© Protected by Copyright - Reproduction interdite.
Adresse du site
sites de secours
danger risque sanitaire de la pollution électromagnétique santé cancer leucémie tumeur du cerveau
Nom du site   Prévention sur les risques professionnels sanitaires des micro-ondes
Auteur du site   Marc FILTERMAN
Adresse e-mail   marcfilterman@hotmail.com
  TRANSLATE - TRADUIRE
  Retour au Sommaire du site
  Retour au chapitre sur la pollution électromagnétique des micro-ondes



255°) La revue Hardware Canard PC (p76/77) tente de discréditer les études scientifiques
qui prouvent les risques des ondes et dérangent le lobby des télécoms.
Introduction page 76/77.
Sur cette page, le journaliste de la Revue Hardware Canard PC de juillet/août tente de discréditer les études qui démontrent des effets nocifs des ondes, mais en précisant la source de ses informations, qui ne fait aucun doute sur son origine. Même s'il prétend avoir consulté les associations anti-ondes, on reconnaît l'origine des informations, qui viennent des experts dits officiels qui sont la solde des opérateurs et de la FFT ex-AFOM. A la lecture de leur dossier de 22 pages, on se rend tout de suite compte que l'article est pro-industrie, et qu'il ne dénonce aucune des fraudes scientifiques de l'industrie. Il ne se prive pas de diffamer carrément certaines associations et études indépendantes. Il n'émet surtout aucune critique négative à l'égard des quelques "experts officiels" cités, et qui sont liés à l'industrie. Sauf que la position du lobby des télécoms devient de plus en plus intenable, au point où même le Congrès américain vient de demander au General Accountability Office (GAO), un organisme d'enquête, de mener une enquête sur les risques des micro-ondes de la téléphonie mobile. L'armée s'est vue contrainte d'émettre un document d'enquête en décembre 2011, dans le but de recenser les militaires qui ont des pathologies identiques à celles que nous retrouvons dans le syndrome des micro-ondes. De nombreux militaires ont été impactés, par les ondes des brouilleurs qui sont installés sur tous les blindés, et qui ont pourtant une puissance plus faible que les antenne relais GSM. Ils servent à brouiller les émissions des téléphones portables ou autres appareils radios portables, qui sont utilisés pour déclencher des bombes dissimulées sur les routes dans les pays en guerre. Les militaires belges ont été contraints à une enquête dès 2008.

En 2011, le directeur de l'Institut national sur l'abus des drogues avait publié un article dans JAMA, qui précisait que 50 minutes d'utilisation du téléphone portable, modifie le métabolisme du glucose au niveau de la tête. On sait là aussi que les ondes ont un effet sur les diabétiques et aussi sur les taux de CRP, CHSP, tryglicéride, flux d'ions de calcium, potassium, sodium, sérotonine, dopamine (liens 17), etc, autant d'éléments qui sont ignorés par ce journaliste, l'académie de médecine et les agences de sécurité sanitaire, mais que je signalais déjà dans une lettre aux députés et ministres en juillet 2001. Bien que les aspects des risques des micro-ondes aient été rappelés le 17 septembre à Mme Marissol Touraine, Ministre de la santé, avec en pièce jointe une lettre qui avait été adressée en 2009 à l'AFSSET sur des accidents liés aux expositions chroniques, ce ministère est toujours aux abonnés absents, contrairement à l'Elysée qui a déjà répondu. Si ceux qui sont concernés directement par la santé ne répondent pas, on peut se poser de sérieuses questions sur l'utilité et le fonctionnement de ce ministères, à moins qu'il soit sous le contrôle total des industriels, qui sont d'ailleurs très sérieusement mis en cause, surtout dans le domaine pharmaceutique. Comme le déclarait le Pr Philippe Even, il ne fait aucune confiance aux études menées par l'industrie pharmaceutique, où il a pu constater des fraudes multiples dans les études, des résultats falsifiés, mais on peut en dire autant pour les autres, OGM, tabac, téléphonie mobile, etc, la preuve avec ce qui suit.

Déclaration du Pr Allen Frey.
Le 25 septembre dernier, le Pr Allen Frey, un pionnier des risques des CEM bas niveau fait une déclaration.
 
