© Protected by Copyright - Reproduction interdite.
Adresse du site
sites de secours
danger risque sanitaire de la pollution électromagnétique santé cancer leucémie tumeur du cerveau
Nom du site   Prévention sur les risques professionnels sanitaires des micro-ondes
Auteur du site   Marc FILTERMAN
Adresse e-mail   marcfilterman@hotmail.com
  TRANSLATE - TRADUIRE
  Retour au Sommaire du site
  Retour au chapitre sur la pollution électromagnétique des micro-ondes


204°) Le gouvernement du Président Sarkozy
couvre les fraudes, et la désinformation
du lobby de la téléphonie mobile.
Le 26/10/2010, le Daily Telegraph révélait des résultats de l'étude Interphone qui prouvaient que le risque des tumeurs augmentait avec l'utilisation d'un téléphone mobile GSM, et qu'il doublait de façon significative le taux des tumeurs des glandes salivaires, et qu'il quadruplait les neurinomes de l'acoustique. J'avais déjà signalé ces informations depuis mai 2010 sur le lien 180. Dès 2000, j'avais annoncé l'arrivée des neurinomes de l'acoustique lors d'une émission de radio.
Le 18/12/2009, les académies des sciences, académies des technologies et l'académie de médecine réagissait en émettant un avis en faveur des opérateurs de la téléphonie mobile (lien 164) : « Réduire l'exposition aux ondes des antennes-relais n'est pas justifié scientifiquement ». La preuve ci-dessous. En ce qui me concerne, mon opinion est la suivante : « Réduire l'exposition du public aux inepties des experts et académiciens est justifié scientifiquement et sur le plan sanitaire ». La question qu'il faut poser au ministère de la santé, c'est au bout de combien de tumeurs du cerveau, de cancers et de décès, les politiques reconnaîtront la nocivité des champs électromagnétiques.

Les chauffards des micro-ondes en France roulent sans AUCUNE limitation de vitesse. Pour la loi HADOPI, alors que le gouvernement du Président Sarkozy a été capable de sortir en 3 jours un décret applicable immédiatement pour obliger Free à communiquer les coordonnées de ceux qui téléchargent de la musique illégalement, il a été totalement INCAPABLE de contraindre les constructeurs et opérateurs de la téléphonie mobile d'afficher le DAS (débit d'absorption spécifique) des téléphones portables dans les grandes surfaces, alors que la situation sanitaire se dégrade de plus en plus en France. Roselyne Bachelot, Ministre de la santé avait déclaré en 2010, « le débit d'absorption spécifique (DAS) devra être affiché sur les lieux de vente, ainsi que sur toute publicité pour ces appareils », oui mais pas avant 2011.

Le 12 octobre 2010, la publication d'un décret et d'un arrêté ont été effectué dans le silence le plus total des médias, car il sera obligatoire d'afficher dans tous les points de vente "ainsi que dans toute publicité pour ces appareils" le DAS, le niveau de rayonnement ou plus exactement le niveau de nocivité des téléphones portables et des terminaux mobiles, mais seulement à partir d'avril 2011. Ainsi cela a été annoncé par un communiqué du ministère de la santé la veille d'un week-end, le vendredi soir 16 octobre 2010 très tard, il ne fallait surtout pas que cela fasse le 20H00 des journaux télévisé. On sait pourtant depuis 1999 avec la mise en garde du Dr George Carlo et du Pr Henri Lai en 1994, que les micro-ondes ont des effets génotoxiques sur l'ADN, mais personne n'a rien fait, alors que nous voyons les cancers et les tumeurs exploser, ce qui se traduit par une augmentation des tarifs des mutuelles et dépenses des caisses d'assurance maladie.

Le DAS traduit le niveau de rayonnement électromagnétique des téléphones mobiles que peut recevoir votre cerveau. Il serait plus juste de parler du degré de nocivité des portables et des smartphones, qui doit être inférieur à 2 W/kg pour 10 grammes de tissus contiguë en Europe. La norme américaine est de 1,6 W/kg mais en plus pour seulement 1 gramme de tissu contiguë, ce qui revient à dire que beaucoup de portable supérieurs à 1,3 W/kg serait interdit au canada et aux USA, mais la cervelle des européens doit être plus solide que celles des américains je présume.

Le communiqué ministériel précise que cette mesure avait été décidée lors d'une table ronde "Santé et Radiofréquence" organisée en avril 2009 par le ministre de la Santé, Roselyne Bachelot, Nathalie Kosciusko-Morizet (Economie numérique) et Chantal Jouanno (Ecologie). Tout comme au départ on avait préconisé d'interdire les portables au moins de 14 ans, mais au final le gouvernement se contente des moins de 6 ans. Ainsi à la veille des élections présidentielles de 2012, l'AFOM a réussi l'exploit d'obtenir le laxisme gouvernemental le plus total, et pourra vendre des portables aux enfants à partir de 7 ans. On peut imaginer que nos élus seront remerciés financièrement d'une façon ou d'une autre par les opérateurs, qui trouveront toujours un moyen détourné de participer au financement des campagnes électorales via des fondations et associations.

