© Protected by Copyright - Reproduction interdite.
Adresse du site
sites de secours
danger risque sanitaire de la pollution électromagnétique santé cancer leucémie tumeur du cerveau
Nom du site   Prévention sur les risques professionnels sanitaires des micro-ondes
Auteur du site   Marc FILTERMAN
Adresse e-mail   marcfilterman@hotmail.com
  TRANSLATE - TRADUIRE
  Retour au Sommaire du site
  Retour au chapitre sur la pollution électromagnétique des micro-ondes


196°) Sur Arte le 15/11/2010, "Allo Docteur", je désinforme,
et on fait de la pub pour le livre des experts du lobby des télécoms,
« Champs électromagnétiques, environnement et santé »

"Allo Docteur" sur Arte du 15/11/2010, avec Michel Cymes, Marina Carrère d'Encausse.
Cette émission sur la téléphonie mobile était bourrée de contre-vérités, qui posent un sérieux problème d'éthique et de crédibilité sur tous les autres sujets qui ont été exploités dans les émissions de "Allo Docteur". Je vais donc mettre en évidence ce qui est totalement FAUX et démonter point par point toutes les affirmations qui ont été faites, et c'est même pire que ça, car nous retrouvons ici dans les propos de M. David Zavaglia, toutes les affirmations du Pr Aurengo, et autres membres du lobby des télécoms, qu'on peut d'ailleurs retrouver dans les auditions parlementaires de l'Assemblée Nationale ou lors d'émissions de télé. Visiblement les journalistes ne lisent pas les études, et se contentent des affirmations des experts officiels qui travaillent pour le lobby des télécoms, qui prétendent dire la vérité, ou plutôt leur vérité, ou celles des industriels, sur les micro-ondes dans un livre intitulé « Champs électromagnétiques, environnement et santé » édité par Springer. Les auteurs prétendent vouloir clarifier (sic) un débat "biaisé" par "une sur-représentation des points de vue minoritaires". Pour ce qui est des radars routiers, et des permis à points, il y a là aussi une sur-représentation d'une voix minoritaire en particulier, mais là ça ne dérange personne, surtout qu'il y a des radars à vendre. Là il y a un principe de précaution qui rapporte à une industrie du CAC40, tandis que si on applique celui-ci à la téléphonie mobile, cela ne rapporte rien, ni aux télécoms, ni à l'industrie pharmaceutiques qui sponsorisent tous deux quelques hommes politiques, et quelques experts officiels dits indépendants, et sans parler des milliards dépensés en publicité chaque année.

"Allo Docteur", David Zavaglia, téléphonie mobile.
"Il y a un ouvrage qui vient de sortir, que je vais présenter, il s'appelle « Champs électromagnétiques, environnement et santé » édité par Springer,  alors voilà c'est un livre plutôt austère... Il a le grand avantage de vouloir reprendre les résultats de toutes ces grandes études qui sont sorties sur le sujet. Alors avant d'aller plus loin, quelque petits rappels scientifiques sur les ondes des portables, ce sont des ondes électromagnétiques, et ce qu'on oublie un peu trop souvent de dire, c'est que ce genre d'ondes, on baigne dedans, cela va jusqu'à la lumière du soleil, jusqu'au télévision, les radios, les communications satellites. Tout ça c'est ce genre d'onde, on les trie en fonction de leur fréquence, et grosso-modo les téléphones portables c'est autour de 1 à 2 GHz, donc assez proche des ondes de notre télé. Donc aujourd'hui je ne traiterais vraiment que de la téléphonie, tout ce qui est Wifi ou alors les lignes haute tension, ça mérite une chronique à part."

Merci, on connaît le refrain, surtout que le forcing des télécoms du style "pas de risque", se fait à chaque fois à chaque veille de Noël, tout le monde devine pourquoi. Reste à savoir à combien de victimes de plus nous aurons droit.

"Allo Docteur", Michel Cymes.
"Depuis quand on s'inquiète des dangers du téléphone, parce que je me souviens à notre époque du Bi-Bop, quand on restait près de pylônes, parce qu'on regardait s'il y avait une borne."

