© Protected by Copyright - Reproduction interdite.
Adresse du site
sites de secours
danger risque sanitaire de la pollution électromagnétique santé cancer leucémie tumeur du cerveau
Nom du site   Prévention sur les risques professionnels sanitaires des micro-ondes
Auteur du site   Marc FILTERMAN
Adresse e-mail   marcfilterman@hotmail.com
  TRANSLATE - TRADUIRE
  Retour au Sommaire du site
  Retour au chapitre sur la pollution électromagnétique des micro-ondes


63°) La téléphonie mobile GSM au service
d'un génocide humain, en tout impunité.

La multiplication des sources électromagnétiques est en train de provoquer un génocide qui va en progressant, avec la complicité de toutes les autorités sanitaires qui seront un jour contraint de rendre des comptes devant la justice.

A se tordre de rire, France Info déclare à la radio que les dépenses de santé ont augmenté, mais ne souffle mot sur la progression des cancers en France et ses motifs.
 

En 2004 en Europe, l'incidence des cancers a été estimé à 2.886.800, et le nombre de décès à 1.711.000. Le cancer du poumon était aussi la  cause principale de décès par le cancer (341.800), suivie par :
    - le cancer colorectal avec 203.700 décès,
    - le cancer de l'estomac avec 137.900 décès
    - le cancer du sein avec 129.900 décès.

Conclusions: avec une estimation de 2.9 million de nouveaux cas (54% d'hommes, et 46% de femmes) et 1.7 million de morts (56% d'hommes, et 44% de femmes) chaque année, le cancer reste un problème important de santé publique en Europe, et le vieillissement de la population européenne fera continuer ces nombres à augmenter.
 

Entre 1980 et 2000, le nombre de cas de cancer a augmenté de 63% .
Il ne serait pas surprenant d'apprendre que le taux a progressé encore de 40 % entre 2000 et 2005, sauf qu'on ne pourra pas obtenir la confirmation du chiffre que j'avance en 2010.

La revue l'Expension du 22/01/1998, révélait qu'une étude australienne écrivait qu'il y avait une augmentation des tumeurs du cerveau. Pourtant avant 1995 les cancers du cerveau était rare et ne dépassait pas 1 % du total des tumeurs, ce que pourrait confirmer, le Centre international de recherche sur le cancer, qui est une agence de l'OMS. Alors pourquoi les tumeurs du cerveau, méningiomes, neurinome de l'acoustique et autres joyeusetés comme les cancers de la prostate explosent depuis l'arrivée des téléphones mobiles GSM.
 

Dans les tumeurs du cerveau on retrouve :
    - les cancers,
    - les tumeurs bénignes,
    - les malignités intermédiaires.

Sous le terme de tumeurs primitives on retrouve :
    - les lésions cancéreuses des tissus nerveux de l'encéphale,
          sont aussi appelées des gliomes.
          Ils représentent 40% des tumeurs.

Les lésions intra-crâniennes :
    - elles apparaissent dans le système nerveux crânien.
         Ils sont aussi appelés neurinomes et représentent 10% de l'ensemble.
         Cependant, comme je le  signalais déjà  lors  d'une émission de radio
         en 2000, ils étaient déjà en forte progression depuis l'arrivée du GSM.
    - L'hypophyse ou glande pituitaire sont aussi en forte progression.
        Ils sont aussi appelés adénomes, et comptent pour 8% mais en augmentation.
    - les problèmes sur les méninges ou méningiomes comptent pour 20%.

Les métastases intracrâniennes :
    - Ce sont des tumeurs secondaires des cancers.
      Ils ne sont pas moins dangereux que les cancers.
      S'ils se développent, l'issue est fatale.
      Ils comptent pour 16 à 20%, et sont en forte progression.

Les tumeurs sur le lobe temporal sont en forte progression, et il y a de plus en plus d'interventions chirurgicales. Sauf que s'il reste des métastases inaccessibles, le patient peut être condamné à plus ou moins long terme, ce que le monde médicale ne va pas révéler. Ce qui est encore plus criminel, c'est qu'un certain nombre de grands professeurs, ont des comportements criminels, quand ils affirment qu'il n'y a aucun lien avec la téléphonie mobile. Et c'est encore pire pour ces neurologues irresponsables qui n'interdisent pas à leur patients d'utiliser un téléphone portable, car les métastases peuvent continuer à se développer. Il ne faut pas oublier que l'ODC, qui est une molécule de croissance, y compris des tumeurs, peut être stimulée par les ondes GSM.

