© Protected by Copyright - Reproduction interdite.
Adresse du site
sites de secours
danger risque sanitaire de la pollution électromagnétique santé cancer leucémie tumeur du cerveau
Nom du site   Prévention sur les risques professionnels sanitaires des micro-ondes
Auteur du site   Marc FILTERMAN
Adresse e-mail   marcfilterman@hotmail.com
  TRANSLATE - TRADUIRE
  Retour au Sommaire du site
  Retour au chapitre sur la pollution électromagnétique des micro-ondes


205°) Lampe fluocompacte basse consommation,
enfin la commission de sécurité des consommateurs réagit.

La  Commission de Sécurité des Consommateurs (CSC), Autorité Administrative Indépendante, a été créée par la Loi du 21 juillet 1983 relative à la sécurité des consommateurs. Elle est composée de magistrats des hautes juridictions, de représentants des collèges professionnels et consommateurs et de personnalités qualifiées. En clair je traduits, cette commission est aussi infiltrée par les industriels, raison pour laquelle elle ne recommande pas d'utiliser les lampes leds ou de limiter son exposition aux téléphones portables. Je vais mettre une fois de plus les points sur les "i". L'ANSE, l'ADEME et autre reprochent aux  lampes led d'émettre des raies bleues nocives pour les yeux. Je m'étonne qu'ils ne fassent pas le même reproche aux lampes fluocompactes qui comportent les mêmes raies nocives et dont j'ai publié quelques spectres sur ma page 198. De plus je n'ai pas vu les spectres comparatifs publiés dans les rapports entre les lampes led et les lampes fluocompactes.

pollution électromagnétique des lampes basse concommation fluocompacte FLC à vapeur de mercure toxique

Le 22 février 2011, la Commission de Sécurité des Consommateurs (CSC) a recommandé de prendre des précautions lors du choix d’une lampe basse consommation appelée aussi lampe fluocompacte, ou FLC. Le CSC nous déclare qu'elles "ont détrôné les lampes à incandescence classiques, trop gourmandes en électricité", sauf que les français et les européens n'ont pas eu le choix, car on nous a supprimé les lampes normales qu'on pouvait jeter à la poubelle sans aucun risque, pour les remplacer par des MERDES qui sont encore plus dangereuses pour la santé et l'environnement.

Il paraît qu'elles consomment "quatre à cinq fois moins d'énergie pour des performances équivalentes en termes d'éclairage" avec une "durée de vie qui serait entre 6.000 et 10.000 heures contre 1.000 heures pour une ampoule classique". Au nom de l'écologie on nous a imposé des lampes toxiques dont la durée de vie ne dépasse pas 1 ou 2 ans le plus souvent, mais permettent d'engraisser les lobbies industriels, qui les font en plus fabriquer en chine sous licence. Le plus souvent en effet, les condensateurs ne tiennent pas le coup, ils claquent, surtout si la lampe est confrontée à de grosse différence de température (Voir ma page 198 de décembre). Pratiquement dans toutes les lampes le raccordement des électrodes est de très mauvaise qualité, ce qui provoque d'ailleurs une modification de la structure des fils de cuivre du fait d'un mauvais contact, qui provoque un échauffement du circuit qui peut même aller jusqu'à l'incendie, comme cela s'est déjà produit.

éclairage, lampe fluocompacte économie d'énergie mauvaise qualité et fiabilité, risque d'incendie, pollution électromagnétique

