© Protected by Copyright - Reproduction interdite.
Adresse du site
sites de secours
danger risque sanitaire de la pollution électromagnétique santé cancer leucémie tumeur du cerveau
Nom du site   Prévention sur les risques professionnels sanitaires des micro-ondes
Auteur du site   Marc FILTERMAN
Adresse e-mail   marcfilterman@hotmail.com
  TRANSLATE - TRADUIRE
  Retour au Sommaire du site
  Retour au chapitre sur la pollution électromagnétique des micro-ondes



237°) Emission Babylone des "savoirs et cultures" de la Radio Suisse Romande
du 5 mai 2012, l'innocuité des ondes, c'est du CHARLATANISME. (11/05/2012)
Radio Suisse Romande (Site)
Emission Babylone des savoirs et des cultures (Page de l'émission, durée une heure),
Reportage de Jonas Pool, "le mal des ondes" (pour écouter, cliquez ici)

Emission diffusée le 05 mai 2011 avec :
Scillia Lorage et Yves Denys, électrosensibles,
Samuel Oberli et Vincent Steulet, maire et ex-maire du village de Soubey (Jura),
Rodolphe Saint-Louis, président de l'association Stop-Antennes,
Marc Filterman, chercheur indépendant
André Aurengo, ex-conseillers scientifiques de Bouygues Telecom,
Bernard Veyret, conseillers scientifiques de Bouygues Telecom,
Nicolas Barth, agriculteur à Masesselin (JU),
et Talal Jabari, réalisateur du documentaire "Full Signal".
Un documentaire de Jonas Pool, réalisé par Bruno Seribat.

Note de Marc Filterman.
Il est impossible de retranscrire l'intégralité de l'émission, en raison du nombre élevé des intervenants. Comme il était impossible de diffuser l'intégralité de tout ce que j'ai dit, les 40 points qui ont été soulevés lors de l'interview, ont été mis à la fin de cette page.


Emission Babylone.
Les rayonnements électromagnétiques inondent nos vies, mystérieusement, nous connectent et nous perforent. Les ondes se propagent, rebondissent, invisibles, pulsées. Partout, sauf en zone blanche, où elles n'entrent pas.
"Bonjour, bienvenue à vous dans Babylone, votre émission des savoirs et des cultures. Elles inondent nos vies, elles sont partout autour de nous, elles sont invisibles. Les ondes électromagnétiques inquiètent. Certains les disent néfastes, nuisibles pour la santé, aux premiers rangs desquels les personnes dites électrosensibles, qui guettent les zones rares, qui seraient encore libres, ou disons protégées de ces ondes téléphoniques, Wifi et autres, qui ont transformé nos moyens de communication. Fantasme ou réalité, la réponse radiophonique à Jonas Pool, dans un documentaire réalisé par Bruno Seribat."

"Jonas pool, bonjour, vous vous êtes intéressés aux ondes peut être par inquiétude, peut-être à force d'entendre parler des méfaits des ondes, en tout cas en remarquant qu'on était complètement environné, à tout instant, par des centaines d'ondes, et des centaines de sources de ces ondes. Alors il faut savoir évidemment que cela n'est pas un pur fantasme, l'OMS, l'Organisation Mondiale pour la Santé, a classé les rayonnements non ionisants (Note : en catégorie 2B), puisqu'on les appelle ainsi, utilisé pour la téléphonie mobile, comme possiblement cancérigènes."

Jonas Pool, journaliste.
"Comme dans une soupe en fait, on pourrait comparer çà à un bouillonnement, il y a les ondes radios, les ondes radars, les micro-ondes, les infra-rouges, la lumière visible, les ultra-violets, les rayons X, les rayons alpha, on ne va pas faire ici la géographie de cet univers, de ce territoire invisible. Il y a aussi les ondes pulsées, les ondes continues, mais c'est vrai qu'on arpente ce territoire invisible à la fois discret, à la fois agité, et silencieux, par contre le débat sur la nocivité des ondes électromagnétiques fait grand bruit. Il y a des chercheurs qui se déchirent, d'un côté ceux qui défendent l'innocuité (Note : ceux qui sont payés par l'industrie), c'est à dire la non nocivité des rayonnements dans leur labo en exposant des souris, ou des cellules à ces perturbations en mouvement. Et puis de l'autre côté, il y a des chercheurs et des militants convaincus de la nocivité des ondes de la téléphonie mobile, ou du Wifi en particulier, ces ondes qui prolifèrent, qui colonisent l'espace comme un cancer, diront certains, la comparaison est forte mais elle n'est pas vraiment innocente. Cela dit Jonas, entre ces deux pôles, c'est à dire le doute complet, et l'accusation, il y a une zone de certitude on dira, un certains scepticisme, et dans le doute, on applique en général le principe de précaution."

Il y a un sujet qui n'a pas été assez souligné, sauf en fin d'émission, c'est celui des professionnels, des techniciens antennes, dont la santé a été bousillée par la faute des mensonges de l'industrie, des experts officiels y compris de nos facultés et académie de médecine, et des médecins du travail sans scrupule, qui passent leur temps à affirmer que les micro-ondes sont inoffensives, ce qui est totalement FAUX. Je précise tout de suite que ces gens là doivent être considérés comme des CRIMINELS au premier degré pour mise en danger volontaire de la vie d'autrui, avec préméditation. Si l'un d'entre eux n'est pas content, il suffit tout simplement de demander aux magistrats devant les tribunaux, à ce que ces experts officiels et médecins du travail soient exposés aux seuils professionnels qu'ils préconisent, pendant plusieurs heures ou journées de travail. Après une telle expérience, nous serons tout de suite fixé, et nous verrons le résultat sur la santé de ces prétendus experts et chercheurs payés par l'industrie, qui sont du même calibre que ceux qui affirmaient que le tabac (la nicotine) et l'amiante étaient sans danger, après avoir faussé il est vrai les résultats de plusieurs études et expertises.

Jonas Pool, journaliste.
"Oui je crois qu'il y a une indifférence générale, ce qui compte surtout au milieu de l'électrosmog, avec les 5 milliards de téléphones portables qui fonctionnent dans le monde, c'est d'avoir du réseau, c'est d'être atteignable partout, et vu que le consensus scientifique officiel, je précise, vu qu'il n'y a à priori pas de danger, pourquoi s'inquiéter; çà on l'entend beaucoup, notamment du côté des académies de médecine."

Emission Babylone.
"Alors est-ce qu'il y a un contrôle quand même, parce que on peut se dire qu'avec cette nocivité supposée, le principe de précaution il devrait y avoir un contrôle à la base."