Pour ma part je déconseille déjà depuis 2004 d'utiliser les téléphones portables de plus de 1 W/Kg, et le rapport Interphone me donne raison puisque celui-ci démontre un risque d'augmentation des tumeurs de 118% pour la tranche d'âge de 30 à 59 ans, bien que des défauts méthodologiques aient été introduits volontairement pour minimiser les risques, mais si on gomme l'artefact de la tranche d'âge cela nous ramène 180% avec la tranche de 20 à 80 ans, comme dans l'étude de Hardell de 2006. De plus les opérateurs ont fait disparaître de cette étude les résultats sur les taux de neurinomes de l'acoustique qui ont explosé pour ne conserver que la parotide, le gliome et le méningiome. Les cataractes et cancers de l'oeil et autres ne sont pas pris en compte dans cette étude. On fait des campagnes de prévention télévisées contre le tabac, ou pour des dépistages des cancers du sein pas toujours justifiés et pour des vaccinations, mais on ne fait rien pour limiter l'utilisation des portables par les jeunes, alors qu'on sait depuis 1999 que des risques existent pour le cerveau, surtout chez les jeunes. L'image ci-dessous avait été diffusée dans le livre de Roger Santini depuis 1999.

Les micro-ondes des téléphones portables GSM, UMTS, 3G, 4G, pénètrent profondément le cerveau des enfants

Le gouvernement français espère interpeller les utilisateurs de téléphones mobiles sur le niveau du DAS, dans ce cas on se demande pourquoi le ministère de la santé ne fait pas des campagnes publicitaires télévisé dans ce sens.

Nos experts et académiciens affirment eux qu'il n'y a aucun risque, mais qui se gardent bien de se proposer comme cobaye à une borne relais quand on leur propose de mettre un terme à la polémique. On se demande dans ce cas pourquoi aucun média n'a parlé de ce décret sur le DAS dans les journaux télévisés, ou aussi peu. Combien de fois nous avons entendu des membres du lobby des télécoms venir se répandre dans la presse pour déclarer que les champs électromagnétiques sont inoffensifs ? Aucune étude ne démontre une augmentation des cancers et tumeurs. Les études scientifiques n'ont rien trouvé de nocif, surtout quand elles sont financées par les télécoms.
1°) Même l'académie de médecine est totalement discréditée maintenant depuis que des constructeurs de téléphone mobile recommandent sur leur notice de ne pas coller le portable contre la peau, car il risque de provoquer des blessures sérieuses. Dans le cas ou certains souhaiteraient un procès, il ils risqueraient d'être confrontés a des notices en tribunal, et même à des documents qui datent de 1970, et qui déjà à l'époque comportaient des consignes de sécurité pour les travailleurs et utilisateurs de divers systèmes.
2°) Ce type de déclaration est une fraude, et de la tromperie scientifique aggravée avec une mise en danger volontaire de la vie d'autrui, mais qui est cautionnée par le gouvernement du Président Sarkozy, qui ne fait rien contre les risques industriels, bien au contraire il est complice. Le gouvernement actuel applique le principe de précaution, quand celui-ci peut enrichir les membres de son club d'amis industriels, mais dans le cas contraire, ils s'abstient de toute intervention. Alors que l'Allemagne est revenue en arrière sur la mise en place du Wi-Fi depuis 2007, en France on fait le contraire, le gouvernement le laisse se répandre dans les écoles et même les hôpitaux. Il faut préciser que nous avons comme pour l'amiante et Tchernobyl des médecins qui usent de leur influence, mais pas de leur compétence ni de leur éthique, pour aider les télécoms à imposer leurs systèmes partout, alors que les véritables experts et scientifiques savent depuis les années 50 que tous ces champs électromagnétiques sont nocifs.

3°) Le Président Sarkozy applique le principe de précaution quand celui-ci peut enrichir les industriels. Par exemple, la sécurité routière permet la vente de matériel, et rapporte surtout beaucoup à un vendeur de radar unique, qui détient tout le monopole français. Chaque année les radars deviennent de plus en plus sophistiqués et donc de plus en plus coûteux, pour mieux enrichir cet industriel. Chaque année c'est un marché de plusieurs millions d'euros, qui finira de ruiner la France économiquement, par la multiplication des retraits de permis.

La vaccination contre la grippe A, à aussi permis d'enrichir l'industrie pharmaceutique, et au passage quelques agences spécialisées en communication et proches du gouvernement. Un jour ou l'autre, dans 5 ou 10 ans peut-être, on finira par apprendre qu'il y a eu des "réto-commissions". Le rapport de la cour des comptes remis à l'Elysée le 17 février est là pour prouver la gabegie de l'Etat au profit de l'industrie.

En revanche vous ne trouverez aucun plan de prévention contre les suicides même s'il y en plusieurs milliers chaque année, car là il n'y pas moyen de vendre des radar pour taxer les suicidés, et encore moins les faire payer s'ils sont décédés, il est donc impossible d'enrichir les industriels.

