© Copyright - Reproduction interdite - Marc Filterman -
Adresse du site
sites de secours
http://filterman.comlu.com/gsm.htm
Nom du site   Prévention sur les risques professionnels sanitaires des micro-ondes
Auteur du site   Marc FILTERMAN
Adresse e-mail   marcfilterman@hotmail.com
  TRANSLATE - TRADUIRE
  Retour au Sommaire du site
  Retour au chapitre sur la pollution électromagnétique des micro-ondes

326°) Sur BFMTV, Edwy Plenel tacle des journalistes de France Inter,
que j'ai blacklisté pour certains. Qui est propriétaire des médias ?

1°) Introduction.
Pourquoi j'ai blacklisté certains journalistes de France Inter ? Depuis le début de l'année, le CRIIREM a été confronté à trois incidents avec des journalistes. Les attaques se sont multipliées quand la création de la zone blanche était sur le point d'aboutir. Il y a donc eu dans le cas présent un complot du lobby des télécoms organisé dès décembre 2014, pour faire avorter ce projet de zone blanche. On peut se demander en quoi la création de zone blanche dérangeait la revue "Que Choisir", qui oubliait même dans son article de janvier 2015 de recommander l'utilisation d'un kit filaire, et de préciser que de nombreux scientifiques qui ont mis en évidence les risques des micro-ondes ont été harcelés, et même menacés de mort pour certains. On comprend mieux ces incidents quand le Premier Ministre a demandé au cours du premier trimestre la suppression des zones blanches. Il faut savoir que les patrons des quatre opérateurs ont été reçus le 24 avril 2015, par le ministre Emmanuel Macron, thème principal de la réunion, l'élimination de toutes les zones blanches, une information non révélée par la presse.

Le 15 octobre 2013, alors que la conférence de presse commençait en milieu de matinée à l'ANSES pour la remise de son rapport, j'ai constaté avec intérêts que des médias sur internet avait dès le début de la matinée  un titre identique du style,  "pas d'effet sanitaire avéré".

-Pour Libération qui reprenait une dépêche AFP, ils savaient dès 9H35 ce qu'allait dire le directeur de l'ANSES, "Ondes électromagnétiques : rien de prouvé, mais prudence".

- Pour la Tribune, il savait dès 9H21, "Ondes magnétiques : pas "d'effet avéré" sur la santé mais... évitez les expositions"

- Pour Métronews, 15-10-2013 10H17, "Ondes électromagnétiques : pas "d'effet avéré" sur la santé".

- Pour le Midi-Libre / AFP, dès 9H03, "Mobile, 4G, Wifi, Micro-onde... pas d'effet avéré sur la santé selon l'ANES".

- Pour TopSanté, c'est encore mieux, "Ondes électromagnétiques : bénignes pour la santé", quand on est un professionnel des ondes depuis les année 70, il y a de quoi rire.

- La Voix du Nord, mardi 15 octobre 2013 à 10:10, "Portables, wifi... Les ondes électromagnétiques n'ont pas d'effet avéré" sur la santé.

C'est à partir de cette simple expression identique "pas d'effet", que j'ai pu détecter une majorité de médias inféodés au lobby des télécoms, et c'est ce qui m'a incité à mener une petite enquête, sur qui est propriétaire de qui. La majorité des titres cités ou non, sont le plus souvent liés à l'industrie, au pouvoir, et évidemment subventionnés en plus avec l'argent des contribuables. Or les effets avérés des micro-ondes sont connus depuis 1970, puisque j'avais déjà des consignes de sécurité dans mes manuels constructeurs.


2°) Critiques contre la presse officielle.
Depuis début 2015, il y a eu au moins 3 incidents avec la presse. Le 30 juin, même Patrick Peloux a taclé les journalistes de la presse écrite sur BFMTV.

Mardi 30 juin, sur BFMTV à 18H45, le Dr Patrice Peloux dénonçait lui aussi le comportement des journalistes jaloux et médiocres pour ne pas dire pire, et tapait lui aussi sur la revue Le Point, ce qui se comprend quand des professionnels lisent par exemple un article du 30 avril (cliquez ici, voir sujet 323). Visiblement plusieurs journalistes se sont donnés le mot, pour faire de fausses déclaration sur les risques avérés des champs électromagnétiques.

