© Protected by Copyright - Reproduction interdite.
Adresse du site
sites de secours
danger risque sanitaire de la pollution électromagnétique santé cancer leucémie tumeur du cerveau
Nom du site   Prévention sur les risques professionnels sanitaires des micro-ondes
Auteur du site   Marc FILTERMAN
Adresse e-mail   marcfilterman@hotmail.com
  TRANSLATE - TRADUIRE
  Retour au Sommaire du site
  Retour au chapitre sur la pollution électromagnétique des micro-ondes


248°) La revue informatique Hardware Canard PC tente de justifier
la crédibilité des institutions et des agences de sécurité sanitaire.

1°) Introduction page 72.

La revue Hardware Canard PC énumère les diverses institutions sanitaires, auxquelles elle décerne une couronne de la crédibilité, avec des membres qui s'attibuent le terme pompeux d'experts, alors que certains n'ont jamais travaillé sur une seule source micro-ondes de leur vie, et encore moins été exposés au micro-ondes, ce qui nous fait doucement rire.  Hardware Canard PC, écrit au sujet de la crédibilité :
"tout est bon pour augmenter la sienne, à commencer par le vernis superficiel apposé sur son organisme à grands coup de titres pompeux, de préférence à consonance officielle"
Je rajouterai pour ma part que ce sont d'ailleurs les personnes qui n'ont jamais travaillé sur les micro-ondes qui en parlent le mieux, y compris parmi les associations et fondations courreuses de fond des subventions privées et publiques en tout genre aux frais des contribuables. Mais c'est aussi ces gens là qui viennent nous donner des leçons sur les conflits d'intérêt, en ignorant tous ceux qu'ils ont tissé à grand coup de partenariats avec des industriels. Et il faut rajouter le refus de prise en compte des risques sanitaires par les tribunaux. Comme n'hésitent pas à le dire certains gros avocats de la place parisienne, nous sommes confrontés en France à une justice de classe, où le plus fort gagne le plus souvent contre le plus faible, où il suffit d'être industriel, magistrat, politique, polytechnicien, académicien, médecin et autre, pour être habilité à dire n'importe quoi en toute impunité, et en violant en plus simultanément plusieurs articles de la Convention Européenne des Droits de l'Homme. D'ailleurs Transparency International est là avec ses classements annuels pour montrer le niveau de corruption de la France par rapport aux autres pays européens, qui ne s'arrange pas.

Les organismes gouvernementaux selon Hardware canard PC sont je cite :
"en théorie, les plus dignes de crédibilité, leur indépendance absolue étant censé les faire surnarger au dessus des débats partisants".
On l'a vu avec l'affaire de Tchernobyl. Parlons un peu de notre presse libre, dite indépendante. Le journaliste au lieu d'écrire une telle ineptie, aurait mieux fait de consulter avant mon chapitre sur les conflits d'intérêts (cliquez ici). Le plus bel exemple d'indépendance de nos experts officiels (sic) se trouve sur ma page 64, je vous laisse juge. Les complotistes de l'industrie ont noyauté tous les milieux, c'est une réalité, en faisant même des partenariats avec des revues de presse dans les secteurs des sciences et techniques, y compris du médical, pour mieux les contrôler. Certains se rappelleront le partenariat de France Télécom avec la revue Science & Vie et le Dr Zmirou qui déclenchera une vive polémique. Il n'y a guère que les journalistes des émissions d'investigation qui peuvent prétendre être indépendants, et faire des enquêtes impartiales, quant aux autres...

- Au début des années 2000, le budget publicitaire sur les grands médias radio/télé, tous opérateurs confondus atteignait déjà le milliard de francs, sans parler des pubs sur internet, et dans la presse écrite.

- Le lobby des télécoms arrosent la presse à coup de centaines millions d'euros en budeget publicitaire chaque année, et après des journalistes viennent nous vanter leur pluralisme scientifique et journalistique.

- Une autre technique des experts dits officiels à la solde des télécoms, peu connue du public, consiste aussi à promettre aux journalistes des scoops scientifiques, en échange de leur auto-censure sur les effets nocifs des produits industriels destinés au public.