Pour ce qui est de la téléphonie mobile, même si cette industrie à fait des milliers de morts, certainement plus qu'avec le Mediator, et des dizaines de milliers de personnes victimes de pathologies lourdes, là aussi le gouvernement, l'Elysée,  restent tous deux sourds et aveugles. Il est vrai que ce n'est pas le gouvernement qui décide, c'est en réalité le Président Sarkozy qui ordonne, et pas les ministres. On ne recherche pas les causes en France, car cela permet aussi d'enrichir au passage les dirigeants de l'industrie pharmaceutique qui paye des impôts et peut aussi sponsoriser les activités de certaines communes et élus. Si les micro-ondes provoquent des troubles du sommeil ou du comportement, cela permet de vendre des anti-dépresseurs, somnifères et psychotropes qui seront remboursés à prix d'or par la sécurité sociale.

4°) Une autre fraude est couverte par le gouvernement du Président Sarkozy. Il faut savoir qu'une VLE (Valeur Limite d'Exposition), ne peut jamais être donnée seule. Une VLE doit toujours être donnée avec une durée d'exposition, dans le cas contraire nous sommes là aussi dans le cadre d'une fraude avec préméditation, avec mise en danger volontaire de la vie d'autrui.

5°) Les magistrats des tribunaux français ont violé délibérément dans tous les procès l'article 6 de la convention européenne des droits de l'homme, en faveur des opérateurs de téléphonie. Les tribunaux français n'ont pas le droit d'éliminer sous un prétexte fallacieux les études médicales et scientifiques qui démontrent la nocivité des champs électromagnétiques, et normalement ils ont pour obligation de motiver leur jugement, ce qui n'est jamais fait. La justice et l'état français peuvent donc être poursuivis pour un défaut d'impartialité et pour avoir refusé de tenir  compte des études scientifiques qui démontrent des effets sanitaires. Les tribunaux en rendant un jugment qui fait référence aux déclarations de l'OMS et des académies violent l'article 6 de la convention européenne des droits de l'homme.


Des experts officiels et académiciens en décalage avec la recherche.

