© Protected by Copyright - Reproduction interdite.
Adresse du site
sites de secours
danger risque sanitaire de la pollution électromagnétique santé cancer leucémie tumeur du cerveau
Nom du site   Prévention sur les risques professionnels sanitaires des micro-ondes
Auteur du site   Marc FILTERMAN
Adresse e-mail   marcfilterman@hotmail.com
  TRANSLATE - TRADUIRE
  Retour au Sommaire du site
  Retour au chapitre sur la pollution électromagnétique des micro-ondes


203°) AFSSAPS est radicalement inutile,
tout comme l'académie de médecine, l'OMS,
et les autres agences de sécurité sanitaires,
et des médecins devraient faire l'objet de radiation
pour charlatanisme.
Les agences de sécurité sanitaire française ne servent à rien, et elles en ont donné la preuve, comme l'OMS, l'Organisation de Mondiale de la Santé, qu'on peut rebaptiser Organisation Mondiale de la Supercherie, suite aux divers scandales dont elle a été à l'origine, que ce soit pour la téléphonie mobile, ou la vaccination contre la grippe A. Un médecin, n'a jamais été compétent sur les risques des micro-ondes, même s'il fait parti de l'acamédmie de médecine, et même s'il s'appelle le Dr André Aurengo. Les rayonnements non ionisants et ionisants sont deux choses totalement différentes, d'autant plus que le type de modulation d'une onde à aussi des effets sur le spectre cérébrale et le biologique, ce que savent les services secrets depuis très longtemps, pour l'avoir étudié notamment dans les pays de l'EST. Si les médecins avaient fabriqué des antennes micro-ondes ou travaillé sur des guides d'ondes et cornets, ils sauraient que ces ondes sont loin d'être inoffensives.

Ce qui est dit actuellement contre l'industrie pharmaceutique qui a infiltré toutes les institutions, peut être dit aussi pour le lobby de la téléphonie mobile qui a infiltré toutes les institutions en multipliant les partenariats dans toutes les institutions. Plus grave, des scientifiques dont les travaux ont été réalisés dans le cadre de l'OMS et financés en partie par les opérateurs à hauteur de 25% au moins, se désolidarisent maintenant de la politique officielle de l'OMS et de l'académie de médecine. Suite aux nouvelles révélations du 27 janvier 2011 aux USA, comme pour les chercheurs qui ont été complices du lobby du tabac, les chercheurs au services du lobby des télécoms, leurs experts officiels, médecins et même politiques, pourraient bien être contraints un jour ou l'autre de s'expliquer devant la justice, en raison des fraudes sur les études financées par l'industrie et rédigées sur des documents officiels, sans parler de la désinformation réalisée dans la presse. Une certaines catégorie de chercheurs pourraient avoir très chaud dans un délai peut être même inférieur à 5 ans, et il est plus que probable que les politiques et les élus et politiques qui ont joué les anguilles soient eux aussi inquiétés, surtout pour ceux qui auront reçu des avantages directs ou indirects des membres du lobby des télécoms, avec des scandales de conflits d'intérêts qui éclabousseront tout le monde.
 
 
A quoi sert l'AFSSAPS, TF1, 05/02/2011.
Dr Aquilino Morelle.
Une structure lourde, lente, peu réactive, figée dans une sorte de bureaucratie sanitaire...

Un bilan peu glorieux pour une agence au moyens impressionants.

1000 salariés
2000 experts experts répartis en :
                    - 08 directions
                    - 11 commissions
                    - 12 groupes d'experts
                    - 34 groupes de travail

Un buget de 111 Millions d'euros financé à 80% par l'industrie pharmaceutique.
Le Pr Even est en charge d'un rapport sur la refonte de cette agence.

Pr Philippe Even.
"On doit avoir une attitude active, exactement ce qu'à fait Irène Frachon, toute seule du fin fond de la France. Elle a fait tout le boulot en 2 ans que l'AFSSAPs n'avait pas fait en 12 ans. Elle montre à la fois que c'est possible, et pire, que l'AFSSAPS est radicalement inutile. Et puis pire que tout, il y a l'influence incroyable des laboratoires."

L'agence à 2 missions principales, autoriser et évaluer les médicaments d'une part,
surveiller leur effets secondaire d'autre part, 
c'est ce qu'on appelle la pharmacovigilence.

Deux personnes ont incarné pendant deux décennies ces deux fonctions :
Les Dr J-m Alexandre et Anne castot.

Cette dernière est toujours en poste, et elle n'a guère convaincu cette semaine, devant la mission d'enquête du sénat sur le Mediator.
 

Commission d'enquête du sénat.
Sénateur Jean Désessart.

"Je dois dire que je suis un peu perplexe, parce qu'à chaque fois qu'on vous posait une question,
le rapporteur ou le Président vous avez dit, ah ben là je ne pouvais pas, parce qu'il y avait l'Europe, ah ben là je ne pouvais pas, parce que mon directeur il n'avait pas l'air d'accord, la je ne pouvais pas parce que..."

Les 3/4 des experts déclarent avoir des liens financiers avec l'industrie pharmaceutique.
Pour la premère fois nous avons été autorisé à filmer un moment d'une commission à l'agence, et pour la première fois l'industrie pharmaceutique était absente de la salle, alors qu'elle était systématiquement présente jusque là, l'agence vient en effet de décider de ne plus inviter les laboratoires dans cette commision.

Conclusion, à quoi sert l'AFSSAPS, à rien (cluiquez ici).

 
L'audition du sénat est visible sur ce lien.
Audition du Sénat sur l'AFSSAPS et le Mediator
Durée : 1:19:16
Date   : 01/02/2011
Commission(s) : mission d'information médicaments
Intervenant(s) : CASTOT Anne (Chef de service de la surveillance du risque, du bon usage et de l'information sur les médicaments à l'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (AFSSAPS).
 
Le Pr Philippe Even déclare : "Tous les médicaments Servier sont inutiles!"
Je rajouterai au même titre que les agences de sécurité sanitaire, l'OMS, et
l'académie de médecine, qui se sont distinguées par une insécurtié sanitaire
flagrante au service et au protfit de l'industrie.
A chaque fois qu'il y a eu des alertes sur un produit, systématiquement elles
sont arrivées par le biais de pays étrangers, comme le démontre la décision
prise en Belgique, voir le reportage de TF1 de janvier 2011, cliquez ici.

