© Copyright - Reproduction interdite - Marc Filterman -
 
Adresse du site
sites de secours
http://filterman.comlu.com/gsm.htm
Nom du site   Prévention sur les risques professionnels sanitaires des micro-ondes
Auteur du site   Marc FILTERMAN
Adresse e-mail   marcfilterman@hotmail.com
  TRANSLATE - TRADUIRE
  Retour au Sommaire du site
  Retour au chapitre sur la pollution électromagnétique des micro-ondes

329°) L'handicap d'électrohypersensibilité,
et l'affaire Marine Richard.

1°) Introduction. 

Peu après 1980, un jour un pilote me demandera sur le tarmac avant d'embarquer dans son aéronef, si je ne sentais pas des picotements ou des fourmillements dans les mains. Ayant été peu exposé aux ondes au début sur cette base aérienne, ma réponse a été négative. Il me précisa que les effets qu'il ressentait étaient liés aux ondes du radar de type SRE de surveillance aérienne, qui était visible à côté de la tour de contrôle à une distance d'environ  900 mètres de notre position. Il est vrai qu'ayant commencé à m'intéresser et à posséder des radars maritimes à partir de 1974, je n'ai pas été très surpris, puisque les notices dès 1970 comportaient déjà à l'époque des consignes de sécurité. Leur puissance moyennée ne dépassait pourtant pas 20 ou 30 watts pour une puissance crête de de 4 à 25 kilowatts. Leur puissance n'était pas plus élevée que la sortie émetteur d'une antenne relais de téléphonie mobile.

Depuis le début des années 2000, je disposais d'informations que je n'avais jamais révélé sur mon site. Il faut savoir que quelques ministres étrangers sont aussi électrosensibles. Le Premier Ministre Suisse, avait été contraint de quitter son logement de fonction à l'époque, pour se réfugier dans un endroit moins exposés aux ondes. Cette affaire avait été découverte en raison des travaux coûteux réalisé pour protéger son appartement  contre la pollution électromagnétiques, mais cela n'avait pas suffit, il avait donc été obligé de déménager vers un endroit moins pollué.

En 2000, sur un de mes ancien site, j'avais posé la question à savoir s'il n'y avait pas une violation du code de Nuremberg. Je découvrirais par la suite que cette question avait été posée dans un extrait d'un rapport du STOA du Parlement Européen de mars 2001 :  

Les conséquences qui concernent particulièrement le public (et qui suscitent le plus d'indignation) se rapporte à l'exposition involontaire de certains groupes au sein de la population à des émissions d'antennes et de stations pour GSM 24H/par jour et 7 jours par semaine, si elles ont été installées sans aucun égard auprès à proximité d'habitations, d'écoles et d'hôpitaux. L'environnement dans lequel vivent ces personnes est pollué en permanence sans possibilité d'éviter ces pollutions. Cet état de fait est vraiment inacceptable, qui soulève de nombreuses questions d'éthique, et va indubitablement à l'encontre du  code de Nuremberg, ce sont ces personnes qui vont finalement révéler à quel point une exposition chronique à de tels champs est nocive. On ne dispose pas actuellement de cette information: en d'autres termes, ils sont réellement les sujets involontaires d'une expérience de masse. 


En Juin 2006 j'expliquais sur ma page 84: Le Dr Gro Harlem Brundtland (ex-ministre norvégienne), Directrice Générale de l'Organisation Mondiale de la  Santé (OMS), déclarait à Oslo en Norvège lors d'une conférence sur le cancer que pour ce qui la concerne, "elle serait très prudente dans le fait de permettre aux enfants d'utiliser les téléphones mobiles chaque jour durant des heures, parce que les connaissances ne sont pas suffisantes en ce qui concerne les effets potentiels sur la santé... Les gens doivent faire attention de manière à être sûrs que la technologie soit utilisée sans risque" (Source : RCR wireless news, le 2 juillet 2002). Mme Melinda Henry, porte-parole de l'OMS, a expliqué à RCR Wireless News que Mme Brundtland a confirmé aux journalistes qu'elle avait fait placer sur sa porte un sigle interdisant l'utilisation du téléphone cellulaire dans son bureau parce, que l'énergie des rayonnements radiofréquences lui donne la migraine.  