01/2010 - Ecole de journalisme - Centre de Formation des Journalistes (CFJ), sujet 165
- Autre découverte, en 2010, les télécoms sont aussi présents dans ce Comité Scientifique du CFJ qui mène "une réflexion sur l'avenir du journalisme" (sic), qui devra probablement se plier aux règles des télécoms, avec Dominique Roux  Président de Bolloré telecom depuis janvier 2007, membre du Collège de l'Autorité de régulation des télécommunications (ART) de 1997 à 2005, docteur ès sciences économiques.

- L'un des parrains de promotion 2011 de l'école du journalisme est Yannick BOLLORE, Directeur Général de Bolloré Medias

- AFIS sur les speudo-sciences, Alerte Environnement, Net-Santé-Environnement, trois impostures qui prétendent faire du journalisme pluraliste, qui sont en réalité des associations militantes de l'industrie, dans lesquelles nous retrouvons des auteurs d'articles qui sont en réalité des experts liés à l'industrie, quand leur labo ne sont financées directement par ces dernières.
D'ailleurs à ma grande surprise, j'ai découvert que l'un des journalistes de la revue Hardware Canard PC est signataire d'une pétition sur les OGM sur agribiotech.free.fr, une autre antenne de l'AFIS, comme quoi, la presse informatique mène à tout.

1) Organisation Mondiale de la Santé, OMS, WHO en anglais.
L'OMS mérite plus le titre d'Organisation Mondiale de la Supercherie (lien 218), en raison des milliards qu'elle a coûté à la planète et à la santé humaine. Le journaliste rappelle les quelques anecdotes, quelques bavures sans conséquence, comme les collusions avec l'AIEA sur la catastrophe de Tchernobyl, la mauvaise évaluation sur la grippe H1N1. Il faudrait aussi rajouter tous les autres scandales, comme le tabac, l'amiante, le financement par l'armée pour faire des recherches sur les virus qui détruisait le système immunitaire au début des années 70, les liens entre l'AIEA et l'OMS qui était sous son contrôle comme je le révélais en 2001.

Scandale de l'OMS de la Grippe H1N1
Scandale de l'OMS sur Tchernobyl et Fukushima
Durée : 2,27 minute
Durée : 7,43 minute
La catastrophe se Fukushima s'est produite le 11 mars 2011. Tout le monde se rappellera du brassage d'air fait par le Président Nicolas Sarkozy, et la ministre de l'écologie Mme Nathalie Kosciusko Morizet, avec la mise en place du réseau de mesure CRITER sur le taux de radioactivité en France, qui ne fonctionne plus depuis fin 2011.

Extrait de la réponse du 06/10/2011 de Mme Nathalie Kosciusko-Morizet, Mme la ministre de l'écologie, du développement durable, des transports et du logement.
 
 
Conformément aux articles 1er et 2 de la directive 2003/4/CE du 28 janvier 2003 concernant l'accès du public à l'information en matière d'environnement, le réseau national de mesures de la radioactivité de l'environnement (RNM) rassemble et met à disposition du public les informations sur l'état radiologique des différentes composantes de l'environnement.

Voilà ce qui se passe quand on essaye d'accéder au site sur les mesures faites sur la radioactivité en France.
 

 

http://criter.irsn.fr/exercice/acteur/

 

Suite à un problème technique sur notre plateforme, le site est indisponible.
Les données moyennées sur les dernières 24 heures sont disponibles

sur le site du Portail de la Surveillance de la Radioactivité dans l’Environnement

http://sws.irsn.fr

Comme pour le nucléaire, le tabac, l'amiante, les institutions françaises de sécurité sanitaire et politiques, ont une très longue culture de l'opacité. Le deuxième lien ne fonctionne pas mieux. Si on va directement sur le site de l'IRSN, beaucoup moins pratique que CRITER, quand on fait une sélection, on obtient, "aucun résultat n'est disponible". Quand on va sur des sites indépendants qui ont des balises de mesure, on constate que le bruit radioactif à légèrement augmenté vers le 13 août 2012, ce qui veut dire qu'il s'est passé quelque chose quelque part. Cette augmentation se retrouve en effet sur plusieurs balises différentes.

