© Protected by Copyright - Reproduction interdite.
Adresse du site
sites de secours
danger risque sanitaire de la pollution électromagnétique santé cancer leucémie tumeur du cerveau
Nom du site   Prévention sur les risques professionnels sanitaires des micro-ondes
Auteur du site   Marc FILTERMAN
Adresse e-mail   marcfilterman@hotmail.com
  TRANSLATE - TRADUIRE
  Retour au Sommaire du site
  Retour au chapitre sur la pollution électromagnétique des micro-ondes


168°) Une audition au Sénat Américain fin 2009
confirme les dangers de la téléphonie mobile, et
discrédite nos trois académies, médecine, sciences et technologies

Rappelez vous la publication du communiqué du 16/12/2010 de nos académiciens (cliquez ici lien 164), dont certains sont membres des comités scientifiques de Bouygues Télécom, France Télécom ou autre. Pour eux il n'y a aucun risque et le principe de précaution n'est pas justifié. Sauf que les vrais scientifiques démentent les propos de nos académiciens qui comme chacun le sait sont très performants en matière d'expérimentation scientifique.
En réalité on lit dans les conclusions de nombreuses études qu'il n'y a aucun lien entre un type de tumeur et une exposition à la téléphonie mobile. Résultat, une certaine presse se rue sur les conclusions de ces études sans en lire le contenu. Sauf que la lecture détaillée de ces études, permet de constater en réalité que les résultats chiffrés ne sont pas du tout en phase avec les conclusions.
L'Organisation mondiale de la santé (OMS) depuis le départ de son responsable CEM, le Dr Repacholi, et la Commission européenne, mettent en garde et indiquent qu'il existe un risque possible de cancer, mais qu'il est nécessaire d'attendre la publication des conclusions de l'étude INTERPHONE. Sauf que cela fait 4 fois que la publication est retardée. Visiblement des dissensions sont entretenues à l'intérieur du groupes des scientifiques par le biais de la corruption, du trafic d'influence, d'intimidations et pressions diverses, pour modifier l'interprétation des résultats en faveur des intérêts des opérateurs, qui se foutent TOTALEMENT de savoir que la moitié de la population mondiale sera touché par des tumeurs au cerveau, cancer, et leucémie.
Un autre co-auteurs de ce rapport n'est autre qu'Elisabeth Cardis, qui dirige l'étude INTERPHONE de 15  millions de dollars, étude épidémiologique réalisée dans 13 nations, qui porte sur les risques de tumeurs chez les adultes. Elle est aussi coordinatrice du projet européen de la Commission MOBI-Kids, qui doit évaluer l'association entre la technologie mobile et les risques des tumeurs cérébrales chez les jeunes.
La GSM Association, a participé à hauteur de 3,5 millions de dollars aux 30 millions $ du projet Interphone. La Commission européenne a participé au financement adopté par l'Union Internationale Contre le Cancer.
Une grande majorité d'études ont été menées sur des périodes d'exposition volontairement très courtes pour fausser les résultats des études, et pour affirmer qu'aucun effet nocif n'a été mis en évidence. L'EMF international a publié un rapport qui met en évidence 11 anomalies dans la conception de l'étude INTERPHONE. Un "décalage systémique" a été dénoncé car il sous estime considérablement le risque tumeur cérébrale :
* Classification des sujets qui ont utilisé les téléphones portables, comme non exposé.
* ont été exclues de plusieurs types de tumeurs du cerveau
* ont été exclues les personnes décédées,
* ont été exclues les personnes trop malade en raison de leur tumeur au cerveau,
* ont été exclues les enfants et les jeunes adultes.
Si des conclusions erronées sont publiées dans le rapport INTERPHONE, avec un refus d'alerter le public, cela se traduira par une catastrophe sanitaire. Des scientifiques recommandent de ne pas attendre la publication des résultats, et de prendre des mesures dès maintenant.
Une audition s'est déroulée devant sénat américain en septembre 2009, mais elle a été passée sous silence en France. Le Dr Siegal Sadetzki qui a mené une étude de 2001 à 2003 sur les risques de la téléphonie mobile a constaté des risques sanitaires sérieux au niveau des glandes salivaires, et est venu témoigner devant le Sénat américain. L'augmentation des tumeurs des glandes salivaires a été constaté chez les survivants à l'explosion de la bombe atomique à Nagasaki et Hiroshima suite à l'exposition aux rayonnements ionisants, aux rayons X et gamma, à la radiothérapie, la radiographie de la tête, l'irradiation suite à une une hypertrophie des amygdales chez les enfants, etc...
Les scientifiques constatent une association avec le côté ipsilatéral sur la tête des tumeurs le plus souvent après 10 ans d'utilisation régulière du téléphone mobile, gliomes, neurinome acoustique, l'uvée mélanome (oeil), et maintenant sur les glandes salivaires (tumeur parotide). Les téléphones mobiles sont considérés comme étant responsable de plusieurs types de tumeurs au niveau de la tête. Le rapport indique que les risques d'avoir une tumeur de la parotide est plus important du côté de la tête où vous utilisez votre téléphone portable. La tumeur de la glande parotide (PGT), est aussi connu sous le terme de tumeur des glandes salivaires (SGT). Pour le lobby des télécoms, ses membres affirment qu'aucune étude ne montrent d'associations entre les tumeurs et la téléphonie mobile, ni même celle du Dr Sadetzki et al. de 2008). Sauf que le résumé dit le contraire et stipule :
"Pour tout le groupe, aucun risque d'augmentation de PGTS n'a été observé chez les utilisateurs irréguliers de téléphone cellulaire (odds ratio = 0,87, P = 0,3) ou pour toute autre mesure de l'exposition lors d'une enquête." Le rapport de cotes est la notation scientifique qui identifie le degré de risque (supérieur à 1 est un risque plus élevé et inférieur à 1 est plus faible risque) et la valeur de probabilité (P) indique si ce résultat est statistiquement significatif (généralement quand P est inférieur à 0,05, il est considéré comme significatif). La phrase suivante explique qu'il existe un danger et précise : "Toutefois, l'analyse faites sur des utilisateurs réguliers ou dans des conditions de niveaux d'exposition plus élevés (par exemple une utilisation intensive dans les zones rurales) ont montré des risques systématiquement plus élevés". Le rapport indique que les risques de contracter une tumeur de la parotide du même côté de la tête où vous utilisez votre téléphone portable augmente d'un taux de :
 
