© Protected by Copyright - Reproduction interdite.
Adresse du site
sites de secours
danger risque sanitaire de la pollution électromagnétique santé cancer leucémie tumeur du cerveau
Nom du site   Prévention sur les risques professionnels sanitaires des micro-ondes
Auteur du site   Marc FILTERMAN
Adresse e-mail   marcfilterman@hotmail.com
  TRANSLATE - TRADUIRE
  Retour au Sommaire du site
  Retour au chapitre sur la pollution électromagnétique des micro-ondes


277°) Des oiseaux EHS (électrohypersensible) comme les humains,
et leurs oeufs psychomatiquement dérangés par
les micro-ondes radios et de la téléphonie mobile.
Régulièrement des études dites récentes viennent contredire des études qui démontrent que les émissions micro-ondes de la téléphonie causent des effets sanitaires nocifs pour la santé. A chaque fois c'est la même arnaque, mais personne ne vient vous dire qui est derrière ces nouvelles études contradictoires, et encore moins qui les a financée. Quant au protocole utilisée, là encore, il n'y a aucune information. Ainsi, il s'est avéré que certaines études dites de réplication ordonnée par des industriels étaient en réalité des études FRAUDULEUSE, car par exemple au lieu d'injecter un marqueur dans la veine d'un cobaye, celui-ci était injecté dans le corps de l'animal, comme le révélait le Pr Henri Lai, il y a quelques mois.

Déclarer que les travaux de recherche de l'encyclopédie de la santé environnementale affirme qu'aucune étude n'a démontré d'effets nocifs des émissions de la téléphonie mobile est un MENSONGE et une FRAUDE comme le démontre le programme de recherche REFLEX financé dans le cadre des institutions européennes, qui est là pour remettre à leur place les quelques experts officiels payés par le lobby des télécoms. Dans tous les pays, la voix de quelques experts en minorité, est mise en avant pour contredire la majorité des autres scientifiques et experts indépendants qui affirment qu'il y a des effets nocifs. Désormais des rapports indiens mettent aussi en doute l'innocuité des mico-ondes des émetteurs de télévisions, et aussi des fours à micro-ondes. Or quand on fait des mesures, j'ai pu constater des fuites entre 4 V/m et jusqu'à 20 V/m à 50 cm d'un four micro-ondes. Traduction, ne restez jamais en face d'un four micro-ondes quand celui-ci est en fonctionnement, surtout dans les cuisines exiguës, sans oublier de parler des personnes qui on des stimulateurs cardiaques.

Les études du Pr Delgado ont démontré depuis les années 70 que les champs électromagnétiques avaient des effets nocifs sur 60 à 70% des oeufs des oiseaux. Il en a été de même dans les tests réalisés avec les oeufs exposés aux ondes des téléphones portables à la fin des années 90 dans les expériences de Madeleine Bastide que l'académie de médecine veut ignorer.

Ces deux dernières années, les universités de Kerala, Assam et plusieurs organismes indiens et internationaux ont aussi signalé la diminution du nombre de moineaux et mis en cause les micro-ondes de la téléphonie mobile. Certaines études comme celle du Brésil qui est incontestable ont aussi mis en évidence des liens entre ces émissions micro-ondes et la mortalité par le cancer. Vous ne verrez jamais un seul oiseau se poser sur une antenne relais de téléphonie mobile. Si un oiseau se pose dessus, c'est que l'antenne à été coupée, notamment le jour d'une mesure par une société agréée pas l'association COFRAC. Les oiseaux doivent être eux aussi électrosensibles pour refuser de s'approcher des antennes. L'électrohypersensibilité est reconnu dans les pays nordique, sauf en France. On a des experts qui vont jusqu'à affirmer qu'il n'existe aucun effet sur les oeufs, ce qui est exacte puisque vous ne verrez jamais un seul oiseau construire son nid sur un toit où il y a une antenne relais. Les oiseaux sont psychosomatiquement dérangés par la vue des antennes, et ils sont électrosensibles. Petits mensonges d'experts dénoncés par des scientifiques, et petit rappel avec les extraits d'une lettre adressée à l'OMS, l'Organisation Mondiale de la Supercherie :
 
