© Protected by Copyright - Reproduction interdite.
Adresse du site
sites de secours
danger risque sanitaire de la pollution électromagnétique santé cancer leucémie tumeur du cerveau
Nom du site   Prévention sur les risques professionnels sanitaires des micro-ondes
Auteur du site   Marc FILTERMAN
Adresse e-mail   marcfilterman@hotmail.com
  TRANSLATE - TRADUIRE
  Retour au Sommaire du site
  Retour au chapitre sur la pollution électromagnétique des micro-ondes


81°) Conférence du 22/03/2006
de Gille Dixsaut AFSSE,
salon RF-Hyper, CNIT, le Défense.
 
1°) Introduction.
Du 21 au 23 mars 2006, se déroulait au CNIT la Défense le salon RF-Hyper, sur l'instrumentation de mesure et les systèmes de communications. D'ailleurs ce salon se réduit d'année en année, car il y a de moins en moins de sociétés pour cause de fusions et dépôts de bilan en raison de charges trop élevées dans notre pays, sans parler de la dictature administrative qui progresse, enfin c'est un autre sujet. Il y a eu plusieurs conférences le mercredi 22 mars de 14 à 17h30. Beaucoup dans la population pensent que les ingénieurs en radiotélécommunication connaissent parfaitement bien les risques des micro-ondes et des GSM, ce qui est en réalité totalement faux. Ils sont eux aussi désinformés par l'AFSSE qui minimisent les risques, comme nous allons le voir ici. D'ailleurs les installateurs d'antennes GSM ou TV n'ont eu aucune information sur les précautions réelles à prendre, et les risques possibles ou certains. Mon opinion, c'est que ces experts de l'AFSSE seront certainement impliqués dans un avenir proche dans le plus gros ouragan, de la plus grosse catastrophe sanitaire et faillite financière de la sécurité sociale. La vache folle, c'est zero à côté de cette affaire de GSM. Actuellement le lobby des télécoms multiplie les procès contre divers associations pour les museler sur les risques des GSM, pas de bol, une nouvelle fois un biophysicien confirme les risques des GSM pour la santé.
Note : CEM = champ électromagnétique.

Le Président de scéance était Gilles DIXSAUT.

14H00-14H30 Michel TERRÉ CNAM
Évolution des systèmes de radiocommunication mobiles et incidence sur les niveaux d'exposition du public.

14H30-15H00 Olivier MERCKEL SUPELEC - D4
Dosimétrie des rayonnements électromagnétiques.

15H00-15H30 Gilles DIXSAUT AFSSE
Rapport et Avis de l'Afsse sur téléphonie mobile et santé.

15H30-16H00 Angélique ROCHER ANFR -H8.
État de la réglementation relative à la téléphonie mobile

16H00-16H30 René MALABIAU DGA/CTSN.
Application de la réglementation RNI au sein du MINDEF.

16H30-17H00 Joé WIART France Télécom RD.
Mesures individuelles de l'exposition aux champs radiofréquences du public.


2°) Exposé de Gilles Dixsaut de l'AFSSE au salon RFHYPER au CNIT la Défense.

Gilles Dixsaut, AFSSE, Rapport et Avis de l'Afsse sur téléphonie mobile et santé.
00-00 L'Agence Française de Sécurité Sanitaire et de l'Environnement, qui est de venue maintenant l'Agence Française de Sécurité Sanitaire et  De l'environnement et du Travail, qui a rendu un avis, le 90/2005 sur la base du rapport qui lui avait été soumis quelques mois plus tôt. Un peu d'histoire d'abord, le domaine de l'expertise scientifique en matière de téléphonie mobile date du début des années 2000, puisque l'un des premiers rapports, notamment le premier rapport Stewart en 2000, faisait suite à un rapport, euh un autre rapport euh canadien, a peu près à la même époque probablement...

FAUX, La première alerte remonte à 1993 sur un téléphone sans fil, mais à l'époque Motorola avait été condamné à étudier et à vérifier s'il y avait un risque pour la santé avec les systèmes de communication sans fil. Ensuite quand le Dr Lay a mis en évidence les effets nocifs des micro-ondes, tout sera mis en oeuvre par MOTOROLA pour le discréditer, idem pour le Dr Carlo du WTR, qui était pourtant l'un des défenseurs du lobby des télécoms, et qui par honnêteté, ce qui est rare dans le milieu de l'expertise officielle aujourd'hui, signalera fin 1999 que les risques pour la santé étaient avérés.
http://membres.lycos.fr/filterman/gsm-19-fax-george-carlo-wtr-danger-telephone-portable.htm
Le WTR sera évidemment bouclé, la raison officielle, étant la fin de sa mission (sic). Il est cependant évident que s'il avait déclaré qu'il n'avait rien trouvé, il aurait été reconduit dans sa mission et serait encore opérationnel aujourd'hui. Si le Laboratoire de M. Veyret du CNRS de Bordeaux fonctionne encore aujourd'hui, c'est bien grâce en parti aux financements des opérateurs comme tous les spécialistes le savent, il en est de même pour René de Sèze. Pour Joe Wiart le problème ne se pose pas, puisqu'il fait parti de France Télécom.

Gilles Dixsaut, AFSSE.
Le premier rapport date je crois de 99, il y en avait un vers 96 avant, le premier c'était 96, donc la liste qui fait de rapports scientifiques était en fait des rapports d'expertise fondés sur, euh, l'analyse de la connaissance des analyses de publications scientifiques. Donc ce ne sont pas des travaux scientifiques... mais des expertises fondés sur l'évaluation de la connaissance scientifique.

LEBRECHT von KLITZING Pr
Démonstration GSM faite à Erkrath
(Düsseldorf), le 14/03/94 montrant des effets biologiques à partir de 0,1µW/cm²
Faculté de médecine de Lübeck - Universität Lübeck - Deutschland.

BARNETT S.B.
Commonwealth Scientific and Industrial Research Organisation.
1) CSIROS Report on the status research on the Biological Effects and Safety of Electromagnetic
Radiation: Telecommunications Frequencies(06/94)
Rapport au SMA: Spectrum Management Agency.
Ultrasonics Laboratory - Division de Radiophysics - CSIROS

BEALE L. Ivan
1) Biological effects of weak radio- frequency radiation: cellular telephone -
Effets des radiofréquences sur les ions de calcium et les membranes cellulaires.
Département de psychologie de l'Université d'Auckland.

Hardell L, Näsman Å, Påhlson A, Hallquist A, Hansson Mild K.
Use of cellular telephones and the risk for brain tumours: a case-control study. Int J Oncol 1999;15:113-6.

Sans commentaire, les références parlent d'elles-mêmes.
Ah si, à rappeler la lettre du Dr Carlo adressée aux membres du WTR et du CTIA. http://membres.lycos.fr/filterman/gsm-19-fax-george-carlo-wtr-danger-telephone-portable.htm
 

Gilles Dixsaut, AFSSE.
Le Premier rapport en clair donc Stewart qui a été suivi en France par un rapport demandé par la Direction Générale de la Santé, à un groupe d'experts qui a rendu un rapport en 2001 (DGS, 16/01/2001), qui était le premier rapport je dirais exhaustif. En fait il n'y a pas eu beaucoup d'experts à l'époque... une analyse complète de l'état des connaissances, je dirais depuis le début jusqu'à cette date là. Ensuite les rapports, sont des rapports de mise à jour, on ne va pas recommencer la discussion. Depuis l'état des connaissances complets, on analyse simplement ce qui a été développé, publié depuis... ça a été le cas par exemple avec un rapport euh, un rapport hollandais, euh, qui a plusieurs années, il y a eu un rapport exhaustif et puis une mise à jour annuelle au cours des années suivantes. La suite du rapport à la Direction Générale de la Santé en 2001, euh, les pouvoirs publics avait saisis l'AFSSE en 2002 afin d'établir une mise à jour des connaissances qui avait donné lieu à un rapport de l'AFSSE en 2003, et en 2004 les ministères de la santé et de l'environnement ont saisis l'AFSSE, je crois en 2004 en demandant notamment, une étude de, euh l'analyse de l'étude TNO qui avait été publiée précédemment... et dans le cadre de la mission de veille permanente de l'AFSSE, c'était en quelque sorte une mise à jour par rapport au rapports précédents de 2003.

Extrait du rapport Zmirou de la DGS du 16/01/2001.
 
Par contre, le groupe d'experts estime nécessaire que l'axe des faisceaux principaux des antennes ne soit pas orienté directement vers les lieux de vie à courte distance (moins de 100 mètres), même si les niveaux de champ mesurés sont très faibles et indiscernables du 'bruit de fond' RF,*???? notamment des bandes FM et radio, et cela pour deux raisons : afin d'éviter de diriger le rayonnement de manière inutile vers le public à courte distance, dans le but de maintenir à un niveau le plus faible possible le niveau d'exposition de l'ensemble de la population; mais aussi pour un motif de bon sens : diriger le rayonnement vers des constructions, conduit à une diminution de la portée de l'antenne par absorption ou réflexion partielle.