En juillet 2001, j'adressais un lettre aux politiques avec les informations ci-dessous.
 
 
"En 1960 une résolution WHA12.40 a été signée entre l'OMS et l'AIEA (Agence Internationale sur l'Energie Nucléaire). Elle consiste en une concertation entre les deux agences avant de divulguer des informations au public. L'OMS ne travaille pas seulement pour améliorer la santé. En 1969 le DOD, Département de la Défense, a obtenu des budgets du congrès américain et bloqué des fonds pour faire des recherches sur les virus destructeurs du système immunitaire pour la guerre bactériologique. Le DOD a financé au même moment l'OMS pour qu'elle travaille sur le virus lymphotrophique (VLB) de la vache capable de contaminer l'homme. Le Dr Strecker a obtenu ces informations dans le cadre du FOIA qui permet la déclassification des documents SECRETS. 

En clair, si une fréquence nocive est découverte, l'information sera censurée, car elle sera utilisée dans le cadre des armes dites non létales. En 1997, une collaboration a débuté avec l'OTAN sur les effets des CEM. Bizarrement, on ne peut obtenir les informations sur ce sujet à l'état major de l'OTAN à Bruxelles, mais on est obligé de contacter une base de l'US Air Force dans le Texas. Comme par hasard, l'armée américaine a déclaré le 2 mars avoir mis au point après 10 ans de recherche une arme antipersonnelle en micro-ondes pulsées, et souhaite que sa production soit mise en route.

01/05/2001- p30 : "Désinformation d'Etat" - Une polémique éclate entre Science & Avenir et l'AFSSA sur l'indépendance des experts vis à vis de l'industrie.

04/05/2001: Mise en cause de l'indépendance des experts de l'INRS, de l'INERIS, de l'AFSSA.
Les Déclarations Publiques d'intérêts (DPI) des experts sont absents des rapports annuels. Ils ont pourtant pour obligation de déclarer leurs liens directs ou indirects avec les industriels. (Le Point 4 mai 2001 p56 "La République des copains")." 


Revenons à la téléphonie mobile. Le journaliste a juste oublié de parler du cas du Dr Repacholi à l'OMS, qui était en charge du programme sur les risques sanitiaires des champs électromagnétiques qui sont connus depuis 1943. Il oublie aussi de parler du scandale financier révélé à l'époque par Microwave News. C'est au point ou plusieurs scientifiques demanderont des comptes à l'Organisation Mondiale de la Santé, ce qui se traduitra par le départ à la retraite du Dr Repacholi.
 
 
Directeur Général Lee Jong - Wook
Avenida Apia 27 1211 Ginebra 27 Suiza 
Motif: Une intervention urgente est requise pour enquêter sur les crimes de l'un de vos employés contre la santé mondiale.

Dear Sir,

Le 5 Juillet 2005, il a été révélé au public que l'un de vos employés, le Dr Michael Repacholi, responsable d'un projet sur l'évaluation des effets sur la santé de la technologie mobile et des lignes de transport d'électricité de l'Organisation Mondiale de la Santé, a perçu 150.000 $ par an de l'industrie des mobiles, et autres indemnités pour des meetings et Voyages. Cela signifie que les règles de l'OMS ont été transgressées, car elles interdisent de recevoir de l'argent directement de l'industrie. En outre, le Dr Repacholi est accusé d'avoir invité les représentants de l'industrie de l'électricité pour revoir l'étude des travaux scientifiques et à participer activement en vue d'évaluer les normes sanitaires à venir sur les champs électromagnétiques émis par les lignes électriques. Les noms des représentants de l'industrie de l'électricité sont très clairs et tous les détails décrits ci-dessous en pièce jointe afin que vous puissiez les consulter.

