© Protected by Copyright - Reproduction interdite.
Adresse du site
sites de secours
danger risque sanitaire de la pollution électromagnétique santé cancer leucémie tumeur du cerveau
Nom du site   Prévention sur les risques professionnels sanitaires des micro-ondes
Auteur du site   Marc FILTERMAN
Adresse e-mail   marcfilterman@hotmail.com
  TRANSLATE - TRADUIRE
  Retour au Sommaire du site
  Retour au chapitre sur la pollution électromagnétique des micro-ondes


201°) Mesures sur les antennes relais
du château d'eau de Larmor-Plage
et polémiques à Hennebont.
01°) Censure et désinformation officielle.

Alors que des experts officiels français persistent à faire de la désinformation officielle, les dernières études de cohorte publiées en novembre 2010 confirment l'augmentation des pathologies lourdes suite à l'exposition aux micro-ondes de la téléphonie mobile. En 2000 (lien 05), j'avais déjà photographié sur Lorient et Larmor-Plage (lien 05) deux sites qui avaient retenu mon attention en raison du nombre important d'antennes. J'ai été amené à faire à plusieurs reprises des mesures sur Larmor-Plage à partir de 2006.

santé, pollution électromagnétique, risques sanitaires des ondes radios FM et des micro-ondes des antennes relais de la téléphonie mobile

En 2009 (lien 145) j'ai recomplété les mesures en raison de la multiplication des antennes. J'ai comparé ce site à celui du Château d'eau de Saint-Pol de Léon (photo Next-Up) qui supportait environ une vingtaine d'antennes. Le CRIIREM était intervenu sur Saint-Pol de Léon pour faire des mesures suite à des clusters de cancers, leucémies, et une soixantaine de décès pour une tranche d'âge de 30 à 75ans. Idem sur Albi où là aussi on a constaté de nombreux décès et cancers. Depuis des antennes ont été redémontées. Soyons parfaitement clair. Comme je l'ai dit a des médecins lors d'une conférence en Dordogne en 2009 :
 
 

L'innocuité des micro-ondes,
est un fantasme,
c'est un HOAX,
c'est un mythe,






qui a d'abord été propagée par Wattson Watt et l'industrie du radar, et qui remonte au début de la seconde guerre mondiale.

Les médecins incompétents qui affirment que les champs électromagnétiques sont inoffensifs, sont tout simplement des charlatans. Le gouvernement de l'époque avait demandé a Wattson s'il existait un risque pour la santé, en raison des recherches faites par les allemands et les japonais, pour développer un rayon de la mort. Aujourd'hui des armes micro-ondes dites non létales (cliquez ici) de ce type existent. Leur but officiel est de repousser les manifestations violentes, mais elles peuvent être tout à fait létales. Avant de me critiquer, mieux vos connaître ses dossiers. Inutile de dire que cela me fait beaucoup rire quand j'entends nos médecins, experts français de nos agences de sécurité sanitaire ou académiciens, venir nous affirmer que les micro-ondes ne représentent aucun risque pour la santé. Les médecins n'ont aucune compétence pour se permettre d'affirmer que les micro-ondes sont inoffensives, parce qu'ils n'ont jamais eu la moindre formation en école de médecine sur le syndrôme des micro-ondes, dont une partie des effets sont décrits dans un document militaire de l'armée belge depuis les années 70. Les plus avancés dans ce domaine sont évidemment les russes et les américains. De nombreux médecins, y compris des médecins du travail devraient être radiés pour FAUTE PROFESSIONNELLE LOURDE, car par incompétence, ou même par corruption, ou violation du serment d'Hippocrate, comme dans l'affaire de l'amiante (lien 197), vont jusqu'à ignorer les consignes de sécurité qui figurent dans les manuels techniques constructeurs (lien 186) des dispositifs d'émission radioélectrique depuis les années 60, car le serment d'hypocrite est parfois plus rentable. Rien que dans France Télécom, ce n'est pas moins d'une quarantaine de médecins du travail qui ont démissionné, dans ce scandale lié aux suicides. Sauf qu'on ignore OFFICIELLEMENT dans cette affaire si des techniciens antennes n'ont pas été fortement exposés de façon chronique aux micro-ondes des antennes relais de la téléphonie mobile, du Wimax, ou autre. On peut aussi douter de l'existence d'un suivi médical des techniciens intérimaires. On ignore combien de leucémies se sont développées après coup pour cette catégorie professionnelle. Pourquoi on l'ignore, c'est très simple :

    - 1) Déjà pour commencer il y a le secret médical qui permet de censurer tous les risques médicaux des professionnels qui ont été soumis aux produits dangereux de l'industrie.

    - 2) Parce que les opérateurs exigent le silence de ses médecins du travail qui devraient avoir obligation de rendre compte directement au ministère de la santé, de ce qu'ils ont constaté sur le terrain professionnel.

    - 3) L'autre raison, les opérateurs passent par des IP (installateurs privés), qui font eux-mêmes appel à des techniciens intérimaires. Il n'y a donc aucune possibilité de suivi et de contrôle des techniciens, mais c'est l'Etat, et donc les contribuables qui payeront pour les pathologies lourdes qui se déclencheront après chez ces professionnels. J'ai communiqué aux ministres concernés en 2009 une synthèse impliquant une dizaine de techniciens d'antennes dans le cadre d'accidents du travail à l'étranger, car dans ces cas précis j'ai quelques rapports. En France il est impossible d'avoir des informations sur des techniciens exposés de façon chronique, mais une enquête premettrait de découvrir certainement que certains sont passés par la case hôpital.

    - 4) Il est impossible d'avoir les témoignages d'utilisateur de portable victimes de tumeur, car leur site internet ou leur blog sont immédiatement censurés.

    - 5) Il y a des coups de téléphone des opérateurs aux rédacteurs en chef de la presse pour faire en sorte que les interview de leurs anciens techniciens et ingénieurs télécoms ne puissent jamais être divulgués dans les médias.

     - 6) Les opérateurs où les élus politiques téléphonent aussi aux rédactions pour faire fermer et censurer les forums quand des articles sur internet dérangent, de façon à empêcher les témoignages des riverains mécontents. le silence est d'or et s'achète parfois très cher, même au mépris de la santé.

