© Protected by Copyright - Reproduction interdite.
Adresse du site
sites de secours
danger risque sanitaire de la pollution électromagnétique santé cancer leucémie tumeur du cerveau
Nom du site   Prévention sur les risques professionnels sanitaires des micro-ondes
Auteur du site   Marc FILTERMAN
Adresse e-mail   marcfilterman@hotmail.com
  TRANSLATE - TRADUIRE
  Retour au Sommaire du site
  Retour au chapitre sur la pollution électromagnétique des micro-ondes


65°) Campagne publicitaire (Infini)
d'Orange France Télécom,
et destruction du cerveau des nouvelles générations,
avec l'aimable complaisance
des autorités politiques,
et des experts officiels.
Publication du rapport sur la
destruction progressive de la BEA

Je vais vous donner ici la preuve que France Télécom et Bouygues Télécom savent que leurs téléphones portables GSM, peuvent provoquer des tumeurs au cerveau.
 
ils engendrent le passage de substances indésirables et la formation inévitable d’oedèmes. (extrait de l'audition de l'AFSSE, voir point (9) )

La campagne publicitaire abusive de France Télécom diffusée de début 2005, qui met en scène une fillette de moins de 8 ans, m'incite à publier sur mon site un rapport compromettant pour le lobby des télécoms qui démontre que France Télécom et Bouygues savent que leurs "jouets GSM" peut avoir des effets néfastes sur le cerveau.

Alors que France Télécom continue sa campagne publicitaire pour inciter les enfants à utiliser les téléphones mobiles GSM, dont on sait qu'une utilisation sans précaution peut être nocive pour le cerveau et provoquer des tumeurs du cerveau, ou neurinome de l'acoustique, il faut savoir qu'à cette date, aucune autorité politique ne se manifeste, et n'a daigné réagir. Il en est de même dans le monde des grands médias, qui reste désespérément silencieux, et a choisi délibérément de ne pas contredire les experts et opérateurs, sur l'existence des durées d'utilisation liées à la norme thermique.

Même les journalistes qui sont pourtant des grands utilisateurs de téléphones mobiles, ignorent tout de ce principe de précaution, dont les règles ont été édictées par les représentants du monde de la téléphonie mobile eux-mêmes. Ils ignorent en effet qu'ils se mettent en danger à long terme. C'est bien la peine de venir critiquer Karl Zero dans l'affaire Alègre/ Baudis, quand on est incapable soi même de venir dénoncer les abus du lobby des télécoms, qui n'a rien à envier au lobby du nucléaire, comme nous avons pu le voir dans dans l'émission "Lundi Investigation" du 25/04/2005 sur Canal +.

La norme de 41 V/m pour le GSM et de 58 V/m pour le DCS 1800 avec laquelle le colonel Bouillet de Bouygues Télécom nous rabâche tant les oreilles lors des conférences publiques qu'il organise, a été élaborée et pondue sous la pression et avec les membres du lobby des télécoms qui font parti de la DG 13 à Bruxelles. Quand on sait ça, cela fait une bonne raison de voter contre la constitution européenne et l'Europe. On n'arrive déjà pas à contrôler et à faire condamner en justice en France les experts qui dissimulent la vérité sur les dangers de certains produits, alors quand en plus des ministres sont impliqués dans les scandales sanitaires, il ne faut pas espérer voir la justice faire son travail, et obtenir la condamnation d'individu qui font encore pire que les vrais criminels. Même si un juge veut aller jusqu'au bout d'un dossier, le pouvoir trouvera un procureur bien aimable pour faire pression et délocaliser un dossier, sans faire apparaître un dessaisissement trop visible. Je fais allusion à cette affaire d'incinérateur à la Dioxine d'ont un reportage a été diffusé le 24/04/2005, où là encore des autorités politiques sont mises en cause.

Alors contre les lobbies qui contrôlent les divers états majors politiques de Bruxelles, inutile de préciser que les populations n'auront plus aucun contrôle, c'est donc là encore une bonne raison de voter NON à la constitution européenne, surtout quand on sait que l'Europe n'a jamais été une volonté des européens. En effet, c'est en réalité une volonté des membres de l'OSS, et des industriels qui déjà à cette époque avaient le comportement des multinationales qui avaient décidé délibérément de financer et d'armer le PARTI NATIONAL SOCIALISTE HITLERIEN, pour mettre en place Adolphe Hitler. Alors il faut savoir quand même que l'un des artisans de l'Europe Fédérale, Allen Dulles de l'OSS, a été l'avocat des frères Thyssen, dont l'un était le banquier d'Hitler. L'Europe Fédérale était en effet une volonté de l'OSS/CIA, et l'objectif des multinationales et des groupes industriels américains et autres étaient de détruire les frontières et la souveraineté des états, pour mettre en place une économie ultralibéraliste débridée sans aucune limite, pour qu'ils puissent transférer leurs fonds financiers sans aucun obstacle. Vous allez d'ailleurs trouver dans la constitution européenne 173 fois le mot "banque". C'est d'ailleurs la même CIA qui a financé à travers des associations écrans, des politiques et des syndicats français, petite information qui n'est que très rarement divulguée. Pour ceux qui veulent de plus amples explications, je leur recommande de lire une page très détaillée sur le site "Scandales Français".
http://membres.lycos.fr/corruptn/06-38.htm
38°) Quand un chercheur découvre que l'Europe est une volonté des services secrets américains. Nos politiques à la solde d'une puissance étrangère - Haute Trahison et Nouvel impôt mondial (10/08/2001)

Tout le monde comprend désormais pourquoi les gouvernements ont essayé de nettoyer la toile, tout simplement parce que de nombreuses informations mettaient en cause des lobbies industriels, des politiques et même des syndicats. Il faut savoir que ces informations venaient de sources déclassifées et non pas de sites dits conspirationnistes, comme se plaisent à les appeler les industriels qui comme par hasard ont des choses à se reprocher. Cette économie des années 40,  c'est celle à laquelle nous assistons aujourd'hui, ou les lobbies industriels passent outre la santé des populations, et sont prêts à toutes les malversations possibles inimaginables pour vendre leurs marchandises frelatées à n'importe qui, des simples dictateurs jusqu'aux enfants. Pour l'instant il n'ont pas encore réussi à vendre des 357 magnum aux enfants, mais quand nous voyons le comportement du lobby des télécoms, et le comportement des politiques, on se demande encore combien de temps cette interdiction va durer.