 
Directeur Général Lee Jong - Wook
Avenida Apia 27 1211 Ginebra 27 Suiza 

Dear Sir,

Le 5 Juillet 2005, il a été révélé au public que l'un de vos employés, le Dr Michael Repacholi, responsable d'un projet sur l'évaluation des effets sur la santé de la technologie mobile et des lignes de transport d'électricité de l'Organisation Mondiale de la Santé, a perçu 150.000 $ par an de l'industrie des mobiles, et autres indemnités pour des meetings et Voyages. Cela signifie que les règles de l'OMS ont été transgressées, car elles interdisent de recevoir de l'argent directement de l'industrie. En outre, le Dr Repacholi est accusé d'avoir invité les représentants de l'industrie de l'électricité pour revoir l'étude des travaux scientifiques et à participer activement en vue d'évaluer les normes sanitaires à venir sur les champs électromagnétiques émis par les lignes électriques. Les noms des représentants de l'industrie de l'électricité sont très clairs et tous les détails décrits ci-dessous en pièce jointe afin que vous puissiez les consulter.
.../...

L'Institut Karolinska est l'une des clés de référence de l'OMS, c'est pourquoi nous tenons à attirer votre attention sur le fait que le professeur Olle Johanson a communiqué à la Conférence sur la sensibilité électromagnétique à Prague, et le Dr Repacholi a diffusé de fausses informations concernant la reconnaissance de l'électrosensibilité par le gouvernement suédois. Et ce n'est pas un hasard si à cette conférence, une recommandation a été émise aux gouvernements pour dissuader le public de mesurer le rayonnement dans leur foyer. C'est un énorme préjudice qui a été causé au public, parce que les personnes exposées a des niveaux élevés de rayonnement dans leur maison subissent un risque si on ne leur dit pas comment les détecter. 

Maintenir les gens ignorants et passifs constitue un crime contre le public, en autorisant l’industrie à garder un contrôle total, pour déterminer ce qu'est une approche « scientifique ».

Le fait que le Dr Repacholi recommande aux gouvernements de dissuader les personnes de mesurer les rayonnements dans leur maison, est un bon exemple de cette dérive extrême.
.../...

Respectueusement,
 

Robert Rieldlinger Prof. Olle Johansson Iris Atzom Klaus Rodulph BI-OEGA CI-OMEGA Citoyens contre les rayonnementes volontaires. 
Emilio Iglesias Delgado, Sevilla, España Elleen O’Connor. 
Admistrateur EM Radiation Research Trust, UK Penny Hargreaves Agnes Michael Raz.
Membre du Parlement de nos représentants dans les pays. 
Chef du Parti des verts Scientifiques en Nouvelle-Zélande.
 

Pseudo-étude sur les EHS.
En France on reconnait des allergies parfois mêmes mortelles comme celles aux piqures d'abeilles, à l'huile d'arachide, aux colles de bois préessé, mais dans ce pays on refuse de reconnaitre les effets délétaires des champs électromagnétiques, y compris dans certaines associations et fondations qui se disent vertes et qui prétendent défendre le citoyen lambda, alors qu'elles ont des partenariats avérées avec des industriels pollueurs. Eh oui, elles ont juste oublié de vous le dire.

Le 26 août, le rapport sur le COPIC était remis sur les recommandations sur les antennes relais au gouvernement. Il n'en fallait pas plus pour que quelques énergumènes qui n'y connaissent rien, et pire encore, qui n'ont jamais travaillé sur les micro-ondes, ramènent leur fraise dans certaines associations dites de pluralisme scientifique (sic), qui s'arrête là où commence leurs intérêts, et les intérêts des industriels et opérateurs. Quoi de plus normal quand on sait que leurs membres sont liés à l'industrie. Ainsi on apprend dans un article du monde, que le lien de causalité n'a jamais été établi (sic), ah bon. On nous signale que la toute première étude clinique nationale, pilotée par l'hôpital Cochin à Paris depuis février 2012 à la demande du ministère de la santé, ne pourra pas se prononcer là-dessus, ah bon. Le Pr Dominique Choudat, affirme dans un article du journal Le Monde du 30 août 2013, "Il s'agit de voir comment prendre en charge les personnes EHS et non de définir quelles sont les causes biologiques de leurs troubles", au hasard, par l'internement psychiatrique. Donc les contribuables payent pour une étude qui ne sert strictement à rien. Et oui vous avez bien lu, en France les médecins ne recherchent jamais les causes des pathologies. Les EHS et associations ont refusé d'être les complices de cette supercherie, car en effet, l'étude est basée que sur le psychologique; Il faut surtout préciser que les patients ne tiennent pas à se faire interner en asile psychiatrique. Je précise que bien que la demande ait été faite à plusieurs reprises, la Déclaration Publique d'Intéret (DPI) de ce médecin n'a jamais été communiquée, malgré plusieurs demandes répétitive à l'ANSES, idem pour le Dr Aurengo.

