© Protected by Copyright - Reproduction interdite.
Adresse du site
sites de secours
danger risque sanitaire de la pollution électromagnétique santé cancer leucémie tumeur du cerveau
Nom du site   Prévention sur les risques professionnels sanitaires des micro-ondes
Auteur du site   Marc FILTERMAN
Adresse e-mail   marcfilterman@hotmail.com
  TRANSLATE - TRADUIRE
  Retour au Sommaire du site
  Retour au chapitre sur la pollution électromagnétique des micro-ondes



191°) Les conspirationnistes des académies
à la solde du lobby des télécoms
contre les intérêts sanitaires de la population...
et la santé des arbres !!


"L'innocuité des champs électromagnétique est un Mythe qui a été propagé depuis les années 40 par les chercheurs liés à l'industrie, pour ne pas entraver les intérêts économiques des puissants groupes industriels. Affirmer comme cela a été fait que les champs électromagnétiques n'ont aucun effet sur le biologique revient à faire du charlatanisme médical, et c'est une fraude sanitaire."

les arbres dépérissent, car ils n'aiment pas les micro-ondes des antennes relais de la téléphonie mobile, c'est psychosomatique

Pour la loi HADOPI, alors que le gouvernement du Président Sakozy a été capable de sortir en 3 jours un décret pour obliger Free à communiquer les coordonnées de ceux qui téléchargent de la musique illégalement, il a été INCAPABLE de contraindre les constructeurs et opérateurs de la téléphonie mobile à l'affichage du DAS (débit d'absorption spécifique) des téléphones portables dans les grandes surfaces, alors que la situation sanitaire se dégrade de plus en plus en France. Roselyne Bachelot, Ministre de la santé a déclaré, « Le débit d'absorption spécifique (DAS) devra être affiché sur les lieux de vente, ainsi que pour toute publicité pour ces appareils », oui mais pas avant 2011, alors qu'on parle de cette mesure depuis les années 2002.

Le 12 octobre 2010, la publication d'un décret et d'un arrêté ont été effectué dans le silence le plus total des médias, car il sera obligatoire de l'afficher dans tous les points de vente « ainsi que dans toute publicité pour ces appareils » le niveau de rayonnement des téléphones et terminaux mobiles, mais seulement à partir d'avril 2011. Ainsi cela a été annoncé par un communiqué du ministère de la santé la veille d'un week-end, le vendredi soir 16 octobre très tard par un communiqué du Ministre de la santé. On en déduit qu'il ne fallait surtout pas parler du DAS au 20H00 des journaux télévisé. On sait pourtant depuis 1999 avec la mise en garde du Dr Carlo et du Pr Henri Lai en 1994, que les micro-ondes ont des effets génotoxiques sur l'ADN, mais personne n'a rien fait alors que nous voyons les cancers et tumeurs exploser, ce qui se traduit par une augmentation des tarifs des mutuelles, des déremboursement,  et dépenses des caisses d'assurance maladie.

Le DAS traduit le niveau de rayonnement électromagnétique des téléphones mobiles que peut recevoir votre cerveau. Il serait plus juste de parler du degré de nocivité des téléphone portables et des smartphones, qui doivent être inférieur à 2 W / kg pour 10 grammes de tissus contiguë. La norme américaine est de 1,6 W /kg mais en plus pour seulement 1 gramme de tissu contiguë, ce qui revient à dire que beaucoup de portable supérieurs 1,3 W/kg serait interdit au canada et aux USA, mais la cervelle des européens doit être plus solide selon nos académiciens, que celles des américains je présume.

Le communiqué ministériel précise que cette mesure sur le DAS avait été décidée lors d'une table ronde "Santé et radiofréquence" organisée en avril 2009 par le ministre de la Santé, Roselyne Bachelot, Nathalie Kosciusko-Morizet (Economie numérique) et Chantal Jouanno (Ecologie).

Pour ma part je déconseille déjà depuis 2003 d'utiliser les téléphones portables ayant un DAS de 1 W/Kg, et le rapport Interphone me donne raison puisque celui-ci démontre une augmentation des tumeurs, bien que des défauts méthodologiques aient été introduits pour minimiser les risques. De plus les opérateurs ont fait censurer dans cette étude les résultats sur les taux de neurinome de l'acoustique qui ont explosé.