Par le passé, on ne dépassait 10 nouveaux cas par an pour 100 000 personnes. Le ministère de la santé refuse de faire le lien avec la téléphonie mobile, et pour cause, ceux qui refusent de faire ce lien ont leurs études financées par le lobby criminel des télécoms.

Les autorités affirment que les causes et les mécanismes de leur croissance restent inconnus, ce qui est faux, puisqu'en réalité les autorités ou ceux qui financent les études font interrompre les recherches dès qu'un lien est mis en évidence. Il précise qu'aucun risque particulier n'a été reconnu sauf pour l'exposition aux nitrosoguanidines et aux nitroso-urées en laboratoire (voir tableau des maladies professionnelles n°85).

Le 20/10/2003, l'Institut National de Veille Sanitaire (INVS) a publié une étude sur l'évolution des cancers en France.
En 1980, il y avait 150.000 cas de comptabilisés.
En 2000, il y avait 280.000 nouveaux cas de cancers tous confondus.
La progression était donc de 63 %.
Le taux de mortalité par cancer entre 1980 et 2000 a progressé de +19%.
Sauf que dans certaines villes comme Albi, ou Strasbourg, les taux de mortalité anormaux de tous les types ont fortement progressé. Cependant les DDASS refusent de mener des enquêtes avec la bénédiction du Ministère de la Santé. En effet, depuis que M. Douste- Blazy a été nommé ministre de la santé, celui-ci n'a rien fait.

Le cancer du sein a doublé en 20 ans.
Il y a plus de 41.000 nouveaux cas de cancer du sein par an.

Le cancer de la prostate a quadruplé en 20 ans.
Il y a eu 40.300 nouveaux cas en 2000.

Cela mérite une petite explication que les experts du ministère de la santé, et le lobby des télécoms ne révèlent pas. C'est que le téléphone portable que vous portez et utilisez à la ceinture avec un kit main libre, pour ne pas attraper une tumeur au cerveau, rayonne en permanence auprès des organes reproducteurs, alors qu'ils sont eux aussi les organes les plus sensibles du corps humain. Ce qu'aucun expert officiel ne vous explique et pour cause, c'est que quand un téléphone portable change de zone, il y aura un dialogue avec les relais GSM, qui sera proportionnel à la vitesse à laquelle vous vous déplacez. Un téléphone portable qui est porté à la ceinture par un utilisateur qui se déplace en moto, aura un portable qui aura un nombre de dialogues en puissance maximum avec les relais, qui sera plus élevé que quelqu'un qui se déplace à pied par exemple.

C'est ainsi qu'une étude de 2004 révèle qu'un téléphone portable porté à la hanche à la ceinture, ou dans la poche de son pantalon, peut réduire la fertilité et la qualité du sperme de 30 %. Il y a donc risque d'avortements, de naissances avec des anomalies génétiques sur les foetus humain, appelé aussi syndrome de Down.

Si en plus vous rajouter encore un autre détail que les experts officiels ne révèlent pas, c'est que les circuits électroniques d'un téléphone portable GSM rayonnent en permanence, notamment ce que M. Bernard Veyret du CNRS (DGS, ICNIRP, DG13 et j'en passe), appelle des sous-produits, qui sont en réalité des ELF, extrêmement basses fréquences, qui sont extrêmement nocifs pour le biologique comme l'ont montré depuis longtemps des expérimentations réalisées par José Delgado dans les années 70. D'autres expériences faites en 2000 avec les ELF des téléphones portables comme celles de Madeleine Bastide ont confirmé cette nocivité, et ont mis en évidence un taux de mortalité sur les embryons d'oeufs de poulet qui dépassait les 60 %. Si ces ondes sont mauvaises pour les oeufs alors que le téléphone portable GSM n'était pas en émission, inutile de dire que c'est aussi mauvais pour les bijoux de famille.

