi un ministre EHS. Il y a beaucoup d'informations comme ça qui sont dissimulées au public. Et je ne parle pas des centaines de morts indirectes provoquées à la suite d'interférences électromagnétiques.

Le lobby des télécoms sait depuis 1999 que la téléphonie mobile à des effets toxiques sur l'ADN, mais il s'est payé des chercheurs pour affirmer le contraire. En France si ces certains chercheurs n'avaient pas bénéficié des largesses des télécoms, leur laboratoire aurait en effet fermé, alors qu'en affirmant qu'il faut continuer es recherches car rien n'est prouvé, ils ont permis d'entretenir un doute qui en réalité n'existe plus depuis les années 50, date des premiers morts par micro-ondes.




 
  Retour au chapitre sur les antennes relais de la téléphonie mobile
  Retour au SOMMAIRE du SITE.
  TRANSLATE - TRADUIRE.
Nom du site   Risques sanitaires des champs électromagnétiques, santé, cancer, leucémie, tumeur
Adresse du site danger risque sanitaire de la pollution électromagnétique santé cancer leucémie tumeur du cerveau
Auteur du site : Marc FILTERMAN
Adresse e-mail : marcfilterman@hotmail.com
© Protected by Copyright - Reproduction interdite.