© Protected by Copyright - Reproduction interdite.
Adresse du site
sites de secours
danger risque sanitaire de la pollution électromagnétique santé cancer leucémie tumeur du cerveau
Nom du site   Prévention sur les risques professionnels sanitaires des micro-ondes
Auteur du site   Marc FILTERMAN
Adresse e-mail   marcfilterman@hotmail.com
  TRANSLATE - TRADUIRE
  Retour au Sommaire du site
  Retour au chapitre sur la pollution électromagnétique des micro-ondes



227°) L'Association Santé Environnement France (ASEF)
confirme ce que le Pr Roger Santini,
avait déjà mis en évidence dès 2002.
Alors que la France s'est empressée d'appliquer la recommandation européenne de 1999, avec des seuils de 41 à 60 V/m pour les émissions des ondes de la téléphonie mobile, les autres pays ont adopté leurs propres normes avec des seuils de 3 à 6 volts/mètre. La France est une république qui applique les normes que quand elles servent les intérêts des industriels, mais qui desservent toujours les intérêts de la population française.

L'arrêt du 7 avril 2005, décrète qu'une antenne relais de téléphonie mobile peut être installées que si les propriétaires de l'immeuble l'acceptent à l'unanimité. Alors que dans le cas des HLM, les opérateurs ne doivent convaincre qu'un seul propriétaire sans pour cela se soucier des l'avis des locataires de ou des immeubles concernés.

L'Association Française des Opérateurs Mobiles (AFOM) qui a fusionné depuis 2011 avec la Fédération Française des Télécoms (FFT) qui réunit Bouygues Telecom, Orange et SFR, précise que les opérateurs ont installé en 2010, 2.342 nouvelles antennes-relais sur l'ensemble de la France, en plus des 50.000 relais déjà existants, soit 1 pour 1400 habitants.

Officiellement pour justifier l'absence de conséquences sur la santé, l'état et les opérateurs s'appuie sur la conclusion d'une note de 2006 de l'Organisation Mondiale de la Santé qui affirmait que :

« Compte tenu des très faibles niveaux d'exposition et des résultats des travaux de recherche obtenus à ce jour, il n'existe aucun élément scientifique probant confirmant d'éventuels effets nocifs des stations de base et des réseaux sans fil pour la santé. »

Un communiqué du gouvernement français de 2009 affirmait que :
« en l'état actuel des connaissances scientifiques, et compte tenu des faibles niveaux d'exposition aux champs électromagnétiques autour des stations relais, l'hypothèse d'un risque pour la santé des populations vivant à proximité de ces stations ne pouvait être retenue. »

Sauf que toutes ces belles affirmations OFFICIELLES ont toujours été totalement FAUSSES, puisque depuis les années 50, la nocivité des micro-ondes avait déjà été mise en évidence à plusieurs reprises, suite à des accidents chez des professionnels.

L'Association Santé Environnement France (ASEF), qui regroupe 2500 médecins, a mené une enquête en octobre 2011 sur les locataires des HLM équipés d'au moins 12 antennes, à Aix-en-Provence et Aubagne suite des troubles sanitaires. Sarah Norest, chargée de communication de l'ASEF précise que cette enquête a été réalisée en raison de l'état de santé des riverains. Le docteur Patrice Halimi, secrétaire général de l'ASEF, chirurgien pédiatre à Aix-en-Provence, a révélé les résultats de l'enquête :
 
Types de trouble sanitaire Riverains sous 
les antennes
Population globale moyenne
Acouphènes (sifflements, bourdonnements, etc.) 43%  15%
Troubles du sommeil 55% 32%
Trouble de la concentration 27% 04%