Que les internautes ne s'inquiètent pas en lisant ces lignes, car je peux vous affirmer que les députés ou sénateurs qui défendent le lobby des télécoms, ignorent eux-mêmes tous les risques. J'ai moi-même vu certains députés mettre leur téléphone portable dans la poche de leur pantalon. Rassurez-vous, les représentants des divers opérateurs que nous retrouvons dans des groupes de soutien de ces divers parlementaires de droite ou de gauche, ne sont pas forcément mieux renseignés, et ils sont là de toute façon pour défendre les intérêts de leur employeur opérateur.

Pour les femmes le cancer du sein peut être lié à l'utilisation de certaines pilules ou autres substances pharmaceutiques, mais beaucoup mettent leur téléphone portable dans le sac à main qui est porté en bandoulière sur la poitrine. Il est inutile de préciser que quand on a déjà un cancer, voire même le sida, ou a plus forte raison un cancer du poumon, il ne faut pas porter un tel appareil sur la poitrine, car certaines tumeurs restent mortelles. Le cancer du poumon qui est quatrième par le nombre, est pourtant la première cause de mortalité en raison du tabagisme, mais sa progression peut être augmenté par la stimulation de l'ACTH et de l'ODC par les fameux sous-produits (sic) de la téléphonie mobile GSM qui n'arrangent rien. Les décès tous cancers confondus, le cancer du poumon représentent 6% à lui seul. En 2000, il y a eu 27.000 cancers du poumon, dont 80% chez les hommes, et autant en sont décédés. Le tabagisme aurait aussi augmenté chez les femmes, ce qui expliquerait l’augmentation annuelle de 4,4% de l’incidence et de 2.9% du taux de mortalité par le cancer du poumon. Les spécialistes estiment dans leur étude que le taux de mortalité des femmes par cancer du poumon devrait doublé entre 2000 et 2020 pour atteindre près de 60.000 décès entre 2015 et 2019. Il y a quelque chose qui m'échappe, si on augmente le prix des cigarettes, qu'on multiplie les mises en garde et les interdictions de fumer, est-ce qu'on peut m'expliquer sur quel critère se base ces experts, pour nous affirmer, que le taux de décès par cancer du poumon va exploser. Il n'y a qu'une seule possibilité, c'est que l'exposition permanente à des CEM est la cause de l'explosion de ces cancers. Il faut en effet savoir qu'une exposition permanente neutralise aussi le cycle de la mélatonine qui est un des principaux inhibiteurs des radicaux libres qui sont cancérigènes.

Il y a bien une tentative qui est faite pour mettre ces cancer sur le dos de soleil, mais celui-ci n'a rien à voir avec les cancers du poumon, il ne concerne que les cancers de la peau, qui explose eux-aussi.  En 2000, plus de 7.000 nouveaux cas ont été détectés. En 20 ans là aussi le nombre de mélanomes (cancer de la peau) a été multiplié par 3 chez les femmes et par 4 chez les hommes. Ce qui est marrant, c'est que cela coïncide avec l'arrivée de la téléphonie mobile.

Il ne faudrait pas qu'un cancérologue viennent me dire le contraire. Il est d'ailleurs très suspect que le ministère de la santé n'est émis aucune circulaire en direction de ces diverses catégories de spécialistes et de professionnels, sur les risques du syndrome des micro-ondes. Nous avons donc la preuve une fois de plus la preuve que M. Douste-Blazy ne fait rien, trop préoccupé à ménager la chèvre et le choux.



Cancer de la prostate :
Ces 5 dernières années (2000/2004), une augmentation de 80 % du nombre de cas de cancer de la prostate a été constaté aux USA. C'est devenu une des premières cause de mortalité chez l'homme. Le taux de mortalité par cancer de la prostate a en effet progressé de 23 %. Certains de ces cancer peuvent proliférer rapidement vers d'autres organes et multiplier les métastases. 30 % des hommes âgés de 60 ans ont des foyers microscopiques de cancer dans la prostate, mais qui ne sont pas obligatoirement évolutifs. Le cancer de la prostate est plus fréquent chez les Européens et les Américains, que chez les Asiatiques.  On fini cependant par nous expliquer que le cancer de la prostate a aussi fortement progressé au Japon suite à l'arrivée de nouvelles habitudes alimentaires occidentales. Les agences sanitaires tentent là aussi d'expliquer cette différence par les habitudes alimentaires, mais refusent une fois de plus de mettre en cause les téléphones portables qui sont portés à la ceinture.