 
"Par exemple, après que mes collègues et moi ayons publié en 1975 que l'exposition à des rayonnements micro-ondes faible niveau ouvre la barrière  hémato-encéphalique (BHE), une barrière de protection du cerveau, le Brooks AFB Group a choisi un laboratoire pour soi-disant répliquer notre expérience. Depuis 2 ans, ce laboratoire a présenté des données lors de conférences scientifiques indiquant que les rayonnements micro-ondes n'ont aucun effet sur la BHE. Après de nombreuses pressions de la communauté scientifique, il a finalement révélé qu'il n'avait pas répliqué notre travail. Nous avions injecté un colorant dans la veine fémorale des rats de laboratoire, et après une exposition aux micro-ondes, nous avons observé le colorant dans le cerveau dans les 5 minutes. L'institution de Brooks avait planté une aiguille dans le ventre de l'animal et pulvérisé le colorant sur leurs intestins. Ainsi, il n'est pas surprenant que lorqu'il regardait le cerveau 5 minutes plus tard, il ne voyait pas de colorant, le colorant n'était pas dans le système circulatoire."

Même les études de réplication qui sont exigées à grand cri par les opérateurs sont frauduleuses, car systématiquement les protocoles de test sont modifiés pour ne rien trouver, mais ne compter pas sur cette presse pour vous le révéler. La fraude la plus courante comme je l'expliquais déjà en 2000, consiste à diminuer les durées d'exposition, pour n'obtenir aucun résultat défavorable pour le lobby des télécoms.
 

1°) La métanalyse de l'ANSES.

Il s'agit en réalité de la méta-analyse de l'AFSSET de 2009, sauf qu'en France nous avons la sale habitude de changer les noms des agences quand elles commencent à accumuler trop de batteries de casseroles. Le lobby des télécoms devait trouver une possibilité de réagir face au rapport bioinitiative qui le dérangeait, par une attaque en règle contre les études qui prouvaient la nocivité des champs électromagnétiques.
Le journaliste de la revue Hardware Canard PC de juillet 2012 reprend la conclusion du rapport de l'AFSSET de 2009, qui spécifiait que le rapport mettait en évidence l'existence d'effets radiofréquence, car il ne peut pas faire autrement, mes remarques sont en bleue :
 
"Le rapport de l’Afsset met en évidence l’existence d’effets des radiofréquences sur des fonctions cellulaires, rapportés par une dizaine d’études expérimentales considérées par l’Afsset comme incontestables. Néanmoins aucun mécanisme d’action (FAUX) entre les radiofréquences et les cellules pour des niveaux d’exposition non thermique n’a été identifié à ce jour (AUCUNE étude n'a été réalisée avec des expositions à des seuils non thermiques, l'information du publique est donc manipulée dans le cas présent). De même le niveau de preuve épidémiologique concernant des excès de certaines tumeurs reste très limité (mais existent) . A contrario, un nombre important d’études ne rapporte pas d’effet particulier (dont les 4/5ème sont financées par les opérateurs). Au total, le niveau de preuve n’est pas suffisant pour retenir en l’état des effets dommageables pour la santé comme définitivement établis. Pour l’Afsset ils constituent des signaux indéniables."

Trois mécanismes sont connus et sont précisés depuis 1972 dans les manuels militaires sur les pathologies professionnelles dans l'aviation, on se demande à quoi servent tous ces experts et académiciens.
 Trois mécanismes ont été identifiés dès 1972  Effets biologiques
 Mécanisme d'orientation électromagnétique  Troubles cellulaires
 Mécanisme de saturation diélectrique   Troubles tissulaires
 Mécanisme sensori-moteur  Troubles cliniques

Lors d'un colloque en 2000, les opérateurs et leurs experts, comme M. Veyret, le Dr Aurengo et autres se permettent de faire une différence entre effets biologiques et pathologiques, ce qui est totalement absurde médicalement, comme l'expliquait d'ailleurs le Professeur Mouthon de l’école vétérinaire d’Alfort qui déclarait :
"Je voudrais simplement intervenir sur l’affirmation que des effets biologiques sont différents des effets pathologiques. C’est proprement monstrueux de dire cela, presque anti-académique, car on sait bien que les troubles commencent toujours par des troubles métaboliques puis ensuite par des troubles cellulaires puis tissulaires avant que n’apparaissent des troubles cliniques. S’appuyer sur un tel argumentaire me paraît proprement scandaleux et anti-scientifique."

