© Protected by Copyright - Reproduction interdite.
Adresse du site
sites de secours
danger risque sanitaire de la pollution électromagnétique santé cancer leucémie tumeur du cerveau
Nom du site   Prévention sur les risques professionnels sanitaires des micro-ondes
Auteur du site   Marc FILTERMAN
Adresse e-mail   marcfilterman@hotmail.com
  TRANSLATE - TRADUIRE
  Retour au Sommaire du site
  Retour au chapitre sur la pollution électromagnétique des micro-ondes


233°) Fraude Académique, Fraude Scientifique,
Fraude Gouvernementale, Fraude Institutionnelle,
au service du terrorisme industriel, et psychopathes.

L'innocuité des champs électromagnétiques a toujours été un mythe, un fantasme, une doctrine des experts officiels, qui a été propagée dès les années 40 par l'industrie des radars, avec l'aide de Watson Watt qui était lui-même à l'origine de plusieurs dépôts de brevet. Quant à mes détracteurs, je leur répondrai que je dispose des manuels techniques constructeurs qui remontent aux années 70, et qui comportent des consignes de sécurité. Sauf que les règles actuelles ne concernent que les risques thermiques. Les autorités politiques n'ont jamais voulu tenir compte du risque cellulaire, car il faudrait interdire l'implantation des sources d'émissions micro-ondes en zone urbaine, et les téléphones portables qui sont les pourvoyeurs de tumeurs sur les organes humains, comme l'ont démontré des centaines d'études. Les académiciens des académies de médecine, des sciences et des technologies ont adopté une posture idéologique, motivée par des conflits d'intérêts, et se comportent eux-même comme des fraudeurs. Ces académiciens et experts officiels affirment qu'aucune étude ne démontre la nocivité des micro-ondes (ce qui est FAUX), tout simplement parce qu'ils font eux-mêmes parti des conseils scientifiques des industriels, quand ce n'est pas de leur conseil d'administration, où ils vont toucher des jetons de présence très lucratifs.

On constate que de plus en plus de produits nocifs pour la santé ont été commercialisés par les industriels qui se sont payés des soutiens politiques et scientifiques, et ont infiltré toutes les institutions de l'état. Certains dirigeants industriels, et leurs pseudo "scientifiques", se comportent comme de vulgaires psychopathes, avec des comportements proches de ceux que nous voyons dans les films catastrophes hollywoodiens. Ce qui peut consoler la population, c'est que même les politiciens ne sont pas épargnés. Lors d'une expérience avec des analyses de sang sur plusieurs députés européens à Bruxelles, il a été constaté qu'ils avaient eux aussi un véritable cocktail de plusieurs dizaines de substances chimiques dans le sang. Les politiciens s'empoisonnent eux-même, suite aux décisions politiques qu'ils prennent en faveur des lobbies industriels.

Ce qui est intéressant avec l'industrie et certains de leurs experts officiels, c'est qu'ils traitent les experts indépendants de paranoïaques, et d'éco-terroristes. Sauf que ce sont les laboratoires pharmaceutiques qui sont en réalité à l'origine de l'éco-terrorisme, comme le savent les services de renseignement, mais cela est ignoré par le grand-public. Ces laboratoires dans les années 60/70 infiltraient des groupes pour les manipuler, afin de les inciter à aller détruire les laboratoires de recherche de leurs concurrents, ce qui est encore ignoré aujourd'hui du grand-public. L'industrie espionne les experts indépendants et aussi des élus politiques, mais l'Etat oublie de ficher les terroristes industriels. Le grand public ignore que l'industrie pratique le terrorisme industriel, au même titre que les services de l'état. En France on ne fiche pas des industriels qui financent les parties politiques et leurs fondations, même s'ils commercialisent des produits dangereux qui provoquent des cancers. La seule condition que doivent respecter les industriels, consiste à commercialiser des produits qui ne peuvent être mortels qu'à long terme, avec un délai de latence supérieur à 5 ans. Pourquoi, parce que dans ce cas vous entretenez le doute, et vous rendez inapplicable le principe de précaution. Comme "il n'y a pas de péril immédiat", comme le précise le rapport du Député GEST sur le principe précaution, il n'est pas utile d'interdire le produit. Par exemple si vous décédez d'une balle de fusil, là nous sommes dans le cadre du "péril immédiat", donc le parlement va inventer en toute hâte une nouvelle loi, comme nous l'avons vu dans diverses affaires criminelles.

