© Protected by Copyright - Reproduction interdite.
Adresse du site
sites de secours
danger risque sanitaire de la pollution électromagnétique santé cancer leucémie tumeur du cerveau
Nom du site   Prévention sur les risques professionnels sanitaires des micro-ondes
Auteur du site   Marc FILTERMAN
Adresse e-mail   marcfilterman@hotmail.com
  TRANSLATE - TRADUIRE
  Retour au Sommaire du site
  Retour au chapitre sur la pollution électromagnétique des micro-ondes



36°) Les téléphones portables GSM sur Radio France Isère
avec Marc Filterman et le Pr Roger Santini le 30/09/2002.
En bleu: mes commentaires.
En rouge: les remarques qu'il faut retenir.
En italique figure les dialogues.
Pour éviter toutes polémiques, tous les propos de tous les intervenants ont été retranscrits mot à mot en noir, et tous mes commentaires figurent en bleu. J'ai pris cette précaution afin d'éviter que ceux qui sont intervenus lors de cette émission, ou que des opérateurs viennent déclarer que les propos ont été orientés plus dans un sens que dans un autre. De cette façon, les lecteurs pourront mieux juger de ce qui a été dit ou n'a pas été dit. Je dispose bien évidemment des sources et des bandes son ou vidéo, en cas de litige sur une des phrases présentes sur cette page. Inutile de préciser que les personnes qui souhaitent un rectificatif ou ajouter un complément d'information peuvent le faire.
 
30A°) Introduction:

De plus en plus d'études dénoncent les effets des champs électromagnétiques, sur la santé. Or une certaine presse complice des lobbies industrielles se refusent à dénoncer leurs effets néfastes. Ce qui est plus grave, c'est que même des revues scientifiques, visent à minimiser les risques et même à discréditer les chercheurs auteurs de ces études. Ce qui est plus grave encore, c'est que ces revues scientifiques ne daignent pas accéder aux sources ouvertes, même militaires, qui prouvent que les ELF les systèmes électroniques mais aussi sur les métabolisme humains. Cela fait plusieurs fois que je demande à des députés de déclencher une commission d'enquête, pour vérifier le niveau d'indépendance d'une certaine presse dite scientifique, ne serait-ce que par rapport au budget publicitaire des compagnies de téléphonie mobile, ou des chercheurs qu'elles sponsorisent. On doit en effet parler de comportement CRIMINEL avéré pour certains journalistes et surtout leur rédacteur en chef -- qu'on retrouve d'ailleurs dans les mêmes clubs services que le pouvoir politique et industriel -- quand ils refusent de publiés des informations compromettantes ou les communiqués d'associations.


30B°) Présentation des invités:

Animateur de l'émission: - Pierre Monaton, de Radio France Isère.

Docteur Roger Santini:   - Docteur ès science.
                                    - Chercheur à l'INSA.
                                    - Spécialiste en bioélectromagnétisme
                                    - Auteur du livre "Téléphone cellulaire, Danger".

Marc Filterman: - 1976 et aujourd'hui encore, étudie tous les moyens de guerre électronique,
                        - 10 ans de recherche sur les radar (cliquez ici) de 1976 à 1986,
                        - 05 ans dans l'armée de l'air,
                        - 07 ans ex-Cadre à TDF et  France Télécom,
                        - 12 ans utilisés pour étudier les recherches sur la guerre psychotronique,
                       aussi bien russes qu'américaines, parallèlement à mes activités professionnelles.
                       Adresse E-mail: marcfilterman@hotmail.com
 


 
30C°) Transcription de l'émission:

Radio France Isère sur 95,2 MHz en FM: Qu'en pensez-vous?  Tél: 04-76-46-45-45.

Pierre Monaton:
Des antennes plein la tête. Les antennes relais de téléphonie mobile sont-elles vraiment dangereuses pour notre santé. Cette question qui taraude les esprits depuis plusieurs années maintenant et divisent vraiment les spécialistes n'en finit pas de faire des vagues. La bataille des antennes relais fait rage. Diverses associations et notamment dans notre département demandent qu'on limite les installations utilisées par les opérateurs, qui de leur côté recherchent toujours de nouveaux sites. Les opérateurs donc affirment que les ondes émises par les antennes de radio et de télévision sont selon eux, 100 à 1000 fois plus importantes que celles émises par les réseaux de téléphonie mobile. La tour Eiffel émet à elle seule autant d'ondes que les 30.000 antennes relais réparties dans toute la France, déclare-t-on chez l'opérateur Bouygues. Alors vivez vous à proximité d'une antenne relais, racontez-nous. Pensez-vous que ces effets soient plutôt d'un ordre psychosomatique? Y a-t-il à votre avis une pression exercée aujourd'hui sur les chercheurs? Vos témoignages, vos réactions, vos questions, c'est maintenant sur le 04-76-46-45-45. Alors nous avons été une des premières radios, c'est vrai, à vous donner la parole sur ce sujet, il y a maintenant trois ans. C'est un sujet délicat, car les enjeux financiers, il y a vous vous en doutez d'énormes pressions, et aujourd'hui deux professionnels, avec tout d'abord Roger Santini, Roger Santini bonjour.

 
Roger Santini:
Bonjour.
 

Pierre Monaton:
Merci d'être avec nous. Vous êtes Docteur ès sciences, spécialiste de bioenvironnement électromagnétique, chercheur on peut le dire à l'INSA, l'Institut National des Sciences Appliquées de Lyon, auteur de plusieurs livres et articles scientifiques. Marc Filterman est avec nous également, bonjour Marc.

Marc Filterman, auteur du livre " Les Armes de L'Ombre ", édition Carnot:
Bonjour.
 

Pierre Monaton:
Vous êtes électronicien, ancien cadre de TDF, spécialisé dans la recherche du radar (http://membres.lycos.fr/filterman/radar.htm) et auteur d'un bouquin qui a beaucoup gêné il y a quelque temps, et qui gêne encore, et qui s'appellent " Les Armes de L'Ombre ". Alors vu le nombre de plaintes aujourd'hui, vu le nombre d'actions en justice, vu le nombre de réactions liées à la santé des riverains vivants à proximité des antennes relais, l'état donc a voulu mettre un petit peu d'ordre dans cette pagaille, en commandant des rapports d'experts, qui sont paraît-il de véritables bijoux, mais plutôt de la langue de bois. Y a-t-il vraiment un risque pour la santé, la seule réponse, peut-être bien que oui, peut-être bien que non. Alors que les effets des micro-ondes sont connus quand même, il faut le rappeler, depuis plus de quarante ans maintenant, la première question Messieurs que j'ai vraiment envie de vous poser, c'est comment se fait-il, quand 2002, éminents chercheurs que vous êtes, on ne soit pas capable de nous dire s'il y a danger ou pas? Que font les experts, et pourquoi êtes vous autant divisés ? On peut poser c'est cette question à Roger Santini.

On doit dire de ces rapports déjà pour commencer, qu'ils sont rédigés d'une façon criminelle. C'est en effet une violation de l'article  6 de la Convention Européenne des Droits de l'Homme. Pour ce qui est de la division des chercheurs, il est stupéfiant de constater que tous ceux qui sont payés par le gouvernement, ou ceux dont les études sont financées par le lobby des télécoms, ne trouvent absolument aucun effet nocif pour la santé, alors que ceux qui sont indépendants, trouvent des effets nocifs. On constate aussi que progressivement, les chercheurs qui déclaraient avant qu'il n'y avait aucun risque pour la santé, rejoignent plus facilement maintenant le camp de ceux qui affirment qu'il y a des risques pour la santé.
 

Roger Santini:
Oui, alors ce que je voudrais dire, tout d'abord dire, c'est que je m'exprime bien entendu en mon nom personnel, et que les propos que je peux tenir avec vous, n'implique absolument pas à l'Institut National des Sciences Appliquées de Lyon.

Il est d'ailleurs intéressant de constater que cet institut au lieu de soutenir le chercheur Roger Santini, essaye plutôt de l'enfoncer. L'explication est très simple. Il existe un partenariat entre la société Stéria qui est dirigée par un X-Télécom, et l'INSA de Lyon. Mais ce qu'il faut aussi savoir, c'est que la société Stéria est un des plus gros fournisseur de France Télécom, en charge en plus de sa facturation. Quand France Télécom a été gêné à une époque du fait de sa filiale TECSI qui s'occupe de sécuriser les systèmes informatiques de nos grosses sociétés ou administrations, car elle était aussi filiale du SAIC, 10ème fournisseur du Pentagone et de la NSA, et donc du réseau Echelon, c'est aussi la société Stéria qui a repris les parts de France Télécom par un échange d'actions, le 8 août 2000. Je ne m'étais d'ailleurs pas gêné pour communiquer un dossier à l'Elysée, car la plaisanterie est un  peu grosse.

