© Protected by Copyright - Reproduction interdite.
Adresse du site
sites de secours
danger risque sanitaire de la pollution électromagnétique santé cancer leucémie tumeur du cerveau
Nom du site   Prévention sur les risques professionnels sanitaires des micro-ondes
Auteur du site   Marc FILTERMAN
Adresse e-mail   marcfilterman@hotmail.com
  TRANSLATE - TRADUIRE
  Retour au Sommaire du site
  Retour au chapitre sur la pollution électromagnétique des micro-ondes


212°) Début de la reconnaissance d'un effet carcinogène
des micro-ondes de la téléphonie mobile par l'OMS, CIRC.

Depuis le 24 mai, un groupe de travail de 31 experts internationaux de 14 pays se sont réunis sous l’égide du Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC-OMS) à Lyon jusqu’au 31 mai, pour évaluer les risques cancérigène des champs électromagnétiques des ondes radio notamment de la téléphonie mobile. La révolte gronde, ils sont à l'origine d'une lettre ouverte au directeur du CIRC pour faire part de leurs interrogations. L'étude Interphone a été menée de 1999 à 2004 sur 6600 cas de cancers dans 13 pays, et sa publication avait été retardée à 3 ou 4 reprises, jusqu'en 2010, suite à de multiples pressions. De plus elle fait l'objet d'au moins une douzaine de défauts méthodologiques comme je l'ai rappelé à la Ministre de l'écologie, lors d'une réunion du COMOP en mars, ce que j'ai signalé aussi par courrier à plusieurs ministres. Par exemple pourquoi les résultats sur les neurinomes de l'acoustique n'ont pas été publiés dans l'étude finale ? cela représente 1100 neurinomes acoustiques en plus, tumeur du nerf acoustique dans l'oreille interne, et 400 tumeurs des glandes parotides (glandes salivaire). Les personnes décédées et très malades ont aussi été sorties de l'étude. Je dois aussi préciser que les tumeurs au niveau de l'oeil qui est un capteur d'une partie du spectre, n'ont jamais été pris en compte dans les études. Il est confirmé que le risque des tumeurs à toujours été plus importants du côté de la tête où est utilisé le portable, pendant que l'académie de médecine venait nous parler elle lors d'auditions parlementaires, des migrations des cigognes, je cite "On a pu montrer qu'en Suède, il y avait un lien entre le passage des cigognes et le nombre des naissances. Mais ça ne veut pas dire pour autant que ce sont les cigognes qui amènent les bébés".

Les experts internationaux signataires de cette lettre, dénoncent le fait que les conclusions sont attendues depuis 5 ans, et que certaines des observations sont inquiétantes, car elles confirment que les plus gros utilisateurs de téléphones portables peuvent d'être victimes de tumeurs du cerveau comme les gliomes. Les auteurs de l'étude Interphone, dont la coordinatrice Élisabeth Cardis, exigent aussi auprès du directeur du CIRC que tous les résultats soient publiés au plus vite, avant fin 2011. C'est la preuve que des résultats et informations ont été dissimulées, et que le CIRC et l'OMS sont totalement sous le contrôle des lobbies industriels. Leur incapacité à rendre des décisions en faveur de la sécurité sanitaire internationale, devrait conduire à la fermeture de ces institutions internationales, qui retardent systématiquement la publication des résultats gênants pour l'industrie, où introduises des doutes pour interdire la mise en place du principe de précaution et de décisions sanitaires.

Des scientifiques déclarent, « Nous craignons par conséquent que ce qui a été observé non seulement dans l’étude Interphone mais aussi dans d’autres études comme celles conduites dans les pays nordiques ne soit que le début de la mise en évidence d’une importante survenue de tumeurs du cerveau. » Le Dr George Carlo, ex-défenseur du lobby des télécoms CTIA, avait déjà émis cet avis dans un fax qu'il avait adressé aux membres du CTIA, et mis aussi en cause la FDA aux USA, l'équivalent de notre AFSSE (ANSES) en France.

Comme dans le documentaire de sophie Le Gall, ces scientifiques ont eux aussi mis en cause  l’indépendance des experts chargés d'évaluer le classement des CEM. Ils ont exigé que les conflits d’intérêts soient déclarés. Les scientifiques ont déclaré : « Nous avons attendu jusqu’au dernier moment pour les voir apparaître mais sans succès. Nous ne comprenons pas que les documents de cette importance ne soient pas rendus publics. »

Après le scandale Repacholi à l'OMS qui visiblement n'a pas servi de leçon, l'OMS a échappé de justesse à un nouveau scandale. Un des experts pressenti pour occuper un poste à l'OMS sur les risques des champs électromagnétiques, le Pr Anders Ahlbom de l’Institut médical Karolinska en Suède, est aussi membre du conseil d’administration d’une société de conseil qui travaille pour le principal opérateur de téléphonie mobile suédois. Il a été exclu du groupe d’experts. Les scientifiques signataires d'une lettre dénoncent aussi la présence dans le groupe de travail de 3 représentants de de la téléphonie sans fil qui sont : GSM Mobile Manufacturers Forum, CTIA, The Wireless association.