Que diriez vous d'un médecin qui examine ses patients sans demander la moindre analyse de sang, sans analyse de protéines allergiques, sans analyse protéïque, sans analyse du stress oxydatif, sans tomographie du cerveau, sans écho-doppler, sans aucune tomographie ou scanner du cerveau,  eh bien c'est ce qui se passe dans cette étude sur les EHS qui est pourtant payée avec vos impôts. La sélection des Appels à Projets de Recherche est tellement opaque à l'ANSES qui refuse toujours de s'exprimet dans la presse, que le public et même les politiques ignorent tout de ce qui s'y passe réellement.

Vous comprenez avec ce type de comportement pourquoi le déficit de la sécurité sociale augmente. En refusant de rechercher les causes, vous gavez les patients de pilules, et vous gavez financièrement les laboratoires pharmaceutiques, qui ne sont pas là pour vous soigner, mais pour s'enrichir. En prescrivant une camisole chimique avec l'aide de psychotropes, qui ont de sérieux effets secondaires qui peuvent aller jusqu'au suicide et des comportements violents, vous comprenez pourquoi aucune étude n'est faite sur les motifs qui poussent au moins 10.000 personnes par an à se suicider. Si une enquête était réalisée en France comme celle qui a été faite aux USA, on découvrirait très vite un lien entre les suicides et les psychotropes. On fait un bordel monstrueux à la télé pour 3000 morts sur la route, le Président Hollande veut expédier l'armée en Syrie pour 2000 morts par des substances chimiques, mais il ne lève pas le petit doigt pour 10.000 suicides par an, ni même contre les 13 à 18.000 morts liés aux erreurs médicales des médecins, et nos politiques déclarent que nous avons le meilleur système de santé. Dans le DSM4, on trouve une maladie pour chaque cause, même quand vous n'êtes pas malade. Ce dispositif sert uniquement à enrichir les laboratoires, pourquoi croyer vous qu'il existe une telle pression pour autoriser la vente des médicaments dans les grandes surfaces.

Le même article du site du journal "Le Monde" précise que les EHS n'ont pas d'autre choix que d'aller à l'étranger, en Suède, qui reconnaît l'électrosensibilité comme un handicap, ou à se tourner vers des consultations médicales spécialisées à Paris, notamment avec le professeur Dominique Belpomme. Bien qu'il ait examiné 600 patients en 4 ans, nos institutions sanitaires préfèrent l'éviter, alors que les écho-Doppler cérébraux, démontrent bien qu'il y a un problème, comme celles qui ont été faites chez les enfants japonais victimes du syndrome SFC, que l'académie de médecin semble ignorer superbement. Même s'ils proposent un traitement, il n'est malheureusement pas universel. L'article précise que "les résultats du Dr Belpomme, qui n'ont jamais fait l'objet de publication scientifique, sont rejetés dans le monde médical", notamment par les médecins qui sont liés à l'industrie, et qui ont des conflits d'intérêts. le monde médical dans le domaine des risques des champs électromagnétiques, repose sur moins d'une petite demi-douzaine de médecins, toujours les mêmes d'ailleurs, qui n'ont aucune compétence sur les risques des champs électromagnétique, et en plus ils n'ont jamais travaillé sur la moindre source micro-onde. C'est le cas du Dr Anne Perrin du service de santé des  armées, du Dr André Aurengo, du Dr Choudat, voilà sur quoi repose ce monde médical spécialiste dit-on des champs électromagnétiques (sic).