*???? Déjà si c'est indiscernable du bruit de fond, cela veut dire qu'il n'y pas d'émission, cela donne une idée du niveau de compétence des experts.
Pour ce qui est de l'étude TNO, nous comprenons la gêne de M. Dixsaut, puisqu'en septembre 2003, une étude de l'institut néerlandais TNO révélait qu'après 45 minutes d'exposition à un rayonnement de 0,7 V/m émis par un système de téléphonie mobile, des effets néfastes pour la santé étaient constatés. Il a d'ailleurs évité de trop nous parler du contenu du rapport REFLEX qui démontre lui aussi des effets nocifs notamment sur l'ADN, qui je dois le rappeler est 400 fois plus sensible que l'eau, que nous retrouvons à hauteur de 80 % dans le corps. Il intéresse d'ailleurs tellement les électoniciens, qu'on étudie actuellement la possibilité de remplacer les jonctions cuivres des puces des circuits intégrés par des fils moléculaires d'ADN comme je l'expliquais lors de l'une de mes conférences, ce que visiblement ignorent nos "experts". L'ADN à plusieurs avantages, miniaturisation, mais comme les métaux supraconducteurs, il n'offre pas de résistance au passage d'un courant, donc il ne chauffe pas, contrairement à nos fils de cuivre dans les circuits intégrés. Sauf que l'ADN ressemble aussi à une self, que nous retrouvons dans nos circuits oscillants des anciens récepteurs radio.
circuit oscillant, résonance, risques sanitaires des micro-ondes des téléphones portables mobiles, neurinome de l'acoustique, tumeur du cerveau, gliome, méningiome

Alors qu'est ce que la résonance ? C'est très simple, si nous mettons deux circuit identique l'un en face de l'autre, et que dans le circuit de gauche nous intjectons une énergie, le circuit de droite va recevoir cette énergie et résonner à la même fréquence. Pour être plus clair, prenon de diapason accordé sur la note "la", environ 440 Hz, si nous frappons le diapason de gauche et que nous le mettons ensuite en face diapason de droite, celui-ci va recevoir les ondes du premier et se mettre aussi à résonner sur la même fréquence, en électronique le principe est le même. Le principe est le même en mécanique, et cela peut conduire à la rupture d'une pièce, ce qui est dangereux dans le domaine de l'aviation. Il est donc très comique d'entendre des médecins, experts, ou autres, venir déclarer que des implants médicaux métalliques ne peuvent pas entrer en résonance avec des sources d'émission radio, parce que c'est totalement FAUX.

risques sanitaires des micro-ondes des téléphones portables mobiles, neurinome de l'acoustique, tumeur du cerveau, gliome, méningiome, circuit oscillant, résonance

En anatomie, biologie, chimie ou autre, chaque substance ou molécule à sa fréquence de résonance. On peut donc s'étonner que ce principe ne soit pas plus étudier pour éliminer certains problèmes comme avec la machine de Prioré, sauf que là vous aller toucher aussi à des intérêts financiers et industriels puissants, comme le sait M. Veyret du CNRS, dont les restes de cette machine se trouvent justement dans son centre. Des laboratoires ou hôpitaux russes, utilisent par exemple un générateur de fonction en guise de dispositif d'amnestésie locale.

ADN, DNA, risques sanitaires des micro-ondes des téléphones portables mobiles, neurinome de l'acoustique, tumeur du cerveau, gliome, méningiome, circuit oscillant, résonnance

Quand nous comparons une self à un brin d'ADN, on comprend mieux pourquoi les CEM ont un effet maximum et induit sur l'ADN. En 2001 des chercheurs du laboratoire de physique des solides d'Orsay et de l'Académie des sciences de Moscou ont réalisé des mesures sur des molécules d'ADN étendues entre deux électrodes métalliques distantes de 0,5 microns, et ont mis en évidence ses propriétés conductrices. Si nous utilisons un morceau de cuivre qui va jouer le rôle d'antenne accordé à la fréquence de 2450 MHz, voilà le résultat que nous obtenons quand il est mis sur un plan de masse dans un four à micro-ondes.

S'il est accordé, il y a résonance, ou effet de couplage, et l'énergie de plasma va être concentrée à la pointe. Des particules fortement accélérées sont générées et nous voyons ce qui reste du dipôle accordé au départ à la fréquence de 2450 MHz, au bout de 3 minutes. Les THT, magnétrons ou klytrons des radars sont d'ailleurs blindés avec des centaines de kilo de plomb, pouvant aller jusqu'à une tonne, parce que ces dispositifs génèrent des rayon X qui sont dangereux. On me dira oui mais il y a 900 W dans le four que j'utilise, sauf que si nous transposons l'expérience du four à l'expérience d'une antenne relais GSM ou mieux d'un téléphone portable GSM en divisant la puissance par 200, si on compare l'énergie de ce dernier à la dimension de l'ADN en nanomètre, nous voyons bien que cela donne une énergie considérable, affirmer le contraire serait là aussi totalement débile.
 

Gilles Dixsaut, AFSSE.
Donc l'AFSSE a constitué un groupes d'experts indépendants qui a une caractéristique qui est de renouveler les rapports auprès de ses membres, puisque il n'y a qu'un seul membre global au groupe de 2001 à 2003 à 2005, puisque ce n'est pas facile d'avoir un renouvellement dans ce domaine, vu le relativement faible nombre d'experts compétents réellement dans ce domaine.

* Gloups, un expert réellement compétent ne va certainement se fourvoyer et encore moins rentrer à l'AFSSE, pour dire AMEN à toutes les exigences et conneries du lobby des télécoms, pour risquer ensuite de se retrouver poursuivi en justice, et dans la position inconfortable du Dr Garetta à l'époque du sang contaminé. Ce dernier n'était peut être pas tout blanc, d'accord, mais il a servi aussi de bouc émissaire pour tous les autres. Question compétence, j'ai vu Martine Hours de l'AFSSE à l'oeuvre au cours d'une question que j'avais posé à l'assemblée nationale le 8 décembre 2005. Quand on ne connaît pas le principe d'orientation électromagnétique pourtant utilisé dans les fours à micro-ondes, on peut légitimement douter des compétences des experts de l'AFSSE. J'y reviendrai en fin de cette page, puisque tous les experts officiels des télécoms et de l'AFSSE ont des lacunes en physique, et ignorent ce principe.

Extrait de l'avis de l'AFSSE du 07/06/2005, que M. Dixsaut a oublié de rappeler aux professionnels présents au CNIT :
Divers effets biologiques ou physiologiques associés à l'exposition aux ondes des téléphones mobiles sont bien avérés (modification du profil de l'électro­encéphalogramme, raccourcissement des délais de réaction à certains tests,

- Inviter les parents d'adolescents disposant d'un téléphone mobile, à les informer sur les conditions d'utilisation permettant de réduire leur exposition.

- S'assurer de l'arrêt des émetteurs de radiofréquences lors d'interventions du personnel de maintenance ou des autres catégories de professionnels susceptibles d'intervenir à proximité.

 

Voir avis complet :http://membres.lycos.fr/filterman/gsm-58-bouygues-2004-afsse-telephonie-mobile.htm

En revanche un habitant qui a sa chambre juste en dessous d'une antenne relais GSM n'a pas le droit lui de se plaindre, l'AFSSE lui répond qu'il n'y a aucun effet même s'il vit là en permance sous un relais GSM, alors que dans le même temps il est recommandé au personnel de maintenance de couper les installations avant toute intervention, même de courte durée.

Gilles Dixsaut, AFSSE.
Dans les questions qui étaient posées au groupe d'experts, une attention particulière était posée, était portée aux  technologies en cours de déploiement ou développement, des questions pour regarder simplement l'état actuel de la technologie, et à ce que serait la technologie dans les années qui viennent, et puis on a demandé au groupe d'experts de faire un inventaire, une évaluation des travaux scientifiques publiés, euh publiés depuis le précédent avis de l'AFSSE en 2003, mais en s'attardant sur les publications scientifiques et non pas au documents qui sont publiés. Alors le rapport du groupe d'experts qui est le dernier publié en 2001 se fonde sur les différents rapports des groupes d'experts nationaux...

Déduction, l'AFSSE pratique la discrimination en éliminant d'office tous les rapport des chercheurs et autorités étrangères. Alors pour les experts nationaux, c'est très simple, je vais vous les citer, ce sont toujours les mêmes :
Bernard Veyret, CNRS Bordeaux, ICNIRP.
René de Sèze, CHU et consulté par l'INERIS, sauf que l'INERIS n'a aucune formation au catalogue pour les risques des professionnels soumis au CEM.
Joe Wiart, France Télécom.
Gilles Dixsaut, AFSSE.
Jacques Lambrozo, Service des Etudes Médicales, EDF-GDF.