Jonas Pool, journaliste.
"Alors il y a des normes d'émission, par exemple les autorités suisses ont effectivement adopté le principe de précaution qui dit qu'une antenne relais ne doit pas émettre plus de 6 V/m, mais ça c'est au niveau de la source, pas au lieu de l'impact. Si vous êtres au milieu des antennes, il y en a partout, il y a des cartes publiques qui existent, c'est assez impressionnant, donc si vous êtres arrosés par plusieurs sources, par plusieurs antennes, l'exposition sera donc plus grande, mais le danger n'est toujours pas officiellement prouvé une nouvelle fois."

Emission Babylone.
"On verra d'ailleurs les liens ambigus qui se tissent entre les chercheurs et les industriels. Alors Jonas présentez-nous pour commencer Precil, une femme dite électrosensible que vous avez rencontré, et qui nous conduira en zone blanche..."

Jonas Pool, journaliste.
"Il faut donc bien différencier les ondes en général, et les ondes électromagnétiques de nos nouveau moyens de communication"

 Marc Filterman, membre du conseil scientifique du CRIIREM.
(17ème minutes) "Elles n'ont pas de couleur, ni d'odeur, par contre si on veut faire une représentation visuelle, le plus simple, c'est de prendre un caillou, et de jeter ce caillou dans une marre d'eau, où on voit des ondes se propager à la surface de l'eau. Venir affirmer comme je l'ai vu (lors de conférences) que les micro-ondes, les champs électromagnétiques n'ont aucun effet sur la santé, c'est du charlatanisme, puisqu'on a des consignes de sécurité depuis les années 60, 70, comme vous avez pu le constater dans des photocopies de manuels radars (Cliquez ici) que je vous ai expédié. Bon on le constate aujourd'hui, quand nos amis experts officiels sont invités, si on leur annonce en face qu'il va y avoir par exemple le CRIIREM, bon il n'y a personne qui vient, c'est clair."

Manuel Sperry Mars 1970 :
 
WARNING

Microwave Energy Radiation.

There is no danger FOR A SHORT PERIOD OF EXPOSURE to the microwave energy radiating from the radar aerial; however, avoid exposure to the microwave energy for any extented periods.

Do not look directly into the waveguide interior while the radar is in operation ; the microwave energy is extremely harmful for the eyes. The presence of  microwave energy can be ascertained by means of a neon tube ; the neon tube lights up whan any microwave energy is present. RF any Radiation Safety distance from the aerial is 1 ft.


ATTENTION

Energie des Radiations Micro-ondes.

Il n'y a pas de danger POUR DE COURTE PERIODE D'EXPOSITION à l'énergie micro-ondes émise par l'antenne radar; Cependant, évitez l'exposition à l'énergie des micro-ondes sur de nombreuses périodes prolongées.

Ne pas regarder directement à l'intérieur du guide d'onde quand le radar est opérationnel ; l'énergie micro-onde est extrêmement nuisible pour les yeux. La présence de l'énergie micro-ondes peut être mise en évidence au moyen d'un tube néon ; le tube néon s'allume quand l'énergie est présente. La distance de sécurité aux Radiation RF de l'aérien est de de 1 pieds (30 cm).

Jonas Pool, journaliste.
"Qui êtes vous Marc Filterman ?"

Marc Filterman, membre du conseil scientifique du CRIIREM.
"Alors je suis un ancien de l'armée de l'air, j'ai fait 10 ans de recherche sur les radars, ancien de TDF où j'avais monté un laboratoire, et puis de France Télécom, puisque TDF avait été repris, repris par France Télécom, et je suis actuellement au conseil scientifique du CRIIREM, c'est le centre de recherche indépendant et d'information sur les rayonnements électromagnétiques non ionisants. Il y a des opérateurs qui ont tenté de faire croire à des maires qu'on n'avait pas les équipements nécessaires pour faire les mesures, notamment des analyses spectrales, ce qui est totalement faux, donc avec certains maires et certains opérateurs, on peut dire qu'il y a eu des accrochages."

Jonas Pool, journaliste.
"Vous proposez sur la première page de votre site internet une solution radicale contre les migraines, en vous inspirant de ce qui s'est passé la nuit du 1 juillet 2007 à Sydney."

Marc Filterman, membre du conseil scientifique du CRIIREM.
"Ah oui, alors, ça a été assez comique, c'est un technicien qui travaillait chez cet opérateur (Telstra), qui a priori a littéralement pété les plombs. Il avait pris un char et il avait écrasé 6 ou 7 antennes relais, parce qu'il avait déclaré que ces ondes de la téléphonie mobile lui faisait mal à la tête. Il avait volé un char d'assaut, un tank (cliquez ici, lien 207), je crois que c'était un tank américain si je me rappelle bien, un vieux tank qu'il avait pris pour écraser ces antennes relais."

Un technicien de Telstra au commande d'un char, tank, écrase 7 antennes relais en Australie, preuve que les micro-ondes perturbent le cerveau

Jonas Pool, journaliste.
"Et puis juste en dessous sur la première page de votre site internet, on voit un cocotier qui a bien mauvaise mine."

Marc Filterman, membre du conseil scientifique du CRIIREM.
"Alors là aussi c'est assez comique, c'est un cocotier à Abidjan, ça énerve beaucoup les opérateurs, mais alors il n'y a pas qu'à Abidjan qu'il y a eu le problème. Alors de toute façon ils ont résolu le problème, puisqu'ils ont coupé tous les arbres qui étaient à côté des antennes relais.
la présente des micro-ondes des antennes relais modifient le comportment des arbres qui deviennent psychosomatique, EHS, et électrohypersensibles
La présente des micro-ondes des antennes relais modifient le comportment des arbres qui deviennent psychosomatique, EHS, et électrohypersensibles.
 

Marc Filterman, membre du conseil scientifique du CRIIREM.
C'est comme en France, en France on n'a pas le temps de voir les arbres dépérir, parce qu'en réalité, il y a quelqu'un qui me disait l'autre fois à Kremlin qu'il y avait deux cerisiers, et puis ils ont été coupés juste après l'arrivée d'une antenne relais; Je ne sais pas l'antenne relais était pour quelque chose, là je ne peux pas vous dire. En revanche ce que je peux vous dire, dans les pays-bas ils se sont inquiété effectivement concernant un certain nombre d'arbres qui dépérissaient, donc ils ont cherché à savoir ce qui s'était passé dans la ville, et ils ont rapproché cela de l'arrivée des antennes relais en masse, ils ont considéré que les antennes étaient en cause."

