© Protected by Copyright - Reproduction interdite.
Adresse du site
sites de secours
danger risque sanitaire de la pollution électromagnétique santé cancer leucémie tumeur du cerveau
Nom du site   Prévention sur les risques professionnels sanitaires des micro-ondes
Auteur du site   Marc FILTERMAN
Adresse e-mail   marcfilterman@hotmail.com
  TRANSLATE - TRADUIRE
  Retour au Sommaire du site
  Retour au chapitre sur la pollution électromagnétique des micro-ondes


254°) La revue Hardware Canard PC tente de discréditer
les associations qui défendent les victimes
des opérateurs de la téléphonie mobile
et oublie de parler des notices constructeurs
qui affirment que les micro-ondes sont nocives.

1°) Introduction page 74, paragraphe à gauche de la page.

La revue Hardware Canard PC passe en revue dans sa page 74 les associations qui dérangent les très puissants opérateurs. Elle commence évidemment par une attaque en règle contre Michèle Rivasi, qui a créé l'association CRIIREM sur les risques électromagnétiques, comme elle avait créé déjà par le passé la CRIIRAD sur les risques nucléaires, face au laxisme des autorités sanitaires et gouvernementales. Les scandales à répétition sur le médical, les médicaments, le tabac, l'amiante, Tchernobyl sont là pour démontrer l'incapacité de ces agences à agir contre les abus des puissances industrielles. D'ailleurs dans cette revue et sur plusieurs forums militants de l'industrie nous voyons nos détracteurs tenter de nous discréditer toujours avec les mêmes arguments utilisés par des experts dits officiels, qui interviennent lors des colloques au sénat, à l'assemblée nationale, à l'AFSSET/ANSES. En plus ce qui est formidables, ces individus qui nous critiquent, et qui sont même experts pour certains, n'ont jamais travaillé sur les ondes ou micro-ondes radios ou radars, mais ils se permettent de venir nous critiquer, nous donner des leçons, et ils prétendent nous expliquer l'innocuité des champs électromagnétiques. Les affirmations de la revue Hardware Canard PC, de l'AFIS sur les pseudo-sciences, et des médecins de l'académie de médecine qui sont liés à l'industrie des télécoms, reviennent à renier les recherches du père de l'électrophysiologie, Luigi Galvani, et à démontrer une incomptétence scientifique totale dictée par des intérêts opaques.

-- Le premier argument, celui de "la peur" était déjà manié dès 2000 lors d'un débat radio par un virtuose, Bernard Veyret du CNRS, conseiller scientifique de Bouygues Télécom, et membre de l'ICNIRP, avec le Dr Repacholi qui en est le principal fondateur.
-- Le deuxième argument nous vient de l'industrie et de ses complices, membres de la presse et de leurs forums, des associations militantes de l'industrie comme l'AFIS, qui nous balancent systématiquement le même disque rayé, "mais où sont les références scientifiques, ou sont les preuves".
-- Le troisième argument nous est répété à l'infini par le Dr Aurengo, ex-conseiller scientifique de Bouygues télécom, qui s'entoure de quelques précautions, comme au sénat, où il nous affirmait le 06/04/2009 :
"Que redoutent les personnes vivant à proximité d’une antenne relais ? Le cancer, les maladies neuro-dégénératives. Sur ce point, aucune étude épidémiologique portant sur les antennes relais ne vient confirmer leurs craintes. Encore faut-il reconnaître que les chercheurs n’ont pas dépensé beaucoup d’énergie à explorer cette voie."

Oui, sauf que depuis, des études démontrent même que ces relais peuvent être mortels comme le démontre la "cible" ci-dessous. En réalité, une étude référencée en 1974, avait déjà été faite sur les fréquences, de 900, 2450 et 6000 MHz, qui sont utilisées aujourd'hui par le monde des télécoms, en tenant compte des durées d'exposition. Dès le début des années 70, après avoir pris connaissance des travaux d'un biophysicien russe, les scientifiques Ross Adey de la NASA avec Susan Bawin, mettrons en évidence les effets des micro-ondes bas niveau. Sauf que ces pionniers comme Ross Adey patron du secteur médical pour les missions Apollo sont visiblement pris pour des imbéciles, par nos experts français et par les adeptes de certains forums et de la culture GEEK qui se prennent pour des spécialistes dotés d'un égocentrisme surdimensionné, peut être dans le domaine de la programmation informatique, mais ils ne brillent certainement pas par leur qualité scientifique, mais plus par l'insulte, et une incompétence totale sur le sujet des effets des radiations bas niveau, et sur le sujet de l'électrophysiologie.

Les toutes premières expériences sur les effets des CEM bas niveau sur le biologique remonte aux années 1700, et sont référencés dans les manuels. Même le syndrome des micro-ondes qui n'existe pas selon l'académie de médecine, est décrit dans les manuels militaires. Les médecins qui affirment aux professionnels que les micro-ondes sont inoffensifs sont des charlatans, au même titre que les individus qui tentent de nous discréditer. Nous verrons combien de temps reste les vidéos ci-dessous sur ma page, si elles disparaissent, c'est qu'elles dérangent. Une onde radio a le même effet que les étincelles produites par une bobine.

Expérimentation de Luigi Galvani sur les grenouilles.
(Durée 6,39 mn)

Nous avons même des médecins, qui vont jusqu'à renier les recherches faites dès les années 1700 sur l'électrophysiologie, et qui sont pourtant reconnues avec les expériences de Galvani et d'Etienne d'Arsonval. En 1896, Etienne d'Arsonval découvrira que les courants en haute fréquence peuvent atténuer les effets du venin de vipère, et prolonger l'immunité jusqu'à environ une semaine. En 1893 il avait déjà mis en évidence la possibilité de neutraliser la toxine diphtérique par une émission en 200 KHz, et proposé cette solution à l'Académie des Sciences. Il suffit aussi de consulter la base de données de l'OMS, pour découvrir que des milliers d'études démontrent que les champs électromagnétiques peuvent avoir des effets sur le biologique. C'est au minimum plus de 70 % de ces études qui démontrent en réalité les effets des CEM sur le biologique, voilà la réalité. Les opérateurs ont fait en sorte, que des études ne figurent pas dans le rapport de l'AFSSET de 2009.

Cette revue informatique qui a fait un dossier sur la santé et les champs électromagnétiques écrit  :
"A l'instar des militants anti-nucléaires, le discours est systématiquement anxiogène et  le doute sur la nocivité des antennes n'est pas permis".