23 octobre 2004- Une étude épidémiologique a été réalisée par :
le Registre des tumeurs du Doubs et
l’Observatoire régional de la santé (ORS) de Franche-Comté.

Chaque année 5 000 personnes sont victimes d'un cancer,
et tue 2 600 personnes, dont 1 600 hommes et 1 000 femmes,
d'après le Dr Anne-Sophie Woronoff de l’ORS.
En 1980, on ne comptait que 3 600 nouveaux cas par an.
Là aussi cette augmentation serait due à la progression de certains cancers comme celui du poumon et de la prostate, qui représentent 56 % des nouveaux cas chez les hommes.
Les cancers du sein et du côlon-rectum représentent 54 % des nouveaux cas chez les femmes.  Le cancer du sein est responsable de 20 % des décès par an.

Le Doubs et la Haute-Saône ont une mortalité inférieure à la moyenne nationale pour le cancer de la prostate. Par contre le territoire de Belfort est lui au-dessus de la moyenne, surtout pour le cancer du poumon. Le Dr Arlette Danzon du Registre des tumeurs du Doubs déclarait «On s’est rendu compte que le Nord-Est et les territoires industrialisés étaient plus touchés par ce type de cancer. Si le tabac est un facteur majeur, il existe d’autres causes. Une étude doit être menée sur le cancer du poumon et l’exposition professionnelle ».

En 20 ans, l’incidence du cancer du poumon a augmenté de 16 % chez les hommes et de 168 % chez les femmes. Une progression de la mortalité de + 9 % chez les hommes et de + 189 % a été constaté chez les femmes. Là aussi le motif qui est donné est le tabagisme, mais en aucun cas on explique que la cause peut être liée à un sac qui est porté à hauteur de poitrine avec un téléphone portable à l'intérieur.

La Société canadienne du cancer écrivait le 16 avril 2003 à Toronto.
En 2003, environ 1.3 millions de nouveaux cas de cancer ont été comptabilisés.
En 2003, 556 500 Américains sont décédés du cancer,
soit plus de 1 500 personnes chaque jour.
Depuis 1990, plus de 17 millions de cas de cancer ont été comptabilisés.
En 2002, le coût total du cancer a été estimé à 171.6 milliards de dollars.
En dépit de tout cet argent dépensé, nous ne gagnons pas la guerre contre le cancer.
Le Dr Aubrey Pilgrim, déclarait qu'on ne gagnait pas la guerre contre le cancer, à moins qu'il est voulu dire qu'on avait perdu la guerre contre le cancer, ce qui veut dire la même chose, mais dans le premier cas, on minimise.



La désinformation faite par ceux qui sont censés protégés les consommateurs, et qui les expose à tous les dangers volontairement.
 
 
LA COMMISSION DE LA SÉCURITÉ DES CONSOMMATEURS,

"En ce qui concerne les risques d'augmentation du nombre de cancers, et notamment de cancers du cerveau, qui ont été évoqués dans certaines publications, nous ne disposons actuellement d'aucun élément probant. Ceci est tout à fait logique puisque ce risque, s'il existe, est un risque faible et à long terme, portant sur un cancer naturellement peu fréquent. C'est pourquoi il ne pourrait être mis en évidence de façon statistiquement significative que dans le cadre d'études portant sur une population très nombreuse et sur une très longue durée. Il est probable que nous ne pourront répondre à cette question de façon à peu près assurée que dans de nombreuses années compte tenu du caractère très récent de l'usage de ce type de matériel.

