© Protected by Copyright - Reproduction interdite.
Adresse du site
sites de secours
danger risque sanitaire de la pollution électromagnétique santé cancer leucémie tumeur du cerveau
Nom du site   Prévention sur les risques professionnels sanitaires des micro-ondes
Auteur du site   Marc FILTERMAN
Adresse e-mail   marcfilterman@hotmail.com
  TRANSLATE - TRADUIRE
  Retour au Sommaire du site
  Retour au chapitre sur la pollution électromagnétique des micro-ondes



30°) Avortements Spontanées
fausses-couches et enfants mongoliens
risques des champs électromagnétiques
(pollution électromagnétique, électrosmog)
Introduction
Certains se demanderont quel est le rapport entre les écrans cathodiques et les micro-ondes de la téléphonie mobile. Nous y viendrons en fin de page. Tout d'abord nous allons faire un peu d'historique sur ce qui permis de déboucher sur les problèmes liés à la santé. Les cataractes des yeux, cancers et leucémies, ne seront pas pris en compte dans le présent sujet, bien qu'une augmentation flagrante fut relevuée à proximité d'installation radar. On abordera ici seulement les avortements et malformations en relation avec les champs électromagnétiques générés par différentes sources.
 

Installations radar
Les premiers problèmes ont été constatés lors de la deuxième guerre mondiale chez les opérateurs radars. A la suite de plusieurs plaintes venant de l'US Navy et de l'US Air Force, le Pr Smith avait été nommé à l'époque codirecteur de recherche sur les divers troubles constatés dans cette profession : troubles de la vision, migraines, cataractes, dépressions nerveuses, insomnies, irritabilité, impuissance, pleurésies, raideur de la nuque, stérilité, suicides, stress.
Cette demande de 1943 est connu sous le nom de Murphy Camp Operation, et le rapport fut classifié secret en 1944. Elle émanait d'un comité du Département de la Défense Américain qui dépendait de l'Office de la Recherche et du Développement en charge des recherches scientifiques et de l'industrialisation. C'est à partir de cette époque que fut imposé un cycle de travail/repos de 4 heures pour les opérateurs radar. Les centres de dépistage furent informé de l'augmentation des syndrômes de Down de 1975 à 1981 à proximité des bases militaires équipées d'installations radar ou satellites, comme à Vernon dans le New Jersey. L'EPA réalisa des mesures, mais le Dr Robert Becker obtiendra des valeurs 10 fois supérieures à celles qui avaient été annoncées officiellement. Il fut constaté une augmentation de 500 % des anomalies génétiques et syndrome de Down de 1975 à 1987.
Un nombre d'enfant mort-nés anormalement élevé a été constaté à côté de la base aérienne d'Eglin en Floride par un groupe de chercheurs du Southern Research Institute de Birmingham, en Alabama vers la fin des années 60. Un radar de type Pave Paws était actif sur cette base depuis 1965 et utilisait la fréquence de 450 MHz modulée à 18,5 Hz. Une modulation de 16 Hz provoque des altérations dans la chimie du cerveau dans les poulets. Ross Adey et Bawin avaient constaté le même problème dans les cerveaux de chat.
 

Ecrans d'ordinateur:
Les écrans d'ordinateur ou les téléviseurs contiennent un tube cathodique doté d'un ou plusieurs canons capables de générer un ou plusieurs faisceaux d'électrons. Un circuit très haute tension de 20 à 30 KV est chargé d'accélérer les électrons. Des bobines regroupées en un bloc appelé déflecteur, génèrent des champs magnétiques horizontaux et verticaux, pour contrôler le balayage des lignes et des électrons, qui vont aller frapper la face interne de l'écran. On crée ainsi une image. Le balayage vertical se situe aujourd'hui entre 20 et 50 KHz. Le balayage horizontal se situe lui entre 50 et 100 Hz.