Alors quand je vois des hommes politiques comme M. Barnier ou M. Hollande qui se permettent de déclarer que ceux qui votent NON à la constitution européenne font parti de l'extrême droite, nous pourrions déclarer dans ce cas que ceux qui votent OUI à la constitution européenne soutiennent les méthodes des multinationales qui à une époque ont donné le pouvoir à Adolphe Hitler au nom de leur chiffre d'affaire. Depuis que le programme de l'économie mondialiste a été mis en route avec l'Europe et les USA, nous assistons à une économie criminelle, qui a ruiné des populations entières dans plusieurs pays, et participé à la destruction de leur santé. Plus ces groupes veulent augmenter leur chiffres d'affaire, plus ils utilisent des procédés immoraux et mafieux qui échappent à tout contrôle et éthique.

Si vous vous promenez en ville avec une grenade, même si elle a sa goupille, on va vous arrêter. Or actuellement si des enfants de moins de huit vont se promener en ville avec un téléphone portable GSM, personne ne va les arrêter, alors que tout le monde sait parmi les membres des opérateurs, de la DGS, de l'AFSSE, du ministère de la santé, qu'un GSM peut dégrader et provoquer de nombreuses ruptures dans la barrière hémato-encéphalique. Même M. Zmirou devant une salle comble à l'Assemblée Nationale s'est retrouvé très gêné pour répondre lors d'un colloque à une question, quand on lui a demandé s'il laissait ses enfants utiliser un téléphone portable GSM.

A partir du moment où des autorités sanitaires et des ministres choisissent de se taire, et de laisser des produits aussi dangereux se balader dans la nature, tous ces gens dits responsables doivent être considérés comme des irresponsables criminels.

Après tout, on nous a assez rabâché les oreilles, en déclarant que ceux qui ne respectaient pas les limitations de vitesse, devaient être considérés comme des assassins. Alors je ne vois pas pourquoi les mêmes règles ne s'appliqueraient pas aux opérateurs, aux experts, et aux divers responsables ministériels qui brillent par leur laxisme. D'ailleurs le rapport sociologique du CNRS révèle que l'état s'est désengagé. Après cette brève entrée en matière, voici un rapport qui démontre que les micro-ondes peuvent endommager la barrière hémato-encéphalique.

Cette audition a été faite à l'AFSSE, Agence Française de Sécurité Sanitaire. Contrairement à ce que le public pouvait attendre de cette agence, à savoir la protection de la santé de la population, celle-ci n'a rien fait contre les abus du lobby des télécoms, et n'a même pas daigné demander le retrait de la campagne publicitaire de France Télécom. A quoi sert cette agence, à rien. Ce n'est qu'un écran de fumée supplémentaire, qui sert à couvrir les abus des industriels.
 
Audition d’experts                                                 AFSSE
 
 
Audition de Pierre AUBINEAU

Exposé des risques liés au téléphone portable

Etaient présents :
Pierre AUBINEAU, Michèle FROMENT-VEDRINE, Denis ZMIROU et Gilles DIXSAUT,

Michèle FROMENT-VEDRINE
Suite aux déclarations que vous avez faites dans les journaux au sujet des risques liés au téléphone portable, nous souhaitions vous entendre pour savoir quels sont, selon vous, les arguments plaidant en faveur de l’existence de ces risques. Quelles bases scientifiques permettraient de converger dans le sens du discours tenu par certaines personnes, dont les associations concernées, et d’appuyer l’avis de l’Agence française de sécurité sanitaire environnementale (AFSSE) ? Il convient en effet de distinguer d’une part le rapport commandé au groupe de sept experts désignés par le gouvernement dans la lettre de mission qu’a reçue l’AFSSE, et d’autre part l’avis que pourra rendre cette dernière sur le sujet : c’est dans ce cadre que se déroule l’audition. Les experts n’ont quant à eux pas souhaité entendre Pierre AUBINEAU,(1) mais délivreront leur rapport prochainement. L’Agence ne connaît pas le contenu de ce rapport : son avis sera donc rendu de manière délibérément indépendante.

Pierre AUBINEAU
Une réunion a été organisée avec Jean-Marie ARAN, en charge de la partie scientifique du projet d’étude sur la barrière hémato-céphalique.

1. Résultats du projet COMOBIO
Le projet COMOBIO (COmmunication MObile et BIOlogique) s’est déroulé sur deux ans et a permis de mettre en évidence lors de mes expérimentations un débit d’absorption spécifique (DAS) moyen, avec des DAS compris entre 0,5 et 3 Watts/kg. Or depuis six mois, les expériences de modélisation menées par France Telecom sont venues contredire ce résultat : le DAS moyenné sur le cerveau du rat s’est en effet brusquement trouvé multiplié par trois. Autrement dit, les rats auraient reçu trois fois la dose initialement administrée.

Cette multiplication semblant douteuse, il a fallu insister pour que des expériences soient réalisées en vraie grandeur sur des rats fraîchement tués : un DAS local d’environ 1,5 fois le DAS en question a par conséquent été mesuré sur trois rats. Les résultats ont montré qu’une seconde erreur aurait été commise par France Telecom (2). Un accord a donc été conclu pour conserver un DAS moyen 1,5 fois supérieur au DAS estimé préliminairement dans le cadre de COMOBIO, même si l’on peut douter que ce soit effectivement le DAS moyen dans la mesure où il s’agit d’un DAS local.
 

Paris, le 21 mars 2003   -  1
 

(1) Déjà pour commencer, cela commence très mal. Les experts n'ont absolument pas à refuser d'entendre un des chercheurs auditionné, et pour ce refus, qui démontre un défaut d'impartialité, ils auraient du être viré avec une faute lourde. On se demande pourquoi le Ministère de la Santé ne les a pas viré.

(2) Ce qui revient à dire que France Télécom a essayé de falsifier les résultats, et au final comme dans le monde de la finance, on a coupé la poire en deux pour adopter une moyenne. Ce qui veut dire que les résultats en réalité sont faux.
 