Marc Filterman, membre du conseil scientifique du CRIIREM.
"Par contre il y a une expérimentation qui est beaucoup plus intéressante, c'est l'expérimentation de Dirk Adang de l'université de Louvain, qui a exposé des rats à des microcellules GSM, et il a relevé un taux de mortalité de 60%, ce que nous retrouvions d'ailleurs dans les embryons qui étaient exposés à des champs électromagnétiques, expérimentations qui ont été faites par Delgado déjà dans les années 75, 77 si je me rappelle bien; Donc on a des expériences qui ont été faites dans les années 50 également sur des chiens, et qui ont démontré qu'il y avait des lésions qui pouvaient apparaître à retardement, jusqu'à 6 jours de retard, et cela figure dans des manuels de médecine aéronautique, y compris militaire."
Test de Dirk Adang de l'Université de Louvain, augmentation du taux de mortalité chez les rats exposés aux micro-ondes des antennes relais

Madeleine Bastide en 1999 avait aussi exposé des oeufs, aux ondes d'un téléphone portable, et elle avait obtenu un taux de mortalité au moins de 60%.

Marc Filterman, membre du conseil scientifique du CRIIREM.
"Quand on constate des problèmes, c'est toujours avec des scientifiques qui sont totalement indépendants des industries, et là on trouve des problèmes. Par contre dès que les études sont faites par des experts qui sont liés à l'industrie, et bien là, on ne trouve jamais aucun effet."

Jonas Pool, journaliste.
"Quels sont les qualités à avoir, si on veut être reconnu officiellement comme un expert des ondes électromagnétiques ?"

Marc Filterman, membre du conseil scientifique du CRIIREM.
"Ah, si vous défendez les lobbies industriels, il n'y a pas du tout de problème, vous serez immédiatement reconnu comme expert." (y compris par les politiques).

Bernard Veyret, CNRS Bordeaux, conseiller scientifique de Bouygues Telecom, cofondateur de l'EBEA, membre de l'ICNIRP.
(22ème minutes) "Nous exposons donc les rats ou les souris à des ondes électromagnétiques, dans des dispositifs qu'on appelle des systèmes d'exposition qui sont assez sophistiqués, qui permettent de reproduire les champs que l'on a en téléphonie mobile, en communication sans fil en général, et elles se propagent bien sûr à la vitesse de la lumière. Je me les représente comme la propagation d'une énergie vers l'espace, qui part de l'antenne, que l'on a toujours et qui va vers la cible et qui est dans notre cas des animaux, ou bien des cellules."

L'EBEA et l'ICNIRP sont deux entités qui ont été montées avec l'aide de l'industrie des télécoms, qui sont au service de l'industrie, au même titre que l'IEEE, le CENELEC, etc... Les industriels ont multipliés les associations liées à l'industrie, qui sont en plus des instruments du lobbying, de trafic d'influence, de sponsoring des entités d'hommes politiques, etc...

Jonas Pool, journaliste.
"Bernard Veyret vous, vous dirigez au CNRS un laboratoire financé par l'industrie de la téléphonie mobile. Vous êtes le cofondateur de l'EBEA, qui est une association dont les congrès sont financés entre autre par Nokia et par Motorola, et puis par les associations européennes et américaines qui regroupent les industriels du secteur, vous avez été consultant pour Alcatel, membre du conseil scientifique de Bouygues Télécom, responsable d'un projet de recherche financé essentiellement par le ministère français de l'industrie et de la recherche auquel participait aussi deux fabricants de téléphonie mobile français, et les trois opérateurs, France Télécom, Bouygues télécom et Cégétel. Vous estimez qu'on peut être financé par des industriels de la téléphonie mobile, être membre de conseils scientifiques tout en gardant sa liberté scientifique et intellectuelle."

Bernard Veyret, CNRS Bordeaux, conseiller scientifique de Bouygues Telecom, c-ofondateur de l'EBEA.
"Bien sûr la preuve est simple, c'est que les organismes telles que l'OMS ou bien l'ICNIRP et d'autres, sont absolument au courant de toutes mes activités, et ont choisis de me prendre parmi eux et de me garder parmi eux au long des années. Mais pour nous, il faut bien voir que si les industriels au long des 15 ou 20 dernières années n'avaient pas participé aux financement des recherches sur la téléphonie mobile, il n'y aurait rien eu. Cela n'aurait pas démarré, cela n'aurait par pris d'ampleur. L'Europe quand elle a commencé, elle a demandé aux industriels de financer la moitié des recherches."

Sauf que M. Bernard Veyret oublie de préciser que le Dr Repacholi était à la tête du programme EMF à l'OMS, et qu'il a été à l'origine de nombreuses polémiques. Il avait été mis gravement en cause par des scientifiques qui avaient failli engager des poursuites contre lui et l'OMS, suite à la perception d'une somme de 250.000 dollars, voir leur lettre à la fin de ma page 203. Le Dr Repacholi a été sauvé grâce à l'âge de la retraite, ce qui s'est traduit par son départ. Pour ne rien arranger, le Dr Repacholi est aussi le co-fondateur de l'ICNIRP où nous retrouvions aussi M. Veyret dans le Board. L'ICNIRP est aussi une institution inféodée au lobby international des télécoms. En 1997, le Dr Repacholi avait pourtant lui-même mis en évidence des effets sur les souris (cliquez ici, lien 154), sauf qu'on ne sait pourquoi, après il a renversé la vapeur, en prenant fait et cause pour l'industrie, et en reniant les résultats de l'une de ses premières études sur les risques sanitaires des ondes la téléphonie mobile, qui avaient été censurés par plusieurs revues scientifiques, sur ordre de l'industrie.

Jonas Pool, journaliste.
"Il y a aussi Ricker House de l'institut de médecine sociale et préventive de l'université de Berne qui a épluché en 2007 avec des collègues suisses et britanniques 59 publications sur les effets du portable sur la santé, et ils ont d'abord noté qu'aucun des 31 journaux scientifiques n'a déclaré les conflits d'intérêts possibles, et puisque les études financées par les seuls industriels sont plus bavardes mais de moindre résultat statistiquement significative que les autres. Qu'en pensez vous Bernard Veyret ?"

Bernard Veyret, CNRS Bordeaux, conseiller scientifique de Bouygues Telecom, co-fondateur de l'EBEA.
"Cette étude que je connais, donc elle essaie de voir s'il y a un lien entre donc la source des financements et les résultats, les industriels quand ils financent, quand ils aident, quand ils partagent le financement, ça permet d'avoir des études qui sont mieux financées, de meilleure qualité, et à ce moment là les résultats sont en général négatifs, mais pas toujours bien sûr, c'est pas directement lié."

Jonas Pool, journaliste.
(25 mn) "Oui, je vous appelle de mon portable, il y a beaucoup de réseaux ici, il y a beaucoup d'antennes ici autour. Bon alors vou,s vous êtes professeur de biophysique, membre de l'académie de médecine, selon vous à quel danger je m'expose là en ce moment en vous appelant depuis mon portable, ou en habitant près d'une antenne relais."