Les autres experts qui ont mis en évidence des risques ne sont plus experts, et ne sont plus habilités à témoigner à l'AFSSE. Je ne cite pas ceux qui sont partis en cours de route en 2005, Denis Zmirou ex-directeur scientifique de l'AFSSE, M. Guiguet de l'ANRF, la dernière en date Michèle Védrine ex-directrice de l'AFSSE, qui est partie se réfugier à la cour des comptes après sa charge contre la revue "60 Millions de consommateurs", voir mon article :
http://membres.lycos.fr/filterman/gsm-72-roger-santini-pierre-le-ruz-2005-afsse.htm

Ce qui est pratique, c'est que le jour où les plaintes en justice vont tomber pour cause de désinformation et manipulation des résultats scientifiques comme cela a été le cas avec les experts du lobby du tabac, là au moins la liste des experts qui auront dénigrés les recherches étrangères qui démontrent les effets nocifs des CEM et micro-ondes sera très courte. Même ceux qui ont quitté l'AFSSE en 2005 ne passeront pas au travers, et se verront rappelés un jour ou l'autre par la justice.

Gilles Dixsaut, AFSSE.
04-05 Il y avait eu la rapport des Pays Bas, le rapport NRPB 2004, 21 rapports de l'agence de radioprotection suédoise. Ensuite une analyse complète de la littérature scientifique qui est euh, au coeur des études biologiques, notamment les tumeurs et d'autres pathologies euh, au sens large, les données expérimentale chez l'homme, les effets biologiques, les effets moléculaires chez l'homme, et une attention particulière sur l'étude d'éléments. Ensuite le groupe d'experts s'est fondé sur les conseils des instances scientifiques internationales, euh, depuis 2003, vous voyez, vous avez la liste là, et ce sont essentiellement congrès qui ont été réalisés à l'initiative de l'OMS, notamment des congrès de juin 2004 à Istanbul. Le congrès de Prague en 2004 sur l'hypersensibilité des champs électromagnétiques, et le congrès de 2004 sur le cancer. Les autres congrès étaient des congrès plus people, c'est à dire un groupe d'expertise européen euh, qui se réunissait assez régulièrement sur des thèmes spécifiques. Ensuite le groupe d'experts a réalisé une analyse complète des caractéristiques d'expositions qui portent sur l'évolution des technologies, le problème des technologies de liaisons sans fils à courte ou très courte portée, les éléments vous ont été développé sur le plan technique tout à l'heure par Michel Terré, les système de téléphonie par satellite à longue et très longue portée, le problème des possibilités des terminaux, et l'autre problème complètement abstrait, c'est le problème d'exposition représentative, de l'exposition réelle de la population. Ensuite, les experts se sont penchés sur les différents textes législatifs réglementaires qui étaient publiés depuis 2003, à la suite du rapport de 2003 de l'agence, les pouvoirs publics avaient publié un certain nombre de textes, dans le cadre un plan d'actions publiques qui avaient été inutiles à la suite du rapport de l'OPECTS de 2002.

M. Dixsaut nous explique ici complaisamment que le rapport de l'OPECTS des Sénateurs Raoult et Lorrain a permi de torpiller toutes les actions contre les abus du lobby des télécoms. Sauf que certains de ces système de communication plantent parfois les calculateurs bord des avions.

Risque de TUMEUR confirmé, Stockholm, Reuters, 25 au 31/03/2006.
Plusieurs communiqués rapportent que l'utilisation du GSM sur une longue période augmente le risque de tumeur du cerveau, annulant de ce fait les résultats vantés par M. Dixsaut qui affirmait qu'aucune étude complémentaire n'a mis en évidence un lien entre les GSM et les tumeurs. L'Institut national du travail suédois a étudié l'utilisation des GSM chez 2.200 abonnés au GSM et a découvert que 905 des participants étaient atteints d'une tumeur maligne du cerveau, suite à une utilisation intensive du portable. Le Dr Kjell Mild, biophysicien, directeur de l'étude, confirme ainsi les résultats d'une autre de ses études de 2003, où ils mettaient déjà en évidence une augmentation du risque de tumeur du côté de la tête où on utilise un GSM. Les utilisateurs intensifs du GSM ont 240% de risques en plus d'être atteints d'une tumeur maligne. Cette étude est la plus importante en raison du nombre d'utilisateurs de GSM contrôlés à ce jour. Cette étude du Dr Mild contredit les études et rapports, du Conseil néerlandais de la santé que M. Dixsaut nous a cité d'ailleurs, qui avait listé les travaux scientifiques internationaux, et britannique, menée sur quatre ans qui avaient toutes deux conclu que l'usage du GSM ne présentait aucun risques pour la santé.
J'ai fait remarqué à M. Dixsaut que je ne voyais pas comment il pouvait affirmer qu'il n'y avait aucun problème en France, puisqu'aucune enquête épidémiologique n'a été faites sur le terrain, ce sur quoi il me répondra qu'il n'y avait pas de budget pour faire ce type d'enquête. Sauf que les vétérinaires, sont obligés de faire remonter les morts suspectes d'animaux, on peut donc s'étonner dans ce cas que l'augmentation du nombre de décès par tumeur du cerveau, du tronc, du cervelet, ne fasse pas l'objets de procès verbal comptables pour les humains. Pour la grippe aviaire qui a fait moint de 300 morts à travers le monde paraît-il on fait tout un cirque, et là pour les morts par des tumeurs, qui à mon avis dépassent plusieurs milliers depuis l'arrivée du GSM, il n'y a aucune enquête, aucune comptabilité, aucune précaution ni même prévention.

Gilles Dixsaut, AFSSE.
Donc ce sont les pouvoirs publics qui permettent de mettre à jour et de faire évoluer la réglementation, euh, qui est fondée sur l'état des lieux de la connaissance scientifique, et les recommandations à la fois du groupe d'experts et aussi des agences et groupes privés. L'un des derniers éléments, étant la reconnaissance d'une fondation euh, une fondation santé, radiofréquence et santé qui correspond, compte tenu du public, qui permet de concentrer les financements publics et privés, dédiés à la recherche avec une transparence complète, puisque c'est une fondation...

Pour les "RECOMMANDATIONS DU MINISTÈRE DE LA SANTÉ POUR L'UTILISATION DU PORTABLE :"
cliquez ici : http://www.sante.gouv.fr/htm/dossiers/telephon_mobil/1_decouv.pdf
Comme vous pouvez le constater, les recommandations sont particulièrement transparentes, efficaces et visibles pour le public, elles n'existent plus.

Fondation Santé et Radiofréquences.
Maintenant pour ce qui est de la fondation, elle est aussi très transparente :
http://www.sante-radiofrequences.org/
Vous tombez sur rien du tout, si sur des pubs. C'est ce qui s'appelle être totalement transparent. La Fondation recherche Santé et Radiofréquences a été créée le 4 juillet 2005.

Comme Président du Conseil d'Administration de cette fondation nous trouvons Pierre Noël Favennec, Président du CNFRS/URSI, de la Direction Scientifique, du Groupe des Écoles des Télécommunications, 37-39 rue Dareau, F-75014 PARIS.

Parmi les membres du Conseil Scientifique, on note les nominations de Frédérique de Fornel, présidente de la Commission Électronique et Photonique du CNFRS, et de Joël Hamelin, Secrétaire Général du CNFRS.

Où cela devient intéressant, c'est que nous trouvons comme Président du Conseil Scientifique, Mme Martine Hours qui est aussi chargée de recherche à l'INRETS, INSTITUT NATIONAL DE RECHERCHE SUR LES TRANSPORTS ET LEUR SECURITE,

Il y a aussi des membres de l'INSERM, du CNRS, au hasard nous dirons M. Bernerd Veyret du CNRS, etc, des experts réellement indépendants, les mêmes qu'à l'AFSSE ou à l'ICNIRP, et qui nous disent depuis 10 ans qu'il n'y a aucun problème de santé avec la téléphonie mobile.

Vous savez que le chiffre du chômage est très élevé en France, alors j'ai quand même du mal à comprendre, comment nous pouvons retrouver les mêmes experts dans 3, 4 ou 5 organismes différents. Comment font-ils pour occuper 3 ou 4 postes différents, est-ce des emplois fictifs ?