    - 7) Face à des groupes puissants et sans moralité, il y a toujours de bonnes raisons pour que des personnes se taisent par crainte de pressions, ou de perte d'emploi. Les groupes comptent sur cette peur pour obtenir le silence, ce qui leur permet de commettre de plus en plus d'abus. On a ainsi vu des habitants qui ouvraient leur fenêtre sur une antenne relais à moins de 10 mètres en face, rendant de ce fait leur maison totalement invendable, sans parler des antennes de balcon qui sont elles totalement ILLEGALES, car même les distances de sécurité dans ce cas sont inapplicables.


03°) Des experts au service des opérateurs.

Quant à ceux qui ont tenté de me discréditer, il suffit de regarder quels intérêts ils ont, ou encore pour qui ils travaillent, et nous sommes tout de suite fixés sur leurs motifs, j'y reviendrai après l'article du Télégramme. J'avais demandé à M. Bouillet de Bouygues Télécom qui est parti en retraite, pourquoi on trouvait pas d'effets nocifs dans les études financées par les opérateurs, et pourquoi dans celles réalisées par des indépendants et non financées par les opérateurs on trouvait des effets nocifs des micro-ondes sur le biologique. Contrairement aux affirmations des experts officiels, toutes les études réalisées de façon totalement indépendante, et non financées par les opérateurs, démontrent systématiquement des augmentations des effets biologiques, ou des leucémies, ou des cancers à proximité des antennes relais ou des lignes THT. Les médecins qui affirment que les micro-ondes n'ont aucun effets sur la santé sont tout simplement des charlatans, surtout quand il existe des procédés pour mettre en évidence les effets des micro-ondes.

En revanche la majorité des études financées par les opérateurs montrent qu'il n'y a pas de déclenchement de pathologies, ce qui amène bien évidemment à se poser des questions sur l'intégrité et l'honnêteté des uns, surtout après la polémique sur le Médiator. Sauf que la polémique actuelle remet une fois de plus en cause les experts officiels, c'est à dire tous ceux qui sont au service de l'industrie, et qui ont infiltré les institutions sanitaires, ainsi qu'une presse qui se dit pluraliste. On reconnaît comme expert officiel uniquement des personnes qui se disent chercheurs, qui n'ont souvent pas les compétences requises, et qui en réalité vont dans le sens du vent et des intérêts des industriels. Tout chercheur qui critique les produits de l'industrie ne sera jamais reconnu comme experts officiel par l'industrie, ni par l'Etat, ni par l'administration, ni même par les élus politiques. Il est vrai que certains ont leurs campagnes électorales à financer ou leurs clubs de sport à sponsoriser.
 
 
Voilà ma réaction publiée sur le forum du Figaro le 01/11/2010.
"Antennes-relais, pas de risque, c'est vrai, ce sont les experts officiels qui représentent un risque. On nous a déjà servi cette ineptie la veille de Noël 2009 déjà. "Antennes-relais, absence de risque confirmée, Martine Perez 18/12/2009", 10 ans de perdus en débats inutiles et ridicules, en bourrage de crâne dus aux mensonges des experts officiels qui auraient du être révoqués depuis longtemps pour charlatanisme. On a des consignes de sécurité dans les manuels techniques des radars de seulement 5 Kw des navires depuis 1965, qui donnent des consignes de sécurité aux techniciens face aux micro-ondes radar, celles qu'on utilise en GSM, sans parler de l'étude européenne REFLEX qui ne peut être contestée, et d'Interphone qui reconnaît l'augmentation des tumeurs, et dont les chiffres ont été minimisés, en censurant ceux sur les neurinomes. Que les journalistes fassent leur travail et disent la vérité, que les opérateurs tentent d'étouffer." 

Déjà pour commencer les médecins n'ont jamais été des experts sur les risques des champs électomagnétiques. Je voudrais savoir où sont les études épidémiologique de terrain et les études de corps de nos médecins français qui se disent experts sur les  micro-ondes. Ces médecins auraient beaucoup mal à nous expliquer en justice qu'il n'y a eu aucun mort sous, ou en face des antennes relais, puisqu'ils n'ont jamais voulu faire la moindre enquête épidémiologique. Même dans l'affaire de Saint-Cyr l'Ecole, le risque électromagnétique a été SORTI du rapport. Si lors d'une réunion publique vous demandez aux opérateurs ou à un expert officiel de vous signez une lettre affirmant qu'il n'y a aucun risque, vous essuierez systématiquement un refus catégorique. La dernière étude de cohorte réalisée par Henri Lai (lien 193) en novembre 2010 démontre des effets nocifs sur les personnes exposées aux mico-ondes. Un des intervenants de l'article sur la " république des copains" précisait qu'il connaissait les noms de deux ou trois médecins experts qui se faisaient payer très cher. Le Pr Evan lors de l'émission Mots-Croisés n'a pas lui non plus été très tendre avec les experts des agences de sécurité sanitaire. D'ailleurs souvent ce sont les mêmes noms d'experts que nous retrouvons pour défendre les intérêts de toutes les industries.
 
 
Habiter près d'une tour de téléphonie cellulaire peut être très nocif, selon une étude publiée aujourd'hui par National Research Council Journal.

Une étude montre que de FAIBLES niveaux de rayonnement micro-ondes des tours de téléphonie mobile fait augmenter le cancer et de nombreuses autres maladies.

Ces maladies " sont en relation avec l'exposition aux micro-ondes " et se produisent bien au-dessous des limites de sécurité de Santé Canada (*). 

L'étude co-auteur, du Dr Henry Lai de l'Université de Washington révèle que les niveaux de rayonnement micro-ondes qui ont causé des leucémies chez les employés de l'ambassade américaine à Moscou dans les années 1970, sont maintenant couramment rayonnés par les antennes relais de la téléphonie cellulaire dans les quartiers où nous vivons.

05/11/210 - Dr. Henry Lai, University of Washington
 

(*Code de sécurité N°6 de santé Canada).


04°) Article du Télégramme.
 
 
Lorient ville - Le Télégramme
Château d'eau de Larmor-Plage (56). Selon un expert, il faut couper des antennes
11 janvier 2011 à 14h47 -
 

Marc Filterman est expert en ondes électromagnétiques et il a effectué ses propres mesures autour du château d'eau de Larmor. Hérissé d'antennes, celui-ci est dans le collimateur de certains riverains. Il nous livre son analyse.

Vous êtes expert en champs électromagnétiques (lire ci-dessous). Que pensez-vous des antennes de radio et de téléphonie installées sur le château d'eau de Larmor-Plage et dont certains riverains se plaignent ?