Pierre Monaton:
On est d'accord.
 

Roger Santini:
J'ai suffisamment de problème avec les opérateurs, et la Direction Générale de la Santé, associée dans une entreprise de déstabilisation à mon encontre, pour pouvoir bien dire les choses, je ne veux pas que mon Institut soit embêtée en quoi que ce soit.

Il y a eu en effet des tentatives pour faire taire Roger Santini, mais je l'ai informé ainsi que d'autres chercheurs que cela constituait une violation de l'article 10 de la Convention Européenne des Droits de l'Homme. La Suisse avait d'ailleurs fait l'objet d'une condamnation de cette cour, après avoir tenté de museler 2 chercheurs, et tenter d'interdire la publication de leurs études.

Pierre Monaton:
Absolument, dans un instant nous parlerons des pressions exercées bien sûr sur les chercheurs.
 

Roger Santini:
En France, un rapport de M. Zmirou, en fait ce rapport je l'ai longuement critiqué parce que il mélange un petit peu les profits commerciaux et puis la santé des gens. Il ne considère dans ce rapport qu'il n'existe que des faux positifs et jamais des faux négatifs, c'est-à-dire que toutes les publications qui rapportent du bout des lèvres quand ils le disent, un effet biologique, il se dépêche d'ajouter, oui mais il va falloir refaire les expériences bien entendues pour en être sûr. Par contre pour les études négatives on prend ça comme argent comptant, elles ne peuvent être négatives puisqu'elles sont négatives. Donc voilà, il se passe un certain nombre de choses et je crois qu'il est important que les émissions comme la vôtre puisse dire les choses.
 

Pierre Monaton:
Alors selon vous, je vous demande de répondre assez rapidement, y a-t-il danger ou pas ?
 

Roger Santini:
A mon avis, on risque d'avoir un problème de santé, euh majeur, oui.
 

Pierre Monaton:
Bon Marc Filterman.

Marc Filterman, auteur du livre " Les Armes de L'Ombre ", édition Carnot:
Oui.
 

Pierre Monaton:
Quelle est votre réponse?
 

Marc Filterman, auteur du livre " Les Armes de L'Ombre ", édition Carnot:
Ah bien de toute façon pour moi effectivement il y a danger avec les micro-ondes, c'est d'autant plus marrant que les militaires à l'heure actuelle, notamment Américains, le Pentagone, ils font de la publicité pour les armes micro-ondes antipersonnelles. Donc c'est assez comiques quoi, parce que d'un côté on vous dit qu'il n'y a pas d'effet, et de l'autre côté on vous explique qu'on est en train de faire des armes micro-ondes, alors moi je veux bien, mais à mon avis, nos experts officiels vont avoir de gros problèmes avec les pubs qui sont faites autour de ces nouveaux systèmes d'armes dans les années à venir.
 

Pierre Monaton:
Alors à vous entendre, on a quand même l'impression que nous vivons en ce qui concerne ce dossier des affaires peut-être un petit peu identique, avec de l'amiante, du sang contaminé, du nuage radioactif de Tchernobyl, on en est arrivé là selon vous Roger Santini.
 

Roger Santini:
Ah bien je crois oui. C'est d'ailleurs ce que j'ai dénoncé lors d'une audition du Sénat, à l'office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques, avec deux sénateurs, M. Jean-Louis Lorrain et Daniel Raoult. Je leur ai fait comprendre qu'il y avait des pressions sur un certain nombre de scientifiques, Deschamps, Le Ruz, Santini, Gomez Peretta, en Espagne, et que c'était grave parce que lorsque la santé publique est menacée, lorsque que vous avez association d'organismes de santé publiques avec des entreprises commerciales pour empêcher, que certaines choses ne soient dites, et à mon avis c'est là où il y a le gros problème.

Même les experts de l'AFSSA, de l'Agence Française de Sécurité Sanitaire, avait été mis gravement en cause, du fait de leur liens avec certains industriels.
 

Pierre Monaton:
Alors comment sont-elles exercées ces pressions en plus que vous connaissez bien Roger Santini.
 

Roger Santini:
Oui, et bien les pressions se sont exercées par des interventions directes par voie de presse dans un livre de M. Aschieri où on m'a accusé d'avoir volé le propre papier à lettre, de mon laboratoire à l'INSA de Lyon. Alors ça c'est un petit peu calmé, mais maintenant ce n'est plus des attaques de ce genre, maintenant c'est toutes les études qu'a fait M. Santini dont le premier bouquin qui est paru en 98, ou des gens quand même ont donné pas mal d'informations, plus de 150 références bibliographiques, sur les problèmes des micro-ondes, livre qui est référencé au parlement européen de Bruxelles quand même, et bien tout ça, ça ne vaut pas grand chose, parce que effectivement, il dit qu'il trouve qu'il y a quand même des publications qui trouvent des choses, qu'il faudrait faire attention, appliquer tout de suite le principe de précaution, ça fait cinq ans.

Il est intéressant de préciser que M. Aschieri, député socialiste, et M. Cattelain, député Vert, de la gauche écologique, se sont ramassés tous les deux une gamelle en mai 2002. J'ai publié une mise au point du Dr Roger Santini sur mon site, elle est visible sur la page:
http://membres.lycos.fr/filterman/aschieri-santini.htm
J'ai d'ailleurs parlé dans une émission de radio le 24 juin de l'interview de l'ex-député Cattelain, effectuée dans la revue Newbizz du mois de mai 2002, voir la page:
http://membres.lycos.fr/filterman/gsm-radio-Enghien.htm

Voilà ce que je déclarais dans l'émission de radio du 24/06/2002
"M. Cattelain: ex-député vert, qui accusait dans un livre co-écrit avec le Député socialiste Aschieri, le Pr Santini de voler du papier à en-tête de l'INSA de Lyon, alors qu'il fait parti de l'INSA. On comprend pourquoi aucun des deux n'a été réélu lors des législative de juin 2002..."
 

Pierre Monaton:
Alors côté réglementation ou en est-on aujourd'hui, est-ce que les opérateurs Orange, SFR et Bouygues Télécom, peuvent installer donc leurs antennes relais GSM sans consulter les riverains où la mairie, et que dit donc le dernier décret en date, qui est sortie si ma mémoire est bonne, début mai 2002 je crois.

Le Gouvernement Jospin, si soucieux de l'écologie et du bien être de la population française, a en effet fait passer ce décret le jour de l'élection, de l'investiture, de Jacques Chirac. Il faut quand même le savoir.
 

Roger Santini:
Oui, c'est à moi que vous poser la question?
 

Pierre Monaton:
Oui ou à Marc Filterman, comme vous voulez, c'est vrai que ce n'est pas évident parce que je ne vous vois pas.
 

Roger Santini:
C'est des valeurs, 41 volts par mètre, 58 volts par mètre, qui n'ont qu'un seul intérêt, c'est que vous êtes sûrs de ne pas griller en étant exposés à un téléphone portable, ou à des ondes émises par les stations relais de téléphonie mobile. Et c'est là où il y a le problème, et c'est là ou il faut agir, il faut se mobiliser pour faire baisser ces valeurs.

Dans le document européen, ces valeurs sont exprimées pour des durées d'exposition de 6 minutes.

Marc Filterman, auteur du livre " Les Armes de L'Ombre ", édition Carnot:
Il y a un petit problème également, c'est qu'on ne spécifie pas...
 

Pierre Monaton:
Marc Filterman.
 

Roger Santini:
6 volts par mètre, 15 volts par mètre, nous on est à 41 volts et 58 volts, on a un problème.
 

Pierre Monaton:
Alors qu'en est-il justement de ce seuil maximal, en ce qui concerne nos voisins européens, est ce qu'ils ont pris des mesures par rapport à ces seuils?
 

Roger Santini:
Eh bien oui, c'est ce que je viens de vous dire, il y a des pays qui trouvaient faible cette recommandation, et qui ont pris des mesures pour protéger un peu plus leur population. Chez nous ils ont légiféré pour justement que cela devienne obligatoire maintenant.
 

Pierre Monaton:
Marc.
 