Jonathan Samet, président du groupe du CIRC a déclaré : « Après avoir examiné pratiquement toutes les preuves qui sont très pertinentes, le groupe de travail des champs de radiofréquences électromagnétiques ont déclaré que le téléphone mobile peut être cancérogène pour l'homme vu qu’il développe un risque accru de gliome qui est un type de cancer du cerveau ». L'ensemble des experts après examens des études et preuves scientifiques disponibles, se sont mis d'accord pour reconnaître la nocivité des ondes radios, et classer la téléphonie mobile  dans la catégorie « Cancérogène », B2, au même titre que des substances chimiques toxiques.
 
 
Reportage BFM TV du 31 mai 2011.
Les ondes radios, certaines personnes ne les supportent plus du tout, on les appelle les électrohypersensibles.

Il suffit de se placer devant la fenêtre pour affoler complètement l'appareil. Lorsque Evelyne referme ses rideaux renforcés au cuivre, le détecteur de champs magnétiques retrouvent son calme. Evelyne est électro-hypersensible, elle vie donc sans portable, sans micro-ondes, ses murs ont  été recouverts d'une peinture bouclier au carbone. 

"Donc l'appartement est entièrement blindé."

Objectif, limiter au maximum les symptômes. Depuis 4 ans et l'installation d'antennes relais devant son domicile de l'époque, Evelyne dit être malade.

Evelyne Rouquié, électro-hypersensible.
"Des migraines, des brûlures, des baisses de la vue, des fatigues, et la nuit surtout, j'ai des sensations de brûlures sur les bras et les mains, extrêmement importantes."

Cette électrohypersensibilité a beau en faire sourire plus d'un, elle est incontestable à en croire ce cancérologue, prouvée à ses yeux par les examens cérébraux.

Pr Belpomme, cancérologue, ARTAC.
"Bien sûr, ce sont des vrais malades, ils ont des anomalies biologiques dans le sang, et des troubles de la vascularisation cérébrale dans le cerveau. Je ne peux pas supprimé les cas que je vois dans ma consultation, pour faire plaisir au pouvoir politique quel qu'il soit."

Des sensibilités qui d'après le Pr Belpomme pourraient déboucher un jour sur des cancers ou une maladie d'Alzheimer. Aucune preuve scientifique incontestable, pourquoi, certains dénoncent l'omerta du aux enjeux financiers.


 
 
Reportage TF1 du 31 mai 2011.
C'est une information qui émane de l'organisation mondiale de la santé, l'usage du téléphone portable serait peut être cancérogène. Les experts confirment les doutes qui existent depuis plusieurs années sur les ondes de nos mobile. Il faut toutefois rester prudent car les preuves scientifiques manquent toujours.

Est-ce qu'il est sûr d'utiliser un téléphone portable, c'est la question que se pose depuis une semaine 30 experts de 14 pays réunis ici à Lyon, au CIRC, le Centre International de Recherche sur le Cancer. Des débats passionnés, qui ont repris toutes les études sur les expositions aux radiofréquences, y compris celles émises par les radios, télévisions et radiocommunications. 

L'an dernier, la publication des résultats partiels de la vaste étude Interphone sur les téléphones portables avaient déçu. Les experts concluaient alors qu'ils n'y avaient pas de risques avérés de cancer, mais ils restaient quand même possible. Problème, l'étude ne prenait en compte que les plus de 30 ans, avec un usage de 2h30 par mois. Cette fois les experts ont eu accès à toutes les données de l'étude, et ils concluent à un risque élevé de gliome, un cancer du cerveau particulièrement agressif, chez les jeunes. Les preuves qui continuent à s'accumuler sont assez fortes disent-ils, pour dire que l'usage des téléphones portables doit être considéré comme peut être cancérogène pour l'homme. C'est une première victoire pour les associations qui alertaient depuis des années sur les risques potentielles des ondes électromagnétiques.

Les recommandations officielles ce soir restent les même, dans le doute il vaut mieux utiliser un kit main libre et envoyez des SMS.


 
 
Reportage France 3 du 31 mai 2011.
Plusieurs études scientifiques le soupçonnait déjà, mais cette fois c'est l'OMS qui alerte sur les effets du téléphone portable sur la santé. Patrick Ester bonsoir, on l'a juste appris avant ce journal, pour l'OMS l'usage des portables peut être cancérogène. Quelles sont les informations dont on dispose ce soir ?