Voici ce que disait Edwy Plenel de ses confrères le 10/07/2015, 18H30 sur BFMTV, suite à l'affaire du Rainbow Warrior, qui s'est déroulée il y a 30 ans. Il n'y a rien de changer depuis, il y a toujours autant de journalistes mercenaires au service de la désinformation et de la manipulation du public.

Edwy Plenel, journaliste fondateur de Médiapart.
« J'avais à peine 33 ans, j'ai du me battre contre des légendes, contre des mensonges, y compris contre des journalistes mercenaires, qui ont été le relais de toutes ces intoxications. Vous savez que le service public de radio à l'époque, FRANCE INTER, a raconté comme un scoop au coeur du mois d'août 85, que c'était les services secrets britanniques qui avaient posé la bombe pour nuire à la France. »

Journaliste de BFMTV.
« Alors Laurent Fabius reconnaît je le disais de la manière la plus explicite possible, face caméra un jour, que ce sont bien les services secrets qui sont à l'origine de ce sabotage, mais ensuite plus rien, même pas d'enquête parlementaire. Est-ce qu'en 2015, que le sommet du pouvoir soit à ce point maintenu, que personne ne démissionne après un tel fiasco. »

Edwy Plenel, journaliste fondateur de Médiapart.
« Mais vous voyez non seulement la formule que vous avez employé, en disant les services secrets sont impliqués, fallait-il en resté là ? Alors que la vérité qu'on sait aujourd'hui, c'est que, et mon livre est un plaidoyer pour les exécutants, pour ces agents secrets, on peut ne pas aimer leur travail, mais ils n'ont fait que respecter les ordres. Les ordres ils sont venus du pouvoir politique et justement... »

Journaliste de BFMTV.
« Pas de suite... »

Edwy Plenel, journaliste fondateur de Médiapart.
« Non seulement pas de suite, mais il n'y a rien eu. Il n'y a pas eu de commission d'enquête, il n'y a pas eu d'auditions. Non seulement Charle Hernu est devenu plus populaire que jamais, mais François Mitterrand a été réélu. Aujourd'hui ce serait encore possible. Regardez, nous avons encore des fiascos sécuritaires comme des attentats. Nous avons des guerres ou nous sommes présents. On sait aujourd'hui qu'en Libye il y avait des agents de la DGSE sous M. Sarkozy. On sait que M. François Hollande ordonne des exécutions extra-judiciaires dans le cadre de la lutte anti-terroriste. Il n'y a jamais de droit de regard véritable du parlement. C'est à dire que la zone de secret est augmentée. Et pire que cela, je le rappelle à l'époque on le sait, j'étais sur écoute, mais je l'ai appris appris. Pas pour moi, c'était surtout pour identifier mes sources. Heureusement je les ai bien protégées. Mais aujourd'hui avec la loi qui vient d'être votée, toutes les dispositions de surveillance technique beaucoup plus importantes auraient été utilisées pour essayé d'empêcher que je trouve la vérité. »


3°) Conflit d'intérêts
Mediapart révélait ainsi la teneur de rapports de la Cour des Comptes et de l’Institut général des affaires sociales à propos de l’Agence nationale de sécurité du médicament constatant aujourd'hui la faiblesse de son expertise. L’IGAS révélait que « La moitié des évaluateurs pharmacovigilance ne dispose que d’un faible niveau d’expérience, voire d’aucune expérience en pharmacovigilance ».

Les ONG dans un communiqué commun déclarent que « neuf eurodéputés occupent des fonctions rémunérées au sein de groupes ou d'associations d'entreprises qui exercent un lobbying direct ou indirect sur les prises de décision dans l'UE dans des dossiers législatifs en cours.../... Il n'est pas acceptable que les eurodéputés travaillent pour des groupes privés qui sont, en même. »
 

Les médias de la presse, télé, instituts de sondage, agences publicitaires sont détenus à 90% par des financiers et industriels, liés le plus souvent à des dirigeants ou ex-dirigeants politiques, ou par l'état. J'ai d'ailleurs cité ces 3 incidents le 29 juin, lors de deux conférence à Saintes devant plus de 250 personnes. Toutes les institutions de l'état et de la presse sont infiltrées progressivement par les lobbies des télécoms, pharmaceutiques, chimiques, des OGM, etc...



4°) Liste des incidents constatés.