Les académiciens et experts officiels, au service des opérateurs et autres membres du lobby des télécoms prétendent nous dire la vérité, ou plutôt leur vérité, ou celles des industriels, sur les micro-ondes dans un livre « Champs électromagnétiques, environnement et santé » édité par Springer. Les auteurs veulent clarifier (SIC) un débat "biaisé" par "une sur-représentation des points de vue minoritaires qui déplaisent surtout aux industriels des télécoms. Ils ont tout intérêt à censurer les informations gênantes et la multiplication des études qui démontrent les effets nocifs de la téléphonie mobile, raison pour laquelle les prix des mutuelles vont exploser. Ce sont plutôt nos académiciens et experts officiels qui font parti de la minorité, surtout quand certains sont financés par ces mêmes industriels des télécoms. Ce livre a été publié deux mois avant Noël, après une recommandation de l'AFSSET d'octobre 2009, et après la publication du décret du 12/10/2010 qui obligera le lobby des télécoms à afficher les DAS des téléphones portables dans tous les points de ventes.
Selon un des auteurs du livre "Champs électromagnétiques, environnement et santé" de novembre 2010, pour le Pr Aurengo, ex-conseiller scientifique de bouygues Télécom, chef du service de médecine nucléaire de la Pitié-Salpêtrière à Paris, et membre de l'Académie de médecine, « les connaissances ont beaucoup avancé .../... avec des études épidémiologiques et des expertises collectives qui permettent de voir clair .../...
Le Pr Aurengo déclare à l'AFP « Sur les antennes, on donne l'impression qu'il y a débat scientifique, mais tout le monde est d'accord », c'est certainement pour cette raison que chaque pays applique sa propre norme et se moque de la recommandation européenne de 1999, qui en plus n'est pas une norme, et est considérée comme obsolète depuis 2008 par le parlement européen. Il est de temps de fermer les bureaux des experts à la partialité certaine. aucun risque significatif pour la santé humaine dans des conditions humaines dans des conditions normale d'utilisation .../... Sur les antennes, on donne l'impression qu'il y a débat scientifique, mais tout le monde est d'accord.../... il est temps de fermer le dossier,» et de laisser le nombre de cancéreux et de morts se multiplier dans la désinformation et le silence le plus total pour ne pas parler de censure.
M. Bernard Veyret, conseiller scientifique de bouygues Télécom qui précise:
« L'incertitude se réduit, mais les craintes perdurent .../.. l'ensemble des données scientifiquement établies n'est nullement en faveur d'un risque significatif pour la santé humaine dans des conditions normales d'utilisation ». Il rajoute évidemment que les antennes relais, le Wi-Fi ou WiMAX « ne posent pas de problème sanitaire ». Sauf que l'Allemagne a pris la décision depuis 2007 de revenir en arrière sur la Wi-Fi et de le supprimer.
Pour M. Veyret, les stations de base, Wifi ou Wimax. Mais nos experts sont contraints de reconnaître « Il reste quelques questions en particulier en ce qui concerne la sensibilité des enfants aux champs de radiofréquences émis par le téléphone mobile ». Sauf que les corbeaux d'Abidjan ne se sont pas posés de question eux, quand une antenne Wimax a démarré, ils ont déserté leur arbre préféré. Ou les corbeaux sont moins bêtes que les académiciens, où les riverains les ont effrayé en leur disant que les ondes étaient nocives pour la santé, et ils ont été psychosomatiquement dérangé, les pauvres!!
Il est surtout temps de fermer l'académie de médecine et nos agences dites de sécurité sanitaire qui ne servent à rien. La dernière méta-analyse d'Henri Lai réalisée sur les 50 dernières années démontrent la nocivité des champs électromagnétiques dans de nombreuses études, et confirme les conclusions du rapport Bioinitiative. Affirmer que les ondes radioélectriques ne représentent aucun « risque significatif », c'est du charlatanisme, c'est un fantasme et un mythe qui relève de la tromperie aggravé. Wattson Watt avait lui aussi déclaré dans les années 40 au gouvernement anglais que les micro-ondes ne représentaient aucun danger, normal, il était lui aussi à l'origine d'un brevet d'invention sur les radars, et de leur commercialisation.
M. Veyret dans une de ses études de 1991 reconnaissait les effets des CEM sur le biologique, et il sera contraint de reconnaître lors d'un débat radio face à moi la nocivité des micro-ondes radar, et de dire que les techniciens antennes devaient consulter leur médecin du travail. Il est vrai que depuis il est passé au service de Bouygues Télécom dont il est le conseiller scientifique, et autres opérateurs, ce qui l'a aidé à financer le fonctionnement de son labo. Depuis plus personne n'a eu de nouvelle d'un de ses chercheurs, le Dr Aubineau, qui a été gentiment remisé au placard, comme beaucoup d'autres chercheurs qui ont du faire face aux pressions des membres du lobby des télécoms, comme je le rappelais lors d'une réunion au COMOP début 2010, à M. Danjout de l'AFOM qui prétendaient dénoncer les pressions de ses opposants.
Les membres des trois académies scientifiques (Médecine, Sciences et Technologies) dont certains sont dans les conseils scientifiques des opérateurs, quand ils ne sont pas consultant pour l'AFOM, avaient critiqué l'avis de l'AFSSET en affirmant qu'il n'était « pas justifié scientifiquement » de réduire l'exposition, sauf que certains devraient utiliser des jumelles pour mieux lire des études qu'ils ont préféré ne pas voir du tout.
Des scientifiques appellent à une révision des normes pour réduire les risques de tumeurs du cerveau de l'exposition à micro-ondes sans fil qui comprennent les gliomes et neurinomes de l'acoustique. Dans une série d'études indépendantes, les chercheurs ont trouvé des failles pour ne pas parler de fraudes dans les études antérieures, ainsi qu'une partialité qui ont conduit à des conclusions pour affirmer que les ondes sont inoffensives. Les études récentes conclut à un risque élevé des tumeurs du cerveau qui augmente proportionnellement au nombre d'heures passé au téléphone mobile. Une étude indépendante réalisée par RB Dubey de Apeejay College of Engineering, Sohna, Gurgaon, en Inde a conclu que " les normes actuelles d'exposition aux micro-ondes pendant l'utilisation du téléphone mobile ne sont pas sûr lors de leur exposition à long terme et doivent être révisés."

Ces antennes qui sont inoffensives, la preuve.
Les micro-ondes sont inoffensives, la preuve, vous avez des techniciens qui montent sur les pylones sans la moindre protection.
 
            1, 2, et 3, Technicien intervenant en Afrique,    4 en Allemagne,
tenue combinaison de protection contre les risques professionnels des champs électromagnétiques, radiofréquences, hyperfréquences, micro-ondes
sans protection, risques professionnels sanitaires des micro-ondes des antennes relais de la téléphonie mobile
Photo 5 :   Technicien intervenant en France.
Cherchez l'intru !!
Où  est  l'intru ?
Réponse :  ??
La réponse est la photo 4

Pourquoi ? Le technicien allemand est le seul qui est protégé par une combinaison intégrale contre les rayonnements électromagnétiques, micro-ondes hyperfréquences. Les techniciens en Afrique et en France ne sont pas protégés, ce qui est normal, puisque nous retrouvons les mêmes opérateurs en France et dans certains pays d'Afrique.

Mais c'est vrai que des spécialistes super-diplômés qui s'y connaissent (sic), la preuve ils confondent ondes centimétriques, ondes millimétriques et ondes submillimétriques, nous affirment que les micro-ondes sont inoffensives. Il n'y a qu'en France qu'on persiste à nier les risques nocifs avérés des micro-ondes, ailleurs on utilise des combinaisons de protections.

Les photos 1, 2 et 3 viennent du Dr Ahoussa d'Abidjan que je remercie au passage, la photo 4 a été prise à Kremlin-Bicêtre début 2010, et la photo 5 de ce technicien allemand vient de Next-Up que je remercie aussi pour m'avoir autorisé à utiliser sa photo. Si vous faites des recherches sur Internet, vous ne trouverez pratiquement aucune tenue de protection professionnelle contre les champs électromagnétiques nocifs. Il n'y a pas une seule entreprise française qui fabrique ce type de combinaison. Vous ne verrez jamais de technicien en France en combinaison de protection, MOTIF, il ne faut pas faire PEUR à la population, il faut que celle-ci soit totalement naïve pour qu'on continue à lui vendre des salades.