Le Dr Repacholi systématiquement a minimisé et ignoré pendant des années, plusieurs découvertes scientifiques qui ont une base commune : 

- de nouveaux résultats qui montrent que la technologie mobile n'est pas sans danger et ne peut être distribué librement, sans avoir à en payer prix pour la santé de la population mondiale. Le parti du Dr Repacholi représente une menace pour la santé mondiale (plusieurs millions de personnes sont entre vos mains), et jamais un ennemi a autant menacé le monde. 

Le Dr Repacholi défend les intérêts de l'industrie et endort le public sur les dangers de la technologie, sur les preuves des dangers qui ont été documentées dans des études scientifiques, avec l'approbation des experts. 

Le refus du Dr Repacholi a conduit les gouvernements à prendre des mesures de sécurité appropriées, et a coûté des vies.

Le Dr Repacholi a été invité à répondre aux publications en ce qui concerne l'argent qu'il a reçu directement de l'industrie, et qu'il n'a pas nié avoir reçu directement de l'industrie du mobile, $ 150.000 par an.

Est-ce la politique officielle de l'OMS de coopérer avec l'industrie au détriment du public? Si non, pourquoi cette question n'est pas instruite? Nous vous avons envoyé une pétition internationale pour écarter le Dr Repacholi, pour le bien de l'intérêt public. Nous n'avons reçu aucune réponse de votre part. 

L'Institut Karolinska est l'une des clés de référence de l'OMS, c'est pourquoi nous tenons à attirer votre attention sur le fait que le professeur Olle Johanson a communiqué à la Conférence sur la sensibilité électromagnétique à Prague, et le Dr Repacholi a diffusé de FAUSSES INFORMATIONS concernant la reconnaissance de l'électrosensibilité par le gouvernement suédois. Et ce n'est pas un hasard si à cette conférence, une recommandation a été émise aux gouvernements pour dissuader le public de mesurer le rayonnement dans leur foyer. C'est un énorme préjudice qui a été causé au public, parce que les personnes exposées a des niveaux élevés de rayonnement dans leur maison subissent un risque si on ne leur dit pas comment les détecter. 

Maintenir les gens ignorants et passifs constitue un crime contre le public, en autorisant l’industrie à garder un contrôle total, pour déterminer ce qu'est une approche « scientifique ».

La relation étroite avec le Dr Repacholi et l'industrie remonte à plusieurs années, ce n'est pas nouveau, mais au fil du temps, cette progression, s'est faite aux frais du public.

Incidemment, le fait d’utiliser plusieurs fois les mots « science » ou « scientifique » dans un paragraphe, comme le Dr Repacholi tend à le faire, ne prouve pas qu’il soit réellement un scientifique. Si quelqu’un fait un travail scientifique, il ne se sent pas obligé d’utiliser continuellement le mot science, parce qu’il n’a pas à prouver ou à donner l’impression qu’il réalise un travail scientifique. Il FAIT de la science, un point c’est tout. L’insistance continue du Dr Repacholi à dire qu’il fait de la science ou que ses messages au public reflètent le consensus scientifique sont en contradiction totale avec ses actions réelles.

Le fait que le Dr Repacholi recommande aux gouvernements de dissuader les personnes de mesurer les rayonnements dans leur maison, est un bon exemple de cette dérive extrême. Nous espérons suncèrement que l'argent de l'industrie n'a pas aveuglé d'autres employés de l'OMS sur l'intérêt public, compte tenu des documents qui ont été publiés récemment et qui montrent que l'industrie du tabac et de l'amiante ont été fortement impliqués au sein de l'OMS, ce qui a  empêché de conduire des actions plus strictes pour protéger le public (voir pièces jointes). Nous ne sommes pas disposer à voir cela se reproduire. Nous sommes préoccupés par le manque de réponse suite aux données publiées, car l'évaluation de la science du Dr Repacholi est déformée.

S'il vous plaît, nous vous demandons d'intervenir d'urgence afin d'étudier les conflits d'intérêts avec le Dr Repacholi. Si nous ne recevons pas de réponse satisfaisante dans les deux semaines, nous allons envisager sérieusement de résoudre le problème par des voies légales ou autre.
 