 
Audition d’experts                                                 AFSSE
 

Ainsi, après remise à jour, on observe une progression de l’ouverture de la barrière hémato-céphalique des rats pour des DAS compris entre 0,5 et 3 Watts/kg et une exposition de deux heures, ainsi qu’une perméabilisation beaucoup plus marquée des vaisseaux sanguins de la dure-mère(cette dernière étant bien entendu plus proche de l’antenne et n’ayant pas de barrière hémato-céphalique). En revanche, on n’observe rien en dessous du seuil de 0,5 Watt/kg, ce qui exclurait un problème de cet ordre avec les antennes-relais (les antennes-relais étant exclues de cette étude). (3)
 

2. La phase post-COMOBIO

L’étude de cette deuxième phase d’expérimentation a porté sur la durée et a permis de mettre en évidence le phénomène suivant : quelle que soit la puissance reçue, la barrière hémato-céphalique ne s’ouvre pas en dessous de 10 minutes(4), et aucune protéine ne passe du sang vers le tissu au niveau de la dure-mère.

Cette expérience s’est par la suite quelque peu éloignée de la relation temps/ouverture de la barrière hémato-céphalique dans la mesure où l’on a constaté que pour des DAS faibles et des durées très courtes, la synthèse des protéines de choc thermique (HSP, Heat Shock Protein), en l’occurrence les HSP 27, 70 et 110, se trouvait sérieusement augmentée – au moins pour les HSP 27 et 70 (5). Ces expériences ont été financées pendant un an par France Telecom et Bouygues Telecom, et le DAS minimum utilisé est identique à celui qui occasionne l’ouverture de la barrière. Le travail n’a donc pas été achevé sur la relation temps/effets : seuls ont été étudiés les phénomènes observables pour des durées de 10 minutes, 40 minutes et 2 heures. Il en résulte qu’en dessous de 10 minutes rien ne se passe au niveau de la barrière, mais que des effets sont en revanche observables du point de vue des protéines de choc thermique pour un DAS identique à celui de l’ouverture de la barrière. 

Au-delà de ce contrat, des expériences d’électrophorèse bidimensionnelle ont été effectuées sur six paires d’animaux, comprenant chacune un animal-témoin et un animal exposé. On observe alors un bouleversement complet de la synthèse des protéines dans le cerveau pour un DAS moyenné sur le cerveau de 1,5 Watt/kg et une durée de 40 minutes, selon les mêmes procédés de dosimétrie mis au point par France Telecom.
 

3. Conclusion
Il me semble donc possible de mettre en garde contre un usage immodéré des téléphones portables, tout risque n’étant pas exclu : en témoignent l’ouverture de la barrière hémato-céphalique et l’augmentation de la synthèse des protéines de choc thermique, qui est certainement liée à cette ouverture puisque ces mécanismes interviennent dans le stress cellulaire ou l’inflammation : ce dernier phénomène est donc tout à fait en mesure de provoquer une perméabilisation des vaisseaux sanguins dans l’ensemble de l’organisme.

Cette augmentation de la synthèse des protéines demeure le fait frappant, même s’il n’est pas encore possible de déterminer quelles sont les protéines concernées : celles du choc thermique le sont vraisemblablement, mais ne sont sans doute pas les seules. Il n’est pas non plus possible d’identifier les cellules affectées par le phénomène : ce dernier est probablement global, les expériences étant réalisées sur des demi-cerveaux (sont ainsi concernés les vaisseaux sanguins, la glie, les neurones, etc.). Certaines protéines sont toutefois épargnées, fort heureusement d’ailleurs, dans la mesure où elles permettent de faire la relation entre les différents gels au sein de ces
 

Paris, le 21 mars 2003   -   2
 

(3) Ce sont les ruptures dans la barrière qui permettent à des impuretés de s'accumuler à un endroit de la boite crânienne, de former une boule, qui va faire pression sur le cerveau et bloquer la passage du liquide encéphalique.

(4) Cette phrase limite délibérément les risques, et s'opposent au principe de précaution. Ce qu'il faut comprendre ici, c'est que si vous utilisez votre téléphone mobile GSM plus de 10 minutes, vous aurez des ruptures au niveau de la barrière hémato-encéphalique. Voilà une vérité qu'on essaye de dissimuler par manipulation du langage.

(5) Les HSP (protéine de choc thermique) doivent être consdiérés comme le système qui déclenche une alarme, pour vous signaler qu'il va y a avoir des destructions cellulaires dans votre organisme.  Ce qui veut dire que le taux de stress va être augmenté suite à une exposition aux champs électromagnétiques.Les champs électromagnétiques ont un impact sur le taux de triglycéride qui est l'alarme du stress. Quand des médecins ou experts viennent déclarer à leurs malades que leurs problèmes de santé sont dûs au stress, ils sont complètement RIDICULE, puisque le STRESS est déclenchés par un abus d'exposition aux chanps électromagnétiques.On sait aussi que le stress affaiblit le système immunitaire grâce aux travaux du célèbre endocrinologue Hans Selye, qui a démontré un lien entre le stress et la déficience immunitaire humaine au milieu des années 60. A la suite des travaux de Kholodov, le Dr Becker a exposé des singes à des champs basse intensité, et a découvert une quantité anormale d'hormones cortico-adrénalies, signal du stress.

Pour de plus amples explication, je recommande de lire l'étude sur les HSP:
" Non-thermal heat-shock response to microwaves.
David de Pomerai, Clare Daniells, Helen David, Joanna Allan, Ian Duce, Mohammed Mutwakil, David Thomas, Phillip Sewell, John Tattersall, Don Jones, Peter Candido. Nature, 25 May 2000."

La conclusion qui s'impose, c'est que des personnes qui ont des tumeurs du cerveau, des cancers ou le sida, ont un système immunitaire affaiblit, et leur médecins cancérologues devraient leur interdir d'utilisé un téléphone portable, ou leur conseiller de quitter la ville pour éviter une exposition aux antennes relais GSM.
 
 
 

Audition d’experts                                                 AFSSE
 

migrations bidimensionnelles : certaines de ces protéines restent donc fixes à la fois en quantité et en position. En revanche, beaucoup d’autres disparaissent ou apparaissent, ce qui rappelle les observations réalisées par Monsieur BONTEMPI dans le cadre de COMOBIO : il décrit en effet des augmentations pouvant atteindre 70 % de la synthèse du c-fos dans certaine partie du cerveau, le c-fos étant un indicateur de l’activité neuronale. Ce phénomène est utilisé pour mettre en évidence une voie neuronale. En théorie, cela signifierait qu’il existe une activation cellulaire considérable non observable dans les études comportementales.