J'avais écrit sur mon site, "fumer tue, mais "téléphoner peut tuer aussi", cette expression vient d'être adoptée par Israël qui a décidé de demander que cette mention figure aussi sur les téléphones portables.

Qu'est ce que le terrorisme industriel ?
C'est très simple, il s'agit d'industriels qui vendent des produits au public alors qu'ils savent pertinemment qu'ils sont dangereux pour la santé. Les experts officiels qui savent que les champs électromagnétiques et les micro-ondes sont dangereux pour la santé, et qui affirment le contraire, rentre dans ce cas dans la catégorie des criminels, mais en plus avec préméditation. Ils devront donc un jour ou l'autre répondre de leurs actes devant une cour d'assise. Il y a ceux qui préfèrent ne pas savoir et feront valoir leur incompétence, mais on rentre ici dans le cadre de l'homicide par imprudence, ou de la corruption passive, qui elle aussi est répréhensible dans le cadre de l'article 40 du code pénal. Les armes des industriels sont nombreuses :

- utilisation des cabinets de communication, et appel à un marketing agressif,
- multiplication des partenariats avec des associations paramédicales et écologistes,
- multiplication des partenariats avec des universités et laboratoires de recherche,
- infiltration de l'OMS et des agences de sécurité sanitaire et santé,
- infiltration du conseil d'état, du sénat, de l'assemblée nationale, des ministères,
- infiltration des institutions européennes, commissions et parlement européen,
- contrôle et manipulation de la presse par le biais de budgets publicitaires,
- partenariat et parrainage d'associations dites de presse et pluralistes,
- corruption des élus comme les maires, députés, sénateurs, ministres,
- corruption de prétendus scientifiques, médecins, académiciens,
- utilisation par les comités scientifiques de l'industrie de scientifiques maléables,
- fraude et manipulation des études scientifiques,
- la négation des consignes de sécurité par la médecine du travail, constitue un ACTE CRIMINEL,
- multiplication et extension de la censure par des partenariats et complicités politiques,
- censure de toutes les informations indépendantes compromettantes,
- utilisation de cabinets d'intelligence économique, ou plutôt d'espionnage
- utilisation barbouzes et hackers contre les sites et boites emails des experts indépendants,
- écoutes téléphoniques et interceptions internet en violant le code pénal,
- sabotage des sites internet des chercheurs et spécialistes indépendants,
- fermeture des laboratoires de recherche des chercheurs par la suppression des budgets,
- fausses rumeurs contre les scientifiques et spécialistes indépendants,
- tentatives d'assimilation des chercheurs à des sectes ou à des partis politiques extrémistes,
- sabotage des réunions publiques des experts indépendants.

On peut aussi dénoncer l'échec de la politique sanitaire de la Présidence Sarkozy, qui repose sur une politique idéologique au profit des opérateurs et des industriels du CAC40, qui financent des partis politiques, mais aussi de nombreuses associations et fondations. A la tête de ces dernière nous retrouvons le plus souvent des hommes politiques de tous les partis politiques confondus, ou bien des membres de leur famille.

La politique sanitaire de la France est un VÉRITABLE ÉCHEC, qui se traduit actuellement par 200.000 nouveaux cas de cancers chaque année, et aussi 10.000 suicides, contre 3000 morts sur la route. Or la priorité du gouvernement, ce ne sont pas les suicides, mais la sécurité routière, car cela permet de vendre les radars d'un des plus grands fournisseurs de l'état, qui "sponsorise" aussi des fondations, dirigées par des politiques.
 

Sur quoi repose la fraude académique et scientifique ?
- Cette fraude repose sur un prétendu consensus scientifique qui n'existe pas, sauf dans l'esprit des quelques "chercheurs" fantasques qui sont payés par les lobbies industriels.

- Ne sont reconnus par l'état que comme experts OFFICIELS, que ceux qui défendent les intérêts de l'industrie, et aussi de leurs produits toxiques. Nos experts officiels français de nos agences de sécurité sanitaire, ne sont à l'origine d'aucune alerte. Ces alertes ne sont émises que par des médecins indépendants, des services de santé étrangers, la presse et internet.

- Le consensus scientifique reposent sur les mensonges de quelques experts au service de l'industrie, qui veulent nous imposer une vérité unique, au même titre que la pensée unique, et des normes qu'ils refusent de s'appliquer à eux-mêmes.