TAUX
Utilisation
Période
34 % si un abonné régulier du téléphone mobile sur 5 ans
58 % si un abonné a plus de 5479 appels sur une vie
49 %  si un abonné utilise son téléphone plus de 266,3 heures sur une vie
47 % si un abonné utilise son téléphone mobile 
et a eu plus de 5479 appels pendant sa vie. 
sur 5 ans
50% si un abonné utilise son téléphone mobile 
et l'a utilisé plus de 266,3 heures. 
sur 5 ans
Si vous habitez dans une zone rurale, 
le risque de tumeur augmente de :
81% si un abonné a passé plus de 18.996 appels sur une vie
96%  si un abonné a utilisé son mobile plus de  1035 heures
D'autres rapports confirment cette étude. La jet-set n'est pas épargnée.
- Roger Ebert, 63 ans, Prix Pulitzer, critique de cinéma dans le Ebert & Roeper spectacle, avait une tumeur cancéreuse de la glande parotide qui a été opérée le 16 juin 2006.
- Le Sénateur Kennedy en 2008 avait été opérée d'une tumeur au cerveau, quelques mois avant son décès en 2009.
- Lebron James, 24 ans, basketteur du MVP pour le Cleveland Cavaliers, a fait l'objet d'une intervention chirurgicale suite à une tumeur bénigne de la parotide en Juin 2009.
- Adam Yauch, 44 ans, des Beastie Boys a été diagnostiqué en Juillet 2009 avec une tumeur maligne et parotide. Il a été opéré depuis. Son groupe a été contraint d'annuler plusieurs déplacements. Cliquez ici pour voir sa déclaration.
- En 2000, le sénateur John McCain a eu une partie de sa glande parotide gauche qui a été retirée. Il en est de même de ses ganglions lymphatiques à titre préventif en raison d'un cancer. Des photographies de John McCain en avril 2008 montrent une tumeur sur la parotide du côté gauche de son visage.
- L'actrice Sharon Stown avait été opérée d'une tumeur au cerveau.
- Une actrice française avait aussi été opérée d'une tumeur au cerveau.
La croissance de la tumeur de la glande salivaire est lente, et elle est bénigne dans 80% des cas. Si la tumeur est douloureuse ou engourdie (paralysie du nerf), elle peut être maligne dans 20% des cas. Le pronostic est mauvais et le taux de survie moyen est de 2,7 à 10 ans dans 14 à 26% des cas. Une à trois personnes sur 100.000 est touchée chaque année dans les pays occidentaux. Nous ne parlons ici que des tumeurs au niveau de la parotide, sans parler de toutes les autres. Le temps de latence d'une tumeur est fonction de la durée d'utilisation des portables.
En juillet 2009 un article israélien révélait qu'entre 1970 et 2006, l'Association dentaire israélienne avait réalisé une étude qui a constaté une forte augmentation des cancers de la glande salivaire en Israël. Avi Zini, Hadassah du School of Dental Medicine avait déclaré "Entre 1980 et 2002, le nombre de cancers salivaires est resté stable à 25 par an. Ce chiffre est passé à 75 lors des 5 années suivantes". Chaque patiente était âgée de moins 20 ans à partir de la 5ème année. Plusieurs études révèlent que plus l'exposition est élevée, plus le risque est aussi élevée, contredisant à chaque fois les conclusions qui affirment qu'il n'y a aucun risque.
Pour le Dr. Mercola, il pourrait y avoir 500.000 cas dans le monde en 2010, et plus d'un million de cas en 2015 uniquement aux Etats-Unis. Il poursuit en précisant que :
"nous sommes à la veille d'une épidémie de cancer du cerveau. Malheureusement, les enfants et les adolescents courent un risque encore plus élevé, plus minces que leurs os du crâne permettent une plus grande pénétration du rayonnement des téléphones cellulaires. Leurs systèmes immunitaires ne sont pas aussi bien développée que les adultes." Il dénonce une augmentation du "facteur de risque pour les tumeurs du cerveau, mais aussi cancers des glandes salivaires, lésions oculaires, les maladies d'Alzheimer, etc..."