1°) Le premier incident a eu lieu en janvier 2015 avec le journaliste Erwan Seznec de la revue "Que choisir", qui en voulant dénigrer mes propos s'est lui-même auto-discrédité, puisque pas de bol, mes informations sont vérifiables et viennent en plus pour certaines de procureurs anti-mafia, voir mes explications sur mon sujet 314, qui est en plus étayé par 26 vidéos. Evidemment la revue "Que choisir" s'est abstenu de diffuser mon droit de réponse.

2°) Quant à l'AFIS pseudo-sciences.org, qui est une association militante de l'industrie, elle a repris sur une de ses pages internet les lignes d'Erwan Seznec. J'ai découvert suite à cet article, que la Présidente de cette association est le Dr Anne Perrin, membre de la DGA, Direction Générale de l'Armement. Si cela plaît au Dr Perrin de se ridiculiser en laissant diffuser n'importe quoi sur le site dont elle est la présidente, c'est son problème, mais j'ignore cependant ce qu'il en est pour les autres membres de la DGA. Ils sont au courant pour certains des risques avérés des ondes de certains systèmes au sol ou embarqués, ainsi que des modifications génétiques effectués sur des virus de niveau P4 dans des laboratoires de guerre bactériogique. Les membres à la tête de la DGA peuvent ne pas apprécier de voir certains de leurs membres ridiculiser leur direction face à des militaires étrangers, ou même des responsables de services de renseignement étrangers, à cause de propos déplacés. M. Malabiau de la DGA était lui un véritable spécialiste et connaissait les règles et les périmètre de sécurité que nous avons à bord de navires militaires, ce qui n'est pas le cas des journalistes et pseudo-journalistes, qui en plus pour certains n'ont jamais été dans l'armée.

3°) Quant a M. Laurent Bazin de la Chaîne Public Sénat (diffusé sur la même chaîne que LCP), lui-même n'a pas été en mesure de contrôler M. Erwan Seznec de la revue "Que Choisir" qui a dérapé en parlant de sujets qui n'avaient aucun rapport avec les champs électromagnétiques, les EHS et les zones blanches. Il aurait du rappeler Erwan Seznec à l'ordre (voir mes explications sur mon sujet 314). La qualité de la presse est en berne.

4°) Le quatrième incident s'est déroulé avec la revue le Point du 30 avril 2015, où là la journaliste Gwendoline Dos Santos écrivait dans son article "Vraie menaces et fausses peurs" (voir sujet 323), dans la revue Le Point du 30 avril 2015, QUESTIONS :

"Les ondes électromagnétiques sont elles dangereuses ?  NON" (sic)
Ben voyons, voilà une journaliste qui sait tout comme Erwan Seznec, mais qui elle n'ont plus n'a pas la moindre compétence, alors que nous avons des consignes de sécurité dans les manuels depuis les années 60. Manque de bol pour la journaliste qui elle aussi s'est auto-discréditée, 200 scientifiques internationaux déposaient un appel devant l'OMS et l'ONU pour dénoncer le laxisme des autorités internationale face à la pollution électromagnétique. Elle nous apprends aussi qu'il n'y a pas d'addiction aux jeux vidéos des enfants, ben voyons, une  plaisanterie de plus, et on apprendra aussi que l'Aspartame ne présente aucun risque pour la santé, sauf que dans le monde de l'aviation on a aussi des circulaires de sécurité, depuis les années 90 (voir sujet 323).


5°) Le cinquième incident a eu lieu avec la radio France Inter le 15 mai. Au moment où le Président du CRIIREM devait intervenir sur France Inter, sa ligne téléphonique est tombée miraculeusement en panne pendant une semaine. Le même incident s'était déjà produit il y a quelques années lors de la sortie du rapport Interphone.

6°) Quant à moi, j'ai horreur de perdre mon temps, le journaliste de l'émission de la "tête au carré" qui m'a dérangé pour rien, et qui n'a jamais été dans l'aviation non plus, a voulu me donner des leçons sur l'aviation, sujet qui lui non plus n'a rien avoir avec les champs électromagnétiques, la même méthode qu'Erwan Seznec. Le journaliste de France Inter qui n'a jamais été dans l'aviation, savait lui  que nous n'avons que de la vapeur d'eau en sortie des réacteurs des avions. Inutile de vous dire que l'ors d'une conférence que je donnais le 28 juin à Saintes devant 300 personnes sur l'aviation et le climat, et lors du salon du Bourget avec des professionnels de l'aviation, nous nous sommes payés quelques crises de fou rire aux dépends de nos amis journalistes français. Pour l'un il faut que ces journalistes aillent voir les psychologues, pour l'autre les psychiatres. Voilà où en est le niveau des journalistes de la presse française, cela fait peur. Inutile de dire que le lendemain pour ma deuxième conférence j'en ai remis une deuxème couche.