Il est intéressant d'entendre dire sur l'un des lien vidéo, que beaucoup de monde, d'experts, sont originaires de Neuilly. Les opérateurs de téléphonie mobile pratiquent la même technique que le laboratoire Servier. Ils infiltrent tous les milieux, politiques, sportifs, médiatiques, associatifs, académiques, médical et autres. Les opérateurs pour obtenir des autorisations d'implantation des maires sans aucune constestation, proposent de financer l'aménagement de leurs installations sportives, ou de sponsoriser de nombreux clubs de sports, ou associations, dont certaines mériteraient très certainement un sérieux contrôle, mais là aussi, il faut  les moyens pour mener les enquêtes.

Le laxisme de l'académie de médecine ainsi que son inefficacité totale s'est aussi particulièrement distingué sur les pesticides avec la contamination des sols dans les îles, l'amiante, le sang contaminé, Tchernobyl, le bisphénol A, le scandale des traitements de la radiothérapie qui ont brûlé et handicapés de nombreux patients, de multiples médicaments inutiles ou même dangereux pour certains, l'aspartame, etc... Certaines associations qui se disent " pour le "pluralisme scientifique" se sont aussi attaquées au Pr Belpomme dès qu'il a révélé que les pesticides pouvaient avoir des effets sanitaires nocifs jusqu'à la 4ème génération. En grattant un peu on retrouve dans ces associations les mêmes experts qui travaillent pour l'industrie. On parle de l'obésité en France, mais on ne parle pas du tout des matières grasses végétales hydrogénés, et si je prends le cas de l'aspartame, que l'ANSE qui remplace l'AFSSET semble découvrir seulement maintenant, le problème est connu depuis les années 90, avec des bulletins de mise en garde publiés à plusieurs reprises pour les pilotes de l'aviation civile, et aussi militaire. Exemple :
U.S. Air Force - Flying Safety du 20/05/1992 n°48: Aspartame ALERT.

Il paraît qu'en France nous n'avons par le droit de critiquer une décision de justice, sauf que l'académie de médecine s'est elle arrogée se droit en toute impunité, car elle n'a pas admis qu'on se préoccupe de  la sécurité sanitaire des riverains, ce qui est en quand même un comble pour une institution en charge de la défense de notre santé. Rien que cela devrait motiver la fermeture de l'académie de médecine, car il n'y a pas de raison pour qu'elle n'est pas le même comportement avec d'autres produits dangereux, ce qui a aussi été confirmé avec le dossier de l'amiante.

C'est la preuve que l'académie de médecine, l'OMS et nos agences de sécurité sanitaire ne servent strictement à rien et ne sont pas du tout crédibles, et qu'elles passent leur temps à nous racontrer des cracs, et a protéger les intérêts de l'industrie, mais pas la santé de la population française. Mieux, de nombreux médecins violent le serment d'Hippocrate en toute impunité, sans pour autant être radiés.

Le Dr Aubineau a fait l'objet de critiques dans un article par les pseudo-experts non scientifiques de l'AFIS sur les pseudo-sciences, qui se fait passer pour une association indépendante pour le pluralisme scientifique, mais qui est en réalité une entité d'intelligence économique à la solde de l'industrie, et pas de la sécurité sanitaire, au même titre que le site Alerte environnement. D'ailleurs tous les experts de l'AFIS ou auteurs d'articles dits scientifiques, sont en réalité des experts qui sont liés à l'industrie. On ne reconnaît que comme expert officiel en France, que des personnes qui donnent systématiquement raison à l'industrie, même quand elles n'ont pas compétence pour le faire. On voit intervenir dans les médias des pseudo-experts officiels qui n'ont aucune compétence sur les champs électromagnétiques, et qui ont encore moins travaillé avec. En plus ces pseudo-experts qui n'ont mené aucune enquête et expérience de terrain, se permettent de juger les travaux des scientifiques étrangers indépendants, qui eux sont certainement plus compétents que les précédents, car ils ont réalisé des enquêtes, mené des expériences sur des cobayes, et ils ont mis en évidence les effets avérés et nocifs des champs électromagnétiques. Quant au Dr Anne Perrin qui est en réalité l'auteur de cet article de l'AFIS et qui critique l'étude Comobio du Dr Aubineau (cliquez ici), elle attaque sans preuve scientifique réelle, sinon en vantant son titre de médecin du service de santé des armées et en précisant qu'elle est membre de l'URSI et du SFRP, où on retrouve là aussi comme par hasard beaucoup de membre de l'industrie lourde, un mélange des genres comme à l'AFSSAPS.
Ondes électromagnétiques : comment s’y retrouver dans l’information ?
par Anne Perrin - SPS n° 285, avril-juin 2009

Le Dr Anne Perrin, comme le Dr Aurengo membre de l'académie de médecine, semblent totalement ignorer l'existence de manuels qui fixent les distances de sécurité, ainsi que les durées d'exposition, pour chaque système, mais pas en France, cela serait trop beau. Les militaires qui sont à bord de blindés équipés de jammer (brouilleur radio) en Afghanistan doivent savoir qu'en plus de la distance de sécurité, il y a aussi des durées d'exposition à respecter. Que des médecins du travail qui n'ont jamais travaillé sur les micro-ondes ne viennent pas m'affirmer le contraire. Même si une distance de sécurité de 1 mètres est donnée par exemple pour une durée d'xposition de 6 minutes pour un jammer, ce n'est pas parce que vous êtes à 3 mètres de l'antenne que vous serez automatiquement en sécurité, surtout si vous êtes exposés pendant deux heures sur la tourelle char. Le Dr Anne Perrin critique aussi l'étude sur les plants de tomate du Pr Ledoigt de l'Université de Clermont-Ferrant, dont le laboratoire a été bouclé, interdiction de travaiiller sur le sujet des micro-ondes. Voilà comme le Président Sarkozy encourage la recherche scientifique en France. Vous apprendrez là aussi avec intérêt qu'il existe un partenariat entre l'université de Clermont-Ferrant et France Télécom, ceci explique ces attaques contre les scientifiques indépendants. On peut ainsi lire sur page de l'université de Clermont-Ferrant :
"Les travaux de recherche sont très souvent effectués en partenariat (20% des thèses ont des financements CIFRE) avec des organismes publics : CEMAGREF, CEA, CNRS, DGA, INRA, INREST, ONERA, SNCF..., de grandes entreprises : Aerospatiale, Michelin, PSA, Renault, Siemens, EDF, France Telecom R&D, et des PME-PMI innovantes : Biobasic Environnement, Digital Design, ITMI, Ligeron SA, Poseidon, Sol Solutions..."

