© Protected by Copyright - Reproduction interdite.
Adresse du site
sites de secours
danger risque sanitaire de la pollution électromagnétique santé cancer leucémie tumeur du cerveau
Nom du site   Prévention sur les risques professionnels sanitaires des micro-ondes
Auteur du site   Marc FILTERMAN
Adresse e-mail   marcfilterman@hotmail.com
  TRANSLATE - TRADUIRE
  Retour au Sommaire du site
  Retour au chapitre sur la pollution électromagnétique des micro-ondes


77°) SFR contraint de stopper une antenne relais GSM,
à la suite de tumeurs du cerveau mortelles,
dans la commune de Ruitz dans le Pas de Calais.

 
 

Patrick Poivre d'Arvord (PPDA), Reportage de TF1, du 29/11/2005 :
Dans le Pas de Calais la population est inquiète, plusieurs enfants ont été atteints de cancer depuis l'installation d'une antenne relais GSM. Un opérateur de téléphonie mobile est tout près d'une école.

A la sortie de l'école maternelle, les parents ne parlent plus que de cela. En 1998 un opérateur installe une antenne relais à 20 mètres d'une école maternelle, au bout de la cour de récréation de l'école primaire. L'an dernier une petite fille meurt subitement d'une tumeur au cerveau, et il y a 10 jours, c'est une autre petite fille scolarisée ici, qui est atteinte du même mal. Les parents font le lien entre les antennes relais et les maladies.

La mère d'une élève :
"Nous par précaution on veut l'enlever."

Une autre mère d'une élève :
"Ma fille, elle se plaint de la tête, il y a une maman, sa petite fille elle se plaint aussi de la tête aussi régulièrement..."

Le père d'une élève :
"Je vous le dit franchement, si cette antenne ne déménage pas, l'année prochaine je change d'école."

Il s'agit d'une mesure de précaution, car rien ne permet aujourd'hui d'établir une relation de cause à effet entre cette antenne et les tumeurs. La mairie pensait même installer l'antenne dans le clocher de l'église prochainement, mais désormais la population s'y oppose. La municipalité doit négocier avec l'opérateur.

Jacques Brévart, Maire PS de Ruitz, Pas de Calais :
"Je peux dire je démonte l'antenne, mais avant il faut que je demande l'autorisation, donc rompre le contrat. Il faut d'abord se mettre d'accord tous les deux et il y a certainement une pénalité à payer, mais ce n'est pas l'essentiel du problème, mais l'essentiel c'est d'avoir un partenaire en face de soi, ce que je n'arrive pas à avoir en ce moment." 

La préfecture a sollicité la cellule inter-régionale d'épidémiologie, les résultats de l'enquête sur les possibles nuisances de cette antenne ne seront connus que dans un an, au plus tôt. 

Patrick Poivre d'Arvord (PPDA), TF1 :
"Et en attendant il y a quelques minutes, SFR a annoncé suspendre le fonctionnement de son antenne dans ce lieu."
 

Sur France 2, comme d'abitude, silence radio ou plutôt télé, sur les risques nocifs de la téléphonie mobile sur la santé.

Dans la réalité, le maire n'a aucune pénalité à payer, car bien au contraire, c'est SFR et les autres opérateurs qui devraient payer des pénalités et être poursuivis en justice, pour dissimulation d'informations. Car en effet, ils ont dissimulé au public une donnée essentielle sur les installations des antennes relais, y compris dans le document destiné aux maires de France.
 
 
TELEPHOIE MOBILE
 

GUIDE DES BONNES
PRATIQUES
ENTRE MAIRES
ET OPERATEURS
 
 
 

AFOM                                          AMF
Association des Opérateur Mobiles          Association des Maires de France
 

En réalité ce document est une supercherie qui pourrait valoir à leurs auteurs de sérieuses poursuites judiciaires, il suffit pour s'en convaincre de lire la page N°31 sur laquelle figure le tableau des niveaux des seuils admis pour la téléphonie mobile.
 
