© Protected by Copyright - Reproduction interdite.
Adresse du site
sites de secours
danger risque sanitaire de la pollution électromagnétique santé cancer leucémie tumeur du cerveau
Nom du site   Prévention sur les risques professionnels sanitaires des micro-ondes
Auteur du site   Marc FILTERMAN
Adresse e-mail   marcfilterman@hotmail.com
  TRANSLATE - TRADUIRE
  Retour au Sommaire du site
  Retour au chapitre sur la pollution électromagnétique des micro-ondes


178°) Condamnation par la cour suprême d'Alaska,
d'un opérateur invalidité à 100% d'un travailleur,
suite à une exposition à un seuil non thermique,
invalidant la norme professionnelle de l'ICNIRP.

Mise au point :
A la suite des propos tenus par certains intervenants du forum du site d'Alerte environnement, je publie ici des informations concernant un des accidents dont ont été victimes des professionnels suite à des expositions élevées mais de courte durée à des ondes radioélectriques. Cela laisse présager des risques dont peuvent être victimes des riverains à de faibles niveaux d'exposition mais sur de longues durées, sachant que dans ce cas le principe de précaution n'est pas reconnu par les parlementaires, au motif qu'il n'existe pas de péril immédiat. En clair, si vous décédez d'un cancer ou d'une leucémie au bout de 10 ou 20 ans, nos députés et sénateurs ne reconnaissent pas l'existence d'un péril immédiat. Pour qu'il soit reconnu, il faudrait que vous soyez décédés dans le mois juste après le démarrage d'une antenne relais sur votre toit, ce qui n'est pas le cas. Sauf que pour certaines catégories d'animaux, comme les chiens, ils peuvent décéder 6 à 12 mois après, selon l'indice de masse corporel de l'animal. Il n'y a que les charlatans et escrocs pour affirmer que les champs électromagnétiques n'ont aucun effet sur la santé. L'innocuité des CEM est un MYTHE qui remonte aux années 40 et qui a été propagée par l'industrie pour quelle puisse commercialiser ses produits en toute impunité sans aucun contrôle. J'ai pour ma part quelques dizaines d'accidents de référencer au niveau civil et militaire.

Contrairement aux affirmations de nos experts officiels qui font de la désinformation permanente, je rappelle que les premiers morts à suite à de surexpositions aux micro-ondes remontent aux années 40 et 50, et une première condamnation a été prononcée par l'état de New York dans les années 70 suite à un technicien décédée d'expositions répétées. Les premières tenues de protection anti-radar ont été réalisées dès 1960. Les antennes relais GSM 900 MHz utilisent pratiquement le même spectre radio que les radar en bande L qui sont le plus souvent entre 1000 et 1200 MHz.

Contrairement aux affirmations du Dr Anne Perrin du Service de Santé des Armées, et du Dr Aurengo de l'Académie de Médecine qui déclarent à la télé, ou au Sénat, ou à l'Assemblée Nationale, qu'à 50 W/m² il n'existe aucun effet sur les cobayes exposés comme il est écrit dans les rapports de l'AFSSET ou ministériels, cette information est FAUSSE. Comme je l'ai expliqué à plusieurs reprises sur mon site et en octobre 2009 lors de la restitution du rapport de l'AFSSET au Ministère de la Santé, 50 W/m² après calcul correspond en réalité à un niveau de 137 V/m, ce qui est la norme professionnelle d'exposition préconisée par les institutions officielles, mais qui est en réalité totalement inapplicable. A ce niveau il y a déjà eu plusieurs professionnels accidentés, qui ont été obligés d'arrêter leur métier et qui sont restés handicapés à vie pour certains. D'autres ont bénéficié d'une invalidité à 100%. Si des travailleurs décident de poursuivre leur employeur devant la justice suite à des maladies, de nombreux experts officiels y compris des membres de l'académie de médecine pourraient être poursuivis devant la justice pour avoir dissimulé avec préméditation des données techniques essentielles à la prévention et à la sécurité des travailleurs.

