© Protected by Copyright - Reproduction interdite.
Adresse du site
sites de secours
danger risque sanitaire de la pollution électromagnétique santé cancer leucémie tumeur du cerveau
Nom du site   Prévention sur les risques professionnels sanitaires des micro-ondes
Auteur du site   Marc FILTERMAN
Adresse e-mail   marcfilterman@hotmail.com
  TRANSLATE - TRADUIRE
  Retour au Sommaire du site
  Retour au chapitre sur la pollution électromagnétique des micro-ondes


297°) Critiques de Marc Filterman sur les affirmations de l'ANSES,
sur l'affaire de l'ambassade américaine à Moscou.

01°) Introduction.
L'agence de sécurité sanitaire ANSES a cru très intelligent de programmer la réunion du comité "Radiofréquence et Santé" le 1er avril, qui comme chacun le sait, correspond en France à la journée du "poisson d'avril". Il est vrai que la date du jour du poisson d'avril est en parfaite adéquation avec le contenu de ce rapport. Ce comportement cynique s'est traduit par une réunion qui n'a pas dépassée 20 minutes.

Les critiques et entreprises de démolition systématique des études des scientifiques indépendantes, sont faites par des experts officiels français au service d'une agence dite de sécurité sanitaire, l'ANSES, qui est en réalité au service du gouvernement, qui est lui-même actionnaire de France Télécom. L'ANSES n'est donc pas indépendante. Les participants aux réunions de l'ANSES ne peuvent pas accepter les affirmations orientées du rapport de l'ANSES qui a été présenté à la presse le mardi matin 15 octobre 2013.


2°) Affaire de l'ambassade américaine,
ce que l'ANSES a dissimulé.

On peut être surpris de voir l'ANSES revenir sur une très vieille affaire, celle de l'ambassade américaine de Moscou sur la base de l'étude Elwood de 2012, qui mérite une sérieuse mise au point. Par malchance pour certains experts, je disposes de nombreux documents déclassifiés. Les affirmations de l'ANSES sont non seulement scandaleuses, mais reposent en plus sur des informations incomplètes et erronées.

Page N°316 (Page 348 du doc PDF) du rapport de l'ANSES de septembre 2013
rendu public le 14/10/2013, sur l'affaire de l'ambassade américaine à Moscou.


 

EXTRAIT du RAPPORT de l'ANSES

9.3.5 Incidence et mortalité par cancer (tous types confondus)
Rappel des conclusions du rapport précédent
Le rapport « Afsset 2009 » ne comportait pas de paragraphe spécifique sur la mortalité par néoplasmes.

9.3.5.1.1 Études chez l’Homme
(1. Etude Lilienfeld, Moscou)
Une étude conduite en 1976(1), ayant fait l’objet de rapports extensifs mais difficilement accessibles à la communauté scientifique, a été publiée récemment dans la littérature à comité de lecture. Il s’agit de l’étude du suivi de santé des personnels américains employés à l’ambassade américaine à Moscou, qui ont été exposés à des rayonnements micro-ondes de 2,5 et 4 GHz entre 1953 et 1976. Les résultats sont les suivants :

*en comparaison des personnels employés dans d’autres ambassades d’Europe de l’Est non exposés, la mortalité par néoplasmes malins et la mortalité toutes causes étaient semblables (Elwood 2012).
 
*Ce que dit exactement le Dr Elwood, mais que l'ANSES n'a pas jugé utile de mentionner dans son rapport.

"La validité de l'étude dépend de l'hypothèse que le personnel des autres ambassades n'ont pas été exposés aux radiofréquences similaires. Cela a été remis en question, et d'autres interprétations des données ont été présentées."

Un scoop pour l'ANSES, je suis en mesure d'AFFIRMER sur la base de documents "SECRET" déclassifiés en 2008, que les autres ambassades ont aussi été exposées à des faisceaux micro-ondes. D'ailleurs l'ANSES en déclarant que "la mortalité toutes causes étaient semblables", nous révèle un fait intéressant, c'est qu'il y avait aussi des cancers et décès dans les autres ambassades américaines situées dans d'autres pays de l'EST, ce qui est normale, puisqu'elles faisaient l'objet du même genre d'espionnage qu'à Moscou, comme le confirme un autre document technique déclassifié par la NSA en 2008. Les experts de l'ANSES n'ont vraiment pas de bol, et se sont faits prendre la main dans le sac.