On peut en déduire une influence probable sur les gènes, en se gardant bien d’évoquer une
quelconque mutation, mais plutôt une influence épigénétique susceptible de provoquer une modification de l’activité de certains gènes(6). Les gènes sont responsables de l’ensemble de la synthèse des protéines : ainsi, certains vont se mettre à synthétiser davantage ou à initier une synthèse qui n’existait pas auparavant (ce que montre l’observation des gels) ; d’autres en revanche vont stopper leur synthèse. On en ignore encore le mécanisme, mais un nombre croissant d’évidences se fait jour. Ces analyses ont été réalisées dans les mêmes conditions que pour les protéines de choc thermique, à savoir une durée de 40 minutes et un seul DAS de 1,5 Watt/kg moyenné sur le cerveau. Ce DAS se situe dans la fourchette des téléphones portables et non des antennes, au niveau desquelles rien n’est observable. La comparaison avec les protéines de choc thermique permet de mettre en évidence qu’un changement radical s’observe dans leur synthèse pour un DAS de 3 Watts/kg en électrophorèse normale ; dans le cas présent, ce changement radical intervient au bout de 10 minutes seulement. Il existerait donc une influence des micro-ondes pulsées sur le fonctionnement cellulaire dans le cerveau, mais sans doute aussi dans d’autres parties de l’organisme puisque la perméabilisation des vaisseaux a également été observée au niveau de la dure-mère, et ce de façon encore plus importante.
 

Michèle FROMENT-VEDRINE
Ces expériences ont été menées sur le rat : or n’est-il pas envisagé de les étendre à d’autres animaux, plus gros et plus proches de l’être humain, tel le porc ?
 

Pierre AUBINEAU
Cela poserait de sérieux problèmes.(7)

Michèle FROMENT-VEDRINE
Dans l’hypothèse difficilement réalisable où l’on éloignerait l’antenne du rat comme on peut le faire chez l’être humain au moyen d’une oreillette ou d’un fil, il ne s’agirait alors plus des mêmes circonstances : l’expérience menée suppose donc que l’appareil soit directement en contact de la tête.
 

Pierre AUBINEAU
Il s’agit en effet d’une exposition de la seule tête et non du corps entier à l’instar de certains travaux menés. L’expérience est locale et a pour objectif d’imiter au plus près ce qui se passe dans une tête
 

Paris, le 21 mars 2003   -   3
 

(6) Ces modifications mutagènes représentent en période de procréation et pour les femmes enceintes. Cele peut se traduire par des fausses couches, avortements, naissances avec malformations, ou syndromes de Down. Pour de plus amples explications voir page :
http://membres.lycos.fr/corruptn/10-69.htm
10-69°) Avortements Spontanées et enfants mongoliens
Je signale qu'on a parfois de nombreuses difficultés pour charger la page ci-dessus.
Un opérateur ou expert qui déclare qu'il n'y a aucun danger, devrait être pousuivi en justice pour mise en danger de la vie d'autrui. Plusieurs expériences effectuées avec des téléphones portables, ont démontré dans les expérience de Madeleine Bastide en 1999, un taux de mortalité de plus de 70 % des embryons des oeufs de poulet. Déjà les expérience de Delgado réalisées en 1978, démontraient aussi des taux de mortalité de plus de 50 %. Ou encore la naissance peut se trduire par des malformations. Tout opérateur qui déclare qu'il n'existe aucun risque pour un foetus doit être considéré comme un criminel, car en effet une femme met le plus souvent son téléphone portable dans son sac à main, et sont sac est porté le plus souvent en brandoulière sur l'épaule et repose donc sur la poitrine. Or le fait de se déplacer, peut faire perdre et reprendre le signal d'une antenne relais, ce qui va se traduire par un dialogue. Or lors de cette période de quelques secondes, le téléphone portable va passer par moment en puissance maximum, même quand il n'y a aucune communication.

(7) Cela posera un séireux problème parce que jamais les opérateurs et le CNRS de Bernard Veyret ne donnera les budgets nécessaires au Dr Aubineau. Déjà tout a été fait pour éliminer son étude comme celle du Dr Bastide du COST. Certains on même tenté de décridibiliser le Dr Aubineau, il ne faut pas demander d'où venait les attaques. On a fait en sorte qu'il n'est pas d'autre budgets pour faire ses recherches, c'est facile, il suffit de faire disparaître les lettre de demande de subventions ou de participation à tel projet.
 
 
Audition d’experts                                                 AFSSE
 

humaine : elle fait par conséquent intervenir une antenne spéciale, et non un téléphone, qui a pour but de reproduire le champ électromagnétique à l’échelle de la tête du rat. L’imitation n’est bien entendu pas parfaite dans la mesure où toutes les parties du cerveau se retrouvent exposées, mais elle assure que le champ électromagnétique est au moins limité à la tête, situation inverse à celle de l’oreillette.
 

Michèle FROMENT-VEDRINE
Combien de fois ces expériences ont-elles été reproduites ?
 

Pierre AUBINEAU
Elles ont été réalisées sur une centaine d’animaux, dont 80 pour les expériences portant sur la barrière hémato-céphalique, et 20 couples pour celles portant sur les protéines.
 

Michèle FROMENT-VEDRINE
Quelle est la probabilité que ces observations faites sur le rat interviennent également chez
l’homme avec un téléphone, dans les conditions actuelles d’utilisation ? Autrement dit, comment est-il possible d’extrapoler ? (8)
 

Pierre AUBINEAU
Il n’est pas besoin d’extrapoler dans la mesure où le fonctionnement basique des cellules est le même, au moins pour les cellules vasculaires. En outre, la barrière est strictement identique, à tel point que le rat a été pris pour modèle au même titre que le porc (en revanche, il n’est aujourd’hui plus possible de travailler sur le singe) : la conformation des vaisseaux est similaire chez ces deux animaux et l’homme.
 

Michèle FROMENT-VEDRINE
Les observations faites sur le rat, notamment l’augmentation de la synthèse de certaines protéines, ont-elles été constatées dans d’autres phénomènes, externes ou internes ? En outre, peut-on en déduire que ces résultats sont forcément péjoratifs dans leurs conséquences cliniques ?
 