A la suite de plusieurs naissances anormales chez plusieurs secrétaires qui travaillaient sur des terminaux d'ordinateurs, une enquête sera déclenchée dans un journal de Toronto. Des mesures de radiations seront réalisées par Anthony Muc, responsable du service de protection antiradiation de Ministère de la santé d'Ontario, sur une centaine de terminaux IBM et 200 autres de plus seront contrôlés. Tout le monde refusera de reconnaître un lien entre les rayonnements des écrans IBM et les naissances prématurées, comme le reste des spécialistes, qui ont pourtant la charge de protéger la santé des populations:
- Dr Bruce Dickerson, directeur de la sécurité sur le matériel IBM.
- Dr Gérard Caplan, service de santé de l'état d'Ontario.
- Dr P.J. Waight, bureau de protection contre les radiations d'Ottawa.
- Dr Eugène Moss, Agence Américaine de protection de l'Environnement (EPA).
- Franck Stevens, ex haut responsable d'Air Canada dans les années 80.
- Dr Ernest Letourneau, chef du bureau de protectrion.
- Dr Ian Marriott, consultant pour le ministère de la santé canadienne.
- Dr Michael Repacholi, bureau fédéral de protection contre les radiations.
Ce dernier est devenu vers 1987 Président de l'OMS (Organisation Mondiale de la Santé).

L'observatoire de la Santé à Atlanta fut informé de fausses couches et avortements dans des magasins à Dallas  par un médecin, mais on continua à nier l'existence d'un lien avec les CEM. Le ministère de la Défense en  Géorgie, suite à un nombre élevé d'avortement et de fausses couches, l'agence sanitaire de l'armée fut obligé de conclure à un événement exceptionnel. Aucune mesure ne fut réalisée sur le site et on refusa de reconnaître l'existence d'un lien. C'est en 1982 à l'hôpital de Vancouver à la demande du syndicat, que le Pr Hari Sharma découvrit que les écrans émettaient de puissantes ELF. Il demanda que l'on blinde les transformateurs des tubes cathodiques et que l'on interdise aux femmes enceintes de travailler sur ordinateur. Une directive fut émise aussi par le gouvernement canadien permettant aux femmes d'exercer une activité autre que celle sur ordinateur durant leur grossesse. A la suite d'une nouvelle affaire, celle de Bell à Rendon, Jay Bainbridge, adjoint au directeur du service de protection de la santé, spécialiste des champs électromagnétiques, déclencha une enquête épidémiologique. Tout le monde voulait ignorer les effet des CEM des écrans, la presse et les journalistes en tête. En effet les rédactions étaient les premières à utiliser les ordinateurs, d'où la volonté de camoufler les effets nocifs au personnel, de la même façon qu'on le fait aujourd'hui avec la téléphonie mobile. Il y eu 11 convergences statistiques de dénombrées, avec un taux moyen de 50 % d'anomalies constatées. Le Directeur des Services de la Médecine du travail, le docteur Donald Millar déclara le 11 mai 1983 lors d'une convention sur la santé, qu'une enquête épidémiologique sur les risques pour les grossesses allait être lancée, pour vérifier si les anomalies étaient plus importantes en présence d'écrans d'ordinateurs. Dans le même temps, un représentant d'une association américaine des obstétriciens et des gynécologues annonça qu'il allait déclarer que ces 11 convergences n'avaient aucun lien. Par contre avait il des liens avec le lobby de l'informatique, cela, on nous le dit pas. On retrouve la même anomalie avec l'OMS et la téléphonie mobile. Une phrase du rapport de la DGS (Direction Générale de la santé) est particulièrement choquante pour un organisme en charge de la santé (p16).

"Aussi dans un document de travail, l'Organisation Mondiale de la Santé met elle en garde les autorités sanitaires contre l'adoption de mesures, inspiré par le souci légitime de rassurer une opinion publique et de prévenir d'hypothétiques conséquences sanitaires, qui ne seraient pas scientifiquement fondées."

Depuis quand une organisation en charge de la santé des populations, fait jouer le second rôle à ce qui devrait être logiquement sa vocation première. Cette agence fait quoi de la première règle qu'est le principe de précaution ? Depuis quand les conséquences des CEM sont hypothétiques, alors qu'on en connaît les conséquences pour certaines depuis 1944. Le problème c'est que les rapports sont classifiés notamment secret défense pour l'armée, et pour ce qui est des recherches civiles, elles sont tout simplement interdites de publication. Des experts officiels gouvernementaux cela, interviennent pour faire taire toutes contestations venant de journalistes qui feraient des publications gênantes pour les lobbies industriels et notamment GSM. Ces gens experts sont des criminels qui devraient être poursuivis déjà pour entrave à la liberté d'informer, mais aussi pour la violation et l'atteinte à la santé d'autrui.
 