 
1/1
Critiques de Marc Filterman sur les affirmations de l'ANSES,
sur l'affaire de l'irradiation de l'ambassade américaine à Moscou.
On se demande comment les experts de l'ANSES peuvent se permettre d'affirmer qu'il n'y a aucun effet des micro-ondes en utilisant les études sur les antennes de la téléphonie mobile, et l'étude d'Elwood de 2012 qui ne fait que reprendre l'étude incomplète d'Abraham Lilienfeld de 1976, nom que l'ANSES préfère ne pas citer. Cette étude reste encore aujourd'hui incomplète pour plusieurs motifs :

            - soit par méconnaissance involontaire des faits,
            - soit par dissimulation volontaire d'informations par les autorités américaines.
            - soit par des DESTRUCTIONS volontaires de documents 
              par les autorités américaines.

Les affirmations de l'ANSES sont erronées et incomplètes.

1°) L'étude d'Abraham Lilienfeld de 1976 était incomplète, car plusieurs informations sont restées classifiées comme le confirmera le Dr Koslow dans le milieu des années 80. La déclassification et la mise à disposition d'informations pour le public par le biais du FOIA ne peut se faire qu'après un délai de 50 ans, sauf quand elles ont été volontairement détruites, comme ce fut la cas pour certaines en septembre 1973.

2°) Les services d'espionnage russes disposaient d'un dispositif d'espionnage passif qui a été intégré dans un objet qui avait été offert par des écoliers russes le 4 août 1945 à l'ambassadeur américain en poste à Moscou. L'ambassade était donc exposée périodiquement depuis 1945 aux systèmes micro-ondes du KGB, les services secrets russes.

3°) Le système d'émission utilisé pouvait aussi bien représenter des risques sanitaires pour les cibles humaines, que pour les utilisateurs, en fonction de la fréquence, la puissance, la distance, la durée d'exposition, qui ont le sait pouvait varier de 5 à 9 heures chaque jour.

 
 
2/2

4°) C'est à partir de 1950 que les russes ont adopté la norme de 1 µW/cm² (2V/m) pour le public, et 10 µW/cm² (6 V/m) pour seulement 8 HEURES d'exposition pour les travailleurs et militaires, probablement après avoir découvert des problèmes de santé lors de l'exposition aux micro-ondes BAS NIVEAU sur plus d'un millier de techniciens qui ont travaillé sur les développements des radars. Il faut aussi rajouter les techniciens qui ont utilisé les systèmes d'espionnage micro-ondes contre l'ambassade américaine.  Les russes avaient une grande avance dans ce domaine sur les occidentaux. Les américains adopteront en 1952 la norme de 10 mW/cm² soit 193V/m.
 
 
Extrait d'un document "SECRET" de mai 1965, Déclassifié :

ARPA and Moscow Embassy Radiation.

L'intensité des rayonnements sur notre ambassade à Moscou n'excédait pas un facteur d'environ 100, le niveau de sécurité spécifié dans les normes soviétiques micro-ondes. Ces normes soviétiques sont beaucoup plus strictes que les nôtres. Plus précisément, les normes soviétiques sont : ne pas dépasser 10 µW/cm² (6V/m) en permanence et, en aucun cas, dépasser 1 milliwatt/cm² (61V/m), même pour de très courtes périodes de temps (15 à 20 minutes). Le niveau de mesure moyen au sein de l'ambassade de Moscou a été mesurée à des valeurs supérieures à 1 milliwatt/cm² (61V/m). La norme de sécurité américaine est de 10 milliwatts/cm ²  (10 mW/cm² = 193V/m).

NOTES :
Dans les pays de l'Est, la norme était de 02 V/m
01 µW/cm²
pour le public
Dans les pays de l'Est la norme était de 06 V/m
10 µW/cm²
pour les professionnels sur une journée de travail de 8 heures.
Dans les pays de l'Est le seuil autorisé était de 60 V/m
01 mW/cm²
pour les professionnels mais pour une durée d'exposition de 20 minutes avec lunette de protection.
L'europe et la France ont adopté 40 V/m
0,42 mW/cm²
en GSM 900 MHZ pour le public.
L'europe et la France ont adopté  60 V/m
01 mW/cm²
en 3G/UMTS 2 GHz pour le public.
L'europe et la France ont adopté 137 V/m
05 mW/cm²
pour les professionnels pour une durée limitée à 6minutes.
Les USA ont adopté dès 1952 le seuil de  193 V/m
10 mW/cm²
pour les militaires et professionnels pour une durée limitée à 6 minutes.

