© Protected by Copyright - Reproduction interdite.
Adresse du site
sites de secours
danger risque sanitaire de la pollution électromagnétique santé cancer leucémie tumeur du cerveau
Nom du site   Prévention sur les risques professionnels sanitaires des micro-ondes
Auteur du site   Marc FILTERMAN
Adresse e-mail   marcfilterman@hotmail.com
  TRANSLATE - TRADUIRE
  Retour au Sommaire du site
  Retour au chapitre sur la pollution électromagnétique des micro-ondes


283°) Dernière absurdité de l'Union Européenne,
l'utilisation des appareils portables sera autorisée à bord des avions,
mais sous l'entière responsabilité des commandants de bord.
18/11/2013-15H00 - Dernière information, à l'instant où je viens de finir de rédiger et de charger cette page sur mon site, je viens d'apprendre que la commission européenne vient d'autoriser ce jour l'utilisation des téléphones portables 3G et 4G à bord des avions, sans se soucier des risques d'interférences sur les systèmes avioniques, alors que ceux-ci sont bien réels, et ont été constatés par de nombreux pilotes. Si certains journalistes considèrent cela comme une bonne nouvelle, je doute fort qu'il en soit de même pour les commandants de bord.
 
Un avion de ligne Boeing fait demi-tour suite aux interférences électromagnétiques, des appareils portables des téléphones mobiles GSM, qui provoquent des brouillages sur les ordinateurs calculateurs avioniquesUn avion de ligne Boeing fait demi-tour suite aux interférences électromagnétiques, des appareils portables des téléphones mobiles GSM, qui provoquent des brouillages sur les ordinateurs calculateurs avioniquesUn avion de ligne Boeing fait demi-tour suite aux interférences électromagnétiques, des appareils portables des téléphones mobiles GSM, qui provoquent des brouillages sur les ordinateurs calculateurs avioniquesUn avion de ligne Boeing fait demi-tour suite aux interférences électromagnétiques, des appareils portables des téléphones mobiles GSM, qui provoquent des brouillages sur les ordinateurs calculateurs avioniquesUn avion de ligne Boeing fait demi-tour suite aux interférences électromagnétiques, des appareils portables des téléphones mobiles GSM, qui provoquent des brouillages sur les ordinateurs calculateurs avioniquesUn avion de ligne Boeing fait demi-tour suite aux interférences électromagnétiques, des appareils portables des téléphones mobiles GSM, qui provoquent des brouillages sur les ordinateurs calculateurs avioniquesUn avion de ligne Boeing fait demi-tour suite aux interférences électromagnétiques, des appareils portables des téléphones mobiles GSM, qui provoquent des brouillages sur les ordinateurs calculateurs avioniquesUn avion de ligne Boeing fait demi-tour suite aux interférences électromagnétiques, des appareils portables des téléphones mobiles GSM, qui provoquent des brouillages sur les ordinateurs calculateurs avioniquesUn avion de ligne Boeing fait demi-tour suite aux interférences électromagnétiques, des appareils portables des téléphones mobiles GSM, qui provoquent des brouillages sur les ordinateurs calculateurs avioniquesUn avion de ligne Boeing fait demi-tour suite aux interférences électromagnétiques, des appareils portables des téléphones mobiles GSM, qui provoquent des brouillages sur les ordinateurs calculateurs avioniques Un avion de ligne Boeing fait demi-tour suite aux interférences électromagnétiques, des appareils portables des téléphones mobiles GSM, qui provoquent des brouillages sur les ordinateurs calculateurs avioniquesUn avion de ligne Boeing fait demi-tour suite aux interférences électromagnétiques, des appareils portables des téléphones mobiles GSM, qui provoquent des brouillages sur les ordinateurs calculateurs avioniquesUn avion de ligne Boeing fait demi-tour suite aux interférences électromagnétiques, des appareils portables des téléphones mobiles GSM, qui provoquent des brouillages sur les ordinateurs calculateurs avioniquesUn avion de ligne Boeing fait demi-tour suite aux interférences électromagnétiques, des appareils portables des téléphones mobiles GSM, qui provoquent des brouillages sur les ordinateurs calculateurs avioniquesUn avion de ligne Boeing fait demi-tour suite aux interférences électromagnétiques, des appareils portables des téléphones mobiles GSM, qui provoquent des brouillages sur les ordinateurs calculateurs avioniquesUn avion de ligne Boeing fait demi-tour suite aux interférences électromagnétiques, des appareils portables des téléphones mobiles GSM, qui provoquent des brouillages sur les ordinateurs calculateurs avioniquesUn avion de ligne Boeing fait demi-tour suite aux interférences électromagnétiques, des appareils portables des téléphones mobiles GSM, qui provoquent des brouillages sur les ordinateurs calculateurs avioniquesUn avion de ligne Boeing fait demi-tour suite aux interférences électromagnétiques, des appareils portables des téléphones mobiles GSM, qui provoquent des brouillages sur les ordinateurs calculateurs avioniquesUn avion de ligne Boeing fait demi-tour suite aux interférences électromagnétiques, des appareils portables des téléphones mobiles GSM, qui provoquent des brouillages sur les ordinateurs calculateurs avioniquesUn avion de ligne Boeing fait demi-tour suite aux interférences électromagnétiques, des appareils portables des téléphones mobiles GSM, qui provoquent des brouillages sur les ordinateurs calculateurs avioniques