 

Respectueusement,
 

Robert Rieldlinger Prof. Olle Johansson Iris Atzom Klaus Rodulph BI-OEGA CI-OMEGA Citoyens contre les rayonnementes volontaires. 
Emilio Iglesias Delgado, Sevilla, España Elleen O’Connor. 
Admistrateur EM Radiation Research Trust, UK Penny Hargreaves Agnes Michael Raz.
Membre du Parlement de nos représentants dans les pays. 
Chef du Parti des verts Scientifiques en Nouvelle-Zélande.
 

2) SCENHIR, Comité scientifique des risques sanitaires émergents et nouveaux.

Après analyse des DPI, on constate que le comité sur les CEM est composé de membres indépendants, mais aussi de membres qui ont des liens directs avec l'industrie, avec l'ICNIRP, et aussi l'OMS. Le SCENHIR, est une autre entité, qui fait peu parler d'elle, sinon pour confirmer l'innocuité des produits de l'industries, quoi de plus normal, puisque là aussi nous y retrouvons des experts liés à l'industrie. Quoique je serai surpris de constater qu'en 2011 cette entité reconnaîtra la nocivité des lampes basse consommation fluocompactes, en spécifiant dans un rapport qu'elles étaient responsables de dermatite de la peau (lien 189), rien que çà. C'est cependant un petit détail qui a échappé à la revue Harware Canard PC, qui avait aussi fait un dossier sur les lampes fluocompactes, pour défendre cette industrie dopée à la vapeur de mercure, avec la complicité des verts, cela ne s'invente pas. C'est un véritable scandale écologique en plus d'être une arnaque. Une simple expertise (cliquez ici) par des experts compétents aurait permis de constater que ces lampes généraient plusieurs types de pollution. La durée de vie est médiocre, mais en plus les publicités sont entachées d'affirmations frauduleuses non sanctionnées par la répression des fraudes.

3) ANSES, Agence Nationale de Sécurité Sanitaire.

A chaque fois qu'une agence se retrouve noyée dans les scandales, elle renaît de ses cendres sous un autre nom en conservant les mêmes experts, ou en intégrant plusieurs autres de préférence liés directement ou indirectement à l'industrie, ou par le biais d'un membre de la famille par exemple, comme le conjoint ou les enfants, méthodes courantes que là aussi nos journalistes oublient de nous révéler. On retrouve les membres de la famille de ces experts dans des cabinets de communication de l'industrie, ou des revues liées elles aussi à l'industrie.

L'Agence Française de Sécurité Sanitaire, AFSSE, a été dirigée par le Dr Zmirou et Mme Védrine, avec les résultats que nous connaissons tous, une véritable agence d'insécurité sanitaire, avec des alertes qui ne nous arrivaient systématiquement que de l'étranger. Les avis et rapports de l'AFSSE pour certains relèvent carrément de la fraude scientifique, avec le passage sous silence de tout le corpus scientifique qui existe sur les micro-ondes depuis les  années 50, et les effets des radiations bas niveau.. Bon nombre d'études ont été squizées (sic) à la grande satisfaction des opérateurs, même celles des scientifiques de renom qui démontraient pourtant des effets nocifs incontestables. Nos agences de sécurité sanitaire ont toujours été très performantes surtout dans le laxisme qui a été encouragé en plus par une certaine presse, la vidéo ci-dessous en est une parfaite démonstation. Après la démission du Dr Zmirou, le contrôle et l'enquête de l'IGAS (sujet 90), Mme Védrine finira aussi par quitter le navire. En plus il sera révélé par la suite qu'aucun des experts de l'agence n'était indépendants, le caméraman avait oublié de couper sa caméra (sic).
 


Vidéo GAG, les nuages de Tchernobyl n'ont jamais traversé la France,
ils se sont arrêtés à la frontière, si vous avez la migraine, c'est parce que
votre téléphone portable vous donne chaud à la tête.
L'IGAS sera contraint d'enquêter sur les comportements de l'AFFSE,
et aussi sur des experts, qui ont des liens avec les opérateurs.