Marc Filterman, auteur du livre " Les Armes de L'Ombre ", édition Carnot:
Oui, il y a un petit problème également, c'est qu'on ne spécifie nulle part les durées d'exposition. Si on prend le rapport de la DGS, ils ont fait abstraction totalement des durées d'exposition. Et d'ailleurs si les normes thermiques sont reconnues, comment se fait-il qu'il n'y ai pas de durée maximum de notifier sur les téléphones portables, cela devrait être notifié obligatoirement par la DGCCRF, par la répression des fraudes, puisque la norme thermique, elle, elle existe. Donc celle là au moins, elle devrait être appliquée.
 

Pierre Monaton:
Alors à l'époque justement, Jean-François Mattei avait fait une proposition de loi pour limiter les installations d'antennes, alors étant aujourd'hui le ministre de la santé on peut espérer quand même une solution. Et si on marquait une toute petite pause, le temps pour nos auditeurs bien sûrs de nous appeler, vos réactions, vivez vous à proximité d'une antenne relais? Avez-vous constaté des effets, vos témoignages, nous vous attendons tout de suite, c'est le 04-76-46-45-45, on se retrouve dans 5 minutes.


Pierre Monaton:
Des antennes plein la tête. C'est le thème de notre émission aujourd'hui avec Roger Santini docteur ès sciences et spécialistes de bioenvironnement électromagnétique, et Marc Filterman, auteur de ce bouquin " Les Armes de L'Ombre ", électroniciens et spécialisé donc dans la recherche des radars (http://membres.lycos.fr/filterman/radar.htm). On va essayer vraiment de ce dépêcher aujourd'hui, parce qu'il y a beaucoup beaucoup de témoignages et d'interrogations, sur les dangers bien sûrs, liés à notre santé et par rapport à ces antennes relais GSM. En ligne nous avons Alain Vidanof, bonjour Alain.

Alain Vidanof:
Bonjour.
 

Pierre Monaton:
Vous êtes président donc d'une association qui s'appelle "Agir pour l'environnement" d'Aprieux. Il y a un an je crois, on vous a fait un joli paquet cadeau, une antenne relais GSM gigantesque en plein coeur de votre village, donc à Aprieux. Alors avocat, procédures, où en êtes vous aujourd'hui? Est-ce que cette antenne est toujours en service actuellement?
 

Alain Vidanof:
Eh oui toujours, on est en procédure contre la municipalité pour la faire enlever tout simplement,  parce qu'il y a de la place partout ailleurs sur le site d'Aprieux, et on nous l'a collé je dirai à 25 mètres des premières habitations et on est vraiment à côté de l'antenne
en permanence.
 

Pierre Monaton:
Alors on va un peu poser la question à des spécialistes. 25 mètres, c'est un périmètre relativement dangereux, Marc Filterman ou Roger Santini.
 

Marc Filterman, auteur du livre " Les Armes de L'Ombre ", édition Carnot:
Alors je vais vous lire le rapport de la DGS.
 

Pierre Monaton:
Rapide hein.
 

Marc Filterman, auteur du livre " Les Armes de L'Ombre ", édition Carnot:
Oui alors: "par contre le groupe d'experts estime nécessaire que l'axe des faisceaux principaux des antennes ne soit pas orienté directement vers les lieux de vie à courte distance, moins de 100 mètres." J'ai bien dit lieux de vie, et non pas comment on nous le dit à la radio ou à la télévision, lors des journaux télévisés, non pas les hôpitaux et les cliniques seulement, ici c'est précisés lieux de vie, et donc d'habitation, à moins de 100 mètres dans le lobe principal. Et ça je lis le rapport de la DGS du 16 janvier 2001, donc le rapport Zmirou.
 

Pierre Monaton:
Alors Alain qu'est ce qui vous fait dire...
 

Roger Santini:
Ce chiffre de 100 mètres, il faut me dire de quel chapeau de magicien les experts ont sorti ce chiffre ? Je crois qu'on le leur a susurré. Nous dans l'étude qu'on a mené sur les riverains, sur la base d'un questionnaire, jusqu'à 300 mètres on a des gens qui expriment des, comment dirai-je, des symptômes bénins, et la suite de cette étude, parce que ce n'est pas fini, met en évidence effectivement en face jusqu'à 100 mètres, c'est la position la plus délicate, que les personnes âgées sont plus sensibles que les personnes plus jeunes etc. etc. Donc la distance de 25 mètres c'est une aberration, et que tous les lieux sont des lieux sensibles à partir du moment où il y a des gens, c'est ce que dit Marc, à partir des lieux où il y a des gens qui vivent à l'intérieur, vous avez des enfants en bas âge, vous avez des femmes enceintes, vous avez des personnes âgées, cette notion de lieux sensibles, il faut l'abandonner, c'est tous les lieux habités.
 

Pierre Monaton:
Roger Santini, vous êtes un des premiers à avoir sorti une enquête sur les dangers liés à la santé, on en reparlera tout à l'heure. Alain Vidanof, vous vous battez plus pour l'environnement où pour les éventuels problèmes liés à la santé justement.
 

Alain Vidanof:
Eh bien ce qui a déclenché notre action, c'est vraiment l'éventualité des risques sur la santé, un risque de santé publique, c'est ce qui nous a vraiment motivé dès le départ. Et on a obtenu une première réunion avec monsieur le maire au pied de l'antenne, c'était le 7 avril, où on a exprimé vraiment ce doute, et où le doute a finalement été rejeté complètement. Alors ensuite on a fait une pétition, je crois qu'on était 38 signataires de cette pétition, on a eu une deuxième réunion auprès de la municipalité avec Bouygues Télécom qui était l'opérateur, c'était le 21 avril, et là on s'est vraiment fait jeter, je dirai, parce que ce problème de santé publique n'était absolument pas abordé au cours de cette discussion. On nous a sorti un paquet d'arguments sur lesquels nous n'avions absolument pas, je dirai l'intention de discuter en quoi que ce soit.
 

Pierre Monaton:
Alors pour tous ceux qui voudraient se lancer aussi dans une procédure pour faire tomber ces antennes, sur quelle erreur, ou sur quelle thème vous vous êtes battus, défendus Alain?

Le 18 avril 2002 je participais avec Roger Santini à un colloque sur la téléphonie mobile au sénat, lieux où il y a d'ailleurs eu quelques échanges virulents, entre les personnes présentes dans la salle, et la tribune. J'y ai d'ailleurs retrouvé Bernard Veyret directeur au CNRS, avec qui j'avais débattu lors d'une précédente émission de radio justement avec Pierre Monaton. Voir pour le débat la page, http://membres.lycos.fr/filterman/gsm00.htm
 

Alain Vidanof:
Eh bien écoutez, les arguments de la municipalité et de Bouygues Télécom est de dire on a fait ça dans les règles. Tout a été fait dans les règles. Eh bien nous on a pris les règles en question, et on les a épluché en détail, et on s'est rendu compte qu'il y avait trois anomalies administratives de créer lors de l'implantation de cette antenne, et on s'est battu sur ces trois règles, avec le bien sûr en complément, la partie je dirai risques sur la santé publique.
 

Pierre Monaton:
Qu'est ce que vous reprocher vraiment le plus aujourd'hui aux opérateurs Alain Vidanof?
 

Alain Vidanof:
D'une part de ne pas discuter, et en tout cas de ne pas nous prendre pour des citoyens. Citoyens, cela veut dire des personnes informées. Or aujourd'hui, avec Marc Filterman et Roger Santini, on est parfaitement informé de tous ces risques qui existent sur la santé publique, et je dirai que on a le droit de dire quelque chose, lorsqu'on est comme vous le dites si bien, en lieu de vie, à proximité immédiate des antennes, et je crois que ne pas nous écouter serait, c'est une erreur tout simplement, et on a le droit de s'exprimer sur ce sujet, au contraire.
 

Pierre Monaton:
Tout à fait. C'est vrai qu'on a vu des choses terribles encore samedi dernier, il y avait un reportage sur TF1. On voyait cette antenne installée directement sur une école, on a vu des antennes dans des clochers... Nous aurons tout à l'heure un témoignage avec un monsieur, on lui a installé une antenne carrément, à l'intérieur de son bureau. C'est vrai qu'on assiste aujourd'hui à des choses assez surprenantes. Alain Vidanof, malheureusement je dois rendre l'antenne, je vous remercie beaucoup Alain.