Gilles Dixsaut, AFSSE.
07-40 Pour ce qui est de l'agence qui a été fondée sur ce rapport, la liste est essentiellement sur ce rapport, mais aussi sur les évolutions sociologiques et psychologiques du comportement, comme l'utilisation croissante des mini-messages, les SMS, l'introduction de la 3G qui est une transmission... devant soi et à distance. Euh, ensuite un problème qui est apparu important, c'est l'utilisation très importante par les adolescents....  de certaines zones par le biais des nombreuses questions et inter questions qui arrivaient à l'agence. Alors les principes directeurs de l'avis de l'agence c'est d'abord une analyse globale de l'ensemble des expertises faites par des experts indépendants compétents et pluridisciplinaires puisqu'ils pouvaient comme tout groupe d'experts dans des domaines extrêmement philosophiques. Ensuite.... il conviendrait de protéger des gamins puis ensuite d'agir...  En cas de doute et d'anomalies graves, le principe appliqué est bien entendu le principe de précaution, dès lors que l'on a des éléments suffisamments pertinents.

Mon opinion c'est que pour l'AFSSE et le lobby des télécoms "il convient d'inciter les gamins à utiliser le GSM puis ensuite d'agir...  En cas de doute et d'anomalies graves, le principe appliqué serait bien entendu le principe de dissimulation, dès lors que l'on a des moyens suffisamments efficaces", comme les pressions et la censure pour éviter l'explosion de la vérité.

Gilles Dixsaut, AFSSE.
Ensuite, il convient d'appréhender les préoccupations du public même en l'absence de convenances scientifiques. 09-30 Un grand nombre de personnes par une preuve... Enfin les considérations extrêmement importantes qui est une répétition de ce que nous avons en 2003, il faut bien déterminer les terminaux des stations de base, car les conditions d'exposition sont totalement différentes. Et il y a aussi les conditions de fonctionnement, euh, les techniques de fonctionnement d'un téléphone mobile ou d'une station de base sont différents.

Je traduis encore en langage décodé.
Ensuite, il convient d'éliminer les préoccupations du public. C'est à dire que les télécoms se livrent désormais à de la manipulation de masse via les publicités télévisées, les études sociologiques, phychologiques, pshychiatriques. Mais attention pour ceux qui vont commettre ces imprudences, ils peuvent se retrouver exposé à la violation du code de Nuremberg, car la manipulation psychologique rentre dans ce cadre, comme la manipulation par "l'estime de soi", suite aux campagnes publicitaires de France Télécom qui visent à manipuler les adolescents, et à détruire l'autorité parentale (29/03/2006), j'y reviendrai car c'est un autre sujet.

Gilles Dixsaut, AFSSE.
10 : En ce qui concerne l'étude TNO, alors cette étude TNO avait été publiée en 2004, et tendait à démontrer que certaines, certaines personnes, placées à proximité d'une station de base UMTS, avaient ressenti une petite pression, une diminution de la situation de bien être fondé sur, euh des tests, des tests de bien être, globalement une perte de bien être... Donc c'est pourquoi on avait été interrrogé. Il était utile de répliqué cette manip en France. Premier point, on a pu constater que cette étude, était une étude extrêmement intéressante, quoique relativement limitée en nombre de publications, et dont le trafic était constant, montrait des limites méthodologiques... D'abord le plan d'expérience était mal traité car non symétrique. Les victimes avaient une possibilité de biais dans l'exploitation des résultats, dans l'analyse des données. Ensuite le mode de fonctionnement des émetteurs n'étaient pas des émetteurs, mais des simulateurs, donc ce n'étaient pas des émetteurs UMTS. Le mode de fonctionnement des simulateurs n'était pas conforme au mode de fonctionnement des émetteurs, puisqu'on voyait apparaître là, dans l'émission un champ à 20 KHz qui n'a rien à voir dans le signal UMTS. Ensuite les résultats des tests des fonctions cognitives étaient peu cohérents, et le questionnaire avait été fait de façon non conforme, le test de bien être avait été fait de façon non conforme au condition normale d'utilisation du questionnaire, qui doit être qui doit être un questionnaire parfait...

On semble oublier à l'AFSSE, que la fréquence de l'UMTS en 2100 MHz est proche de celle des fours à micro-ondes domestiques en 2450 MHz. Sur le problème des simulateurs M. Dixsaut à raison, car ce type d'appareil ne génère jamais toutes les composantes secondaires parasites, mais reste à savoir là encore qui a fourni ce matériel télécom. Maintenant pour ce qui est des limites méthodologiques, à l'AFSSE les experts ne trouvent rien à redire sur la méthodologie des études qui ne mettent rien en évidence, c'est quand même curieux. Pour ce qui est de la cohérence, la question qui est à poser et qui n'a pas été posée par nos experts de l'AFSSE, concerne "le FACTEUR d'ENTRAINEMENT" au niveau cellulaire. Beaucoup ignore cet effet qui repose pourtant lui aussi sur les lois de la physique. Vous pouvez couper l'émetteur, même plusieurs heures après le cobaye en ressentira encore les effets. Nos médecins spécialistes devraient pourtant le savoir.

Gilles Dixsaut, AFSSE.
12-30, donc on peut dire que cette étude présentait des limites méthodologiques certaines, et vous pouvez sans doute la répliquer, ce n'est certainement pas une bonne idée, parce qu'une étude qui a des limites importantes, si elle est répliquer, c'est répliquer les mêmes erreurs, donc ça ne servait à rien. On pouvait dire si on voulait répliquer cette étude, il fallait la répliquer dans des conditions, dans de bonne conditions méthodologiques, que deux tentatives de réplication était en cours en Grande Bretagne, il n'était donc absolument pas utile de répliquer aussi en France... d'abord il convenait d'approfondir la méthodologie pour partir sur des bases, des bases solides...

Pourquoi à l'AFSSE on juge inutile de répliquer cette étude sur les GSM, parce qu'on risque de mettre en évidence les effets nocifs de l'UMTS. Les télécoms en France ne refont jamais les études qui permettent de confirmer des effets sur le biologique. Ils referont plus facilement celles où on ne trouve rien, cela permet d'affirmer ensuite que dans un grande nombre d'études aucun effet n'a été mis en évidence, et il n'y a que dans un très faible pourcentage qu'on a découvert des effets.

Gilles Dixsaut, AFSSE.
13-20 Pour ce qui est des résultats des rapports d'expertise, le taux de pénétration en France était de 60 % en 2004, il paraît que ça a augmenté... Pour ce qui est du risque de cancer, les éléments sur la génotoxie en terme de recul, en terme de test sont encore insuffisants, et j'espère apporter les résultats de l'étude Interphone fin 2005, on sait cette étude n'est pas encore terminée, la synthèse n'est pas encore terminée, un certain nombre d'éléments ont été publiés qui ne sont pas tous concordants, selon l'hôpital les résultats d'un pays à un autre, ils n'ont pas utilisé la même méthodologie unique dans l'ensemble des études Interphone. Ce que l'on peut dire c'est que les résultats en terme de cancer, les méthodes de, euh, comment on peut dire ça, de cancer et non pas de tumeur bénigne, c'est simplement cette différence, enfin en terme de cancer, les résultats sont plutôt négatifs.

Le test de la comète ne permet pas de mettre en évidence un lien entre cancer et la téléphonie mobile à tous les coups, contrairement au test des micro-noyaux, que tout le monde refuse de faire car les résultats seraient catastrophique pour les télécoms. D'ailleurs comme vous pouvez le constater, M. Dixsaut patine dans la semoule dans sa dernière phrase, tellement il est peu sûr de lui. Pour voir une liste des études consultez ma page :
http://membres.lycos.fr/filterman/gsm-72-roger-santini-pierre-le-ruz-2005-afsse.htm

Un rapport de l'Institut National Américain sur le Cancer de 2001 débouchait sur la découverte d'un lien entre l'utilisation du GSM et le cancer de cerveau.  Le 18 Mars 2003, la presse anglaise signale une étude suédoise qui indique qu'il existe bien un lien entre le GSM et le cancer du cerveau. Les abonnés qui utilisent un GSM plus d'une heure par jour, risquent pour un tiers d'entre eux de développer une  tumeur du cerveau. Les cancers sont plus féquents du côté de la tête où un GSM est utilisé. Les scientifiques ont mis en évidence un lien entre le cancer et les téléphones cellulaires, téléphone mobiles analogiques, et les téléphones sans fils numériques. Les résultats ont été publiés dans l' International Journal Of Oncology (mars 2003). 47 millions de personne ont un téméphone portable en Grande-Bretagne. Il a été démontré que le rayonnement des GSM peut modifier le fonctionnement des cellules de cerveau et affecter la mémoire. Kjell Mild, biophysicien de l'université d'Orebro en Suède avait examiné les dossiers médicaux de 1600 victimes de tumeur qui avaient utilisé des téléphones portables sur une période 10 ans, et il a déclaré que le résultat était évident : " plus vous utilisez le téléphone portable sur un grand nombre d'années, et plus le risque de tumeurs au cerveau est important." L'étude a mis en évidence que si on utilisait un GSM plus d'une heure par jour, le risque de tumeur de neurinome de l'acoustique était de 30 %.
Tout le monde se rappelle du cirque avec la vache folle et l'embargo qui vient seulement d'être levé récemment en Angleterre. En revanche pour la téléphonie mobile, alors que nous avons des morts par tumeur que l'AFSSE refuse de comptabiliser, qui sont plus nombreux qu'avec la maladie du prion, les autorités franaçsies refusent toujours d'appliquer le principe de précaution, et de faire les recommandations nécessaires.