Le Wifi a été mis en place à bord de certains avions de ligne long courrier. Le 13 Novembre 2013, on a appris que l'agence européenne qui est en charge de la sécurité aérienne (EASA), a décidé d'appliquer les mêmes règles que la FAA américaine. L'utilisation des appareils électroniques devrait bientôt être autorisée à bord des avions lors des phases de décollage et d'atterrissage. Les passagers pourront utiliser leurs téléphones portables 2G, 3G (UMTS) et 4G (LTE). Bon courage aux Commandants de bord, je pense que les loupés de piste vont sérieusement augmenter lors des approches et atterrissages. Jusqu'à présent les passagers étaient obligés de couper leurs appareils pendant les phase critiques de vol, c'est à dire les atterrissages et décollages.

Les compagnies aériennes basées en Europe ne seront bientôt plus obligées de demander à leurs passagers d'éteindre leurs appareils électroniques pendant les phases critiques de vol. L'AESA, publiera avant fin novembre un ensemble de règles destinées aux compagnies aériennes, pour limiter cette restriction, afin de permettre aux passagers de conserver leurs appareils allumés, baladeurs, ordinateurs portables, tablettes, liseuses ou téléphones mobiles. Les appareils avec carte SIM, devront être mis sur le mode avion, afin de limiter les risques d'interférences sur l'électronique embarquée des avions. Les compagnies aériennes américaines Delta et American Airlines ont déclaré qu'elles appliqueraient ces nouvelles règles. Les compagnies aériennes de l'Union Européenne suivront, et seront libres d'appliquer ou pas ces nouvelles règles.

Les experts et groupes de l'aviation se demandent si l'agence n'a pas été influencée par les intérêts de l'industrie au détriment de sécurité aérienne. Sauf qu'il faut savoir que même les opérateurs ont toujours fait le forcing partout, surtout dans les endroits où les téléphones portables étaient interdits comme dans les hôpitaux, au mépris de la santé des personnes appareillées, et en s'asseyant carrément sur l'article L32-12 des Postes et Télécoms. Il est facile d'affirmer que les téléphones portables n'interfèrent pas sur les appareils médicaux, normal, il n'y a pas de base de données pour enregistrer ces incidents, donc il n'y a pas de risque.