DATE LIEU Femmes travaillant sur ordinateur Ne travaillait pas sur ord.
11-12/1979 Rédaction du journal Star de Toronto 4 femmes de 20/35 ans donnent naissance à des enfants malformés. 3 naissances normales
10/1979-10/1980 Ministère de la Défense en Géorgie 7 fausses couches, 3 avortements: 
1 malformation hydrocéphalie 
1 dissymétrie de la boite crânienne 
1 malformation artère pulmonaire, décès
Dans l'enquête militaire, il apparaît que 8 autres grosses ont été sans problème
02/1980-02/1981 Service enregistrement 
Air Canada - Dorval Airport à Montréal
7 fausses couches .
Fin 1980 sur les 
9 dernier mois
Magasins Sears et Roebuck à Dallas 6 fausses couches, sans compter 1 prématuré mort plus tard+1avortement 3 naissances normales
1982 Memorial Hospital de Vancouver 3 naissances anormales 4 naissances normales mais on ne sait pas si elles travaillaient sur ordinateur ou à côté.
1982 Bureau du médiateur à Ottawa 7 grossesses à problème la huitième grossesse était normale.
07/1980-08/1982 Bell Northwest Pacific à Rendon 3 grossesses à problème dont un syndrome de Down 2 naissances normales
1979-1984 United  Airlines à San Francisco 24 fausses couches et anomalies 24 naissances normales
12/1981-03/1983 Société de Téléphonie GTE au Michigan 17 fausses couches à problème 15 naissances normales

Expérimentation sur l'animal:
Vers le début des années 60, le SRI, Standford Research Institute International, a exposé 33 guenons enceintes à une valeur identique à celle de la norme américaine en vigueur à l'époque. les petits de 18 d'entre elles ont été irradiées pendant 6 mois, ce qui ce traduisit par un taux de mortalité de 4/5. Il n'y eu aucun cas de mortalité dans l'autre groupe témoin.

Le Dr Charles D. Johnson de Falmouth, déclara que "Les études sur les souris, les poulets, les singes, montrent clairement que les micro-ondes ont un effet sur la chimie du cerveau et les globules blancs ne sont pas prises en compte par le rapport officieux" 1979.

Dès 1980, le Dr José Delgado, neurophysiologiste et Directeur de recherche à l'hôpital de Madrid "Centro Ramo y Cajal", avec Jocelyne Leal ont étudié sur des oeufs, les effets des ELF d'une fréquence de 10, 100, et 1000 Hz avec un champ magnétique de 1,2 mG, 12 et 120 mG. Les fréquences de 100 Hz à 12 mG ont un effet maximum sur les embryons de poulet, en retardant ou stoppant le développement du systèmes nerveux, du cerveau, des vésicules, mais il faut aussi préciser que le coeur ou les vaisseaux pouvaient ne pas se former du tout. Les taux de malformation de plusieurs types ou/et donc de mortalité atteignaient 80 %. Ils ont découvert qu'un champ de 12 mG pouvait avoir un effet inhibiteur à des champs de même fréquence mais 100 fois plus élevé, c'est à dire 1200 mG. Ce qui veut dire que l'effet fenêtre n'existe pas seulement en fréquence, mais il existe aussi en amplitude (puissance du signal). Delgado poursuivi les études avec un étudiant, Alejandro Ubeda, et publia dans un article du Journal of Anatomy que la forme du champ magnétique pulsé et la durée de la phase ascendante des pulsations, étaient décisives pour l'inhibition des embryons de poulet. Aucun scientifique n'a refait ces expériences, ce qui n'a pas été sans étonné Richard Tell de l'EPA qui déclara que si expériences sont reproductibles, les conséquences pouvaient être énormes. Les chercheurs tchèques avaient découverts avant 1982 un lien entre les effets des ondes radar pulsées en ELF et les avortements de souris. Les Suédois à la même époque ont découvert de leur côté que les cellules humaines pouvaient être altérées par ces ondes.
 