Pierre AUBINEAU
La seule chose que l’on puisse effectivement définir comme pathologique concerne l’ouverture de la barrière hémato-céphalique et la perméabilisation vasculaire dans la dure-mère : ces deux phénomènes sont considérés comme pathologiques dans tous les cas puisqu’ils engendrent le passage de substances indésirables et la formation inévitable d’oedèmes. Cette formation peut s’avérer très localisée et très faible, mais à partir du moment où des protéines passent dans l’espace extra-vasculaire, c’est-à-dire du sang vers le tissu, elles sont automatiquement suivies par de l’eau, d’où la création d’oedèmes :(9)
 

Paris, le 21 mars 2003   -   4
 

(8) Mme Vedrine qui pourtant est en charge de la sécurité sanitaire, tente de démolir par cette question, la comparaison des expérimentations entre l'animal et l'homme. Ce n'est d'ailleurs pas un hasard, car les opérateurs réfutent en effet toute transposition des expériences faite sur les  animaux, aux hommes. Il est donc pour le moins curieux de voir l'AFSSE tenté d'utilisé le même argument que les opérateurs.
Commentaires du groupe d'experts de la DGS :
" La plupart des études publiées ont été prises en compte, mais le traitement des études animales et in vitro n'est pas approfondi et des erreurs d'interprétation sont commises. Un ensemble de données est en faveur d'un effet des RF sur les comportements de l'animal, mais la transposition de ces résultats à l'homme ne peut se faire sans des travaux appropriés."
Si c'est le cas, dans ce cas aucune des études sur les médicaments qui ont été testés sur des cobayes, pour être mis ensuite le marché pour l'homme, ne sont valables. Les internautes apprécieront la plaisanterie.

(9) Les autorités sanitaires savent donc que les adultes où les enfants peuvent se bousiller le cerveau, mais tout ce beau monde à pris la décision de ne rien faire.
 
 
Audition d’experts                                                 AFSSE
 

il s’agit du même mécanisme que celui qui intervient dans la formation d’une cloque à la suite d’une piqûre de moustique. Ces phénomènes sont donc pathologiques, mais n’ont pu être définis que dans des circonstances pathogéniques : exposition à des rayonnements ionisants, traumatisme crânien ou encore grave crise d’hypertension (à savoir lorsque la tension monte en pic jusqu’à 20), phénomènes qui peuvent tous engendrer une rupture de la barrière hémato-céphalique.
 

Michèle FROMENT-VEDRINE
Qu’en est-il pour des circonstances extérieures autres que des radiations ionisantes ?
 

Pierre AUBINEAU
Ce phénomène peut constituer une opportunité s’il se confirme chez l’homme (encore faut-il
trouver les moyens de le confirmer), notamment pour soigner les cancers du cerveau qui posent d’importants problèmes de traitement. A ce titre, j’ai prévu de déposer un projet à l’Association pour la Recherche sur le Cancer (ARC) : en effet, s’il est démontré que les micro-ondes ouvrent effectivement la barrière hémato-céphalique chez l’homme, ceci pourrait constituer un moyen d’administration des anti-cancéreux pour les tumeurs cérébrales. C’est ce qui a été réalisé sur les rats en leur injectant, sous anesthésie, une solution hypertonique dans la carotide, qui elle aussi permet d’ouvrir la barrière hémato-céphalique : on profite alors de cette ouverture temporaire pour injecter l’anticancéreux. Cette expérience est bien entendu très traumatisante : elle ne peut avoir lieu que sous anesthésie générale, et ne peut être répétée souvent dans la mesure où elle provoque un choc brutal dans le cerveau et éventuellement un oedème. L’utilisation des micro-ondes peut donc dans ce cadre constituer une application positive, mais dans des circonstances très particulières.
 

Michèle FROMENT-VEDRINE
Ceci signifie que cette découverte ou cette constatation importante, qui a jusque-là été considérée comme uniquement négative, pourrait en réalité déboucher sur des applications médicales intéressantes. Ce n’est pas du tout ce qui ressort des journaux.(10)
 

Pierre AUBINEAU
Je signale pour ma part les risques existants, et précise que cette ouverture n’est de toute façon pas bénéfique : il faut en effet administrer l’anticancéreux juste derrière. Ce phénomène demeure une pathologie et est défini comme tel. Il provoque inévitablement des troubles au niveau du fonctionnement cellulaire cérébral. A titre d’exemple, le glutamate, la dopamine ou encore l’adrénaline circulante doivent être strictement confinés au compartiment intra-vasculaire et donc en aucun cas passer dans le cerveau, ce qui risque de se produire en cas d’ouverture de la barrière. L’effet migraineux du téléphone portable chez l’homme en constituerait la preuve : l’étude réalisée à Singapour, présente dans mon rapport et dont il a malheureusement été fait peu de cas, montre que les personnes utilisant une oreillette sont moins sujettes à ce genre de phénomènes.
 

Paris, le 21 mars 2003   -   5
 

(10) Ce qui est scandaleux, c'est qu'on voit ici à travers les propos de Mme Vedrine, qu'elle essaye de trouver un prétexte qui permettrait de justifier l'utilisation le bienfait des micro-ondes en médecin, pour dissimuler leur nocivité. Sauf qu quand vous faites des radios pour un bras cassé, vous n'allez pas en faire 36, en raison des dosimétries à respecter pour les rayons X qui peuvent provoquer des cancers.
 
 
Audition d’experts                                                 AFSSE
 

Si le lien mis en évidence dans cette étude existe effectivement entre migraine et téléphone mobile (les antennes étant encore une fois exclues de ce discours, les DAS utilisés étant inférieur au seuil en dessous duquel rien n’est observable), la perméabilisation vasculaire due aux micro-ondes et observée dans la méninge peut en être la cause.
 

Michèle FROMENT-VEDRINE
Ces expériences ont-elles été réalisées par d’autres équipes ? Et quels en sont les résultats le cas échéant ?
 

