© Protected by Copyright - Reproduction interdite.
Adresse du site
sites de secours
danger risque sanitaire de la pollution électromagnétique santé cancer leucémie tumeur du cerveau
Nom du site   Prévention sur les risques professionnels sanitaires des micro-ondes
Auteur du site   Marc FILTERMAN
Adresse e-mail   marcfilterman@hotmail.com
  TRANSLATE - TRADUIRE
  Retour au Sommaire du site
  Retour au chapitre sur la pollution électromagnétique des micro-ondes


301°) Les autorités sanitaires de l'ANSES de plus en plus désavouées, une nouvelle étude
prouve les DANGERS avérés des micro-ondes dites non ionisantes
qui sont émises par les téléphones portables qui provoquent des tumeurs du cerveau.

Une grande claque pour les experts officiels de l'ANSES, de l'académie de médecine, et tous ceux liés au lobby des télécoms.

Il faut savoir que de nombreux experts liés aux industriels ou même des fonctionnaires des administrations françaises, pourraient être poursuivis et condamnés en justice pour faux en écriture publique pour avoir écrit que les micro-ondes sont inoffensives pour une raison très simple, c'est parce qu'il existe depuis les années 60 des manuels techniques constructeurs, qui expliquent qu'il existe un danger si vous vous exposez longuement à des antennes d'émission radio, télé, radar ou satellite de ommunication. Ce n'est parce que ces personnes sont énarques, polytechniciens, académiciens, qu'ils sont compétents et crédibles.

Le faux en écriture publique ou authentique ou l'usage de faux est puni de dix ans d'emprisonnement et d'une amende de 150.000 euros, ces peines étant portées à quinze ans de réclusion criminelle et à 225 000 euros d'amende lorsque les faux ou les usages de faux sont commis par une personne dépositaire de l'autorité publique ou chargée d'une mission de service public agissant dans l'exercice de ses fonctions ou de sa mission (C. pén., art. 441-45 – V. Rép. min : JOAN Q, 27 janvier 1997, p. 412.

Visiblement en France cette législation n'inquiète pas plus que ça certains fonctionnaires ou experts au service des industriels. Vous devez en plus rajouter les textes de la convention européenne des droits de l'homme, qui permet de condamner l'état français dans le cadre de l'article 6 de la CEDH. De nombreux jugements français qui refusent de tenir compte des risques sanitaires pourraient être invalidés si la cour européenne était saisie. Alors que des condamnations sont tombées à l'étranger, il n'y a qu'en France qu'on persiste à affirmer que les micro-ondes sont inoffensives. Il faut en effet savoir que les fonctionnaires et experts de  l'ANSES, ne tiennent aucun compte des condamnations qui sont rendues dans les pays étrangers.

Deux nouvelles études viennent de sortir ce mois-ci. La première de Bordeaux démontre une augmentation des tumeurs du cerveau chez les gros utilisateurs de téléphone portable. La deuxième du mois de mai est passée totalement inaperçue. Elle démontre une augmentation des cancers sur la ville de Paris liée au déplloiement des réseaux.  Ces deux nouvelles études contredisent les affirmations rassurantes du rapport de l'ANSES, dont certains responsables ignorent que la nocivité des micro-ondes est reconnue dans des manuels constructeur depuis les années 60. L'ANSES ne respecte même pas la dernière directive européenne de 2013, et l'état français contrairement à la recommandation de 1999 où il s'est empressé de la retranscrire en droit français, ne se précipite pas ici pour faire la retranscription de celle de 2013 sur les risques avérés des micro-ondes. En revanche un certain nombre d'industriels ont compris les risques auxquels ils s'exposent, et ils ne tiennent plus du tout compte des rapports de l'ANSES, et ils ont décidé de se mettre en conformité avec cette nouvelle directive de 2013.

Cette nouvelle étude publiée le 13 mai 2014 dans la revue Occupational and Environmental Medicine (OEM), confirme les affirmations faites de dans les études du Pr Hardell, d'Henri Lai et beaucoup d'autres, qui ont pourtant été décriées par les Pr Repacholi, Aurengo (ex-conseiller de Bouygues Télécom et parrain scientifique de l'AFIS), qui il est vrai, servent plutôt les intérêts des industriels, que de ceux de la population.