Sun Herald 8 October 2000 : " Former chief medical officer for Telstra (Dr  Hocking) claims in evidence to Australia Senate enquiry that he had clear evidence of altered nerve function in the skin of a mobile phone user, around the ear area. Readings of nerves were taken 1cm in front of and 1cm behind the ear - both showed altered responses in a man complaining of strange feelings in his head after using a mobile phone.  He had many other cases but had investigated only one.  He also gave his analysis of leukaemia in children living within 4 km of television towers on Sydney 's lower north shore. 10 years after diagnosis with leukaemia, those closest to the TV towers had half the survival rates expected.  His previous studies suggested a 50% increase in child leukaemia in areas close to the towers."
SANS COMMANTAIRE.
 

Gilles Dixsaut, AFSSE.
14-40 Maintenant en terme de risque de tumeur bénigne du nerf acoustique pour l'oreille interne, on a des résultats contradictoire de deux études en Suède et en Allemagne toujours dans le cadre de l'étude Interphone, avec en Suède peut être pas, au Danemark des résultats négatif. En Suède des résultats qui sembleraient montrer une augmentation du risque chez des personnes qui l'ont utilisée, il y a plus 10 ans de téléphones analogiques correspondant à une norme jamais utilisée en France. Voilà pour terminer l'état des lieux. 15-15 Ce qu'on peut dire, c'est que c'est téléphones pour quelques marques ont émis à des à des niveaux d'exposition en moyenne, grossièrement, à la louche, 100 fois supérieurs aux téléphones qu'agrée l'AFSSE, donc une différence de technologie qui pourrait peut être expliquer les différences de résultats. Donc a vu ensuite publié une vingtaine de résultats de différents pays... associés à des enquêtes récemment, sûrement donc la même chose... On peut dire que la transposition en France des résultats est à infirmer puisque c'est une technologie analogique jamais utilisée en France.

Neurinome de l'acoustique
Dans ce cas il faut que M. Dixsaut m'explique comment j'ai été en mesure de signaler ce problème des neurinomes, dès le 7 mars 2000 au cours d'un débat radio : http://www.multimania.com/filterman/gsm-00-radio-filterman-bernard-veyret.htm
Déjà à l'époque on constatait une augmentation des interventions chirurgicales, ce qui veut dire que cette tumeur n'est pas aussi bénigne qu'on veut nous le faire croire, surtout quand elle prend de l'ampleur. "Le neurinome de l’acoustique est une tumeur bénigne rare dont l’évolution lente dans l’angle ponto-cérébelleux est potentiellement MORTELLE". Au cas où le Dr Dixsaut envisagerait des poursuites en justice suite à cette révélation, MORTELLE, une petite mise en garde, car cette affirmation est émise par la SOCIETE INTERNATIONALE d'OTONEUROLOGIE. Cette tumeur dite bénigne (sic) peut comprimer le nerf acoustique, le nerf facial, le tronc cérébral ce qui peut déboucher sur des séquelles fonctionnelles et des paralysies faciales. De nombreuses tumeurs peuvent être considérées effectivement comme bénignes, à la condition d'être répérées et traitées dès le départ pour être éliminées au plus vite. D'ailleurs le terme RARE d'oit être proscrit, puisque ce type de tumeur a explosé en nombre depuis l'arrivée de la téléphonie mobile. Visiblement l'AFSSE est incapable de nous donner les vraies statistiques sur les neurinomes, avant l'arrivée des GSM, et après l'arrivée des GSM, pourquoi, parce qu'on constate que ce phénomène a quadruplé depuis l'arrivée de la téléphonie mobile.

risques sanitaires des micro-ondes des téléphones portables mobiles, neurinome de l'acoustique, tumeur du cerveau, gliome, méningiome
Les symptômes se traduisent par l'apparition sous la forme au départ d’une petite grosseur dans leur oreille interne, qui peut s’étendre après à l’intérieur du cerveau, une surdité unilatérale avec aggravation lente, perte d'audition sur les aigües. Deux examens sont nécessaires dans ce cas : les potentiels auditifs du tronc cérébral et l’imagerie par résonance magnétique (IRM). Les conséquences, autrefois mortelles, peuvent être évitées en pensant assez tôt à cette éventualité devant une surdité unilatérale de perception, avec ou sans vertige ou déséquilibre.
Lors des conférences, il est d'ailleurs intéressant de constater que les experts de l'AFSSE ne donnent jamais la moindre statistique sur la forte progression de certaines pathologies.

Gilles Dixsaut, AFSSE.
16-05 Pour ce qui est des autres symptômes, notamment, fatigue maux de tête, sensation chaleur, lors d' utilisation des mobiles, les résultats sont plutôt partagés. Ce qu'on peut dire c'est que les résultats sur le long terme ne montrent pas en tout cas, entre les symptômes potentiels avec les rayonnements du téléphone. Pour ce qui est de la barrière hémato-encéphalique, c'est à dire le passage de molécules entre le sang et le cerveau, les effets ne sont pas établis, car dans d'autres réplications n'ont pas établit l'existence de cet effet. Euh en particulier les réplications xxxxx ont été négatives. Donc des résultats non concluants et non concordants, on peut dire que sur une quarantaine d'études portant sur le sujet, on a qu'une dizaine actuellement positives.

- 1975, la perméabilité de la barrière hémato-encéphalique est mise en évidence lors des études d'Allen H. Frey sur le rat.
- A.H. Frey&coll.Neural function and behavior: defining the relationship.Ann.N.Y.Acad Sci.1975.247: 433-439
- C. Neubauer & coll. Microwave irradiation of rats at 2.45 GHz activates pinocytotic-like uptake of tracer by capillary endothelial cells of cerebral cortex. Bioelectromagnetics. 1990.11: 261-268.
L'exposition des souris à des hyperfréquences augmente la nocivité des virus de l'encéphalite, et facilite le passage de virus et toxines vers le cerveau.
- D.G. Lange & Coll Japanese encephalitis virus (JEV): potentation of lethability in mice by microwave radiation. Bioelctromagnetics. 1991.12: 335-348
Sans commentaire.

Si la majorité sont négatives, c'est parce que les études n'ont pas été répliquées, parce que les télécoms connaissaient les précédents résultats, et pour celles qui ont été refaites on utilise une autre tactique pour affirmer qu'elles sont réplicables, qui consiste à réduire la durée de l'expérimentation, ou encore à abaisser la puissance. Encore plus intéressant, l'AFSSE ne remet jamais en cause les résultats où on ne trouve rien, comme pour cette quarantaine d'études, mais elle remet par contre en cause les résultats des 10 études ou ont trouve des effets nocifs. Une note datée de mars 2001 de la  Direction générale de la recherche du Parlement européen dénonçait les efforts des opérateurs visant à persuader les chercheurs de "carrément modifier leurs résultats pour les rendre en harmonie avec le marché". Le Dr Carlo du WTR avait dénoncé la même méthode utilisée par le lobby des télécoms contre la FDA.

J'ignore si c'est le même rapport du STOA de 2001 que je possède, mais il était aussi notifié :
 
"L’environnement dans lequel vivent ces personnes est pollué en permanence sans possibilité d’éviter les émissions. Cet état de fait est vraiment inacceptable et soulève de nombreuses questions d’éthique et va indubitablement à l’encontre du Code de Nuremberg, ce sont ces personnes qui vont finalement révéler à quel point une exposition chronique à de tels champs est nocive."

Gilles Dixsaut, AFSSE.
17-10 En ce qui concerne les effets biologiques et physiologiques on peut dire qu'on observe des effets modérés qui peuvent être considérés comme non nocifs dans l'état actuel des connaissances. Je vais prendre un exemple seulement un... l'exposition aux rayonnement d'un téléphone mobile modifie l'électroencéphalogramme d'un individu. Quelle portée est-ce que cela peut avoir, il faut penser par exemple que le fait d'ouvrir les yeux, de fermer les yeux modifie beaucoup plus encore l'électroencéphalogramme. Bon ce sont des constats sur des études physiologiques sur lesquelles ont ne peut tirer aucune conclusion en terme d'effets pathologiques.

