© Copyright - Reproduction interdite - Marc Filterman -
Adresse du site
sites de secours
http://filterman.comlu.com/gsm.htm
Nom du site   Prévention sur les risques professionnels sanitaires des micro-ondes
Auteur du site   Marc FILTERMAN
Adresse e-mail   marcfilterman@hotmail.com
  TRANSLATE - TRADUIRE
  Retour au Sommaire du site
  Retour au chapitre sur la pollution électromagnétique des micro-ondes

319°) Les conflits d'intérêts continuent, mise en demeure de Richard Adam sur les CEM/EHS,
même quand les vaccins tuent, cela ne dérange guère les médecins experts
qui ont préféré signer pour le serment d'hypocrite, car il rapporte plus que le serment d'Hipocrate.

Les mauvaises nouvelles s'accumulent pour  les conspirationnistes et le comploteurs au service de l'industrie et des opérateurs, ainsi que leurs amis politiques vont passer un mauvais moment.

Après avoir enquêté sur un comité de l'ANSES en 2012, et été auditionné en 2013, nous avions estimé que 20 des 24 membres étaient en situation de conflits d'intérêts directs ou indirects, plus ou moins grave. Un avis a été rendu en 2014 confirmant plusieurs des points que nous avions soulevé (lire sujet 310).

Après le scandale Servier, du vaccin Gardasil pour le col de l'utérus, des vaccins anti-grippes qui ne servent à rien, des prothèses PIP, voilà encore un autre scandale. Le Canard Enchainé nous a appris le 1er avril, sauf que ce n'est pas un poisson d'avril, que le comité techniques des vaccinations est lui aussi "gavé" de conflits d'intérêts. 13 de ses 17 membres ont travaillé ou réalisé des études pour le compte des laboratoires pharmaceutiques, et 8 de ses membres ont été rémunérés à titre personnel. De 2003 à 2008, son Président Daniel Florest a été au service de plusieurs laboratoires pharmaceutiques qui l'ont rémunéré, informations non révélées dans ses DPI. L'ANSM (agence du médicament) recommande de ne plus recommander le vaccin anti-gastro, après plusieurs centaines de nourrissons victimes d'effets secondaires, sans parler de quelques décès.

Le 17 février 2015, on a appris que le département imagerie de l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière s'est fait épingler par l'ASN (Autorité de Sûreté Nucléaire), département où travaille le Dr Aurengo (ex-conseiller de Bouygues Télécom), qui est pourtant le spécialiste officiel pour tous les types de rayonnement. L'hôpital et ses responsables ont été victimes des critiques de Sept inspecteurs de la radioprotection de l’ASN, et de trois experts de l’IRSN, venu en appui technique de l’ASN, pour contrôler les services de l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière. Le service d'inspection de l'ASN n'a pas été déçu pour sa première inspection. L'hôpital s'est fait rappeler à l'ordre en raison de la protection insuffisante de ses employés. Il a expédié à l'hôpital une lettre de 31 pages en date du 06/02/2015 sur les manquement qui ont été constatés sur le manque de sécurité et de protection du personnel. Les médecins experts sur la sécurité des rayonnements qui se font épingler pour un manque de sécurité face aux rayonnements nocifs, il y a un quand même un sérieux problème. Dans une entreprise privée, vous seriez poursuivis et condamnés, mais là visiblement, les règles ne sont pas les mêmes pour tout le monde en france.
 
 
Les inspecteurs ont constaté que les analyses de poste sont pour la plupart incomplètes. Elles se fondent sur des hypothèses standardisées éloignées de la réalité. Elles ne prennent pas nécessairement en compte l’ensemble des limites de
dose, ni les actes les plus pénalisants ou encore les facteurs faisant fortement varier la dose. Les doses susceptibles d’être reçues à différents postes de travail par une même personne ne sont pas sommées. Les fiches d’exposition sont pour la plupart absentes ou obsolètes.

Et début janvier 2015, plusieurs scientifiques internationaux experts des champs électromagnétiques ont déposé une plainte contre l'un des membres de l'European Economic and Social Committee (EESC), Richard Adam.
 