Nous, nous pouvons affirmer la chose suivante à l'attention du journaliste de la revue Hardware Canard PC:
"A l'instar des militants de l'industrie, le discours est systématiquement laxiste et le doute sur l'innocuité des antennes n'est pas permis".
Le lobby des télécoms utilise les mêmes méthodes que le lobby du tabac et de l'amiante. Déjà pour commencer, je n'ai pas eu d'écho de la rencontre d'un journaliste de cette revue avec un membre du CRIIREM, qui n'a en plus jamais organisé de manifestations militantes contrairement à d'autres associations, cherchez l'erreur. En revanche le CRIIREM a le droit de donner des conférences comme le font les opérateurs, enfin quand ils sont sûr de n'avoir aucune opposition en face. Si maintenant les journalistes confondent militantisme, manifestation, et conférence technique d'information, où allons nous. On voit tout de suite ce qui dérange le journaliste ici, ce sont les personnes qui se permettent de dénoncer les abus des industriels et des opérateurs. Ces derniers ont toujours essayé de réduire au silence leurs opposants par tous les moyens, et ont toujours tenté de discréditer leurs opposants sur les forums.


2°) Le nucléaire.

En revanche en France la connerie est autorisée. Il n'est pas tellement intelligent de faire une comparaison avec le nucléaire, alors que nous avons eu un premier accident sur un réacteur nucléaire avec Tchernobyl dans les années 80, sans parler du deuxième accident de Fukushima au Japon en 2011 où 4 réacteurs nucléaires ont été accidentés. C'est la preuve que le journaliste n'a pas beaucoup réfléchi, et qu'il donne des bâtons pour se faire battre. Sauf que sur les forums militants de l'industrie, je parie qu'il y a toujours des individus très intelligents qui me diront, non non, Filterman dit des conneries, il n'y a que 3 réacteurs nucléaires qui ont été accidentés, le 4ème était déchargé. Oui parce qu'en France, on a des spécialistes quand même, ceux qui sortent de grandes écoles en général, et qui adorent jouer sur les mots et les manipuler pour mieux dissimuler la vérité, et faire passer les français pour des moutons. On le voit tous les jours avec la politique. Sauf qu'on nous a assez rabattu les oreilles, en nous affirmant que les réacteurs ont des enceintes confinées, d'où rien ne peut s'échapper, sauf qu'en réalité le combustible a fusionné et les enceintes ont été percées dès le premier jour comme l'affirment aussi des experts dans leur rapport, ou sur des vidéos. Ensuite il va falloir m'expliquer, depuis quand la piscine d'un réacteur, le N°4, qui contient du combustible, est une enceinte fermée. Cette presse complice qui nous a claironné qu'il y avait des enceintes de confinement, se garde bien de nous dire de que les piscines n'ont jamais été des enceintes de confinement, et qu'elles peuvent contenir des barres de combustible neuves ou usagée. Il y a quelques mois un général américain et des personnalités japonaises sont montées au créneau, ce qu'ils craignent le plus, c'est l'effondrement de la piscine N°4 à la suite d'un nouveau séisme, ce qui finirait de contaminer tout l'hémisphère. De même qu'on ne va pas nous dire qu'après Fukushima, alors que le taux de mortalité baissait aux USA, il s'est mis brûtalement à remonter. Nous le savons, parce qu'il y a eu une étude, mais là aussi la presse militante de l'industrie n'est pas venue vous le dire. De même que si tous les débris de Fukushima sont arrivés sur les côtes américaines vers juin, il faudrait être très con pour croire que les poissons n'ont pas été faiblement contaminé par la radioactivité. C'est vrai que là aussi quand on a un ingénieur du nucléaire qui vient nous expliquer que le plutonium est comparable à du sel de table, on peut se demander dans quel monde de frappés nous vivons. Et je ne parle pas d'une centrale américaine, où le système de refroidissement d'une piscine était tombé en panne aux USA en 2011, suite à une inondation. Même les remorques de secours nageaient dans l'eau, jusqu'à ce que l'armée fasse sauter les digues, pour inonder des milliers d'hectares de terres cultivables, afin de faire baisser le niveau de l'eau. Vous avez toutes les photos dans mon chapitre sur le nucléaire, enfin s'il n'est pas censuré.


3°) Les mesures COFRAC des opérateurs.

Les opérateurs ont toujours voulu interdire toutes les mesures indépendantes, même avec un huissier de justice, preuve qu'ils ont l'esprit tranquille. Ces opérateurs veulent comme certains partis politiques que des sociétés agréés par l'association COFRAC, dont ils sont déjà les clients depuis longtemps. Contrairement à ce que j'ai entendu dire, le COFRAC n'a jamais été un organisme d'état, c'est une association, surtout de l'industrie. Contrairement à ce qui est affirmé par les opérateurs et ses complices, il est FAUX de dire qu'il n'y a que les cabinets COFRAC qui peuvent faire des mesures. En France vous ne pouvez pas interdire des expertises au contradictoire, ni même l'intervention d'experts indépendants. Les cabinets COFRAC ne font que des rapports de test et mesure, et ne sont pas habilités comme pour l'ANFR à parler des risques sanitaires car ils n'ont pas les compétences, contrairement au CRIIREM qui fait en plus des rapports d'expertise opposables en justice. Une mise au point avait déjà pourtant été été faite par le passé sur les sujets 234 en avril et 242 en JUIN suite à un article de Bouygues Télécom dans la presse, et comme par hasard, en JUILLET la revue informatique Hardware Canard PC sort un dossier sur la santé et les champs électromagnétique, dans laquelle nous retrouvons les propos des conseillers scientifiques de Bouygues Télécom. Qui peut croire à un tel hasard, personne.

Un article de l'indépendant précise que, « Le SGAP (secrétariat général pour l’administration de la police) a mandaté deux expertises, l’une menée par la COFRAC, unique instance nationale publique d’accréditation, et une seconde par le biais de SFR qui a désigné une autre entreprise », qui sera elle aussi obligatoirement agrée par l'association COFRAC, ce qui n'a pas été précisé dans l'article. D'ailleurs un membre de la Police de l'Air et des Frontière de Perpignan ne s'y trompe pas, et un de ses représentants du syndicat SGP-FO demande :
 
 
« En fait, on a demandé à SFR de choisir la société pour s’auto-contrôler ! Utilise-t-on ces méthodes pour contrôler les routiers, les restaurateurs, les agriculteurs ou les déclarations d’impôts ? Et puis pourquoi ne pas utiliser des moyens moins dangereux comme la fibre optique ? Sur 100 personnels de la PAF, une quinzaine est atteinte de pathologies qui peuvent être dues à une exposition trop importante à ces ondes électromagnétiques. Cancers, problèmes d’oreille interne, d’irrigation du cerveau...». 