Je me doutais bien qu'un jour, il y aurait un problème. J'habite à Paris, mais j'ai une maison à Ploemeur. J'y viens deux fois par an. Ça fait longtemps que j'ai des photos du château d'eau, vu le nombre d'émetteurs qu'il y a dessus. La création de collectifs dans le quartier autour me fait penser à un cas à Albi, où Bouygues Télécom a été obligé de démonter une antenne. J'ai été spontanément faire des mesures avec mon matériel, en 2008 et 2009. Je suis retourné en faire le jeudi 30 décembre 2010, dans une rue et à l'intérieur de maisons situées dans le quartier des Oliviers.

Quels sont les résultats de vos mesures personnelles ?

Rue des Rémoras, j'ai trouvé des mesures entre 3 et 4 volts par mètre. À certains endroits, c'est entre 7 et 8. Dans les maisons où j'ai pu réaliser des mesures, dans une chambre, on était à 2  v/m, mais on se retrouve à 4 v/m près de la fenêtre de toit, ou encore à 4 v/m au-dessus d'un lit en hauteur.

Vos mesures sont-elles différentes de celles effectuées par les laboratoires agréés Cofrac, à l'instigation de la mairie ?

Non, mes mesures sont les mêmes. On est cohérent. Mais il faut savoir que les cabinets agréés Cofrac sont les fournisseurs des opérateurs de téléphonie.

Donc, vos mesures, comme celles officielles, sont en dessous des normes ?

Il faut savoir qu'en France, il n'y a pas de consensus autour des normes. Pour les GSM, la norme en France est de 41 v/m. En fait, ce n'est pas une norme, mais une recommandation européenne de 1999 retranscrite en droit français par décret. Les États membres sont libres de l'appliquer, ou pas. Mais elle ne fixe pas la durée d'exposition. Même à 20 V/m, on peut être hors normes. En réalité, il n'existe pas de normes. La recommandation, on peut l'appliquer, mais si on expose quelqu'un à 41 V/m, de façon permanente, c'est sûr qu'il va se retrouver à l'hôpital. D'ailleurs, la recommandation européenne de 1999 sur les champs électromagnétiques a été déclarée obsolète, par deux résolutions européennes en 2008 et 2009, et il a été préconisé une révision des limites vers le bas.

Les ondes émises par les émetteurs GSM sont-elles nocives ?

Les micro-ondes radar ont toujours été nocives pour la santé et elles ne sont pas différentes de celles de GSM. Des consignes de sécurité existent d'ailleurs dans les manuels pour les radars, depuis les années 60. Et puis les fameuses normes n'ont jamais été réalisées pour tenir compte des enfants. Elles sont calculées pour des adultes, ayant un gabarit de référence de 1,80 m, 90 kg et une tête de 5 kg. Si on veut être extrémiste, comme le sont les opérateurs de téléphonie, toute personne n'ayant pas ce gabarit pourrait être interdite d'utilisation de portable.

Peut-on déterminer une distance de nocivité par rapport au château d'eau de Larmor, par exemple ?
Non, car il faut connaître l'orientation des antennes. La Direction générale de la Santé dit qu'il ne doit pas y avoir d'écoles ou d'établissements sensibles, comme des hôpitaux et des maisons de retraite, dans l'axe des antennes.

Que préconisez-vous pour les antennes situées sur le château d'eau ?

Il faut en couper certaines et diminuer l'intensité d'autres.

Propos recueillis par Sophie Paitier
Tags : château d'eau Marc Filterman antennes champ électromagnétique Larmor-Plage


Un expert des champs électromagnétiques

Marc Filterman est membre du conseil scientifique du Criirem, (Centre de recherche et d'information indépendant sur les rayonnements électromagnétiques non ionisants). Le Criirem réunit des scientifiques, experts des pollutions de l'environnement. Il est accompagné d'un conseil scientifique, une sorte de comité des sages, composé de médecins et d'universitaires reconnus, spécialistes de l'électromagnétisme.

Auparavant, Marc Filterman a été dans l'armée de l'Air, a effectué dix ans de recherche sur les radars (cliquez ici) et a mis en place un laboratoire pour TDF (Télé Diffusion de France), pour simuler les émetteurs de radiodiffusion émettant un protocole numérique.

Il a fait des recherches sur les micro-ondes et est intervenu au Sénat et à l'Assemblée nationale. Il a participé aux réunions du comité opérationnel dans le cadre du Grenelle des antennes présidé par le député François Brotte.
 
 

pollution électromagnétique, risques sanitaires des ondes radios FM et des micro-ondes des antennes relais de la téléphonie mobile

Je rappelle ici que la recommandation européenne de 1999 n'est pas une norme. Celui qui affirme le contraire est totalement inculte et incompétent, et il a besoin de retourner à l'école pour apprendre la signification des mots. Concernant les élus, les politiques ou médecins qui se permettent d'affirmer que les champs électromagnétiques n'ont aucun effets sur la santé, j'aimerais savoir parmi eux combien ont monté un laboratoire ou ont travaillé sur des sources d'émission micro-ondes. Si certains étaient interdits de portable, peut être qu'ils feraient moins de boulette en politique ou en médecine.


05°) Polémique à Hennebont.

Certains élus avant de me critiquer devraient mieux s'informer. Pour répondre à la critique d'un élu suite à l'article du Télégramme du 11/01/2010, voici ce que j'ai communiqué à la journaliste. En réalité les experts du rapport de la DGS de 2001, ont été encore plus STRICTE que je ne l'ai été lors de mon interview. Extraits rédigés par les experts du rapport Zmirou de 2001 de la DGS (Direction Générale de la santé) :
 
 
Page 38 : 
Par contre, le groupe d'experts estime nécessaire que l’AXE des faisceaux principaux des antennes ne soit pas orienté directement vers les LIEUS DE VIE à courte distance (moins de 100 mètres), même si les niveaux de champ mesurés sont très faibles et indiscernables du bruit de fond RF, notamment des bandes FM et radio, et cela pour deux raisons : afin d'éviter de diriger le rayonnement de manière inutile vers le public à courte distance...


Page 180 : 
Concernant le problème spécifique des écoles, les experts recommandent que les faisceaux émis ne puissent atteindre aucune partie des sites scolaires sans l'autorisation formelle de l'école et des parents, ce qui semble une mesure difficile à mettre en ouvre. Ils recommandent également la mise en place de zones d'exclusion efficaces et identifiables, incluant un logo spécifique, et d'inciter les opérateurs à regrouper leurs bases sur des sites communs.