Les études sur l'animal, d'où certains ont extrapolé l'existence d'effets sur l'homme, conduisent actuellement à des résultats relativement contradictoires, dans lesquels il est difficile de différencier les effets génotoxiques et les effets thermiques liés à ce type de matériel. On peut cependant noter que deux études récentes, l'une de 1995, l'autre de 1994 portant sur des expositions à long terme d'animaux aux champs électromagnétiques dans le domaine des radiofréquences, ont montré de façon surprenante une augmentation moyenne de la durée de vie des animaux, alors qu'une autre étude datant de 1994, faite dans des conditions différentes et sur des animaux différents a montré plutôt une légère réduction de la durée de vie des animaux, réduction se situant juste à la limite de la signification statistique".

Mme Michèle Vedrine devrait changer de poste et renouveler son équipe, car c'est ignorer le rapport Hardell qui démontre un taux beaucoup plus élevé de tumeur du cerveau chez les utilisateurs de téléphones mobiles GSM. Dans n'importe qu'elle société privée, un salarié ou même un dirigeant qui ferait preuve d'autant d'incompétence et d'ignorance serait viré sur le champ. Mme Vedrine devrait pourtant être au courant des effets nocifs, puisque le Dr Aubineau lui a remis un rapport qui lui aussi démontrait les effets nocifs. Je ne parlerai pas du Fax du Dr Carlo de fin 1999, qui bien qu'étant le défenseur de la téléphonie mobile, avait écrit au divers grand patron des télécom, que le GSM présentait un sérieux risque pour la santé. Je ne parle pas du rapport Stewart, qui a fait beaucoup de bruit, et qui signale un risque sérieux pour les cerveaux des enfants.

Je dois épingler les experts de la DGS, Direction Générale de la Santé, qui sont pris en flagrant délit de mensonge dans le rapport du 16 janvier 2001. Ils ont en effet pratiqué une désinformation criminelle, en rédigeant le paragraphe ci-dessous :
 
L'étude cas-témoins de Hardell et al (1999) en Suède n'a pas mis en évidence de risque augmenté de tumeur lié à l'utilisation du téléphone mobile, qu'il soit analogue ou digital. Les critiques de cet article sont par ailleurs développées dans une section de l'annexe.

 
 
Concernant le problème de la possible induction de tumeurs cérébrales, l'auteur rapporte les résultats publiés par Hardell et coll. [346], à laquelle il a lui même participé, concernant une étude cas témoins portant sur 233 patients atteints de tumeur cérébrale vivant dans les régions d'Uppsala et de Stockholm. L'augmentation du risque de tumeur cérébrale liée à l'utilisation du téléphone mobile a uniquement été observée dans les cas de tumeur dans les zones temporales, tempopariétales ou occipitales en position ipsilatérale par rapport à l'utilisation du téléphone mobile. Cette augmentation du risque n'est observée que pour le système NMT, le temps d'observation étant trop court pour étudier un éventuel effet du GSM. Ces résultats, non significatifs sur le plan statistique, ne portent cependant que sur un faible nombre d'observations (13 cas, 10 avec une tumeur maligne, 3 avec une bénigne, dont 9 exposés au NMT, 3 à la fois au NMT et au GSM et un seulement au GSM). La conclusion de l'auteur est qu'un accroissement du risque de tumeur cérébrale dans les zones anatomiques proches de l'utilisation du téléphone cellulaire doit être particulièrement surveillée dans le futur.

Ce qu'on n'explique pas dans le rapport, c'est que le NMT (radiotéléphonie analogique) a été abandonné juste après une conférence internationale qui s'est déroulée Porte de la Chapelle à Paris en 1991. Il faut en effet préciser que si à l'origine la puissance des radiotéléphones était de 8 W à l'origine, celle-ci  a été abaissée à 2 W, pour prendre en compte les effets thermiques, de brûlure, qui ont pu être constatés à l'époque. C'est la raison pour laquelle le NMT à commencer à perdre du terrain ou a voir aussi sa puissance baisser. La limite adoptée est désormais de 450 µW/cm² alors qu'un portable GSM peut monter jusqu'à 2000 µW/cm², mais la période de référence utilisée est de 6 minutes, information qu'oublie systématiquement de nous préciser les opérateurs.

Envoyé spécial du 21/10/99 sur France 2: Les GSM:
La phrase a été extraite d'une note du constructeur Motorola et concernait l'étude du Pr Lai qui avait mis en évidence les effets nocifs des micro-ondes.
 