Je reprécise aux fonctionnaires de police, aux maires et autres, que c'est le nouveau protocole ANFR, décret n° 2002-775 du 3 mai 2002, modifié ANFR/DR 15-3 Version 3, du 31 mai 2011, qui est en vigueur depuis le 1er septembre 2011. Dans le cadre d'une mesure en "CAS B", il est absolument impossible de faire une mesure de type "CAS B" avec un analyseur de spectre et une antenne log en moins de 2 heures pour un seul endroit, si les mesures doivent être faites sur plusieurs bandes de fréquence. J'ai donné toutes les explications sur mon sujet 234, et chiffré la durée nécessaire pour un rapport de test et mesure type COFRAC, pour un seul endroit en "cas B". On comprend que ma mise en garde puisse irriter les opérateurs et les certains cabinets COFRAC.

Et Hardware Canard PC en rajoute "toute étude ou organisme proposant une analyse rassurante ou n'affirmant pas la toxicité indiscutable des champs électromagnétiques est directement balayée d'un revers de la main, les scientifiques y ayant participé se voyant reprocher des conflits d'intérêt".
Normal, se sont toujours les même labos payés par les opérateurs directement ou indirectement qui sont sélectionnés pour ne jamais rien trouver. Le mois dernier un des pionniers spécialistes des micro-ondes, à d'ailleurs dénoncé une méthode de fraude de l'un de ses confrères scientifiques qui avait été chargé de la réplication d'une expérience sur la perturbation des flux sanguins par les micro-ondes et qui n'avait rien trouvé, et pour cause, le colorant n'avait pas été injecté dans l'artère fémorale, mais juste à côté (sic).

Regardez l'amiante, le tabac, le nucléaire, toutes les agences au monde, y compris les politiques n'ont eu de cesse de nous expliquer que pour le nucléaire tout était très sécurisé, la preuve, et ce n'est pas le dernier rapport officiel de la semaine dernière qui me démentira, mais au bout d'une journée, on l'aura vite oublié. De même que notre journaliste a oublié le comportement des scientifiques dans le procès Tobacco, de l'amiante, tous liés à l'industrie, et ne parlons pas des OGM. D'ailleurs la dernière étude de ce mois concentre toutes les attaques, après avoir montré des rats dont les tumeurs cancéreuses peuvent représenter 25% de leur poids. Ce scientifique est déjà accusé de fraude pour ne pas voir communiqué tous les éléments, alors que ces mêmes exigences n'ont pas été formulés par ces agences en direction de Monsanto, on a donc deux poids et de mesures avec nos agences et politiques. Je précise d'ailleurs qu'un des journalistes spécialiste en informatique de la Revue Canard PC avait signé une pétition de l'AFIS sur les pseudo-sciences en faveur des OGM, un bien étrange croisement. Là nous voyons aussi les Pr Even de l'hôpital Necker et Debré faire l'objet d'attaques, dont nous devinons les origines. Par contre silence radio à l'académie de médecine, tout le monde est aux abonnés absent, elle a préféré ne pas s'exposer, et aucun journaliste n'a été leur poser des questions gênantes.


4°) Consignes de sécurité, des manuels constructeurs.

Déjà je signale à ce journaliste que j'ai des MANUELS CONSTRUCTEURS, qui datent de 1970, et qui nous donnent des consignes de sécurité par rapport à la puissance et la distance des sources d'émission. Ensuite je précise, que les américains ont des manuels de plusieurs centaines de pages que je possède, et qui donne les distances de sécurité à respecter par rapport à chaque système d'émission, en France, nous n'avons rien du tout. Moins les professionnels en savent, mieux les industriels et opérateurs se portent. L'académie de médecine l'ignore, les médecins du travail aussi, quoi de plus normal, quand on découvre en plus que les candidatures des futurs médecins du travail transitent par l'intermédiaire de médecins, qui ont déjà des liens avec l'industrie, est-ce normal, NON. Encore un autre secret bien gardé. Même les manuels d'aujourd'hui nous donnent des consignes, voir la photo du manuel ci-dessous. Attention, nous sommes ici en émission pulsée, les 10 W/m² correspondent à 61 V/m pour le public, et 100 W/m² = 194 V/m au seuil professionnel des pays anglo-saxon, et je précise une fois de plus, que ces valeurs n'on jamais été donnés pour une durée d'exposition permanente, mais pour une courte période d'exposition. Bien qu'un courrier précis et technique ait été transmis en début de mois par mes soins à Mme Marisol Touraine, nouvelle ministre de la santé, au ministre de l'écologie, avec les références d'accidents suite à des expositions chroniques à moins de 150 V/m, j'attends de voir s'il y aura une réaction dans ce gouvernement, ou si l'attitude sera la même qu'avec les ministres UMP du gouvernement du Président Nicolas Sarkozy. La police anglaise a eu aussi des sérieux problèmes de santé suite à l'exposition à leur système de communication, et il en a été de même pour les pompiers américains, qui ont réagi il y a déjà plusieurs années par le biais de leurs fédérations respectives. Les académiciens et l'académie de médecine et les journalistes de la revue sont contredits par les constructeurs de téléphones portables.

Extrait de la notice de l'Iphone (lien 194).
 
"Les mesures de DAS de l’iPhone peuvent dépasser les directives de la FCC si l’iPhone se trouve à moins de 15 mm du corps (par exemple, si vous transportez l’IPhone dans une poche)." 

Extrait de la notice du Blackberry 9700 (lien 194).
 
 
Lorsque vous portez le terminal BlackBerry près de votre corps, utilisez un étui approuvé par RIM avec un attache-ceinture intégré ou maintenez une distance de 0,98 pouces (25 mm) entre votre terminal BlackBerry et votre corps lorsque le terminal BlackBerry est en cours de transmission. L'utilisation d'accessoires pour porter le terminal BlackBerry près du corps, autres que des étuis avec attache-ceinture intégré approuvés par RIM, peut entraîner une exposition à une radio fréquence plus élevée que celle autorisée par les normes en matière d'exposition si les accessoires sont portés sur votre corps lorsque le terminal BlackBerry est en cours de transmission. Les effets à long terme d'une telle exposition pourraient présenter un risque de blessures sérieuses. Pour plus d'informations à propos de la conformité de ce terminal BlackBerry avec les directives de la FCC en matière d'émissions RF...