Les riverains qui partent en vacance ailleurs, voient leurs symptômes disparaître après quelques jours, ce qui est le cas pour 83 % d'entre eux. Patrice Halimi, Secrétaire Général de l'ASEF précise que :
 « Les locataires que nous avons rencontrés ont l'impression qu'on se moque d'eux. On ne leur a pas demandé leur avis pour savoir s'ils étaient d'accord pour qu'on leur implante des antennes relais sur leur toit. Ils ne touchent même pas d'indemnités financières pour ça et pourtant ce sont eux qui prennent et assument le risque... C'est anti-démocratique. En tant que médecins, nous estimons qu'il n'y a pas ni patient, ni citoyen de seconde zone.../...
Les résultats de cette enquête vont dans le sens de l'étude Bortkiewicz publiée en Pologne en 2004 ou encore de l'étude Abdel-Rassoul menée en Egypte en 2007 qui faisaient toutes deux le lien entre les troubles du sommeil et de la concentration et la proximité des antennes relais. On peut également évoquer l'étude Hutter réalisée par une équipe de chercheurs autrichiens en 2010 qui a démontré le lien entre antennes relais et acouphènes

Le questionnaire de l'ASEF a été réalisé avec l'aide de PRIARTEM, sauf qu'il confirme aussi les résultats d'une ancienne étude sur 530 personnes, celle du Pr Roger Santini (voir lien 21) sur les mêmes troubles (et d'autres non pris en compte ici), que tout le monde a oublié de citer, car elle date de 2001.


L'étude du Pr roger Santini de 2001, et les pressions.

Elle sera ensuite répliquée par celle du Dr Gomez, mais en Espagne. L'enquête du Pr Santini tenait compte du sexe des individus et de la distance par rapport aux antennes relais. La synthèse rapide des résultats de 2001 était la suivante pour un émetteur situé à moins de 10 m des riverains.
     72,0 % fatigue.
     57,1 % troubles du sommeil.
     47,8 % maux de tête.
     45,4 % sentiments d'inconfort.
     23,0 % irritabilité.
     26,8 % tendance dépressive.
Pour une distance de 10 à 50 m par rapport à une antenne relais GSM on a :
     57,9 % troubles du sommeil
     50,9 % fatigue
     26,6 % pertes de mémoire

En 2000, je faisais des recherches sur le réseau Echelon, et sur les autres méthodes d'espionnage. J'ai découvert en même temps que la société Stéria --- un très gros fournisseur officiel de France Télécom, puisqu'en effet il s'occupe de leur facturation --- avait un partenariat avec l'INSA de Lyon. J'avais prévenu le Pr Roger Santini qu'il ne devrait pas tarder à avoir des ennuis. Tous les chercheurs et experts indépendants ont fait l'objet de pressions, d'écoutes illégales, d'interception d'email et du courrier postal.

Le Pr Roger Santini fera à l'époque l'objet d'attaques directes et indirectes multiples du lobby des télécoms, aussi bien par le biais de tracasseries administratives de l'INSA de Lyon, que de députés qui l'avaient pourtant sollicités au départ. C'était arrivé au point où je lui avais proposé de publier un communiqué sur mon site internet (voir lien 22). Tous les scientifiques indépendants ont fait l'objet d'intimidations, de menaces, quand certains ne se sont pas fait totalement confisquer les résultats de leur travaux, comme pour les OGM.

Quand en plus il a été révélé que la société Tecsi, filiale de France Télécom, était aussi filiale de la société américaine SAIC, dixième fournisseur du Pentagone, Tecsi est passé sous contrôle de Steria par le biais d'un échange d'actions le 04 août 2000. Le SAIC n'est pas coté en bourse, car c'est une machine à recruter des militaires et ex-agents ou patrons des principaux services secrets américains. Plus comique, comme je travaillais depuis 1986, sur tout ce qui touche à la manipulation du cerveau, c'est avec un grand intérêt que j'avais découvert que le SAIC avait un partenariat avec le laboratoire des "Sciences Cognitives" du SRI, Standford Research Institute International. Et la plaisanterie ne s'arrête pas là, puisque entre autres recherches sur le cerveau, c'est par ce laboratoire que sont passés 800 officiers, afin de trouver les perles rares, des officiers qui disposaient de capacités médiumniques. Vous avez bien lu, la parapsychologie a toujours passionné les militaires. C'est de cette façon que la première unité d'espions PSY de la DIA (Defense Intelligency Army) avait été créée. On rigole encore plus, quand on sait qu'un des laboratoires de la Salle-Pêtrière a refait des expérimentations qui ont été faites il y a 40 ans par le KGB. La France à 40 ans de retard sur certaines recherches. Je le précise au cas où des académiciens et des responsables d'agences sanitaires l'ignoreraient, d'autant plus que je dispose de toutes les preuves.