J'en ai profité pour faire une mise au point lors de mes conférences, car aux USA, il y a bien des épandages de produits toxiques qui sont réalisés par des avions militaires, aussi bien sur les terres, que sur les populations des villes. D'ailleurs dès 1977, le gouvernement a légalisé ces épandages qui n'existent pas. Une émission diffusée ce mois à la télé, à d'ailleurs confirmé que des épandages de produits toxiques et même radioactifs ont été réalisés sur certaines ville américaines, ce qui est faux là aussi selon nos journalistes français officiels, qui il est vrai n'ont jamais eu accès à des documents ou photos militaires déclassifiées. Quand on écoute certains journalistes, cela revient à déclarer que l'agent orange n'a jamais existé, que cela doit être aussi une thèse conspirationniste pour certains. Ces journalistes pour certains ne sont pas là pour nous dire la vérité, mais leur vérité, et ils sont là pour nous mentir et dénigrer les professionnels qui eux disent la vérité. Suite à cet incident avec France Inter, j'ai expédié un dossier complet au cabinet de M. François Hollande avec un superbe album photos d'avions spécialement modifiés pour faire de l'épandage de produits toxiques divers. Cette synthèse intégrait les diverses méthodes de manipulation du climat qui sont utilisées par plus de 35 nations, là aussi avec des photos à l'appui. Mais ce n'est qu'une théorie conspirationniste, alors que plusieurs pays ont déjà généré plusieurs catastrophes par le passé, sans parler du rapport officiel du GIEC qui reconnaît lui-même dans son chapitre 7 que des manipulations du climat sont réalisés. Il est vrai que lire des rapports de 2000 pages c'est trop fatigant, donc les journalistes ne se contentent que de répercuter des conclusions officielles dans lesquelles on ne dit rien de compromettant.


7°) Le contrôle de la presse.
Nos courageux journalistes des radios et TV d'état ne prennent jamais de risques. Ils en prennent quand les autres ont déjà fait tout le boulot et en ont pris plein la gueule. On commence a en avoir assez de certains journalistes endoctrinés, qui ne sont plus là pour dire la vérité aux français mais pour dire leur vérité, et celle qui fait plaisir à leurs commanditaires. Il est vrai que la presse radio, télé, écrite est sous le contrôle du pouvoir politique, pendant que l'autre partie est sous le contrôle du pouvoir industriel. Il suffit de lire les réactions sur les forums, pour constater qu'après les politiques, les journalistes sont aussi de plus plus critiqués, sans parlé des posts qui sont censurés à la pelle sur bon nombre de site Web liés aux principaux titres de la presse écrite subventionnée. Vous ne pouvez plus intervenir sur les forums sans passer par des procédures d'inscription à rallonge, dont on devine qu'elles sont là pas seulement pour l'identification, mais aussi pour décourager toute intervention. Même l'historique de vos posts peut disparaître surtout quand vous critiquer les télécoms par exemple.

Combien de fois avons nous vu des journalistes déformer les propos des gens qu'ils interviewaient ? La presse n'est plus au service de l'information, mais au service de pouvoirs politiques et industriels, en échange de généreuses subventions payées évidemment pas les contribuables. Mais le plus drôle, c'est que ces journalistes se vantent d'être indépendant, or on ne peut pas déclarer être indépendant :

- quand on appartient à un groupe industriel,
- quand on bénéficie de l'argent de campagne publicitaire de l'industrie ou autre,
- quand on touche des subventions de l'état et donc du pouvoir politique,
- quand on a dans son conseil d'administration ou ses comités des gens membre de l'industrie ou de la politique.
- Et je ne parle pas des élus ou des membres de leur famille qui ont des actions dans les groupes, ce qui explique là aussi le contenu de certains amendement dans les textes de loi.
- Ces groupes ont aussi des intérêts croisés, leurs dirigeants sont souvent administrateurs les uns chez les autres.