Les académiciens et l'académie de médecine et les agences de sécurité sanitaire sont carrément contredits.
 
 
N'utilisez pas votre terminal BlackBerry en présence de vapeurs de gaz car il pourrait
présenter un risque d'incendie ou d'explosion.

N'utilisez ni ne stockez votre terminal BlackBerry à une température supérieure à 104 °F
(40 °C) car le terminal BlackBerry pourrait surchauffer.

N'essayez en aucun cas de brûler votre terminal BlackBerry car ceci pourrait provoquer une explosion pouvant entraîner des blessures graves, la mort ou la perte de propriété.

Éteignez votre terminal BlackBerry en avion. L'utilisation de votre terminal BlackBerry en
avion pourrait avoir une incidence sur les instruments de bord, la communication et les performances, risque de perturber le réseau ou de présenter un danger pour le
fonctionnement de l'avion et peut s'avérer illégale.

Les terminaux BlackBerry ne sont pas des appareils sécurisés et ne peuvent pas être utilisés en présence d'émanations explosives, de poussière explosive ou d'autres produits chimiques explosifs. Une étincelle dans une zone de ce type risquerait de provoquer une explosion ou un incendie et d'entraîner des blessures graves, la mort ou des dommages matériels.

 
La norme d'exposition pour les appareils utilise une unité de mesure appelée le taux d'absorption spécifique ou SAR. La limite SAR définie par la FCC/IC est de 1,6 W/kg*. La limite SAR recommandée par le Conseil de l'Union européenne est de 2 W/kg**.

Pour les explosions, j'ai là aussi quelques vidéos, mais je ferai par la suite un sujet à part pour les zones ATEX.

des constructeurs donnent des consignes de sécurité, distance de sécurité face aux antennes micro-ondes
Hardware Canard PC affirme que nos bonnes ondes sont inoffensives pour l'homme.
Eh oui vous avez bien lu, l'antenne émet des ondes nocives pour l'homme,
et c'est un industriel qui l'écrit, OH le GAG.

Il y a des petits malins, des détracteurs très compétents, qui vont écrire sur les forums, oui mais il parle des radars de 12 ou 25 kW, oui mais en puissance crête, sauf que la puissance moyennée se situe elle en général entre 20 et 50 W, ce qui correspond à la puissance de sortie des émetteurs de téléphonie mobile. Quand cette puissance est envoyée sur une antenne de téléphonie, là nous retrouvons aussi une puissance rayonnée qui selon le gain de l'antenne, va faire un ou plusieurs kilowatts, et en plus en émission est permanente. En 2008, la Belgique a été contrainte d'ouvrir une enquête suite aux problèmes de santé des militaires exposés aux ondes des brouilleurs qui sont installés sur les véhicules blindés pour brouiller les réseaux de téléphonie mobile, et ils sont pourtant moins puissants que nos antennes relais. S'il a bien été précisé que les seuils ICNIRP ont été respectés, ils ont par contre oublié de prendre en compte les durées d'exposition.

Le journaliste écrit :
"Ce raisonnement (sur les conflits d'intérêts) s'appliquant à tout organisme sans exception, jusqu'au plus haut niveau; une bonne définition de la théorie du complot". Et on continue, "Les associations militantes exigent sans cesse la transparence... mais aucune ne publie ses comptes".

1) Comme par hasard, je viens de contrôler cette semaine un organisme de sécurité sanitaire, sur la trentaine de membres ou experts de cette agence, ils ne sont qui 6 sur 30 a avoir retourné leur DPI (Déclaration Public d'Intérêt). Ils ont en effet normalement pour obligation de déclarer leurs liens directs et indirects avec l'industrie, sauf que les DPI ne font l'objet d'aucun contrôle. Qui contrôle ces experts et leurs DPI, personne, voilà un détail que la revue Hardware Canard PC ADEPTE du complot oublie de vous donner. Vu les affirmations faites par le journaliste de cette revue, cette information a été retransmise à quelques députés.

2) Toutes les associations ont des assemblées générales en présence des adhérents, et les comptes y sont présentés une fois par an. Je n'en dirais pas autant de certaines associations, de fondations politiques, ou d'hommes politiques, ou de leurs partenariats avec les industriels qui pour certaines sont largement dissimulés, et pour cause, surtout quand ils sont à l'origine de scandale.

3) Nous pourrions aussi parler de certains de ses experts qui sont dans plusieurs conseils d'administration de grands groupes, et qui touchent des jetons de présence, même quand ils n'y assistes pas. Pour les médecins il existe aussi une autre méthode peu connue, qui consiste à se faire mettre un brevet à son nom, et qui permet de toucher des royalties en toute discrétion.

4) La revue Hardware Canard PC met en cause Mme Gouhier du CRIIREM en affirmant qu'elle a un cabinet de consulting, voilà une autre preuve que le journaliste n'a pas daigné rencontrer les membres du CRIIREM, puisque cela fait longtemps qu'elle n'a plus de cabinet de consultant, après cela, aller vous fier aux affirmations de la presse. De plus je précise que ce n'est pas jusqu'à preuve du contraire, un délit de faire parti d'une association en ayant une activité ailleurs, sinon, il va falloir critiquer toutes les femmes et les hommes politiques de l'assemblée nationale et du sénat, ainsi que les "experts officiels" qui sont tous membres ou consultants pour diverses associations, ou même membres de conseil d'administration de groupes industriels. D'ailleurs les fondations de certains de ces hommes politiques sont financées par des industriels, une raison sans doute pour laquelle aucun dirigeant politique ne souhaite les taxer, alors que le gouvernement cherche de l'argent partout, sauf dans les fondations, qui sont très riches pour certaines. Dans une liste que j'ai récupérée, je n'arrive même plus à les compter, il y en a plusieurs milliers.