08/09/2006, le tribunal de Strasbourg était contraint d'examiner, le cas d'une habitante électrohypersensible, victime de migraines et sifflements quand elle était exposées aux ondes radioélectriques. Il est utile de préciser qu'elle avait suite à un accident du métal dans la mâchoire inférieure. Or comme le savent les techniciens et les ingénieurs, le métal peut entrer en résonance quand il est exposé à une source d'émission radio. 

Depuis 2008, le CRIIREM a eu à traiter au moins 200 dossiers, et quelques cas spéciaux. Un peu plus de 50 personnes ont obtenu la qualification de travailleur handicapé ou RQTH, soit par la voie normale, soit par la voie juridique des TCI. Le statut de RQTH peut être acquis par un état d'EHS diagnostiqué par l'ARTAC ou par les Centres de consultations externes de pathologies professionnelles et environnementales des CHU régionaux. 

Ensuite pour obtenir l'AAH ou d'autres allocations (aides techniques, aménagements du logement…), deux conditions sont obligatoires : 
A) Obtenir un taux d'incapacité (IPP) compris entre 50% et 80%.
B) Faire la preuve de restriction substantielle et durable à l'emploi
Depuis 2008, environ 10 personnes ont bénéficié de l'AAH.
Le 06/11/2014,
les modalités de la prise en charge des EHS par la MDPH ont été exposées par le Président du CRIIREM au cours des auditions des associations “Une terre pour les EHS” et le CRIIREM à l'ANSES, qui a demandé par la suite une documentation.


Un riverain électrohypersensible avait assigné en justice les opérateurs de téléphonie mobile, sur la base du trouble anormal de voisinage, pour obtenir  réparation suite à un trouble de jouissance, et du préjudice physique et moral subi, ainsi que la condamnation des opérateurs pour faire blinder son domicile.
La Cour de cassation a admis le principe d'une réparation dans le cadre de la responsabilité civile et l'octroi de dommages et intérêts en réparation du préjudice d'angoisse en rejetant le pourvoi intenté contre l'arrêt de la Cour d'appel de Paris du 1er octobre 2010

Fin 2012, un arrêt de la Cour de cassation italienne (JAC n°129, décembre 2012) reconnait un lien entre l'utilisation du téléphone portable et le cancer, comme maladie professionnelle. L'administration en charge des accidents de travail et des maladies professionnelles (INAIL) avait refusé de reconnaître le caractère professionnel de la maladie, en affirmant que le lien de causalité entre le cancer et son activité n'avait pas été établi.

Le 17/04/2014, une personne EHS de l'Essonne avait obtenu pour la première fois en France une aide financière de la Maison départementale des personnes handicapées de l'Essonne, suite à un accord à l'amiable, et non à une décision de justice, qui aurait fait grand bruit. Il est devenu électrosensible après avoir été exposé à un équipement générant des champs électromagnétiques. Avec cette aide, il avait prévu d'acheter un appareils de mesure et des moyens de protection.

Le 28/12/2014, le journaliste Erwan Seznec a rédigé un article pour la revue "Que choisir" de janvier 2015 présidée par M. Alain Bazot, dans laquelle il attaquait toutes les méchantes associations qui dénonçaient les risques avérés des micro-ondes de la téléphonie mobile et autres, Next-Up, Priaterm, Robin des Toits, une Terre pour les EHS, le CRIIREMet autres. M. Erwan Seznec se distinguera plus particulièrement lors du débat dans l'émission de M. Bazin diffusée sur le la chaîne de télé Public Sénat, où il s'est attaqué une fois de plus au CRIIREM en me visant plus particulièrement. Aucun de ces deux brillants journalistes adeptes visiblement de la liberté d'expression à sens unique, n'a jugé utile de nous répondre, ni de publier nos droits de réponse (sujet 314). Il est vrai qu'ils étaient très bien étayés, et ne pouvaient que nuire à la réputation d'Erwan Seznec, la revue "Que Choisir", M. Bazin de la chaîne Public Sénat, et certains lobbies.