Sauf que pour modifier la physiologie, et donc le comportement d'un individu, cela veut dire aussi qu'on modifie la chimie du sang, se référer à l'affaire du signal de Moscou, où les systèmes d'écoute russes ont été découverts à la suite de la modification de la formule sanguine du sang chez le personnel diplomatique de l'ambassade américaine à Moscou. Alors avant tous ces experts officiels de l'AFSSE nous expliquaient, que le GSM n'avait aucun effet sur le spectre cérébral, argument que j'ai repris lors de mes conférences en le tournant à la dérision, en demandant dans ce cas à quoi servait les électroencéphalogramme (EEG), puisque le cerveau est une centrale électrique et de traitement des données comme je le rappellerai d'ailleurs vers 2002 à M. Dixsaut au cours d'une conversation téléphonique la veille d'une émission de radio, dans laquelle il m'avait déclaré que de toute façon je n'y connaissait rien sur les ondes cérébrales. Mon apppel concernait initialement les risques pour les stimulateurs cardiaques mais on avait débordé sur le sujet du cérébral. Je lui avais donc fait à l'époque l'inventaire des divers types d'onde pendant 45 minutes ce qui l'avait réduit au silence, et aussi un petit cours sur la manipulation mentale par des CEM étudiée et utilisée par le KGB dans les pays de l'est. C'était d'autant plus facile pour moi que je dispose des documents déclassifés des services secrets américains. Depuis que l'argument de l'EEG a été repris par les experts réellement indépendants, le lobby des télécoms a modifié sa stratégie et reconnaît cette influence, mais ce qu'il ne dit pas en revanche, c'est que même en veille un téléphone portable GSM, placé sur une table de nuit aura ausi un effet sur le biologique et votre sommeil. Je n'aborderai pas le problème de l'antenne relais, puisque de toute façon le canal BCCH fonctionne en permanence, et donc pour les habitants situés sous un relais, le cycle de la mélatonine sera aussi perturbé.

Gilles Dixsaut, AFSSE.
18-30 Pour ce qui est des enfants, existe-il une fragilité particulière des enfants, les conclusions qui avaient été réquises telles les conclusions du congrès de l'OMS, c'est que les données disponibles actuellement ne permettent pas de conclure à une sensibilité particulière des enfants. Tout ce que l'on a actuellement comme données...

L'OMS n'a aucune crédibilité comme je l'avais déclaré au sénat en 2004 enn raison de son partenariat avec l'OTAN. L'OMS n'est donc pas indépendante dans ses décisions. Si elle mettait en cause de lobby des télécoms, ses budgets seraient immédiatement coupés comme le savent tous les experts. L'OMS en a subi l'expérience, lorsqu'elle a mis en cause les dangers du tabac, et il en a été aussi de même pour l'EPA (agence de l'environnement américaine), qui s'était fait couper ses crédits par le gouvernement américain, à l'époque où elle a classé les champs électriques dans la catégorie carcinogène. Tout le monde est au courant de ces pressions financières et autres, quand il ne faut pas signaler en plsu des menaces contre les chercheurs.
 

Gilles Dixsaut, AFSSE.
24 pour ce qui est des jeunes enfants, quand je dis jeunes enfants, c'est euh 5,6 , il ne convient pas de multiplier l'utilisation des téléphones mobiles chez les jeunes enfants dont la demande est forcément complémentaire et il y a d'ailleurs d'autres aspects, il y a sans doute l'aspect exposition au téléphone, mais il y a un autre aspect qui est simplement le problème qui a été évoqué par les psychiatres qui est le problème de la dépendance de l'enfant à son téléphone, c'est à dire que la présence un peu trop permanente d'un téléphone qui peut être un lien avec les parents, empêche l'enfant de s'épanouir normalement. Il reste en quelque sorte encadré dans son système familiale même lorsqu'il est à l'école et pas dans sa famille...

Gilles Dixsaut, AFSSE.
30-45 ... par contre vous allez trouver des quantités d'émetteurs divers et variés, dans les ondes notamment FM et  télévision... émetteurs privés... Il convient aussi de reconnaître que le niveau moyen d'exposition de la population et leur exposition à la puissance globale aujourd'hui, que il y a 30 ans...

Déjà pour commencer il y a 30 ans, la téléphonie mobile GSM n'existait pas en dehors du système ANALOGIQUE  Radiocom 2000, ce qui revient à dire que le spectre électromagnétique était moins polluer qu'aujourd'hui, et affirmer le contraire, c'est adopter un discours des régimes soviétiques.

Gilles Dixsaut, AFSSE.
Donc on a jamais eu de mesure, les premières mesures qui ont été faites en France datent de 2001. Donc avant il y a eu des mesures faites comme ça à la louche, maix aucune mesure conforme à une méthodologie de mesure normée, et visiblement selon la méthodologie des produits civiles et les extrapolations qu'on en fait, puisque parfois...

Là M. Dixsaut se fout carrément de notre gueule, et là il ne faut quand même pas déconner, parce que ceux qui faisaient des mesures de spectre en cas d'interférences électromagnétiques surtout sur les ondes télé, c'était TDF et les services du Ministère de l'intérieur qui étaient aussi équipés avec :
    - des mesureurs de champs,
    - des analyseurs de spectre,
    - des récepteurs d'écoute, d'observation et de recherche rapide,
    - des récepteurs de surveillance du spectre et de la durée d'occupation d'un canal,
    - des récepteurs goniométriques.
    - sans parler des antennes dont le diagramme est parfaitement connus et ainsi que le gain/antenne/fréquence.
 M. Dixsaut ne sait donc pas de quoi il parle, et il est pourtant expert. Quand on fait des mesures, que ce soit avec un analyseur de spectre ou mesureur de champ, elles sont faites selon les normes CISPR ou MIL STD pour les militaires qui elles existent, avec en plus des antennes dont les cractéristiques sont parfaitement définies et notifiées dans les documents techniques par rapport au gain ou même au diagramme de l'antenne et cela pour chaque fréquence, ce que semble oublier M. Dixsaut. Contrairement à ses affirmations, il y a toujours eu des mesures de faites selon des normes, ce qui n'est plus le cas actuellement même avec des organismes qui sont pourtant agréés, et qui sont acrédités pour faire des mesures sur les relais GSM. Une loi bidon de 2004 élimine en effet tous mesureurs indépendants qui viendraient contredire les résultats officiels. Quand on vient nous dire que du jour au lendemain on peut se mettre à son compte, c'est totalment faux, car les permis de travailler se sont multipliés pour différentes professions, c'est comme les permis de chasse. Déjà commencez par demander à ces organismes de mesure agréés, un calibrage du câble entre l'appareil de mesure et l'antenne, rien que pour vérifier les pertes à ce niveau, ils ne le feront jamais devant vous. Quand on entend dire dans un tribunal par les avocats de SFR et d'Orange France Télécom, que les niveaux relevés sont de 0 c'est totalement ridicule, il y a un sérieux malaise. J'aimerais qu'on m'explique dans ce cas comment fait un GSM pour fontionnner avec des niveaux de 0, c'est absolument impossible, et cela me fait bien rigoler. Les relevés de ces organismes dans un cas pareil ne sont absolument pas valables.

Il est parfaitement possible pour un organisme de contrôle de fausser un relevé de mesure sans que les personnes présentes et même un huissier ne s'en rendent compte. Dans les appareils de mesure, un manipulateur d'un organisme agréé peut rentrer sans aucun problème dans les sous-menus d'exploitation technique d'un appareil de mesure pour taper des facteurs d'atténuation automatique de 0 à 20 dB s'il le souhaite, pour des fréquences bien précises ou pour tout un spectre de fréquence, afin de fausser un relevé de mesure. Alors qu'un connards viennent me faire un procès pour diffamation, et moi je vais expliquer aux magistrats les menus techniques disponibles dans certains de ces appareils. Les membres de la magistrature et avocats, ignorent par exemple qu'il existe une durée d'utilisation maximum pour un GSM lors d'une communication, qui est tout simplement liée à la norme thermique dont la durée ou la formule de calcul a été défini par l'ICNIRP. Une durée au delà de cette limite légale, présente un danger pour le cerveau, ce que ne peut ignorer M. Dixsaut, ainsi que ses autres collègues experts. Il faudrait que quelques avocats et députés se crament les neurones du cerveau, pour que des procès publics et virulents éclatent. Que nous enseigne les conférences des membres de l'AFSSE, que nous devons accorder le même niveau de confiance à leurs experts qu'aux hommes politiques.