Voilà un exemple d'avis de l'académie de médecine sans aucun fondement scientifique, sinon un militantisme forcené au profit des intérêts de l'industrie. Avis de nos académiciens derrière lequel se réfugie l'AFOM qui représente le lobby des télécoms:
" Réduire l’exposition aux ondes des antennes-relais n’est pas justifié scientifiquement "
Mes réactions sont en rouge suite à la publication de cet avis sans aucune consistence scientifique, voir lien 164.
On opinion est  que "Réduire l’exposition aux inepties de l'académie de médecine est scientifiquement justifié" et une nécessité. Le plus grave, c'est le comportement de certains médecins du travail qui induisent maintenant aussi volontairement ou par incompétence des professionnels en erreur.

Le Pr Roger Santini (lien 22) du temps où il était à l'Insa de Lyon avait lui aussi fait l'objet d'attaques. Je ne serai pas long à découvrir que l'un des plus gros fournisseurs de France Télécom avait un partenariat avec l'INSA de Lyon, et je le mettrai d'ailleurs en garde. Ses ennuis commenceront quelques semaines plus tard. Voilà un état concret de la recherche scientifique indépendante en France. Le président Sarkozy veut que la recherche se développe en france, mais visiblement certaines recherches indépendantes sont totalement interdites. Quant à la fondation santé radiofréquence, c'est un des repère du lobby des télécom, au même titre que l'ICNIRP, qui n'est pas s'en rappeler les méthodes du CPA, le fameux Comité permanent amiante (lien 197), qui lui aussi coûte très cher à la sécurité sanitaire, et à l'assurance maladie.

Vous comprenez maintenant pourquoi aucune recherche ne peut être réalisée en France (lien 26) sur les risques des ondes radios. Le Dr Perrin n'a pas osé mettre en cause le programme REFLEX, qui lui est totalement incontestable. Reflex a mis en évidence les détériorations de l'ADN, et confirme les travaux d'Henry Lai de 1994, et aussi du WTR du Dr George Carlo en 1999, tous deux discrédités à l'époque par le lobby des télécoms. Quant à ceux comme l'académie de médecine qui ont essayé de mettre en cause l'une des études, il s'est avéré par la suite que cela a été une opération menée par des conspirationnistes au service de l'industrie pour discréditer la TOTALITE du programme REFLEX et ses chercheurs, ce qu'a oublié de nous dire l'AFIS. Nous avons ci-dessous la preuve de de l'innocuité des champs électromagnétiques, avec ce type de commbinaison de protection qui existe depuis 1960. Sauf que les normes actuelles ne tiennent compte uniquement que des effets thermiques, mais pour les détériorations de l'ADN, ou les taux de modification de diverses protéines, il faut savoir qu'en réalité qu'il n'existe aucune norme, et c'est un VERITABLE SCANDALE.

Chacun se rappellera du scandale des radiothérapies qui a éclaté en 2007. Ce scandale a fait des centaines de victimes, ce qui montre encore un peu plus s'il le fallait l'incompétence de notre médecine sur les risques de la manipulation des sources micro-ondes, affaire que tout le monde a oublié, et que les mandarins de la médecine se sont empressés d'étouffer. Plus grave, cela a montré surtout l'incompétence des biophysiciens en charge du calibrage de ces machines.

M. Malabiau de la DGA/CTSN, n'était pas du tout de cet avis comme nous avons pu le constater lors d'une conférence en mars 2006 où intervenait d'ailleurs le Dr Dixsault de l'AFSSE. J'accorde plus de crédibilité aux affirmations des scientifiques américains comme le Dr Ross Adey (ex-médecin du programme Apollo à la NASA) et le Dr Becker, qu'à nos médecins et académiciens qui ont perdu toute crédibilité comme nos politiques et l'OMS. Les Dr André Aurengo et Anne Perrin, M. Veyret, le Dr Martine Hours et autre devraient savoir que nous avons depuis les années 60 des consignes de sécurité dans les manuels techniques qui affirment que les  micro-ondes sont dangereuses, les mêmes que celles que nous utilisons en GSM qui sont elles aussi pulsées comme sur les radars. Pour la téléphonie 3G (UMTS), le type de modulation est différente, et pour réagir aux opérateurs qui affirment que ce protocole est moins nocifs, je m'oppose en faux à cette affirmation qui est une tromperie aggravée de plus comme je viens de l'écrire à un ministre.
Je dispose de manuels techniques de 300 à 500 qui donnent les distances de sécurité pour chaque système radioélectrique, les équipements de radio fixe, mobile ou portable, de radionavigation, radar, brouilleur, satellites, pour des périodes d'exposition limitées à 6 minutes ou même 2 minutes selon la fréquence, ce que devrait savoir nos prétendus experts. Il suffit pour cela de consulter les manuels. Et pourtant la puissance de ces systèmes est nettement inférieure à celle des antennes relais GSM. Quand on utilise du matériel américain, ce sont les consignes de sécurité constructeur et normes américaines qui s'appliquent, surtout en aviation, car les circulaires de la FAA sont internationales, et non pas les recommandations européennes.
risques professionnels, depuis le début des années 60, on a des consignes de sécurité sur les risques des micro-ondes radios et radars car elles ont toujours été nocives pour la santé
visière de protection métallisée contre les risques de cataracte, suite à une exposition aux micro-ondes radio ou radar
M. Malabiau de la DGA informait l'ensemble des ingénieurs présents que les militaires pouvaient faire valoir leur droit de retrait à bord des portes-avions et autres navires, et que nous avions 3 zones autour d'une installation radio ou radar qui se décompose ainsi :
Zone 1 : interdite
Zone 2 : réglementée
Zone 3 : autorisée
Pour une VLE donnée la durée d'exposition autorisée est évidemment de 6 minutes
Pour les radars maritimes ne dépassant pas 25 KW la zone de sécurité est de 20 mètres.
zone, interdite, réglementée, autorisée, autour des sources d'émission radar ou radio
Pour certains radars embarqués sur les navires, la distance de sécurité peut aller jusqu'à 650 mètres dans l'axe du faisceau primaire. Les études scientifiques menées sur des militaires et techniciens de l'armée aux USA, dans les pays de l'Est, et même en chine, ont démontré que les ondes radioélectriques et radars avaient des effets nocifs sur les militaires comme je l'ai précisé lors d'un colloque au Sénat en 2002. Sur du personnel technique militaire elles ont provoqué des leucémies, cancers, purpura hémorragiques, dépressions, suicides, cataracts, ictères, radionécrose, radiodermite, etc...
 