2°) Affaire Marine Richard.
Le 8 juillet 2015,
dans l'affaire Marine Richard, journaliste, le Tribunal du contentieux de l'incapacité de Toulouse, a reconnu son électrohypersensibilité comme un handicap. Le jugement lui accorde un taux d'incapacité de 85 %, et elle bénéficiera d'une allocation adulte handicapé (AAH) de 800 euros, suite à son életrohypersensibilité aux champs électromagnétiques. Le médecin-expert a précisé,
1) que
« la description des signes cliniques est irréfutable »,
2) 
la symptomatologie disparaissait lors de l'élimination des causes.

Le tribunal a tenu compte d'une expertise judiciaire sur le « syndrome d'hypersensibilité aux ondes électromagnétiques ». A ce jour nous avons encore des membres de l'académie de médecine et du gouvernement qui se permettent de nier l'existence du "syndrôme des micro-ondes", alors qu'il est décrit dans un document militaire de médecine aéronautique et spatiale, et sur les pathologies professionnelles du personnel en charge de la sécurité aérienne.
Il a été inclu dans un dossier qui avait été expédié à la totalité des députés, dont une majorité n'est que très peu intéressé par la santé de la population française. Si le cabinet du Président François Hollande a bien répondu à l'époque, en revanche nos divers ministres sont restés eux aussi aux abonnés absents, ils n'ont absolument rien fait, comme ceux de la droite d'ailleurs, preuve que ces partis politiques ne sont pas du tout intéressés par la santé de la population, .

Le 28/09/2015, Erwan Seznec qui a visiblement une dent contre les EHS, était très heureux d'annoncer dans un article sur le site de la revue "Que choisir" (cliquez ici), que
« La Maison départementale du handicap de l'Ariège a saisi la cour nationale de l'incapacité, suite à une décision de première instance accordant pour deux ans seulement une allocation pour adulte handicapé à une personne se disant électrosensible. »
« La Maison du handicap de l'Ariège nous a confirmé par écrit qu'elle avait déjà « formé appel à l'encontre de la décision du tribunal du contentieux de l'incapacité de Toulouse concernant le dossier de Madame Marine Richard ». L'instance ultime serait la chambre sociale de la Cour de cassation ».

M. Seznec affirme que : « le TCI souligne que « le syndrome d'hypersensiblité aux ondes électromagnétiques » ne fait « pas partie des données acquises, avérées, de notre système de santé français ». C'est exact, au même titre que tout le monde se rappellera que l'amiante et le tabac étaient inoffensifs, et que les nuages de Tchernobyl n'ont jamais franchi nos frontières, qui étaient gardées il est vrai par la douane (sic). Erwan Seznec explique que l'électrosensibilité n'est pas reconnu comme un handicap en France, pas plus qu'en Suède. Sauf que plusieurs scientifiques avaient accusé le Dr Repacholi de mensonge en 2005 (sujet 203), et il avait échappé aux poursuites, sauvé par l'âge de la "retraite". Il avait en plus bénéficié d'une somme de 150.000$ du lobby des télécoms sur laquelle des explication étaient exigées, affaire révélée en détail par Microwave News, à l'époque, et on ne peut exclure qu'il y en ait d'autres. Extrait de la lettre adressé au directeur de l'OMS en 2005.

« L'Institut Karolinska est l'une des clés de référence de l'OMS, c'est pourquoi nous tenons à attirer votre attention sur le fait que le professeur Olle Johansson a communiqué à la Conférence sur la sensibilité électromagnétique à Prague, et le Dr Repacholi a diffusé de fausses informations concernant la reconnaissance de l'électrosensibilité par le gouvernement suédois. Et ce n'est pas un hasard si à cette conférence, une recommandation a été émise aux gouvernements pour dissuader le public de mesurer le rayonnement dans leur foyer. C'est un énorme préjudice qui a été causé au public, parce que les personnes exposées a des niveaux élevés de rayonnement dans leur maison subissent un risque si on ne leur dit pas comment les détecter. 