3°) 16H00-16H30 René MALABIAU DGA/CTSN.
Application de la réglementation RNI au sein du MINDEF.
Conférence très intéressante, et qui temporise bien heureusement les propos trop rassurants de Gilles Dixsaut de l'AFSSE. Cet exposé va même jusqu'à contredire certains points du lobby des télécoms. C'est ainsi qu'on apprend que désormais des personnels exposés à tous les types de CEM, ont en quelque sorte un carnet d'exposition à ces ondes qui sont prétendues inoffensives, par des experts civils. J'aimerais bien savoir si les installateurs d'antennes font l'objet d'une telle surveillance médicale, je ne le pense pas. La DGA est obligé de prendre deux risques en comptes, les interférences entre les systèmes électroniques, et les danger des ondes notamment radar pour le personnel. C'est bien Bernard Veyret CNRS qui a confirmé au cours d'un débat radio en 2000, qu'il pouvait y avoir un risque pour le personnel exposé à des ondes radar en 2000. Pour finir, j'aimerais connaître recommandations qui sont faites aux installateurs d'antennes en dehors des chutes d'un toit, car question sécurité à l'exposition aux micro-ondes, visiblement beaucoup de techniciens manquent d'informations, et ignorent tout des menaces réelles des antennes qu'ils "fréquentent."


4°) Conclusion du l'intervention de l'AFSSE au CNIT au salon RFHYPER.
Mon opinion sur ce que j'ai entendu sur la position de l'AFSSE, c'est que cette agence est nuible à la sécurité sanitaire de la population, et qu'elle sera à l'origine d'un génocide à long terme, pour cause d'explosion de cancers, leucémies et autres. Il sagit d'une conférence de désinformation de plus, sans aucune possibilité de contradiction réelle. Non seulement l'AFSSE met en danger la vie de la population, mais elle met aussi en danger la vie des professionnels, installateurs d'antennes et ingénieurs en électronique, de l'élite industriel en général, et même des hommes politiques par sa désinformation systématique. L'AFSSE a toujours eu une position partiale comme le démontre ses rapports, en critiquant et discréditant systématiquement toutes les études où on trouve des effets sur la santé, et en ne trouvant rien à redire sur les études qui affirment ne trouver aucun effet sur la santé, alors que pour une agence qui prétend justement sauvegarder la santé de la population, c'est justement l'inverse qui devrait se passer. C'est la preuve que cette agence de sécurité sanitaire ou ses membres, ne sont donc absolument pas indépendants, et qu'ils sont liés d'une façon ou d'une autre au lobby des télécoms.


5°) Effets thermiques et fours à micro-ondes sur les fréquences des GSM.
Maintenant nous allons un petit peu rigoler et je vais démolir les affirmations de l'AFSSE. Je rigole toujours quand j'entends des experts de l'AFSSE venir nous dire très sérieusement que le GSM ne peut pas provoquer d'échauffement, parce que c'est le pack batterie qui chauffe, et le manque de circulation d'air entre le portable et le visage, ce qui est partiellement vrai. Ce qui est surprenant, c'est que j'avais donné cette précision début 2005 lors d'une communication privée à une de mes correspondantes. J'ai entendu cette information lors d'un colloque à l'assemblée nationale le 8 décembre, donnée par René de Sèze, alors que personne n'en n'a jamais parlé avant. Ce qui est encore plus marrant, c'est que la même chose a été dite le lendemain sur France 2 dans l'émission de Sophie Davant, par Martine Hours, qui appartient elle aussi à l'AFSSE. Lors de la conférence du 22 mars, pourtant destinée à des professionnels de l'électronique, nous avons là aussi entendu M. Gilles Dixsaut, déclarer qu'il n'y avait pas d'effets sur notre cerveau avec un portable GSM, ce qui est totalement faux, surtout quand une communication est un peu longue. Il y a pourtant eu des études sur cet aspect, qui révélait une augmentation de 1° après 20 minutes de communication, ce qu'oublie encore l'AFSSE, ou va même jusqu'à nier les faits.

Ce qui est grave c'est que M. Gilles DIXSAUT, est Docteur en Médecine, biologiste, et diplômé d'études et de recherches en biologie humaine. Il a été assistant de faculté-assistant des hôpitaux de Paris, et médecin biologiste. Plus grave, il est aussi Médecin inspecteur général de la santé publique. Il est en charge des secteurs sur la recherche et les technologies médicales, et des relations santé-environnement à la Direction générale de la santé. Il est chargé de  l'évaluation scientifique des risques liés aux rayonnements non ionisants et aux agents physiques à l'Agence Française de Sécurité Sanitaire Environnementale, AFSSE. Il est aussi président de la commission santé-biométéorologie du Conseil Supérieur de la Météorologie. Certains pourraient d'ailleurs se demander où est le rapport entre biologie et météo d'ailleurs. Il existe effectivement un lien puisque virologie, grippe et hivers vont de paire.

Que M. Dixsaut qui paraît-il est pourtant médecin, méconnaisse à ce point les recherches et les études de l'un de ses anciens confères, un des plus illustres, Jacque Arcène d'Arsonval, laisse totalement songeur, et nous donne une référence sur l'état de dégradation de notre médecine française d'aujourd'hui. Le Dr d'Arsonval avait en effet mis en évidence dès 1890 les effets thermiques des champs électromagnétiques sur le biologique.
ARSONVAL - 1880. Recherches sur la chaleur animale. Physiologie Expérimentale. Travaux du laboratoire de M. Marey 4: 387-406
ARSONVALISATION - Effets thermiques des courants de haute fréquence sur l'organisme; par MM. A. Zimmern et S. Turchini
ARSONVALISATION - Conservation de la pression artérielle de l'homme après l'application des courants de haute fréquence sous forme d'autoconduction; par MM. J. Bergonié, André Broca et G. Ferrié

Pour enfoncer le clou contre les experts de l'AFSSE, voici des magnétrons de fours à micro-ondes industriels.
 
Les magnétrons émettent des micro-ondes à une fréquence de 9.000.000.000 cycles par seconde pour les fours industriels, ou 
2.450.000 000 cycles par seconde pour les fours domestiques, générant le mécanisme d'orientation électromagnétique qui fait vibrer et changer de sens les molécules d'eau (H2O) des aliments exposés, 
ce qui provoque leur réchauffement.
Nous avons du coté des deux atomes d'hydrogène une charge positive et du côté de l'atome d'oxygène plusieurs charges négatives. Toutes ces molécules dans un aliment sont orientées dans n'importe quelle direction, mais elles vont s'orienter dans la même direction que le champ d'origine électrique qui lui va aussi changer de sens x fois par seconde selon la 
fréquence du mégnétron. C'est cette agitation qui produit l'échauffement. 
Selon la norme C73.601, les fuites ne doivent pas dépasser 5 mW/cm² à 5 cm de la porte, et elle a évolué vers la norme NF EN 60335-2-25 du 08/1993. Des constructeurs ont décidé d'augmenter cette valeur en passant à 0,15 mW/cm² à la sortie d'usine. En effet, lors d'une utilisation intensive dans un restaurant par exemple, dans le courant de la première année de garantie, le jeux de la porte, l'usure du joint, risquait d'autoriser des fuites importantes pouvant dépasser de ce fait la valeur de la norme.

Santé Canada a fixé cette norme à un taux de fuite autour de 0,2 mW/cm2, inférieur à la limite établie par la norme nationale de sécurité, le Code de sécurité 6, Limites d'exposition à des champs de radiofréquences de la gamme de 10 kHz-300 GHz (1994, 62 pages, pub. 91-DHM-160 de Santé Canada). En France la limite est fixée à 1 mW/cm².
- travailleurs exposés à des radiofréquences : 5 mW/cm2 (50 W/m2)
[moyenne spatiale et moyenne sur 0,1 heure (6 min)];
- personnes, grand public exposé à des radiofréquences ( : 1 mW/cm2 (10 W/m2)
[moyenne spatiale et moyenne sur 0,1 heure (6 min)].
La Partie III (Fours à micro-ondes) du Règlement sur les dispositifs émettant des radiations (C.R.C., C. 1370) spécifie les limites suivantes pour le rayonnement de fuite à 5 cm de la surface du four à micro-ondes :
    * 1,0 mW/cm2 avec une charge d'essai (norme IRPA);
    * 5,0 mW/cm2 sans charge d'essai;
    * 0,5 mR (milliröntgen) par heure lorsque la moyenne est établie sur une surface de 10 cm²,
       pour ce qui est de l'exposition aux rayons X.