Il est évident que l'EASA se décharge de ses responsabilités, vers les compagnies aériennes, qui se déchargeront ensuite sur les commandants de bord en cas de crash. Les compagnies aériennes resteront maîtresse de leur décision et donc de leurs responsabilités, surtout en cas d'accident suite à des interférences, mais les pilotes deviendront les boucs émissaires idéaux, et comme les boites noires sont incapables de détecter les interférences sur les calculateurs, il faudra bien trouver un autre responsable. Ainsi on peut lire :

"Votre iPad ne fera pas tomber l'avion"
http://www.sciencepresse.qc.ca/actualite/2013/10/21/votre-ipad-ne-fera-tomber-lavion

Quand on lit ce genre d'article sur un site qui s'appelle Science quelque chose, le simple lecteur qui n'y connaît rien en aviation va croire les propos de ceux qui ont la science infuse, même si les auteurs de ce genre d'article n'ont jamais travaillé dans l'aviation. En plus comparer l'énergie de la foudre à des appareils portables, on est en pleine crise de délire et d'incompétence. On y fait un amalgame en comparant même la foudre à une source radio, ce qui est une tromperie et démontre une total méconnaissance des problèmes d'interférences électromagnétiques, alors que des dizaines d'incidents ont lieux chaque années, et les rapports de l'aviation sont là pour le prouver.
Ainsi des journalistes affirment aussi que les pilotes de plusieurs compagnies américaines utilisent déjà des iPads comme assistant de navigation et assistant technique, sauf que tout le monde ignore que les fonctions émission ou communication ne sont pas disponibles sur ces appareils, pour éviter justement les interférences sur les systèmes du cockpit. L'iPad appelé EFB (Electronic Flight Bag) permet de remplacer la documentation papier des avions qui peut faire plusieurs dizaines de kilo, ce qui permet déconomiser des centaines de litres de kérosène à chaque voyage.

* Comme je l'ai signalé sur une radio fin octobre 2013, un rapport d'IATA (Association internationale du transport aérien) révélait début début 2013 qu'il y avait eu une centaine d'incidents liés à des interférences électromagnétique sur les systèmes de bord des avions, provoquée par les appareils portables des avions.

* En Janvier 2013, la NASA a aussi sorti un rapport qui signalait 50 dysfonctionnements liés à des interférences électromagnétiques provoqués par des appareils portables sur les systèmes de bord des avions de ligne.

* Pour donner une petite idée sur la complexité du sujet sur les risques d'interférences des champs électromagnétiques de certains appareils sur les systèmes de bord, l'EASA a publié un rapport de 473 pages qui a été finalisé le 31/07/2013.

* La FAA a également été publié le 31/10/2013 un document complémentaires sur les risques des appareils portables des passagers, à chaque fois on compte beaucoup de "si", ce qui donne une idée là aussi de l'étendue des conditions d'utilisation des appareils portables.

Déjà en 2005 j'avais alerté Matignon suite à un rapport de la NASA de 2001 sur les risques d'interférences électromagnétiques sur les calculateurs avioniques. Les défaillances les plus fréquentes suite à des interférences concernent :
- des anomalies sur les systèmes de radionavigation surtout à l'atterrissage,
- la perte du pilote automatique en phase de vol de croisière,
- modification brûtale de l'altitude,
- modification de la poussée des réacteurs,
- des alertes de la sécurité incendie suite à l'utilisation d'appareils portables.

En 2011, un expert reconnu, Dave Carson ingénieur chez Boeing, a expliqué que tous les appareils avec batteries ont "un certain niveau d'émission qui a le potentiel d'interférer avec les instruments du cockpit ou de l'équipement de navigation". Toujours en 2011, un document confidentiel de l'Association du transport aérien international a détaillé 75 compagnies aériennes qui ont été victimes d'incidents distincts à travers le monde entre 2003 et 2009, y compris des interférences avec les commandes de vol, les pilotes automatiques, les communications, et les trains d'atterrissage. Ces derniers sont gérés par un calculateur (le BSCU), qui gère aussi le freinage, mais ils peuvent être victimes de défaillances ou interférences. Malheureusement les constructeurs d'avions ne vont pas révéler que leurs avions peuvent être victimes d'interférences, ils préfèrent le dissimuler, alors que tout le monde applique les mêmes normes, ce qui est vrai pour l'un est vrai pour l'autre.

- Même Emirates Airways sur son site Internet a déclaré que « les passagers doivent s'abstenir d'utiliser ces appareils pendant leur voyage. Ordinateurs portables, jeux électroniques de poche, peuvent être utilisés pendant le vol, mais pas lors du roulage, du décollage, l'approche et l'atterrissage."