Cette revue informatique explique mais avoue car il ne peut pas faire autrement, que "les quelques études épidémiologiques qui montrent un accroissement de cancers sont marginales, probablement affublées de biais méthodologiques et ne pèsent pas lourd face à l'écrasante majorité qui ne mettent rien en évidence." Sauf qu'on peut affirmer aussi que les études qui ne trouvent rien sont systématiquement financées par l'industrie des télécoms, et que même les études répliquées sont entachées de fraudes comme nous l'avons vu en début page, et aussi en baissant les puissances ou les durées d'exposition.

L'AFSSET était tellement indépendante du temps où elle était dirigée par Mme Védrine, qu'elle a fait l'objet d'une enquête de l'IGAS en 2006 (lien 90). A l'époque, aucun DPI d'expert (déclaration publique d'intérêt) n'était publié, et de toute façon ils ne font l'objet d'aucun contrôle par les agences sanitaires.
 

L'IGAS sera contrainte d'enquêter sur les comportements de l'AFFSE,
et aussi sur des experts, qui ont des liens avec les opérateurs.

Durée : 1,47 minute

 
 
Habiter près d'une tour de téléphonie cellulaire peut être très nocif, selon une étude publiée par National Research Council Journal.
Une étude montre que de FAIBLES niveaux de rayonnement micro-ondes des tours de téléphonie mobile fait augmenter le cancer et de nombreuses autres maladies.

Ces maladies " sont en relation avec l'exposition aux micro-ondes " et se produisent bien au-dessous des limites de sécurité de Santé Canada

L'étude co-auteur, du Dr Henry Lai de l'Université de Washington révèle que les niveaux de rayonnement micro-ondes qui ont causé des leucémies chez les employés de l'ambassade américaine à Moscou dans les années 1970, sont maintenant couramment rayonnés par les antennes relais de la téléphonie cellulaire dans les quartiers où nous vivons.

05/11/210 - Dr. Henry Lai, University of Washington
 

Comment informer la population, même quand les journalistes de cette presse pro-industrie mentent délibérément, et passent sous silence une multitude d'études. Les agences d'insécurité sanitaire on même fait des protocoles pour éliminer les études qui ne répondaient pas à leurs critères, ou plutôt ceux de l'industrie. Quoi de plus normal quand leurs experts sont liés à l'industrie. Le Pr Philippe Even lors d'une émission diffusée en octobre sur Arte que « Plus de la moitié des experts de nos commissions ministérielles d’évaluation des médicaments sont très étroitement liés financièrement à l’industrie pharmaceutique. Au point que certains présidents des commissions de l’ancienne étaient liés par dix à cinquante contrats avec l’industrie pharmaceutique ». C'est plus facile pour certains journalistes de taper sur les associations qui défendent les victimes, que sur les poids lourds de l'industrie, surtout quand il y a des budgets à la clef pour des campagnes publicitaires. Pourquoi certains ministres sont très gênés par ces révélations, tout simplement parce que certaines fondations dirigées par des parlementaires, sont aussi sponsorisées par des laboratoires pharmaceutiques, y compris par ceux qui ont fait scandale dernièrement.
 

2°) Le Rapport du SCENIHR de 2009.
Un autre machin des institutions européennes infiltré là aussi par les experts de l'industrie, qui prétend protéger votre santé, et qui déclarait : " Il n'y a pas de preuve que l'exposition aux radiofréquences produits par l'utilisation des téléphones mobiles augmente le risque de cancer sur une période d'au moins dix ans."

C'est le même topo, les mêmes méthodes que pour les OGM, l'amiante, Tchernobyl, avec plein d'experts dotés de titre pompeux, qui vous expliquent qu'il n'y a aucun risque. Vous pouvez être certains que nos institutions nationales et européennes de la santé prennent soin de notre santé. Quand on a des experts qui vont jusqu'à même ignorer les études sur l'électrophysiologie, on peut en déduire que nous avons des patients qui sont arrivés à une phase critique de la maladie d'Alzheimer. Quand on élimine toutes les recherches qui ont été faites avant 1994, au motif que la téléphonie mobile GSM n'existait pas, on est dans de la fraude caractérisée avec préméditation, car tous les spécialistes savent depuis les années 70 que les rayonnements bas niveau ont des effets nocifs sur le biologique. Il faut dire clairement que nous avons des médecins qui sont des charlatans, car il est inadmissible de déclarer qu'aucune étude ne démontre les effets des champs électromagnétiques sur la santé. Les premières études qui sont oubliées par nos académiciens et polytechniciens remontent à d'Arsonval dans les années 1900, ce qui en dit long sur la probité de tous ces experts.
 