Le gouvernement français espère "interpeler les utilisateurs de téléphones mobiles sur le niveau du DAS", contrairement à nos académiciens qui préfèrent eux affirmer qu'il n'y a aucun risque, mais se garde bien de servir de cobaye à une borne relais quand on leur propose de mettre un terme à la polémique. On se demande dans ce cas pourquoi aucun média n'a parlé de ce décret sur le DAS dans les journaux télévisés. Il faut savoir que les normes actuelles n'ont jamais été faites pour tenir compte de l'exposition des enfants, mais elles sont faites pour des adultes.

Le 18/12/2009, les Académies des sciences, des technologies et de médecine ont émis un avis : « Réduire l'exposition aux ondes des antennes-relais n'est pas justifié scientifiquement ». La preuve ci-dessous, taux de mortalité = 60 %.

étude Dirk Adang danger risque micro-onde antenne relais téléphone mobile

En ce qui me concerne, mon opinion est la suivante :

« Réduire l'exposition du public aux inepties des académiciens est une nécessité justifiée scientifiquement, et sur le plan sanitaire », car nous avons en France des médecins qui préférent respecter le serment d'hypocrite plutôt que le serment d'Hypocrate.
 
La question qu'il faut poser au ministère de la santé, c'est au bout de combien de tumeurs du cerveau, tumeur de la glande parotide, neurinome de l'acoustique, gliome, méningiome, de cancers et de leucémie, les politiques reconnaîtront la nocivité des champs électromagnétiques des téléphones portables et des antennes relais de la téléphonie mobile. Une certaine mafia des télécoms n'a eu de cesse de mener des intimidations et pressions, contre les scientifiques qui leur résistaient, et refusaient de modifier les résultats de leurs études qui dérangeaient les opérateurs.
Le 27/10/2010, le Figaro publie un article, « Antennes-relais : pas de risque selon des scientifiques », non c'est vrai, ce sont les scientifiques payés par les télécoms qui représentent un risque. Je constate une fois de plus que des experts officiels, des médecins et académiciens se permettent de publier des inepties sans faire l'objet du moindre rappel à l'ordre par le me ministère de la santé ou le conseil de l'ordre des médecins, ni radiation ou révocation. Alors que le Président Sarkozy se permet d'appliquer un principe de précaution à outrance en multipliant les radars routiers contre les conducteurs, qu'il se permet au passage de traiter de criminel, on ne peut que constater le laxisme de ce même Président Sarkozy et de son gouvernement contre les chauffards des micro-ondes de la téléphonie mobile. Il suffit donc d'être académiciens et polytechniciens dans ce pays pour pouvoir se permettre d'affirmer et d'écrire n'importe quel mensonge qui va contre les intérêts sanitaires de la population, et les intérêts financiers des mutuelles et des caisses d'assurance maladie.
 
Les académiciens et experts officiels, au service des opérateurs comme SFR, Bouygues Télécom, Orange france Télécom et autres membres du lobby des télécoms prétendent nous dire la vérité, ou plutôt leur vérité, ou celles des industriels, sur les micro-ondes dans un livre intitulé « Champs électromagnétiques, environnement et santé » édité par Springer. Les auteurs prétendent vouloir clarifier (sic) un débat "biaisé" par "une surreprésentation des points de vue minoritaires" qui déplaise surtout aux industriels des télécoms. Ils ont tout intérêt à censurer les informations gênantes, les témoignage, les blogs, et la multiplication des études qui démontrent les effets nocifs de la téléphonie mobile, raison pour laquelle les prix des mutuelles vont exploser. Ce sont plutôt nos académiciens et experts officiels qui font parti de la minorité, surtout quand certains sont financés par ces mêmes industriels. Ce livre est publié deux mois avant Noël, après une recommandation de l'AFSSET d'octobre 2009, et après la publication du décret du 12/10/2010 qui obligera le lobby des télécoms à afficher les DAS des téléphones portables dans tous les points de ventes. Les membres des trois académies scientifiques (Médecine, Sciences et Technologies) dont certains sont dans les conseils scientifiques des opérateurs, quand ils ne sont pas consultant pour l'AFOM, avaient critiqué l'avis de l'AFSSET en affirmant qu'il n'était « pas justifié scientifiquement ».


