© Protected by Copyright - Reproduction interdite.
Adresse du site
sites de secours
danger risque sanitaire de la pollution électromagnétique santé cancer leucémie tumeur du cerveau
Nom du site   Prévention sur les risques professionnels sanitaires des micro-ondes
Auteur du site   Marc FILTERMAN
Adresse e-mail   marcfilterman@hotmail.com
  TRANSLATE - TRADUIRE
  Retour au Sommaire du site
  Retour au chapitre sur la pollution électromagnétique des micro-ondes


281°) Communiqué de presse de Michèle Rivasi EELV, sur le
rapport de l'ANSES, Agence Nationale de l'In-Sécurité Sanitaire
de l'Alimentation, de l'environnement et du travail.
sur la téléphonie mobile.
 
 
Communiqué de presse

Bruxelles, le 17 octobre 2013

Avis de l'Anses sur les radiofréquences : un paradoxe de plus. 

L'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses) a rendu cette semaine son nouveau rapport sur les radiofréquences et leurs effets sur la santé. Pour Michèle Rivasi, députée européenne EELV, la déception est de mise : " l'Anses ne conclut pas à un "effet sanitaire avéré chez l'homme" et ne propose donc pas de "nouvelles valeurs limites d'exposition de la population"(1), mais reconnaît que les ondes électromagnétiques peuvent avoir des effets biologiques. Il y a là un véritable paradoxe, surtout lorsque les preuves scientifiques continuent de s'accumuler en ce qui concerne les effets du téléphone portable sur la santé (voir étude L. Hardell publiée le 24 septembre 2013). 

Selon l'Anses, "aucun effet pérenne des radiofréquences sur la perte d'intégrité de l'ADN n'a été mis en évidence à un faible niveau d'exposition" et les modifications observées "semblent être rapidement réparées". Mais pour la biologiste de formation, "quand il y a cassure de l'ADN, les mécanismes de réparation de l’ADN qui interviennent peuvent occasionner des mutations à l’origine des cancers. Pourquoi ne pas prévenir plutôt que d'avoir à guérir?

« Tous les jours je suis interpellée par des personnes électrohypersensibles qui souffrent le martyr, qui appréhendent l'arrivée de la 4G et donc l'augmentation de la pollution électromagnétique et que leur répond-t-on? A l’année prochaine et la sortie d’un nouveau rapport ! Mais de qui se moque-t-on? »

Des solutions existent, le COPIC a récemment expliqué que pour réduire la pollution aux ondes, il était possible de multiplier les micro-antennes afin d'abaisser l'exposition. D'autre part, pourquoi ne pas appliquer les mêmes valeurs d'émission (antennes relais) sur tout le territoire (comme ce qui a été fait avec la charte de Paris) et abroger le décret Jospin de 2002 qui fixe à 41 v/m, 58v/m et 61v/m suivant les fréquences et l'exposition, alors que les ONG demandent l’application du 0,6 v/m ? Mais je ne perçois aucune volonté d'obliger les opérateurs de téléphonie mobile à aller dans cette direction de la part du Gouvernement. Quand cela va-t-il changer ? 
 
 

(1) L'ANSES n’envisage pas, en tout cas « sur une base sanitaire, de proposer de nouvelles valeurs limites d’exposition pour la population générale.» Dans son précédent rapport de 2009, l’Anses recommandait pourtant de réduire les expositions.
 
 

Mettez des fourmis sur une téléphone portable, au bout
de quelques minutes de communication, elle crèvent,
mais selon une certaine presse, il n'y a pas d'effets sanitaires.

Les résultats gênants sont systématiquement éliminés et l'étude invalidée par des motifs BIDONS, pour dissimuler toute information gênante mettant en évidence la nocivité des ondes radioélectriques. C'est encore plus flagrant sur l'étude brésilienne qui a établi un lien entre morbidité par cancer et proximité des antennes relais, ou là les experts ont délibérément censurés les résultats obtenus au motif que les niveaux d'exposition n'y figurent pas. Voilà un diagramme qui simplifie ce qui a été constaté dans le ville brésilienne. Un article de Natural News du 19 juin 2013, nous a appris que le nombre de morts par cancer liés à la présence des antennes relais était de 7000 morts pour la zone analysée.

étude brésilienne de Adilza Condessa Dode sur le taux de mortalité par cancer dans la ville de Belo-Horizonte au Brésil

Adilza Condessa Dode, Ph.D., qui a cordonné l'étude brésilienne, s'adresse à ceux qui s'inquiète des conséquences de la téléphonie mobile, et explique que l'étude Brésilienne n'est pas le seule à démontrer une augmentation des pathologies et déclare « ces niveaux, sont déjà élevés et dangereux pour la santé humaine, plus vous vivez près d'une antenne, plus le contact avec le champ électromagnétique est proche.» Les niveaux mesurés se situaient entre 0,4 et 12 V/m, donc très loin de la limite réglementaire de 41 V/m.

La distance de sécurité de quatre mètres est affichées ici pour un système de communication par satellite dont la puissance est inférieure à celle d'une antenne relais.

WARNING, microwve radiation - Minimum safe distance, 4 m - navires sur la Seine à l'Armada de Rouen, juin 2013, Russie, le voilier russe 4 mâts Kruzensthern et le voilier polonais 3 mâts Mir.
 


 
  Retour au chapitre sur les antennes relais de la téléphonie mobile
  Retour au SOMMAIRE du SITE.
  TRANSLATE - TRADUIRE.
Nom du site   Risques sanitaires des champs électromagnétiques, santé, cancer, leucémie, tumeur
Adresse du site danger risque sanitaire de la pollution électromagnétique santé cancer leucémie tumeur du cerveau
Auteur du site : Marc FILTERMAN
Adresse e-mail : marcfilterman@hotmail.com
© Protected by Copyright - Reproduction interdite.