Reportage de TF1, voir page: www.multimpania.com/filterman/gsm-tv-29092002.htm
Il est intéressant de signaler que Collin Blakemore, de la Commission Gouvernementale sur les Téléphones Cellulaires, avait déclaré qu'il avait arrêté d'utiliser le sien après avoir constaté des troubles de la concentration, COMIQUE NON.(Source: Figaro mars 1999).
Le Dr Alan Preece, Université de Bristol Grande Bretagne déclarait:
"Ce que nous avons découvert c'était un changement dans leurs capacités à faire des choix. Cette exercice nécessite l'utilisation du cortex visuel ainsi que des centres nerveux de la parole, dans la partie du cerveau qui se trouve là, derrière la tête juste au dessus de l'oreille. Ceci est arrivé alors que nous avions le maximum de radiation, à la base de l'antenne."
 

Alain Vidanof:
Bien je vous en prie mais je dirai quand même, que les procédures avancent en notre faveur, puisque le 30 mai dernier à Saint-Tropez, il a été prouvé qu'il n'y avait aucun risque et on a fait déménager l'antenne, à Cannes sur Mer, c'était le 15 juin, le principe de précaution n'avait pas été pas appliqué, et on a fait déménager l'antenne. Donc vous voyez, ça va tout à fait dans le bon sens aujourd'hui, malheureusement il faut y aller par procédures successives auprès du tribunal administratif ou de grande instance tout simplement.
 

Pierre Monaton:
Très bien, Alain on vous remercie, on vous remercie en tout cas pour ce témoignage. Dans un instant la suite de notre émission avec Roger Santini et Marc Filterman.
 

Alain Vidanof:
Merci au revoir.



 

Pierre Monaton:
Des antennes plein la tête. Vivez-vous à proximité d'une antenne relais? On en parle aujourd'hui. Avez-vous constaté des effets ?Pensez-vous au contraire que ces effets soient plutôt d'un ordre psychosomatique et y a-t-il à votre avis une pression exercée aujourd'hui sur les chercheurs, avec nos invités, donc on en parle aujourd'hui avec nos invités, Roger Santini, Docteur ès sciences et spécialiste de bioenvironnement électromagnétique, et Marc Filterman, ancien cadre de TDF, et auteur de ce bouquin " Les Armes de L'Ombre ", on se retrouve dans trois minutes.
 

Pierre Monaton:
Les antennes relais GSM, sont-elles vraiment dangereuses pour notre santé, on en parle aujourd'hui avec le Roger Santini, auteur de plusieurs bouquins sur la question, Docteur ès sciences et spécialiste de bioenvironnement électromagnétique, et Marc Filterman auteur du livre également " Les Armes de L'Ombre ", électroniciens, et spécialisé dans la recherche des radars (http://membres.lycos.fr/filterman/radar.htm). Avant de retrouver d'autres témoignages, et ils sont plutôt nombreux sur ce thème, l'opérateur Bouygues a déclaré que les ondes, parce qu'il faut aussi parler d'autres possibilités en ce qui concerne ces ondes, les ondes émises par les antennes de radio et de télévision, sont 100 à 1000 fois plus importantes que celles émises par les réseaux de téléphonie mobile, et la tour Eiffel émet à elle seule autant d'ondes que les 30.000 antennes relais réparties dans toute la France. Est-ce que ce genre de propos, ça vous fait bondir au Roger Santini, Marc Filterman?
 

Roger Santini:
Il y a plusieurs, d'abord c'est n'importe quoi. D'abord il n'y a pas 30 000 antennes de station relais en France, il y en a au moins 200 000. Hein, il faut pas un savoir qu'il y a 36.000 communes, on peut très très vite faire un petit calcul, ce n'est pas du tout un chiffre à mon avis exact. Par contre pour ce qui se passe pour les riverains d'émetteurs de radiotélévision, il y a aussi des effets biologiques qui sont rapportés. La dernière étude en date, met en évidence dans American Journal of Epidemiology, une augmentation autour de l'émetteur de radio Vatican à Rome, met en évidence une augmentation des risques de leucémie chez les enfants. Ceci étant, l'erreur c'est de considérer que c'est une histoire de niveau, de force, d'intensité. Je vais vous donner un exemple très simple. Vous prenez la lumière qui ne transporte rien du tout. Vous mettez quelqu'un en face, et vous faites flasher cette lumière à une certaine fréquence, vous allez déclencher une crise d'épilepsie chez la personne, qui est photo sensible. Donc ce qui veut dire que ce n'est plus une notion d'énergie, c'est une notion de cohérence du signal qui arrive sur vous.
 

Pierre Monaton:
Est-ce qu'on peut s'attendre Marc Filterman, a de plus en plus d'antennes? Y aura-t-il de nouveaux réseaux, on parle de nouveaux réseaux. On parle du réseau UMTS, ou alors est-ce que le parc se stabilise?
 

Marc Filterman, auteur du livre " Les Armes de L'Ombre ", édition Carnot:
Bien avec l'arrivée de l'UMTS on a des inquiétudes à avoir, parce qu'en plus les fréquences ont être beaucoup plus élevées, on va se rapprocher également des fréquences des fours à micro-ondes, et il va peut-être y avoir un autre problème qui va apparaître par exemple, je l'ai soulevé d'ailleurs lors d'une autre émission de radio précédente, sur Paris, à savoir si cela ne peut pas avoir des effets sur la légionellose, sur les microgouttelettes d'eau qui sont rejetées par les centrales de climatisation, et qui vont être en face  par exemple des antennes GSM ou des antennes UMTS. Parce que s'il y a un effet thermique, bon autrement dit on va avoir le même effet thermique sur les microgouttelettes d'eau. Donc est-ce que ça ne va pas modifier également la faune bactérienne, on peut se poser la question. C'est une question que j'ai posé à quelques chercheurs, et effectivement, bon ce qu'on me dit, c'est qu'on n'y avait pas pensé.
 

Pierre Monaton:
Alors je suppose que les opérateurs vu le chiffre que vous avez avancé, vont avoir de plus en plus de difficultés à trouver des emplacements pour ces antennes, et on peut assister à certains abus quand même, je crois qu'il est vraiment temps de faire une réglementation pour l'installation de celles-ci.
 

Roger Santini:
Je pense, et puis surtout pour reprendre ce que disait M. Filterman là à l'instant, à mon avis il ne faut pas les mettre, comment on appelle cela, sur les châteaux d'eau, parce qu'il n'y a aucune étude qui a été faite. S'il y avait des effets sur la qualité de l'eau qu'on donne ensuite aux gens, par le fait que vous avez des micro-ondes avec des lobes secondaires qui pénètrent à l'intérieur et qui vont agir sur l'eau, ça on ne le sait pas, il n'y a jamais personne qui a fait une étude. Il y a un directeur de recherche au CNRS qui a fait une étude, mais c'était sur les plantes, qui mettait en évidence que l'eau qui était passée au micro-ondes, ne permettait pas une durée de vie équivalente chez les plantes, donc voilà.
 

Pierre Monaton:
Alors 04-76-46-45-45, nous avons Charette en ligne  je crois bonjour.

Charette:
Oui bonjour.
 

Pierre Monaton:
C'est votre prénom?
 

Charette:
Oui.
 

Pierre Monaton:
Alors Charette, vous avez un témoignage tout à fait intéressant, parce que l'antenne on ne l'a pas installée à l'extérieur de votre immeuble ou de votre domicile, mais je crois qu'on l'a installé carrément à l'intérieur, c'est-à-dire dans votre bureau, c'est bien ça.
 

Charette:
Non Non ce n'est pas exactement ça.
 

Pierre Monaton:
Alors expliquez-nous.
 

Charette:
En fait elle se trouve à 300, 400 mètres de mon bureau, mais en fait ce n'est pas réellement le problème. Donc je subis tous les jours les ondes de cette antenne à mon bureau si vous voulez, mais le problème c'est en fait le rayonnement des antennes qui sont sur le bord des routes, qui me cause vraiment de gros problèmes. Je suis hypersensible aux ondes. J'ai des céphalées tous les jours, j'ai de gros problème. Je cherche même un endroit pour fuir si vous voulez et même à la campagne, pour essayer de trouver un endroit qui soit un peu préservé si vous voulez des émissions d'ondes, et ça...
 

Roger Santini:
C'est pour ça que la distance de 300 mètres que nous on a mis un petit peu en avant, pour d'autres pays c'est largement insuffisant. En Suède c'est plus d'un kilomètre, voir deux kilomètres seulement pour respecter les gens qui comme ce monsieur sont électrosensibles.
 

Charette:
Électrosensible voila. Et je souffre tous les jours si vous voulez, de...
 

Roger Santini:
Maux de tête, irritabilité, trous de mémoire, expliquez c'est ça en gros.
 