 
Mise en demeure adressée à Mr Richard Adams
Membre du Comité Economique et social européen (CESE/EESC)
Foreign & Commonwealth Office du Gouvernement britannique

18 Février 2015

Mise en demeure tenant M. Richard Adams, membre du CESE, personnellement responsable pour avoir trahi la confiance du public en ignorant des preuves sur les dangers des champs électromagnétiques de radiofréquence (CEM/RF).

Le Radiation Research Trust (G.B.) demande à ce que la nomination de M. Adams ou sa re-nomination comme membre du Comité économique et social européen (CESE) soit résiliée en raison de la violation grave de son devoir et sa fiabilité en tant que membre du CESE.

Le Radiation Research Trust appelle également à l'annulation de la contre-opinion du CESE et à ce que l'opinion originale soit reconsidérée.

Cette mise en demeure est émise par le UK Radiation Research Trust en appui aux millions de personnes en Europe, estimées être comprises entre 22.000.000 et 37.000.000, souffrant actuellement d'hypersensibilité électromagnétique due à l'exposition à la prolifération des téléphones mobiles, téléphones sans fil DECT, babyphones sans fil, antennes relais, Wi-Fi, compteurs intelligents et le réseau intelligent.

M. Adams a lancé la contre-opinion au cours de la session DIX du CESE sur l'électrosensibilité le 21 janvier 2015 et a omis de divulguer ses conflits d'intérêts, ce qui constitue une violation de bonne conduite.

Cette lettre sera tenue comme référence ultérieure pour permettre aux membres du public de démontrer que l'information, la recherche et les rapports sur les effets sanitaires des CEM, ainsi que des détails mettant en évidence les conflits d'intérêts pour certains membres du Comité scientifique des risques sanitaires émergents et nouveaux (CSRSEN) ont été présentés à M. Adams avant le vote sur la contre-opinion sur l'électrosensibilité de la session DIX/CESE du 21 janvier 2015.
 

Nous tenons donc à informer M. Adams que, désormais à partir d'aujourd'hui, le 18 février 2015, nous le mettons en demeure en le tenant responsable de l'issue de ce vote. Désormais, nous considérerons que, e, raison de l'information que nous-mêmes, et d'autres, lui avons fourni avant le vote, M. Adams est conscient des effets de cette technologie sur les membres de la population et les actions futures devront être jugées à la lumière de cette connaissance.
 


 
 
Au cours de la session plénière du CESE, M. Adams a été contesté du fait de graves conflits d'intérêts en raison de sa position (non divulguée) de partie prenante avec RWE AG, l'un des cinq plus grandes sociétés d'électricité et de gaz d'Europe. Il est également administrateur de l'organisation Charity Sustainability First (un fait qui n'avait pas été divulgué à ce moment). Les deux entreprises ont un intérêt direct dans les compteurs intelligents et le réseau intelligent qui utilisent la technologie de radiofréquence sans fil.

Le Radiation Research Trust (G.B.), des médecins, des scientifiques et des ONG à travers l'Europe ont exprimé des préoccupations directement à M. Adams, avant ce vote sur les impacts néfastes que les technologies sans fil ont sur des millions de personnes souffrant actuellement d'électrosensibilité dans toute l'Europe, provoquant des atteintes à la santé et aux droits de travailler et de vivre en société. Beaucoup de personnes souffrant d'EHS sont privées de leurs droits humains fondamentaux conduisant, dans de nombreux cas, à l'exclusion sociale et à la perturbation et la destruction de la vie familiale. Le contre-avis adopté ignore également les droits de l'enfant ( children's rights ) étant donné qu'ils sont obligés de fréquenter des écoles polluées par le rayonnement WIFI et qu'ils ne reçoivent pas les avertissements adéquats associés à l'approche de précaution pour les enfants utilisant des téléphones mobiles ou d'autres technologies sans fil, empêchant ainsi le cours de la justice. Un document discutant l'EHS et les droits de l'homme (en anglais) peut être téléchargé ici : 
http://www.radiationresearch.org/.../_Human_Rights_0141204.pdf

M. Adams a ignoré ces informations et a refusé d'accepter que la technologie sans fil soit en aucune façon responsable de ces risques. Il n'était pas prêt à s'engager dans quelque dialogue que ce soit et a eu recours à des propos diffamatoires à l'égard du travail d'éminents médecins et scientifiques tels que le professeur Lennart Hardell et le Groupe de travail BioInitiative en lien avec le risque biologique.