3°) La monographie de l'OMS.
Il est quand même précisé dans l'article que ces bonnes ondes inoffensives ont quand même été classées en catégorie 2B, "peut être cancérigène pour l'homme". Dès 1972 dans un manuel de médecine navale nous avions déjà 2300 études référencées sur les bonnes ondes dites inoffensives par nos experts, et plusieurs centaines d'accidents signalés chez des professionnels suite à des expositions chroniques. Toutes ces études sont éliminées, au motif que la téléphonie mobile n'existait pas avant les années 90, sauf qu'il n'y a pas de différence entre la physiques des micro-ondes d'avant 1990, et celle d'après 1990, de même qu'il n'y a pas de différence entre les ondes militaires et civils, ce sont juste les modulations et puissance qui sont différentes. Une certaine presse a participé à la fraude scientifique des agences dites de sécurité sanitaire.

Le journaliste de la revue parle de la "fameuse étude Interphone", pourquoi fameuse, on ne le sait pas, mais il précise quand même qu'elle montre un risque accru des gliomes de 40 %. Pour ce qui est des neurinomes de l'acoustique, ces derniers sont passés à la trappe dans le rapport final, tellement les résultats étaient catastrophiques. Il faut aussi préciser que la publication de l'étude a été reportée au moins 3 fois, et qu'il a été nécessaire d'attendre 4 ans avant de voir cette étude publiée. La première étude Interphone de 2004 du Pr S. Lönn et al., de l’Institut de médecine environnementale suédois de Karolinska sur le neurinome de l’acoustique, « Mobile phone use and the risk of acoustic neuroma », mettait en évidence une multiplication par 4 des risques de neurinomes de l’acoustique après 10 ans. Idem pour l'étude de 2004 de Christensen et al., «Cellular telephone use and risk of acoustic neuroma ». Curieusement, SFR écrit comme vous pouvez le vérifier par vous même sur son site « il n’a pas été trouvé d’augmentation du risque de neurinome de l’acoustique chez les utilisateurs réguliers de téléphone mobile et chez ceux qui ont commencé à l’utiliser régulièrement dix ans ou plus avant la date de référence ». Il ne faut jamais lire les conclusions des études, car elles toutes sont systématiquement faussées et corrigées par les industriels, Toutes les conclusions des études sous contrôle de l'industrie sont systématiquement FRAUDULEUSES, exemple :
 
 
Conclusions : Il n'y avait pas d'augmentation du risque de neurinome de l'acoustique avec l'utilisation régulière d'un téléphone portable ou pour les utilisateurs qui ont commencé un usage régulier 10 ans ou plus avant la date de référence. 

Il est précisé que "les chiffres élevés observés pour les appels cumulés les plus importants pourrait être due au hasard, par les biais de déclaration ou d'un effet causal. Le neurinome de l'acoustique est généralement une tumeur à croissance lente, l'intervalle entre l'introduction de la téléphonie mobile et l'apparition de la tumeur aurait été trop courte pour observer un effet, s'il en existe un."


 

L'étude Interphone démontre une augmentation de certains cancers 
de 60 à 120 % chez les utilisateurs de portable après 10 ans.
Le risque de gliome est 2 fois plus important.
Durée : 3,53 minutes

Les cancers du cerveau se retrouvaient plus souvent chez les opérateurs radar et techniciens radio.
Il ne faut jamais se fier aux conclusions, il faut toujours lire l'intégralité des études pour y découvrir les perles.
 
 
"Après la première utilisation du téléphone portable on avait 0,83 (0.58 à 1.19) et après 1640 h de temps d'appel cumulé il était de 2,79 (1,51 à 5,16)."

L'augmentation des tumeurs est aussi mise en évidence dans les études de Lahkola et al en 2007, Takebayashi et al en 2008, etc...
Le document interphone du 8 octobre 2008 confirme l'augmentation des tumeurs chez les utilisateurs de portables.

 
L'Organisation Mondiale de la Supercherie a encore frappé (24 mai 2010).
Le téléphone portable ce n'est pas dangeureux, mais faite gaffe quand même,
on ne vous garanti pas que vous n'aurez par une tumeur à 30 ans,
et si elle est incurable, tu meurs.
Pour le Pr Van Der Vorst la plaisanterie commence à bien faire.
Durée : 2,34 minutes
C'est là que nous voyons que nous sommes dans un système voyou et corrompu, avec des institutions qui protège les intérêts exclusivement financier de l'industrie, et se foute carrément de la santé de la population internationale.