5°) Il est utile de préciser que les analyseurs de spectre n'existaient pas l'époque, et qu'ils sont arrivés après 1970 voir même 1980. Le premier système de surveillance du spectre radio sur papier n'a été mis en service à l'ambassade américaine qu'à partir de 1963.

6°) L'étude d'Abraham Lilienfeld n'a pas du tout pris en compte les effets sur le personnel dans la période de 1945 à 1952. C'est après avoir découvert des problèmes de santé sur leur personnel que les américains ont constaté en 1950 que leur ambassade étaient exposées aux micro-ondes suite à la découverte d'un système d'écoute en 1952.

7°) C'est Hermann Schwan qui a été rapatrié aux USA en 1947 dans le cadre du programme Paperclip qui a été utilisé pour récupérer de nombreux scientifiques nazis, qui proposera la première norme de protection sur les champs électromagnétiques qui sera de 10 mW/cm², soit 193 V/m. Sauf que même lui reconnaîtra qu'on ne devait pas dépasser une exposition d'une heure maximum. En réalité, même à ce niveau, le Dr Salomon Michaelson, vétérinaire de de l'université de Rochester, subventionné par le département de la défense (DOD), qui a mené des expérience sur des animaux, ne peut ignorer la modification du comportement et l'apparition de lésions internes sur les animaux, jusqu'à une semaine après une exposition chronique ce qui est mentoinné aussi dans des rapports militaires. 

8°) Le premier dispositif d'écoute installé en 1945 ne sera découvert qu'en 1952, ce que les américains ne pouvaient avouer à leur population. Le principe de fonctionnement sera découvert après 4 mois de recherche par un ingénieur des services secrets britanniques, qui a reconstitué le procédé. Les premiers dispositifs utilisaient une fréquence de 330 MHz et des fréquences harmoniques jusqu'à 1800 MHz.

9°) En 1962, un officier a été assigné à l'ambassade pour détecter tous les systèmes d'espionnage russe.

10°) D'août 1963 à mai 1975 un faisceau de 2,50 à 4,1 GHz sera détecté, 6 à 8 heures/jour, 5 jours/semaine.

11°) En 1964, une quarantaine de dispositifs d'espionnage ont été découverts dans l'ambassade. Cette information n'a été déclassifiée par la NSA qu'en 2007 suite à une demande par FOIA. En réalité on sait depuis que d'autres systèmes ont été découverts ailleurs, et dans d'autres ambassades du pacte de Varsovie, ce qui sera confirmé dans un autre document technique de la NSA déclassifié en 2007. Ce document confirme que certains des moyens d'écoute utilisés contre l'ambassade Moscou étaient aussi utilisés dans les autres pays de l'EST, ce qui rend caduque l'affirmation de l'ANSES, qui s'est basé sur le rapport d'Elwwod.

12°) En 1965, les premiers résultats du programme de recherche secret Pandora américain seront réalisés sous le contrôle du centre militaire de Walter Reed.

13°) En 1967, Le président Lyndon B. Johnson a demandé le premier ministre Kossyguine d'arrêter de bombarder l'ambassade avec des micro-ondes.

14°) En janvier 1973, un nouveau faisceau sera détecté.

15°) En août 1975, un autre faisceau permanent sera détecté, avec un niveau de 18 µW/cm² (8 V/m). 

16°) En 1976, l'étude d'Abraham Lilienfeld n'a pas analysé la période de 1945 à 1952, et  a pris en compte que les maladies et décès qui se sont produits que lors de la période de la période du 1er Janvier 1953 au 30 Juin 1976.

17°) Le 16 Février 1976, le Boston Globe révèle que l'ambassadeur américain en poste à Moscou, avait développé une maladie du sang rare similaire à la leucémie (leucémie lymphoïde chronique), souffrait de maux de tête, et de saignements des yeux, ses deux prédécesseurs sont décédés du cancer.