Pour résumer les préoccupations soulevées vis-à-vis de M. Adams par le Radiation Research Trust:

Il est estimé que 3% à 5% de la population souffre d'EHS et que les chiffres sont en croissance. Les gens sont souvent mal diagnostiqués dans la mesure où la profession médicale n'est pas formée à reconnaître les symptômes associés à l'EHS, conduisant à des traitements inappropriés pour des affections comme des acouphènes, des maux de tête, des étourdissements, de l'arythmie cardiaque, des troubles du sommeil, de la dépression, des chocs et des sensations de brûlure, ainsi que des éruptions cutanées. En conséquence, des médicaments sont souvent prescrits alors que le conseil le plus important que l'on puisse donner à un patient est d'éviter les appareils et les environnements émetteurs de rayonnement de RF. Les enfants sont les plus à risque car ils vont absorber une dose plus élevée de rayonnement et seront exposés tout au long de leur vie.

Le groupe de travail BioInitiative constitué de 29 auteurs en provenance de 10 pays, 10 étant titulaires de diplômes médicaux (MDS), 21 docteurs en sciences et d'autres diplômes universitaires. Parmi les auteurs il y a 3 anciens présidents de la Société Bioelectromagnetics (BEMS), et 5 membres à part entière du BEMS. Ce groupe de travail BioInitiative a examiné plus de 5000 articles scientifiques à comité de lecture et mis en évidence le fait que des effets biologiques se produisent clairement à des niveaux très faibles d'exposition aux rayonnements de radiofréquence. Ces maladies comprennent des effets nocifs sur le système nerveux central, des effets initiateurs et promoteurs de cancer, des déficiences de certaines fonctions cérébrales, des pertes de mémoire et de la fonction cognitive, de l'infertilité et du dysfonctionnement immunitaire. Le rapport appelle à une approche de précaution et d'action urgente en raison de maladies chroniques liées aux CEM qui constituent un risque potentiel pour tout un chacun.
 


 
 
L'Agence européenne pour l'environnement, dans son document " Leçons tardives d'avertissements précoces ", fait des recommandations similaires, tout comme la résolution 1815 du Conseil de l'Europe. Il est décourageant de constater que M. Adams ait ignoré ces recommandations.

Un article récent sur l'hypersensibilité électromagnétique a été présenté par l'administratrice du Radiation Research Trust, la doctoresse Erica Mallery-Blythe, médecin urgentiste. Ce rapport met en lumière une multitude d'études qui montrent la constellation de symptôme EHS dans la population en général, se manifestant de manière dose-dépendante à l'exposition aux appareils émettant des RF, tels que les stations de base de téléphonie mobile, les téléphones sans fil DECT et les téléphones mobiles.
Télécharger ici : http://www.iemfa.org/…/Mallery-Blythe-v1-EESC.pdf

Les travaux expérimentaux du Dr Dominique Belpomme, un professeur d'oncologie à l'Université Paris-Descartes, président de l'Association française pour la recherche en thérapeutique contre le cancer, suggèrent des signes de modification du fonctionnement du cerveau chez les personnes EHS et explorent une méthode de diagnostics basés sur des tests sanguins et un scanner spécial du cerveau (échographie Doppler pulsée) pour visualiser le flux sanguin. Le Dr Belpomme a interrogé et soumis à l'examen clinique plus de 1000 personnes auto-déclarées électrohypersensibles (EHS). Il dit: "Ce sont des vraies personnes malades qui sont dans un état de pré-Alzheimer."

Le Centre international de Recherche sur le Cancer (CIRC), le comité sur le cancer de l'Organisation mondiale de la Santé, a voté en mai 2011 pour classer les rayonnements RF en tant que groupe 2B de "cancérogène possible pour l'humain" pour l'ensemble du spectre, ce qui indique que toutes les personnes devraient avoir accès à la liberté de pouvoir choisir d'éviter l'exposition.