Pierre AUBINEAU
Les premières expériences datent de 1981 : certaines n’ont rien donné, d’autres ont mis en évidence certains phénomènes à des niveaux largement inférieurs, d’autres encore ont débouché sur des résultats semblables à mes propres conclusions. Le problème se situe en réalité au niveau des techniques, qui varient considérablement dans la mesure où un grand nombre de paramètres sont à prendre en compte : la nature et la concentration du traceur injecté dans le sang (l’albumine marquée dans le cas de mes expériences), le système d’exposition utilisé (corps entier, tête seule, etc.) ou encore la définition des DAS. Il en résulte que les études ne sont guère comparables entre elles. Les résultats se partagent globalement à parts égales. Ils étaient plutôt négatifs au début, et sont à l’heure actuelle assez discutables dans la manière de les exposer : un auteur montre par exemple clairement des choses, mais affirme ne rien voir…

Pour ma part, je mets en garde contre une utilisation du téléphone portable dans de mauvaises conditions d’émission et de réception ou dans les moyens de transport. J’ai en effet de bonnes indications portant à croire qu’un risque peut exister quand le téléphone émet à son maximum.(11)
 

Denis ZMIROU
Sur le plan technique, pour pouvoir observer avec des méthodes extrêmement sensibles la
pénétration de l’albumine marquée, il est nécessaire d’en injecter une quantité assez importante. Le différentiel joue-t-il ?
 

Pierre AUBINEAU
Ce n’est pas le cas : sur les rats témoins qui ont été utilisés pour le contrôle, on ne constate rien pour la même quantité. On n’observe rien non plus sur les témoins exposés entre 0,17 et 0,5 Watt/kg : autrement dit, à 0,5 on voit quelque chose, à 0,17 on ne constate rien.
 

Paris, le 21 mars 2003   -   6
 

(11) Utiliser un téléphone ortable plus de 30 minutes représente un danger certain. Veaucoup de personnes qui ont commis l'imprudence d'utiliser un tlépgone portable pour une communication qui dépassait les 45 minutes, ont eu ensuite des douleurs, ou migraines violentes. Certains qui ont répété ces communications de longue durée, ne pouvait plus ensuite approché un GSM de leur visage, comme l'ont signaler certaines personnes au cours d''une conférence de Bouygues, en 2002 ou 2003. Il faudrait que je repasse les bandes magnétiques et que je retranscrive d'ailleurs les propos de ces personnes, si ce n'est déjà fait.
 
 
Audition d’experts                                                 AFSSE
 

Denis ZMIROU
Toutefois, pour des substances présentes à des teneurs beaucoup plus faibles dans le sang, l’exposition au champ de radiofréquence pourrait-elle conduire à ce que la pénétration ait quand même lieu ?
 

Pierre AUBINEAU
Il faut prendre en compte les petites molécules, telles que le glutamate ou certains ions, dans la mesure où il s’agit d’un phénomène de diffusion. L’albumine n’est pas utilisée dans ce cadre car elle représente une grosse molécule : si elle réussit à passer, les autres molécules y parviendront également. La barrière s’oppose à tout ce qui est hydrophile et ne laisse passer passivement que les petites molécules lipophiles, capables de traverser les deux membranes des cellules endothéliales. Dans les autres cas, y compris pour le glucose, il s’agit d’un transport actif par des mécanismes biochimiques au travers de la cellule. En revanche, ces molécules s’échangent au travers de joints existant entre les cellules endothéliales dans tout le reste de l’organisme.
 

Denis ZMIROU
Quand la publication sur ces travaux sera-t-elle rendue accessible à la communauté scientifique ?
 

Pierre AUBINEAU
Il me faut encore des renseignements supplémentaires qui ne figurent pas dans les articles,
notamment en ce qui concerne la comparaison des résultats des différentes études menées sur le sujet. Certains détails techniques manquent encore. Les analyses réalisées sur les protéines de choc thermique sont quant à elles trop récentes pour être incluses dans la publication. Enfin, les expériences bidimensionnelles en sont encore à un stade préliminaire : les six couples d’animaux donnent simplement des résultats semblables pour la même puissance et la même durée. J’accepte donc l’incitation de certains collègues à mon endroit, me poussant à décrire de manière précise les conditions expérimentales que j’utilise pour permettre à d’autres laboratoires d’essayer de les répliquer.
 

Denis ZMIROU
Les types de populations fragiles auxquelles ont été appliquées ces extrapolations comprennent les épileptiques et les migraineux. En existe-t-il d’autres ?
 

Pierre AUBINEAU
J’ai surtout étudié les migraineux et ne dispose d’aucune preuve concernant les épileptiques : il faudrait pour cela que le glutamate passe en quantité suffisante pour en tirer des conclusions significatives. Quoi qu’il en soit, si on observe chez l’homme ce qui est observé chez le rat, de tels risques existent.
 

Paris, le 21 mars 2003   -   7
 

 
Audition d’experts                                                 AFSSE
 

Michèle FROMENT-VEDRINE
Qu’en est-il des autres maladies neurologiques, comme les maladies de Parkinson ou d'Alzheimer ?
 

Pierre AUBINEAU
Le risque est douteux, sauf à montrer que l’Alzheimer provient d’une modification de la synthèse de telle ou telle protéine, ce qui n’est ni publié à l’heure actuelle, ni vraiment démontré à mes yeux. Il n’est donc pas encore possible de soutenir cette hypothèse. Ce qui est en revanche probable dans le cas des migraineux est le fait que le téléphone portable peut provoquer des migraines. A partir de là, il est possible d’imaginer qu’il puisse également provoquer d’autres phénomènes. Les autres hypothèses demeurent de larges suppositions. Mon discours a simplement pour objectif de mettre en garde contre une utilisation abusive du téléphone portable.
 

Michèle FROMENT-VEDRINE
Des études ont-elles été réalisées dans l’autre sens afin d’établir une relation entre migraine et téléphone portable ? Autrement dit, a-t-on essayé de mettre des migraineux au contact de
téléphones pour déterminer si ces derniers leur donnaient la migraine ?
 

Denis ZMIROU
Une expérimentation clinique a-t-elle été effectuée ?
 