A l'époque les experts se sont mis à couvert avec ces deux phrases, pour éviter des poursuites en justice, tout simplement parce que les consignes de sécurité existent pour certains équipements depuis 1960, et vous interdisent de vous tenir à côté des antennes. Pourquoi certains élus locaux restent sourds aux demandes de leurs administrés, la réponse est simple et se trouve dans les quelques lignes ci-dessous d'un article de Ouest-France du 12/03/2010 sur Hennebont, extrait:
 
 
L'affaire présente un intérêt : « Comme au terrain de sport de Mané-Braz, Orange propose, en contrepartie, d'installer l'éclairage sur le stade de Kerlano. » André Hartereau a souligné que ce serait profitable pour les coureurs à pied. Et l'on sait que la demande d'éclairage est formulée de longue date par le Rugby club.

Inutile de parler des opérateurs, qui dans le but d'imposer la téléphonie mobile, sponsorisent certaines associations paramédicales, des clubs de foot, rugby, cyclistes, ou voiliers, et j'en passe et des meilleurs, comme nous l'ont d'ailleurs précisé des parlementaires au sénat en 2009. Cela ne peut se faire qu'avec des médecins complices qui n'ont jamais eu la moindre formation en école de médecine sur les risques des micro-ondes. Sauf que les riverains d'Hennebont qui sont mieux informés que les élus locaux sur les risques sanitaires des micro-ondes des antennes relais de la téléphonie mobile à côté des habitations, font eux des pétitions (cliquez ici). Dans un article du 21/01/2011 de Ouest-France, les riverains d'Hennebont à Kerlano font savoir qu'ils ne veulent pas de relais à côté de leur habitation.
 

Olivier Prigent, adjoint à l'environnement, a fait état des études réalisées à ce sujet sur la nocivité ou pas d'une telle installation. En soulignant que « l'on est ici en dessous des normes prescrites. » Et que « le danger provient bien plus du récepteur téléphonique employé à l'excès. »

Nous reconnaissons ici les discours des experts et académiciens membres des comités scientifiques des opérateurs et diverses agences sanitaires.


06°) Mise au point sur les risques des micro-ondes.

Nous navons pas du lire les mêmes études. Sauf qu'avec une antenne relais vous êtes exposés vingt quatre sur vingt quatre à plusieurs canaux d'émission micro-ondes simultanément (même pour une seule antenne GSM, il y a trois canaux), alors qu'avec un radar (cliquez ici) d'aéroport, vous êtes exposé à 2 fréquences. En plus un radar (cliquez ici) est à plusieurs kilomètres de votre habitation, contrairement aux antennes relais GSM que vous avez au dessus de la tête, ce qui fait une très grosse différence. La norme dans les pays de l'EST est de 6 V/m pour une journée de travail. Les seuils qui sont données, le sont pour une base de référence limitée à 6 minutes. Si vous êtes à 5 ou 10 V/m en permanence, vous serez hors norme, et vous devez vous attendre à rendre visite fréquemment à votre médecin. Les normes officielles sont inapplicables. Quand j'ai proposé lors d'une audition parlementaire à l'assemblée nationale du Député Alain Gest, d'exposer les experts présents, notamment le Dr Zmirou et Aurengo de l'académie de médecine (cliquez ici), aux normes qu'ils préconisent pour mettre un terme à la polémique, je tiens à préciser que personne ne s'est proposé comme cobaye. En revanche je suis en mesure d'apporter la preuve qu'il y a eu déjà eu des accidents et condamnation d'opérateur à l'étranger, en dessous du seuil réglementaire non thermique, avec une reconnaissance de l'invalidité à 100% pour un ingénieur.

Les opérateurs et experts officiels, bien qu'ils connaissent parfaitement bien depuis longtemps la nocivité des micro-ondes de leurs antennes relais, téléphones portables, et autres, se sont assis sur le principe de précaution, avec en plus la complicité de certains  parlementaires. Il n'y a aucun suivi des techniciens intérimaires et des IP qui vont sur les toits. Pour un scientifique, ex-agent des services secrets britanniques, après examen des clusters de cancer, leucémie en Espagne et en France, ce qui représentait un minimum de plus 2000 élèves touchés, sans parler des décès, il estimait que 3 % des élèves des écoles exposés à des antennes relais pouvaient être touchés par des pathologies lourdes. Il précisait qu'un groupe de médecins irlandais récompensé eux par le prix Nobel contrairement à nos experts français, avaient estimé que 15% des élèves pouvaient être touchés dans le temps. Je trouve pour ma part comme cet agent que leur chiffre est un peu élevé, et il serait intéressant de connaître les durées des périodes d'exposition prises en référence, et la méthodologie utilisée pour arriver à un nombre aussi élevé.

Je ne suis pas médecin, mais pourtant je connais plusieurs moyens pour mettre en évidence les effets nocifs des micro-ondes sur la santé des individus. On peut donc s'étonner de l'ignorance de nos médecins experts et académiciens qui conseillent pour certains en plus nos divers ministres de la santé successifs. Il ne faut donc pas seulement des remaniements ministériels, mais il faut aussi faire des remaniements dans les agences de sécurité sanitaires et dans les académies (voir liens 164 et 165 pour les explications).


07°) Les pathologies se multiplient.

Le maire Victor Tonnerre demandait « Pourquoi les ondes seraient responsables, on n'est sûr de rien. Si on supprime les antennes, il faut supprimer les téléphones portables. » Moi je suis sûr d'une chose, c'est de l'existence des consignes de sécurité qui existent dans nos manuels techniques depuis les années 60, et qu'ignorent aussi nos académiciens, et en ce qui me concerne, je n'ai pas de téléphone portable. Les antennes rapportent 15.000 € par an à la commune de Larmor, piètre rapport financier, surtout quand on sait combien coûte un seul cancer à la sécurité sociale. Les effets sanitaires sur les enfants (cliquez ici) commencent à partir de 1 à 2 V/m. Les effets sanitaires sont en effet liés à l'indice de masse corporelle des individus, et comme les normes ont toujours été calculées pour des adultes ayant un gabarit de référence de 1,80m et faisant 90 kg avec une tête de 5 kg, on devine que les effets seront nocifs à moyen terme pour les enfants. On peut aussi préciser que les personnes qui habitent directement sous une antenne relais n'ont pas d'animaux domestiques, où ils meurent dans les 6 à 12 mois, selon leur indice de masse corporelle, qui est lié à la puissance et aussi à la fréquence de la source. Dans la réalité la téléphonie mobile coûte plus chère à l'état français qu'elle ne rapporte, car là aussi, il faut tout importer, rien n'est fabriqué en France, et en plus c'est une machine à fabriquer des malades à la chaîne.