5) L’Association Santé Environnement France, qui regroupe plus de 2 500 médecins a mis une pétition en ligne le 26 septembre.
"C'est au nom de l’Association Santé Environnement France, qui regroupe plus de 2 500 médecins en France, que nous vous sollicitons aujourd’hui. Depuis 4 ans, nous travaillons sur la question des ondes électromagnétiques. Que ça soit sur le terrain aux côtés des populations, ou en participant à des réunions telles que le Grenelle des Ondes, nous souhaitons défendre l’égalité, l’égalité face au risque."
Je pense que l'AFIS, la revue Hardware Canard PC, et la petite dizaine de médecins qui défendent les intérêts du lobby des télécoms, vont se sentir bien isolés face aux signataires de cette pétitions, sans parler des divers APPELS de VRAIS SCIENTIFIQUES INTERNATIONAUX, qui manifestent leur mauvaise humeur depuis le début des années 2000. La mise en examen de Mme Martine Aubry du temps où elle était ministre dans l'affaire de l'amiante face au laxisme sanitaire des nos agences dites de sécurité sanitaire et politiques, ne va certainement pas arranger les choses.


5°) Attaque en règle contre le CRIIREM, preuve qu'il fait peur surtout aux opérateurs.
La revue Hardware Canard PC, déclare, "Tout d'abord le CRIIREM ment ouvertement sur un grand nombre de sujets afin de démultiplier la peur que suscitent les ondes et ne s'embarrassent pas de détail".
Contrairement à certains experts, journalistes, nous, nous n'avons jamais raconté de connerie, toutes les informations disponibles sont vérifiables, surtout quand on affirme que les micro-ondes sont nocives pour la santé. Par manque de chance pour nos détracteurs, j'ai un manuel dont j'ai parlé lors d'une réunion et qui date de 1972, et dans lequel sont référencées plus de 2300 études sur les recherches faites sur les effets avérés des micro-ondes, et un autre manuel qui avant 1985 faisait déjà référence à l'époque à 330 accidents déclarés suite à des expositions chroniques aux micro-ondes. QUESTION, peut-on m'expliquer comment l'académie de médecine peut ignorer les risques des micro-ondes et ces documents ? Il est vrai que quand on est au courant de la catastrophe sanitaire de notre système santé, qui se résume à 10.000 morts suite à des erreurs médicales, 20.000 selon le Pr Even lors d'une émission de télé, et entre 350.000 et 450.000 erreurs médicales par an, on découvre que notre système de santé est loin d'être fiable, comme la presse. Imaginez l'étendue des dégâts si je vidange 2300 références sur mon site. Alors on me répondra que la téléphonie mobile numérique n'existait pas avant 1994, ah bon, dernière nouvelle, la physique des ondes est différentes entre les ondes civiles, militaires, radar et radio. Eh bien il va falloir que vous me sortiez ces nouveaux livres de physique que je ne connais pas.

C'est encore plus marrant de lire je cite que "Et si  le CRIIREM n'est pas indépendant politiquement, son financement est aussi opaque que celui des autres associations", alors que le journaliste de la revue HardWare Canard PC écrit dans le même paragraphe, "sur la tendance supposée de Pierre Le Ruz à mettre un devis sur la table avant toute discussion". Déjà il faut qu'on m'explique comment on peut mettre un devis sur la table, sans avoir eu la moindre discussion avant, c'est nouveau, cela vient de sortir. Cela doit provenir des nouvelles méthodes commerciales qui doivent être enseignées dans nos grandes écoles commerciales, c'est pour ça que la dette de la France est aussi excellente, et pourtant, nous avons mis des polytechniciens partout, et nous pouvons admirer le résultat tous les jours. Nous avons ici une preuve d'affirmation contradictoire, couplé à un amalgame. Visiblement ce journaliste semble ignorer la loi, parce que faire des mesures ou prêter du matériel gratuitement pourrait se traduire pour le coup par des plaintes pour des abus de biens sociaux. En somme je résume, si on lit les propos du journaliste, il n'y a que l'industrie qui a le droit de se faire du pognon sur le dos de la population française en détruisant sa santé au besoin, mais par contre les associations ou même les cabinets ou les sociétés qui font de la prévention contre les risques avérés de l'industrie, n'auraient pas le droit de se faire payer leurs interventions.

Même l'armée a maintenant des armes micro-ondes antipersonnelles, et c'est nous les menteurs, on croit rêver. Nous avons vu à une époque le résultat d'une certaine presse, qui défendait les intérêts du lobby de l'amiante et du tabac. Pourquoi le CRIIREM dérange autant, y compris certaines associations anti-ondes. C'est simple, Pierre le Ruz et moi même,  nous avons commencé à travailler sur les sources micro-ondes et radars dans le milieu des années 70 (radar), contrairement à certains donneurs de leçons, qui n'ont jamais travaillé sur les micro-ondes, et d'autres qui sont arrivés largement après nous, après 2002 (j'expliquais les risques sur le net dès 1998), et qui se sont emparés du sujet pour des raisons politiques ou autres, et je ne parle pas des anti-militaristes primaires. En plus beaucoup de ces médecins et académiciens qui se présentent comme expert, n'ont jamais travaillé de leur vie sur la moindre source micro-onde, et encore moins monté un seul labo. Sauf que suite à la question du journaliste Jonas Pool, de la radio Suisse Romande qui me demandait, "Quels sont les qualités à avoir, si on veut être reconnu officiellement comme un expert des ondes électromagnétiques?", je lui répondais, "Ah, si vous défendez les lobbies industriels, il n'y a pas du tout de problème, vous serez immédiatement reconnu comme expert," y compris par les politiques, même si vous n'y connaissez rien.

Cela fait deux attaques dont le CRIIREM (lien 242) est victime en moins de deux mois, la première en juin venait de M. Desreumaux de Bouygues Télécom sauf que première révélation, nous avons appris que Bouygues Télécom souhaite se débarrasser de 2000 de ses antennes relais auprès d'un fond de pension de Parisbas, tiens personne n'est au courant, et cette affaire ne fait aucun bruit dans les médias. J'ignore si cela à un lien avec "une brésilienne". Alors que la revue Hardware Canard PC se permet d'écrire que nous mentons pour faire peur, curieusement ce journaliste qui n'a d'ailleurs pas signé son article, ne dénonce pas le laxisme de nos agences dites de sécurité sanitaire. L'affaire du Médiator est un parfait exemple, où même certains journalistes de la télé commencent à se demander si ces agences sanitaires ont encore une utilité. D'ailleurs nous mentons tellement bien, que ce n'est pas nous qui avons fait une étude, pour démonter l'augmentation du taux de mortalité, quand on se rapproche des antenne relais de téléphonie mobile, un détail dont cette revue a oublié de vous parler. Une étude brésilienne de 2011(sujet 243), nous montre l'augmentation du taux de mortalité par rapport à la distance des antennes. Ci-dessous je remets le diagramme chiffré de l'étude brésilienne, qui repose sur 3 bases de données pour les recoupements.