Ce nouvel avertissement vient d'être publié à Washington, le 17 Février 2011.
Le 27 janvier l'étude Interphone réalisée dans le cadre de l'OMS a été publiée dans la revue Occupational and Environmental Medicine. Cette étude a commencé en 2000 et s'est terminée en 2004. Alors que les membres du lobby des télécoms qui ont financé cette étude à hauteur de 25%, l'AFOM, et leurs complices se répandent dans la presse pour affirmer qu'aucune augmentation de tumeur n'a été mise en évidence, voilà que les chercheurs de cette étude recommandent aux utilisateurs de téléphone portable la plus grande prudence.

Les auteurs de l'étude Interphone, qui ne représentent pas la politique officielle de l'OMS, Elisabeth Cardis du Centre de Barcelone sur la recherche pidémiologie environnementale et le Dr Siegal Sadetzki, MD, MPH de Tel-Aviv Gertner Institut d'épidémiologie et sur la politique de santé émettent plusieurs observations. On apprend du Dr Cardis et Sadetzki que les recherches ont été faites sur des personnes qui ont utilisé leur portable que quelques heures par mois sur une période de moins de cinq ans. Si dès le départ en mai 2010 on a soupçonné une fraude dans le but de minimiser les chiffres sur les risques, il apparaît de plus en plus évident que ces soupçons se confirment, et que la vérité a été dissimulée, et qu'elle est beaucoup plus inquiétante que prévu.

On apprend ainsi que l'utilisateur moyen a utilisé son téléphone portable pendant seulement pendant environ 2 à 2,5 heures par mois, soit seulement 100 heures au cours de leur vie.
Les gros utilisateurs ne représentaient que 10% de l'ensemble des utilisateurs de l'étude Interphone, qui ont utilisé leur portable que pendant seulement 1640 heures sur une période de 10 ans, soit seulement 27 minutes d'utilisation du téléphone par jour. Sauf que chez moi 365 jours multipliés par 10 ans (120 mois) me donne 3650 jours (87600heures), donc si je divise ce nombre par deux, j'obtiens 1825 heures, nous sommes donc loin des 1640 heures d'utilisation de l'étude Interphone, et je me retrouve encore avec une différence de 1825 - 1640 = 185 heures de différence, ce qui nous donne une utilisation de 27 minutes par jour au lieu de 30 minutes. Malgré une utilisation minimisée au maximum on a quand même un taux de risque 50% ou plus de développer des tumeurs malignes du côté cerveau où le téléphone était utilisé. Déjà un rapport publié en 2009 par International EMF Collaborative, estimait l'étude Interphone plus qu'inquiétante.

Les auteurs déclarent que les gens doivent être prudents dans la façon dont ils utilisent leur téléphone cellulaire, et ils recommandent des recherches supplémentaires. Pour les Pr Cardis et Sadetzki, "D'autres études sont nécessaires pour confirmer ou infirmer ces résultats, les indications d'un risque accru du cancer du cerveau des utilisateurs à long terme d'Interphone et d'autres études sont préoccupantes." / "Il y a maintenant plus de 4 milliards de personnes, y compris des enfants, qui utilisent des téléphones mobiles. Même un petit risque au niveau individuel pourrait se solder par un nombre considérable de tumeurs et devenir un problème important de santé publique. Des mesures simples et à faible coût, tels que l'utilisation des messages SMS, des kits mains-libres et / ou sur mode haut-parleur du téléphone pourrait réduire sensiblement l'exposition du cerveau aux émissions du téléphones mobiles. Par conséquent, jusqu'à ce que les sciences obtiennet des réponses, l'adoption de telles précautions, en particulier chez les jeunes, est souhaitable."

Le Dr Devra Davis, PhD, MPH, fondatrice de  Environmental Health Trust, une organisation à but non lucratif sur les risques environnementaux a déclaré : « Il est très significatif que deux des responsables de la plus grande étude à ce jour sur la question des risques potentiels des téléphones cellulaires nous alertent pour que nous prenions des mesures de précaution maintenant alors que des études supplémentaires sont réclamées ».
Déjà en 2009, le Dr Cardis et Sadetzki ont recommandé la prudence devant le sénat américain en 2009, ce qui s'est traduit par le un silence assourdissant des autorités politiques françaises. Une autre étude réalisée en Finlande sur les cancers des glandes salivaires a constaté un taux de risque de 5,0 à 95% chez les utilisateurs de téléphone mobile numétique après 2 ans.

En 2009 j'avais déjà fait une synthèse rapide sur les risques pour la population.
Extrait d'une lettre réexpédiée aux cabinets ministériels concernés,
et au ministre du travail Xavier Bertrant, le 2 février 2011.
 