Dans l'article du Figaro on peut lire :

« Les radiofréquences émises par les antennes-relais de téléphonie mobile ne présenteraient aucun « risque significatif » pour la santé : c'est en tout cas la conclusion d'un livre publié par un collectif de scientifiques et de médecins, intitulé « Champs électromagnétiques, environnement et santé ».
Sous légide d'Anne Perrin, (IRBA - Institut de Recherche Biomédicale des Armées) et de Martine Souques, le livre s'appuie sur des études épidémiologiques et des expertises collectives ».
Sauf que le Dr Anne Perrin devrait savoir que l'opérateur AT&T a été condamné, et que l'invalidité à 100% d'un technicien (cliquez ici) a été confirmée par la cour suprême du Canada à un seuil non thermique, ce qui veut dire qu'on reconnaît les effets biologiques, et pourtant la puissance ne dépassait pas 90 Watt.
 
Pour un des auteurs, le Pr André Aurengo (cliquez ici) qu'on ne présente plus, membre de l'AFIS sur les speudos sciences (cliquez ici), chef du service de médecine nucléaire de la Pitié-Salpêtrière, à Paris, membre de l'Académie de médecine et du conseil d'EDF, et ex-membre du comité Scientifique de Bouygues Télécom, « les connaissances ont beaucoup avancé » depuis l'édition de 2001, avec « des études épidémiologiques et des expertises collectives » qui permettent de « voir clair », sauf que certains devraient utiliser des jumelles pour mieux lire des études qu'ils ont préféré ne pas voir du tout. Bouygues Télécom avait en effet publié un livre en 2001 « les effets biologiques des rayonnements non ionisants » dans le but de démontrer que les micro-ondes étaient inoffensives.

Le Pr André Aurengo déclare à l'AFP « Sur les antennes, on donne l'impression qu'il y a débat scientifique, mais tout le monde est d'accord », pour qui il est temps de « fermer le dossier », mais il reconnaît auprès de l'AFP qu'« il reste quelques questions, en particulier en ce qui concerne la sensibilité des enfants aux champs de radiofréquences émis par le téléphone mobile »... C'est certainement pour cette raison que chaque pays applique sa propre norme et s'assoit sur la recommandation européenne de 1999 qui se base sur les limites publiées par l'ICNIRP, qui en plus n'est pas une norme, mais est considérée comme obsolète depuis 2008 par le parlement européen. Il serait plutôt temps de fermer les bureaux de certains experts à l'éthique douteuse et à la partialité certaine.
 

Le Dr Aurengo au conseil d'EDF, ex-membre du comité scientifique de Bouygues Télécom, le Dr Anne Perrin, Mme Martine Souques, le Dr Jacques Lombrozo d'EDF, le Dr René de Sèze, sont aussi membres de la Société Française de Radioprotection, où on retrouve de nombreux membres d'EDF et du CEA. Nos académiciens et médecin qui sont très loin d'être des références et des experts sur les micro-ondes vont même jusqu'à contredire l'Afsset(Agence française de sécurité sanitaire de l'environnement et du travail), qui préconise comme le parlement européen une baisse du seuil d'exposition aux ondes des antennes-relais.
 