"Allo Docteur", David Zavaglia, téléphone portable, justice Motorola.
"Cela a démarré quasiment juste après l'apparition des portables; ça a démarré vraiment aux Etat-Unis en 1993, quand un certain David Reynard a attaqué en justice l'opérateur de téléphonie de sa femme qui était décédé d'une tumeur du cerveau. Alors pour lui c'était que sa femme a eu un cancer parce qu'elle téléphonait, donc le téléphone était responsable. C'est une affaire qui a été très médiatisée parce qu'il affirmait que la tumeur avait la forme de l'antenne du portable. A l'époque les portables avait des longues antennes. Donc il avait perdu son procès, mais ce qui est très important, c'est que très vite des scientifiques se sont mis à faire tout un tas d'études sur les dangers potentiels du portable."

Après un retentissant procès qui débuta en 1991 à la suite du décès de la femme de David Reynard perdra son procès, mais MOTOROLA sera contraint par la justice américaine d'étudier si les téléphones portables avaient des effets nocifs sur la santé.
En août 2000, Christopher Newman (Lien 04), neurologue, victime d'un cancer du cerveau, accusera aussi Motorola de ne pas l'avoir prévenu des risques de l'utilisation de son téléphone portable.

Gerry Phillips, biochimiste et chercheur au Pettis VA Medical Center à côté de Los Angeles, a été chargé par MOTOROLA de réaliser une expérience avec un portable. Elle a aussi démontré que le signal de leur téléphone numérique augmente les ruptures d'ADN du code génétique des cellules humaines en laboratoire. Il révèle les résultats au directeur scientifique, qui demande au patron de Gerry Phillips de changer les résultats. Il déclarait :
" Ils m'ont carrément demandé de modifier le protocole de mon expérience et de réécrire mes résultats en fonction de conclure que les ondes du cellulaire n'augmentent pas les bris ADN ". Le Dr Gerry Phillips, sera l'auteur d'une première étude faite sur du matériel Motorola qui interdira la publication. Des membres de l'équipe consternés quitteront la société qui se retire, et Gerry Phillips publie finalement ses résultats sans les modifier (source Radio TV Canada). Des avocats seront aussi expédiés pour exercer des pressions sur Radio TV Canada.

"Allo Docteur" Marina Carrère d'Encausse.
"Alors exactement, comment on analyse ce dangers"

"Allo Docteur", David Zavaglia, téléphonie mobile.
"Alors il faut étudier ces ondes de plus près. Les ondes de téléphone portable, c'est ce qu'on appel des rayonnements non ionisants, qui peuvent pénétrer sur une profondeur d'environ 3 cm, ils inter-réagissent avec les tissus, avec l'eau des tissus, mais ce qui est important de dire, c'est que ce sont des rayonnements de faible puissance, donc ça veut dire qu'il ne chauffe pas, donc en aucun cas ils ne vont faire cuire le cerveau, comme on peut le lire sur Internet."

C'est TOTALEMENT FAUX, ces ondes provoquent un échauffement du cerveau, avec une augmentation de température de un degré après 20 minutes de communication, ce qui est d'ailleurs très facile à mettre en évidence avec les nouveaux appareils caméra de thermographie portable. De plus M. David Zavaglia devrait savoir qu'il existe en plus des fours micro-ondes sur la fréquence du spectre GSM en 900 MHz, eh oui, information soigneusement dissimulée au public, on devine pourquoi. Une étude révèle que des lésions thermiques au niveau de la scissure profonde du cerveau qui gère les organes reproducteurs ont des effets néfastes. Or une étude Suisse en 92 à mis en évidence la possibilité de lésions jusqu'à 10 cm de profondeur dans le cerveau.

"Allo Docteur", David Zavaglia, téléphonie mobile.
"et donc il y a trois manières d'étudier ça, soit on travaille sur des cellules en culture et puis on met des ondes dessus, soit on travail sur des modèles animaux, essentiellement la souris, et soit ensuite on fait des études épidémiologiques chez l'homme pour voir s'il y a des risques aggravés de certaines maladies."

En réalité une grande majorité d'études ont montré des effets, il ne faut jamais se fier à leurs conclusions qui pour certaines ont été systématiquement édulcorées, on devine lesquelles.

"Allo Docteur", David Zavaglia, téléphonie mobile.
"Il y en a beaucoup. C'est vrai qu'il faut noter que c'est un domaine de recherche très très actif. Depuis une dizaine d'années c'est à peu près dix millions d'euros par an qui sont consacrés pour cette recherche, et mi 2009 quand l'organisation Mondiale de la Santé avait recensé le nombre d'études, c'était quand même plus de 1150 études qui étaient faites globalement sur la téléphonie mobile et les communications sans fil. Donc le livre reprend un peu toutes ces études, alors en ce qui concerne les études sur les cellules en culture, à ce jour il n'y a aucun effet biologiques grave comme par exemple des cassures sur l'ADN qui n'ont pu être démontrées. Pour ce qui est du modèle animaux c'est pareil."