- De 1950 à 1954, 40.000 militaires de la navy aux USA pendant la guerre coréenne avait un taux de cancer deux fois plus élevé que le personnel exposé faiblement.

- De 1970 à 1979 les soldats polonais de 20-29 ans ont été exposés aux micro-ondes radar, et l'incidence du cancer étaient 5,5 fois plus élevé que ches les soldats non-exposés. Le taux de cancer le plus élevé était de 6,7 et concernaient le sang et les tissus lymphatiques.

Le 27/10/2010, le Figaro publie un article : « Antennes-relais : pas de risque selon des scientifiques »

Je constate une fois de plus que des experts officiels et académiciens se permettent de publier à chaque veille de Noël des inepties sans faire l'objet du moindre rappel à l'ordre, ni révocation. Alors que le Président Sarkozy se permet d'appliquer un principe de précaution à outrance en multipliant les radars routiers contre les conducteurs qu'il se permet de traiter de criminel, on ne peut que constater le laxisme de ce même Président et de son gouvernement contre les chauffards des micro-ondes de la téléphonie mobile. Il suffit donc d'être académiciens et polytechniciens dans ce pays pour pouvoir se permettre d'affirmer et d'écrire n'importe quel mensonge qui va contre les intérêts sanitaires de la population, et les intérêts financiers des mutuelles et des caisses d'assurance maladie. Dans un article du Figaro on peut lire :
« Les radiofréquences émises par les antennes-relais de téléphonie mobile ne présenteraient aucun « risque significatif » pour la santé : c'est en tout cas la conclusion d'un livre paru par un collectif de scientifiques et de médecins, intitulé « Champs électromagnétiques, environnement et santé ».
Sous l'égide d'Anne Perrin, (IRBA - Institut de Recherche Biomédicale des Armées) et de Martine Souques, le livre s'appuie sur des études épidémiologiques et des expertises collectives ».
Le 2 février j'ai adressé une lettre au ministre du travail et de la santé en rappelant divers Conflits d'Intérêts, qui ne datent pas d'hier, puisqu'ils avaient déjà été dénoncés à plusieurs reprises depuis 2001. Inutile de préciser que je n'attends aucune réponse. EXTRAIT :
 
 
Je souhaite aussi rappeler quelques articles à polémique qui ne datent pas d'hier.

01/05/2001- p30 : "Désinformation d'Etat" - Une polémique éclate entre Science & Avenir et l'AFSSAP sur l'indépendance des experts vis à vis de l'industrie.

04/05/2001 : Mise en cause de l'indépendance des experts de l'INRS, l'INERIS, l'AFSSAPS. Les Déclarations Publiques d'intérêts (DPI) des experts sont absentes des rapports annuels. Maintenant elles sont présentes, mais non vérifiées. Ils ont pourtant pour obligation de déclarer leurs liens directs ou indirects avec les industriels. (Le Point 4 mai 2001 p56 "La République des copains").

16/01/2001 : Si on prend le rapport de la Direction Générale de la Santé de 2001 sur la téléphonie mobile dont on dit qu'il est impartial, il n'est pas du tout mentionné que les experts qui ont participé à sa rédaction, ont aussi mené des études pour, et financées par le lobby GSM. Jamais ils ne parlent des durées d'exposition liées aux risques des micro-ondes, qu'on cache sous le terme de durée de mesurage comme dans le document européen du 30 juillet 1999. On trouve aussi d'autres anomalies très choquante pour un rapport dit impartial en charge de la santé (p16+123), comme ci-dessous:
« Aussi dans un document de travail, l'Organisation Mondiale de la Santé met elle en garde les autorités sanitaires contre l'adoption de mesures, inspiré par le souci légitime de rassurer une opinion publique et de prévenir d'hypothétiques conséquences sanitaires (sic), qui ne seraient pas scientifiquement fondées. » 

L'objectif des experts de la santé est normalement en priorité de se soucier de la santé de leur patients, et non pas de la santé économique de l'industrie.

Je ne vais pas réécrire ici tout ce que j'ai dénoncé sur les sujets N°164, 165, 175, 176, 177, 179, 181, en livrant tous les noms, et encore je n'ai pas eu le temps de tout dénoncer. Nous retrouvons toujours les mêmes noms d'experts et académiciens liés aux télécoms présents dans toutes les institutions sanitaires et autres, et aussi dans les conseils scientifiques des opérateurs ou industriels, est-ce normal. Ces experts seront aussi discrédités lors d'une audition du sénat américain (voir sujet 168) suite à la publication des dernières études. Il me paraît évident qu'une réforme en profondeur de nos académies est une nécessité, car des médecins ne peuvent satisfaire au serment d'Hippocrate d'un côté, et de l'autre aux intérêts des industriels. Ces experts et agences sanitaires pratiquent le jeu des chaises musicales comme lors des remaniements ministériels. Nous voyons toujours les mêmes noms partout, qui se limite à une petite dizaine pour le GSM, et qui se répandent dans les médias en fausses déclarations.

.../... L'AFOM se réfugie derrière les affirmations officielles rassurantes de l'Etat, de l'OMS, et le communiqué des experts des trois académies du 16/12/2009 (lien 164), qui stipulait « Réduire l’exposition aux ondes des antennes-relais n’est pas justifié scientifiquement. » Ces experts sont en plus membres des comités scientifiques des opérateurs comme je l'ai rappelé lors de mon intervention, en rappelant que les dernières études étrangères se multipliaient à l'étranger et démontraient des effets nocifs, comme Reflex, Interphone, et qu'une révision de la recommandation européenne avait été demandée en 2009. Comment se fait-il que l'AFOM et l'académie de médecine ne sont pas sanctionnées pour des affirmations qui relèvent de la fraude. De plus une étude de cohorte du Pr Lai et Levitt de novembre confirme l'augmentation des risques de cancers et leucémies à côté des relais...
 

Extrait de l'AFSSET DU 15/10/2009
Les radiofréquences : mise à jour de l’expertise relative aux radiofréquences, l'AFSSET recommande de réduire les expositions. 