La CSC précise que "leur éventuelle nocivité fait débat" en termes de teneur en mercure et de niveau d'émission d'ondes électromagnétiques. Pour ce qui est de la vapeur de mercure, voir ma page 198, et pour ce qui est des niveaux des champs électromagnétiques voir ma page 114 de décembre 2007, sur laquelle j'avais publié les mesures réalisées par le CRIIREM, niveau qui seront confirmés par la suite en 2010 par SupElec et l'ADEME, qui n'auront pas d'autre choix que de reconnaître les mesures réalisées. Quant à 60 millions de consommateurs qui a fait la part belle aux lampes fluocompactes, ils n'ont jamais daigné publier les communiqués ou rectificatifs du CRIIREM sur ce sujet. Concernant les risques, il est aussi nécessaire de préciser à la Commission de Sécurité des Consommateurs qui semble l'avoir oublié, que ces lampes fluocompactes génèrent des dermatites, voir lien 189, comme l'a reconnu une commission scientifique européenne, encore un autre détail dissimulée sur ces lampes fluocompactes par nos agences d'insécurité sanitaires françaises. Je retrouve dans les recommandations du CSC, certaines des recommandations que j'avais faites sur mon site dès le 1er décembre 2010.
 
 
Les précautions suggérées le 22 février 2011 par la CSC aux consommateurs :

· Il convient de privilégier l’achat de lampes affichant les quantités de mercure les plus faibles possibles.

· En cas de bris, les occupants du logement sont invités à ventiler longuement la pièce et à la quitter. Ensuite, les débris doivent être ramassés soigneusement, par exemple à l’aide de gants et de papier absorbant, et placés dans des sacs en plastique en évitant que les débris de verre ne les percent. L’utilisation de l’aspirateur, qui contribue à mettre en suspension dans l’air des particules de mercure, est proscrite.

· Par ailleurs, le consommateur est invité à participer au recyclage des lampes fluocompactes usagées en les déposant dans un des points de collecte prévus à cet effet dans de nombreux magasins ou en déchetterie.

· Enfin, la CSC recommande, selon le rapport de l’ADEME rendu public en juin 2010, de se tenir à une distance minimale de 30 cm d’une lampe fluocompacte en cas d’exposition prolongée, par exemple lors d’une lecture à la lumière d’une liseuse. 

Voici les recommandations que j'ai faites en décembre 2012. Comme vous pouvez le constater, certains ont du s'inspirer des recommadationns que j'ai faites en décembre 2010 sur mon site.
 
Recommandations de Marc Filterman (01/12/2010).

Que faire en cas de casse de lampes fluocompactes ?

- Faire sortir animaux et enfants en bas âge de la pièce.
- Fermez la porte de la pièce qui donne sur le reste de l'habitation.
- Prenez et utilisez des gants pour ne pas vous couper.
- Prenez 2 sacs plastiques qu'on puisse fermer par un élastique.
- Utilisez un chiffon humide ou plusieurs couches de sopalins humides pour ramasser les morceaux dans une pelle.
- Mettez le tout avec le chiffon ou les sopalins dans les 2 sacs plastiques et fermez les avec un élastique. Si le premier est déchiré, le deuxième limite les risques.
- Aérez la pièce pendant plusieurs heures.
- Evitez de laissez les enfant en bas âge venir jouer sur le sol.
- Les femmes enceintes doivent éviter tout contact avec ces débris.

Pourquoi ne pas utilisez le balai ?
C'est simple, vous allez le contaminer y compris le reste du sol de l'habitation.

Pourquoi ne pas utiliser un aspirateur ?
Tout simplement parce que vous allez contaminer votre aspirateur, et si vous aspirez d'un côté, vous rejetez de l'air de l'autre côté, et comme il est impossible de dire comment est fabriqué votre aspirateur, rien ne dit que cette vapeur de mercure ne va pas être relâchée dans le volume de la pièce. Une solution peut consister à mettre sur la sortie d'air si c'est possible un filtre humide, qui va capter cette vapeur toxique.

La Commission recommande aux consommateurs de "privilégier l'achat de lampes affichant les quantités de mercure les plus faibles possibles" (sic) en raison de "de l'état actuel des connaissances". Là aussi on ne peut que rire, car on retrouve toujours le même type de phrase, comme avec les experts du lobby des télécoms.