santé, risques sanitaires, cancer leucémie, antenne relais téléphonie mobile
 
construction de lotissements sous un château d'eau bardé d'antennes radio FM et de téléphonie mobile

Avec la construction de lotissements à côté du château d'eau, les problèmes ont commencé à se multiplier. C'est une des raisons pour laquelle il vaut mieux éviter d'acheter sur plan, sans aller faire une reconnaissance auparavant sur le terrain pour identifier les risques possibles. Plusieurs personnes se sont plaintes de divers maux àLarmor-Plage (cliquez ici), ce qui n'est pas surprenant quand on voit le nombre d'antennes qu'il y a sur ce château d'eau, et qui ressemble à celui de Saint-Pol de Léon. Pour une habitante de Larmor-plage, «Quand vous en parlez on vous prend pour une dingue.» Certains médecins se permettent d'expédier des patients vers la psychiatrie, y compris lors d'auditions parlementaires. Il vous est impossible de réagir face à de telles inepties, car les experts parlent, mais quand on vous donne la parole c'est pour poser une seule question et très peu pour commenter. Les vrais dingues en réalité, sont ceux qui ont préconisé des normes de 41 ou 61 V/m pour le public, et 137 V/m pour les professionnels, qui sont totalement inapplicables.Ces normes n'ont jamais été prévues pour des durées d'exposition permanente. Ce sont en réalité les experts payés par les télécoms pour certains qui ont fait ces normes inapplicables, qui devraient bénéficier d'une camisole de force et être internés. Les habitants constatent qu'ils ont des problèmes de santé, et quand ils partent ailleurs, ils retrouvent la santé. Certains habitants de Larmor-Plage demandent des mesures sérieuses sur un mois. Sauf qu'en réalité nous avons souvent vu des opérateurs baisser ou même couper les antennes relais lors de certains contrôles COFRAC sur le terrain, car ils connaissaient les dates et heures des mesures.

Des adultes ou des enfants en bas âge dans ce secteurs ont été malades, maux de tête, d'oreilles, vomissements, malaises nocturnes, fièvres inexpliquées pendant la nuit. Les médecins n'ont pu identifier l'origine de ces problèmes ou ont suspecté un cancer de l'intestin. En décembre 2007 une fillette sera hospitalisée en urgence, mais les radiographies et échographies ne permettront pas de découvrir la source des problèmes. Sa mère explique «J'ai appris que d'autres enfants dans le quartier dormaient mal... Je me suis rendu compte que je n'étais pas toute seule à avoir des symptômes. J'ai fait des recoupements. À chaque fois que je jardinais, dans la nuit j'étais malade.» Il faut savoir qu'après une exposition chronique, les effets apparaissent après coup, comme chez les professionnels victimes d'expositions chroniques, car les points de brûlure sur les organes internes peuvent apparaître jusqu'à une semaine après, comme le spécifie des manuels de médecine militaire aéronautique.

Il n'y a qu'une solution, il faut baisser les niveaux d'émissions sur certains axes du château d'eau, ou modifier le tilt (inclinaison) des antennes. Suite aux premières alertes liées à des problèmes de santé, le "collectif des Oliviers" s'est créé après avoir pris contact avec l'association Robin des Toits début 2009, et une pétition à recueilli 450 signatures. Robin des Toits a conseillé à l'un des membres du collectif de déménager, ou de dormir au rez-de-chaussée, ce qui a permis d'améliorer la santé de la famille, qui a fini par déménager. Depuis comme par enchantement, ils n'ont plus de malaises et de problèmes de santé. Un autre collectif a aussi pris naissance dans un lotissement à côté du château d'eau:
    - le collectif du quartier d'Ar Menez.
    - des résidents du hameau de la Fontaine se plaignent aussi de problèmes.
    - des résidents à côté du camping Fontaine, à côté de la rue de l'étang.

Dans le quartier de Kervaugam et le lotissement du Hameau de la Fontaine construit en 2007, plusieurs familles signalent des symptômes comme : des acouphènes (sifflements d'oreille), migraine, insomnie. Elle précisait, « mes voisins eux ont des insomnies depuis qu'ils sont là,» idem dans le quartier des Oliviers, où un riverain précise que depuis 2008 son épouse est aussi victime d'acouphènes. Mais là aussi dès que ces personnes partent en vacance ailleurs, leurs symptômes disparaissent.

Les migraines peuvent ne pas être liés systématiquement aux antennes relais, mais elles peuvent être aussi liées à la mise en place d'un routeur ADSL internet équipé avec du Wi-Fi sur un bureau ou à côté d'un lit. C'est le cas des routeurs du type AliceBox, BeBox, DartyBox, Freebox, Livebox, NeuxBox. L'arrivée des routeurs qui intègre la 3G / UMTS ou des femtocells vont encore aggraver la situation si ils sont mis à l'intérieur d'un local habité. L'utilisation des téléphones sans fil et Talky Walky comme ceux utilisés par les polices municipales peuvent être responsable de migraines et tumeurs, et ne parlons pas des téléphones portables. On estime dans les dernières études de fin 2010 que l'augmentation du risque de méningiome est de 68% après 2 à 4 ans, et de 118% après 10 ans d'utilisation du téléphone mobile. Voilà les dernières informations dissimulées par nos politiques et experts français. Cela confirme des évaluations que j'avais estimé il y 2 ou 3 ans sur l'une des pages de mon site, et qui ont été transmises à des députés et politiques. Une autre méta-analyse rend responsable de décès les téléphones portables ou les relais, sans contestation possible. L'étude Reflex réalisée dans le cadre du parlement européen est INCONTESTABLE, et confirme des lésions sur l'ADN, ce qui conduit inévitablement à de cancers à plus ou moins long terme. En réalité ce sont 70% des études référencées dans les bases données médicales qui confirment des effets sur le biologique.

Pour les Pr Henri Lai et Levitt, leurs études épidémiologiques de novembre 2010 démontrent à moins de 400 m des émetteurs l'existence des symptômes associés à l'hypersensibilité électrique, comme des migraines, éruptions cutanées, troubles du sommeil, dépression, baisse de la libido, augmentation du taux de suicide, problèmes de concentration, étourdissements, troubles de la mémoire, un risque accru du cancer, des tremblements, et autres effets neurophysiologiques dans les populations située à côté des stations de base. Ces symptômes diminuent ou disparaissent lorsque les émetteurs sont coupés pour réparation, ou lorsque les fammilles déménagent. Le Pr Henri Lai est lui un véritable expert des risques des micro-ondes qui a aussi mené des expérimentation, contrairement à nos experts français et académiciens, qui sont surtout des experts de la défenses des intérêts économiques des industriels opérateurs, mais pas des intérêts de la santé de la population. Son étude confirme le constat effectué par le Pr Roger Santini (lien 21) publié sur mon site en 2001.