FAUX FAUX FAUX FAUX FAUX FAUX FAUX FAUX FAUX FAUX FAUX FAUX
FAUX FAUX FAUX FAUX FAUX FAUX FAUX FAUX FAUX FAUX FAUX FAUX

Ce sont des mensonges et de la désinformation (Lien 167).

Et ce n'est qu'un seul exemple parmi des centaines d'autres, qui peut croire une telle ineptie. Dirk Adang de l'Université de Louvain démontrera une augmentation de la mortalité des souris en les exposant aux micro-ondes d'une borne GSM, mais il ne pourra poursuivre ses études pour faire les autopsies nécessaires. Des techniciens exposés aux micro-ondes des antennes se sont retrouvés handicapés à vie, et ces informations ont été communiqués aux cabinets ministériels concernés.

En 1998, le Dr Repacholi mettra en évidence la nocivité des micro-ondes GSM (lien 154) avec une augmentation de la vitesse de progression du cancer, avant de devenir le responsable EMF à l'Organisation Mondiale de la Santé, et de tout faire pour étouffer toutes les études qui démontraient les effets nocifs des micro-ondes. Il sera demandé des comptes au Dr Repacholi sur les 150.000 dollars (lien 145) qu'il touchera du lobby des télécoms. Il sera contraint de prendre sa retraite, ou plutôt, il sera sauvé par l'âge de la retraite.

"Allo Docteur", David Zavaglia, téléphonie mobile.
"Ils ont regardé la mémoire l'audition, le coeur, le risque de développer des cancers, et sur les modèles animaux il n'y a rien qui a pu être scientifiquement prouvé. Alors chez l'homme forcément ça se complique un peu, au début chacun faisait un peu ses études de son côté, seulement il faut bien rappeler qu'en science, un résultat résultat ne peut être valable que lors qu'il peut être reproduit, et confirmé par plusieurs équipes. Donc dans ce domaine, il n'y a vraiment que des énormes études faites sur des milliers passants, ou alors des méta-analyses qui reprennent toutes les données qui peuvent avoir une vraie valeur."

Le Pr Henry Lai et le Dr Singh de l'université de l'état de Washington, ont enregistré des augmentations des ruptures des doubles-brins d'ADN dans les tissus du cerveau du rat, après des expositions de seulement 2 heures aux micro-ondes, à 1 W/kg des effets carcinogènes seront observés sur des cellules du cerveau. Pour l'ADN endommagé, "cela peut mener à des mutations qui causent le cancer et finalement, la mort des cellules". Le Dr Henry Lai a aussi révélé que le WTR lui avait demandé de modifier ses résultats (Radio TV Canada).En outre, le groupe Wireless Technology Research (WTR) aux Etats-Unis, qui était financé par l'industrie de la téléphonie mobile, a été impliqué dans un certain nombre de scandales. Des fuites de documents prouveront qu'il a été sous la commande directe de l'association du lobby de la téléphonie mobile, et qu'il a longtemps fonctionné comme un front Pro-industriel. Pendant 4 ans il avait dépensé 17 millions de dollars "sans utiliser un seul tube à essai," selon l'éditeur du Microwave News, Louis Slessin. Motorola tentera de discréditer le Pr Henry Lai comme le révélera l'émission Reporter de 2000.

Motorola financera un groupe de chercheur dirigé par Joseph Roti-Roti à l'université de Washington à Saint Louis, qui ne confirmera pas les résultats de Henry Lai, et pour cause, on le saura grâce aux révélations du Dr Carlo, ex-responsable du WTR, ex-défenseur du lobby des télécoms américains, le CTIA, le protocole des expériences avait été modifié. Le Dr Carlo confirmera par la suite les risques de la téléphonie mobile dans un fax destinés à des membres du CTIA dont David Zavaglia devrait prendre connaissance. Le Dr Carlo sera empêché de faire sa conférence devant les membres du CTIA, ou plutôt celle-ci sera très raccourcie, en raison de la présence d'un ex-Président américain, tout le monde devinera lequel.