L'AFSSE, s'est transformée en AFSSET, Agence Française de Sécurité Sanitaire et du Travail, avec là aussi les résultats que nous connaissons, avec un refus de tenir compte des accidents qui se sont produits chez des professionnels aux seuils pourtant fixés par des normes qui sont totalement inapplicables, mais cela ne dérange personne, pas même les journalistes qui prétendent nous dire la vérité, ou plutôt celle des industriels, qui se payent des pages de pub dans leurs revues et journaux. Quand l'AFSSET par son directeur de l'époque a tenté de remettre un peu d'ordre pour rétablir la vérité, notamment avec l'étude REFLEX qui s'est avérée incontestable, des têtes ont été exigée par l'industrie.
 

(1,47) Mise en garde de l'AFSSET sur les risques des portables. Par la suite,
M. Danjou se répandra dans la presse et affirmera qu'il n'y a aucun risque.

Il est évident que ceux qui ceux qui se permettent de censurer toute information relative au principe de précaution et aux risques sanitaires avérés, rentrent dans le domaine du criminel. Comment se fait-il que nous ayons des campagnes de prévention routière, et absolument rien sur la prévention contre les risques sanitaires des micro-ondes ? La réponse est simple, dans le premier cas, un industriel à des radars à vendre, et des politiques possèdent des actions en bouurse du fabricant. Dans le deuxième cas, il n'y a rien à vendre, donc pas d'actions et de bénéfices en bourse, c'est aussi simple que cela. Par contre les élus qui ont des actions dans le monde des télécoms sont plus nombreux, et adorent le sponsoring de l'industrie, toutes couleurs politiques confondues.

M. Danjou de l'AFOM à l'époque, ira jusqu'à regretter dans un communiqué de l'AFP en 2011, que les enfants français n'utilisent pas assez le portable contrairement à d'autres pays, alors que de multiples études ont mis en évidence la nocivité des micro-ondes. Peu après cette casserole supplémentaire, l'AFOM fusionnera avec la FFT.
Le Président Sarkozy fort opportunément a profité du scandale du Médiator de SERVIER avec l'AFSSAP, des prothèses PIP, pour balayer en même temps l'AFSSET, estimée trop imperméable aux exigences des télécoms. Il est vrai que l'état est actionnaire de France Télécom, et un ami de l'ex-Président Sarkozy, Bolloré Télécom (sujet 165) baigne dans la licence Wimax. En France l'industrie et le monde politique de tous bords confondus, ont une large préférence pour les gens incompétents, qui ne dérangent pas, que pour les gens compétents qui dérangent, surtout quand leurs amis industriels leur font savoir qu'ils seront moins généreux à l'égard de leurs associations politiques, pour la prochaine campagne électorale. C'est pour cette raison que la situation continuera à se dégrader en France dans tous les domaines. Vous êtes moins bien considérés en France, quand vous voulez faire correctement votre travail, même si vous êtes compétents, surtout si vous refusez de vous soumettre aux exigences des "réseaux" et opérations de "trafic d'influence".

Conclusion.
Aujourd'hui les victimes sont obligées de se battre contre l'industrie, la justice de classe, des politiciens sourds et aveugles, et même les agences dites de sécurité sanitaire qui sont pourtant censées défendre les intérêts de la population, et qui en plus se disent indépendantes, et même contre une certaines presse écrite radio télé, qui il est vrai est aussi la propriété des industriels. Il faut rajouter à cela, les membres du conseil d'état qui sont paraît-il là aussi au service de l'état et de la population, mais qui trouve plus intéressant de partir pantoufler dans le monde industriel, cela rapporte plus. Le conseil d'état n'est plus lui non plus indépendant, mais infiltré et noyauté.




 
  Retour au chapitre sur les antennes relais de la téléphonie mobile
  Retour au SOMMAIRE du SITE.
  TRANSLATE - TRADUIRE.
Nom du site   Risques sanitaires des champs électromagnétiques, santé, cancer, leucémie, tumeur
Adresse du site danger risque sanitaire de la pollution électromagnétique santé cancer leucémie tumeur du cerveau
Auteur du site : Marc FILTERMAN
Adresse e-mail : marcfilterman@hotmail.com
© Protected by Copyright - Reproduction interdite.