Téléphonie mobile:
En 1999, Madeleine Bastide a exposé des oeufs aux champs électromagnétiques ELF, et obtenu des taux de mortalité de 40 à 70 % sur les embryons de poulet. Ces résultats ne sont pas tellement diférents de ceux de Delgado en 1980, sauf que l'expérience a été faite ici avec des téléphones mobiles. Il a été précisé à plusieurs reprises et même lors d'auditions, que des femmes enceintes qui portaient des téléphones portables à la ceinture, ont eu des fausses couches ou naissances à problème. Les infirmière ont été très souvent victimes de problèmes avec un taux de problème anormalement élevé à  l'accouchement. Les personnes qui se sont retrouvées dans cette situation peuvent m'apporter leur témoignage.  Plusieurs charcheurs ont signalé depuis plusieurs décennies des ménopauses prématurée ou la perturbation des cycles mensuelles lors d'expositions.

Alimentation électrique:
Dès 1950, une étude du Département de la Santé américain révèlait déjà que les problèmes de santé de la population étaient plus importants à proximité des installations électriques, radio ou radar, et notamment chez les techniciens et opérateurs en ayant la charge.

Pour la période de 1950 et 1973, Nancy Wertheimer découvrit à Denver aux USA, un taux de mortalité infantile plus important a proximité des lignes et des transformateurs haute tension qui sont en 60 Hz. Le taux de mortalité était double dans les zones haute tension, par rapport aux zones basse tension. La totalité de l'échantillon des 6 enfants qui habitaient à côté des plus grosses unités de distribution haute tension, étaient tous décédés d'un cancer. Ses recherches sont citées dans les documents européens de 1998.
En 1984, dans son étude avec Leeper présentée à l'Académie des Sciences de New York, elle révélait que les avortements étaient aussi plus important chez les couples qui utilisaient des couvertures chauffantes, notamment dans la période de juin à septembre. Les développements des foetus pouvaient être plus lents et autres anomalies plus nombreuses.
En 1989, ils ont révélé une corrélation entre les fausses couches et les chauffages par le sol équipés de résistances électriques dans les maisons et appartements.

En janvier 1980, lors d'un congrès de l'Association Américaine pour la Recherche Scientifique à San Francisco, il a été déclaré publiquement, que les champs magnétiques pulsés en basse fréquence de 15 à 72 Hz (cela inclu donc les lignes EDF bien que là, le signal soit sinusoïdal), affectaient les hormones parathyroïdes qui excitent la cyclase adénylate. Cette dernière est un enzyme de la membrane cellulaire qui intervient dans le renouvellement des tissus osseux.

En 1987, la norme de sécurité de 2000 milligaus bien que très élevée fut maintenue par l'OMS, alors qu'aujourd'hui en Suède on parle d'un seuil d'exposition de 2 milligaus mais pour huit heures d'exposition, sous les lignes hautes tension.

En 1990, il ne faut pas oublier qu'un rapport de l'EPA a fait scandale, car un paragraphe avait été effacé sous la pression des industriels, parce qu'il mentionnait que les lignes électriques devaient être classées en catégorie B1, car elles étaient considérées comme un facteur déclencheur ou promoteur des cancers. Le rapport se réduisit au final à un document de 22 pages. Finalement sous la pression des associations américaines et de la presse l'intégralité du rapport de 367 pages fut rendu public. Bizarre qu'en france nos journalistes, industriels, opérateurs et politiques ignorent les conclusions de ce rapport, et encore plus bizarre qu'il n'y ai aucune émission télévisée sur ces sujets. Au ministère de la santé il y a pourtant eu une investigation, puisqu'on apprend que 90 % des cancers se situe au niveau de l'encéphale et qu'ils ont doublé entre 1975 et 1995. Or l'explosion des GSM n'a commencé qu'en 94. Alors questions, pourquoi ne nous a-t-on pas communiqué les chiffres pour ces dernières années ? A l'heure actuelle il y a 235.000 nouveau cas de cancer par an, dont 135.000 décès, et 60.000 attribués au tabac. Le problème, c'est que si le système immunitaire est affaiblit du fait d'un cancer, il est encore plus et se propage encore plus vite lorsqu'on est soumis à des champs électromagnétiques, car ceux-ci contribuent à affaiblir le système immunitaire.
 