Lors d'une émission de radio je révélerais les noms de plusieurs scientifiques qui ont fait l'objet de pressions à la suite des résultats de leurs recherches comme le Pr Roger Santini qui sera contraint de faire une mise au point. Ma ligne téléphonique sera d'ailleurs mise sur écoute à chaque fois la veille d'émissions de radio auxquelles je participais (voir lien 12). Je révélais aussi que le Pr Litovitz ne voulait plus travailler avec l'industrie des mobiles, et quant à Neil Cherry, il dénoncera les menaces de mort dont il avait été victime comme d'autres chercheurs. Quant au Pr Pierre Le Ruz du CRIIREM, son ordinateur reçoit très régulièrement des virus informatiques, et chaque année certains de mes sites internet subissent eux-aussi des anomalies ou "disparitions temporaires", d'où la nécessité d'en avoir plusieurs en miroir.

"Allo Docteur", David Zavaglia, téléphonie mobile.
Et dès 2006, l'OMS avait déjà procédé à une expertise collective dans ce domaine qui montrait qu'à priori d'effet sanitaire grave, et puis il se trouve qu'en octobre 2009 il y a un rapport de l'AFSSET, l'autorité française de la sécurité sanitaire qui a fait beaucoup de bruit, un rapport de 467 pages.

"Allo Docteur" Marina Carrère d'Encausse.
"Le rapport a montré d'une part un danger."

"Allo Docteur", David Zavaglia, téléphonie mobile.
"alors pas vraiment l'AFSSET avait communiqué en disant qu'il fallait réduire l'exposition aux radiofréquences (lien 155). Or quand on prend ce rapport et quand on lit de plus près, c'est quand même écrit noir sur blanc que le niveau de base de preuve n'est pas du tout suffisant pour établir qu'il y a un quelconque effet sanitaire pour les jeunes. Alors du coup ça a suscité pas mal de réactions notamment de la part de l'académie de médecine qui bizarrement sur ce rapport tout en affirmant le contraire, c'est à dire que réduire l'exposition aux ondes n'était pas du tout justifié scientifiquement. Donc c'est pas évident d'y voir claire."

Les journalistes présent lors de la restitution du rapport de l'AFSSET, ont entendu précisément ce qui a été dit. Quand on parle de l'académie de médecine, déjà il faut commencer par parler du Dr Aurengo qui a été conseiller scientifiques de Bouygues Télécom jusqu'à fin décembre 2009, comme l'est encore aussi M. Bernard Veyret du CNRS, qui sera contraint de reconnaître en 2000 la nocivité des micro-ondes de la téléphonie mobile lors d'une émission de radio à laquelle je participais. D'ailleurs dans une de ces études de 1991 il signalait qu'il pouvait y avoir des effets autres que thermique, ce qui sera aussi dit lors d'un procès devant la cour suprême du Canda suite à un accident du travail, où les effets seront reconnus à un seuil non thermique.

Il est aussi écrit dans le communiqué de l'AFSSET qu'il y a 10 études incontestables,
L'étude REFLEX réalisée dans le cadre européen est aussi incontestable.
L'étude ECOLOG de 2001 est longtemps restée confidentielle, financée en plus par T-Mobile, a mis en évidence et spécifié dans ses conclusions qu'il y avait une détérioration et des effets génotoxiques sur l'ADN. Problème, nos journalistes français ne la connaissent pas, elle n'a été traduite en anglais qu'en 2007.

Concernant les effets sur les jeunes, la publication de ces image est très parlante dans livre de Roger Santini, qui lui aussi est malheureusement décédé d'un cancer, comme beaucoup d'autres chercheurs. Même les peoples de la Jet-Set décèdent eux-aussi maintenant de cancer le plus souvent. Les micro-ondes, même si elles sont réfléchies en partie, ont toujours traversé le corps humains, contrairement aux inerties dites par certains experts qui pensent que le corps humain est imperméable.

tumeur du cerveau téléphone portable
 
"Allo Docteur", David Zavaglia, téléphonie mobile.
"Et puis enfin en mai 2010, cette année donc sont arrivés les résultats de la plus grande étude menée sur le sujet, l'étude Interphone qui rassemblait les résultats de..."

-- On en a parlé mainte fois de Interphone
-- Je suis épaté par votre culture.

Moi pas du tout, c'est plutôt la multitude de contre-vérités qui me surprend dans une telle émission, surtout quand on connaît la réaction du Dr Carlo en 1998 (lien 19), qui après avoir défendu les intérêts des télécoms, est désormais en procès contre eux.