Le Professeur Lennart Hardell a publié une lettre de réfutation ainsi que d'autres documents contre la diffamation de sa réputation scientifique et professionnelle suite aux commentaires de M. Adams. Le Dr Hardell a inclus une lettre d'un membre du CSRSEN, Kjell Hansson Mild, qui a démontré les conflits d'intérêts au sein du travail de revue du CSRSEN. Le Groupe Hardell a publié cinq études révolutionnaires en 2013, qui ont toutes été ignorées par le CSRSEN dans leur rapport. Les études Hardell sont les premières à établir une corrélation entre l'usage du téléphone mobile et l'incidence des tumeurs cérébrales sur une période de plus de 20 ans, plus longues que les autres études épidémiologiques. Ces études ont trouvé une corrélation claire entre l'utilisation du téléphone cellulaire et deux types de tumeurs cérébrales, les neurinomes de l'acoustique et le plus meurtrier de tous les cancers du cerveau, les gliomes.

Pourtant, ce risque saisissant de tumeurs cérébrales a non seulement été ignoré, mais il a aussi été dénigré par les membres du CSRSEN, l'ironie étant que le CIRC - le comité du cancer de l'Organisation mondiale de la Santé - a accepté de prendre en considération la science de Hardell d'avant 2013 lorsque les chercheurs du CIRC ont voté presque à l'unanimité en classant l'ensemble du spectre de CEM-RF dans la catégorie 2B de "cancérogène possible pour l'homme". En outre, la plus haute juridiction en Italie a favorisé l'étude de Hardell au détriment des études Interphone de 2010, qui avaient échoué à trouver une corrélation similaire. Surtout la Cour suprême italienne a considéré que les études Hardell étaient plus fiables et plus indépendantes que l'étude Interphone qui avait été en partie financée par l'industrie de la téléphonie mobile.
Télécharger la lettre de réfutation du professeur Lennart Hardell ici: http://www.radiationresearch.org/…/rrt…/Adams-rebuttal-2.pdf

Le professeur Yuri Grigoriev, président d'honneur du Comité national russe sur la protection contre les radiations non ionisantes et membre du Comité consultatif de l'OMS sur les champs électromagnétiques et la santé, fournit les recommandations suivantes : "Les rayonnements ionisants sont sous contrôle grâce aux systèmes de sécurité en place pour contenir, contrôler et prévenir la surexposition. La prolifération actuelle des fréquences sans fil est pire dans la mesure où les niveaux de rayonnements non ionisants sont en constante augmentation et omniprésents; ils sont hors de contrôle. La diffusion mondiale des télécommunications mobiles a entraîné de nouvelles sources d'exposition de la population à grande échelle aux champs électromagnétiques de radiofréquence".
 


 
 
Informations de la conseillère en RTT (Equipe d'intervention rapide) Susan Foster concernant les pompiers en Californie développement de maux de tête, des troubles du sommeil, des acouphènes, des pertes de mémoire, des incapacités à se concentrer, des sautes d'humeur, des crises inexpliquées de colère et des temps de réaction ralentis en raison d'antennes de téléphonie mobile sur leurs postes d'incendie comme l'a confirmé par le biais l'utilisation de scans du cerveau SPECT (Tomodensitométrie à émission à photon unique) et de tests TOVA (Test de variables d'attention).

M. Adams est maintenant pleinement conscients qu'un grand nombre de personnes souffrent d'électrosensibilité et sont à la recherche de soutien pour que cette condition soit acceptée comme un état physiologique, et non pas psychologique, et de la nécessité de mesures préventives à appliquer pour protéger les générations futures. Leurs revendications sont désormais appuyées par un ensemble suffisant et en croissance rapide de preuves scientifiques crédibles.