S'il vous plaît, nous vous demandons d'intervenir d'urgence afin d'étudier les conflits d'intérêts avec le Dr Repacholi. Si nous ne recevons pas de réponse satisfaisante dans les deux semaines, nous allons envisager sérieusement de résoudre le problème par des voies légales ou autre ».

Je suis particulièrement méfiant sur les affirmations d'Erwan Seznec, surtout quand je vois la façon dont il a traité les informations disponibles sur mon site, qui sont en plus étayées par des vidéos documentaires diffusées en plus sur les chaînes de télé. Il écrit que dans le cadre de son enquête de décembre 2014, il a contacté trois associations. Bien qu'il me mette en cause dans on article, je précise que ce journaliste ne m'a jamais contacté, sinon il n'aurait pas commis l'imprudence de rigoler de certains sujets toxiques (voir sujet 314), qui n'ont rien avoir avec des thèses complotistes, et qui ont en plus fait l'objet d'enquêtes par des procureurs anti-mafia, sûrement conspirationnistes (sic).

Le 24 octobre 2015, une réponse a été donnée sur le dossier Marine Richard. Officiellement l'appel n'aurait pas été fait dans les délais, ou peut être ont-ils préféré ne pas faire plus de bruit dans les médias, on l'ignore. Toujours est-il que le rapport Bio-initiative de janvier 2013, qui analyse environ 1800 études scientifiques, et démontre lui clairement les risques des CEM qui sont pourtant connus depuis les années 50, n'est toujours pas pris en compte par nos institutions français, car trop compromettant. Un autre rapport du centre de recherche de la Navy du début des années 70, comporte lui aussi pas moins de 2300 études sur les effets des champs électromagnétiques,dont les premières études prises en compte remontent à 1893, ce n'est pas une faute de frappe, j'ai bien écrit 1893. Un dossier fait aussi état de plusieurs centraines d'accidents professionnels suite à des expositions chroniques aux ondes, n'a jamais étudié en France. Quant à la loi Abeille votée le 9 février et publiée le 10 février 2015, loi n°2015-136 sur la sobriété, la transparence, l'information et la concertation sur l'exposition aux ondes électromagnétiques. Sauf que suite à la multiplication des amendements et à la loi Macron, son efficacité donne elle aussi dans la sobriété et le laxisme du gouvernement socialiste, malgré la masse d'information scientifique et technique communiquée aux intéressés. Quant à l'électrohypersensibilité, elle devrait être traitée devant l'assemblée nationale avant fin février 2016. On peut dire par avance qu'il n'y a pas grand chose à en attendre, quand on voit comment certains députés et sénateurs guidés par leurs intérêts personnels sabotent les lois sur la protection des enfants de moins de 12 ans, et je ne parle pas des experts médicaux qui sont à la solde des intérêts de l'industrie.


3°) Comment téléphonent les enfants, de façon abusive.
Fin 2012, l'Association santé environnement France (Asef) ­a réalisé une enquête sur les lycéens de 12 écoles en région Paca. Ils ont mis en évidence que
50 % des élèves ­téléphonent plus de 30 minutes par jour soit 15 h/mois, 180 h/an
20 % des élèves téléphonent plus de 2 heures     par jour soit 60 h/mois, 720 h/an
Cette enquête rejoint celle menée au Japon, qui révélait une utilisation du portable à outrance, voir sujet .

En mai 2014, les résultats de l'étude de l'Unité Inserm 897 de Bordeaux, ont montré que « l'utilisation massive du téléphone portable, supérieure ou égale à 896 heures d'appels, dans une vie, serait ­associée au développement de tumeurs cérébrales. Chez ces personnes, le risque d'avoir une association positive entre l'utilisation de leur téléphone portable et le développement de ­tumeurs cérébrales est augmenté pour celles qui téléphonent plus de 15 heures par mois.» Lors des salons comme le Bourget, les journalistes et autres sont très nombreux à utiliser les téléphones portables. Ainsi certains journalistes sont eux-mêmes les victimes de la désinformation effectuée par certains de leurs confrères.