 
Annexe 3
Emission des champs
électromagnétiques
 

Pour les fréquences utilisées en téléphonie mobile, les valeurs limites sont les suivantes :
 
900 MHz GSM 1800 MHz GSM 2100 MHz
Intensité du champ électrique
en V/m (volts par mètre)
41 58 61
Intensité du champ magnétique
en A/m (ampères par mètre)
0,1 0,15 0,16
Densité de puissance 
W/m² (watts par m²)
4,5 9 10

Si les valeurs de tableau sont bonnes, en revanche ceux qui sont à l'origine de ce document ont omis volontairement de faire figurer les durées d'exposition. Si nous prenons la directive euroépenne 1999/5/CE, retranscrite d'ailleurs en droit français par le décret N° 2002/775 du 3 mai 2002, il est clairement spécifié que ces valeurs sont données pour une durée moyennés sur 6 Minutes, valeur qui ne peut être ignoré des opérateurs, puisque celle-ci a été émise comme référence par l'ICNIRP, oragnisation à laquelle appartient d'ailleurs M. B. Veyret du CNRS qui fait aussi parti des consultants de l'AFSSE.

Cette dissimulation sur la durée est non seulement une fraude, mais est aussi une atteinte à la vie d'autrui, car si une personne était soumise à un tel niveau pendant toute une journée, elle se retrouverait le soir même soit à l'hôpital ou à la morgue. Admettons maintenant que le seuil sur le site de l'antenne relais soit 10 fois moindre, soit 4 V/m, cela ne change rien au problème, car il y aurait toujours cette notion de durée, au delà de laquelle, une exposition permanente de plusieurs mois serait mortelle. Il y a donc une fraude préméditée et volontaire du lobby des télécoms, c'est donc un acte criminel qui relève non pas d'une procédure pénale, mais en réalité des assises, pour avoir exposé volontairement une population à une source micro-ondes dont on connait les effets sanitaires à long terme.

J'avais soulevé dès 2000 la possible violation du code Nuremberg par les Télécoms, visiblement un membre du STOA du parlement européen semblait être de mon avis. Extrait du rapport de mars 2001 :
 
 
« Les conséquences qui concernent particulièrement le public (et qui suscitent le plus d’indignation) se rapportent à l’exposition involontaire de certains groupes au sein de la population à des émissions d’antennes et de stations pour GSM 24H/par jour et 7 jours/par semaine si elles ont été installées sans aucun égard à proximité d’habitations, d’écoles et d’hôpitaux. L’environnement dans lequel vivent ces personnes est pollué en permanence sans possibilité d’éviter les émissions. Cet état de fait est vraiment inacceptable et soulève de nombreuses questions d’éthique et va indubitablement à l’encontre du Code de Nuremberg, ce sont ces personnes qui vont finalement révéler à quel point une exposition chronique à de tels champs est nocive. On ne dispose pas actuellement de cette information : en d’autres mots, ils sont réellement les sujets involontaires d’une expérience de masse. » 

Les experts officiels et tous les ministres de droite ou de gauche concernés sont passibles de poursuites judiciaires, et pourraient se retrouver dans la position du Dr Garetta (bouc émissaire du sang contaminé) pour certains.

Il doit être aussi précisé que suite aux éléments communiqués sur la nocivité des micro-ondes devant la cour suprême des Etats-Unis, cette dernière a autorisé en début de mois les procès de masse contre les opérateurs de la téléphonie mobile.
Les procès ont été déclenchés dans cinq états. Alors que cette information a fait beaucoup de tapage aux USA, celle-ci a été totalement censurée en France, grâce au tapage effectué sur les émeutes. Les effets nocifs des micro-ondes sur la santé sont connus depuis plusieurs décenies, puisque même déjà au début des années 40, les japoais avait attribué un budget pour réalisé des armes micro-ondes, capable de provoquer des hémorragies pulmonaires, comme le spécifie une rapport de la Croix Rouge. Depuis, les américains ont construit et testé un prototype d'arme micro-ondes sur 70 cobayes humains. La durée impulsionelle a été limitée à trois seconde car au delà de cette durée, elle peut être mortelle.
 
 
Intervention au sénat du 18 avril 2002,  de Marc Filterman :

...Par rapport aux effets donc des micro-ondes, ou les armes ardiofréquences, comment on peut affirmer qu'il n'y a aucun effet sur la santé puisqu'il y a eu des études par rapport à l'armée. Par exemple l'armée polonaise sur 128.000 soldats, une étude a été effectuée pendant 15 ans, et sur 880.000 soldats US pendant 20 ans, etoù dans ces études on a démontré qu'il y avait une augmentation des cancers du cerveau associés à l'exposition des M-O, des micro-ondes? Donc comment on peut affirmer, le GSM il y a bien des micro-ondes, en plus il y a des ELF pulsées, donc je ne vois pas comment ont peut affirmer qu'il n'y a aucun liens avec ces aspects, voilà. 
 