Charette:
Voilà, il m'est arrivé une fois de descendre une fois à Paris, parce que bon j'ai un travail qui m'oblige si vous voulez à être très souvent sur la route, et j'ai en fait, fait mon itinéraire si vous voulez pour monter de la ville de Bourges, pour monter à Paris, et j'ai été obligé si vous voulez de faire mon itinéraire en fonction de l'implantation des antennes... De descendre à Paris par la nationale 20, pour rejoindre Bourges si vous voulez, et il y a un endroit sur la nationale 20 où il y a une espèce de grand champ, où il y a au moins une quarantaine d'antennes, et toutes concentrées, et j'ai failli perdre connaissance carrément...
 

Roger Santini:
C'est connu. Pour d'autres cas, pour des gens qui sont sensibles aux lignes électriques hautes tension...
 

Charette:
Oui, je suis très très sensible, je passe en dessous, j'ai des céphalées, j'ai le cerveau qui me, je suis obligé si vous voulez de mettre ma main sur la tête pour éviter enfin... C'est classique.
 

Pierre Monaton:
C'est impressionnant.
 

Roger Santini:
Je suis avec des laboratoires et je vous enverrai les coordonnées d'une association.
 

Charette:
Si vous voulez un forfait, pour ne pas citer si vous voulez l'opérateur, j'avais un forfait gratuit pour les week-ends, je ne citerai pas l'opérateur.  La gratuité si vous voulez après 20 h et le week-end, et j'avoue franchement que j'ai abusé si vous voulez un peu du portable à l'époque où c'était, où je pouvais encore m'en servir, et j'ai beaucoup d'amis qui ont aussi le même forfait que moi, et il serait très intéressant de savoir, s'il y avait une utilisation intensive pour ces gens, ce qu'il est advenu de leur comportement, de leur état si vous voulez de réception après l'utilisation de la gratuité si vous voulez très longue de communication téléphonique. Et j'ai des amis aussi qui ont le même forfait que moi qui ont des tas de problème justement, qui ne supportent plus justement l'émission de portable. Même le portable allumé à côté d'eux cela les incommode terriblement. Je dis ça pour moi bon maintenant, à chaque fois qu'on veut m'approcher, il faut qu'on éteigne son portable, parce que je ne le supporte plus le portable autour de moi. Bon je pense toujours à ces enfants qui ont à subir si vous voulez les émissions de ces ondes intensives, qu'on appelle des ondes pulsées, et c'est une chose terrible. Il y a un détail que je voudrais vous donner, c'est à la ville de Bourges, il y a un fait terrible, c'est que juste au-dessus de la sécurité sociale, le bâtiment de la sécurité sociale, il y a quatre antennes qui sont implantées, et elles sont implantées juste en face, c'est terrible, en face d'une maison de retraite, une maison de retraite en centre-ville, et ça c'est vraiment incroyable quoi.
 

Roger Santini:
Il y en a plusieurs.
 

Charette:
Ils remboursent si vous voulez les frais médicaux, et ils trouvent le moyen d'autoriser si vous voulez l'implantation d'antennes et qui plus est en face d'un bâtiment de personnes âgées quoi.
 

Pierre Monaton:
Charette, il y a beaucoup de témoignages. Je vous remercie beaucoup en tout cas pour ce témoignage. Il y a beaucoup de témoignage, on va essayer vraiment de passer un maximum d'auditeurs dans cette émission, merci à vous. Roger Santini, vous venez de publier une des toute première enquête sur la santé des riverains, de stations relais de téléphonie mobile, alors quelles sont vraiment mais en quelques mots les conclusions de votre enquête. Alors effets psychosomatiques ou réels danger?
 

Roger Santini:
Il n'y a pas de lieu où vous êtes à l'abris des effets donc sur les symptômes que nous avons étudié, fatigue, irritabilité, maux de tête... Certains de ces symptômes disparaissent assez rapidement lorsqu'on s'éloigne des stations relais, mais d'autres vont persister à des distances souvent élevées. Par exemple comme la fatigue que l'on peut retrouver dans la zone des 200 à 300 mètres, ou bien les maux de tête, où le sommeil perturbé jusqu'à 200 mètres des stations relais. Alors la suite de cette étude va mettre en évidence, met en évidence déjà une plus grande sensibilité des femmes par rapport aux hommes pour un certain nombre de symptômes, et ce qui va sortir bientôt c'est la deuxième partie de cette étude, on met en évidence que les personnes les plus âgées paraissent les plus sensibles, lorsqu'on les compare aux personnes du même âge situées beaucoup plus loin. Que la position face aux antennes apparaît comme la plus délicate si vous voulez jusqu'à au moins cent mètres des stations, et que certaines sources électromagnétique à l'extérieur comme les lignes électriques, les transformateurs électriques, vont avoir des incidences sur le niveau de plaintes exprimées associées bien entendu. C'est-à-dire que tout cela se mélange, et ça peut faire n'importe quoi, soit potentialiser les effets, soit les diminuer.
 

Pierre Monaton:
Donc 04-76-46-45-45, direction Saint-Jean Moiron, Annette est avec nous, bonjour Annette.
 

Annette:
Bonjour.
 

Pierre Monaton:
On vous écoute Annette, je crois que vous avez des petites préoccupations en ce moment.
 

Annette:
Voilà tout à fait. Donc nous on est en train de lancer une pétition, et nous avons adressé déjà une première partie à Orange de France Télécom, et donc on soumettra donc quand on va voir une réunion ici dans le village, et donc cette antenne on nous l'a monté à 50 mètres de chez moi. Bon il n'y a pas de chez moi, on est quand même plusieurs tout autour, et comme une personne a dit, effectivement, il faut quand même respecter aussi la vie des gens quand ils rentrent chez eux, quand ils vivent justement dans un lieu bien précis. On ne vit pas qu'à l'école, on ne vit pas qu'à l'hôpital, on ne vit pas au centre commercial, on vit quand même soit en maison, soit en appartement donc ça il faut tenir compte.
 

Pierre Monaton:
C'est vrai qu'il faut se poser la question, on applique le soucis de précaution pour les lieux dits sensibles, mais on a tous droit à cette sensibilité quoi, au niveau de l'installation de cette antenne.
 

Annette:
Voilà tout à fait, et puis bon ben moi j'estime que les antennes, il y en a quand même bien assez. Là pour l'instant sur le marché ils sont trois à défendre leur... Si ils étaient une dizaine, on en aurait alors combien d'antennes relais qui vont aller se pointer là dans la nature. Nous on essaye aussi de motiver les gens au niveau de la nature, parce que bon on a quand même aussi un manoir qui est classé. Pour l'instant c'est vrai qu'au niveau de la santé on nous dit à chaque fois effectivement non, il n'y a rien de prouver, il n'y a pas encore assez de recul pour dire que on peut donner ces arguments. Au niveau de la nature, il y a quand même des arguments qu'il faut sauver, qu'il faut d'ailleurs préserver. On a quand même une faune aussi, nous avons des buses qui viennent par là, nous avons quand même pas mal d'oiseaux, il y a beaucoup d'animaux...
 

Pierre Monaton:
Est ce que vous êtes plusieurs pour bien justement convaincre...
 

Annette:
Nous avons des gens qui se sont regroupées à cinq personnes, cinq familles, et donc nous avons déjà fait signer déjà pas mal de familles, parce que effectivement nous avons fait signer une personne par famille, alors qu'on aurait pu faire signer peut-être les deux, et tous les gens majeurs d'une même famille, je ne sais pas. Donc on a déjà contacté au moins plus de 100 familles.
 

Pierre Monaton:
Annette, souhaitez vous poser une question bien je ne sais pas auprès de Marc Filterman ou Roger Santini, profitez-en, parce que nous avons vraiment des experts en la matière.
 

Annette:
Oui je n'ai pas de question bien précise parce qu'en fin de compte, pour l'instant, on est un peu novice la dessus. On nous dit au niveau de la santé rien n'est prouvé, c'est surtout çà. Au niveau des pacemaker justement, on a des personnes quand même qui ont des pacemaker par ici, et on ne sait encore pas de trop si on peut leur garantir si effectivement ça c'est néfaste...
 

Roger Santini:
Vous ne pouvez pas non.
 

Annette:
On peut juste suggérer, dire que c'est néfaste.
 

Pierre Monaton:
Merci beaucoup pour votre témoignage Annette, on marque une tout petite pause, on se retrouve dans moins d'une minute.
 