- Ces experts affirment qu'aucune étude ou marqueurs biologiques ne démontrent la nocivité des champs électromagnétiques ce qui est FAUX. Ces prétendus chercheurs se basent sur le fait que la téléphonie mobile n'existait pas avant les années 80, donc pour eux les études scientifiques antérieures sur les micro-ondes ne peuvent pas s'appliquer aux ondes de la téléphonie mobile. Pourtant la physique de base des ondes de la téléphonie mobile est la même que celles utilisées par les systèmes militaires, sauf que certains ont du faire l'école buissonnière au moment des cours de physique.

- Ces affirmations mensongères reviennent à remettre en cause les recherches d'ARSONVAL, de GALVANI, ainsi que des scientifiques américains y compris de la NASA, qui sont pourtant eux de véritables scientifiques et spécialistes des micro-ondes, contrairement à nos médecins français, qui sont pourtant reconnus par l'état et évidemment nos opérateurs, comme des experts officiels.
 

Sur quoi repose la fraude parlementaire.
La fraude parlementaire repose sur les affirmations émises par les précédents, comme le démontre le rapport 2719 de l'assemblée nationale des députés Gest et Tourtelier du 8 juillet 2010, page 112.
" Si l’absence de risques liés aux antennes relais rassemble aujourd’hui un quasi-consensus dans la communauté scientifique, l’éventualité d’effets sanitaires à long terme de l’exposition aux téléphones mobiles n’est pas écartée (2)."

Nous sommes dans l'hérésie la plus totale, et carrément dans le ridicule. En France il n'y a qu'une petite dizaine de prétendus experts en France, tous liés à l'industrie, qui affirment que les champs électromagnétiques sont inoffensifs. Nous avons de multiples déclarations accompagnés de pétitions qui ont été signées par des milliers d'illustres scientifiques, qui contredisent les affirmations laxistes de ces quelques dizaines d'experts et médecins à travers le monde qui sont tous liés aux lobbies industriels internationaux, et pourtant nos parlementaires donnent raison à ces personnes qui en plus pour la plupart n'ont jamais travaillé sur des sources micro-ondes. Je rappelle que des consignes de sécurité sur les risques des micro-ondes existent dans nos manuels techniques depuis les années 60, ce qui démontre une inculture scientifique de notre médecine, et de certains de nos parlementaires français. Il faut pourtant rappeler à ces députés qu'ils n'existent aucune différence entre les ondes des radars, et les ondes des antennes relais, et que la puissance de ces derniers est bien plus élevée que celle des petits radars.


Exemple de fraudes gouvernementales.
Les gouvernements donnent eux aussi dans la fraude, surtout dans les chiffres de la dette de l'état et de la sécurité sociale, du gaspillage d'argent public et de la corruption, de la délocalisation, et aussi du chômage. Mais aussi dans les domaines techniques comme les gaz de schiste, et bien évidemment des champs électromagnétiques.

Nous avons des experts officiels dans les agences de l'état, qui ne savent pas faire la différence entre des termes techniques très précis, y compris parmi nos polytechniciens et académiciens. Ils sont pourtant considérés comme l'élite de la nation, mais ils ont visiblement quelques lacunes. Quelques exemples :

1°) Première fraude gouvernementale, dans un document du ministère de l'écologie de novembre 2011, il est spécifié que les relais ont des puissances de 1 à quelques dizaines de Watts. Sauf qu'il s'agit en réalité de la puissance de  sortie émetteur, ce qui n'est pas précisé dans le document. Or la puissance rayonnée par une antenne relais est plus proche de 500 watts minimum, à plusieurs milliers de Watts, selon le gain de l'antenne, soit l'équivalent d'une fois la puissance d'un four à micro-ondes porte ouverte, à plusieurs fours micro-onde. Si les antennes sont en plus tri-bandes, c'est à dire en 900, 1800, 2100 MHz, la puissance est encore plus élevée, ainsi que la distance de sécurité.