 

Il y a eu un petit blanc à la tribune du sénat, et quelques interrogations pour savoir qui allait répondre à ma question qui a beaucoup dérangé à l'époque. Quant à la nocivité des relais, les opérateurs sont parfaitement au courant

Certains sociologues qui ont rédigé un rapport commandé par le lobby des télécoms, reconnaissent sans l'avoir fait exprès, la nocivité des antennes relais. Un tel aveu se passe de  commentaire et est en plus recevable en justice. Extrait du rapport du CNRS 09/2004 :
 
 
« Une large place est également faite aux "enquêtes sanitaires citoyennes" réalisée à l'initiative de l'association autour d'un certain nombre de sites. Ces enquêtes, si "elles n'ont aucune prétention scientifique", et "ne peuvent pas être considérées comme exhaustive, puisqu'elles n'ont aucun caractère obligatoire (...) présentent cependant un grand intérêt". Car, comparées les unes aux autres elles font apparaître des cohérences que l'on pourra difficilement mettre sur le compte de réactions psychosomatiques". Ces initiatives marquent aussi une évolution nette : l'association avec ses moyens et ceux de ses adhérents, se place directement sur le terrain des travaux scientifiques, en attirant l'attention sur les phénomènes non reconnus par les travaux officiels, mais en lien selon elle, avec les antennes relais. » 

Les experts sociologues mandatés par le lobby des télécoms pour réaliser se rapport, reconnaissent ni plus ni moins, que les opérateurs ont discrédité les victimes, et les ont accusé d'être victime de troubles psychosomatiques, ce qui n'était pas le cas. Les opérateurs se sont donc livré à une opération de manipulation mentale à l'égard des victimes, ce qui est là encore un délit criminelle, qui devrait être sanctionné par la justice, mais qui ne le sera jamais. D'ailleurs tous neurologues, qui déclareraient que les victimes du syndrome des micro-ondes, relèvent de la psychiatrie, pourraient eux-mêmes se retrouver poursuivis.


Le Washington Post du 22 mai 1999, écrivait que les résultats préliminaires des recherches financées par le lobby de la téléphonie mobile télécoms, indiquait qu'il pouvait y avoir une corrélation entre l'utilisation de téléphone de cellules et les cancers, selon le directeur du programme du WTR (organisme créé par lelobby pour défendre ses intérêts), le Dr Carlo : " Nous sommes dans une zone grise maintenant. Quand nous sommes dans une zone grise, la meilleure chose à faire, est de laisser le public juger des résultats, pour qu'il puisse faire sa propre opinion." L'étude avaitmis en évidence une connexions possibles entre les essais biologiques et les analyses statistiques sur les utilisateurs de téléphones portables. En décembre 1999, 70 millions de téléphones portables avaient été vendus. Le Dr Jacobson et d'autres fonctionnaires de la FDA ont donnés des instructions sur les résultats du WTR. Le WTR a pratiqué un examen sur les cellules de plusieurs animaux qui ont été soumis au rayonnement de quatre types des téléphones portables. Les recherches, conduite à l'université de Stanford, ont consisté à réaliser 46 tests. Des dommages chrompsomiques ont été constatés sur 8 tests de cellules humaines. En 1990, Henry Lai, chercheurs à l'université de Washington, Seattle, avait déjà mise en évidence des ruptures d'ADN.



 
  Retour au chapitre sur les antennes relais de la téléphonie mobile
  Retour au SOMMAIRE du SITE.
  TRANSLATE - TRADUIRE.
Nom du site   Risques sanitaires des champs électromagnétiques, santé, cancer, leucémie, tumeur
Adresse du site danger risque sanitaire de la pollution électromagnétique santé cancer leucémie tumeur du cerveau
Auteur du site : Marc FILTERMAN
Adresse e-mail : marcfilterman@hotmail.com
© Protected by Copyright - Reproduction interdite.