Bien écoutez ce soir l'agence de recherche sur le cancer de l'Organisation Mondiale de la Santé, estime que l'usage des téléphones portables doit être considéré comme peut être cancérogène pour l'homme. Une trentaine d'experts de 14 pays réunis à lyon pour la semaine, ont décidé de classé au niveau 2B ce risque, sur une échelle qui compte 5 niveaux. Il s'agit bien sûr, une nouvelle fois, de l'application du principe de précaution. Mais selon le groupe d'experts, les preuves continuent à s'accumuler, notamment, les études épidémiologiques menées depuis dix ans, montrent un risque accru de gliome, c'est à dire, un type particulier de cancer du cerveau, associé à l'usage intensif du téléphone sans fil. Ce soir les scientifiques considèrent donc après avoir analysé toutes les études publiées ce sujet qu'il est nécessaire de surveiller donc le lien entre les apparitions de cancer et l'utilisation de nos téléphone portables.

Merci beaucoup pour ce décryptage et pour cette information qu'on a reçu juste avant ce journal.


 
 
Reportage de Itélé du 1er juin 2011.

On reparle de la nocivité des portables. L'alerte provient cette fois des experts de l'organisation mondiale de la santé, ils le disent l'usage des portables peut être cancérigène.

C'est l'organisation mondiale de la santé elle même qui cette fois a tiré la sonnette d'alarme. Le téléphone portable pourrait être potentiellement cancérigène. Un peut être qui laisse planer le doute mais qui a conduit les 31 cancérologues du Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC) à classer les champs électromagnétiques radiofréquences en catégorie 2B, traduction, les ondes des portables seraient aussi dangereuses que des produits comme le plomb, le chloroforme, ou encore le café. 

Jonathan Samet, Président de l'IARC.
"Plusieurs études épidémiologiques semblent montrer que les téléphones portables contribuent à augmenter le risques de cancer du cerveau, d'ailleurs principalement du côté où l'utilisateur à placé sont téléphone."

Ce que pour l'instant aucune preuve formelle ne permet d'établir un lien stricte entre le téléphone et le cancer, pire les chercheurs de l'OMS n'ont réaliser aucune nouvelle étude pour tirer ces conclusions, ils se sont seulement basés sur des études de 2010 qui montraient qu'en utilisant son téléphone ne serait-ce que 30 minutes par jour pendant 10 ans, les abonnés avaient deux fois plus de risque d'être atteint d'une tumeur cérébrale. Comme tout facteur environnementale il faudra donc encore des années avant d'avoir une idée exacte des conséquences sur le long terme. En attendant les chercheurs recommandent l'utilisation du fameux kit main libre ou encore, des SMS, des techniques qui permettent de réduire de 10% l'exposition aux ondes nocives.

Reportage de BFMTV du 31 mai 2011, OMS CIRC reconnaît la nocivité du GSM (1,05 minute).
Pour l'OMS, le téléphone portable "peut-être cancérogène" . Et les antennes relais, on en fait quoi ?

Reportage d'Euronews du 31 mai 2011, Dr Johnatan Samet (1,12 minute).

Reportage de TLM du 1er juin 2011, augmentation 40% du risque de tumeur (1,33 minute).
L'introduction de 12 défauts méthodologiques dans l'étude interphone n'a pas réussi à dissimulé l'augmentation du risque de tumeur, en réalité celui-ci est bien plus élevé que prévu, car la tranche d'âge a été limité à la tranche d'âge de 30 à 59 ans, mais en plus les tumeurs de neurinome de l'acoustique qui génère un facteur de risque de 4 ont été retirés de l'étude, et les tumeurs ou oedèmes au niveau de l'oeil ne sont pas non plus pris en compte.

Reportage d'Euronews du 1er juin 2011, Dr Robert Baan, réunion du CIRC, Lyon (1,12 minute).
Coup de tonnerre pour les opérateurs, les experts de l'OMS viennent de confirmer que l'utilisation du téléphone portable est cancérogène pour l'hommeet classé en catégorie 2b de nocivité, le même que pour des substance chimiques.


 

Reportage TV5Monde du 20 mai 2010, Rr Van der Vorst (2,34 minutes).
Le Professeur André Vander Vorst dénonce les dissimulations de l'OMS. l'Utilisation du téléphone portable plus de 30 minutes par jour augmente de 40 % le risque du cancer du cerveau, mais pour l'OMS il n'y a pas de danger, une véritable escroquerie sanitaire.




 
  Retour au chapitre sur les antennes relais de la téléphonie mobile
  Retour au SOMMAIRE du SITE.
  TRANSLATE - TRADUIRE.
Nom du site   Risques sanitaires des champs électromagnétiques, santé, cancer, leucémie, tumeur
Adresse du site danger risque sanitaire de la pollution électromagnétique santé cancer leucémie tumeur du cerveau
Auteur du site : Marc FILTERMAN
Adresse e-mail : marcfilterman@hotmail.com
© Protected by Copyright - Reproduction interdite.