18°) En février 1976, l'ambassade américaine installe des système de protection anti-onde en aluminium, permettant une réduction de l'exposition du personnel à 2 µW/cm², rendant inopérable le signal de retour du système d'espionnage passif.

19°) En 1977, la journaliste Brodeur révèle au public que l'ambassade américaine était irradiée en permanence par les services russes, ce qui provoquera un scandale et des critiques du public, surtout quand il apprendra que le personnel diplomatique était victime de problèmes de santé.

20°) En janvier 1979, les faisceaux émis par les services secrets russes sont stoppés, et un signal réapparaîtra quelques jours en 1983.

21°) En mars 1988, un nouveau faisceau sera détecté en extérieur dans le spectre de 9 à 11 GHz avec un niveau de 0,1 µW/cm². A cette époque les analyseurs de spectre étaient devenus disponibles. Avec un prix de 30.000 euros pour les premiers jusqu'à 1GHz, ils pouvaient atteindre 50 ou 100.000 euros dès qu'ils montaient à plus de 10 ou 20 GHz. 

22°) Le personnel diplomatique américain était aussi exposé aux moyens de transmission, et aussi aux brouilleurs qui ont pu être installés dans l'ambassade américaine.

23°) Certains des moyens techniques qui ont été découverts et utilisés par les services russes n'ont toujours pas été révélés, ils sont encore classifiés à ce jour.

24°) Les affectations à l'ambassade américaine à Moscou seront limités par la suite à un an pour certains membres du personnel diplomatique.

25°) Le personnel diplomatique américain des autres ambassades des autres pays de l'Est était aussi exposé aux moyens d'espionnage des autres pays de l'Est, ou aux brouilleurs mis en place suite à la découverte du dispositif russe en 1952, ce qui diminue la différence sur le nombre de cancers ou décès. Sauf que les taux restent significatifs et même beaucoup plus élevés à Moscou, que dans toutes les autres ambassades des pays de l'Est. On se demande pourquoi cette comparaison n'a pas été faite avec les ambassades des pays occidentaux, et pourquoi le rapport de l'ANSES ne précise pas cette information, de même que les points ci-dessous.

26°) Les décès par cancer du sein pour les femmes du personnel diplomatique qui habitaient dans ou à côté de l'ambassade n'ont pas été pris en compte.
 
 


 
 
3/3

27°) Les différences de fréquences peuvent être liés à la présence plusieurs dispositifs qui ont été dissimulés dans l'ambassade américaine. Ces cancers sont apparus pour des densités de puissances inférieures à 18 µW/cm² (8,3 V/m). Sur le spectre on a mesuré de 0,6 à 10 GHz de 1 à 2.4 µW/cm² (3 V/m) avec des pics de courte durée de 5 µW/cm² (4,3 V/m) à 18 µW/cm² (8,3 V/m).

28°) Il est scandaleux que l'ANSES passe sous silence les faits constatés ci-dessous :
- Période de l'étude : 1953 à 1976, rien n'a été fait sur la période 1945 à 1952.
- L'étude prendra en compte 3100 membres du personnel diplomatique, 868 conjoints, et 1468 enfants.
- Le taux moyen de lymphocytes était supérieur de 41% par rapport à celui du groupe témoin non exposé.
- Le taux moyen de lymphocytes reviendra à la normal chez le personnel après 1977, étude du Dr Thomas Stossel.
- Les 3 ambassadeurs successifs en poste à Moscou sont décédés de leucémie par la suite.
- 2,5 fois plus de décès par leucémie à l'ambassade de Moscou.
-1,8 fois plus de décès par leucémie dans les autres ambassades exposées.
- 2.7 fois plus de décès dans les familles de Moscou proche de l'ambassade.
- 5,0 fois plus de décès pour le cancer génital chez les femmes à Moscou.
- 2.3 fois plus de décès pour le cancer génital féminin dans les autres ambassades.

Pathologies :
A) Chez les enfants augmentation des :
- Leucémie
- Maladie du coeur
- Maladie des oreillons
- Maladie des anémique du sang
- Maladies infections respiratoires 

B) Chez les femmes augmentation du :
- Taux de mortalité par néoplasie maligne.
- Complication lors des grossesses et accouchements.