Nous sommes conscients des liens de M. Adams avec l'industrie et en particulier avec le programme de compteurs intelligents et avons fourni une copie du rapport du Dr Isaac Jamieson sur les "compteurs intelligents, pratiques intelligentes" qui présente des mesures alternatives plus sûres pour mettre en oeuvre ce système.
http://www.radiationresearch.org/index.php…

Le Radiation Research Trust rappelle à M. Adams qu'il est de son devoir de respecter les droits des conventions pertinentes applicables avant la diffusion des compteurs intelligents et attire son attention sur l'article 6 (1) de la Loi sur les droits des autorités publiques 1998 qui stipule clairement que "il est illégal, pour une autorité publique, d'agir d'une manière incompatible avec la Convention", l'article 6 "le droit à un procès équitable et impartial" et l'article 8 "le droit au respect de la vie privée et familiale, du domicile et des biens". Les droits des personnes souffrant d'hypersensibilité électromagnétique sont actuellement violés. Il est temps d'appliquer la Convention établie à la Cour européenne des droits de l'homme ( European Court of Human Rights). Toute personne qui estime que ses droits ont été violés en vertu de la Convention par un Etat membre peut porter une affaire devant la Cour et demander soutien pour le droit à la vie, l'interdiction de la torture et l'interdiction de la discrimination; il s'agit d'une exigence de base au niveau de la décision politique. La Convention européenne des droits de l'homme (anciennement la Convention pour la protection des droits de l'homme et des libertés fondamentales) est un traité international pour la protection des droits de l'homme ( human rights ) et des libertés fondamentales ( freedoms ) en Europe, qui dans les sociétés démocratiques, offrent généralement une protection juridique contre l'Etat.

Beaucoup de gens cherchent maintenant à ce que justice soit faite suite à des affaires juridiques marquantes ayant été remportées en lien avec les CEM. A titre d'exemples: en 2011, le Tribunal du travail espagnol à Madrid déclaré que l'hypersensibilité, causée en partie par l'exposition aux CEM, peut entraîner une invalidité permanente. En 2012, la Cour suprême italienne a jugé que l'Organe d'assurance pour le travail (INAIL) doit indemniser un travailleur qui a développé une tumeur due à une utilisation intensive prolongée de téléphones mobiles sur le lieu de travail. En 2013, le gouvernement australien a été condamné à payer une demande de dommages-intérêts pour atteinte à la santé d'un employé avec une sensibilité aux CEM. Ces décisions ont créé un précédent pour les futures conditions liées à une hypersensibilité à ces micro-ondes.

Une nouvelle perspective est exigée par l'industrie des télécommunications afin de mieux protéger le public, l'environnement et leurs propres actionnaires. Il en va de même pour les gouvernements. A titre d'exemple: les risques business pour les investisseurs listés à la bourse de New York sont discutés dans le rapport annuel de la Securities Exchange Act de 1934 pour l'exercice se terminant le 21 décembre 2011. Le rapport comprend la déclaration suivante de VERIZON: "Notre entreprise sans fil fait également face à procès pour blessures personnelles et des recours collectifs de consommateurs relatifs aux effets sur la santé présumés des téléphones sans fil ou des émetteurs de radiofréquences, et de poursuites en recours collectif qui remettent en question les pratiques et les informations commerciales relatives aux présumés effets néfastes sur la santé des téléphones cellulaires sans fil.
Nous pouvons engager des dépenses importantes dans la défense de ces poursuites. En outre, nous pouvons être tenus de payer des primes ou des règlements à l'amiable importants".
 


 
 

En plus de l'information déjà présentée à M. Adams, nous saisissons cette occasion pour mentionner que le secteur des assurances reconnaît déjà les risques potentiels des champs électromagnétiques.
Rapport AUVA (2009): Cette compagnie d'assurance autrichienne a demandé à des experts d'évaluer les effets biologiques des rayonnements du téléphone mobile. Des effets non-thermiques ont été observés : "... les effets démontrés, n'auraient même pas dû avoir lieu, selon le mécanisme d'interaction strictement thermique qui aurait été couvert par les recommandation d'exposition actuelles".

Lloyd de Londres (2010): "Le danger avec les CEM est que, comme l'amiante, l'exposition à laquelle les assureurs sont confrontés est sous-estimée et pourrait croître de façon exponentielle et être avec nous pour de nombreuses années." Lloyd refuse de couvrir les demandes d'indemnisation liées aux rayonnements RF (Ryle, 1999).