Depuis au moins 1998, le Pr Lennart Hardell en Suède avait déjà constaté des problèmes chez les adultes qui utilisaient des téléphones portables, et il les retrouvent maintenant chez les jeunes adultes, qui ont désormais 4 à 5 fois plus de risque d'avoir un cancer du cerveau. Beaucoup de parents et de politiques n'ont pas pris conscience que les téléphones sans fil de type DECT ne sont pas inoffensifs, et quand ce type de téléphone sonne, les gamins et gamine de 4 à 5 ans se rue dessus pour répondre. Le téléphone sans fil est l'équivalent de la cigarette en chocolat. C'est un moyen de manipulation psychologique pour dresser les enfants à enregistrer dans leur subconscient la gestuelle qui encourage les enfants à utiliser des combinés san fil. De cette façon ils sont dressés à réclamer dès leur plus jeune âge à leurs parents un téléphone mobile. C'est pour cette raison que tous les téléphones filaires ont disparu des grandes surface comme Carrefoue, Darty, la FNAC, etc... Ou quand on trouve des téléphones filaires, ils sont de très mauvaise qualité, peu fonctionnels, ou même en panne, une autre façon d'inciter les gens à passer au sans fil.
Lloyd Morgan, auteur principal d'un rapport et membre de la Société Bioelectromagnetics déclare:
"La science a montré un risque accru de tumeurs cérébrales suite à l'utilisation de téléphones cellulaires, ainsi que le risque accru de cancer de l'oeil, les tumeurs des glandes salivaires, cancer des testicules, le lymphome non hodgkinien et la leucémie. Le public doit être informé. "
À Bayville, Long Island, par exemple, on estime que pas moins de 30 % du personnel d'une école locale qui est en face d'un château d'eau recouvert d'antennes de téléphones cellulaires, est atteint de de cancers et leucémies. Des scientifiques ont estimé que vivre à côté d'un relais de téléphonie mobile fait progresser les taux de cancer avec un facteur de 10 par rapport à la moyenne nationale.
Les chercheurs dénoncent aussi des effets sur les abeilles, bien que là il puisse exister d'autre causes liées à des pesticides. En revanche on peut suspecter des effets sur les oiseaux, et d'ailleurs ont peut constater que les moineaux ont disparu des villes. Une vidéo d'Electromagnetichealth.org, réalisée l'Université de Columbia Law School, donne une synthèse des risques des systèmes micro-ondes sans fil. Ces nombreux effets des micro-ondes sont en réalité connus depuis des dizaines d'années et sont confirmés:
- des problèmes cognitifs,
- des dommages de l'ADN,
- une baisse de la fécondité,
- une désorientation,
- des difficultés de navigation pour les oiseaux,
- les abeilles et autres espèces de la faune.
Le terme de péril ou catastrophe est carrément utilisé.
Pour le Pr Rees, il faut éloigner le portable de soi, l'utiliser le moins possible, et prendre des téléphones mobiles qui ont le DAS le plus faible, pour limiter les risques de tumeur. Elle recommande de ne pas utiliser le portable dans dans un espace clos, comme une voiture, le train ou l'avion. Le reportage du 19 février sur France 3 fait beaucoup rire, quand dans celui-ci on explique que ceux qui utilisent des brouilleurs dans le métro pour empêcher les accrocs au portables de parler, peuvent être poursuivis et condamné pat la justice. Ceux qui devrait être poursuivis par la justice, ce sont les opérateurs qui ont incité les gens à utiliser les portables dans les transports sans se sourcier de savoir si à côté il y a un porteur de stimulateur cardiaque qui peut y laisser la vie.
Etude du Pr Hardell :
- Hardell, LM Carlberg, and K. Hansson Mild.  2009. Epidemiological evidence for an association between use of wireless phones and tumor diseases .  Pathophysiology 16(2):113-122. Hardell, LM Carlberg, et K. Hansson Mild. 2009. Preuves épidémiologiques d'une association entre utilisation de téléphones sans fil et des maladies tumorales. Pathophysiology 16 (2) :113-122.

 



 
  Retour au chapitre sur les antennes relais de la téléphonie mobile
  Retour au SOMMAIRE du SITE.
  TRANSLATE - TRADUIRE.
Nom du site   Risques sanitaires des champs électromagnétiques, santé, cancer, leucémie, tumeur
Adresse du site danger risque sanitaire de la pollution électromagnétique santé cancer leucémie tumeur du cerveau
Auteur du site : Marc FILTERMAN
Adresse e-mail : marcfilterman@hotmail.com
© Protected by Copyright - Reproduction interdite.