Conclusion:
Des experts français affirmeront que jamais aucun lien entre la téléphonie mobile, n'a été relevé ou prouvé avec les malformations, fausses couches, avortements, enfants autistes, trisomiques ou le syndrome de Down. Dans le dernier cas on n'aime pas utilisé le terme de mongolien pour ménager les susceptibilités, mais cela permet de surtout mieux dissimuler la gravité des différentes formes de cette maladie, qui ont toute à la base des anomalies chomosomiques. MOI, j'affirme le contraire, il y a un lien. Vous allez me dire le contraire, et que je n'ai pas la moindre preuve de ce que j'avance, et à la limite me poursuivre en justice. Vous avez raison, quoique les informations ci-dessus commencent à donner un début de piste gênante sur le rôle des champs magnétiques pulsés en très basse fréquence. De plus on les retrouvent dans la téléphonie mobile. Le problème c'est que vous, les experts dont les études sont financées par le lobby, vous ne pouvez pas non plus me prouver le contraire.
Mon affirmation est-elle infondée ?
Pourquoi déconseillez-vous désormais aux femmes enceintes le téléphone portable ?
Vous même, vous n'avez aucune information pour me dire que la téléphonie mobile ne provoque pas de problème chez les femmes enceintes. De plus des rapports ou auditions, semblent visiblement prouver que ces effets existent réellement.
Dans le cas contraire, pouvez-vous me dire qu'elles sont les enquêtes épidémiologiques que vous avez effectué en France auprès des femmes ayant eu des naissances à problème ?
Vous en êtes incapables. Mais dans ce cas là, comment se fait-il que vous vous autorisiez à affirmé qu'il n'y a aucun effet de prouvé ?
Pourquoi quand vous affirmez cela, vous, vous n'êtes pas poursuivis ?
Où sont les enquêtes sur le nombre d'avortement, fausses couches, malformations ?
L'innocuité n'étant pas prouvée sur la procréation, comment se fai-il que l'on est autorisé le développement de ces technologies ?
Si vous affirmez qu'il n'y a aucun lien, nous devrions donc trouver les données de vos enquêtes quelque part, accompagnées des statistiques du Ministère de la santé. Ne vous bousculez pas pour me répondre.

Il faut rappeler que même si une femme enceinte n'a pas été exposée à l'une de ces sources, mais que par contre son compagnon l'a été, on retrouvera l'un des problèmes ci-dessous. Beaucoup ne sont pas conscients de ce fait. Par contre, j'invite les internautes qui liront cette page, à me rapporter les cas de naissances à problème qu'ils ont du affronter dans leur famille, ou dont ils ont entendu parler dans leur entourage. Voici les listes des divers facteurs susceptibles de provoquer les diverses anomalies citées.
 
Ce tableau peut être complété et retransmis au site Scandale Français
http://www.multimania.com/corruptn/gsm.htm
      par mail à corruptn@multimania.com
SOURCES de perturbation Durée d'exposition
Proximité d'un transformateur EDF
Proximité d'une ligne haute tension sous-terraine
Proximité d'une ligne haute tension sous-terraine
Chauffage électrique par le sol
Utilisation d'une couverture électrique chauffante
Utilisation d'écran d'ordinateur
Utilisation d'un téléphone sans fil
Utilisation d'un portable DCS
Utilisation d'un portable GSM
Exposition à un relais DCS
Exposition à un relais GSM
Exposition à un relais TETRA
Exposition à un émetteur radio
Exposition à un émetteur télé
Exposition à un émetteur RADAR
Autres sources
Liste d'anomalies Problème rencontré 
Avortement
Fausse couche
Mort né
Syndrome de Down
Malformation cardiaque
Malformations autres
Type de cancer
type de leucémie



 
  Retour au chapitre sur les antennes relais de la téléphonie mobile
  Retour au SOMMAIRE du SITE.
  TRANSLATE - TRADUIRE.
Nom du site   Risques sanitaires des champs électromagnétiques, santé, cancer, leucémie, tumeur
Adresse du site danger risque sanitaire de la pollution électromagnétique santé cancer leucémie tumeur du cerveau
Auteur du site : Marc FILTERMAN
Adresse e-mail : marcfilterman@hotmail.com
© Protected by Copyright - Reproduction interdite.