"Je pense que nous avons suffisamment torpillé l'affaire Shing/Lai." 

Ainsi Henry Lai a dû attendre cinq ans avant de recevoir de nouveaux fonds, pour recommencer des travaux. Cela veut dire que l'industrie des télécoms, adopte une attitude immorale et CRIMINELLE pour bloquer les chercheurs dont les résultats des études arrivent à la conclusion que le téléphone portable est nocif pour la santé.
 
 
 
Le Pr Henry Lai, Université de Washington Seattle: 
"Si l'industrie du téléphone mobile avait vu les choses différemment, au lieu de contredire nos découvertes, et bien aujourd'hui, on saurait quels conseils donner aux utilisateurs de portable. On pourrait peut-être leur dire, comment et combien de temps ils peuvent utiliser leur téléphone. Au lieu de çà on a perdu tout ce temps, pour rien." 

L'affaire pourtant était lancée et dès lors, plusieurs laboratoires du monde entier ont entamé des recherches. La première d'entre elle, nous mène en Suède. Les cobayes ici sont des hommes, 200 utilisateurs de portables, tous atteints de tumeurs au cerveau. En analysant les résultats, le Dr Hardell n'a pas trouvé de lien entre le cancer et l'utilisation du portable, sauf, pour les cas de tumeurs localisées dans la partie du cerveau la plus proche de l'antenne. A cet endroit là, le risque de tumeur est multiplié par 2,5 du côté de la tête où le téléphone est utilisé.
 
 
Dr Lennart Hardell:
" J'ai été vraiment surpris des résultats car les micro-ondes ne sont pas reconnus comme étant cancérigène pour l'homme." 

On semble oublié trop vite les recherches concernant le personnel militaire exposé aux micro-ondes des radars dont les effets nocifs ont été constaté en 1943 classifié secret en 1944. On oublie aussi le projet Pandora de la CIA, en rapport avec cette affaire appelée le Signal de Moscou, où le personnel diplomatique de l'ambassade américaine était soumis à des micro-ondes de très très faible intensité. Toujours est-il qu'il y a eu un taux anormalement élevé de cancers, et d'avortements, de morts nés, etc...
 
 
Dr Lennart Hardell:
Nos résultats n'ont pas de valeur statistique significative, et l'on peut dire que les chiffres sont plutôt bas. Mais il y a un signe biologique qui nous indique, que nous avons là un problème, qui mérite d'être approfondi, puisque nous avons trouvé une augmentation des risques, à l'endroit où les micro-ondes sont absorbées par le cerveau.

A partir de combien de victimes les résultats deviennent-ils significatifs ?

Le plus grand constructeur suédois de portables Ericsson, a suivi avec attention les travaux du Pr Hardell. La compagnie affirme qu'elle a le plus grand respect pour ce scientifique. Mais pour autant, elle n'est pas d'accord avec ses résultats.
 

Il y a une déduction que l'on peut faire, c'est que les cancers explosent littéralement dans les pays dans lesquels se sont développés les réseaux radioélectriques micro-ondes numériques. Ainsi les décès liés des tumeurs du cerveau et des cancers du système nerveux central, étaient pratiquement inexistant il y a 30 ans, en dehors des professionnels exposés aux ondes des stations radars ou faisceaux hertziens. Or de 1.800 cas environ en 1980 on est passé à 2.800 cas en 1996 soit une progression de 50 % en 16 ans. Or de 1996 à 2000 ce chiffre à encore doublé. Pour ma part j'estime que 2% de la population pourrait être victime de tumeurs du cerveau dans les 5 à 10 ans à venir, faisant exploser le déficit de la sécurité sociale. Même en estiment le coût d'une intervention chirurgicale dans la fourchette basse, soit 10.000 euros, il faudrait multiplier ce nombre dans les années à venir par 1000 patients en plus chaque année.