Annette:
Au revoir
 

Pierre Monaton:
Avec des antennes plein la tête, c'est le thème de notre émission aujourd'hui, avec Roger Santini Dr ès-sciences et spécialistes de bioenvironnement, et Marc Filterman électronicien et spécialisé dans la recherche des radars(http://membres.lycos.fr/filterman/radar.htm). Alors je ne sais pas si vous connaissez cette association, sûrement, Roger Santini où Marc Filterman, qui s'appelle l'association Priaterm.
 

Roger Santini:
Absolument oui.
 

Pierre Monaton:
Pour la réglementation des implantations d'antennes relais de téléphonie mobile qui est très très active, hein les mouvements.
 

Roger Santini:
Absolument, on a monté cette association pour pouvoir être aidé efficacement. C'est une histoire de rapports de force pour faire baisser ces niveaux d'expositions qui sont aberrants pour les populations. Il faut que, en particulier seul on arrivera à rien, par contre dans le cadre d'une association, bien structurée comme c'est le cas de Priaterm, je pense que là, notre voix sera entendue.
 

Pierre Monaton:
Alors justement nous avons en ligne la représentante de la coordination de la région sud-est, bonjour Paulette.
 

Paulette:
Oui bonjour.
 

Pierre Monaton:
Vous habitez donc que Valauris dans les Alpes-Maritimes. Alors ce qui est intéressant c'est que votre commune était la toute première en France à avoir pris un arrêté pour réglementer donc les antennes, et les interdire  donc à moins de 300 mètres des habitations. Concernant cet arrêté, la presse je crois n'a pas vraiment dit la vérité. C'est-à-dire qu'il n'a jamais été cassé, c'est bien ça.
 

Paulette:
Eh bien non, il n'a jamais été cassé, effectivement, d'ailleurs nous avons fait donc un communiqué mise au point, qui bien sûr comme beaucoup de nos communiqués de mise au point eh bien ça n'a pas été diffusé par la presse, ce qui fait qu'il est dit dans tous les journaux, et même dans l'information nationale, où je ne me rappelle plus, quelque chose comme ça, INFOMAIRE, INFOMAIRE, comme quoi l'arrêter du maire de Valauris du 18 décembre 2000, a été cassé par le conseil donc d'état, alors que c'est totalement faux.
 

Pierre Monaton:
D'accord, alors à combien de mètres est située cette antenne par rapport à votre habitation?
 

Paulette:
Moins de 8 mètres.
 

Pierre Monaton:
Donc si vous appliquez cet arrêté, elle n'émet plus aujourd'hui.
 

Paulette:
Aujourd'hui elle n'émet plus, puisque non seulement l'arrêter faisait état de 300 mètres, d'implanter ces antennes à 300 mètres de toute habitation, mais en plus ai demandé l'arrêt des travaux sur l'antenne nous concernant. C'est à dire même, nous sommes dans le faisceau de l'antenne, c'est à dire elle est dans un trou l'antenne, alors c'est pour ça, nous sommes vraiment, c'est à dire l'antenne elle-même, puisque le poteau c'est, le poteau lui il ne crée aucun problème, l'antenne elle-même est nous dans notre maison, dans notre fenêtre.
 

Pierre Monaton:
Voilà vous restez en ligne avec nous, parce que j'ai d'autres questions, mais nous avons un témoignage intéressant avec Daniel parce que tout le monde a évidemment la parole dans cette émission, Daniel qui nous appelle de Lyon, Daniel bonjour.
 

Daniel:
Oui bonjour.
 

Pierre Monaton:
Daniel je me permets de lire ce que j'ai sur ma petite, fiche. Vous dites que vous n'entendez que des conneries aujourd'hui à la radio.
 

Daniel:
Ce n'est pas le mot que j'ai prononcé.
 

Pierre Monaton:
(Rires) Un petit résumer alors, Daniel on vous écoute.
 

Daniel:
Bon écoutez moi je parle en mon nom premièrement, je suis technicien en télécommunications depuis plus de 30 ans, et ça fait 30 ans que je travaille dans les ondes hertziennes donc...

Ce qui est curieux, c'est que cette personne à la voix d'un trentenaire et il ne peut pas avoir plus de 40 ans.

Pierre Monaton:
Vous travaillez à TDF par exemple non?
 

Daniel:
Non non non, une très grosse société de télécommunications. Bon écoutez je vais vous donner deux exemples, euh, parce que j'entends un peu de tous et n'importe quoi là, moi ça me fait sourire. Moi la seule chose qui me fait mal quand j'ai mon téléphone portable c'est les bêtises que j'entends dedans, hein c'est des choses qui me font mal à la tête. Je vais vous donner deux exemples Monsieur, dernièrement j'étais sur l'hôpital de Viennes, où j'ai coupé les émetteurs des deux sociétés qui opèrent au-dessus du toit, parce que soi-disant il y avait des gens qui avaient mal à la tête, mal à la tête, mal de dents, mal de dos, que je sais-je, je ne sais plus ce qu'ils avaient mal.

Il me semblait bien avoir entendu cette voix là déjà quelque part, j'ai donc ressorti mes anciens enregistrements magnétiques. AAHHH mais c'est bien sûr, c'est notre PETIT  POTE DANIEL. En effet, c'est celui qui déjà dans une précédente émission de radio avec Roger Santini. Il voulait déjà rentrer à l'époque avec son téléphone portable GSM allumé plein pot dans le cockpit d'un avion. Il a d'ailleurs déclenché la fureur d'un pilote de ligne, qui avait appelé en fin d'émission, le 04/12/2000. Ce PILOTE avait déclaré:

"Alors qu'est ce qui se passe principalement,
on a eu des problèmes en vol de déclenchement intempestif du pilote automatique.
On a entre autre des problèmes d'alarme feu,
qui interviennent sans qu'on sache pourquoi, enfin si on sait, parce que c'est cyclique, et donc ça m'est arrivé de faire demi-tour et de demander le débarquement des bagages pour qu'on puisse retrouver ce portable qui crée ces problèmes, et systématiquement se sont des portables. Alors donc je précise quand même et j'insiste là-dessus pour dire que les téléphones portables contrairement à ce que la personne à dit tout à l'heure, sont bien la cause et j'en ai bien la preuve de problèmes à bord des avions. Et donc une personnes comme ça qui insiste, à bord des avions, à garder son téléphone portable allumé, je la DEBARQUE.

Et PAN sur le BEC, ça c'est une grande claque pour le technicien télécom Daniel.
L'émission complète est disponible sur ma page: http://membres.lycos.fr/filterman/gsm7.htm

Pierre Monaton:
Selon vous, c'est psychosomatique ?
 

Daniel:
Euh, enfin bon attendez. Je n'ai rien dit à la personne, j'ai été voir le directeur de l'hôpital, et puis j'ai été le revoir trois jours après, parce qu'on avait eu de gros entretiens à propos des émetteurs, et puis les gens ils ont toujours mal à la tête, mal au dos, oui, oui, bien je vous ferai amicalement remarquer Monsieur, que depuis trois jours nos émetteurs ne marchent plus, bon point. Deuxième exemple, puisqu'il faut en citer, dernier exemple, à Villefontaine, c'est votre région, voyez...

Déjà pour commencer, cet individu nous prouve par son comportement qu'il ignore tout de ce qu'est le "facteur d'entraînement", en physique bien évidemment.
Lors de l'émission du 24 juin 2002 sur Radio Enghien, j'avais déclaré la chose suivante:

"il y avait monsieur Cattelain qui parlait, et il expliquait qu'il y avait un couple je crois que c'est un couple de personnes âgées de retraités, donc c'est la revue Newbizz de juin, la nº 22, et M. Cattelain expliquait qu'on avait mis en place les antennes, et qu'elles n'étaient pas encore branchées, et le couple en question avait des problèmes de santé qui étaient apparus, donc c'est psychosomatique, voilà où je veux en venir. Par contre, ce qu'on ne dit pas, est-ce qu'on a vérifié s'il n'y a pas d'autres systèmes qui rayonnaient dans le même secteur. Parce que là aussi, quand on fait des contrôles, ça aussi c'est intéressant de le signaler... "
On ne vérifie pas par exemple s'il y a des systèmes Tetra dans le secteur dont on connaît la nocivité là aussi, en raison de sa fréquence de récurrence de 18 Hz qui provoque des maux de tête.

"Et ce qu'il y a d'intéressant là encore, c'est que ces messieurs qui font des contrôles, ils n'aiment pas beaucoup utiliser les analyseurs de spectre. Parce qu'un analyseur de spectre c'est effectivement un matériel coûteux, bon que certains trouvent lourd effectivement, s'ils prennent des analyseurs de spectre qui datent des années 90...