Quant à l'OMS, elle a fait l'objet de violentes critiques, quand en plus on a découvert que son principal responsable sur les champs électromagnétiques, le Dr Repacholi, avait reçu 150.000 $ du lobby des télécoms. Mieux on apprend qu'il y avait une volonté de l'OMS d'empêcher la population de faire des mesures.
 
 
Directeur Général Lee Jong - Wook
Avenida Apia 27 1211 Ginebra 27 Suiza 
Motif: Une intervention urgente est requise pour enquêter sur les crimes de l'un de vos employés contre la santé mondiale.

Dear Sir,

Le 5 Juillet 2005, il a été révélé au public que l'un de vos employés, le Dr Michael Repacholi, responsable d'un projet sur l'évaluation des effets sur la santé de la technologie mobile et des lignes de transport d'électricité de l'Organisation Mondiale de la Santé, a perçu 150.000 $ par an de l'industrie des mobiles, et autres indemnités pour des meetings et Voyages. Cela signifie que les règles de l'OMS ont été transgressées, car elles interdisent de recevoir de l'argent directement de l'industrie. En outre, le Dr Repacholi est accusé d'avoir invité les représentants de l'industrie de l'électricité pour revoir l'étude des travaux scientifiques et à participer activement en vue d'évaluer les normes sanitaires à venir sur les champs électromagnétiques émis par les lignes électriques. Les noms des représentants de l'industrie de l'électricité sont très clairs et tous les détails décrits ci-dessous en pièce jointe afin que vous puissiez les consulter.

Le Dr Repacholi systématiquement a minimisé et ignoré pendant des années, plusieurs découvertes scientifiques qui ont une base commune : 

- de nouveaux résultats qui montrent que la technologie mobile n'est pas sans danger et ne peut être distribué librement, sans avoir à en payer prix pour la santé de la population mondiale. Le parti du Dr Repacholi représente une menace pour la santé mondiale (plusieurs millions de personnes sont entre vos mains), et jamais un ennemi a autant menacé le monde. 

Le Dr Repacholi défend les intérêts de l'industrie et endort le public sur les dangers de la technologie, sur les preuves des dangers qui ont été documentées dans des études scientifiques, avec l'approbation des experts. 

Le refus du Dr Repacholi a conduit les gouvernements à prendre des mesures de sécurité appropriées, et a coûté des vies.

Le Dr Repacholi a été invité à répondre aux publications en ce qui concerne l'argent qu'il a reçu directement de l'industrie, et qu'il n'a pas nié avoir reçu directement de l'industrie du mobile, $ 150.000 par an.

Est-ce la politique officielle de l'OMS de coopérer avec l'industrie au détriment du public? Si non, pourquoi cette question n'est pas instruite? Nous vous avons envoyé une pétition internationale pour écarter le Dr Repacholi, pour le bien de l'intérêt public. Nous n'avons reçu aucune réponse de votre part. 

L'Institut Karolinska est l'une des clés de référence de l'OMS, c'est pourquoi nous tenons à attirer votre attention sur le fait que le professeur Olle Johanson a communiqué à la Conférence sur la sensibilité électromagnétique à Prague, et le Dr Repacholi a diffusé de fausses informations concernant la reconnaissance de l'électrosensibilité par le gouvernement suédois. Et ce n'est pas un hasard si à cette conférence, une recommandation a été émise aux gouvernements pour dissuader le public de mesurer le rayonnement dans leur foyer. C'est un énorme préjudice qui a été causé au public, parce que les personnes exposées a des niveaux élevés de rayonnement dans leur maison subissent un risque si on ne leur dit pas comment les détecter. 

Maintenir les gens ignorants et passifs constitue un crime contre le public, en autorisant l’industrie à garder un contrôle total, pour déterminer ce qu'est une approche « scientifique ».

La relation étroite avec le Dr Repacholi et l'industrie remonte à plusieurs années, ce n'est pas nouveau, mais au fil du temps, cette progression, s'est faite aux frais du public.

Incidemment, le fait d’utiliser plusieurs fois les mots « science » ou « scientifique » dans un paragraphe, comme le Dr Repacholi tend à le faire, ne prouve pas qu’il soit réellement un scientifique. Si quelqu’un fait un travail scientifique, il ne se sent pas obligé d’utiliser continuellement le mot science, parce qu’il n’a pas à prouver ou à donner l’impression qu’il réalise un travail scientifique. Il FAIT de la science, un point c’est tout. L’insistance continue du Dr Repacholi à dire qu’il fait de la science ou que ses messages au public reflètent le consensus scientifique sont en contradiction totale avec ses actions réelles.