Les chercheurs ont demandé à 253 personnes victimes d'un gliome et à 194 atteintes d'un méningiome, de décrire la fréquence d'utilisation de téléphone mobile ou smartphone, avant l'arrivée de ces tumeurs.

Les chercheurs ont demandé, et consulté les utilisateurs n'ayant pas de gliomes, mais qui utilisaient leur portable moins d'une demi-heure par jour.
- Sur les 253 malades atteints de gliomes, 29 étaient de gros utilisateurs de téléphone portable, plus de 30 minutes par jour.
- Sur les utilisateurs témoins on trouve 22 gros utilisateurs sur 504 individus.
Résultat :
- chez les malades, on trouve une proportion significativement plus élevée de gros utilisateurs soit plus de 11%.
- dans le reste de la population, on ne trouve que 4%.

La différence de 7% est significativement importante pour démontrer qu'un comportement de gros utilisateurs de téléphone portable augmente le risque de développer un gliome. Il y a donc une certitude à 95%, pour conclure qu'il y a "au moins deux fois plus de risque" de rencontrer une tumeur chez un gros utilisateur de téléphone portable, que dans le reste de la population. En réalité le risque peut être multiplié, tout cela dépend en effet pendant combien d'heures vous utilisez votre portable dans l'année. Le doublement n'est valable que pour une utilisation que de 15 heures seulement dans le mois, si vous utilisez votre portable plus de 30, 45 ou 60 heures, le risque d'avoir une tumeur sera proportionnellement x fois plus important.

Il est précisé que les gros utilisateurs sont plus stressés, cette étude pourrait suggérer un sur-risque de gliome associé au stress.
Problème, ce raisonnement ne tient pas la route, puisque dès qu'un individu est soumis à des champs électromagnétiques, le nombre CHSP (protéine de choc thermique) augmente systématiquement, et cela fait plusieurs dizaines d'années que que ce problème est connu, sauf par les experts qui travaillent pour le lobby des télécoms.

BFMTV - Publiée le 12 mai 2014 - Une étude française vient de confirmer le lien entre cancer du cerveau et utilisation du téléphone portable. C'est une équipe de chercheurs bordelais qui publie ces conclusions dans la revue Occupationnal and Environnemental Medicine.

Les utilisateurs intensifs ont au moins 4 fois plus de chance d'avoir une tumeur du cerveau.


15/10/2013 - 1,15 minutes-91
 

Electromagnetic fields, risks and magnetosomes.
Pierre Le Ruz, Docteur en Pysiologie, Président du CRIIREM.


06/02/2014 (2,15 minutes-248)

Bonus to "Desperately seeking white zone" a film by Marc Khanne (ARTIS - France) with subtitles.
Info : "Cherche Zone Blanche désespérément " - electrosensitive-white-zone-ehs-film.com
 


Pas de danger, mais il vaut mieux limiter l'utilisation des portables.
Jeannine Le Calvez, Présidente de Priartem -
Cancer et portables : "il faut que les alertes soient claires"


Durée : 5,07 mn(58) - 13/05/2014

Allo-Docteur : L'abus de téléphone portable est-il dangereux pour le cerveau ?
Source : Mobile phone use and brain tumours in the CERENAT case-control study. G. Coureau et coll. Occup Environ Med. 09/05/2014 doi: 10.1136/oemed-2013-101754



 
  Retour au chapitre sur les antennes relais de la téléphonie mobile
  Retour au SOMMAIRE du SITE.
  TRANSLATE - TRADUIRE.
Nom du site   Risques sanitaires des champs électromagnétiques, santé, cancer, leucémie, tumeur
Adresse du site danger risque sanitaire de la pollution électromagnétique santé cancer leucémie tumeur du cerveau
Auteur du site : Marc FILTERMAN
Adresse e-mail : marcfilterman@hotmail.com
© Protected by Copyright - Reproduction interdite.