2°) Seconde fraude dans le même document ministériel d'une page, le nombre d'antennes serait de 80.000, c'était peut être vrai au début des années 2000, mais ce nombre a été doublé depuis. Rien que pour une ville, c'est une centaine d'antenne en plus qui vont être rajoutés. De plus on ignore si on parle du nombre de sites émetteurs, ou du nombres d'émetteurs, et dans ce dernier cas, ce nombre est encore plus élevé. Si une antenne est tri-bandes, le nombre d'émetteur est à multiplier par 3, et à multiplier par 3 ou 4 opérateurs avec  l'arrivée de Free. Il faut aussi préciser que des émetteurs vont être rajoutés, avec l'arrivée de la 4G, la téléphonie de quatrième génération.

3°) Dans un rapport technique de l'AFSSET sur les scanners corporels d'aéroport, il est précisé qu'ils sont millimétriques ce qui est FAUX, car nous sommes encore dans la bande centimétrique. La bande millimétrique commence à partir de 30 GHz.

4°) Autre fraude dans le même rapport de l'AFSSET. Qui a décrété que le "domaine du spectre radioélectrique (parfois appelé micro-ondes)" commençait à partir de 3 GHz pour finir à 300 GHz. Ce sont les experts officiels liés au lobby des télécoms, mais certainement pas les vrais experts en radio et en radar. Les experts qui ont rédigé ce rapport sont totalement incompétents, car ils devraient savoir que nous sommes en réalité dans le spectre des hyperfréquences.

5°) Le terme micro-onde correspond à hyperfréquence.

6°) Les RF, correspondent au spectre RadioFréquence désigné en anglais sous le terme de "radiofrequency", qui intègre les VLF, LF, MF, HF, et la VHF jusqu'à 300 MHz.

7°) Le terme micro-onde est équivalent à la longueur d'onde qui s'exprime en dm, cm, mm. Le terme micro-onde se traduit par hyperfréquence, qui est donné en MHz, GHz.

8°) Le spectre micro-onde ou hyperfréquence a toujours commencé à partir de 300 MHz, qui intègre les UHF (Ultra Hautes Fréquences), les SHF (Supra Hautes Fréquences), et les EHF (Extrêmes Hautes Fréquences). Cette répartition existait depuis des décennies, et cette information figuraient aussi pourtant à l'origine dans le document du CENELEC TC 111, et aussi de l'INRS.

9°) Les experts officiels et médecins qui affirment qu'aucune étude ne démontre les effets nocifs avérés des champs électromagnétiques sont des charlatans et des fraudeurs, et ils devraient être systématiquement radiés.

10°) Lors d'une réunion à l'assemblée nationale avec le député Gest en 2009, pour prouver l'innocuité des micro-ondes j'ai demandé aux experts présents, de se proposer comme cobayes volontaires aux seuils qu'ils préconisaient pour le PUBLIC (soit 41 V/m), pour mettre un terme à la polémique et rendre service à leurs amis opérateurs. Curieusement pas un seul de ces experts ne s'est proposé comme volontaire. Je n'ai pourtant pas demandé une exposition au niveau professionnel qui est de 137 V/m, car il faut savoir que sur les toits on dépasse les 100 V/m à quelques mètres d'une antenne, surtout si elle est tri-bande. Nos experts officiels ont eux-même peur de ces niveaux.


Depuis l'arrivée de la téléphonie mobile GSM, on assiste à des tentatives multiples de déréglementation des termes techniques, qui sont pourtant utilisés depuis des décennies. Comme les compétences techniques de la population française sont plutôt faibles, nous avons des "experts officiels" qui peuvent déclarer n'importe quoi même en justice sans être inquiété, car les magistrats ne sont pas des radioélectrotechniciens, ou des radaristes. En France on reconnaît comme expert officiels des médecins :
- qui disent du bien des produits industriels,
- qui n'ont aucune compétence sur les micro-ondes,
- qui n'ont jamais travaillé sur la moindre source micro-ondes,
- qui travaillent ou sont au service de l'industrie, en violation du serment d'Hippocrate.

On se demande comment le dernier point peut être toléré par le monde politique, et pire, même par les autorités de l'état.



 
  Retour au chapitre sur les antennes relais de la téléphonie mobile
  Retour au SOMMAIRE du SITE.
  TRANSLATE - TRADUIRE.
Nom du site   Risques sanitaires des champs électromagnétiques, santé, cancer, leucémie, tumeur
Adresse du site danger risque sanitaire de la pollution électromagnétique santé cancer leucémie tumeur du cerveau
Auteur du site : Marc FILTERMAN
Adresse e-mail : marcfilterman@hotmail.com
© Protected by Copyright - Reproduction interdite.