Contrairement aux affirmations des agences et experts français, des études ont mis en évidence un lien entre téléphonie mobile, cancer et tumeur du cerveau. Dès 1994 un rapport australien  du CSIRO mettait en évidence un lien entre divers types cancers et la téléphonie mobile, rapport que les autorités sanitaires françaises choisissent d'ignorer. En un siècle, on est passé de 3,3% à 32,6 % de cancer en 1995, soit une multiplication par 10. La progression a été identique dans la majorité des pays dits « industrialisés ». Si une personne sur trois meurt du cancer, il y en a une sur deux qui peut développer une tumeur dans sa vie, en raison de la perturbation du cycle de la mélatonine par des CEM, et de l'affaiblissement de son système immunitaire. Les taux de progression du cancer sont proportionnel à la pollution électromagnétique qui règne dans certains pays industrialisés.

Author's Name Armstrong, B.
Model Total cancer incidence in utility workers in Canada and France (with exposure to both RF & ELF)
Reference  Am J Epidemiol (1994) 140(9):805-820
Pour les travailleurs soumis à la fois aux ELF et RF pulsées (EDF et HydroQuébec) augmentation significative de l’ensemble des cancers.

Author's Name
Baumgardt-Elms C, Ahrens W, Bromen K, Boikat U, Stang A, Jahn I, Stegmaier C, Jöckel K-H
Model  RF exposure from mobile phones and other sources and testicular cancer (data extracted from a larger case control study)
Reference     Cancer Causes and Control (2002) 13:895-902
Pas de relation entre exposition aux RF et cancer testiculaire.

 Author's Name  Beall, C.
 Model  Brain and CNS cancer incidence in electronics workers
 Reference   Epidemiology (1996) 7:125-130
Augmentation des tumeurs du cerveau et autres cancers chez les travailleurs de l’électronique depuis plus de 20 ans.

 Author's Name         Cantor, K.P.
 Model    Breast cancer mortality and microwave exposure in females
Reference  J Occup Environ Med (1995) 37(3):336-348
Augmentation de cancer du sein chez les femmes exposées professionnellement aux RF.

Author's Name Coleman, M.P.
 Model  Leukemia incidence in men employed in jobs with electrical or RF exposure
 Reference  Lancet (1983) 1:982-983; Lancet (1985) 2:106-107; Br J Cancer (1989) 60:793-798; Int J Epidemiol (1988) 17(1):1-13; Eur J Cancer (1991)    27:1504-1519; Lancet (1990) 336:1259
Montre une augmentation de leucémies chez les opérateurs radio soumis aux RF.

 Author's Name Demers, P.A.
 Model  Male breast cancer and microwave exposure
 Reference  Am J Epidemiol (1991) 134(4):340-347
Augmentation du cancer du sein chez les hommes exposés professionnellement aux champs des micro-ondes avant l’âge de 30 ans.

 Author's Name  Gallagher, R.P.
 Model Brain cancer incidence in RF and electronics workers
 Reference J Occup Med (1991) 33:944-945
Augmentation des tumeurs du cerveau chez les travailleurs soumis aux RF.

Author's Name Garland FC
Model  MW exposure to US Navy personnel and analysis of non-Hodgkins lymphoma incidence
Reference  Arch. Environ. Health (1988) 43:425 - 429, Am. J. Epidemiol. (1990) 132:293 – 303; Int. J. Epidemiol. (1987) 16:367 – 372; Am. J.  Epidemiol. (1988) 127:411 – 414
Diminution du nombre de lymphomes non-Hodgkiniens dans le personnel de l’US  Navy soumis aux RF.

Author's Name  Grayson, J.K.
Model Brain cancer incidence in US Air Force personnel exposed to microwaves
Reference Am J Epidemiol (1996) 143:480-486; Aviat., Space, & Environ. Med. (1996) 67:101-104
Augmentation significative, dans le personnel de l’US Air Force soumis aux micro-ondes, des tumeurs du cerveau

Author's Name Hayes, R.B.
Model Testicular tumors and exposure to microwaves
Reference Int J Epidemiol (1990) 19:825-831
Augmentation des tumeurs testiculaires en fonction de l’exposition rapportée aux RF mais pas en fonction du titre professionnel.

Author's Name  Kaplan S, Etlin S, Novikov I, Modan B
Model Occupational exposure to RF and other agents and association with brain tumors
Reference Am. J. Ind. Med. (1997) 31:15-20
Augmentation non significative de tumeurs cérébrales.