André Aurengo, Académie de médecine, ex-conseillers scientifiques de Bouygues Telecom.
"Vous ne courez pas de risques particuliers, il n'y a pas vraiment de problèmes. Vous pouvez m'appelez tranquillement, cette énergie reste très faible, et de toute façon la réglementation la limite à un niveau où l'augmentation de température même locale dans le cerveau reste très très faible. Et c'est tout ce que ça fait, ça chauffe un peu quoi, ça chauffe tellement faiblement, que ça ne présente pas de danger."

Suaf que la températeur du corps humain ne doit pas dépasser 39°C, et on constate en réalité que la fourchette est très étoite, et ne dépasse pas 2°C. Or un déséquilibre sur la scissure profonde du cerveau, n'est pas sans effet sur la santé.

Jonas Pool, journaliste.
"Je vais peut être quand même passer sur le fixe si vous le permettez, un petit instant. Voilà André Aurengo, vous avez été membre du conseil scientifique de Bouygues Télécom. Comment ça se passe un conseil scientifique, à quoi ça sert ?"

André Aurengo, Académie de médecine, ex-conseillers scientifiques de Bouygues Telecom.
"Alors un conseil scientifique, j'étais membre bénévole, alors soyons clair, je n'étais pas rémunéré par Bouygues Télécom. Donc l'objectif des entreprises qui ont un conseil scientifique, ou un conseil médico-scientifique, c'est d'avoir des personnes qui les éclairent sur ces études. C'est à dire quels sont leurs avantages, qu'est-ce que ça met vraiment en évidence, comment ça se place par rapport aux autres études du même type. Est-ce que ça confirme, est-ce que ça infirme. Par exemple vous prenez l'étude Interphone, comment ça se fait que l'étude Interphone (cliquez ici) comme ça quand on la prend brut, elle explique qu'il y aurait une protection contre les méningiomes. C'est à dire que le fait de téléphoner protégerait contre les méningiomes, est-ce que c'est possible, par quel mécanisme, c'est quand même un résultat bizarre. S'il n'y a pas de risque avéré, eh bien il n'est pas anormal si il y a une légende qui coure pour dire, attention telle chose est dangereuse, et que en réalité ça ne repose sur rien, il n'est pas anormal non plus qu'un opérateur rassure ses utilisateurs."

Il faudrait peutêtre que le Dr Aurengo évite d'inverser les rôles, c'est l'innocuité des micro-ondes qui est une légende, un mythe, comme je l'affirme depuis longtemps. Quand un médecin en plus de l'académie de médecine ignore qu'on a des manuels avec des consignes dé sécurité comme je le mentionnais plus haut, cela devient grave.
Comment prendre l'académie de médecine au sérieux, quand on sait en plus, que plusieurs défauts méthodologiques ont été introduits dans l'étude Interphone de façon à minimiser les différences entre le groupe témoin, et le groupe exposé. Il aurait été intéressant de demander pourquoi les tumeurs comme les neurinomes de l'acoustiques ont été censurés et sortis de l'étude Interphone (cliquez ici, lien 180). Quand on a des liens avec l'industrie, ou qu'on siège dans des conseils d'administration (EDF) ou scientifique, on ne peut pas dire la vérité, surtout que le plus souvent ces chercheurs sont liés par des contrats qui comportent des clauses de confidentialité.

Jonas Pool, journaliste.
"Vous allez vous faire remonter les bretelles en parlant de légende, parce qu'il y a un certain nombre de chercheurs, de personnes crédibles qui ne considèrent pas vraiment le risque des ondes électromagnétiques comme une légende."

André Aurengo, Académie de médecine, ex-conseillers scientifiques de Bouygues Telecom.
"Oui, bien je me ferais remonter les bretelles, vous savez, j'ai l'habitude ce n'est pas un problème."

Jonas Pool, journaliste.
"C'est vrai on croise votre nom en 3 clics, il est immédiatement associé à celui de corruption, du conflit d'intérêt..."

André Aurengo, Académie de médecine, ex-conseillers scientifiques de Bouygues Telecom.
"Oui, oui, voilà, mais ça me laisse totalement indifférent."

Jonas Pool, journaliste.
"Et pourquoi vous étiez bénévole chez Bouygues télécom ?"

André Aurengo, Académie de médecine, ex-conseillers scientifiques de Bouygues Telecom.
"Parce que je ne voulais pas qu'on puisse penser que j'étais quelque part influencé dans ce que je disais par le fait d'être payé par un opérateur, c'est tout."

Jonas Pool, journaliste.
"Mais alors quel était votre intérêt à travailler pour eux."

André Aurengo, Académie de médecine, ex-conseillers scientifiques de Bouygues Telecom.
"Ah ben mon intérêt, c'est à dire moi je considère qu'il est normal qu'une entreprise se soucie de savoir quel est l'impact sanitaire de ce que cette société fait, bon."

Jonas Pool, journaliste.
"Bouygues Télécom n'est pas une institution de sécurité sanitaire, c'est une entreprise voilà, qui fait du profit, vous vous leur octroyez gratuitement vos services."

André Aurengo, Académie de médecine, ex-conseillers scientifiques de Bouygues Telecom.
"Oui. Oui parce qu'ils se préoccupent manifestement de l'impact sanitaire, et ils veulent savoir ce qu'il en est, et je trouve ça parfaitement normal."

Oui enfin il faudrait rappelé au Dr Aurengo que les opérateurs se préoccupent tellement de la santé des des utilisateurs, qu'ils vont même jusqu'à monter des antennes relais sur les toits des écoles et des maisons médicalisées, alors que les experts officiels le déconseillaient de la rapport Zmirou de 2001 de la DGS, Direction Générale de la Santé. Le Dr Aurengo et Zmirou ont quand même la mémoire courte, à moins qu'ils aient tout deux été frappés par la maladie d'Alzheimer.

Jonas Pool, journaliste.
"Mais ils se préoccupent surtout de pouvoir avoir plus de client, non."

André Aurengo, Académie de médecine, ex-conseillers scientifiques de Bouygues Telecom.
"Bien, ils se préoccupent d'avoir plus de client, si vous voulez, si c'est des clients qu'ils mettaient en danger, je crois qu'ils feraient quelque chose, quand même. C'est quand même curieux la question que vous posez. Je ne sais pas moi si les émissions de radiodiffusion, des télévisions suisses se renseignent sur l'impact que peuvent avoir les ondes de radiodiffusion qui sont d'ailleurs pas très différentes des ondes de téléphonie mobile. Si on vous dit on a installé un émetteur à tel endroit, que on dit on va regarder si la puissance de l'émetteur peut être gênante ou pas, vous trouverez que c'est une préoccupation non seulement légitime, mais vous la trouverez rassurante aussi."