Le fait que le Dr Repacholi recommande aux gouvernements de dissuader les personnes de mesurer les rayonnements dans leur maison, est un bon exemple de cette dérive extrême. Nous espérons sincèrement que l'argent de l'industrie n'a pas aveuglé d'autres employés de l'OMS sur l'intérêt public, compte tenu des documents qui ont été publiés récemment et qui montrent que l'industrie du tabac et de l'amiante ont été fortement impliqués au sein de l'OMS, ce qui a  empêché de conduire des actions plus strictes pour protéger le public (voir pièces jointes). Nous ne sommes pas disposer à voir cela se reproduire. Nous sommes préoccupés par le manque de réponse suite aux données publiées, car l'évaluation de la science du Dr Repacholi est déformée.

S'il vous plaît, nous vous demandons d'intervenir d'urgence afin d'étudier les conflits d'intérêts avec le Dr Repacholi. Si nous ne recevons pas de réponse satisfaisante dans les deux semaines, nous allons envisager sérieusement de résoudre le problème par des voies légales ou autre.
 
 

Respectueusement,
 
 

Robert Rieldlinger Prof. Olle Johansson Iris Atzom Klaus Rodulph BI-OEGA CI-OMEGA Citoyens contre les rayonnementes volontaires. 
Emilio Iglesias Delgado, Sevilla, España Elleen O’Connor. 
Admistrateur EM Radiation Research Trust, UK Penny Hargreaves Agnes Michael Raz.
Membre du Parlement de nos représentants dans les pays. 
Chef du Parti des verts Scientifiques en Nouvelle-Zélande.
 


 

Radio-Canada RDI, cancer et micro-ondes des cellulaire et antenne relais 31 mai 2011.
31 checheurs étaient réunis par l'OMS (IARC) à Lyon en France.
François Therrien du SEMO commente le rapport dont la pblication avait été reportée x fois.
Durée : 6,41 minutes

Le 31 mai 2011, les experts internationaux étaient réunis à l'initiative de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), et sont arrivé à la conclusion que l'usage des téléphones portables pouvait être cancérogène. Ils plaident donc pour l'utilisation des kits mains libres et la pratique des SMS.
 

Réunion des experts internationaux à Lyon, 31 mai 2011.
Durée : 2,03 minutes


4°) Rapport Bioinitiative.
Le rapport Bioinitiative du 31 août 2007, est le rapport de trop, qui dérange le plus le lobby des télécoms, car il prend en compte des études, que les autorités officielles ont toujours voulu ignorer. Le lobby des télécoms par la voix de Pr Aurengo n'a cesser de tenter de démolir par tous les moyens ce rapport et une de ses auteurs, Cyndi Sage. Par contre il a soigneusement évité de parler des autres scientifiques qui sont beaucoup plus compétent que le Pr Aurengo, qui lui critique toujours les autres, mais qui lui n'a jamais été à l'origine d'une seule étude scientifique sur les micro-ondes. Il se plaint maintenant d'être régulièrement attaqué, mais il ne s'est pas gêné pour attaquer les autres scientifiques et médecins qui n'étaient pas de son avis. Plus drôle encore, il a accusé Cyndi Sage de conflit d'intérêt et de faire de l'argent avec son activité avec les champs électromagnétiques, mais lui, et certains journalistes, cela ne les dérangent quand des experts et le lobby des télécom se font du pognon sur la santé des populations. D'ailleurs dans l'article du journaliste de la revue Hardware canard PC, nous retrouvons les mêmes paroles que le Dr Aurengo, dites lors d'une audition à l'assemblée nationale.

En gros pour faire très clair je résume la situation, quand vous êtes contre le lobby des télécoms, vous avez une interdiction formelle de travailler et de gagner votre vie dans votre domaine d'expertise. Pourquoi croyez vous que certains journalistes, cabinets de communication, officines d'espionnage sont embauchés pour démolir les personnes et scientifiques qui ont des activités sur les risques des produits industriels. Les questions sur motivations et sources de revenus ne sont pas innocentes, c'est un moyens de casser tous les opposants aux produits toxiques de l'industrie. Je peux affirmer que même certains ministres ont du exploser quand ils ont découvert que même leur propres emails étaient interceptés et détournés quand ils expédiaient un contenu qui déplaisaient aux opérateur, à certains de leurs contacts qui avaient une boite chez certains opérateurs.
 