Plus intéressant la CSC demande aux pouvoirs publics de "déterminer les valeurs maximales d'exposition aux vapeurs de mercure acceptables dans l'air ambiant" et souhaite que "la directive européenne relative à la limitation de l'utilisation de certaines substances dangereuses dans les équipements électriques et électroniques actuellement en vigueur soit révisée" pour prendre en compte "les progrès technologiques", en abaissant "le niveau maximal de teneur en mercure de cinq à moins de deux milligrammes par lampe".

Il existe en effet une directive européenne ROSH sur les substances toxiques et métaux lourds, mais qui de toute façon n'est pas respectée, puisque tous les déchets électroniques ne sont pas récupérés partout. Nous avons donc actuellement une dissémination dans l'environnement avec des contaminations des nappes phréatiques.

De même, la Commission "encourage les professionnels à fabriquer, grâce aux nouvelles technologies disponibles, des lampes contenant le moins de mercure possible et émettant des rayonnements électromagnétiques moins intenses". Et pourquoi dans le communiqué de l'AFP du 23/02/2011 cette même commission ne recommande pas l'utilisation de lampes led, on se le demande.

On nous précise que la Commission de la Sécurité des Consommateurs a procédé à des recherches sur les niveaux d’émission d'ondes électromagnétiques autorisés et sur les teneurs acceptables de mercure dans l'air. Pour les mesures, il suffit de voir celles déjà faites par le CRIIREM et dans le rapport du CSTB divulgué en 2010 (lien 198). Pour les mesures sur le taux de mercure, les valeurs peuvent être très variables selon le type de lampe et les lieux, s'ils sont ouverts ou fermés. Il est évident que l'entrée des halls des grandes surfaces où se trouvent un vigile et par où passe le public et les enfants posent un problème, car c'est à cet endroit que sont déposées les lampes fluocompactes en plein courant d'air. On risque de retrouver dans l'air des taux de mercure important. Sauf que comme le précise la CSC "la réglementation ne définit pas la teneur en mercure dans l'air considérée comme dangereuse pour le public, tant pour une exposition de courte durée que pour une exposition à plus long terme." La CSC demande aux pouvoirs publics "de déterminer les valeurs maximales d’exposition aux vapeurs de mercure acceptables dans l'air ambiant." Je précise que pour la téléphonie mobile, le problème est le même concernant les durées d'exposition, alors qu'un seuil doit toujours être donné par rapport à une durée d'exposition. Le CSC demande aussi une révision de la directive européenne, 2002/95/CE du 27 janvier 2003, relative à la limitation de l’utilisation de substances dangereuses dans les équipements électriques et électroniques en vigueur.

La CSC encourage les professionnels à fabriquer des lampes contenant le moins de mercure possible et émettant des rayonnements électromagnétiques moins intenses. J'aimerais savoir pourquoi la CSC ne recommande pas la fabrication de lampes led avec une bonne qualité d'éclairage et des culots normaux, à vis ou à ergot. Il y a une volonté des agences de ne pas développer la filière des lampes leds, la meilleure des preuves, c'est qu'une majorité des lampes leds sont vendues avec des culots GU10 ce qui rend leur utilisation impossible, car en plus on ne trouve pas les douilles nécessaires. Il y a donc une volonté de quelques mafieux de l'industrie de bloquer la vente des lampes leds par tous les moyens au profit des lampes au mercure. L'industrie du mercure doit donc être derrière les institution, comme l'industrie du fluor, qui a réussi à fourguer ses déchets de l'aluminium dans le dentifrice, et cela depuis les années 60, alors que depuis 2002 la Belgique depuis et d'autres ont choisis de limiter la propagation du fluor, qui n'est pas sans avoir des effets secondaires sur les organismes. Encore un autre secret connu de l'allemagne nazis, mais dissimulé au public, comme c'est le cas aussi avec l'asparthame.


Par quoi remplacer les lampes à vapeur de mercure TOXIQUES.