 Face aux incertitudes l'AFSSET considère qu’il convient d’agir et fait les recommandations suivantes : développer la recherche, pour lever les incertitudes qui demeurent et se tenir aux  aguets des signaux nouveaux qui émergeraient ; réduire les expositions du public

 Le rapport de l'AFSSET met en évidence l’existence d’effets des radiofréquences sur des fonctions cellulaires, rapportés par une dizaine d’études expérimentales considérées par l'AFSSET comme incontestables.
.../...
Pour l’Afsset ils constituent des signaux indéniables. 
 

L'AFSSET comme l'AFSSAPS ont toujours été infiltrés par des experts en lien avec l'industrie, dont le but est de faire introduire dans les conclusions des phrases contradictoires pour entretenir le doute, alors qu'il n'y aucun doute sur la nocivité des micro-ondes depuis les années 50. Ce sont les mêmes techniques que le lobby du tabac, dont plusieurs experts ont eu très chauds, car ils ont participé à la rédaction d'études et d'expertises frauduleuses qui ont provoqués des morts, et certains ont été contraints de s'expliquer devant la justice américaine.

Ce qui relève de la FRAUDE, c'est par exemple d'affirmer que l'étude Interphone ne démontre pas d'augmentation des tumeurs, alors que c'est TOTALEMENT FAUX. Le débat est totalement focalisé sur les risques des téléphones portables, pour empêcher la mise en cause des antennes relais pour favoriser une mise en place anarchique sans aucune entrave, afin d'interdire tout retour en arrière. Pourtant dès 1997, le Dr Repacholi avait mis en évidence la nocivité des ondes de la téléphonie mobile sur des cobayes. L'information a été censurée dans toutes les revues scientifiques pour ne pas déclencher de panique, et le Dr Repacholi a été promu à la tête du programme EMF à l'OMS, et aussi à la tête de l'ICNIRP, où on retrouvait M. Bernard Veyret du CNRS, conseiller scientifique de Bouygues Télécom. Le Dr Repacholi sera contraint de quitter l'OMS, et à une retraite anticipée (cliquez ici), suite à des révélations qui stipulaient qu'il avait touché des fonds du lobby des télécoms. On comprend mieux pourquoi l'OMS n'a jamais reconnu la nocivité des micro-ondes et des CEM. L'OMS est aussi infiltrée et sous le contrôle de l'industrie.
 
 
Directeur Général Lee Jong - Wook
Avenida Apia 27 1211 Ginebra 27 Suiza 
Motif: Une intervention urgente est requise pour enquêter sur les crimes de l'un de vos employés contre la santé mondiale.

Dear Sir,

Le 5 Juillet 2005, il a été révélé au public que l'un de vos employés, le Dr Michael Repacholi, responsable d'un projet sur l'évaluation des effets sur la santé de la technologie mobile et des lignes de transport d'électricité de l'Organisation Mondiale de la Santé, a perçu 150.000 $ par an de l'industrie des mobiles, et autres indemnités pour des meetings et Voyages. Cela signifie que les règles de l'OMS ont été transgressées, car elles interdisent de recevoir de l'argent directement de l'industrie. En outre, le Dr Repacholi est accusé d'avoir invité les représentants de l'industrie de l'électricité pour revoir l'étude des travaux scientifiques et à participer activement en vue d'évaluer les normes sanitaires à venir sur les champs électromagnétiques émis par les lignes électriques. Les noms des représentants de l'industrie de l'électricité sont très clairs et tous les détails décrits ci-dessous en pièce jointe afin que vous puissiez les consulter.

Le Dr Repacholi systématiquement a minimisé et ignoré pendant des années, plusieurs découvertes scientifiques qui ont une base commune : 

- de nouveaux résultats qui montrent que la technologie mobile n'est pas sans danger et ne peut être distribué librement, sans avoir à en payer prix pour la santé de la population mondiale. Le parti du Dr Repacholi représente une menace pour la santé mondiale (plusieurs millions de personnes sont entre vos mains), et jamais un ennemi a autant menacé le monde. 

Le Dr Repacholi défend les intérêts de l'industrie et endort le public sur les dangers de la technologie, sur les preuves des dangers qui ont été documentées dans des études scientifiques, avec l'approbation des experts. 

Le refus du Dr Repacholi a conduit les gouvernements à prendre des mesures de sécurité appropriées, et a coûté des vies.

Le Dr Repacholi a été invité à répondre aux publications en ce qui concerne l'argent qu'il a reçu directement de l'industrie, et qu'il n'a pas nié avoir reçu directement de l'industrie du mobile, $ 150.000 par an.

Est-ce la politique officielle de l'OMS de coopérer avec l'industrie au détriment du public? Si non, pourquoi cette question n'est pas instruite? Nous vous avons envoyé une pétition internationale pour écarter le Dr Repacholi, pour le bien de l'intérêt public. Nous n'avons reçu aucune réponse de votre part. 

L'Institut Karolinska est l'une des clés de référence de l'OMS, c'est pourquoi nous tenons à attirer votre attention sur le fait que le professeur Olle Johanson a communiqué à la Conférence sur la sensibilité électromagnétique à Prague, et le Dr Repacholi a diffusé de fausses informations concernant la reconnaissance de l'électrosensibilité par le gouvernement suédois. Et ce n'est pas un hasard si à cette conférence, une recommandation a été émise aux gouvernements pour dissuader le public de mesurer le rayonnement dans leur foyer. C'est un énorme préjudice qui a été causé au public, parce que les personnes exposées a des niveaux élevés de rayonnement dans leur maison subissent un risque si on ne leur dit pas comment les détecter. 

Maintenir les gens ignorants et passifs constitue un crime contre le public, en autorisant l’industrie à garder un contrôle total, pour déterminer ce qu'est une approche « scientifique ».

La relation étroite avec le Dr Repacholi et l'industrie remonte à plusieurs années, ce n'est pas nouveau, mais au fil du temps, cette progression, s'est faite aux frais du public.

Incidemment, le fait d’utiliser plusieurs fois les mots « science » ou « scientifique » dans un paragraphe, comme le Dr Repacholi tend à le faire, ne prouve pas qu’il soit réellement un scientifique. Si quelqu’un fait un travail scientifique, il ne se sent pas obligé d’utiliser continuellement le mot science, parce qu’il n’a pas à prouver ou à donner l’impression qu’il réalise un travail scientifique. Il FAIT de la science, un point c’est tout. L’insistance continue du Dr Repacholi à dire qu’il fait de la science ou que ses messages au public reflètent le consensus scientifique sont en contradiction totale avec ses actions réelles.