augmentation du taux de mortalité, des décès par cancer mortel, suite à l'exposition à la pollution électromagnétique à côté des antennes relais de la téléphonie mobile

Même les rats sont psychosomatiquement dérangés, ils meurent à 60%
quand ils sont exposés aux bonnes ondes d'une borne GSM.

taux de mortalité desrats et des humains par rapport à la distance des sources micro-ondes, des antennes relais de la téléphonie mobile

Déjà dès 1974, une étude démontrait le taux de mortalité des rats par rapport à des durées d'expositions fixée en minutes à diverses fréquences, qui sont utilisées aujourd'hui par l'industrie des télécoms, comme par hasard, nous y trouvons le 900 MHz, utilisé par le GSM, le 2,4 GHz utilisé par le Wifi et les fours, et le 5 GHz utilisé aussi par du Wifi et des radars, preuve que des scientifiques et autorités connaissaient les effets néfastes des micro-ondes.

Je vous demande ici de quel côté sont les menteurs, vous avez la preuve du manque de fiabilité de la presse. On pourrait parler de dizaines d'affaires, où même Radio Vatican (lien 187) avait été menacé de coupure d'électricité s'il ne baissait pas la puissance de ses émetteurs, de l'armée américaine qui avait été contrainte de couper dans plusieurs pays ses sites d'émission, suite à des problèmes de santé sur la population. Et que dire des députés UMP, qui ont été jusqu'à refuser en 2011 l'implantation d'un radar de dernière génération à côté de Reims, aurait-il des informations que la population n'a pas.

L'armée de l'air stoppe le radar de Sommepy pour raison de sécurité sanitaire.
(Durée 2,40 mn)

Deuxième révélation de cette page, pour ne rien arranger, des milliers de militaires se retrouvent avec des problèmes de santé, certains ont même été démobilisés, alors qu'ils ont respecté la distance de sécurité par rapport au brouilleur, mais on a juste oublié de leur dire qu'il y avait aussi des durées d'exposition à respecter. Dans certaines docs constructeurs, j'ai même vu qu'une ligne dans un paragraphe avait été modifiée, et que la valeur du seuil autorisée avait été effacée, alors qu'elle est déjà très élevée. La situation est devenue tellement grave dans des pays comme l'Afghanistan et l'Iraq, qu'en décembre 2011, l'armée US a été contrainte d'émettre un document pour réclamer des retours d'informations sur des pathologies suite à l'exposition chronique des soldats aux sources micro-ondes, qui n'ont pourtant pas la puissance de nos antennes relais. Ces sources sont utilisées pour brouiller les téléphones portables qui sont utilisés comme détonateurs pour faire sauter des bombes qui sont dissimulées sur les routes. En ce qui me concerne j'ai toujours eu des logiciels de calcul étranger pour déterminer les distances de sécurité, et en-dessous de 10 ou 15 GHz, on applique toujours une durées de référence de 6 minutes, car là aussi, aucun journaliste ne vous a jamais dit que les seuils n'avaient jamais été prévus pour des durées d'exposition permanente. Et pour cause, la presse n'est pas là pour vous donner la vérité, mais pour cultiver les budgets qu'elle peut obtenir de l'industrie ou en échange de certains scoop, pour taire d'autres informations beaucoup plus compromettantes.

Mise au point technique.
Que ce soit dans la marine ou dans l'aéronautique, tous les manuels constructeurs spcofoes que les micro-ondes sont nocives. Il n'y a que les vendeurs de Jammers à dos d'homme pour les militaires, qui font l'impasse sur cette information et sur les limites de sécurité. Problème, les USA et la Belgique ont été contraint d'ouvrir des enquêtes. Les limites de sécurité n'ont jamais été prévues pour des durées d'exposition permanentes, et ceux qui affirment le contraire doivent être considérés des criminels. Le Dr Anne Perrin du service de Santé des Armées, a été contrainte de dire qu'effectivement à partir de certains niveaux il était nécessaire de prendre en compte la durée d'exposition lors d'une conférence, où étaient présents du personnel de la DGA et de Thalès.


6°) L'association AFIS sur les Pseudo-Sciences, MILITANTE de l'INDUSTRIE.

Cela ne serait pas complet, si au passage je ne signalais pas que la revue regrettait je cite, "le scepticisme anglo-saxon n'est jamais parvenue à s'imposer" (sic). Sauf que même en Angleterre dès le début des années 2000, il ne faut pas prendre les anglais pour des billes, car Orange avait aussi fait l'objet de plaintes en Angleterre. Quant à la compagnie d'assurance Lloyds, dès 1999, elle refusait d'assurer les opérateurs. De plus je précise que même nous qui sommes dans le domaine du professionnel, nous avons été contraints de travailler sur les études anglo-saxones, car la France à un très lourd déficit pour ne pas parler d'handicap, sur tout ce qui touche à la recherche sanitaire, nous sommes reléguer au rang du moyen-âge, ce qui vous donne une idée de l'étendue des dégâts.
Cette revue précise que l'AFIS, édite "un trimestriel baptisé, Science et Pseudo-sciences qui analyse de manière rationnelle les débats sociétaux liés à une controverse scientifique". Je vous recommande donc de prendre les noms des parrains (lien 165) de chaque auteur des articles, vous découvrirez en peu de temps que tous les auteurs des articles ont des liens avec l'industrie (lien 181). Nous y retrouvons comme parrain scientifique, l'infatigable Dr André Aurengo, ex-conseiller scientifique de Bouygues Télécom, que nous retrouvons aussi dans l'association Net-Santé-Environnement (lien 228) --- avec M. Roland Masse désormais conseiller scientifique de Bouygues Télécom et de l'Académie des Technologies, qui défend l'intérêt des opérateurs --- qui peut créer une confusion avec l'association Association Santé Environnement France (ASEF) --- qui regroupe 2500 médecins --- qui dénonce les effets pervers des micro-ondes de la téléphonie mobile sur les habitants. Cela m'a d'ailleurs beaucoup fait rire en voyant que des experts journalistes (sic) adeptes du pluralisme scientifique, ne savaient pas faire la différence entre une étude, et une enquête (liens 228). En plus un article intitulé "les scientifiques en colère", est un titre très trompeur, car il ne représente qu'en réalité la parole des experts dits officiels qui sont tous liés aux opérateurs, comme quoi, le pluralisme scientifique à ses limites et il n'est plus crédible, et il devrait suscité désormais la "MÉFIANCE".