Interview du Député Huss qui remet les pendules à l'heure.

Durée : 3,30 minutes

Les autres scientifiques de ce rapport n'était pas des novices, il y avait aussi le Pr Henri Lai aux USA qui a fait l'objet d'attaque organisée dès 1994 par Motorola, le Pr Lennart Hardell en Suède régulièrement attaqué, mais dont les résultats des travaux seront même confirmés par l'étude Interphone dont les résultats ont tenté de minimiser l'impact des portables sur les tumeurs du cerveau, mais cela s'est transformé en échec pour le lobby des télcoms. Il y avait aussi David Carpenter, Olle Johansson en Suède, Kjell Hansson Mild en Suède, Eugene Sobel aux USA, enfin que des noms connus des spécialistes, et qui dérangent beaucoup nos académiciens qui pour la grande majorité, n'a jamais fait la moindre recherche en laboratoire, et encore moins monté un labo sur les sources micro-ondes. Le rapport qui est tant critiqué, a été écrit avec la collaboration de 14 scientifiques. Le rapport a été relu par une douzaine d'autres. Les rapports rédigés en France pour le compte des agences sanitaire, le sont avec moins de 2 ou 3 experts, toujours les mêmes. C'est la raison pour laquelle vous retrouvez partout les mêmes propos, y compris dans l'article de la revue informatique Hardware Canard PC. Dailleurs vous retrouvez certains des propos de l'article de cette revue, dans les auditions du Dr Aurengo à l'assemblée nationale ou au sénat, ou dans les rapports des agences sanitaires. Le plus comique dans cet article, c'est que le journaliste qui n'a pas signé son article d'ailleurs, ne parle pas du tout des conflits d'intérêt des experts de nos agences et même académie, qui sont pourtant très nombreux à avoir des contrats avec l'industrie. La grande arnaque, elle est du côté des agences, quand des experts peuvent avoir plusieurs et jusqu'à 57 contrats avec l'industrie. Question, ils sont de quel bord les conflits d'intérêts selon vous. On comprend aussi pourquoi la loi Hadopi a été adoptée, elle est aussi surtout là pour faire censurer, les reportages qui dérangent l'industrie.


5°) L'étude REFLEX
Ce que ne révèle pas le journaliste dans son paragraphe plus court que les autres, c'est que l'étude REFLEX qui a été publiée en 2004, a regroupé 12 équipes de recherche de 12 instituts répartis dans 8 pays différents et elle a duré 4 ans. Cette étude a été financée dans le cadre des institutions européennes, et est celle qui dérange le plus les opérateurs. Ce journaliste tente ici lui aussi de la discréditer, on se demande bien pourquoi, à moins que l'intégralité du dossier de cette revue n'ait été rédigé par les membres du lobby des télécoms eux-mêmes, ce qui semble être le cas. Bien qu'elle soit pourtant incontestable, elle est critiquée par le journaliste qui écrit je cite "c'est l'exemple parfait d'un moyen d'instrumentaliser la science à son profit". Là aussi on croit rêver, quand l'industrie est la première à se servir de la science, et à manipuler et à instrumentaliser les études pour parler de l'innocuité de ses produits dont nous savons qu'ils sont nocifs. Les OGM, le tabac, l'amiante, en sont de parfait exemple, avec des rapports scientifiques frauduleux et truqués, qui ne reflètent pas la vérité scientifique, quoi de plus normal quand ils sont commandés et/ou financés par le monde industriel. Les scientifiques sont arrivés aux mêmes conclusions que celles du Dr Carlo du WTR en 1999 financé par le lobby des télécoms américain (lien 19), et ils ont aussi confirmé des ruptures dans le code génétique. Alors que le lobby des télécoms sait depuis très longtemps et même depuis 1994 avec l'étude du Pr Henri Lai que les micro-ondes détériore l'ADN, les opérateurs, cette industrie et leurs amis journalistes, persistent à nier les faits et à dire le contraire de la vérité. Si là nous ne rentrons pas dans le domaine du cadre criminel :
- avec préméditation en plus,
- avec une dénégation des résultats scientifiques et des faits avérés,
- avec une volonté avérée de nuire aux scientifiques,
- avec une mise en danger volontaire de la vie d'autrui,
- avec une volonté de s'enrichir en détruisant la santé des populations.