Le fait que le Dr Repacholi recommande aux gouvernements de dissuader les personnes de mesurer les rayonnements dans leur maison, est un bon exemple de cette dérive extrême. Nous espérons suncèrement que l'argent de l'industrie n'a pas aveuglé d'autres employés de l'OMS sur l'intérêt public, compte tenu des documents qui ont été publiés récemment et qui montrent que l'industrie du tabac et de l'amiante ont été fortement impliqués au sein de l'OMS, ce qui a  empêché de conduire des actions plus strictes pour protéger le public (voir pièces jointes). Nous ne sommes pas disposer à voir cela se reproduire. Nous sommes préoccupés par le manque de réponse suite aux données publiées, car l'évaluation de la science du Dr Repacholi est déformée.

S'il vous plaît, nous vous demandons d'intervenir d'urgence afin d'étudier les conflits d'intérêts avec le Dr Repacholi. Si nous ne recevons pas de réponse satisfaisante dans les deux semaines, nous allons envisager sérieusement de résoudre le problème par des voies légales ou autre.
 
 

Respectueusement,
 
 

Robert Rieldlinger Prof. Olle Johansson Iris Atzom Klaus Rodulph BI-OEGA CI-OMEGA Citoyens contre les rayonnementes volontaires. 
Emilio Iglesias Delgado, Sevilla, España Elleen O’Connor. 
Admistrateur EM Radiation Research Trust, UK Penny Hargreaves Agnes Michael Raz.
Membre du Parlement de nos représentants dans les pays. 
Chef du Parti des verts Scientifiques en Nouvelle-Zélande.
 

Autre extrait de la lettre adressée le 2 février 2011 au ministre de la santé et du travail, M. Xavier Bertand, qui est toujours restée sans réponse.
 
 

QUESTIONS – REMARQUES

Je trouve assez stupéfiant, et je voudrais savoir comment des médecins qui n'ont jamais eu la moindre formation en école de médecine, font pour affirmer que les micro-ondes sont inoffensives pour la santé des individus, ce qui est FAUX, d'où l'ensemble de mes remarques ci-dessous. Les médecins qui affirment que les micro-ondes n'ont aucun effets sur la santé sont tout simplement des charlatans, surtout quand il existe plusieurs procédés simples pour mettre en évidence les effets nocifs des micro-ondes sur les humains.

01°) L'innocuité des champs électromagnétiques est un fantasme, un HOAX, et un MYTHE qui a été propagé depuis la seconde guerre mondiale par les membres de l'industrie, notamment par Watson Watt, pour ne pas entraver le développement des radars.

2°) Les micro-ondes radar ont toujours été nocives pour la santé comme le précise des manuels constructeurs depuis 1960, et elles ne sont pas différentes des micro-ondes des GSM.

3°) Les consignes de sécurité existent dans les manuels techniques constructeurs de certains systèmes depuis les années 60, ce que semble ignorer l'académie de médecine.

04°) Comment se fait-il que j'ai des manuels techniques qui me précise les distances de sécurité pour chaque système radioélectrique par rapport à une durée d'exposition des individu limitée à 6 minutes.

05°) Comment se fait-il que les agences sanitaires donnent les VLE (Valeur Limite d'Exposition) sans donner les durées d'exposition, ce qui pourrait valoir des poursuites à l'encontre de tous les ministres de la santé successifs, mais aussi contre les responsables et experts des agences sanitaires.

06°) Pourquoi la durée d'exposition des individus est passée sous silence ou a été transformée en durée de mesurage, ce qui est une fraude criminelle préméditée.

07°) Le personnel médical lors de son passage par les écoles de médecine ne fait l'objet d'aucune formation sur les risques des champs électromagnétiques et des produits de l'industrie en général, ce qui a aussi été le cas pour l'amiante. Ce sont les médecins de terrains qui constatent les pathologies et non pas les médecins assis derrière un bureau et qui ne reçoivent aucun patient.

08°) Les médecins n'ont aucune compétence pour se permettre d'affirmer que les micro-ondes sont inoffensives, parce qu'ils n'ont jamais eu la moindre formation en école de médecine sur le syndrome des micro-ondes, dont une partie des effets et des mécanismes sont décrits dans un document militaire de l'armée belge depuis les années 70.

09°) Comment des médecins qui sont totalement incompétents sur les champs électromagnétiques et qui n'ont jamais travaillé ou été exposés à des sources micro-ondes peuvent guérir et identifier l'origine des pathologies liée au syndrome des micro-ondes et aux expositions chroniques.

10°) Tous les médecins du travail qui se permettent d'affirmer que les micro-ondes sont inoffensives et qu'il n'existe aucune preuve de leur nocivité, devraient être radiés sur le champ pour faute professionnelle lourde, en violation des consignes de sécurité constructeurs qui existent dans les manuels techniques depuis les années 60 pour certaines sources d'émission dont la puissance ne dépasse pourtant pas celle des antennes relais.


11°) Les médecins sont incapables de calculer les distances de sécurité et durée d'exposition par rapport à des sources d'émission.

12°) Tous les médecins qui affirment que les champs électromagnétiques sont inoffensifs pour la santé devrait être systématiquement radiés et poursuivis pour charlatanisme.

13°) Tout médecin, expert officiel, représentants des télécoms, élu politique, qui se permet de d'affirmer qu'il n'existe aucune étude qui démontre les risques sanitaires des champs électromagnétiques sur la santé devrait être systématiquement poursuivi et condamné en justice pour désinformation, tromperie aggravée, et mise en danger volontaire de la vie d'autrui.

14°) Pourrait on m'expliquer comment des médecins non formés sur les risques des champs électromagnétiques peuvent déclarer que leurs patients doivent aller en psychiatrie, alors que même des arbres dépérissent quand ils sont dans l'axe des antennes et des faisceaux hertziens, et que les rats cobayes meurent ou sont victimes de tumeurs quand ils sont exposés aux ondes.