Pour ceux qui n'ont pas les moyens financiers, la meilleure solution reste encore les lampes halogènes, qui ont en plus un double avantage en hivers, en plus d'éclairer, elles réchauffent l'air ambiant de votre pièce, et contribue à moins déclencher votre votre chauffage. Alors vous avez quelques abrutis qui vont venir vous dire, oui mais l'air chaud monte. C'est vrai, sauf que je doute que vous soyez maintenant nombreux à avoir des pièces avec des hauteurs de plafond de 3 ou 4 mètres. Une expérience est facile à faire, il suffit d'utiliser un thermomètre et quand vous avez un radiateur électrique, un contrôleur de consommation électrique. Vous ne serez pas long à découvrir que votre chauffage électrique se déclenche moins souvent dans la pièce éclairée. En revanche pour un chauffage central, là il sera moins facile mettre cet aspect en évidence. Lexman qui a un partenariat avec EDF, semble avoir compris le ras le bol des lampes fluocompactes, puisqu'ils se sont mis à faire des boites de 5 lampes halogènes vendues au prix de 5 euros dans les Leroy Merlin. Une lampe halogène de 40 W est équivalente à une lampe incandescente de 70 W, et une halogène de 70W est équivalente à une incandescente de 100W.

éclairage, à la place d'un lampe fluocompacte, utilisez une lampe hallogène Lexman

Pour ceux qui ont un plus de moyens financiers, il y a les lampes led de chez OSRAM, qui présentent l'avantage d'être utilisées sur des culots à vis normaux, ce que ne semble encore pas avoir le service marketing de Lexman qui reste avec un culot GU10, alors qu'on ne trouve même pas les douilles pour installer ce type de lampe. L'avantage des lampes led OSRAM ci-dessous, c'est qu'elles ont un culot à vis normal, et qu'elles éclairent dans toutes les directions. Par contre leur prix est encore excessivement élevé, pour un éclairage qui reste encore faible. Une 1,6W est équivalente à une lampe incandescente de 10 W. C'est le genre de solution qui reste réservée aux riches, et encore, ce n'est pas eux qui se soucient de l'écologie ou de faire des économies.

à la place des lampes fluocompactes, lampes leds basse consommation Osram, éclairage

Une autre solution, toujours réservée pour les riches, ce sont les rubans lumineux, mais là aussi l'éclairage reste faible pour un prix excessif. Un ruban de 3 mètres avec l'adaptateur électrique revient à environ 80 euros. En plus il faut faire attention, car beaucoup de rubans lumineux à diodes leds sont de couleur diverse, et on a du mal à trouver des rubans lumineux avec des diodes leds de couleur blanche, ce qui pose problème.

éclairage, à la place des lampes fluocompactes, lampe led basse consommation, ruban lumineux Xanlite

Il y a aussi des ruban lumineux à diode led d'une longueur de 5 mètres, mais attention au pièges, car dans ce cas ils sont vendus sans l'adaptateur électrique que vous devez acheter séparément.

éclairage, lampe led basse consommation, ruban lumineux Xanlite, à la place des lampes fluocompactes
 

L'escroquerie sanitaire de la couleur bleue des diodes leds.
Pour ce qui est de l'arnaque du rayonnement bleu soulevé par les agences de sécurité sanitaire comme l'ANSE, attention à cette ESCROQUERIE, car je dois souligner que la raie de couleur dangereuse pour les yeux mise en cause dans les leds, eh bien nous la retrouvons aussi dans les lampes fluocompactes, et que ce sont en réalité les lampes fluocompactes qui représentent des risques de DMLA pour les yeux. Normal, elles ont un spectre ultraviolet en raison de la présence de la vapeur de mercure (cliquez ici pour voir le spectre de couleur), et en plus vous avez un risque confirmé de DERMATITE de la peau. Ce qui veut dire que nos agences de sécurité sanitaire françaises, comme l'ANSE, ne sont pas du tout fiables et elles roulent pour certains industriels, mais pas pour la sécurité des consommateurs. En réalité l'ANSES s'est intéressée à ce sujet, suite à une lettre d'une société qui travaille sur les lasers professionnels, et qui avait constaté des problèmes sur des techniciens exposés à ces faisceaux laser bleue. La lettre de cet industriel a donc été détournée de la raison première, pour être appliquée au lampe led. Nous sommes donc ici dans une manipulation dans le but de discréditer les lampes led et d'effrayer la population, pour l'obliger à acheter des lampes FLC qui consomme plus, afin de mieux enrichir certains industriels qui font fabrique leurs lampes sous licence dans des pays de l'Est ou en Chine.