 
Chiffrage du Coût Financier.
Déjà on importe tout le matériel de téléphonie mobile, il ne rapporte donc rien à l'état, mais en plus:
Si nous prenons une base de 50.000 sites relais, dont les 4/5ème sont en zone urbaine, on peut estimer que 40.000 vont générer des cancers et leucémies chez les résidents proches, y compris des membres de l'UMP. Si on se base sur des familles de 4 personnes, cela se traduira par 40.000 x 4, à multiplier par le nombre de familles qui habitent sous l'antenne, et celles qui habitent en face, sachant qu'un site tire dans 3 directions. On peut extrapoler en disant que 10 familles d'au moins de 4 personnes peuvent être concernées, ce qui donne 40.000 x 4 x 10 = 1.600.000 soit 1,6 millions de personnes touchées par des cancers et leucémies, et je n'ai pas tenu compte du Wi-Fi, Wimax, qui même à bas niveau génèrent un risque. Après 10 ans d'exposition à la pollution électromagnétique, et la multiplication des réseaux on peut estimer que ce nombre de 1,6 sera multiplié par 2, ce qui donnera 3,2 millions de personnes touchées. Vous devez rajouter en plus 3% d'enfants touchés, ceux qui sont dans des écoles arrosées par des antennes. Les coûts seront plus lourds chez les enfants et personnes âgées qui deviendront plus sensibles à cause de la multiplication des réseaux. Si on menait une enquête informatique sur la consommation des médicaments dans des pharmacies, ce que les télécoms et leurs experts médecins complices refusent, on constaterait que les taux des suicides et dépressions, et la consommation des anti-dépresseurs et autres sont plus élevée chez les personnes qui habitent à côté des relais. Le chiffrage financier ici est à réaliser par les médecins, qui eux ont accès aux coûts des divers traitements. Entre les personnes exposées aux ondes des relais et des portables, c'est 100% de la population qui sera touchée à terme, et plus fortement par des tumeurs cérébrales dans les classes dirigeantes, politique et la presse.

Pour les tumeurs il faut un bloc opératoire avec 4 personnes, un ou plusieurs médecins, anesthésiste, et 2 infirmières, pour opérer une tumeur, vous pouvez déjà compter 10.000 euros par intervention chirurgicale minimum, sans compter les examens annexes. Question que j'ai posé à un sénateur :
« Où on va aller chercher le pognon, puisque 50 % de la population est réduit au SMIC et 10% au chomage. Conclusion, il sera donc impossible de soigner tous les français. Progressivement un système discriminatoire est instauré, pour dire vous êtes inopérable, car vous n'êtes pas apparentés à un élu politique ou à un industriel, ou parce que vous ne pouvez pas payer l'opération. »

Et je n'ai pas tenu compte de l'exposition à divers systèmes qui signalent un risque supérieur à 330%. Le port des portables à la ceinture provoque aussi des lésions sur les organes situés à ce niveau, comme l'augmentation des problèmes des vessies, du foi, des ovaires, etc, mais l'académie de médecine ne le sait pas. La progression des cancers de certains organes est accélérée par la stimulation de l'ODC mis en évidence par le Pr Ross Adey (ancien de la Nasa, et ex-consultant de la Maison Blanche), et en présence de substances chimiques dans le sang stimulées par les champs résiduels d'un portable, car même quand il est en veille, ses circuits rayonnent, ce qu'ignore les médecins. Alors que les académiciens qui se déclarent experts sur les ondes et affirment qu'ils n'ont aucun effet sur la santé se taisent, qu'ils lisent les dernières notices constructeurs qui recommandent de ne pas coller le portable contre le corps, au motif qu'une exposition de longue durée pourrait générer des blessures sérieuses, ce que j'affirme depuis longtemps (voir notice du Blackberry 9700). 

J'ai aussi des notices des années 60, qui recommandent de ne pas rester à côté des antennes micro-ondes pendant de longues périodes. Le fait d'avoir dissimuler qu'il existe une durée d'exposition à respecter, y compris lors de l'utilisation des téléphones, doit être considéré comme un acte criminel volontaire avec préméditation. Les dissimulation des risques, ne devraient pas relever de procédures civiles ou pénales, mais de procédures devant les assises. Si les industriels et les experts savent que leurs produits vont générer des blessés et des morts, et qu'ils pratiquent la dissimulation, nous rentrons ici dans ce cas dans le cadre d'homicide volontaire et non plus involontaire, ce qui doit donc être assimilé à de l'assassinat. Si un chauffard fait exprès de prendre sa voiture pour écraser des personnes, jusqu'à preuve du contraire, on appel cela un assassinat avec préméditation. Les durées d'exposition de 6 minutes ont été transformées en une durée nécessaire pour faire une mesure dans la recommandation de 1999, comme vous le verrez dans ce tableau. Pour l'Europe, le critère « durée d'exposition » a été éliminé, ce qui est un délit criminel, puisqu'un seuil limite doit toujours être donné pour une durée d'exposition, comme je l'ai  déjà signalé à Mme Bachelot, et au directeur de l'AFSSET fin 2009.
 