15°) Comment se fait-il qu'une experte officielle de l'AFSSET, Mme Martine Hours lors de son exposé le 08/12/2005 au Colloque santé environnement à l'Assemblée Nationale, présidé par Mme la Député Kosciusko-Morizet, puisse se permettre de déclarer qu'on ne connaissait pas les mécanismes des effets des micro-ondes : « on ne connaît aucun mécanisme par lequel les champs électromagnétiques dans cette gamme d'énergie et de fréquence pourraient avoir un effet négatif sur la santé » et elle rajoute, « à ce jour, aucun système sensoriel humain permettant de percevoir ce type de champ n'a été identifié ».
Surpris par cette affirmation j'ai déclaré que je ne comprenais pas son affirmation puisque dès 1975, trois mécanismes étaient cités dans un document militaire d'un médecin général de l'armée belge pour le personnel aéronautique :
- 1) mécanisme de saturation diélectrique,
- 2) mécanisme sensori-moteur,
- 3) mécanisme d'orientation électromagnétique (utilisé tous les jours par toutes les ménagères de France ne serait-ce que dans les fours micro-ondes).

Après lui avoir souligné ces trois points, elle me répondra « je suis incompétente pour répondre car je ne suis qu'épidémiologiste. » Sauf que ce sont les mêmes experts incompétents qui critiquent aussi les études des chercheurs étrangers compétents qui EUX mènent des expérimentations.

16°) Comment se fait-il que nos experts sanitaires officiels et médecins de l'académie de médecine soient totalement incapables de mettre en évidence les effets des champs électromagnétiques sur la santé, alors que même moi qui ne suis pas médecin, je connais plusieurs procédés simples qui permettent de mettre en évidence les effets nocifs des micro-ondes sur les individus.

17°) Comment se fait-il justement que nos épidémiologistes français soient totalement incapables de réaliser des études épidémiologiques de terrain, ou des études de cohorte, alors que plusieurs pays étrangers ont eux été capables d'en produire. La question de l'incompétence de notre « élite sanitaire française » se pose donc.

18°) Pourquoi votre ministère de la santé n'a pas ordonné à ses épidémiologistes d'étudier les statistiques des ordinateurs de la sécurité sociale, qui permettent de détecter l'augmentation de consommation de certains médicaments et d'une ou plusieurs pathologies à côté des antennes, comme je le préconisais dans mon sujet internet N°23 en 2002. Aucun contrôle, n'a été fait pour mettre en évidence des clusters à côté des antennes relais qui coûtent très chers à la sécurité social.


19°) Comment se fait-il que des adhérents d'associations aient eux réussi à mettre en évidence une surmortalité par cancer et leucémie dans leur quartier équipé d'antennes relais, sans que les DASS et les élus locaux ne daignent s'en inquiéter et mener la moindre enquête.

20°) Quand certains prétendus experts sur les CEM déclarent qu' il faut prouver les effets avec des études sérieuses et non des fantasmes, je vois surtout que certains de ces experts ont des lacunes intellectuelles sérieuses, qu'ils sont totalement incompétents et partiaux et qu'ils ne retiennent que les études favorables aux industriels, qui ont été financées par ces derniers.

21°) Tout représentant des télécoms qui se permet d'affirmer que des études comme Interphone ne démontrent une augmentation des tumeurs devraient faire l'objet de poursuites pour fraude.

22°) Je confirme les propos du journaliste Patrick Cohen de France Inter, l'indépendance des experts officiels dans tous les domaines est inexistante comme le démontre plusieurs pages de mon site.

23°) La recommandation Européenne de 1999 faite sous la pression d'experts français au service des opérateurs n'est pas une norme, mais une recommandation que les états européens sont libres d'appliquer ou de ne pas appliquer, et que de nombreux états européens ont refusé d'appliquer, sauf la France comme par hasard.

24°) La recommandation européenne de 1999 sur les champs électromagnétiques qui n'est par une norme a été déclarée OBSOLÈTE, à la vue des résultats des nombreuses études scientifiques dont le parlement européen à pris connaissance. Il a demandé à l'unanimité ce qu'il soit procédé à sa révision afin de faire baisser les limites d'expositions actuelles. Résolution européenne du Parlement Européen:
- 04/09/2008 - A6-0260/2008 annexe 9
- 02/04/2009 - A6-0089/2009 annexe 9

Cela n'empêche pas NOS ACADEMICIENS DE REFUSER D'EN TENIR COMPTE car ils ont raison contre tous. Cette décision invalide aussi les normes de l'ICNIRP, qui est une émanation des experts au service du lobby des télécoms et du Dr Repacholi de l'OMS qu'il sera contraint de quitté suite aux explications qui lui ont été demandé sur les 150.000 $ perçus du lobby des télécoms.

25°) Les « normes » n'ont jamais été réalisées pour tenir compte des enfants, elles sont calculées pour des adultes, ayant un gabarit de référence de 1,80 m, 90 kg, et une tête de 5 kg. Si on veut être extrémiste comme le sont les opérateurs, toute personne n'ayant pas ce gabarit, pourrait être interdite d'utilisation de portable.

26°) La majorité des jugements rendus en faveur des opérateurs par des magistrats qui n'ont pas compétence et qui ont pour certains délibérément violé l'article 6 de la convention européenne des droits de l'homme, en affirmant qu'ils n'existent aucune preuve des effets médicaux sur les humains, alors que des centaines d'études prouvent le contraire, soit au moins 70%.

27°) Les cabinets d'expertise agréés COFRAC qui appliquent le protocole ANFR, sont déjà fournisseur des opérateurs, et les agréments peuvent ne pas être renouvelés, une menace permanente pour les empêcher d'être trop virulents contre les opérateurs.

28°) Lors de certaines expertises sanitaires, le protocole ANFR est inapplicable dans certaines conditions, notamment sur des sites très techniques.

29°) Les résultats des études sous contrôle des opérateurs sont systématiquement faussés, minimisés, quand ils ne sont pas frauduleux comme dans l'étude Interphone (lien 180).