Oui, un analyseur de spectre de fréquence. Ils prennent des petits appareils, ou des mesureurs de champs, ou des appareils qui tiennent sur la main, et ils vont contrôler que finalement l'émetteur, ils vont contrôler qu'un spectre de fréquence bien précis. C'est-à-dire que si vous avez d'autres dispositifs qui fonctionnent sur 400 MHz, ou 1800 MHz pour le DCS, ils ne sont pas du tout pris en compte ceux-là. Le 3,6 GHz, ils ne sont pas pris en compte. Ils vont faire la mesure pour le 900 MHz point à la ligne. Donc la mesure est faussée."
 

Pierre Monaton:
Absolument.
 

Daniel:
J'ai été voir les gens d'un appartement sur lesquels, divers appartements sur un immeuble, dans lequel il y a 3, les 3 opérateurs sont au-dessus, donc ils ont l'antenne sur leur tête carrément, au-dessus de leur plafonds, voyez. J'ai été voir diverses personnes, est-ce que ça vous gêne les antennes ? J'attends encore leur réponse. Alors que les pseudo-experts techniquement viennent m'expliquer un peu les phénomènes, je suis près à discuter techniquement avec eux.

En clair cet individu traite aussi des scientifiques qui eux sont reconnus, avec des Prix Nobel pour certains, de débiles mentaux. Il faudrait déjà qu'il commence par apprendre la physique.

Pierre Monaton:
Alors tout de suite rapidement, on va donner la parole à ce pseudo-chercheur, selon
 

Daniel:
Vraiment pseud pseudo pseudo hein.

On comprend pourquoi ce monsieur n'est que technicien et non pas ingénieur. En effet, bien qu'étant technicien HF, il n'a visiblement aucune connaissance de physique, matière que les électroniciens sont obligés d'apprendre, ainsi que ceux qui ont été en première ou en terminal.
 

Pierre Monaton:
Alors Roger Santini vous avez évidemment envie de réagir.
 

Roger Santini:
Je ne comprend pas très bien de quoi parle ce monsieur, ce que l'on peut dire...
 

Daniel:
Dite le diplôme de ce monsieur.

Daniel est certainement moins diplômé que Roger Santini.

Pierre Monaton:
Alors attendez il y a juste une question Daniel.
 

Roger Santini:
Il y a une action, on s'est battu très très longtemps, avec les gens qui étaient exposés sous les lignes à très haute tension
 

Daniel:
C'est quoi exposé monsieur, c'est quoi exposé.

La signification de ce mot est expliqué dans le dictionnaire.

Roger Santini:
Dans les années 90 donc on est intervenu au niveau du Premier Ministre, etc, et il est apparu donc très récemment dans un rapport signé par Sir Richard Dor, l'épidémiologiste anglais qui a trouvé des corrélations entre le fait de fumer et le cancer du poumon, qu'il y avait effectivement une corrélation...
 

Daniel:
Qu'est ce que ça à voir, qu'est ce que ça à voir.

Ce qu'ignore Daniel, c'est que les CEM rentre pour 30 % dans les affections de poitrine.
Une commission d'enquête officielle a eu lieu aux USA, concernant le décès d'un technicien, Joseph Yannon. Il s'occupait de régler le son sur les réémetteurs de télévision. Il est décédé après 6 ans d'une pneumonie, avec diverses complications et altérations de son métabolisme. Il ne pesait plus que 30 kg à la fin de sa vie.  La conclusion aboutit à l'époque à la responsabilité des hyperfréquences. Une autre enquête a été réalisée par l'état de New-York, pour étudier 458.000 décès durant la période de 1950 à 1979, où il fut démontré une surmortalité aiguë pour 10 catégories professionnelles exposées aux champs électromagnétiques, sans parler des suicides. Les personnes concernées sont les électriciens, techniciens et opérateurs radars, radio, télé, le personnel médical utilisant les appareils à rayon X, les industries faisant appel à l'électrolyse, et le nucléaire. Les spécialistes ne peuvent ignorer ces faits, ou alors ils obéissent à des ordres. Ignorer ces faits est un acte CRIMINEL.
 

Roger Santini:
en gros une multiplication par deux. Donc lié en particulier à des phénomènes comme la baisse des taux de mélatonine dans l'environnement des lignes à haute tension, donc si vous avez écouté depuis longtemps le message transmis par les lobbies, les grands groupes de l'électricité, jusqu'à très récemment il n'y avait aucun effet,
 

Daniel:
Mais vous êtes en mobile ici Monsieur.
 

Roger Santini:
Et à l'heure actuelle on reconnaît quand même qu'il y a doublement de risques de leucémie d'enfant, chose qui traînait dans un livre déjà dans les années 94, livre que nous avons publié sur ce sujet. Les leucémies d'enfants s'étaient connues. Donc nous sommes capables de nouveaux en tant que pseudo- experts à faire des synthèses à partir de documents qui existent, alors que les vrais experts, ceux qui sont reconnus par les opérateurs sont récusés quand même est heureusement par les associations, ces experts là ne sont pas encore capables de faire la synthèse. Ils demandent à ce qu'on laisse les gens sous les lignes ou bien à proximité des antennes en attendant je ne sais pas quoi, en attendant je crois qu'on est le temps d'installer toutes les antennes, pour que les gens soient bien irradiés.
 

Daniel:
Monsieur je peux vous poser une question.
 

Roger Santini:
Je vous en prie
 

Daniel:
Est-ce que vous pouvez m'apporter un malade des antennes radiophoniques, un seul malade, amenez le moi.

Les crises d'asthme, les bronchites et pneumonies, il ne faut pas oublier que ces pathologies de l'avis de plusieurs scientifiques, peuvent naître du fait d'une exposition aux micro-ondes. On peut prendre le cas de Joseph Yannon cité ci dessus, mais il y en a eu d'autres. Une étude du Pr Cyril Smith révélait que le spectre radio pouvait provoquer des troubles neurologique chez 45 % des patients électrosensibles et respiratoires chez 18%.
EN FRANCE, PAYS DANS LEQUEL LES RÉSEAUX DE LA CRIMINALITÉ SONT TRÈS BIEN IMPLANTÉS ET ONT INFILTRÉ TOUS LES CERCLES DU POUVOIR, JUSTICE ET MÉDECINE INCLUS, ON REFUSE DE RECONNAÎTRE LE SYNDROME DES MICRO-ONDE SUR LE PLAN MÉDICAL.
 

Roger Santini:
Bon écoutez, des gens sont en train, posez cette question à des associations qui regroupent par exemple comme Priaterm, ils vous donneront des noms et des adresses, et vous allez peut-être pouvoir faire des mesures, moi je ne sais pas.
 

Daniel:
C'est moi qui fais les mesures sur les antennes. C'est moi qui les fais le mesures il y a une puissance de 1 watts...

Eh bien moi je n'irai certainement pas vous cherchez pour faire des mesures chez moi, vous pouvez en être certain. Les mesures doivent être réalisées avec un analyseur de spectre couvrant la bande de 300 MHz à 5000 MHz minimum, avec une antenne isotropique à gain 0, et non pas négatif, comme l'affectionne certains techniciens pour fausser les mesures.
 

Pierre Monaton:
Alors attendez, Roger Santini, Roger Santini, parce que si vous parlez tous en même temps ça ne sert à rien. Daniel vous disiez à Roger donc qu'ils faisaient lui-même les mesures et que la puissance ne dépasser pas les combien Daniel?
 

Daniel:
1 Watt.

Daniel oublie de nous dire s'il s'agit d'une puissance en onde plane, et d'un watt par cm² ou par m². Il faut aussi donner le gain de l'antenne, critère que les opérateurs camouflent.
 

Pierre Monaton:
Selon vos mesures.
 

Roger Santini:
Alors ce que je rappelle à ce monsieur sait que ce n'est pas une notion d'intensité, c'est une notion de sensibilité individuelle et de cohérence
 

Daniel:
Monsieur ça se mesure la sensibilité

Daniel qui prétend tout savoir démontre une incompétence flagrante. Cette notion de sensibilité est reconnue par les scientifiques anglais.
Pr Gérard Hyland Université de Warwick Grande Bretagne:
"Cela ne sert à rien d'écouter les fabricants nous dire il faut attendre l'étude définitive qui va mesurer exactement les effets sur la santé, car en principe, cette étude ne peut pas exister, parce que chaque personne a sa propre façon de réagir. Ce que votre organisme peut tolérer, il se peut que le mien ne le tolère pas, et donc c'est à chacun d'entre nous d'exercer sa propre sensibilité face au problème."
 