Alors que les opérateurs qui viennent nous parler des adeptes des sciences ésothériques se taisent, et commencent par balayer devant leur porte, et à regarder de plus près les partenariats qu'ils font. Ces informations ont été communiquées par mes soins au Président de la République de l'époque, au député Arthur Petch en charge de l'enquête sur le réseau Echelon, et aussi au juge Thierry Jean-Pierre, lui aussi décédé d'un cancer foudroyant, comme certains scientifiques.

Fin 2009, un rapport de l'Afsset appelait pour la première fois à la réduction de l'exposition du public aux ondes électromagnétiques. Suite à cette remarque défavorable au lobby des télécoms, le directeur de l'agence de l'époque, M. Guesperau a tout simplement été dégagé. Toutes les agences qui ont posé problème au Président de la République actuel, ou qui ont été mises gravement en cause comme avec l'affaire Servier, on changé de nom (comme l'agence du médicament), ou ont été fusionnée d'office. Quoi de plus normal, puisque l'état français est aussi actionnaire de France Télécom. Où est donc l'indépendance des services de l'état dans cette affaire, on se le demande, il n'y en a tout simplement pas. L'état français est juge et parti pris, dans le dossier de la téléphonie mobile. L'AFSSET, remplacée depuis par l'ANSES, préconisait à l'époque la mise en place du principe ALARA (As Low As Reasonably Achievable), principe qui remonte à Ross Adey, ex-scientifique de la NASA, et consultant de la Maison Blanche dans les années 70, décédé lui aussi.

En mai 2011, le Conseil de l'Europe a même reconnu que les émissions de la téléphonie mobile étaient une atteinte à la santé publique :
« Si les champs électriques et électromagnétiques de certaines bandes de fréquence ont des effets tout à fait bénéfiques, qui sont utilisés en médecine, d'autres fréquences non ionisantes, que ce soient les extrêmement basses fréquences, les lignes électriques ou certaines ondes à haute fréquence utilisées dans le domaine des radars, de la télécommunication et de la téléphonie mobile, semblent avoir des effets biologiques non thermiques potentiels plus ou moins nocifs sur les plantes, les insectes et les animaux, ainsi que sur l'organisme humain même en cas d'exposition à des niveaux inférieurs aux seuils officiels. »

Les intervenants scientifiques, et le député européen Huss lors de la conférence de l'UNESCO organisée par le Pr Belpomme, ont eu des mots très durs à l'égard des politiques, et aussi des turpitudes de l'industrie, qui ont été dénoncés. Mais les conférences même avec des scientifiques indépendants de l'industrie, ne trouvent aucun écho dans la presse radiotélévisée.



 
  Retour au chapitre sur les antennes relais de la téléphonie mobile
  Retour au SOMMAIRE du SITE.
  TRANSLATE - TRADUIRE.
Nom du site   Risques sanitaires des champs électromagnétiques, santé, cancer, leucémie, tumeur
Adresse du site danger risque sanitaire de la pollution électromagnétique santé cancer leucémie tumeur du cerveau
Auteur du site : Marc FILTERMAN
Adresse e-mail : marcfilterman@hotmail.com
© Protected by Copyright - Reproduction interdite.