Pierre AUBINEAU
L’étude de Singapour constitue une analyse sérieuse sur ce sujet. En revanche, il n’est pas possible de mener une expérimentation clinique : il faudrait en effet définir qui la finance, le type de migraine étudié, les populations de patients venant consulter (or j’ai constaté qu’il suffisait d’hospitaliser des migraineux pour que leur crise s’arrête), etc. Il s’agit d’une maladie hautement psychosomatique. Un comité ad hoc travaille d’ailleurs sur le sujet depuis des années pour définir les types de migraines, sachant qu’il en existe 36 000. Des personnes se plaignent souvent de migraines pour des céphalées qui n’ont en réalité rien à voir avec le phénomène.
 

Michèle FROMENT-VEDRINE
On ne peut nier pourtant que certains migraineux se connaissent bien et sont soumis à des
traitements spécifiques qui s’avèrent efficaces.
 

Pierre AUBINEAU
Reste à faire venir cette population dans les locaux d’expérimentation, ce qui est loin d’être évident. De nombreuses contraintes, notamment financières, sont donc à prendre en compte.
 

Paris, le 21 mars 2003   -   8
 

 
Audition d’experts                                                 AFSSE
 

Michèle FROMENT-VEDRINE
Il existe le Fonds des opérateurs.
 

Denis ZMIROU
Si les risques observés existent réellement, une très grande quantité de sujets migraineux sont utilisateurs de téléphones mobiles, faute d’avoir été informés, et peuvent ainsi voir augmenter la fréquence et la gravité de leurs crises : pourquoi ne mènerait-on pas d’étude pour s’assurer qu’ils constituent une population particulièrement sensible ? (12)
 

Pierre AUBINEAU
Cela nécessiterait de les exposer à des micro-ondes, avec un bénéfice nul pour le sujet.
 

Michèle FROMENT-VEDRINE
Ils disposent déjà tous de téléphones. Il ne s’agit donc pas d’une exposition supplémentaire.
 

Denis ZMIROU
On peut en effet demander à ces personnes de ne pas se servir de leur téléphone pendant une certaine période, et de ne l’utiliser que dans les conditions expérimentales.
 

Pierre AUBINEAU
Cela semble très compliqué, d’autant plus que les comités d’éthique s’y opposeront : les
expérimentations sur l’homme passent forcément par l’un de ces comités. Au-delà du point de vue expérimental, il existe l’étude épidémiologique telle qu’elle a été réalisée à Singapour sur une population lambda. Elle a permis de mettre en évidence, chez cette dernière, un nombre plus important de céphalées que la moyenne (céphalées étant le terme exact : celui de migraine est abusif).
 

Gilles DIXSAUT
En termes de méthodologie d’exposition, la bibliographie dressée dans ce domaine montre que la méthode utilisée pour exposer les animaux conduit en grande partie à des résultats divergents. On peut donc se demander si cette méthode est la bonne.
 

Pierre AUBINEAU
On observe que la dosimétrie constitue la source de ces divergences : elle peut en effet varier du simple au triple sur une erreur de milieu pour les fantômes, puis redescendre du triple à 1,5 selon les observations faites dans le cadre de COMOBIO. Or ce programme constitue sans doute le seul
 

Paris, le 21 mars 2003   -   9
 

(12) M. Zmirou avoue dans cette question que beaucoup de sujet migraineux sont en réalité utilisateur de téléphones portables GSM.

Les comités d'éthique me font marrer. Ils s'oppose à l'exposition expérimentale de personnes à des micro-ondes, mais en revanche ils ne s'opposent pas à l'implantation des antennes relais GSM sur la tête des habitants. C'est un scandale. Il est admissible d'exposer la population aux micro-ondes, mais il est éthiquement inadmissible d'exposer des cobbayes pour vérifier s'il y a un danger pour les individus. Les lecteurs apprécieront.En clair les comités d'éthique s'opposent à toutes expérimentations qui permettraient de prouver que des produits de nos industriels peuvent représenter un danger pour la population.
 
 
Audition d’experts                                                 AFSSE
 

groupe d’étude pour lequel une dosimétrie très sérieuse a été définie sur l’animal : or on s’aperçoit que la dosimétrie varie même dans ce cadre. En revanche, si l’on expose un animal mouvant sous une antenne fixée au plafond, on ignore ce qui se passe.
 

Gilles DIXSAUT
Au-delà de la dosimétrie se pose le problème de l’aspect géométrique de l’exposition : le cerveau de l’homme n’est en effet qu’en partie exposé, alors que celui du rat l’est à 100 %. Quelles conséquences peut avoir cette différence entre une exposition strictement localisée, notamment de la peau, de l’os et de l’oreille, et une exposition généralisée à l’ensemble du cerveau ?
 

Pierre AUBINEAU
Je me limite à la comparaison de DAS locaux. Il est évident qu’une partie du cerveau humain ne sera pas affectée. En revanche, le DAS de la partie exposée est comparable au DAS local observé chez le rat. Que l’ensemble soit exposé ou non, l’ensemble du fonctionnement cellulaire basique est en question, même si proportionnellement les cellules influencées chez l’homme seront beaucoup moins nombreuses que chez le rat. Or il est impossible de travailler à l’échelle cellulaire à l’heure actuelle. En revanche, je ne vois aucune raison pour que les choses ne se passent pas de la même façon dans les zones où le DAS est comparable, même si cela concerne 1 % du cerveau humain et 100 % de celui du rat. Si l’on parvient à établir que les protéines de choc thermique jouent un rôle dans l’apoptose, la cancérogenèse ou l’inflammation, il faut alors se montrer prudent et inquiéter les personnes fortement consommatrices de téléphonie mobile. A contrario, les personnes, migraineuses ou non, chez qui l’utilisation abusive du téléphone ne provoque pas de migraine ne peuvent être identifiées dans la mesure où elles ne se font pas connaître.
 

Michèle FROMENT-VEDRINE
Ce qui m’inquiète est l’utilisation faite par les journaux de votre discours scientifique : ces constatations ne peuvent en effet aller ni dans un sens, ni dans l’autre.(13) 
 

Pierre AUBINEAU
Elles s’orientent au contraire dans un sens très précis : il y a de grandes chances qu’un risque existe, à tout le moins pour certaines personnes. Je constate qu’il se passe des phénomènes anormaux, et maintiens que l’ouverture de la barrière hémato-céphalique relève du pathologique et non du biologique. Il en va de même lorsque la synthèse des protéines de choc thermique augmente de manière inconsidérée : ceci reflète une attitude stressée et un dysfonctionnement cellulaire.
 