Marc Filterman, auteur du livre " Les Armes de L'Ombre ", édition Carnot:
Bien, écoutez-moi je vais intervenir, Marc Filterman à l'appareil, parce que moi aussi je vais peut-être dire quelque chose.
 

Daniel:
C'est votre droit.
 

Marc Filterman, auteur du livre " Les Armes de L'Ombre ", édition Carnot:
Personne ne le sait, mais il y a eu un mort au Canada répertoriés à la suite d'une exposition face à une antenne de télécommunications (CIVILE). L'information est tellement gênante que les caractéristiques de l'antenne n'ont jamais été communiquées, ça s'est passé en décembre 99, voila j'étais en train de chercher, et sa figure sur un site de prévention militaire au Canada monsieur.

Il est très facile de comprendre pourquoi ce type d'information n'est pas divulguée. Elle est tout simplement détournée à des fins militaires. En mars 2001, le Pentagone dévoilait qu'il souhaitait mettre en production une arme antipersonnelle qui pourrait être utilisée contre les troupes, mais aussi des manifestations civiles. Les durées des impulsions doivent être limitées à 3 secondes, pour ne pas provoquer de graves lésions, mais je dirai que tout dépend de la distance des individus à neutraliser.
49°) Descriptif du système d'arme antipersonnel micro-ondes VMADS. (11/09/2002)
http://membres.lycos.fr/filterman/munzert-49-VMADS.htm

Quant à ceux ou aux prétendus experts qui viendraient me traiter de charlatan ou d'escroc, c'est qu'ils sont incompétents et ignorent tout de cette affaire, ou qu'ils sont carrément à la solde des lobbies des télécoms, car cette info avait été diffusée sur un site de prévention canadien. Ces gens là devront donc être considérés comme des criminels.

Daniel:
Je suis d'accord avec-vous monsieur sur ce que vous venez de dire.

Marc Filterman, auteur du livre " Les Armes de L'Ombre ", édition Carnot:
Donc qu'on ne vienne pas me dire que les micro-ondes sont pas dangereuses parce que c'est totalement faux.
 

Daniel:
Je suis d'accord avec vous, mais quelle était la puissance de l'antenne et quel était le rayonnement de l'antenne à ce moment-là.

Visiblement Daniel entend sélectivement ce qu'il veut bien entendre, mais a un peu de mal à comprendre le français, car il n'a visiblement pas compris ce que j'ai dit. J'ai donc répété.
 

Marc Filterman, auteur du livre " Les Armes de L'Ombre ", édition Carnot:
Mais justement monsieur, il y a un problème qui se passe, c'est que déjà les puissances des antennes ne sont pas transmises, d'autre part, il y a un paramètre dont personne ne tient compte, c'est les durées d'exposition, or les durées d'exposition, moi j'ai lu intégralement le rapport Zmirou, c'est marrant, c'est la seule donnée, qui même au niveau norme thermique, au niveau des durées d'exposition ne figure pas dans le rapport Zmirou.

Daniel de cette grosse boite des télécoms de Lyon va finir par se faire rappeler à l'ordre par sa hiérarchie, parce qu'à chaque fois qu'il intervient, il se ramasse une gamelle. Par son comportement, il fait dévoiler par ses interlocuteurs des informations qui sont en effet très compromettantes pour le lobby des télécoms. La première fois, intervention d'un pilote pour le contredire, cette fois ci, moi qui le contredit pour révéler qu'il y a eu un mort suite à une exposition micro-ondes, cela ne va pas arranger les affaires  du monde des télécoms.
 

Daniel:
Mais monsieur, je suis en partie d'accord avec ce que vous venez de dire dans la mesure, où là vous avez une émission d'une antenne qui est direct, qui s'appelle directionnelle. Ce qui n'est pas le cas des antennes émettrices des sociétés qui sont elles en fils arrosoir, qui n'ont pas la même puissance, ce qui n'a strictement rien à voir.

Cet individu nous prend vraiment pour des cons. Les antennes GSM ont toujours été directionnelles, ou alors ce monsieur n'est pas ce qu'il prétend être. L'angle d'ouverture maximum des antennes est de 120°, de façon à pouvoir couvrir les 360° avec 3 antennes. Pour l'inclinaison verticale, elle est ajustable mécaniquement ou par un tilt électrique, qui dans ce dernier cas ne permet aucun contrôle à un observateur lambda.
Pour finir de démentir cet individu, car il ne faut pas oublier non plus que dans certaines professions, l'incompétence est sanctionnée, le CSIROS a rédigé un rapport dans lequel il constate et notifie qu'il existe des modifications sur le biologique avec des puissances aussi faibles que 0,02 µW/cm² sur le cycle de la mélatonine, inhibiteur précisément des radiaux libres et donc des tumeurs cancéreuses, mais là aussi, c'est une donnée que le rapport de la DGS du gouvernement français qui était pourtant socialiste à l'époque, a préféré ignorer.
 

Marc Filterman, auteur du livre " Les Armes de L'Ombre ", édition Carnot:
Attendez les antennes GSM sont directionnelles Monsieur.

Pour finir, même les experts officiels français qui défendaient le lobby de Daniel, commencent aujourd'hui à prendre leur distance, et révèlent qu'effectivement, on trouve des problèmes chez les enfants. C'est ainsi que René De Sèze déclare:
"...je déconseillerais également à des personnes qui ont des enfants d'habiter dans des lieux où les niveaux de champs sont supérieurs à 0,4 µT."
Petit problème, je n'ai pas connaissance que nos opérateurs effectuent ce type de mesure sur leurs installations. Et ce n'est pas fini, on constate une augmentation des fausses couches au moins de 10 % minimum, dans la période de 95 à 99, celle où on a donc constaté une explosion de l'implantation des relais de la téléphonie mobile.
 

Pierre Monaton:
Je vais vous couper parce qu'il est déjà à midi 28 Daniel, en tout cas on a bien compris vos propos intéressants. Sachez que vous pouvez réagir bien entendu, merci beaucoup
bonne journée.
 

Pierre Monaton:
Je vais juste appeler Paulette parce qu'on ne l'a pas entendu Colette, il nous reste 30 secondes, vous voulez parler de comportement de certains opérateurs Paulette. Paulette est là de l'association Priaterm, je vais essayer de la retrouver, Colette.
Je vous écoute Colette
 

Paulette:
Je trouve que leur comportement est méprisant par rapport aux riverains. Lorsqu'ils ont des possibilités par exemple en campagne, en Bretagne, où il y a des possibilités de mettre leur antenne loin des habitations, eh bien non, même la, il suffit qu'il y ait une petite ferme, une petite habitation qui se trouve là, il installe au plus près de l'habitation pourquoi, tout simplement parce que cela leur coûte moins cher, parce qu'ils ont à ce moment là donc l'EDF et le téléphone filaire à moindre coût. C'est un total mépris des riverains et de plus pour ses financements de zones non rentables, c'est-à-dire y sont très éloignés ils demandent l'argent public. C'est-à-dire qu'on privatise des bénéfices des sociétés privées, mais par contre ont nationalise les pertes, le le contribuable paiera pour les difficultés qu'ils ont


Conclusion:
Tant qu'on aura ce style de petit français, il est sûr que la situation en France ne peut guère allez dans le bons sens avec de tels comportements.
Je vais pas mâcher mes mots, car on doit parler icic carrément de comportement criminel des opérateur et de leur complice, les installateur ou, encore société de contrôle.
 


Conclusion:

Il faut s'attendre à ce qu'un jour des ministres se retrouvent devant la cour de justice de la république, pour ne pas avoir pris des dispositions à l'encontre des systèmes qui fonctionne en ondes pulsées. En clair, c'est la preuve que les affaires comme celles du sang contaminé, des farines et de l'ESB, du tabac, ne servent à rien. Les minisres sont incapables de prendre les dispositions sanitaires qui s'imposent, au nom de la croissance économique et certainement aussi du financement des partis politiques.



 
  Retour au chapitre sur les antennes relais de la téléphonie mobile
  Retour au SOMMAIRE du SITE.
  TRANSLATE - TRADUIRE.
Nom du site   Risques sanitaires des champs électromagnétiques, santé, cancer, leucémie, tumeur
Adresse du site danger risque sanitaire de la pollution électromagnétique santé cancer leucémie tumeur du cerveau
Auteur du site : Marc FILTERMAN
Adresse e-mail : marcfilterman@hotmail.com
© Protected by Copyright - Reproduction interdite.