santé presse journaliste cameraman risques sanitaires caméra avec ré-émetteur micro-ondes hyperfréquence, tumeur du cerveau, AVC, accident vasculaire cérébral

S'il y a bien des professions qui sont fortement impactées, se sont celles qui sont en rapport avec la communication et la presse. Ainsi on ne compte plus les attachés de presse, journalistes, et caméramans qui sont victimes de tumeur du cerveau, ou qui décèdent avant 55 ans, y compris en moto sur le tour de France. Un exemple, Benoît Duquesne qui présentait l'émission "Complément d'enquête" sur France 2, est décédé d'une crise cardiaque, vendredi 4 juillet à l'âge de 56 ans. Je ne serais pas surpris d'apprende qu'il mettait son portable dans la pochette de sa chemise, ou de sa veste. Une semaine après le salon du Bourget, le 2 juillet 2015, une journaliste de France 2 est décédée d'un AVC à l'âge de 26 ans. On sait pourtant depuis 2002 avec l'étude COMOBIO que:


L'exposition de la tête des rats à un signal de type GSM 900 MHz à des niveaux de SAR de 2 W/kg moyennés sur l'ensemble du cerveau peut induireune perméabilisation des vaisseaux sanguins intra-crâniens, aussi bien dans la méninge que dans le cerveau. Cette perméabilisation est très importante chez les rats rendus prédisposés à l'inflammation méningée par la dégénérescence de leur innervation sympathique crânienne qui favorise le développement de structures pro-inflammatoires comme les mastocytes et les innervations sensitives et parasympathiques.Ceci peut induire des modifications dans les cellules vasculaires elles-mêmes (muscle lisse et tissu adventiciel). Pour l'exposition des rats à des niveaux de SAR cérébral de 0,5 W/kg, l'influence des ondes se réduit considérablement dans le cerveau mais demeure importante dans la dure-mère.

En plus d'uliser les téléphones portables, les journalistes utilisent souvent aussi des caméras qui sont équipées d'un ré-émetteur hyperfréquence. Les rayonnements émis à proximité de la tête ne sont  pas sans risque surtout si l'utilisation est fréquente. De nombreux journalistes oublient de lire les manuels techniques constructeurs des émetteurs, alors qu'ils peuvent contenir des consignes de sécurité, et aussi des distances de sécurité. Plusieurs caméramans de France Télévision sont décédés avant 55 ans de tumeur du cerveau.


En conclusion

Aux USA, les EHS ont trouvé la solution, ils se réfugient dans la zone où se trouve le radiotélescope de 100 mètres de diamètre de Green Bank. Toutes les émissions radios sont interdites dans cette zone. Il est destiné à la détection et à l'écoute des très faibles signaux venant de l'espace, de pulsars et autres. Un rapport sur les problèmes d'électrosensibilité doit être délivré par l'ANSES début 2016, mais personne n'attend rien de ce nouveau document, qui sera rédigé avec toujours les mêmes experts, qui ne tiennent aucun compte des études qui montrent des effets nocifs. Pour les experts officiels de l'ANSES, il n'y a toujours aucun risque sanitaire, alors que les manuels de nombreux équipements contiennent des consignes de sécurité, qui sont le plus souvent ignorées des utilisateurs et des médecins du travail, à cause d'une désinformation à outrance. On ignore combien il faudra de morts suite à l'exposition aux bonnes ondes avant que nos politiques réagissent. Il est vrai que rien faire contribue aussi à enrichir les laboratoires pharmaceutiques, qui sont aussi très généreux dans le sponsoring de certains de nos médecins et homme politiques. 



 
 
  Retour au chapitre sur les antennes relais de la téléphonie mobile
  Retour au SOMMAIRE du SITE.
  TRANSLATE - TRADUIRE.
Nom du site   Risques sanitaires des champs électromagnétiques, santé, cancer, leucémie, tumeur
Adresse du site http://filterman.comlu.com/gsm.htm
Auteur du site : Marc FILTERMAN
Adresse e-mail : marcfilterman@hotmail.com
© Copyright - Reproduction interdite - Marc Filterman -