-- On en parlé 5 fois d'Interphone

"Allo Docteur", David Zavaglia, téléphonie mobile.
"qui rassemble donc les résultats de près de 6500 personnes atteintes de tumeur au cerveau et globalement cette étude montre qu'il n'y a pas de risque aggravé de cancer du cerveau chez les utilisateurs réguliers de portables."

FAUX FAUX FAUX FAUX FAUX FAUX FAUX FAUX FAUX FAUX FAUX FAUX
FAUX FAUX FAUX FAUX FAUX FAUX FAUX FAUX FAUX FAUX FAUX FAUX

M. David Zavaglia serait bien inspiré de consulter ma page sur l'étude Interphone au lieu de rapporter les propos de l'AFOM (lien 171), et des autres membres du lobby des télécoms, qui sont contredits par des scientifiques réellement indépendants, cliquez ici, lien 168. Et en plus pour minimiser les chiffres et les risques, les résultats sur les neurinomes de l'acoustique ont été censurés de la présente étude rendue publique en mai 2010, et ils n'ont conservé que les chiffres sur les gliomes et méningiomes qui démontrent une augmentation significative.

"Allo Docteur", Michel Cymes.
Est-ce qu'on va penser que ça met fin au débat sur le portable est dangereux ?

"Allo Docteur", David Zavaglia, téléphonie mobile.
"On attendait beaucoup de cette étude Interphone mais malheureusement elle n'a pas vraiment clos le débat. Parce qu'il reste certaines incertitudes notamment sur les plus gros utilisateurs, plusieurs heures par jour, un risque potentiel aggravé d'une forme tumeur au cerveau.
Parce qu'en fait il y a des problèmes méthodologique avec Interphone.
Alors d'abord le manque de recul, c'est à dire qu'on est plutôt autour de dix ans, vraiment donc on est à moins de 15 ans, donc en cancérologie pour du long terme c'est pas assez. Et puis c'est ce qu'on appelle une étude de témoins, on est parti de patients qui avaient déjà des tumeurs, et on a fait une enquête en leur demandant alors, est-ce qu'en 10 ans vous utilisez votre portable plus de deux heure par jour, avec le portable de quel côté, c'est pas évident, les gens ne se rappellent pas, donc pas mal d'incertitude sur les données."

Chacun sait s'il est droitier ou gaucher quand il utilise son portable, ensuite, curieusement pour des contrôles de ce type, là les télécoms ne sont plus capables de vous sortir votre facture détaillée. M. David Zavaglia, nous a cité toutes les affirmations du lobby des télécoms en oubliant ceux de la coordinatrice de l'étude Interphone ou du Dr Siegal Sadetzki qui sont sans équivoque, ainsi que ceux des autres scientifiques (168). Le Dr Elisabeth Cardis avait déclaré:
« Dans l'ensemble, mon opinion est que les résultats montrent un effet réel.../... Il y a un risque accru de gliomes – et dans une bien moindre mesure de méningiomes – qui ont été observés chez les plus gros utilisateurs, particulièrement pour les sujets qui ont déclaré une utilisation habituelle du même côté de la tête que celui de la tumeur et, pour les gliomes dans le lobe temporal.../... Les possibles effets à long terme de l'usage intensif des téléphones mobiles nécessitent de nouvelles investigations

Sauf que la réalité des chiffres est beaucoup plus catastrophique qu'il n'y paraît si nous enlevons les défauts méthodologiques au profit des télécoms, sans parler des liens entre les antennes relais et les cancers et leucémies, les études et enquêtes démontrent toute une augmentation des pathologies lourdes, notamment la dernière d'il y deux semaines du Dr Henry Lai.

Le Lobby des télécoms finançait partiellement l'étude Interphone et a bloqué sa publication dans le but d'éliminer sa coordinatrice Elisabeth Cardis, afin d'introduire des phrases contradictoires dans les conclusions pour entretenir un doute, pour faire croire à l'innocuité des micro-ondes de la téléphonie mobile. Ils ont introduit 12 défauts méthodologiques que j'ai exposé sur le lien 180, dans le but de faire diminuer la différence entre le groupe témoin et le groupe exposé. Si on manque de recul, comment ai-je été en mesure de préciser dès 2000 dans une émission de radio qu'on constatait déjà une augmentation des neurinomes de l'acoustique ?