Nous avons pourtant depuis les années 60 des consignes sécurité dans des manuels techniques qui notifie la nocivité des micro-ondes, les mêmes que celles que nous utilisons en GSM qui sont elles aussi pulsées comme pour les radars, ce que devrait aussi savoir le Dr Anne Perrin. M. Malabiau de la DGA / CTSN, n'était pas du tout de l'avis du Dr Anne Perrin comme nous avons pu le constater lors d'une conférence en mars 2006 où intervenait d'ailleurs le Dr Gilles Dixsault de l'AFSSE. J'accorde plus de crédibilité aux affirmations des scientifiques américains comme le Dr Ross Adey (ex-médecin du programme Apollo à la NASA) et le Dr Becker, qu'à nos académiciens et médecins français. Ils ont perdu toute crédibilité comme nos politiques et l'OMS avec le Dr Repacholi, qui avait pourtant lui aussi mis en évidence dès 1997 la nocivité des micro-ondes de la téléphonie mobile, avant de se contredire une fois nommé à l'OMS et à l'ICNIRP. Il sera gravement mis en cause pour avoir perçu 150.000 $ du lobby des télécoms, mais il sera sauvé des sanctions par l'âge de la retraite.
Je dispose de manuels techniques qui donnent les distances de sécurité pour CHAQUE système de radionavigation, radio fixe ou portable, radar, brouilleur, pour des périodes d'exposition limitées à 6 minutes ou même 2 minutes, ce que devrait savoir des médecins comme le Dr Aurengo et le Dr Anne Anne Perrin. Il suffit pour cela de consulter les manuels. Et pourtant la puissance de ces systèmes est nettement inférieure à celle des antennes relais GSM. Quand on utilise du matériel américain, ce sont les consignes de sécurité constructeur et normes américaines qui s'appliquent, surtout en aviation, et non pas les recommandations européennes. Contrairement aux affirmation de M. Bernard Veyret du CNRS, les 6 minutes ne correspondent pas seulement à une durée de mesurage, mais aussi à une VLE avec 6 minutes en référence de base, durée systématiquement dissimulée et censurée.
Extrait d'un manuel militaire.
 
« The time period, often 6 minutes, which is used in assessing the potential for overexposure when one is evaluating RF fields. »

Ce livre de 170 pages parle de tout, mais de façon très incomplète :

du rayonnement infrarouge,
des lasers,
des champs électriques,
des champs magnétiques,
des champs statiques,
de l'électrochimiothérapie,
des champs d'extrêmement basse fréquence.
 
Mais oh surprise, ils ont oublié de parler des micro-ondes modulée en ELF.
Ce sont  ces ondes radios modulées en extrêmement basse fréquence qui ont des effets délétèrent sur le spectre cérébral et qui sont capables de modifier les comportements humains et animaliers, et qui peuvent déboucher sur la dépression, le suicide, ou l'irritabilité. Il y a une étude aussi à SupElec sur les ELF, mais pas sur les ondes modulées en ELF. Quand ces messieurs les académiciens parlent d'amalgame, en voilà un beau, ou ces académiciens médecins experts confondent les champs d'extrêmement basse fréqunce comme le 50 hertz, avec des ondes radio modulées ou pulsées en ELF jusqu'à quelques dizaines de hertz par seconde. C'est vrai que certains confondent en plus aussi le DAS et la DSP, enfin pour ceux qui savent réellement ce que c'est, mais c'est vrai que ces gens là sont publiés. Les radiofréquences ne présentent pas de « risque significatif » pour la santé, martèlent ses scientifiques, la preuve ci-dessous.
c'est psychosomatique, les arbres dépérissent, car ils n'aiment pas les micro-ondes des antennes relais de la téléphonie mobile


Je remercie le Dr Ahoussa au passage pour ses photos, très explicites sur l'innocuité des antennes.

téléphonie mobile c'est psychosomatique, les arbres dépérissent car ils n'aiment pas les micro-ondes des antennes relais

Bernard Veyret, Directeur du laboratoire PIOM au CNRS, ingénieur physicien, membre du conseil scientifique de Bouygues Telecom, auteur d'un chapitre, les stations de base Wifi ou Wimax « ne posent pas de problème sanitaire.../... Il reste quelques questions en particulier en ce qui concerne la sensibilité des enfants aux champs de radiofréquences émis par le téléphone mobile ».../... « l'incertitude se réduit, mais les craintes perdurent.../... l'ensemble des données scientifiquement établies n'est nullement en faveur d'un risque significatif pour la santé humaine dans des conditions normales d'utilisation ».