On constate un sérieux agacement du Dr André Aurengo, qui oblique sur les émissions de radiodiffusion, en espérant mettre un arrêt à ces questions dérangeantes. Il est vrai que des émetteurs radios AM et FM, ou de télé, et même militaires de la Navy, ont été stoppés et démontés, suite à des problèmes sanitaires. Cela a aussi le cas pour les émetteurs de Radio Vatican (cliquez ici, lien 187) qui font plusieurs centaines de kilowatts, où même le gouvernement italien à l'époque avait menacé de couper l'électricité. Cela a aussi été le cas en Suisse dans les années 80 ou 90 ou plusieurs personnes avaient des problèmes de santé, pour finir. Les émissions de cet émetteur de plusieurs kilowatts passaient même dans la sono d'une église, au final il a été coupé.

William Dubry, contemporain de l'émetteur de Santan au micro de Jean Marc.
"(29ème minute) Il faut reconnaître qu'à une époque il y a eu plusieurs personnes entre 30, 40 ans qui sont décédées du cancer. Et tout de suite, on a dit c'est l'émetteur. Parce que l'émetteur sur les ondes courtes, il y avait des nuisances. Moi où je suis en bas là, on n'a jamais été touché. Mais le quartier de droite là, ils mettaient comme du treillis de jardin dans les murs, mais nous en bas, on n'a jamais été touché. Mais surtout Villeneuve-Chapelle a été assez touché. Et puis effectivement, il n'y a aucune étude qui a été faite sur les répercussions sur la santé par les ondes courtes. Quoi qu'à l'émetteur, Monsieur Girard qui était monteur est décédé, M. Gagneux aussi. Ils sont décédés assez jeune."

Sur la photo ci-dessous on voit dans le cadre un rouge un technicien à Abidjan sans aucune tenue de protection. Ces techniciens ne vivent jamais très longtemps, quand ils montent sur des pylônes dont l'émission des antennes n'a pas été coupée. Une partie des pathologies pour les professionnels est listée sur la page 150 (cliquez ici ou sur la photo). Les techniciens antenne risquent d'avoir une leucémie, cancer lymphatique, nécrose, et autres pathologies surtout au niveau des yeux.
En France il est interdit aux techniciens antenne surtout en ville, d'utiliser des combinaisons de protection contre les ondes électromagnétiques. Pourquoi ? Pour ne pas effrayer la population. Les règles de protection pour les techniciens en France, sont les mêmes que celles qui sont appliquées dans les pays d'Afrique, il n'y en a pas. La première combinaison de protection électomagnétique contre les micro-ondes dangereuses existent depuis au moins 1961, ce que semble ignorer l'académie de médecine. La photo à l'extrême droite est une tenue de protection électromagnétique utilisée par les techniciens antenne en Allemagne.
 
Risques professionnels, tenue, combinaison de protection contre les risques sanitaires des micro-ondes des antennes de la téléphonie mobile et des faisceaux hertziens Risques professionnels, tenue, combinaison de protection contre les risques sanitaires des micro-ondes des antennes de la téléphonie mobile et des faisceaux hertziens

technicien antenne relais gsm cancer sans aucune combinaison de protection face aux risques sanitaires des micro-ondes, cancer lymphatique, leucémie, tumeur...

AVERTISSEMENT AUX PROFESSIONNELS.

Je précise que les normes ICNIRP et la recommandation européenne de 1999 sur l'exposition des techniciens sont inapplicables, mais elles n'ont toujours pas été révisées malgré les nombreux accidents qu'il y a eu suite à des expositions chroniques. On rentre donc dans le domaine du criminel et de la cour d'assise, pour blessure volontaire avec préméditation, suite au refus de tenir compte des divers rapports d'accident de plusieurs professionnels antennes à travers le monde.

Emission Babylone.
51mn "La voix de Pricil pour finir, c'est un peu votre fil rouge Jonas Pool, la personne électrosensible finalement que vous avez accompagné dans le mal des ondes, un documentaire qui était réalisé par Bruno Seribat dont on va rappeler le nom et les qualités, avec vos invités Olive Dony, une personne électrosensible à Lauberson, Samuel Auberly et Vincent Stolen, maire et ex-maire du village de Souben dans le Jura, on a entendu aussi Rodolphe Saint louis, ce Président de l'association Stop Antenne, Marc Filterman chercheur indépendant avec un site pas piqué des vers, André Aurengo et Bernard Veyret, ex-conseiller scientifique de Bouygues Télécom, et William Dubris qui est née en même temps que l'antenne où il habite."


Liste des 40 points abordés lors de l'interview.
Pour chaque intervenant, environ 5 minutes ont été retenues. Je vais donc rajouter ici quelques points que j'ai donnés lors de l'interview d'une heure en studio, mais qui n'ont pu être diffusés lors de cette émission.

1°) Quand on jette un caillou dans l'eau, il génère à la surface des cercles concentriques qui s'éloignent du point d'impact. Si on jette plusieurs cailloux, nous verront apparaître à la surface de l'eau des cercles d'interférences. Il en est de même pour les ondes émises à partir d'un émetteur, mais elles se propagent ici dans l'air de la même façon. C'est la méthode la plus facile pour se faire une représentation de la propagation des ondes.

2°) Plus on monte en fréquence, plus on se rapproche des lois de l'optique, plus les ondes se propagent en ligne droite. C'est la raison pour laquelle on utilise des antennes directives, que ce soit pour la télé, la téléphonie mobile, les faisceaux hertziens, et les radars. L'antenne directive permet aussi d'amplifier la réception du signal.

3°) Les opérateurs affirment que leurs antennes relais ne rayonnent que quelques dizaines de watts, c'est une ESCROQUERIE et une FRAUDE, car ils oublient de préciser que c'est une puissance donnée au niveau de la sortie émetteur, ce qui est ignoré bien évidemment par tous les maires et autres élus de la république. Ces élus perdront leur procès devant la justice, pour cause d'incompétence technique. Les complices des opérateurs, ont donc intérêt à ce que cette information soit dissimulée et censurée. Cette affirmation de 20W est donc une mascarade, une escroquerie, car si on rajoute le gain de l'antenne qui peut être de 17 à 21 dBi, nous pouvons avoir une puissance rayonnée par l'antenne qui est de 1 à plusieurs kilowatts, soit 1 à plusieurs fours à micro-ondes sans porte. Je précise que des fours micro-ondes ont généré par le passé plusieurs centaines d'accidents, et même dans les années 80, il a fallu en rappeler plusieurs dizaines de milliers, suite à des fuites, et des problèmes de verrouillage de porte qui ont généré des brûlures, nécroses, cancers des os, au niveau des mains.
Quand on donne la puissance d'un radar, 2 kilowatts par exemple, elle est donnée en réalité en puissance crête, ce qui veut dire qu'en puissance moyennée, nous somme à environ 20 Watts en puissance moyennée à 20 watts, puissance équivalente à celle que nous retrouvons sur les sources d'émission radar. Pour un radar de 2 Mégawatts en puissance crête, nous aurons une puissance moyennée qui sera d'environ de 100 à 300 kW.