"Allo Docteur", David Zavaglia, téléphonie mobile.
"Il y en aura beaucoup, d'ailleurs tous ceux qui sont intéressés par la thématique, vous avez le site de l'OMS, l'Organisation Mondiale de la Santé, on peut trouver le calendrier de toutes les études à venir scientifiques sur le sujet et le calendrier très chargé. Il va y a avoir de vrais études dites de corps, qui vont recenser, c'est à dire au lieu de partir de patient qui ont déjà des tumeurs pour faire une enquête comme interphone, on fait l'inverse, on va prendre des gens normaux, et puis on va essayer sur le long terme, on va comparer le devenir de ces personnes."

Sauf qu'une étude de corps c'est 10 ans de plus, alors qu'on sait depuis un demi-siècle que les micro-ondes sont très nocives pour la santé, comme le prouve les consignes de sécurité que nous avons dans nos manuels, voir lien 186. Le lobby des télécoms et leurs complices tentent de gagner du temps et de retarder l'échéance, sauf que ce sont les contribuables français qui vont payer la note, pour remplir les poches de quelques'uns et de ceux qui ont passé leur temps à mentir et à discréditer les scientifiques indépendants.

"Allo Docteur", Michel Cymes.
"C'est pas l'enquête Cosmos, c'est çà."

"Allo Docteur", David Zavaglia, téléphonie mobile.
"Une de ces enquêtes, c'est l'enquête Cosmos, et puis l'autre grande priorité, c'est les enfants qui sont malheureusement eux aussi devenus des consommateur de téléphonie mobile, et qui sont peut-être encore plus sensibles à ce genre d'ondes, parce que leur cerveau est encore en développement, c'est pour ça qu'a été lancé une grande enquête européenne qui s'appelle Mobifil, qui va étudier le risque ou pas aggravé de cancer du cerveau chez l'enfant.

On pourrait aussi parler de l'étude COMOBIO réalisée dans le laboratoire de M. Bernard Veyret du CNRS, conseiller scientifique actuellement de Bouygues Télécom et du conseil de développement de RTE (réseau de transport d'électricité), qui mettait en évidence une perméabilité de la dure-mère et autres effets compromettant, malheureusement, le Dr Aubineau à lui aussi été rangé au placard depuis cette étude, comme le Pr Ledoigt qui avait démontré que les plants de tomates étaient eux aussi stressés par les micro-ondes de la téléphonie mobile, et donc il a été prié de changer de sujet, il dérangeait de trop.

"Allo Docteur", Michel Cymes.
"Qu'est ce qu'on fait alors, on arrête de téléphoner ou pas alors ?"

"Allo Docteur", David Zavaglia, téléphonie mobile.
"Non, très clairement le consensus est qu'il n'y pas de risque sanitaire à utiliser le téléphone portable et d'ailleurs l'ICNIRP, l'agence européenne qui fixe les normes dans le domaine suite à l'étude Interphone, elle a affirmé qu'elle n'allait pas modifier les normes à respecter pour les industriels, parce que ces normes sont suffisamment restrictives. Après si ça vous inquiète au quotidien, vous pouvez privilégier le kit main libre. Quand vous achetez un portable, vous regardez ce qu'on appelle le D.A.S., le niveau d'absorption spécifique, parce que le niveau d'onde qu'émet le portable, vous choisissez le portable avec le DAS le plus bas, et puis bien finalement si cela vous fait vraiment paniquer, débarrasser vous en."

L'ICNIRP n'a jamais été une agence européenne, contrairement au SCENIRH.
Il faudrait demander à partir de combien de morts et de tumeurs du cerveau on estime qu'il est nécessaire de changer les normes. Le terme consensus est systématiquement utilisé par le Pr Aurengo, mais pas de bol pour M. David Zavaglia, car le Parlement Européen n'est pas de leur avis. En réalité la recommandation européenne de 1999 sur les champs électromagnétiques qui n'est par une norme mais une recommandation a été déclarée OBSOLÈTE, à la vue des résultats des nombreuses études scientifiques, et dont le parlement européen à pris connaissance. Il a demandé à ce qu'il soit procédé à la révision des limites d'expositions actuelles pour les faire baisser. Résolutions Européennes du Parlement Européen:
          - 04/09/2008 - A60260/2008 annexe 9
          - 02/04/2009 - A60089/2009 annexe 9

La recommandation de 1999 ayant été invalidée, les normes de l'ICNIRP sont aussi invalides. L'ICNIRP est en réalité une organisation internationale des télécoms, où là aussi nous retrouvons le Dr Repacholi et M. Bernard Veyret qui participait à la DGXIII.