M. Bernard Veyret dans une de ses études de 1991 reconnaissait les effets des CEM sur le biologique, et il sera contraint de reconnaître lors d'un débat radio face à moi la nocivité des micro-ondes radar, et de dire que les techniciens des antennes relais GSM devaient consulter leur médecin du travail, qui n'ont d'ailleurs aucune compétence sur les risques des micro-ondes. Il est vrai que depuis il est passé au service de Bouygues Télécom dont il est le conseiller scientifique, et autres opérateurs, ce qui l'a aidé à financer le fonctionnement de son laboratoire. Depuis plus personne n'a eu de nouvelle d'un de ses chercheurs, le Dr Aubineau, qui a été gentiment remisé au placard avec son étude Comobio, comme beaucoup d'autres chercheurs qui ont du faire face aux pressions des membres du lobby des télécoms, comme je le rappelais lors d'une réunion au COMOP début 2010, à M. Danjout de l'AFOM qui prétendaient dénoncer les pressions et intimidations de ses opposants. Dire que les maires ont une responsabilité quand ils autorisent l'implantation des antennes relais de la téléphonie mobile à coté de sites sensibles comme les écoles est une réalité, et il est vrai qu'ils engagent leur responsabilité envers leurs électeurs, n'en déplaise aux opérateurs et à M. Danjout de l'AFOM.

Nous avons aussi le Dr Lombrozo qui est aussi conseiller scientifique de Bouygues Télécom, et Directeur du service des études médicales d’EDF-GDF.

 Sauf que les corbeaux d'Abidjan ne se sont pas posés de questions eux, quand une antenne Wimax a démarré, ils ont déserté leur arbre préféré comme le montrait les photos du Dr Ahoussa. Ou les corbeaux sont moins bêtes que les académiciens, où les riverains les ont effrayé en leur disant que les ondes étaient nocives pour la santé, et ils ont été psychosomatiquement dérangé, ils ont fait une dépression nerveuse, les pauvres!! Les corbeaux sont revenus quand l'antenne Wimax a été coupée.

antennes relais de la téléphonie mobile et des faisceaux hertziens, risques sanitaires, cancer, tumeur, par la pollution électromagnétique par les micro-ondes
 
 

risques sanitaires, cancer, tumeur, par la pollution électromagnétique par les micro-ondes des antennes relais de la téléphonie mobile et des faisceaux hertziens

 

Conclusion.

Comme les experts présents comme le Dr Aurengo et M. Veyret reconnaisent qu'il y un problème avec les enfants, sur un plan légal et judiciaire, on peut interdire l'utilisation des portables par les enfants, et cela devrait même être fait, puisqu'ils ne correspondent pas du tout au gabarit de référence sélectionné et retenu par les opérateur lors des expérimentation sur le DAS. Les opérateurs devraient être poursuivis en justice quand ces mêmes enfants ou adolescents sont victimes de tumeurs après avoir utilisé des téléphones portables de façon excessive. Je recommande donc au parent d'exiger les factures détaillées des tééléphones qu'ils offrent à leur enfants, puisque même Martine Hours de l'AFSSET reconnaisait comme gros utilisateur un abonné qui utilisait son portable seulement 260 heures sur un an. Une année compte 365 jours, ce qui revient à dire que vous devez utiliser votre portable moins de 45 minutes par jour sur une période d'UN AN seulement, alors pour dix ans.....

Des experts officiels devraient être même poursuivis pour outrage à magistrat lors de procès, quand leurs écrits sont utilisés par des opérateurs qui vont jusqu'à contredire le contenu d'études scientifiques incontestables, car cela revient à rouler dans la farine la représentation judiciaire, qui n'a évidemment pas les compétences nécessaires pour contrer les arnaques utilisées par les opérateurs, qui sont comparables à des escroqueries. Le fait de faire passer une antenne relais pour un terminal par exemple est une escroquerie par exemple, car le terminal, c'est votre smartphone ou téléphone portable, ce que savent tous les spécialistes des télécoms, mais évidement pas les membres de la magistrature, ils sont donc roulés dans la farine.

Il est évident que les chercheurs qui savent que les micro-ondes sont dangereuses et affirment le contraire, doivent être considéré comme des dangereux criminels, à l'origine de nombreux décès et cancers.




 
  Retour au chapitre sur les antennes relais de la téléphonie mobile
  Retour au SOMMAIRE du SITE.
  TRANSLATE - TRADUIRE.
Nom du site   Risques sanitaires des champs électromagnétiques, santé, cancer, leucémie, tumeur
Adresse du site danger risque sanitaire de la pollution électromagnétique santé cancer leucémie tumeur du cerveau
Auteur du site : Marc FILTERMAN
Adresse e-mail : marcfilterman@hotmail.com
© Protected by Copyright - Reproduction interdite.