Organisation 150 MHz 450 MHz 900 MHz 1800 MHz Temps
minutes
150 MHz 450 MHz 900 MHz 1800 MHz
IRPA 2 W/kg 2.3 W/kg 4.5 W/kg 09 W/kg 06 mn 10 W/kg 11.3 W/kg 22.5 W/kg 45 W/kg
STM 2 2 W/kg 2.3 W/kg 4.5 W/kg 09 W/kg 06 mn 10 W/kg 11.3 W/kg 22.5 W/kg 45 W/kg
IEEE 2 W/kg 03 W/kg 06 W/kg 12 W/kg 30 mn 10 W/kg 15 W/kg 30 W/kg 60 W/kg
CEC 2 W/kg ---- 10 W/kg 11.3 W/kg 22.5 W/kg 45 W/kg
CENELEC 2 W/kg 2.3 W/kg 4.5 W/kg 9 W/kg 06 mn 10 W/kg 11.3 W/kg 22.5 W/kg 45 W/kg
FCC 2 W/kg 03 W/kg 6 W/kg 12 W/kg 30 mn 2 W/kg 15 W/kg 30 W/kg 60 W/kg
ICNIRP 2 W/kg 2.3 W/kg 4.5 W/kg 9 W/kg 06 mn 10 W/kg 11.3 W/kg 22.5 W/kg 45 W/kg
(Temps minutes = durée d'exposition. Une VLE doit toujours être donnée pour une durée)
(Valeur limite 1998 données avant la recommandation européenne de 1999)
(source : OMS-WHO/sde/oeh 99,4) 

Les tests sur les animaux réalisés avec des primates suggèrent qu'un niveau de DAS plus faible peut causer des effets détectables par le système de thermorégulation a environ 1 W/kg (Adair, 1994).

Comme je l'ai expliqué lors d'une interview dans le journal le Télégramme du 11 janvier, (lien 201) on peut être exposé à 20 ou même 10 V/m et être hors norme, car le facteur durée d'exposition n'a pas été pris en compte. Et comme les normes ont été calculées pour des adultes de 90 kg et 1,80 m, les enfants seront systématiquement malade même à des niveaux de 5 V/m et même moins.
CEM-OMS-zagreb-minutes-1998 - (OMS-WHO/sde/oeh 99,4)

Le seuil pour les effets qui sont considérés comme nuisible pour la santé est observé à 4 W/kg, moyenné sur un intervalle de de temps de 6 minute en corps entier. Ceci correspond à une augmentation systémique de la température d'au moins 1°C dans des conditions normales (or canicule comme en 2003). Pour la dérive de la restriction de base pour les travailleurs on applique un facteur de sécurité de 10 qui donne un SAR de 0,4 W/kg. Pour le grand public on a choisi 0,08.

Il y a 50 ans, en 1958, la Russie crée la première norme EMF (300 MHz- 300 GHz) en se basant sur ses recherches clinico-hygiénique et expérimentation, et adopte les limites ci-dessous:
06 V/m - 0010 µW/cm² - pour 8 heures
19 V/m - 0100 µW/cm² - pour 2 heures
61 V/m - 1000 µW/cm² - pour 30 minutes sur 1 jour, et avec lunette de protection. (*)
Le reste de la journée on ne doit pas dépasser 6 V/m.

Alors que nous, on a adopté 41 V/m en GSM et 61 V/m en UMTS, et jusqu'à 137 V/m pour les professionnels qui montent sur les pylônes. Ceux qui se sont exposés au niveau de cette norme sont restés handicapés à vie, et j'ai transmis le rapport de ces deux accidents (1995/1996) à Mme Bachelot et à l'AFSSET. Comment se fait-il que l'académie de médecine, et toutes les agences concernées n'aient pas procédé à la révision des normes? Même à 10 V/m, vous êtes hors normes et vous serez obligés de consulter le médecin, ou vous arriverez en urgence à l'hôpital, car plusieurs critères techniques d'exposition n'ont pas été pris en compte par vos super-experts, et pour cause, ils sont au service d'une industrie qui coûte plus chère qu'elle ne rapporte. La dosimétrie n'existe pas.
 

(*) Pour la norme dans les pays de l'est, dans certains documents, on trouve la valeur de 61 V/m parfois pour 20 ou pour 30 minutes sur 1 jour.

Lothar Geppert d'une organisation sur l'environnement « Diagnose-Funk » a étudié la littérature scientifique sur les risques des champs électromagnétiques. 75 % des études mettent en évidence des effets sur la santé contrairement à ce qu'affirme l'AFOM. Depuis les années 40 nous avons des études qui démontrent les effets nocifs des CEM sur la santé. Un scientifique ex-agent des services de renseignement britannique donnait lui aussi la même information lors d'une interview en 2010.

- Une étude anglaise sur les professionnels de l'électricité et surtout les techniciens des radars et des transmissions radio a mis en évidence une épidémie de suicides dans une proportion de 1,5 à 2,5 selon leur fonction. En 1953 un consultant médical à la Hugues Aircraft Corporation a signalé des cas de purpura hémorragique, de leucémies, de cataractes, de tumeurs du cerveau, d'ictères et des problèmes cardiaques chez les spécialistes des radiotransmissions et des radars. Des catégories de pathologies sont mises en évidence à partir d'une liste par niveau de densité de puissance.