08°) Relevés comparatifs.

Selon la mairie de Larmor-Plage, on trouve sur le château d'eau :
- 1 antenne de Towercast, qui supporte 5 radios de la bande FM,
- X antennes Bouygues,
- X antennes Orange,
- 1 émetteur relais a été installé pour le Wi-Fi (ou Wimax).
Sur la base de donnée ANFR, le Wi-fi n'est pas signalé, et on peut se demander s'il est équipé du Wimax, et si cet information nous serait communiquée.

En décembre 2010 la mairie de Larmor aurait dénoncé la convention avec SFR, mais pour l'instant je n'ai pas trace de démontage de ce relais dans la base de données ANFR. SFR souhaite obtenir un terrain dans la zone artisanale de Kerhoas, pour installer une antenne de 45 mètres, mais je doute que les riverains apprécient l'arrivée de ce nouveau voisin.

Il faut savoir que même quand une habitation est éloignée d'un site émetteur, il n'y a pas de garanti que le niveau soit plus faible, que lorsqu'on habite beaucoup plus près. La raison est liée au relief du terrain et au point d'impact d'un faisceau directif, comme nous pouvons l'avoir avec une lampe torche. Si on habite à 500 m du relais, mais sur une colline, on peut par exemple mesurer jusqu'à 3 V/m dans l'axe horizontal et vertical d'un faisceau, alors qu'à 50 m il sera possible de mesurer 2 V/m. Sur l'image ci-dessous, il est impossible de reproduire tous les faisceaux autour du château d'eau, car il faudrait faire un relevé précis des axes des antennes, et aussi faire des mesures tout autour du château d'eau à des distances différentes. De plus la photo ci-dessous deviendrait très vite inexploitable.

diagramme de rayonnement des antennes relais de la téléphonie mobile du château d'eau de Larmor-Plage

La mesure ci-dessous de 7 à 8 V/m a été réalisée au niveau de l'axe 1 de la carte ci-dessus.
mesure des champs électromagnétiques des antennes relais de la téléphonie mobile et des radios FM, au château d'eau de Larmor-Plage

 

L'ouverture verticale du faisceau d'une antenne relais est de 10°, et le tilt (inclinaison verticale) est pratiquement toujours pointé de 10° vers le bas.

diagramme de rayonnement des antennes relais de la téléphonie cellulaire pour la téléphonie mobile

Le problème c'est que même en étant plus éloigné, on peut mesurer des niveaux plus élevés. Pourquoi ? La réponse est simple, il suffit qu'on soit sur une colline, dans l'axe horizontal et vertical du lobe de rayonnement pour voir le niveau remonter à 3 V/m à 500 m de distance. En plus en province, les émetteurs sont beaucoup plus puissants qu'en zone urbaine.

L'ouverture horizontale d'un faiceau est de 60° ou 120° le plus souvent. Trois antennes de 120° permettent de couvrir 360°. C'est la raison pour laquelle les antennes sont toujours par trois pour chaque opérateur en GSM ou en UMTS. Maintenant il y a des antennes tri-Bandes qui permettent d'émettre en 900, 1800 et 2100 MHz, comme c'est le cas pour celles installéess sur une maison de retraite à Larmor-Plage.

diagramme de rayonnement des antennes relais de la téléphonie mobile
 


Maison de retraite Larmor-Plage.
Avant les antennes GSM étaient mono-bande, c'est à dire qu'elle émettait sur une seule bande de fréquence pour un seul protocole. Si nous prenons les trois antennes installées sur une maison de retraite, une vérification permet de constater qu'elles sont tri-bandes, c'est à dire qu'elles supportent 3 bandes de fréquences, 900 (GSM), 1800 et 2100 MHz (3G UMTS) pour 3 protocoles. Cette solution permet de n'avoir que 3 antennes tri-bandes au lieu de 9 antennes mono-bande, mais la puissance rayonnée est non négligeable, car on doit rajouter la puissance équivalente à deux autres antennes.

maison de retraite et médicalisée pour personnes âgées exposées aux micro-ondes des antennes relais de la téléphonie cellulaire GSM, 3G, 4G, etc...

On peut donc s'étonner d'une telle implantation sur un établissement sensible pour personnes âgées ait été autorisée. Deux roues interdits, mais on peut rajouter "antennes autorisées".

exposition des personnes âgées des maisons de retraite aux micro-ondes des antenne relais de la téléphonie cellulaire GSM, UMTS, 3G, 4G

Certains de ces balcons peuvent se trouver à moins de 10 mètres des antennes relais.

hôpitaux, maison de retraite, maison médicalisée, et risques sanitaires des champs électromagnétiques et des micro-ondes des antennes relais de la téléphonie mobile
 
 
N° d'identification : 197636
Exploitant :  ORANGE 
Adresse : R du Petit Phare 
Code Postal / Nom Commune : 
56260 / LARMOR-PLAGE
Accord ANFR implantation : 22/09/00 
Accord ANFR dernière modif. : 27/10/06 
Hauteur max. des antennes / sol : 17 m 
Système Bande de fréquences 
GSM 900/GSM 1800  0935.1   0947.5 MHz
GSM 900/GSM 1800  0890.1   0902.5 MHz
GSM 900/GSM 1800  1808.1   1831.9 MHz
GSM 900/GSM 1800  1713.1   1736.9 MHz
N° d'identification : 429934
Exploitant : ORANGE 
Adresse : R du Petit Phare 
Code Postal / Nom Commune : 
56260 / LARMOR-PLAGE
Accord ANFR implantation : 01/12/06 
Accord ANFR dernière modification : 
Hauteur max. des antennes/sol : 17 m 
Système Bande de fréquences
UMTS  1910.1   1915.1 MHz
UMTS  2154.9   2169.7 MHz
UMTS  1964.9   1979.7 MHz

En été le niveau est plus élevé qu'en hivers, en raison de la présence des vacanciers. A une centaine de mètres de cette maison de retraite, on peut mesurer sur un axe jusqu'à 3,2 V/m RMS.

mesure des champs électromagnétiques, des micro-ondes des antennes relais de la téléphonie mobile au château d'eau de Larmor-Plage


09°) Émetteurs de téléphonie mobile.