Page 74, les autres associations.

L'association Priartem.
La revue parle aussi de l'association Priartem qui semble attirer les faveurs de la revue qui précise que Priartem veut "faire imposer ses idées en utilisant un lobbying intelligent et passif." L'attitude du journaliste de cette revue est curieuse, car à plusieurs reprises des manifestations étaient soutenues par Priartem, alors que le CRIIREM qui concentre les attaques du journaliste n'organise pas de manifestations, on se pose donc des questions. Le CRIIREM intervient à la demande de demandeurs, où il donne des informations plutôt techniques lors des réunions, ce qui a le don d'énerver les opérateurs, qui ont souvent balancer des mensonges lors de réunions d'informations du public. Par exemple vers 2002 on a régulièrement entendu que le 217 Hz n'existait pas dans GSM, alors qu'il s'agit d'une fréquence de récurrence de trame, qui est nécessaire au fonctionnement du protocole GSM. Comme le savent les spécialistes du cortex cérébral, et surtout le Pr Ross Adey qui en avait fait la démonstration dans les années 60/70, la modulation perturbe le spectre cérébral. En 1958/1959, il avait fixé un boîtier dur les crânes des singes, qui permettait de retransmettre le spectre cérébral des singes vers des enregistreurs, pour étudier leur réaction à des stimulis.

L'association Robin des Toits.
Ensuite le journaliste devient moins aimable en passant à l'association Robin des Toits. Il lui reproche de soutenir le 0,6 V/m pour l'exposition maximale du public, valeur qui a été retenue depuis longtemps par des scientifiques étrangers, et même soutenue par Pierre Le Ruz du temps de l'ABPE. Le Pr Ross Adey, scientifique de la NASA, ex-consultant de la Maison Blanche, faisait parti de ceux qui recommandaient le principe ALARA, avec des niveaux aussi faibles que possible, après avoir découvert que les rayonnements de faible niveau à un seuil non thermique générait des effets délétères sur le biologique. D'ailleurs le journaliste passe délibérément sous silence et élimine les effets non thermique, alors que l'opérateur ATT a été condamné en 2007 par la cour suprême d'Alaska, suite à l'exposition chronique d'un travailleur exposé à un niveau non thermique pourtant inférieur aux seuils fixés par les diverses normes officielles en vigueur (lien 178), en plus avec l'aide d'experts membres de l'IEEE, preuve que cette revue ne maîtrise pas du tout le sujet des ondes radioléectriques. Or dans le cadre d'une expertise en justice, il est obligatoire de prendre en compte les derniers faits connus, et de ne pas se reposer uniquement sur des études dépassées par des faits avérés. Le journalistes dénoncent les pressions des collectifs de Robin des toits, en oubliant de parler de tous les scientifiques et journalistes qui ont fait l'objet de pressions et d'intimidations de la part du lobby des télécoms. La plus flagrante concernait les agissements de la FFT suite à la diffusion d'une émission sur france 3 en avril 2011, qui a d'ailleurs provoqué ma réaction (liens 210), par l'envoi d'une lettre de mise au point à tous les députés, y compris à des ministres. Il faut aussi rappeler que les opérateurs violent régulièrement des circulaires techniques, qui peuvent entrainer des poursuites à l'encontre des maires, qui ne sont pas protégés malgré la décision prise par le Conseil d'Etat (lien 219). Contrairement à ce qui a été déclaré par une presse complaisante et même par certains avocats, des maires peuvent s'opposer à l'implantation d'antennes relais ou être containts de les faire démonter dans des cas très précis, ce qu'a bien évidemment oublié de dire le conseil d'état (lien 219), dont trois de ses membres sont partis pantoufler chez les opérateurs, et un autre avait eu par le passé des liens avec Bouygues Télécom.

Il est très intéressant de voir aussi que nous sommes critiqués sur des forums par des individus qui transforment nos propos, ou qui nous attribuent des erreurs qui ont été commises par d'autres en raison de leur incompétence technique. Voilà ce qui est écrit par le journaliste page 71 de cette revue informatique :
 
 
"le fabricant de tout appareil garantit que son produit ne générera pas plus de 3 V/m, et ne sera pas perturbé par un champ de plus de 3 V/m."

Page 75, le journaliste revient une fois de plus sur le seuil du 3 V/m, car Robin des Toits demandent à juste titre d'ailleurs "le respect de la légalité, c'est le respect d'un seuil maximal de 3 V/m". Je dois préciser que le Président du CRIIREM a déjà expédié par le passé des courriers pour demander le respect des règles de compatibilité électromagnétique, et que moi même je l'ai aussi rappelée lors de réunions, mais il n'y a jamais eu de réponses des autorités concernées par ce sujet. La réglementation en matière de compatibilité électromagnétique était définie par la directive 89/336/CEE, qui a été remplacée en 2007 par la nouvelle directive Européenne 2004/108/CE, qui a été transposée en droit français par le décret n°2006-1278. Un appareil ne doit pas générer de perturbations électromagnétiques à un niveau qui perturberait le fonctionnement normal des appareils situés à côté, y compris des systèmes radioélectriques. S'il est exacte que cette valeur n'a rien à voir avec les aspects sanitaires, elle peut concerner en revanche les effets indirects en cas d'accident ou d'homicide par imprudence liés aux problème de la compromission électromagnétique, n'en déplaise à certains. La totalité des équipements est concernée par ce problème. Quand les autorités sanitaires, ministères et opérateurs ont découvert qu'il existait un problème, ils se sont juste inquiétés des problèmes des stimulateurs cardiaques et quelques autres appareils, qui équipent quelques personnalités politiques. Il a donc été décidé d'adopter un seuil à 10 V/m, ce qui en réalité ne règle rien au problème. En effet, si vous êtes dans le métro, dans dans le bus ou le TGV, vous pouvez avoir une ou plusieurs personnes à côté de vous qui utilisent un portable, et même à 50 cm dans ce cas on peut mesurer de 10 à 30 V/m. Il est évident qu'en voiture pour une personne appareillée, le portable doit être formellement interdit y compris aux passagers. Et puis de toute façon, certains constructeurs automobiles écrivent dans leur notice qu'il ne faut pas utiliser un portable à bord, car il peut planter le calculateur de bord, mais personne ne vous le dit quand vous achetez un véhicule.