4°) En radio on retrouve les bandes ULF, VLF, LF, MF, HF, VHF, UHF, SHF, EHF. Selon le document ED de l'INRS, on considérait avant 2005 que le spectre micro-onde/hyperfréquence commençait à partir de 300 MHz, jusqu'à ce que le lobby de la téléphonie mobile modifie les règles du jeu, en intervenant au niveau politique.
On a aussi des fours micro-ondes industriels en 900 MHz, mais personne ne le dit, parce qu'évidemment la population arriverait à la conclusion que ces micro-ondes sont dangereuses pour la santé. La téléphonie mobile est en 900, 1800 et 2100 MHz. Le Wifi et les oreillettes Bluetooth émettent sur la même fréquence que les fours à micro-ondes domestiques.

5°) Quand un émetteur fonctionne en saut de fréquence appelé aussi évasion de fréquence, on doit considéré que nous émettons en onde pulsée, sur X fréquences. C'est aussi le cas du GSM, qui utilise le FDMA et TDMA, et aussi pour le WIFI.

6°) Au niveau sanitaire, le législateur ne tient compte que des effets thermiques, et même pas des effets cellulaires biologiques.

7°) Pour des médecins de l'académie et de la faculté de médecine, rien ne permet de mettre en évidence les effets des ondes sur le biologique, alors que si un individu est soumis à une source micro-ondes, la tension artérielle est automatiquement modifiée, pour des questions de thermo-régulation au niveau du corps humains. Ce qui en dit long sur le ridivule de nos experts officiels.

8°) Les expérimentations en laboratoire de Dirk Adang, ont mis en évidence des taux de mortalité plus élevés chez les cobayes exposés au micro-ondes. Je précisais aussi que les expériences qui ont été faites dans les années 1997 par Madeleine Bastide, ont mis en évidence un taux de mortalité supérieur à 60 %, lors d'expositions aux ondes des téléphones portables, par rapport au groupe témoin non exposé ou le taux de mortalité était très nettement inférieur, à moins de 30%.
taux de mortalité, mobidité, expérience test de Madeleine Bastide sur les oeuf exposées aux micro-ondes des téléphones portables, mobiles
Ce genre d'image ci-dessus présentée lors de conférences a fortement déplu à certains individus, quoi de plus normal, surtout quand leur association a des partenariats cachés avec les groupes industriels du CAC 40.

9°) Des lésions internes peuvent apparaître jusqu'à 6 jours après à des expositions chroniques aux micro-ondes, comme le spécifie des manuels aéronautiques militaires. On le sait depuis les années 50.

10°) Question sur les armes micro-ondes : A l'époque le gouvernement britannique s'était aussi posé la question de savoir si les ondes radios pouvaient représenter un risque, parce que le gouvernement japonais avait alloué un budget, pour étudier la possibilité de réaliser des armes micro-ondes. En réalité cela remonte à 1900. Le gouvernement britannique avait donc demandé à Watson Watt si ces ondes pouvaient représenter un risque. Watson Watt a répondu non bien sûr, puisqu'il venait lui-même de déposer des brevets d'invention en 1939, donc il n'allait pas dire que les micro-ondes représentaient un danger. Par contre les militaires se sont très vite rendus compte qu'il y avait des problèmes, donc en 1943, il y a eu une étude suite à des problèmes de santé chez les opérateurs et techniciens radio et radar, qui a été classifiée SECRET en 1944.

11°) En 1998, les militaires allemands qui servaient sur les sites de missiles Nike équipés de radars, ont lancé une class action (plainte collective), contre le constructeur de radar américain.

12°) Le signal de Moscou, concerne l'exposition du personnel de l'ambassade américaine aux micro-ondes, qui a mis en évidence un taux de mortalité, de cancer, et de fausse couche, plus élevé que dans les autres ambassades. Dans deux autres rapports récents que j'étudie actuellement, là aussi les taux de mortalité sont plus importants chez les individus exposés au micro-ondes des antennes relais ou des radars, n'en déplaise à la faculté et à l'académie de médecine, dont plusieurs de leurs membres ont des liens avec l'industrie. S'il y a des modifications dans la chimie du cerveau, on a automatiquement des modifications du comportement, qui se traduise aussi pas des dépressions, suicides, problèmes de concentration, trouble de la mémoire, l'irritabilité, des migraines, vertiges, etc...

13°) Ce qui ressemble le plus aux radars, ce sont les émissions des antennes relais GSM, ce que semble ignorer nos experts officiels et polytechniciens de nos agences officielles. Il faudrait là aussi que ces gens là qui se disent experts, changent de métier, ou qu'ils se remettent à la page et aussi à la physique. Il est très facile de transformer une antenne GSM en radar, par contre il est totalement impossible de transformer un radar en émetteur GSM. Cette possibilité a d'ailleurs été étudiée par les militaires à l'étranger, mais abandonnée, car la portée est limitée à quelques kilomètres, ou 20 km maximum, en fonction de la puissance du relais. En revanche avec les émetteurs en HF ou VHF, il est possible de réaliser des radars passifs ou bi-statiques de grande portée, de plusieurs centaines ou milliers de kilomètres, capables de détecter des avions, satellites, ou météores, comme on peut le voir sur mon sujet sur les radars OTH (cliquez ici).

nocivité, danger des micro-ondes des radars SRE et OTH, il est moins dangereux d'utiliser un radar passif, bi-statique

14°) Les opérateurs sont partis du principe que la téléphonie mobile numérique ou GSM n'existait pas avant 1994, et donc elle n'était pas concernée par les études antérieures qui avaient faites sur les micro-ondes radars. Ce genre d'argument est une ESCROQUERIE, car la physique des ondes chez moi a toujours été la même, que ce soit pour la radio, les radars, ou la téléphonie mobile. Il n'y a pas de différence entre les ondes civiles ou militaires, ou alors il faut me présenter ces nouveaux livres de physique, parce que je ne les connaissait pas.

15°) Contrairement aux radars qui sont installés sur des aéroports, les antennes relais GSM sont installées en pleine ville, sur les toits, sur nos têtes. Les radars classiques émettent sur une seule fréquence, et une autre pour le radar secondaire (IFF/mode S).
De plus maintenant beaucoup d'antennes relais de téléphonie mobiles sont devenues tri-bandes, pour supporter le GSM 900, 1800 MHz, et le 2100 MHz en 3G (UMTS), sans parler de l'arrivée de la future 4G, qui provoque déjà des interférences sur la télévisions, et aussi sur les GPS militaires, et sur les GPS de l'aviation. Il est donc très dangereux de monter sur les toits car le niveau à 4 m d'une antenne peut dépasser 150 V/m, y compris derrière l'antenne.