Author's Name  Lagorio S, Rossi S, Vecchia P
Model Heat sealer operators were analyzed for cancer mortality in a cohort study
Reference  Bioelectromagnetics (1997) 18:418-421
Augmentation totale de l’incidence de cancers mais d’autres facteurs que les RF n’ont pas bien été évalué.

Author's Name   Morgan, R.W.
Model Total cancer incidence in Motorola employees occupationally exposed to RF
Reference  Epidemiology (2000) 11:118-127
Aucune augmentation de cancer du cerveau ou de leucémie chez les employés de Motorola.

 Author's Name Muhm JM
 Model  Boeing employees exposed to UWB RF analyzed for cancer mortality
 Reference   J Occup Med (1992) 34:287-292
Montre, chez les employés de Boeing exposés au RF, une diminution de la mortalité totale mais une augmentation de la mortalité par leucémie ou lymphomes.

Author's Name  Pearce, N.
 Model Leukemia incidence in men employed in jobs with electromagnetic field exposure
 Reference  Cancer Causes Control (2001) 12:683-689; Int J Epidemiol (1989) 18:55-59; Lancet (1988) 2:48; Lancet (1985) 1:811-812

Deux études : la première et plus grande montre une augmentation des cancers chez les réparateurs radio-TV et des leucémies
plus particulièrement en lien avec exposition aux RF/ELF . Une seconde étude plus petite ne montre pas de lien.

 Author's Name  Preston-Martin, S.
 Model Brain tumors incidence in men employed in jobs with electromagnetic field exposure
 Reference  Cancer Research (1989) 49:6137-6143; Am J Epidemiol (1990) 132:776
Augmentation du nombre de tumeurs cérébrales (gliomes) chez les travailleurs soumis aux RF.

 Author's Name  Szmigielski, S.
 Model Cancer incidence and morbidity due to RF exposures in Polish military workers
 Reference  Sci Total Environ (1996) 180(1):9-17; Electr. Magnet. Biol. Med. (1999) edit. Bersani & Kluwer pp 809-813

Montre une augmentation chez les policiers polonais soumis aux RF de l’ensemble des cancers, des tumeurs du cerveau et des
leucémies.

Author's Name  Speers, M.A.
 Model Brain tumors incidence in men employed in jobs with electromagnetic field exposure
 Reference Am J Ind Med (1988) 13:629-638

Augmentation de tumeurs cérébrales (gliomes) chez les travailleurs soumis aux champs des RF.

Author's Name  Thomas, T.L.
 Model Brain tumors in electrical and electronics workers occupationally exposed to microwaves
 Reference J Natl Cancer Inst (1987) 79(2):233-238
Montre une augmentation significative importante de cancers du cerveau au-delà de 5 ans d’exposition professionnelle aux RF.
Notent l’exposition concomitante à des solvants.

 Author's Name Tornqvist S, Knave B, Ahlbom A, Persson T
 Model Occupational exposure to RF and other agents and brain tumors and leukemia
 Reference Brit. J. Indust. Med. (1991) 48:597-603
Montre augmentation non significative entre exposition professionnelle (assembleurs et réparateurs radio-TV) aux RF  et tumeurs cérébrales.

 Author's Name  Tynes, T.
 Model   Breast cancer incidence in female radio & telegraph operators
 Reference  Cancer Causes Control (1996) 7(6):197-204; Am J Epidemiol (1992) 136:81-88
 Deux études : la première chez les hommes, montre une augmentation du nombre de leucémies chez les professionnels soumis aux RF.
 La seconde chez les femmes opérateurs radio et télégraphes, montre une augmentation du nombre total de cancers ainsi que  des cancers du sein et de l’utérus.



 
  Retour au chapitre sur les antennes relais de la téléphonie mobile
  Retour au SOMMAIRE du SITE.
  TRANSLATE - TRADUIRE.
Nom du site   Risques sanitaires des champs électromagnétiques, santé, cancer, leucémie, tumeur
Adresse du site danger risque sanitaire de la pollution électromagnétique santé cancer leucémie tumeur du cerveau
Auteur du site : Marc FILTERMAN
Adresse e-mail : marcfilterman@hotmail.com
© Protected by Copyright - Reproduction interdite.