La norme EN 61000-4-3 qui a été faite par le CENELEC dit que pour les fréquences de 80 MHz et 1000 MHz, on ne doit pas émettre à 10 mètres des champ électriques supérieurs à quelques centaines de µV/m et que les appareils doivent pouvoir fonctionner avec un niveau d’immunité qui doit être inférieur à 3 V/m, niveau qui peut être encore plus restrictifs pour des équipement critiques, notamment dans  le domaine médical, avioniques, automobiles, et autres. Les appareils médicaux d’assistance vitale doivent répondre à la norme, EN 60601-1-2 2ème éditions, qui impose désormais un niveau d’immunité à 10 V/m entre 800 MHz et 2500 MHz. La directive 2004/108/CE impose une obligation de résultats et le respect des normes CEM CEI-61000-4-3 qui sont appliqués aux appareils standards et fixent à 3 V/m le niveau limite des champs électromagnétiques que doivent supporter ces appareils, dans le cas contraire ils ne peuvent pas obtenir la marquage CE.

Les exigences de la lois sont aussi précisés dans l’article L32 du code des Postes et Télécoms au point 12, et transpose l’article 3 de la directive 1999/5/CE, où vous avez là aussi l'obligation de tenir compte des risques pour la santé mais aussi de garantir le respect des règles sur la compatibilité électromagnétique, ce qui s'applique aussi bien à des appareils d'émissions portables, mais aussi à des sources d'émission fixes, de téléphonie mobile, de radiodiffusion, de télévision, radar et autres... Une sérieuse mise en garde doit être adressée aux journalistes qui n'ont pas compétence dans la CEM, et aux individus qui se répandent dans les forum, car il est clairement spécifié dans les circulaires médicales, que ces normes ne garantissent pas pour autant la fiabilité des équipement médicaux, qui peuvent être perturber par des champs inférieurs aux normes en vigueur. Il est évident que ceux qui bafouent le contenu de ces circulaires médicales, se mettent dans une situation de hors la loi, qui peut les exposer à des poursuites judiciaires, pour mise en danger volontaire de vie d'autrui.
 
 
Législation communautaire en vigueur. 

Document 399X0519 
1999/519/CE: Recommandation du Conseil, du 12 juillet 1999, relative à la limitation de l'exposition du public aux champs électromagnétiques (de 0 Hz à 300 GHz) 
Journal officiel n° L 199 du 30/07/1999 p. 0059 - 0070 

Texte: 

RECOMMANDATION DU CONSEIL 
du 12 juillet 1999 relative à la limitation de l'exposition du public aux champs électromagnétiques (de 0 Hz à 300 GHz) (1999/519/CE) 

           .../... 

(13) la conformité aux restrictions et aux niveaux de référence recommandés devrait fournir un niveau élevé de protection par rapport aux effets avérés sur la santé qui peuvent résulter de l'exposition à des champs électromagnétiques, mais ne pourra pas nécessairement empêcher des problèmes d'interférence avec des appareils médicaux tels que le prothèses métalliques, les stimulateurs cardiaques, les défibrillateurs, les implants cochléaires et d'autre implants, ni des effets sur leur fonctionnement; des problèmes d'interférence avec des stimulateurs cardiaquespeuvent se produire à des niveaux inférieurs aux niveaux de référence recommandés, et ces problèmes devraient donc faire l'objet de précautions appropriées qui, toutefois, n'entrent pas dans le champ d'application de la présente recommandation et sont traitées dans le cadre de la compatibilité électromagnétique et de la législation relative aux dispositifs médicaux;

Il est donc évident que les règles de la CEM sont en complète contradiction avec la recommandation européenne N°1999/519/CE qui a été transposée en droit français par le décret 2002-775, car nous sommes ici avec 2 réglementations en totale opposition, bien que l'ANSES affirme le contraire. De plus l'article L32 spécifie bien que les deux règles doivent être prises en compte, celle sur la santé et aussi sur la compatibilité électromagnétique.

L'académie de Médecine.
Pour finir, le journaliste apporte son soutient à l'académie de médecine, dont certains de ses membres ont été gravement mis en cause à de nombreuses reprises pour leurs liens avec les industriels. Visiblement il n'a jamais regardé les émissions sur l'amiante, où certains des médecins interrogés se sont littéralement assis sur les risques de l'amiante. D'ailleurs plusieurs reportages étaient tellement dérangeants qu'ils ont été effacés de la toile, en raison de la loi Hadopi qui à l'avantage de faire disparaître les scandales au nom des droits à l'image, ce qui est compréhensible pour les sociétés de production, mais un sérieux problème pour la sécurité sanitaire nationale. Et ne parlons pas des vaccins et labos pharmaceutiques, ni même des circulaires de mise en garde sur l'aspartame qui ont été diffusé à l'attention des pilotes au milieu des années 90. Le journaliste défend le Dr André Aurengo vilipendé par les vilains petits anti-micro-ondes, qui s'est pourtant aussi fait remarqué dans le dossier de Tchernobyl, dont les nuages s'étaient tous arrêtés après avoir constaté la présence de la douane à la frontière. Tous ces médecins si soucieux de notre santé ont  laissé la population française s'empoisonner avec des légumes contaminés par des pluies radioactives, pendant qu'en Allemagne ils étaient détruits. D'ailleurs tous les douaniers qui étaient en charge de la décontamination des camions qui venaient de l'Est sont tous décédés, autre secret bien gardé par ces journalistes très indépendants, et si soucieux du pluralisme scientifique. Autre question, que fait cette académie de médecine et les agences de sécurité sanitaire contre les 350.000 à 400.000 erreurs médicales par an, et contre les experts et médecins qui affirment qu'il n'existe aucune durée d'exposition lors d'exposition aux micro-ondes, la réponse est RIEN.



 
  Retour au chapitre sur les antennes relais de la téléphonie mobile
  Retour au SOMMAIRE du SITE.
  TRANSLATE - TRADUIRE.
Nom du site   Risques sanitaires des champs électromagnétiques, santé, cancer, leucémie, tumeur
Adresse du site danger risque sanitaire de la pollution électromagnétique santé cancer leucémie tumeur du cerveau
Auteur du site : Marc FILTERMAN
Adresse e-mail : marcfilterman@hotmail.com
© Protected by Copyright - Reproduction interdite.