De plus Mme Roselyne Bachelot déclarait le 15 janvier 2008 sur RMC :
 
"ne pas acheter ce genre d'appareils .../... Ma réaction de mère de famille, c'est que je ne suis vraiment pas enthousiaste sur la vente de ces portables aux petits enfants"

"Il faut que j'aille dans cette question avec prudence"

Sauf qu'au lieu d'interdire les téléphones portables au moins de 14 ou 15 ans, le gouvenement et  l'Elysée se sont contentés de l'âge de 6 ans, un véritable cadeau empoisonné pour les nouvelles générations et qui va coûter très cher aux contribuable, où nos dirigeants politiques ne gouvernent la France qu'en fonction de leurs propres intérêts et de ceux du CAC40, et les scandales actuels en sont la preuve.

"Allo Docteur", Michel Cymes.
"La seule chose qu'on recommande, de ne pas recharger le portable dans une chambre d'enfant par exemple, des chose comme ça, sans qu'on sache vraiment pourquoi ?"

Tout simplement parce qu'il peut arriver qu'une batterie explose ou prenne feu.

"Allo Docteur", David Zavaglia, téléphonie mobile.
Mais même ça à priori normalement il n'y a pas de soucis, après chacun...

"Allo Docteur", Michel Cymes.
"Chacun regarde midi à sa porte."

De plus on ne parle pas du tout non plus de la multiplication des tumeurs de la glande salivaire, ou des yeux, ou des problèmes de cataracte liés à l'exposition aussi des micro-ondes.


En CONCLUSION.
Vous ne pouvez donc pas faire confiance à des magazines télévisés sur la santé qui présentent un caractère de sérieux, mais qui en réalité pratiquent la désinformation comme nous venons de le voir dans le cas présent au profit du lobby des télécoms, et l'extrait ci-dessous de cette notice d'un téléphone mobile Blackberry en est une preuve parfaite. Il faut dire que les services juridiques des membres de la téléphonies mobile sont de plus en plus sur les dents, en raison de l'accumulation de très mauvaises nouvelles et de l'augmentation de pathologies lourdes, y compris à côté des antennes relais, comme l'a dénoncé aussi un scientifique, ex-agent des services secrets, et comme le démontre la dernière étude d'Nery Lai et de Blake Levitt. On doit parler dans le cas présent d'une conspiration de l'industrie des télécoms, contre les scientifiques indépendants, et aussi contre la sécurité sanitaire des populations. Sauf que les constructeurs de téléphones portables commencent à se couvrir, et voici un exemple concret :
 
 
Lorsque vous portez le terminal BlackBerry près de votre corps, utilisez un étui approuvé par RIM avec un attache-ceinture intégré ou maintenez une distance de 0,98 pouces (25 mm) entre votre terminal BlackBerry et votre corps lorsque le terminal BlackBerry est en cours de transmission. L'utilisation d'accessoires pour porter le terminal BlackBerry près du corps, autres que des étuis avec attache-ceinture intégré approuvés par RIM, peut entraîner une exposition à une radio fréquence plus élevée que celle autorisée par les normes en matière d'exposition si les accessoires sont portés sur votre corps lorsque le terminal BlackBerry est en cours de transmission. Les effets à long terme d'une telle exposition pourraient présenter un risque de blessures sérieuses. Pour plus d'informations à propos de la conformité de ce terminal BlackBerry avec les directives de la FCC en matière d'émissions RF...

En plus il faut savoir que les DAS ont été calculés pour des adultes, mais jamais pour des enfants, ce qui devrait être précisé lors des lors des émissions de télé. Il faut savoir que le gabarit de référence qui est utilisé pour le DAS, au niveau des têtes fantômes fait 5 kg, avec des personnes qui pèsent 90 kg et qui font 1,80 m. Voilà le gabarit qui est utilisé. Donc juridiquement, sur un plan judiciaire même, la question se pose de savoir jusqu'à quel point on peut autoriser des personnes qui ne pèsent pas 90 kg à utiliser des téléphones portables si on veut aller à l'extrême, comme le font les télécoms, puisque le gabarit utilisé par les télécoms, c'est eux qui l'on définit c'est 90 KG.