- Savvy Digital, British Airways avait déclaré, « nous permettons aux clients d'utiliser les appareils mobiles dès que l'avion a quitté la piste, et après l'atterrissage."

- Les rapports de tous les exploitants des compagnies aériennes du Nigeria précisent qu'ils ne sont pas en mesure d'autoriser l'utilisation des appareils portables au cours des phases de vol.

- Les compagnies aériennes japonaises avaient réitéré l'interdiction d'utiliser les appareils portables et aussi tous les types de console de jeux suite à quelques problèmes en vol. Le Japon est très en avance sur tous les types de gadgets électroniques.

Malgré ces problèmes d'interférences confirmés dans plusieurs cas suite à des tests en vol, des passagers irresponsables ont refusé de couper leur appareil, même quand l'équipage leur en faisait la demande suite à des problèmes dans le cockpit. Les membres d'équipage devront jouer les arbitres avec certains passagers. Un cas connu a dégénéré il y a quelques années, alors qu'un passager avait refuser de couper son appareil portable, puisque cela s'est terminé par une arrestation. Comment cela se passera-t-il à l'avenir avec un passager qui provoque des interférences sur les systèmes avionique, et qui refusera de couper son appareil malgré les demandes répétés du commandant de bord.

On peut parier que dès 2014 on verra une augmentation des défaillances des systèmes de radionavigation et avioniques, et des perte d'alignement de la piste lors des atterrissages suite à des défaillances des ILS, MLS, GPS. Les accidents ou crash devraient donc augmenter, tout ça dans le seul et uniquement but d'enrichir les opérateurs, et de satisfaire quelques passagers irascibles. Selon Boeing, seulement 9% des accidents mortels se produisent pendant le vol de croisière, il n'y a donc pas de surestimation sur les interférences qui peuvent se produire lors des décollages et des atterrissages.

L'EASA précise aussi que « Sur le long terme, l'Agence étudie les différents moyens de certifier l'utilisation de téléphones mobiles à bord des avions pour passer des appels », bon courage, il en sort un nouveau tous les jours.

Les nouvelles lignes directrices doivent tenir compte des recommandations des appareils électroniques portables, et des règles du "Comité d'élaboration de la réglementation de l'aviation" (ARC) dans un rapport soumis à la FAA en septembre 2013. Il y a pourtant déjà eu des accidents par le passé suite à des interférences, mais cela ne sert visiblement pas de leçon. La FAA a cédé aux exigences et aux pressions des opérateurs et de quelques passagers irascibles et irresponsables, membres le plus souvent du monde politique, de la jet-set, du cinéma, et de la télé américaine. L'ARC a conclu que la plupart des avions de ligne peuvent tolérer les interférences générées par des appareils portables... jusqu'au crash final... Quant à l'AESA, elle précise que les appareils doivent être utilisés en "mode avion", ce qui signifie que les passagers ne peuvent pas l'utiliser pour les services vocaux ou texte. Comment les commandants de bord pourront vérifier si les consignes sont respectées ou pas, juste en regardant les anomalies sur leurs instruments de vol. Un pilote ne peut se fier en aucun cas au pilote automatique, car celui-ci même en vol de croisière peut se désengager brûtalement, sans qu'on puisse en déterminer la cause  tous les coups. Sauf qu'il a été constater à plusieurs reprises que des appareils portables avaient été les responsables de ces pannes, d'où la nécessité pour le pilote de surveiller le PA tout le long du vol.