Un contrôle comparatif permet de constater que des émetteurs FM ont été supprimés, donc le niveau normalement a baissé. En décembre à un endroit où je trouve habituellement plus de 7 à 8 V/m en extérieur en août, j'ai trouvé 5 V/m au même endroit en décembre. Maintenant j'ai constaté que des émetteurs de téléphonie mobile ont été rajoutés sur la base de données de l'ANFR. Elle n'est pas mise à jour en temps réel, il est donc impossible d'avoir des informations précises sans faire des contrôles sur place.

La hauteur du château d'eau est de 41, 75 m
La hauteur du château d'eau avec le pylone FM est de 64,05 m
La hauteur des antennes est donnée par rapport au sol.

les micro-ondes ont toujours été nocives pour la santé.

Site 1 rue du château d'eau, Kervogam, 56260, LARMOR-PLAGE
Vérification 12/2007 Vérification 12/2010
N° ID : 381374
Opérateur : 
Installation : 26/08/05
Dernière modif :
Hauteur : 43 m
GSM 1800  1805 - 1880 MHz
GSM 1800  1710 - 1785
N° ID : 381374
Opérateur : ORANGE
Installation : 26/08/05
Dernière modif : 24/10/08
Hauteur : 39 m
GSM 1800  1808.1 - 1831.9 MHz
GSM 1800  1713.1 - 1736.9 MHz
N° ID : 381376
Opérateur :
Installation : 26/08/05
Dernière modif : 
Hauteur : 43 m
UMTS 1964.9 - 1979.7 MHz
UMTS 2154.9 - 2169.7 MHz
UMTS 1910.1 - 1915.1 MHz
N° ID : 381376
Opérateur : ORANGE
Installation : 26/08/05
Dernière modif : 24/10/08
Hauteur : 39 m
UMTS 1964.9 - 1979.7 MHz
UMTS 2154.9 - 2169.7 MHz
UMTS 1910.1 - 1915.1 MHz
N° ID : 409779
Opérateur :
Installation : 13/10/06
Dernière modif :
Hauteur : 42 m
UMTS 1915.1 - 1920.1 MHz
UMTS 1920.5 - 1935.3 MHz
UMTS 2110.5 - 2125.3 MHz
N° ID : 409779
Opérateur : SFR
Installation : 13/10/06
Dernière modif :
Hauteur : 42 m
UMTS 1915.1 - 1920.1 MHz
UMTS 1920.5 - 1935.3 MHz
UMTS 2110.5 - 2125.3 MHz
N° ID : 72594
Opérateur :
Installation : 04/10/96
Dernière modif : 27/07/01
Hauteur :
GSM 900  947.5 - 960 MHz
GSM 900  902.5 - 915 MHz
FH 38.528 - 39.48 GHz
FH 37.268 - 37.5 GHz
N° ID : 72594
Opérateur : SFR
Installation : 04/10/96
Dernière modif : 27/07/01
Hauteur :
GSM 900  947.5 - 959.9 MHz
GSM 900  902.5 - 914.9 MHz
FH 38.528 - 39.48 GHz
FH 37.268 - 37.5 GHz
N° ID : 83392
Opérateur :
Installation : 10/10/97
Dernière modif : 24/11/2006
Hauteur : 41 m
GSM 1800  1710 - 1785 MHz
GSM 1800  1805 - 1880 MHz
GSM 0900  880 - 890 MHz
GSM 0900  925 - 935 MHz
FH 37.268 - 37.5 GHz
FH 22 - 22.12525 GHz
FH 12.75 - 13.25 GHz
N° ID : 83392
Opérateur : BOUYGUES
Installation : 10/10/97
Dernière modif : 14/11/08
Hauteur : 41 m
GSM 1800  1758.3 - 1784.9 MHz
GSM 1800  1853.3 - 1879.9 MHz
GSM 0900  880.1 - 889.9 MHz
GSM 0900  925.1 - 934.9 MHz
FH 37.268 - 37.5 GHz
FH 22 - 22.12525 GHz
FH 12.75 - 13.25 GHz
A signaler la présence de
4 petites antennes Wimax
qui émettent normalement 
entre 3,4 et 3, 6 GHz.
N° ID : 551230
Opérateur : BOUYGUES
Installation : 14/11/08
Dernière modif : 08/10/10
Hauteur : 39 m
UMTS 1935.3 - 1950.1 MHz
UMTS 2125.3 - 2140.1 MHz
UMTS 1900.1 - 1905.1 MHz

risques sanitaires professionnels des champs électromagnétiques des antennes relais de la téléphonie mobile

Après vérification, le Wimax est bien en cour de déploiement dans la région de Lorient. Le déploiement d'un réseau Wimax avec un linéaire de 60 km pour un investissement global de 2,5 M€ était prévu pour 2010 dans le Morbihan, pour 6 villes : Lorient, Larmor-Plage, Lanester, Ploemeur, Quéven et Hennebont. 3 points hauts sont raccordés pour permettre la desserte Wimax des 13 autres communes de l’agglomération, pour courvir une population de 60 000 habitants.
Le WiMAX (Worldwide Interoperability for Microwave Access) est aussi appelé BLR, pour Boucle Locale Radio. C'est une technologie de transmission haut débit qui permet l'épission de données numériques par ondes radio. Contrairement au WiFi qui couvre une faible portée, le WiMAX peut couvrir un rayon de plusieurs kilomètres autour du site émetteur. Le WiMAX émet entre 3,4 et 3,6 GHZ avec des puissances entre 5, 10 et 40 W. On peut cependant trouver des Wimax qui ressemblent à des faisceaux hertziens et qui ont des puissances de 50 et 100 Watts.

Emetteurs FM.
Site 1 rue du château d'eau, Kervogam, 56260, LARMOR-PLAGE. A priori certains émetteurs FM ont été coupés, mais les niveaux restent élevés, ce qui fait de ce château d'eau un des points chauds.
 