Pollution.
Et à part les lampes nous avons aussi d'autres toxiques :

* 25 à 30 % des piles se retrouvent dans les décharges.

* Plus de 50% des lampes à vapeur de mercure finissent dans les décharges.

* Plus de 60% des cartouches d'encre finissent à la poubelle.
- Parmi les pollueurs de l'environnement on retrouve Hewlett Packard, qui a généré des centaines de types de cartouches très coûteuses pour les utilisateurs d'imprimantes. Non seulement les cartouches ne sont pas standards et ne peuvent pas être utilisées d'une machine sur l'autre, mais elles sont équipées en plus d'une puce, pour empêcher leur réutilisation et leur recharge. En plus elles ont des dates de péremption qui peuvent générer des blocages sur votre imprimante pour vous empêcher d'acheter les cartouches en nombre à l'avance, et pour vous empêcher de les conserver.
- Nous avons aussi Epson qui ne fait pas mieux que Hewlett Packard, qui a aussi multiplié les cartouches d'encre non standard. On retrouve là aussi les mêmes méthodes que Hewlett.
- Après à moindre niveau nous avons aussi Brother, Canon, etc...
Tous ces constructeurs d'imprimantes ont généré des centaines de type de cartouches d'encre. Les plus gros pollueurs sont les fabricants qui ont multiplié les types d'imprimantes, en inventant à chaque fois une nouvelle tête d'impression, ce qui est un fiasco pour l'environnement. Mais là aussi les associations de consommateurs sont très laxistes sur le sujet comme sur celui des risques de la téléphonie mobile. Les cartouches d'encre contiennent des poudres d'encre à base de d'oxyde de métaux comme l'aluminium, le fer, etc...


La liste de mes sujets sur les lampes flucompactes.

198°) Manipulation de l'ANSE qui allume un contre-feu contre les lampes LED bleues en faveur des lampes fluocompactes basse consommation qui empoisonnent les ouvriers en Chine, et qui dope en bourse le lobby du mercure. (02/12/2010)

189°) L'arnaque, escroquerie : pollution électromagnétique, lampe basse consommation, lampe fluocompacte, lampe à iode, lampe LED, et dermatite. (30/09/2010)

174°) Après le Grenelle de l'Environnement, un COMOP avec les opérateurs qui a du plomb dans l'aile. Le CRIIREM précise sur Radio France Isère la suspension avec Robin des toits de leur participation au COMOP, et l'arnaque des réseaux des VERTS sur les lampes fluocompactes basse consommation. (18/04/2010)

129° Lampe faible consommation ou basse énergie, appelée aussi lampe fluocompacte, une vaste arnaque soutenue par Greenpeace France et les verts. (10/12/2008)

114°) Lampe Basse Energie a économie d'énergie, pollution électromagnétique et interférences électromagnétiques, une véritable arnaque et escroquerie pour l'environnement imposé par les réseaux écologistes du parti des VERTS, et en plus une menace pour les porteurs de stimulateur cardiaque !! aux abris. (05/12/2007)




 
  Retour au chapitre sur les antennes relais de la téléphonie mobile
  Retour au SOMMAIRE du SITE.
  TRANSLATE - TRADUIRE.
Nom du site   Risques sanitaires des champs électromagnétiques, santé, cancer, leucémie, tumeur
Adresse du site danger risque sanitaire de la pollution électromagnétique santé cancer leucémie tumeur du cerveau
Auteur du site : Marc FILTERMAN
Adresse e-mail : marcfilterman@hotmail.com
© Protected by Copyright - Reproduction interdite.