Date : 07/11/2013-1,46mn-00

Les recommandations autorisants l'utilisation des appareils portables lors de toutes les phases de vol à toutes les altitudes, ont été contestées par 5 membres sur 27, citant une recommandation du comité qui précisait "ne répond pas adéquatement à cette exigence." Mais que faire pour les pilotes, s'ils n'étaient que 5 par exemple contre 22 dont plus de la moitié pouvait représenter les intérêts du lobby des télécoms. Les membres de l'Association américaine des agents de bord et d'Air Line Pilots Association (ALPA) étaient contre cette utilisation. ALPA a déclaré: "Bien que nous saluons l'avis de la FAA, qui précise que l'utilisation des appareils doit être démontrée pour être sans risque avant d'être autorisée, nous restons préoccupés par les passagers qui désactiveront sélectivement leurs appareils lors de condition météo extrêmement mauvaise, ce n'est pas une solution pratique." Des dizaines de pilotes disent qu'ils continueront à appliquer les interdictions d'utilisation des téléphones cellulaires en vol, probablement tous ceux qui ont déjà été victimes d'anomalies sur leurs systèmes électroniques de bord, suite à des interférences électroniques provoqués par les appareils portables des passagers.

L'autre problème qui n'est jamais soulevé par l'aviation, concerne le domaine sanitaire. Comme dans la marine, pour les sources d'émission radio et radar, il y a là aussi dans les manuels des consignes et des règles de sécurité, mais qui sont le plus souvent ignorées. Comment cela se passera aussi pour la santé des équipages soumis de façon permanente aux rayonnements non ionisants des appareils portables, des bornes embarquées du type Wifi et GSM en cabine surtout sur les vols long courriers, on ne le site pas. Ainsi une étude réalisée en 2012 sur des rats a démontré que les rayonnements chroniques longue durée mais bas niveau, c'est à dire à 1 V/m avait des effets sur les cobayes. Dans les milieux fermés comme les bus, métro, ou TGV, on peut mesurer 4 V/m jusqu'à 30 V/m a côté dun utilisateur de portable. Des personnes sont victimes de migraine à partir de quelques volts d'exposition. Il est évident que les effets iront en augmentant suite à la multiplication des sources et des durées d'exposition à des niveaux qui seront de plus en plus élevées. Pourquoi y-a-t-il peu d'expériences sur les plantes, parce que là aussi il y a des effets, et il serait difficile pour les experts officiels de venir affirmer que ces effets sont psychosomatiques. Si un passager est appareillé, (c'est à dire équipé d'un stimulateur cardiaque) et qu'il fait un malaise à côté d'un utilisateur d'appareil portable, qui sera responsable ? L'équipage ? La compagnie aérienne ? Là non plus on ne le sait pas.
 

Conclusion.
La responsabilité finale restera toujours à l'équipage et aux commandants de bord. Personne ne pourra jamais garantir qu'un appareil portable sera sûr et n'interférera pas sur les systèmes de vol, pire encore, si cela se produit, tout le monde aura intérêt à le dissimuler, les opérateurs, les constructeurs de portables, la compagnie aérienne, et enfin les constructeurs d'avions. Cela ferait mauvais genre qu'un appareil électronique de moins de 300 grammes puissent envoyer au tapi un avions de plusieurs dizaines ou centaines de tonnes.

Et pour mettre les points sur les "i"
Un rapport confidentiel d'IATA avait dressé un inventaire des anomalies constatées.


Date : 12/06/2011-3,01mn-64383

Un avion de ligne Boeing fait demi-tour suite aux interférences électromagnétiques, des appareils portables des téléphones mobiles GSM, qui provoquent des brouillages sur les ordinateurs calculateurs avioniques
Conclusion


PILOTES,  A  VOS  MANCHES, 
ET ACCROCHEZ VOUS BIEN

... au MANCHE...

un Boeing 777 se crash sur l'aéroport d'Heathrow à Londres, panne des réacteurs - les compagnies japonaises interdisent les jeux vidéo, ordinateurs portables, téléphones mobiles 3G UMTS à bord des avions de ligne.


 
  Retour au chapitre sur les antennes relais de la téléphonie mobile
  Retour au SOMMAIRE du SITE.
  TRANSLATE - TRADUIRE.
Nom du site   Risques sanitaires des champs électromagnétiques, santé, cancer, leucémie, tumeur
Adresse du site danger risque sanitaire de la pollution électromagnétique santé cancer leucémie tumeur du cerveau
Auteur du site : Marc FILTERMAN
Adresse e-mail : marcfilterman@hotmail.com
© Protected by Copyright - Reproduction interdite.