Une autre enquête a été réalisée par l'état de New-York, pour étudier 458.000 décès durant la période de 1950 à 1979, où il fut démontré une surmortalité aiguë pour 10 catégories professionnelles exposées aux champs électromagnétiques, sans parler des suicides. Les personnes concernées sont les électriciens, techniciens et opérateurs radars, radio, télé, le personnel médical utilisant les appareils à rayon X, les industries faisant appel à l'électrolyse, et le nucléaire. Les spécialistes ne peuvent ignorer ces faits, ou alors ils obéissent à des ordres.
 

Cour suprême de l'Alaska - AVIS N° 6139-6 Juillet 2007
Fin 2007 j'avais récupéré un document sur les risques électromagnétiques.
En août 2007, la Cour Suprême d'Alaska avait condamné l'opérateur ATT suite à l'exposition de l'un de ses travailleurs à une source d'émission radioélectrique. Fait très important, une invalidité à 100 % de ce travailleur a été reconnu mais à un niveau AU-DESSOUS du seuil thermique, pour lequel les effets sont officiellement reconnus par les instances internationale. Pour être clair, les seuils préconisés par les experts officiels y compris de l'académie de médecine et les institutions internationales mettent en danger la vie de tous les professionnels, qu'ils soient technicien d'antennes, couvreur, chauffagiste, ramoneur, etc...

La Cour suprême d'Alaska a confirmé la décision du Syndicat des Travailleurs de l'Alaska concernant l'indemnisation pour une invalidité à 100% d'un travailleur suite à des expositions aux rayonnements électromagnétiques en-dessous du seuil d'exposition thermique.

L'indemnité a été basée sur des effets sur :
        - le plan psychologique
        - les effets cognitifs
suite à une sur-exposition aux rayonnements radioélectriques.

La FCC soutient qu'il n'y a pas d'effets néfastes scientifiquement établie sur la santé en dessous du seuil thermique. Le Conseil est en revanche en accord avec les experts médicaux qui ont trouvé des effets néfastes sur la santé à cette exposition qui a eu lieu au-dessus de la limite de sécurité de la FCC, mais en dessous du seuil thermique. Le seuil limite de la FCC et de l'ICNIRP, ont été établis sur la base d'un seuil qui provoque des brûlures sur les personnes, et ignore toutes les preuves des effets biologiques qui apparaissent en dessous de ce seuil thermique à des niveaux beaucoup plus faibles. Dans l'affaire présente, les effets nocifs des ondes radioélectriques ont été ici reconnus à un seuil non thermique, autre que celui reconnu par la FCC, l'ICNIRP, l'INERIS, l'INRS, l'AFSSET, l'académie de médecine, etc...

Un technicien d'AT&T a été exposé aux ondes radio suite à la mise en place de nouveaux systèmes informatiques sur un chantier. Il pensait que la source d'émission avait été coupée avant d'entrer sur le site. Des techniciens en sécurité qui ont constaté un problème au moment où ils ont effectué des mesures. Ils ont découvert que l'ingénieur qui avait donné les spécifications techniques sur l'utilisation des émetteur avait mal identifié l'amplificateur qui devaient être coupé. Le technicien a été exposé à un signal d'environ 90 watts.

A la suite d'un exposition aux ondes radioélectriques, le technicien d'AT&T a été victime de maux de tête, douleurs oculaires, troubles neurologiques.

Le Dr. Marvin Ziskin est neurologue, professeur de radiologie et de physique médicale à l'Université Temple. Il est aussi membre de l'IEEE (International Committee on Electromagnetic Safety (ICES)), le Comité International sur la Sécurité Electromagnétique. Le Dr Marvin Ziskin a demandé un examen IRM qui a montré des zones d'hypersensibilité dans les lobes frontaux, et il a conclu que le travailleur d'AT&T avait été surexposés aux ondes radioélectriques.
Le Dr Daniel Amen, psychiatre, a effectué un balayage SPECT pour mesurer le débit sanguin du cerveau pour identifier des modifications fonctionnelles. Le Dr Amen a conclu à une une baisse de l'activité du cérébrale, ainsi qu'à un état dépressif, qu'il a attribué à des troubles neurologiques liés à l'exposition aux rayonnements. On retrouve ce syndrome appelé SFC chez les enfants japonais qui ont abusé des téléphones portables et aussi des jeux vidéo en passant des heures devant des écrans d'ordinateur et de télé.