C) Chez les hommes augmentation de :
- Maladies intestinales protozoaires,
- Maladies par néoplasies bénignes,
- Maladies du système nerveux,
- Maladies des ganglions périphériques

D) Commun aux deux sexes :
- Problème oculaires
- Leucémies (taux de globules blancs élevés)
- Kystes
- Psoriasis
- Dermatites
- Eczémas
- Cancer de la peau
- Perte d'appétit (anémie)
- Dépression / irritation
- Problème de concentration

Une remarque importante, il faut savoir que dans ces études le taux de mortalité par cancer du sein n'a jamais été pris en compte. Le taux de mortalité était de 100% dans les 20 ans après avoir quitté Moscou. De nombreux membres du personnel diplomatique sont décédés avant 50 ou 60 ans.

Conclusion, le nombre de décès est le plus élevé dans le groupe exposé aux rayonnements ionisants, que dans le groupe témoin non exposé.

29°) Le Département d'Etat précisera qu'en plus des problèmes d'interférence, les rayonnements micro-ondes pouvait avoir des effets sérieux pour la santé du personnel diplomatique de l'ambassade, suite à l'étude de O'Connor en 1993, ce qui contredit et discrédite totalement l'affirmation de l'ANSES.

30°) En 1993, O'Connor révélera que le Conseil national de protection et mesures des rayonnements (NCRP), refusera en 1986 de tenir compte des risques sanitaires à des niveaux inférieurs au seuil 10 mW/cm² (193 V/m) retenu par l'armée et la norme ANSI dès 1952 et confirmé en 1965.

31°) L'ANSES refusent de préciser que les scientifiques indépendants des lobbies industriels ont trouvé les résultats des études très significatifs lors des études qui ont été menées sur l'affaire de l'ambassade américaine, ce qui jette un doute sur le sérieux et la validité du rapport de l'ANSES.

32°) Par la suite des systèmes ont été réalisés pour les services secrets occidentaux et américains pour fonctionner à des fréquences supérieures à 5, 10, 20 et 40 GHz.
 

Ces trois pages ne sont qu'une synthèse simplifiée sur cette affaire.
 

Marc Filterman, 
le 4 avril 2014.

De nombreuses études montrent systématiquement depuis les années 60 au moins des effets génotoxiques lors de l'exposition des animaux et des individus à des champs électromagnétiques ou des émissions micro-ondes. Cela se traduit le plus souvent par des modification des taux des globules blancs et rouges.
En 1974 une étude russe de M. N. Sadcikoiva montrait aussi un lien entre l'exposition aux rayonnements RF/MW et des troubles cardio-vasculaires chez les humains. Sur 100 patients exposés de 5-15 ans, 71 avaient un type précis de problème cardio-vasculaire. Les moins exposés avaient aussi des irrégularités cardiovasculaires. Conclusion, il existe un lien entre les maladies cardio-vasculaires l'exposition aux rayonnements.

Liakouris a revu la littérature américaine, qui a révélé que les résultats de la recherche sont suffisamment consistants pour justifier une enquête plus approfondie. Un examen des effets sur la santé statistiquement significatif a été observés dans l'étude de Lilienfeld de 1976 qui a mis en évidence des effets sur la santé correspondant à des clusters attribués au syndrome de la maladie des ondes radioélectriques, ainsi l'établissement d'une corrélation possible entre les effets sur la santé et l'exposition chronique à faible intensité des rayonnement micro-ondes modulées.

Depuis 1972, les effets biologiques et 3 mécanismes sont expliqués dans un manuel de médecine militaire et aérospatial, mécanismes qui sont toujours ignorés à ce jour par nos super-experts de l'ANSES.
 



 
  Retour au chapitre sur les antennes relais de la téléphonie mobile
  Retour au SOMMAIRE du SITE.
  TRANSLATE - TRADUIRE.
Nom du site   Risques sanitaires des champs électromagnétiques, santé, cancer, leucémie, tumeur
Adresse du site danger risque sanitaire de la pollution électromagnétique santé cancer leucémie tumeur du cerveau
Auteur du site : Marc FILTERMAN
Adresse e-mail : marcfilterman@hotmail.com
© Protected by Copyright - Reproduction interdite.