Il faut me dire là dans quel cadre nous sommes. Le journaliste a quand même précisé à contre-coeur que " les ondes des téléphones portables présente une génotoxicité importante", et même quand le fait est avéré, il précise que que c'est une conclusion idéale pour entretenir la peur des ondes. On croirait lire du Veyret ou de l'Aurengo, expression récurrente que nous retrouvons régulièrement dans tous les rapports officiels. Alors il faut savoir, que le lobby a tenté de discréditer l'intégralité du programme REFLEX, en critiquant les résultats d'une équipe de recherche, par le biais d'une réplication avec une équipe allemande qui n'a pas réussi à reproduire les expériences. Quoi de plus normal s'ils sont financés par les télécoms, et si en plus ils ont des clauses de confidentialité dans leur contrat, ce qui veut dire que des résultats peuvent être dissimulés et les conclusions modifiés par l'industriels, pour que le public et les politiques restent dans l'ignorance. Sauf que dans le cadre des réplication des études, les opérateurs font systématiquement modifier les protocoles, ou ils font diminuer les durées d'exposition.

Conférence de mars 2010 du Pr. Franz Adlkofer, coordinateur du Programme REFLEX.
Durée : 5,22 minutes


En conclusion.
Les plus grands fraudeurs aujourd'hui, sont les experts officiels, dont le plus souvent la plupart sont sous contrat avec l'industrie. A quand des articles de la presse sur les conflits d'intérêt, l'inexistence des DPI, l'absence de contrôle des DPI, qui par définition sont eux aussi frauduleux puisqu'ils ne font l'objet d'aucun contrôle. Je précise que l'étude REFLEX qui elle est INCONTESTABLE, détail que semble avoir oublié l'auteur très impartial de cet article.

C’est aussi dommage que cet article ne parle pas du tout des conflits d’intérêts du côté des experts officiels, et je me propose donc de réparer cet oubli bien involontaire du journaliste la revue Hardware canard PC. Pour cela ils suffit de consulter mes liens 164, 165, 175, 176, 177, 179, 181.

Vous aurez ainsi un bilan sur tous les liens entre nos experts officiels indépendants et très compétents (surtout que certains n’est jamais manipulé la moindre source micro-ondes) qui sont tous membres des comités scientifiques des industriels ou opérateurs, quand ils ne se font pas payer leurs études par ces mêmes industriels.

Pour ce qui est de la prétendue innocuité des micro-ondes, je précise que nous avons des techniciens qui se sont retrouvés à l’hôpital, certains sont handicapés à vie et ne travaillent plus, d’études ont des invalidités à 100 %, confirmé pour un cas par la cour suprême du Canada et pourtant à un seuil non thermique avec une source de seulement 90 watt. Pourtant les experts nommés qui ont reconnu les risques étaient en plus membres pour certains de l’organisation IEEE, que les opérateurs connaissent très bien et pour cause.

Je précise que sur les manuels de certains de mes systèmes, dès la fin des années 60 déjà il était précisé que les ondes émises étaient dangereuses, et qu’il ne fallait pas resté à côté de l’antenne, et encore moins regarder dans les guides d’onde. Ceux qui prétendent que ces ondes sont inoffensive sont ni plus ni moins que des charlatans, et devraient être révoqués pour faute professionnelle LOURDE. Il n’y a que nos académiciens français qui l’ignorent, mais c’est vrai qu’ils n’ont jamais travaillé et été exposé au M-O, ils ne peuvent donc pas connaître les consignes de sécurité de nos manuels.

L’augmentation des mutuelles et le déremboursement des soins par les caisses maladie va tout simplement servir à compenser les dépenses supplémentaires liées à l’augmentation des tumeurs du cerveau, et des cancers leucémie à côté des antennes relais, voilà une vérité dissimulée.




 
  Retour au chapitre sur les antennes relais de la téléphonie mobile
  Retour au SOMMAIRE du SITE.
  TRANSLATE - TRADUIRE.
Nom du site   Risques sanitaires des champs électromagnétiques, santé, cancer, leucémie, tumeur
Adresse du site danger risque sanitaire de la pollution électromagnétique santé cancer leucémie tumeur du cerveau
Auteur du site : Marc FILTERMAN
Adresse e-mail : marcfilterman@hotmail.com
© Protected by Copyright - Reproduction interdite.