N° ID Exploitant Installation Dernière modif Bande Fréquence Fréquence Hauteur 08/2009 12/2010
422461 Towercast 13/10/2006 ------------- FM 87,5 MHz 108 MHz 59 m Marche HS
422462 Towercast 13/10/2006 ------------- FM 87,5 MHz 108 MHz 59 m Marche Marche
422463 Towercast 13/10/2006 ------------- FM 87,5 MHz 108 MHz 59 m Marche HS
422464 Towercast 13/10/2006 ------------- FM 87,5 MHz 108 MHz 59 m Marche HS
422465 Towercast 13/10/2006 ------------- FM 87,5 MHz 108 MHz 59 m Marche HS
422466 Towercast 13/10/2006 ------------- FM 87,5 MHz 108 MHz 59 m Marche HS
422467 Towercast 13/10/2006 ------------- FM 87,5 MHz 108 MHz 59 m Marche Marche
422470 Towercast 13/10/2006 ------------- FM 87,5 MHz 108 MHz 59 m Marche Marche
422471 Towercast 13/10/2006 ------------- FM 87,5 MHz 108 MHz 59 m Marche Marche
452842 Towercast 11/05/2007 ------------- FM 87,5 MHz 108 MHz 59 m Marche HS
452843 Towercast 11/05/2007 ------------- FM 87,5 MHz 108 MHz 59 m Marche HS
452844 Towercast 11/05/2007 ------------- FM 87,5 MHz 108 MHz 59 m Marche HS
452845 Towercast 11/05/2007 ------------- FM 87,5 MHz 108 MHz 59 m Marche HS
452846 Towercast 11/05/2007 ------------- FM 87,5 MHz 108 MHz 59 m Marche HS
602104 Towercast 28/08/2009 ------------- FM 87,5 MHz 108 MHz 59 m Marche Marche

cancer, leucémie, tumeur, santé, risques professionnels des ondes radioélectriques des antenne relais, FM, TV, télévision
 



 
10°) Récapitulatif.

1°) L'innocuité des CEM est un fantasme, un HOAX, et un mythe qui a été propagé par l'industrie et ses complices dès les années 40.

2°) Les micro-ondes radar (cliquez ici) ont toujours été nocives pour la santé, et elles ne sont pas différentes de celles des GSM. 

3°) Les consignes de sécurité sur les risques des micro-ondes existent dans des manuels techniques depuis les années 60, ce que semble ignorer l'académie de médecine.

4°) Tous les médecins du travail (COMME CEUX DE L'AMIANTE) qui se permettent d'affirmer que les micro-ondes sont inoffensives et qu'il n'existe aucune preuve de leur nocivité, devraient être radiés sur le champ pour FAUTE PROFESSIONNELLE LOURDE, car ils vont contre les consignes de sécurité qui existent dans les manuels techniques depuis les années 60 pour certaines sources d'émission dont la puissance ne dépasse pas celle des antennes relais.

5°) Les écoles de médecine ne forment pas le personnel médical sur les risques des micro-ondes.

6°) Les médecins n'ont aucune formation sur les risques du syndrome des micro-ondes et des champs électromagnétiques, comment peuvent-ils dans ce cas diagnostiquer des pathologies liées à des expositions chroniques.

7°) Les médecins sont incapables de calculer les distances de sécurité et durée d'exposition des individus exposés à des sources d'émission.

8°) Tout individu qui se permet d'affirmer qu'il n'existe aucune étude qui prouve la nocivité des CEM devrait être systématiquement condamné par la justice, pour désinformation et mise en danger de la vie d'autrui avec préméditation.

9°) Je confirme les propos du journaliste Patrick Cohen de France Inter, l'indépendance des experts officiels n'existent pas, contrairement aux affirmation du nouveau ministre de la santé, Xavier Bertrant en décembre 2010. Il suffit de consulter certaines pages de mon site internet sur les conflits d'intérêts, et de se référer à un article de la revue Le Point du 4 mai 2001 p56, "la République des copain". 

10°) La Recommandation Européenne de 1999 n'est pas une norme, mais une recommandation que les états européens sont libres d'appliquer ou de ne pas appliquer.

11°) La recommandation européenne de 1999 sur les champs électromagnétiques qui n'est par une norme a été déclarée OBSOLÈTE, à la vue des résultats des nombreuses études scientifiques dont le parlement européen à pris connaissance. Il a demandé à ce qu'il soit procédé à sa révision afin de faire baisser les limites d'expositions actuelles. Résolution européenne du Parlement Européen: 
     - 04/09/2008 - A60260/2008 annexe 9
     - 02/04/2009 - A60089/2009 annexe 9
Cette décision invalide les normes de l'ICNIRP faites par des experts liés à l'industrie des télécoms, et qui a été co-fondé avec le Dr Repacholi qui était aussi à l'OMS. 

12°) Les « normes » n'ont jamais été réalisées pour tenir compte des enfants. Elles sont calculées pour des adultes, ayant un gabarit de référence de 1,80 m, 90 kg, et une tête de 5 kg (3 kg Rapport Zmirou DGS). Si on veut être extrémiste comme le sont les opérateurs, toute personne n'ayant pas ce gabarit, pourrait être interdite d'utilisation de téléphone portable.

13°) Les cabinets d'expertise agréés par l'association COFRAC qui appliquent le protocole ANFR, sont déjà les fournisseur des opérateurs, leur agrément n'est que temporaire, et elles peuvent ne pas être renouvelés.

14°) Lors de certaines expertises, le protocole ANFR est inapplicable dans certaines conditions, notamment sur des sites très techniques.

15°) Les opérateurs sont parfaitement au courant de la nocivité des antennes relais qui n'a rien de psychosomatique comme le confirme une étude financée par les opérateurs Bouygues Télécom, France télécom, et SFR.

Voici une preuve de l'innocuite des micro-ondes, dans une étude, cliquez sur l'image.
danger nocivité des ondes électromagnétiques, risques sanitaires des antennes relais, cancer, leucémie, tumeur

Notes :
EHS : Electrohypersensibilité
SMO : Syndrome des Micro-Ondes
SICEM : Syndrome d'Intolérance aux Champs Électromagnétiques.

Sources :
Télégramme  du 29/12/2010
Télégramme  du 11/01/2011
Télégramme Larmor-Plage
Ouest-France du 12/03/2010 sur Hennebont
Ouest-France du 21/01/2011



 
  Retour au chapitre sur les antennes relais de la téléphonie mobile
  Retour au SOMMAIRE du SITE.
  TRANSLATE - TRADUIRE.
Nom du site   Risques sanitaires des champs électromagnétiques, santé, cancer, leucémie, tumeur
Adresse du site danger risque sanitaire de la pollution électromagnétique santé cancer leucémie tumeur du cerveau
Auteur du site : Marc FILTERMAN
Adresse e-mail : marcfilterman@hotmail.com
© Protected by Copyright - Reproduction interdite.