Swiss Re (2013): "Au cours de la dernière décennie, la propagation de dispositifs sans fil s'est considérablement accélérée. ... Ce développement a augmenté l'exposition ... Si un lien direct [aux effets sur la santé] ... était établi, cela ouvrirait la porte à de nouvelles demandes d'indemnisation et pourrait finalement conduire à des pertes importantes ... "

Conséquences imprévues des champs électromagnétiques (Swiss Re 2013)
Impact potentiel global : Haut
Délai d'exécution : > 10 ans.

L'horloge a commencé à pointer sur la responsabilité et le temps est venu de traiter cette question comme une affaire urgente. La réduction des risques des CEM est favorable à tous comme l'a souligné le Dr Isaac Jamieson lors de sa présentation faite au CESE le 4 novembre 2014. A télécharger ici : http://www.radiationresearch.org/…/IAJ_EMF_BRUSSELS_Revised…

Nous réitérons que M. Adams a été mis au courant des risques des champs électromagnétiques pour les particuliers par nous-mêmes et par d'autres avant que le vote du CESE ne soit conduit. Il ne sera pas en mesure à l'avenir d'affirmer qu'il "ne savait pas" dans une cour de justice dans la mesure où cette lettre historique et ces soumissions l'en tiendront responsable.

A compter du 18 février 2015 le membre du Comité économique et social européen (CESE) M. Richard Adams a de façon irréfutable reçu les dernières découvertes scientifiques de médecins et de scientifiques du monde entier sur cette question.

Les futures demandes de dommages-intérêts en matière de santé suite ç cette contre-opinion acceptée par le CESE peuvent être trouvées dans cette mise en demeure pour formuler une demande d'indemnisation. M. Richard Adams en est maintenant avisé.

EM Radiation Research Trust UK
www.radiationresearch.org/

Contact: radiationresearch.org
Eileen O’Connor
Director
EM Radiation Research Trust

The letter of notice is supported by:

American Association for cell phone safety http://americanassociationforcellphonesafety.org USA

AMICA Association for Chronic Toxic and Environmental Injury www.infoamica.it Italy

Apple Electrosmog http://www.applelettrosmog.it Italy

Association "Une Terre Pour Les EHS" France
uneterrepourlesehs.blogspot.fr

Avaate, Valladolid, www.avaate.org/ Spain

Bemri www.bemri.org UK

Etc...

Portable à haute dose, un danger pour la santé ?
Télé - Vendredi 10 avril 2015-22H20 sur ARTE - Allemagne 2014
Créée par : Nanje De Jong-Teuscher / Claus U Eckert

Le téléphone portable est devenu une nouvelle menace pour la vie moderne, et nombreux sont ceux qui sont victimes de tumeurs et d'addition. Mais les ondes électromagnétiques qu'il produit sont nuisibles pour la santé, comme le savent depuis les années 60 les vrais experts. Depuis des années, la communauté scientifique est divisée sur le sujet par les lobbies qui pratiquent le trafic d'influence, car les enjeux financiers dépassent les questions sanitaires. Pour démêler le vrai du faux, rencontre avec des neurobiologistes, cancérologues, ingénieurs en téléphonie et comités de vigilance du monde entier. Une enquête passionnante riche en témoignages pertinents et dérangeants pour l'industrie. Les conspirationnistes et comploteurs au service de l'industrie et des opérateurs, ainsi que leurs amis politiques vont passer un mauvais moment à la fin du documentaire. Les budgets des chercheurs sont en effet supprimés dès qu'ils travaillent ou mettent en évidence les effets nocifs de l'industrie.



 
 
  Retour au chapitre sur les antennes relais de la téléphonie mobile
  Retour au SOMMAIRE du SITE.
  TRANSLATE - TRADUIRE.
Nom du site   Risques sanitaires des champs électromagnétiques, santé, cancer, leucémie, tumeur
Adresse du site http://filterman.comlu.com/gsm.htm
Auteur du site : Marc FILTERMAN
Adresse e-mail : marcfilterman@hotmail.com
© Copyright - Reproduction interdite - Marc Filterman -