De nombreux examens ont été effectués par le collège des médecins retenus par AT&T et aussi par des organismes indépendants, des experts de la Commission, y compris pour faire une modélisation informatique de l'exposition du technicien par le Dr Arthur Guy, professeur émérite en génie électrique de l'Université de Washington. Le Dr Guy a réalisé d'importants travaux dans le domaine des effets biologiques des rayonnements électromagnétiques. Les calculs du Dr Guy du pire scénario produit lors de l'exposition qui a été estimé à environ 9,5% par rapport à la nome d'exposition de la FCC, mais qui "ne suffirait pas à provoquer des effets biologiques".

Le technicien a demandé un traitement à la Brain Injury Association de l'Alaska. Son médecin traitant a émis un avis en précisant qu'il souffrait d'un trouble cognitif en raison de son exposition aux rayonnements. Une thérapie pour traiter les maux permanents suite à une activité mentale plus lente et des changements d'humeur a été demandé.

Lors de la conclusion de l'audience, la décision du Conseil en a déduit que le technicien avait été exposés à  un niveau élevé de champs  électromagnétiques. Le Conseil a estimé que les troubles mentaux, les déficits cognitifs et la dépression ont été provoqués suite à une surexposition. En conséquence il a été décidé d'attribuer une invalidité totale avec des prestations médicales.
AT&T avait fait appel à une Cour Supérieure qui a confirmé la décision de la Commission, estimant que la décision a été étayée avec des preuves substantielles et que les droits d'AT&T n'avaient pas été violés.
AT&T avait interjeté de la décision d'appel de la Cour supérieure à la Cour suprême d'Alaska.

La Cour suprême d'Alaska a conclu que:
"- Parce que des preuves substantielles appuient les conclusions du conseil
- Parce que la procédure des décisions de la Commission n'a pas privé ATT d'une procédure régulière, la Cour Suprême confirme la décision du conseil. La Cour suprême d'Alaska a cité une ancienne jurisprudence et précisé :

- Le conseil a le pouvoir exclusif de déterminer la crédibilité des témoins et d'assigner la pertinence des témoignages médicaux.
- Lorsque des experts médicaux ne s'entendent pas sur la cause de la blessure d'un salarié, nous avons jugé que, en règle générale, il est incontestablement à la Commission, et non à la Cour, de décider qui il faut croire et de qui il faut se méfier."

La Cour a conclu que:
Le conseil n'a pas abusé de son pouvoir discrétionnaire dans ses décisions de procédure, il ne dénie donc pas ATT de ses droits dans cette procédure régulière. Parce qu'il existe des preuves substantielles dans le dossier à l'appui des conclusions du conseil, nous affirmons que le jugement du tribunal supérieur a confirmé les décisions du conseil.


Conclusion.
Il y actuellement chaque année des accidents suite à des surexpositions aux micro-ondes. Il n'y a qu'en France que leur existence est inconnue, et pour cause, aucun médecin n'est formé pour identifier les pathologies provoquées par des champs électromagnétiques. Cette décision invalidant de ce fait la conformité des normes de la FCC mais aussi de l'ICNIRP pourrait avoir un impact financier très important sur l'industrie des radio télécommunications san fil. Des millions de techniciens à travers le monde sur les sites d'émission peuvent être concernés par la présente décision et pourraient poursuivre les opérateurs, à la suite de maladies comme la leucémie, les cancers, les tumeurs, etc... Des réclamations pour invalidité permanente peuvent être réclamées dans tous les pays à la suite de troubles cognitifs, comme les pertes de mémoire, céphalées, cataractes et autres. Le secret médical français permet de dissimuler toutes les maladies qui sont liées à l'industrie. C'est peut être là aussi la cause de la démission plusieurs dizaines de médecins du travail de France télécom.



 
  Retour au chapitre sur les antennes relais de la téléphonie mobile
  Retour au SOMMAIRE du SITE.
  TRANSLATE - TRADUIRE.
Nom du site   Risques sanitaires des champs électromagnétiques, santé, cancer, leucémie, tumeur
Adresse du site danger risque sanitaire de la pollution électromagnétique santé cancer leucémie tumeur du cerveau
Auteur du site : Marc FILTERMAN
Adresse e-mail : marcfilterman@hotmail.com
© Protected by Copyright - Reproduction interdite.