- De 1950 à 1954, 40.000 militaires de la Navy aux USA pendant la guerre coréenne avait un taux de cancer deux fois plus élevé que le personnel exposé faiblement.

- En 1971 Desroche a étudié les perturbations suite à l'irradiation haute fréquence des techniciens de l'ORTF, surtout chez ceux en charge des systèmes au troisième étage de la Tour Eiffel, à côté des antennes. Il a constaté que le  personnel avait des céphalées, de l'asthénie, et les examens paracliniques ont mis en évidence en évidence par électrocardiogramme des troubles du rythme cardiaque constatés. Il sera décidé de blinder à l'époque le toit de la cabine technique, et des équipements seront télécommandés par la suite à distance à partir du sous-sol de la tour Effel. En 1993 ou 1994, un des médecins de TDF se rendra aux USA pour s'informer sur les risques des champs électromagnétiques, mais il décèdera d'une leucémie quelque mois plus tard. Je suis d'autant mieux au courant puisque j'étais à TDF à l'époque. Il était aussi question de faire une canpagne de mesure sur la tour Eiffel, mais le projet sera abandonné par crainte de la réaction des syndicats.

- De 1970 à 1979 les soldats polonais de 20-29 ans ont été exposés aux micro-ondes radar, et l'incidence du cancer étaient 5,5 fois plus élevé que chez les soldats non-exposés. Le taux de cancer le plus élevé était de 6,7 et concernaient le sang et les tissus lymphatiques.

- De 1978 à 1981 à Honolulu à proximité des tours de radiodiffusion le taux des cancers étaient pour  les riverains les plus proche de 1,88, contre 1,07 pour les riverains les plus éloignés. Pour la leucémie le taux était de 2,08 contre 0,59 ans pour les riverains les plus éloignés des tours de diffusion.

-  1996, Kolodynski, troubles des fonctions motrices, de la mémoire et de la concentration chez des enfants exposés à l'école à une intensité de 0,16µW/cm², soit 0,78V/m.

- 1997, Magras, étude sur des souris, baisse de la fertilité et modification du développement prénatal induit par les ondes radios à des niveaux de 0,168 à 1.053µW/cm², soit de 0,8V/m à 63V/m.

- 1996, Hocking, Sydney en Australie, augmentation significative des cas de leucémies infantiles et des décès par leucémies, suite aux expositions micro-ondes d'émetteurs TV, soit de 0,2 et 8µW/cm², soit entre 0,87V/m et 5,5V/m.

- 1997, Dolk en Grande-Bretagne, augmentation de l'incidence des leucémies chez les adultes lors de l'exposition aux ondes d'émetteurs radio et TV, à des niveaux de 1,3 et 5,7µW/cm², soit entre 2,2V/m et 4,6V/m.

Le séminome a presque doublé chez les hommes qui portent leur téléphone mobile dans une poche de pantalons chez 542 cas en Suède. Un séminome est un cancer qui apparaît à la suite d'une prolifération anarchique de cellules dérivées des cellules germinales (cellules de la reproduction du testicule ou de l'ovaire), en augmentation dans les pays ou progresse la téléphonie mobile.

Les études antérieures ont montré que les micro-ondes des téléphones portables peuvent pénétrer beaucoup plus profondément dans le crâne des enfants, ce que nous savions déjà depuis 11 ans avec une planche publié du Dr Gandhi dans le livre du pr Roger Santini, qui comme par hasard à lui aussi eu des ennuis et a été victime de harcèlement à l'Insa du Lyon. Personne ne sera surpris d'apprendre qu'un des plus gros fournisseurs de France Télécom avait là aussi comme par hasard un partenariat avec l'Insa.

Les chercheurs écrivent, "à long terme l'usage du téléphone cellulaire peut doubler  approximativement le risque du développement d'un gliome ou neurinome de l'acoustique dans l'hémisphère du cerveau le plus exposé", ou du côté de où l'utilisateur tient le téléphone. La conclusion est également compatible avec les études Interphone. L'étude actuelle est basée sur une analyse groupée des études existantes.

Bien que nous savons depuis plus d'une quarantaine d'années que les micro-ondes sont nocives, les agences de sécurité sanitaire, l'académie de médecine, les politiques, et le gouvernement Sarkozy se distingue par un laxisme sans aucune limite malgré l'augmentation des cancers, des leucémies et décès. En conclusion, c'est la preuve que les agences de sécurité de sécurité sanitaire sont radicalement inutiles.



 
  Retour au chapitre sur les antennes relais de la téléphonie mobile
  Retour au SOMMAIRE du SITE.
  TRANSLATE - TRADUIRE.
Nom du site   Risques sanitaires des champs électromagnétiques, santé, cancer, leucémie, tumeur
Adresse du site danger risque sanitaire de la pollution électromagnétique santé cancer leucémie tumeur du cerveau
Auteur du site : Marc FILTERMAN
Adresse e-mail : marcfilterman@hotmail.com
© Protected by Copyright - Reproduction interdite.