Quant aux individus qui viennent affirmer qu'on peut dormir avec un portable sous l'oreiller, il faut virer ces gens là avec perte et fracas pour faute professionnelle lourde, car ce sont des criminels au premier degré. Les enfants et même les adultes n'ont a pas à dormir avec un portable sous un oreiller, car les circuits électroniques rayonnent de l'énergie en permanence et vont perturber le cycle de la mélatonine, inhibiteur de radicaux libres carcinogènes, et ce ne sont pas des médecins qui sont totalement incompétents en matière d'électronique, qui vont venir me dire le contraire. En plus lors d'échanges de dialogues techniques avec une antenne relais, on peut mesurer pendant quelques secondes des niveaux qui peuvent atteindre de 100 à 150 V/m, très loin des 41 V/m dont nous abreuve le lobby des télécoms, et je mets au défit quiconque de me dire le contraire, car nous l'avons encore mesuré cette semaine.

L'académie de médecine et les autres agences sanitaires auront une très grosse responsabilité dans la catastrophe sanitaire qui est déjà en cours.Reste à savoir si ceux qui ont contribué à cette catastrophe, seront sanctionnés financièrement. Le Dr Ross Adey ex-scientifique de la NASA dont personne n'a commenté ses recherches sur l'ODC, molécule de croissance qui intervient aussi dans la croissance des tumeurs cancéreuses, avait lui aussi rompu sa collaboration  dans le courant du deuxième trimestre 2000. C'est pourtant un des anciens directeurs des programmes médicaux de la Nasa lors des opérations Apollo, et qui a été à une époque consultant permanent pour la Maison Blanche. S'il est à l'origine des préconisations ALARA, ce n'est pas sans raison.

Un rapport qui remonte au moins à 1999 du Commonwealth Scientific and Industrial Research Organisation (CSIRO) fait mention de différents types de risques pour de très faibles niveaux d'exposition :
- augmentation des risques de cancer,
- spécialement les leucémie et tumeurs du cerveau,
- dégénérescence tissulaire de la rétine,
- de la cornée
- et de l'iris de l'oeil notamment chez les personnes souffrant de glaucome,
- modification de la chimie du cerveau
- et du degré d'efficacité des médicaments
- (du à une perméabilité accrue de la barrière hémato-encéphalique)
- et enfin, altération des fonctions d'apprentissage et de mémoire.

Lors d'une réunion, on nous a cité ce cas d'un immeuble qui a 12 antennes sur le toit à Orléans et tous les habitants sont malades, et les discussions ont été très chaudes et agitées, au point de contraindre les opérateurs d'en redémonter quelques unes au lieu d'en rajouter. Sur Albi, il y a eu des clusters de cancers et et de décès, y compris d'une ex-candidate UMP, mais visiblement cela n'a pas déranger les autorités locales qui n'ont jamais daigné mener la moindre enquête sanitaire, alors que les pompiers venaient tous les jours dans quartier Reyssac à Albi. Malgré les nombreux courriers, même l'office HLM n'était pas au courant, sourd et aveugle, comme beaucoup de nos ministres et journalistes d'ailleurs.

De toute façon il faudra bien taxer qu'on le veuille ou non les opérateurs un jour ou l'autre, en raison de l'explosion des pathologies lourdes et surtout des coûts financiers qui vont exploser, ainsi que le trou de la sécurité sociale. D'ailleurs des constructeurs de portables commencent à mettre des clauses restrictives très surprenantes dans leurs notices, pour se protéger juridiquement, ce qui sera impossible pour les antennes relais de la téléphonie mobile des opérateurs qui arrosent tout le monde sans distinction, et quand le scandale du sang empoisonné sera confirmé, cela fera encore plus de bruit et de dépenses, que ne rapporte les "bénéfices des télécoms". Les micro-ondes sont inoffensives, c'est pour cette raison que les premières tenues de radioprotection sont apparus à partir de 1960 pour les techniciens antennes, une autre preuve de l'innocuité des micro-ondes.

Ce type d'émission prouve aussi qu'il faut se méfier des émissions médicales télévisées qui prétendent apporter la preuve de leur sérieux et dénoncer les fausses informations divulguées sur Internet. Dans le cas présent nous sommes bien ici dans le domaine de la fraude médicale et de la tromperie aggravée au service de l'industrie des télécoms.



 
  Retour au chapitre sur les antennes relais de la téléphonie mobile
  Retour au SOMMAIRE du SITE.
  TRANSLATE - TRADUIRE.
Nom du site   Risques sanitaires des champs électromagnétiques, santé, cancer, leucémie, tumeur
Adresse du site danger risque sanitaire de la pollution électromagnétique santé cancer leucémie tumeur du cerveau
Auteur du site : Marc FILTERMAN
Adresse e-mail : marcfilterman@hotmail.com
© Protected by Copyright - Reproduction interdite.