© Protected by Copyright - Reproduction interdite.
Adresse du site
sites de secours
danger risque sanitaire de la pollution électromagnétique santé cancer leucémie tumeur du cerveau
Nom du site   Prévention sur les risques professionnels sanitaires des micro-ondes
Auteur du site   Marc FILTERMAN
Adresse e-mail   marcfilterman@hotmail.com
  TRANSLATE - TRADUIRE
  Retour au Sommaire du site
  Retour au chapitre sur la pollution électromagnétique des micro-ondes


291°) Histoire drôle, des lampes brouillent le fonctionnement du
réseau de téléphonie mobile de Verizon Wireless à Los Angeles.

Selon la FCC (U.S Federal Communications Commission), des lampes fluorescentes non conformes installées dans un immeuble de bureaux qui fait 41 étages, tout près du centre de Los Angeles, perturbent le réseau de téléphonie mobile de Verizon Wireless dans le quartier. La FCC a déposé une plainte vendredi 7 février 2014 contre le Brookfield Office Properties, qui est le propriétaire de l'immeuble de Ernst & Young Plaza. La FCC a déclaré que si le Brookfield Office Properties continue à utiliser ces lampes, il sera passible d'une amende de 16 000 dollars par jour, qui sera plafonnée à 112 500 dollars.

Les lampes basse consommation ont aussi un ballast, et il a été constaté lors de mesures, que le spectre GSM pouvait aussi être pollué en France par ce type de lampes. Les tubes néons utilisent aussi un ballast.
interférences électromagnétiques, pollution électromagnétique des lampes basse concommation fluocompacte FLC à vapeur de mercure toxique

Le propriétaire a été informé dans cette plainte qu'il s'expose à « des sanctions pénales, pouvant aller jusqu'à l'emprisonnement. » Verizon avait constaté ce problème dès avril 2013, et la Commission avait pris contact avec le gestionnaires. Brookfield Office Properties avait affirmé qu'ils menaient une enquête, lais la FCC n'a obtenu aucune réponse. La FCC avait donc décidé de faire de faire ses propres mesures dans l'immeuble, qui ont confirmé que les lampes étaient bien les responsables de ces interférences. Le gestionnaire n'ayant tenu aucun compte des plaintes de Verizon, c'est la FCC qui a ordonné à Brookfield Office Properties de communiquer ses conclusions, et de préciser comment il comptait régler le problème. La FCC attend désormais un rapport définitif pour début avril 2014. La porte-parole, Melissa Coley du propriétaire a refusé de commenter la plainte et a répondu par email que « Brookfield s'efforce d'être un bon voisin et nous nous employons toujours à résoudre les questions techniques liées à nos propriétés. »

Selon la FCC, l'interférence vient du ballast qui sert de transformateur aux lampes d'éclairage. Ils émettent des fréquences qui provoquent des interférences électromagnétiques sur le réseau de téléphonie de Verizon Wireless qui fonctionne en 700 MHz. Dans sa déposition la FCC précise que :

- « selon un document client datant de 2012, General Electric, le fournisseur des ampoules, précise que certains ballasts de type UltraMax produisent involontairement des émissions radio à haute fréquence qui peuvent potentiellement créer des interférences avec certains types de communications sans fil ».
- « à l'époque, GE aurait expliqué à ses clients comment échanger les produits défectueux ».
- General Electric n'a fait aucun commentaire.

En 2013, la FCC avait déjà ordonné à un salon de coiffure de San Antonio au Texas, de mettre fin au fonctionnement de ses enseignes lumineuses qui interféraient avec le réseau de téléphonie mobile d'AT&T en 700 MHz.

Pour Phil Marshall, analyste chez Tolaga Research, il est rare que l'éclairage perturbe la téléphonie. Les lampes fluorescentes au même titre que tous les appareils ISM (industriel, scientifique et médical), sont soumis à la réglementation de la FCC aux USA, et en France de l'ARCEP et de l'ANFR pour les contrôles en cas d'interférence. Brookfield Office Properties est poursuivi pour utilisation d'appareils ISM générant des interférences, et son éclairage installé par General Electric doit répondre à la réglementation de la FCC. Les opérateurs mobiles achètent des licences sur des portions du spectre de fréquences radio, et sont contraints des respecter les règles sur les risques de la compromission électromagnétique, idem pour le WiFi et le Bluetooth, les téléphones sans fil et autres. Les bandes sous licence ne doivent pas en théorie se chevaucher, sauf que comme on l'a vu ar le passé, on pouvait trouver le Wifi 5 GHz sur le même canal que les radars météo Doppler eux aussi en 5GHz.

Les équipements domestiques et de bureaux répondent désormais à des règles strictes pour limiter les interférences. Les premières cartes d'extension de communication des ordinateurs portables, étaient parfois perturbées par les fréquences fréquences d'horloge du CPU de l'ordinateur.
Craig Mathias, analyste chez Farpoint Group déclarait « à l'époque aussi, les rayonnements émis par certains ordinateurs portables étaient suffisants pour interférer avec les systèmes de navigation embarqués dans les avions.../... Depuis, les filtres et le blindage ont été améliorés. »
Phil Marshall a déclaré, « ces équipements électroniques pourraient potentiellement interférer avec les téléphones mobiles, mais les améliorations apportées dans la conception de ces matériels permettent d'éviter ce genre de problèmes ».
 



 
  Retour au chapitre sur les antennes relais de la téléphonie mobile
  Retour au SOMMAIRE du SITE.
  TRANSLATE - TRADUIRE.
Nom du site   Risques sanitaires des champs électromagnétiques, santé, cancer, leucémie, tumeur
Adresse du site danger risque sanitaire de la pollution électromagnétique santé cancer leucémie tumeur du cerveau
Auteur du site : Marc FILTERMAN
Adresse e-mail : marcfilterman@hotmail.com
© Protected by Copyright - Reproduction interdite.