Sauf que les résultats d'une étude publiée le 24/08/2013, par une équipe de l'Université de Tel Aviv en Israël, dans la revue scientifique antioxydants et signalisation redox, a montré un lien entre l'utilisation à long terme du téléphone portable et les effets qui entraînent des modifications moléculaires. L'étude a été réalisée sur les glandes salivaires de 20 utilisateurs de téléphones portables sur le long terme, en se basant sur une moyenne de 12 ans et 30 heures d'utilisation par semaine. Le niveau du stress oxydatif, chez les utilisateurs de portable était beaucoup plus élevé que chez les 20 sujets sourds qui communiquait que par des messages texte. Les chercheurs ont constaté qu'il y avait « une augmentation significative de tous les indices du stress oxydatif salivaires étudiés chez les utilisateurs de téléphones mobiles », ce qui permet de conclure que « l'utilisation des téléphones portables peut causer un stress oxydatif et modifier la fonction salivaire.» Le Dr. Yaniv Hamzany a déclaré que l'étude montre un « stress oxydatif considérable sur les tissus et les glandes qui sont proches du téléphone portable lors de son utilisation.» Ce processus est connu pour être un facteur très important de promotion des risques cancéreux. En 2000, ce qui est encore plus marrant, c'est que lors d'une conférence sur la téléphonie mobile au salon forme et santé organisée par M. Bouillet de Bouygues Télécom, j'avais demandé à M. René de Sèze de l'Ineris (lien 6) pourquoi on ne faisait pas des analyses de Ph et rH2 sur le sang, la salive et les urines des personnes exposées aux micro-ondes. Je ne suis pas médecin, mais je savais depuis les années 90, que ce type d'exposition augmentait le stress oxydatif, il y a donc comme un sérieux problème éthique à l'académie de médecine.
 
 
Question en 2000 de M. Filterman sur la technique de Vincent :
« Mais oui mais certaines de ces études sont interdites de cité de référence ou ne sont pas publiées quand elles le prouvent. Et ça c'est produit à plusieurs reprises. Bon maintenant pour lever le doute c'est très facile. On peut utiliser la technique de Vincent pour voir le taux d'oxydation du sang. C'est la technique qui est basé sur le pH et le rH2. Donc il suffit de l'utiliser avant, bon puisque c'est pas dangereux pour les personnes, on fait les mesures sur la salive, sur le sang des personnes avant qu'elles soient exposées à des micro-ondes, et après on refait les mesures. Là on fait les mesures d'eau potable avec ces paramètres. Bon la technique de Vincent, ça devrait être utilisée par exemple, pour vérifier. Bon je vais arrêter là parce que après... »

René De Sèze :
« Je pense que c'est une bonne suggestion pour introduire ces aspects, ces paramètres dans nos études, mais je pense quand même que s'il y avait des effets graves et des effets importants, nous serions, bien sûr si des effets qui mettent 30 ans ou 50 ans à se révéler, se serait difficile. C'est pour ça qu'on a fait de nombreuses études sur le cancer, et si ça devait provoquer toutes sortes d'effets sur la mémoire si on a des éléments qui permettent de faire ça, on commencerait à s'en apercevoir. »

Quand M. Bouillet de Bouygues a entendu cette réponse, il a failli s'étrangler. J'ai fait cette proposition il y a maintenant plus de 12 ans, y compris dans des courriers aux députés (lien 8), personne n'a bougé, et nos experts et laboratoires qui sont paraît-il à la pointe de la recherche, et la France la troisième puissance mondiale (sic), enfin plutôt sur le déclin permanent, ont été incapables de faire ce type d'expérimentation pourtant très simple. Cela prouve que notre pays et nos chercheurs officiels sont des nuls au premier degré.

En mai 2011, le Centre international de recherche sur le cancer, qui fait partie de l'Organisation Mondiale de la Santé, a classé dans la catégorie 2B, les ondes de la téléphonie mobile comme «cancérogène possible», au même titre que les substances chimiques industriels.



 
  Retour au chapitre sur les antennes relais de la téléphonie mobile
  Retour au SOMMAIRE du SITE.
  TRANSLATE - TRADUIRE.
Nom du site   Risques sanitaires des champs électromagnétiques, santé, cancer, leucémie, tumeur
Adresse du site danger risque sanitaire de la pollution électromagnétique santé cancer leucémie tumeur du cerveau
Auteur du site : Marc FILTERMAN
Adresse e-mail : marcfilterman@hotmail.com
© Protected by Copyright - Reproduction interdite.