8°) Subventions
Plus de 200 titres de la presse écrite touchent des subventions de l'état. En 2015, les aides accordées à la presse sous plusieurs formes s'élevaient à 820 millions d'euros. Elles sont distribuées aux journaux, revues, éditeurs, et diffuseurs de la presse. C'est ce qu'on appelle la presse libre, ben voyons. Les aides directes accordées aux hebdomadaires, aux mensuels, ou aux trimestriels atteignaient 130 millions d'euros en 2015. Dans la réalité même ceux qui prétendent être indépendant ont un fil à la patte, puisqu'ils touchent des subventions de l'état. Qui possède qui ?
 
Quotidiens
Propriétaires/Actionnaires
Total aides 2013
Aujourd'hui en France Bernard Arnault (Groupe LVMH) 11.997.569 euros
Le Parisien Bernard Arnault (Groupe LVMH) 03.971.527 euros
Les Echos Bernard Arnault (Groupe LVMH) 04.039.648 euros
janvier 2011, Investir a fusionné avec Le Journal des Finances créant Investir-Le Journal des Finances Les Echos, donc Bernard Arnault 00.314.712 euros
L'Expansion Patrick Drahi (SFR, Numericable) 00.299.932 euros
L'Express Patrick Drahi (SFR, Numericable) 06.349.770 euros
Libération Patrick Drahi (SFR, Numericable) 09.832.531 euros
Le Monde
Le Nouvel Observateur
Télérama
Xavier Niel Free
Mathieu Pigasse (Banque Lazard)
Pierre Bergé (Fondation Yves St Lrt)
16.150.256 euros
8.284.007 euros
10.105.985 euros
Le Point François Pinault (Groupe Kering) 04.658.889 euros
"Que choisir" Mensuel Alain Bazot 00.589.599 euros

 
Propriétaires
Médias
Bouygues TF1 dont NT1, LCI, Breizh, Odyssée, Histoire, Métro
France Télévision (l'état) France 2, 3, 5
Bolloré Direct 8, Direct Star, Direct Soir, Direct Matin, Havas
Lagardère Europe 1, Virgin Radio, RFM, MCM, Virgin 17, Canal J, Gulli, Paris Match, le JDD, Elle, Public,...
Alain Weill La Tribune, BFMTV
Vivendi Groupe Canal +
Bertelsmann dont RTL Group possède ou participe au capital de 45 chaînes TV, 33 réseaux radio dans 11 pays européens, dont  RTL, RTL9, groupe M6 (6TER, W9), Paris Première, Téva, TF6, etc...

Instituts de sondage
 
Propriétaires ou actionnaires
Instituts
Bolloré actionnaire à 40 % CSA
Bolloré actionnaire à 44 % Médiamétrie
Bolloré actionnaire à 20% HARRIS Interactive
Banque BPCE, PDG François Pérol BVA
Mme Laurence Parisot actionnaire à 75 % IFOP
Groupe américain WPP à comme filiale Sofres
Propriété de ses fondateurs (28%) et du fonds d'investissement Erazéo Ipsos

Bien souvent les sondages sont finalisés à la louche par les sondeurs, surtout quand les questionnaires dépasse 10 questions. De façon assez curieuse, si tous ces médias sont cités sur Wikipedia, celui-ci ne liste pas les propriétaires, les actionnaires, et pour cause, les fiches sont remplies le plus souvent par les intéressés eux-mêmes, qui ne vont pas se vanter de posséder la presse.

Le plus souvent les journalistes complotistes, en plus d'être incompétents, sont à la solde de l'industrie, ce qui permet à certains de recevoir chaque année toutes sortes d'avantages et cadeaux, comme l'avait montré l'un d'eux lors d'une émission de télé il y a quelques années.
 



 
  Retour au chapitre sur les antennes relais de la téléphonie mobile
  Retour au SOMMAIRE du SITE.
  TRANSLATE - TRADUIRE.
Nom du site   Risques sanitaires des champs électromagnétiques, santé, cancer, leucémie, tumeur
Adresse du site http://filterman.comlu.com/gsm.htm
Auteur du site : Marc FILTERMAN
Adresse e-mail : marcfilterman@hotmail.com
© Copyright - Reproduction interdite - Marc Filterman -