16°) L'effet parapluie des ondes est faux, surtout pour les habitants des 2 ou 3 derniers étages, juste sous les antennes relais, et aussi pour ceux qui habitent en face dans l'axe des antennes relais.

17°) J'ai aussi précisé dans l'interview, que lors d'une conférence en avril où était présent du personnel de la DGA et de Thalès, il y avait des médecins du travail qui ne respectaient même pas les consignes de sécurité que nous avions dans les manuels constructeurs, maritimes, ou aéronautiques (29mn). Beaucoup de ces médecins, comme dans le domaine de l'amiante et du tabac, devraient être radiés pour faute professionnelle lourde.

18°) Par exemple M. Veyret lors d'un débat radio avec moi en 2000, il avait effectivement reconnu que les micro-ondes étaient dangereuses, sauf que lui il disait que cela ne concernait que les radars de forte puissance, or NON, ce n'est pas vrai, il en est de même pour les radars de faible puissance, où nous avons là aussi des consignes de sécurité, comme on peut le lire dans tous les manuels.

19°) Les radars de faible puissance y compris des bateaux de plaisance, qui ne dépassent pas une puissance de 2 ou  4 KW, ont aussi des consignes de sécurité. Les radars d'aéroports sont le plus souvent en bande L (1GHz) et S (3GHz), et X (10GHz) pour les radars embarqués sur navire et avions.

20°) Quand on regarde les super-yachts de luxe qu'il y a à Cannes et aussi à Monaco, si on regarde certains yacht, c'est assez intéressant de voir la disposition des antennes, parce que dès fois on voit des banquettes à bronzer, qui sont par exemple entre deux systèmes de communication par satellite, or là aussi pour ces dispositifs, c'est pareils, on a des consignes de sécurité. Pour ces dispositifs, la distance de sécurité autour de l'antenne satellite est de 2 mètres.

20°) Des personnes m'ont dit à plusieurs reprises, "oui mais vous autres professionnels, vous êtes au courant des risques, la classe politique, les riches, vous le savez  tous." Non, ce n'est vrai. Que ce soit les politiques, ou les professionnels comme j'en vois lors de certains salons, ils ne sont pas du tout au courant des risques qu'il y a, et encore moins des accidents qu'il y a eu.

21°) Dans un rapport qui été financé par les trois opérateurs, Bouygues Télécom, France Télécom, SFR, il est reconnu officiellement que le psychosomatique, est utilisé comme par un paravent, pour masquer la nocivité des antennes relais GSM.

22°) Une étude va être faites en France cette année par l'équipe du Pr Choudat sur les EHS, les électrohypersensibles, mais uniquement sur les effets subjectifs, c'est à dire qu'il n'y aura même pas une seule analyses de sang, analyse protéique, alors que le lobby des télécoms avait critiqué l'étude du Pr Roger Santini, en estimant que les résultats étaient basées sur des effets subjectifs.

23°) Selon nos experts officiels, qui sont liés il est vrai à l'industrie, il n'existe pas de marqueurs biologiques suite à l'exposition aux micro-ondes. Cela revient à prendre de brillants scientifiques comme le Pr Ross Adey ou le Pr Robert Becker pour des imbéciles incompétents, alors que le premier a été un des responsables des programmes médicaux pour les équipes d'astronautes des missions spatiales Apollo pour la NASA, et consultant à la Maison Blanche dans le cadre projet Pandora, suite à l'irradiation du personnel diplomatique de l'ambassade américaine à Moscou. Le Pr Robert Becker était un des meilleurs spécialistes au monde sur la réduction des fractures par des générateurs d'ondes qui ont d'ailleurs fait l'objet de plusieurs brevets. Encore plus drôle, ces systèmes sont utilisés en France dans des hôpitaux pour réduire les factures. Si les CEM n'ont aucun effet sur la santé, cela veut dire dans ce cas que la réduction des fractures par des CEM en France est une escroquerie légale remboursée par la sécurité sociale, comme je l'expliquais le 29 juillet 2009 au sénat (cliquez ici, lien 133). Les Pr Ross Adey et Robert Becker ont un bagage scientifique qui est autre que celui de nos prétendus experts officiels français.

24°) Affirmer que les micro-ondes sont inoffensives, est très dangereux, car maintenant des militants se rendent sur les toits, alors qu'à quelque mètres d'une antenne, on peut mesurer de 150 à 200 V/m, alors que même la norme pour les professionnels est de 137 V/m, mais en réalité pour des durées d'exposition très courtes, de quelques minutes d'exposition, comme a commencé à le reconnaître le Dr Pellerin, lors d'une conférence en avril. Les techniciens antennes qui ont été exposés à ces niveaux de 137 V/m pendant plusieurs heures en 1995 et en 1996, sont handicapés à vie, et ne travaillent plus aujourd'hui. Ces informations ont été communiquées au ministres concernés du gouvernement Fillon, qui ont décidé de ne rien faire. Pourquoi les normes n'ont elles pas été révisées ?

25°) Il y a eu deux résolutions européennes, de 2008 et 2009, qui demandaient la révision de la recommandation de 1999, rien n'a été fait depuis, malgré un rapport du Député Huss. Le 31 mai 2011, l'OMS a classé l'ensemble des sources d'émission en catégorie 2B, mais il n'y a toujours rien eu de fait. Ceux qui affirment que les antennes relais ne sont pas concernées, sont des escrocs, car le texte met en cause l'ensemble du spectre, et non pas un appareil précis, les antennes relais et appareils portable sont donc tous concernés, alors attention aux fraudes de l'industrie.

26°) Plusieurs pays ont choisis d'appliquer leur propre norme, et de s'asseoir sur la recommandation européenne de 1999. Contrairement aux affirmations du Dr Aurengo, il n'existe aucun consensus scientifique, affirmer le contraire est une FRAUDE. Sauf que les dirigeants politiques, ont choisis d'écouter les affirmations de quelques dizaines d'experts officiels au service ou payés pour certains par l'industrie, contre l'avis de plusieurs milliers d'experts des ondes, scientifiques et médecins indépendants au service de la population à travers le monde.

27°) Pressions sur les scientifiques : Il y a des chercheurs qui ont fait ou essayé de faire des études indépendantes des lobbies, comme le Pr Roger Santini, mais ils ont tous eu des ennuis (cliquez ici, lien 22). Il y a eu le Pr Ledoigt qui avait fait des études sur le stress des plants de tomate qui ont fait des dépressions, car on a du leur apprendre que les micro-ondes sont dangereuses, donc ils ont stressé. Plusieurs scientifiques ont fait l'objet de pressions et menaces. D'autres scientifiques comme Neil Cherry en Australie dénonceront les menaces de mort. Pour le Pr Santini, pareils, il sera confronté à la suppression progressive de ses moyens à l'INSA de lyon.