Michèle FROMENT-VEDRINE
Mais les personnes qui téléphonent ne sont-elles pas stressées ?
 

Paris, le 21 mars 2003   -   10
 

(13) Ce qui m'inquiète moi en revanche, c'est de constater que des autorités de l'AFSSE dont le rôle prioritaire devraient être la protection de la santé, se préoccupe plus de la santé financière des industriels, alors que ce n'est pas leur rôle, ils semblent l'oublier.
 
 
Audition d’experts                                                 AFSSE
 

Pierre AUBINEAU
Je pense qu’à partir du moment où un risque peut exister, il est impossible de le taire et de ne pas inquiéter les personnes concernées.
 

Denis ZMIROU
Ces données destinées à une publication future peuvent-elles, en l’état, servir d’appui à une
décision politique lourde ?
 

Pierre AUBINEAU
Je préviens simplement les utilisateurs de téléphone portable. Mon article devrait paraître d’ici deux mois.
 

Michèle FROMENT-VEDRINE
Je vous remercie de cet exposé très intéressant.
 
 
 
 
 
 
 

Paris, le 21 mars 2003   -   11
 

Le Dr Aubineau a eu la même réaction que le Dr Carlo du WTR, qui avait lui aussi mis en évidence les risques sanitaires de la téléphonie mobile. Il avait lui aussi tout simplement été désavoué par le CTIA qui regroupe les industriels de la téléphonie mobile.
Accès au FAX du Dr Carlo

Depuis, il n'y a qu'une seule recommandation qui est fait par les opérateurs, qui se limite à livrer et utiliser désormais un kit main libre avec chaque téléphone portable GSM. Pour le reste, concernant l'exposition de la population aux micro-ondes des antennes relais GSM, il n'y a toujours aucune mise en garde, ou étude.

Pour finir, je vais prouver que M. Guiguet de l'ANRF ou M. Bouillet de Bouygues télécom mentent effrontément quand ils me répondent lors de certains débats où ils souhaiteraient ne pas me voir, que les durées d'exposition n'existent pas. Je me suis rendu compte dans un document de bouygues en ma possession, qu'ils ont plus ou moins falsifié, ou plus préciément omis de mettre en regard des formules de la directive européenne du 12 juillet 1999, un critère technique lié à la durée, extrait :
6. Toutes les valeurs moyennes de DAS doivent être mesurées sur un intervalle de temps de six minutes.
Cette phrase aurait du être mentionnée à la page 30 ou se trouve les formules de calcul du fascicule que Bouygue Télécom se plait tant à distibuer à chaque conférence au public, or elle n'y figure pas. Il y a donc une FRAUDE qui devrait être sanctionnée.
Extrait du rapport de la DGS du 16/01/2001:
 
 
En Australie, Laurence et coll. ont étudié les effets de micro-ondes pulsées sur l'induction de protéines de choc thermique. L'induction de HSP-70 était observée dans des cellules de souris à la suite de l'exposition à des "bouffées" de micro-ondes à 2450 GHz durant chacune 6 minutes. L'amplitude de l'effet augmentait avec la dose (DAS de 12 à 58 W/kg). Les auteurs disent avoir montré par là que la durée de moyennage de 6 minutes, préconisée par l'ICNIRP, est inadéquate. Ils ont également effectué des simulations du mécanisme à la base de cet effet. L'hypothèse principale est que la synthèse des protéines de choc thermique est déclenchée par l'échauffement transitoire de protéines, sans que la température macroscopique ne s'élève. Ils estiment que le temps de mise en équilibre thermique d'une protéine de 10 nm de diamètre avec son environnement est de 1 nanoseconde après son absoption des micro-ondes,tandis que le temps nécessaire au dépliement de la protéine est de 50 nanosecondes.

Déjà pour commencer il faut savoir que ce sont les membres de l'ICNIRP et du CENELEC qui ont recommandé les formules de calcul qui sont présentes dans la directive européenne, ainsi que la valeur moyennée sur la durée qui est de 6 minutes, que tous les journalistes sans exception passent sous silence dans leur reportage radio ou télévisé.
Le deuxième point qu'il faut savoir, c'est qu'en réalité, le système cellulaire du corps humain réagit instantanément dès qu'il est soumis à un champ électromagnétique. C'est la raison pour laquelle la valeur de 6 minutes est considérée comme inadéquate, car en réalité elle devrait être encore divisée par deux. C'est à dire qu'en théorie, on ne devrait pas utiliser son téléphone portable plus de 3 minutes. L avaleur de 41 V/m ne devrait donc pas être données pour 6 minutes dans les rapports, mais être de 3 minutes. Quand aux habitants qui sont exposés toute une journée, quand ce n'est pas pas 24/24h, nous devrions être bien en-dessous de 0,5 V/m alors que même le corps réagit en réalité à des valeurs inférieures à 0,04 µW/cm².

Voilà pourquoi je suis opposé à la constitution européenne et à l'Europe de Bruxelles, parce que ce ne sont pas les politiques qui gouvernent mais en réalité tous les lobbies industriels qui les imposent leur quatre volontés. Les populations n'ont aucun pouvoir de sanction contre ses hommes politiques, et ces organisations que nous devons qualifier de mafieuse par leur comportement qui ont infiltré les institutions européennes.

Pour finir, il faut savoir que l'AFOM créé en 2003, l'ICNIRP créé en 1992, le CENELEC, l'IEEE, la DGS, l'AFSSE, l'ANRF, l'OMS sont des organisations qui sont en réalité à la solde des opérateurs de téléphonie mobile. D'ailleurs on peut se demander pourquoi on retrouve toujours les mêmes personnes à la tête ou dans ces organisations. Que fait le Dr Repachioli par exemple à l'OMS et à l'ICNIRP.



 
  Retour au chapitre sur les antennes relais de la téléphonie mobile
  Retour au SOMMAIRE du SITE.
  TRANSLATE - TRADUIRE.
Nom du site   Risques sanitaires des champs électromagnétiques, santé, cancer, leucémie, tumeur
Adresse du site danger risque sanitaire de la pollution électromagnétique santé cancer leucémie tumeur du cerveau
Auteur du site : Marc FILTERMAN
Adresse e-mail : marcfilterman@hotmail.com
© Protected by Copyright - Reproduction interdite.