30°) Les opérateurs sont parfaitement au courant de la nocivité des antennes relais qui n'a rien de psychosomatique. Une étude de sociologie financée par les opérateur Bouygues Télécom, France Télécom, et SFR spécifie (liens 66-154) :
« Ces études, comparées les unes aux autres elles font apparaître des cohérences que l'on pourra difficilement mettre sur le compte de réactions psychosomatiques. »

31°) M. Veyret du CNRS conseille de Bouygues écrivait en 1991, « Pourtant, à très faible puissance quand l'apport calorifique est négligeable, des effets subsistent et ne peuvent être expliqués que par des interactions "spécifiques" entre les ondes et des récepteurs à définir (membranes près d'un changement de phase, protéines, complexe ligand-récepteur, substratenzyme, etc...). Dans ce dernier cas, il apparaît que la notion de dose est importante puisque certains effets paraissent cumulatifs. »
Source: Etudes Expérimentales Portant sur les Actions Biologiques des Radio-Fréquences B. Veyret, ENSCPB, Université de Bordeaux I, 33405 Talence (et conseiller scientif. de Bouygues)

32°) Bernard Veyret lors d'un débat radio auquel je participais déclarait en 2000 :
« Dans ce cas là, les normes existent pour le public et pour les travailleurs dont il fait partie, et il est informé en principe par son médecin du travail de l'existence de cette norme et de la façon de les respecter. Sachez que quand une antenne standard est installée sur un immeuble, et qu'on se tient à environ 50 cm au delà de l'antenne, et bien sûr dans son axe, et pas derrière elle, on est à la limite des normes d'exposition. Donc si on rentre à l'intérieur de cette enceinte, c'est à dire plus près de l'antenne, donc là, on est au-dessus des normes. Et là il faut soit arrêter l'antenne soit prendre des précautions particulières pour pouvoir intervenir. Et ça c'est le médecin du travail de la société correspondante d'expliquer, et donc de prévoir cette intervention. »
Il oublie de parler des durées d'exposition alors qu'il fait aussi parti de l'ICNIRP. 

33°) Pour de nombreux chercheurs (M. Ivan L. Beale de l'université d'Auckland  et M. John R. Goldsmith de l'université de Ben Gourion, Berr-Sheva Israël), les effets sur l'organisme de ces rayonnement subis à haute dose peuvent être désastreux.

34°) La dernière étude de cohorte d'Henry Lai de novembre 2010 sur la téléphonie mobile démontre une augmentation des cancers et leucémies à proximité des relais.

35°) Les académiciens et l'académie de médecine sont contredits, extrait de la notice du Blackberry 9700 (lien 194). « Lorsque vous portez le terminal BlackBerry près de votre corps, utilisez un étui approuvé par RIM avec un attache-ceinture intégré ou maintenez une distance de 0,98 pouces (25 mm) entre votre terminal BlackBerry et votre corps lorsque le terminal BlackBerry est en cours de transmission. L'utilisation d'accessoires pour porter le terminal BlackBerry près du corps, autres que des étuis avec attache-ceinture intégré approuvés par RIM, peut entraîner une exposition à une radio fréquence plus élevée que celle autorisée par les normes en matière d'exposition si les accessoires sont portés sur votre corps lorsque le terminal BlackBerry est en cours de transmission. Les effets à long terme d'une telle exposition pourraient présenter un risque de blessures sérieuses. Pour plus d'informations à propos de la conformité de ce terminal BlackBerry avec les directives de la FCC en matière d'émissions RF... » De plus en plus de constructeurs se mettent à couvert, et certains opérateurs commencent à se séparer de leur activité de téléphonie mobile.


En conclusion, un certain nombre de médecins au service de l'industrie avant la santé de leurs patients devraient être radiés, car en plus non seulement ils ont coûté très cher à la sécurité sociale, mais en plus ils ont participé en protégeant les intérêts de l'industrie, à la fabrication de centaines de milliers de malades, et plusieurs milliers de morts à la chaîne, victimes de tumeurs et cancers à cause des portables et des relais, comme pour l'amiante. On doit s'étonner à la CNAM de l'absence d'indicateurs d'alerte lors de la sur-consommation de certains types de médicaments précis dans un quartier ou un HLM, de la non recherche des causes comme les antennes relais, alors que les pharmaciens aussi constatent une augmentation anormale de certains médicaments dans des quartiers précis, comme par hasard arrosés par des antennes relais, comme à Larmor-Page. Comment se fait-il qu'il n'y ait pas de signaux d'alertes sur les ordinateur de l'assurance maladie, comme je le soulevais sur mon site, sujet 23, dès janvier 2002, et pourquoi il n'y a pas d'enquête dès qu'une sur-consommation est identifiée dans un quartier. Voilà ce que j'écrivais : « Le gouvernement a pourtant accès aux statistiques des ordinateurs de la sécurité sociale, qui lui permettent de détecter la moindre augmentation d'une ou plusieurs pathologies, mais il ne fait aucun contrôle, sa responsabilité peut donc être mise en cause. » D'ailleurs ce point était soulevé ce jour lors d'une audition parlementaire sur le Médiator au Sénat.

Conclusion.
Aucun professionnel ne peut travailler à côté d'une antenne pendant plusieurs heures sans avoir des problèmes pour sa santé. Un seuil et une distance de sécurité doivent toujours être données obligatoirement par rapport à une durée d'exposition.
Le ministère de la santé devrait normalement sans qu'on le lui demande procédé à la radiation des médecins qui violent le serment d'Hipprocrate, car ils ne peuvent pas d'un côté prétendre soigner les patients et de l'autre défendre les intérêts des industriels. Il y a conflit d'intérêt, pour ne pas parler de corruption passive.

Il faut savoir que tous ceux qui expédient des courriers sur les risques électromagnétiques au ministère de la santé ne reçoivent pratiquement jamais de réponse. C'est à croire que des représentants des opérateurs siègent au service du courrier du ministère du travail et de la santé, pour procéder à un classement vertical. Les représentants des opérateurs disposent d'ailleurs d'un badge qui leur permet de rentrer comme ils veulent dans toutes les institutions parlementaires, alors pourquoi pas dans les ministères.

Mon opinion, c'est qu'une académie de médecine qui se permet de remettre en cause les principes de la physique de base des champs électormagnétiques et de la modulation, et les résultats des études scientifiques indépendantes de l'industrie, doit être fermée.

En période de crise économique, si les agences de sécurité sanitaires et l'académie de médecine ne sont pas capables de faire un travail de sécurité sanitaire, il faut tout simplement les fermer, cela fera des économies, et il faut laisser ce rôle de sécurité à des associations et médecins de terrain qui eux autres ont sonné des alertes dans de nombreux domaines, signaux que notre élite d'experts (sic) et politiques ont systématiquement ignoré.




 
  Retour au chapitre sur les antennes relais de la téléphonie mobile
  Retour au SOMMAIRE du SITE.
  TRANSLATE - TRADUIRE.
Nom du site   Risques sanitaires des champs électromagnétiques, santé, cancer, leucémie, tumeur
Adresse du site danger risque sanitaire de la pollution électromagnétique santé cancer leucémie tumeur du cerveau
Auteur du site : Marc FILTERMAN
Adresse e-mail : marcfilterman@hotmail.com
© Protected by Copyright - Reproduction interdite.