28°) Puisqu'il n'y a aucune durée d'exposition, j'avais proposé au député Gest à l'assemblée nationale, qu'on expose nos experts officiels aux seuils qu'ils préconisent dans leur bureau, 41, 60 V/m pour le public, et 137 V/m pour les professionnels. Ils veulent bien faire appliquer ces seuils aux autres, mais que ce soit le Dr Zmirou ou Aurengo, ils ne veulent pas s'appliquer ses seuils à eux-mêmes. Pour ce qui est des compagnies d'assurance, cela fait longtemps qu'elles se sont appliquées le principe de précaution. Par contre l'assurance maladie, la sécurité sociale paye pour les cancers et leucémies, sans rechercher les causes.

29°) Il y a des études qui figurent dans la base de données de l'OMS, sur les risques sanitaires des riverains exposés aux antennes des sites d'émission, mais elles n'ont très curieusement pas été prises en compte par nos agences sanitaires, ni par le Dr Repacholi de l'OMS, a qui il sera demandé des comptes par des scientifiques (cliquez ici, lien 203).

30°) je dispose de deux rapports, le premier référence 2300 études avant 1975 liés aux effets des CEM sur le biologiques, et d'un deuxième rapport qui référençait à lui seul 330 accidents avant 1985 suite à des expositions chroniques aux champs électromagnétiques.

31°) Des militaires étrangers qui sont rentrés de mission, ont été démobilisés pour raison de santé, suite à des expositions chroniques aux micro-ondes radios, des brouilleurs installés sur des chars, et autres véhicules blindés. En 1998 des militaires avaient fait une class action (voir point 11).

32°)  Le lobby des télécoms utilisent les mêmes méthodes que les lobbies de l'amiante, du tabac, et du nucléaire. Les chercheurs qu'ils payaient avaient été mis en cause en raison d'études qui ont donné des résultats frauduleux. Le Dr George Carlo qui défendait au départ les intérêts du lobby des télécoms, est passé par la suite dans le camp de l'opposition contre les télécoms, et avait expédié un fax à tous les membres du WTR, et dénonçait aussi des pressions pour tenter d'étouffer les risques (cliquez ici lien 19). D'ailleurs la maison du Dr Carlo brûlera par la suite, mais ses documents scientifiques compromettants étaient ailleurs en lieu sûr.

33°) (47mn) Question sur les pressions sur la presse : Pour une émission sur France 3,  un courrier a été expédié par l'AFOM / FFT (cliquez ici, lien 210) effectivement à la direction de télévision pour critiquer la prétendue partialité de l'émission qui avait dit beaucoup de choses, et qui avait fait apparaître qu'il y avait bien des effets sanitaires. C'est systématique avec les lobbies industriels, si on prend des émissions comme "Pièces à conviction" avec Elyse Lucet. Dès qu'on fait des émissions qui tapent sur l'industrie, qui dénoncent certains risques, systématiquement, il y a des coups de téléphone. Il y a des écoutes téléphoniques, il y a des interceptions électroniques, des interceptions d'emails, on a découvert que des courriers sont détournés, y compris ceux destinés aux députés et sénateurs qui sont aussi espionnées et nous, nous avons fait un constat de huissier. Et là, l'AFOM/FFT, et les opérateurs ne peuvent pas dire que c'est de la paranoïa, car c'est une réalité qui a été prouvée.

34°) Certains industriels et opérateurs ont un badge pour rentrer librement dans les hémicycles parlementaires, et pour venir faire du "lobbying", comme à l'assemblée nationale et au sénat. Ce n'est pas spécifique au lobby des télécoms, c'est tous les lobbies industriels qui sont concernés.

35°) Dans la réalité beaucoup d'académicien ont des conflits d'intérets et des liens avec l'industrie (cliquez ici, lien 164). Leurs rapports ne peuvent pas être considérés comme impartiaux, mais ils sont orientés, car ils sont en plus membres des conseils scientifiques, ou même des conseils d'administration de l'industrie, donc dans ce cas ils touchent en plus des jetons de présence. Ils peuvent aussi avoir des actions en bourse ou stocks options, mais qui dans ce cas ne sont jamais déclarées dans les DPI (Déclaration Publique d'Intérêt).

36°) Comment des médecins peuvent répondre d'un côté au serment d'Hippocrate, et de l'autre défendre les intérêts des industriels, il est évident que c'est incompatible, il y a quelque chose qui ne va pas.

37°) Il y a aussi des associations militantes de l'industrie, qui prétendent faire du journalisme pluraliste, mais qui ont comme parrain scientifique des experts qui sont liés à l'industrie.

38°) Les chercheurs qui travaillent pour l'industrie, sont liés par des contrats qui contiennent des clauses de confidentialité, qui leur interdisent de diffuser toute information qui démontre qu'un produit industriel est nocif pour la population. Dans ces cas précis, les études des industriels comportent toutes des résultats frauduleux, surtout dans l'industrie pharmaceutique.

39°) Exemple, si on prend l'étude Interphone, il a été précisé en 2000 par Bernard Veyret, que les neurinomes seraient étudiés dans le rapport Interphone. Au final les résultats sur cette tumeur ont été supprimés de l'étude. J'ai expliqué qu'il y avait aussi plusieurs façon de fausser une étude, en prenant des tanches d'âges différentes. Depuis les micro-ondes de la téléphonie mobile ont été classifiés en catégorie 2B par l'OMS, peut être cancérigène pour l'homme.

40°) Le Dr Repacholi avait lui aussi mis en évidence en 1998 la nocivité des micro-ondes sur les souris, mais les résultats de l'étude ont été censurés. Par la suite il a été nommé à la tête du programme EMF à l'OMS et aussi de L'ICNIRP, et à partir de ce moment là il ne reconnaissait plus la nocivité des micro-ondes. L'OMS s'est transformée en Organisation Mondiale de la Supercherie, en raison de la multiplication des conflits d'intérêts, des fraudes et des scandales. Un autre scandale vient d'ailleurs d'éclater en ce mois de mai, concernant l'ex-présidente de l’EFSA (Agence Européenne pour la Sécurité des Aliments), Mme Diana Banati, où là aussi des conflits d'intérêts ont été mis en évidence, quelques jours après la diffusion de cette émission sur la Radio Suisse.
 



 
  Retour au chapitre sur les antennes relais de la téléphonie mobile
  Retour au SOMMAIRE du SITE.
  TRANSLATE - TRADUIRE.
Nom du site   Risques sanitaires des champs électromagnétiques, santé, cancer, leucémie, tumeur
Adresse du site danger risque sanitaire de la pollution électromagnétique santé cancer leucémie tumeur du cerveau
Auteur du site : Marc FILTERMAN
Adresse e-mail : marcfilterman@hotmail.com
© Protected by Copyright - Reproduction interdite.