Le magnétron de droite fonctionne sur les fréquences de 896 et 915 MHz avec une bande variable de plus +/-10MHz.
Que des experts de l'AFSSE, médecins de surcroît se permettent d'affirmer qu'il n'y a pas d'élévation de température avec un GSM ou un relais UMTS, frise le ridicule. Si le ridicule tuait, il n'y aurait d'ailleurs plus aucun experts valides à l'AFSSE, ni même à la DGS. Cette affirmation doit être démentie avec virulence, d'autant que des tests l'ont démontré, et je ne parle pas de l'UMTS en 2100 MHz, dont la fréquence se rapproche quant à elle de celle des fours à micro-ondes en 2450 MHz. Mme Martine Hours lors de son exposé au Colloque santé environnement à l'Assemblée Nationale, présidé par Mme la Député KOSCIUSKO-MORIZET, déclarait qu'on ne connaissait pas les mécanismes des effets des micro-ondes. Ce sur quoi un peu surpris je lui posais une question, en lui disant que je ne comprenais pas son affirmation puisque dès 1975, trois mécanismes étaient identifiés par un médecin général de l'armée belge :
    - 1) mécanisme de saturation diélectrique,
    - 2) mécanisme sensori-moteur,
    - 3) mécanisme d'orientation électromagnétique.
 Le dernier mécanisme cité est pourtant le plus utilisé tous les jours par des millions de français, avec le four à micro-ondes, pour réchauffer la nourriture. Mme Martine Hours semble l'ignorer et me déclarera qu'elle était incompétente pour me répondre car elle n'est qu'épidémiologiste. Pourtant cela ne dérange pas tous ces experts officiels de critiquer les recherches des autres scientifiques qui ont démontré les risques nocifs des GSM, et même les liens avec les cancers, ce que le personnel de l'AFSSE choisi délibérément d'ignorer.
Étant au premier rang lors de cette conférence RF-HYPER, je faisais remarquer à M. Wiart et Dixsaut, que si ces fours en 900 MHz fonctionnaient effectivement en forte puissance, les aliments mettaient une très courte période pour traverser ces fours, alors que si les personnes qui habitent sous des antennes relais sont bien exposées à de faibles puissances, c'est en revanche pour de très très longues périodes. Il est donc difficile de croire qu'il n'y a aucun effet sur la santé des personnes qui habitent en face ou en-dessous de ces antennes relais de téléphonie mobile GSM. Je rajouterai pour information qu'il existe un prototype d'arme micro-ondes de 1998 dont j'ai bien évidemment les photos qui fonctionne elle sur 1300 MHz, il faut le savoir. Quand M. Dixsaut nous a évoqué les radars de poursuite, je lui ai signalé qu'en 1984 en Russie un dépôt de munition avait sauté suite à une illumination justement par un radar de poursuite. Venir affirmer ensuite que les micro-ondes n'ont aucun effet sur la santé, n'est pas fait pour donner une très bonne opinion de l'AFSSE et du lobby des télécoms et de ses défenseurs, surtout chez les personnes qui ont accès à diverses recherches et conférences sur les risques réels des champs électromagnétiques. Je ferai plus confiance à un biophysicien suédois comme le Dr Mild, qu'à nos docteurs français qui se distinguent par leur incompétence et leurs mensonges à répétition.


6°) Emission de Mac Lesggy EM6 du 19/032006-20h00, et expérimentations.
Dimanche 19 mars, l'émission de Mac Lesggy EM6 m'a fait beaucoup rire, car on y diffusait un reportage très intéressant sur le four à micro-ondes, dans lequel on faisait exploser un oeuf. Ce reportage m'a donné une idée de comparaison entre un oeuf et une tête humaine.

Extrait du reportage EM6 de Mac Lesggy sur M6.
"L'élément clé du système est un petit boîtier appelé magnétron, c'est lui qui génère les micro-ondes, les ondes hyperfréquences comparables aux ondes radar. Emprisonnées dans la cavité d'un four, ces ondes ont la particularité de faire vibrer très violemment les molécules d'eau contenues dans les aliments. C'est ce frottement intense des molécules d'eau qui produit de la chaleur. Par conduction cette chaleur va ensuite cuire le coeur de l'aliment. Mais comme le montre ces ampoules halogènes qui s'éclairent au contact d'un champ électrique, les micro-ondes ne frappent pas de façon uniforme, c'est pourquoi pour mieux répartir le bombardement des ondes, on a créé le plateau tournant."

On peut faire cuire les aliments, mais on précise aussi les légumes, or quand on cuit des légumes frais avec ce mode de cuisson, des radicaux libres qui sont eux cancérigène apparaissent. Mais il est vrai qu'il y a là aussi pratiquement pas d'études sur ces faits, et les deux chercheurs qui ont travaillé sur ce sujet ont eux aussi fait l'objet de pressions des industriels, menaces et censure, ce qui vaudra d'ailleurs au gouvernement suisse une condamnation par la cour européenne pour la violation de l'article 10, pour avoir tenté d'empêcher ces chercheurs de communiquer leurs résultats. On fera même courrir le bruit qu'il faisait parti d'une secte, ce que m'affirmera un journaliste, information fausse bien évidemment.

Extrait du reportage EM6 de Mac Lesggy sur M6.
"Mais surtout oubliez les oeufs, la température sur les coquille provoque une explosion en quelques secondes.

Mal utilisé voilà ce que cela donne, trauma oculaire pénétrant, par explosion d'un oeuf cuit dans un four à micro-ondes, car en effet la cuisson aux micro-ondes entraîne une pression positive, notamment dans tous les aliments qui sont protégés par une membrane, comme les petits-pois. Les oeufs avec une coquille intacte ou fêlée, et même les jaunes d'oeuf percés peuvent exploser après chauffage dans ce type de four, ce qui peut se traduire par de graves brûlures, au niveau des paupières, du visage, de la cornée avec des risques de perforations. C'est ce qui est arrivé à une fillette de 9 ans le 30 avril 2004. Elle réchauffe un oeuf  pendant 40 secondes dans le four, le sort, et le met dans un bol. Il lui explose dans la figure 30 secondes plus tard. Résultat, perte de vision, perforation de part en part de la cornée, rupture de la capsule antérieure du cristallin, sur l'oeil droit. Il faudra une première réparation de la cornée, avec 3 mois plus tard, l'aspiration du cristallin atteint d'une cataracte, et pour finir il faudra poser un implant. Elle a eu beaucoup de chance, sa vision reviendra à 6/6, et le segment postérieur de l'oeil reviendra presque à la normale. Les notices ont été modifiés, et il est même recommandé de perforer un oeuf qui a déjà été cuit, un oeuf dur par exemple, car celui-ci peut quand même exploser.

Extrait du reportage EM6 de Mac Lesggy sur M6.
Lorsque vous faites chauffer un liquide au four à micro-ondes, penser à introduire une tige ou une petite cuillère dans le récipient. Ce corps étranger va favoriser la remontée de vapeur. Sans cette précaution, voici ce qui  risque d'arriver, un débordement de bulles, quand on rajoute un peu de sucre ou de chocolat dans un liquide brûlant. Bien utilisé, un four à micro-ondes ne présente donc aucun danger. Encore faut-il qu'il soit en bon état. L'étanchéité de la porte est primordiale pour éviter la fuite des ondes."
"Les fuites sont de l'ordre de 1 mW/cm², en fait un homme peut supporter jusqu'à 24 heures jusqu'à 100 mW, sans avoir de détérioration, le seul risque s'il y avait vraiment un gros défaut sur un four, c'est un aspect thermique, c'est à dire on peut avoir des échauffements limités" aux parties du corps exposé.

Sauf que là aussi en réalité en cas d'exposition à des fuites journalières, cela peut se traduire par des ruptures d'ADN, et donc modification de la retanscription de l'ARN, et donc cancer. Mais ça les industriels ne vont pas vous le dire, comme pour le lobby du GSM et l'AFSSE, qui ignorent systématiquement toutes les études sur les micro-noyaux, qui permettent pourtant de mettre en évidence le lien entre cancer et téléphonie mobile. Quand une expérimentation démontre un risque de cancer, l'AFSSE utilise une technique de manipulation de l'information en déclarant, oui mais cette expérience n'a pas été répliquée, ou comme elle est faite ailleurs, il est inutile de la refaire. Sauf que le lobby des télécoms ne va pas financer et répliquer une expérience qui sera en sa défaveur, et prouvera la nocivité des antennes relais et téléphone portables GSM, DCS, et UMTS. Cela permet ensuite à l'AFSSE de déclarer que dans 40 études on ne trouve rien et il n'y a que dans 10 études que l'on trouve quelque chose, mais la méthodologie de ces dernières est à mettre en doute.

Si je compare mon oeuf de l'expérience à une tête qui contient bon nombre d'organes, les uns et les autres pouvant être protégés eux aussi par des couches successives et membranes complémentaires, alors dans ce cas, on se demande pourquoi un téléphone portable GSM utilisé de façon abusive ne provoquerait pas des accidents cardio-cérébraux. Nous en avons actuellement selon les derniers chiffres 150.000 par an, dont le plus célèbre concerne le chef de l'état en 2005, qui lui-même utilisait parfois un téléphone Iridium. Selon les cas, l'issu peut être fatale en cas de caillot, comme le déclarait une neurologue au Salon Forme et santé de 2005. Si je parts du principe de l'oeuf, les organes et notamment les vaisseaux capillaires qui se composent eux aussi d'une membrane, peuvent donc eux aussi exploser, en raison d'un déséquilibre thermique non compensé par la thermorégulation du corps humain, mais aussi par le biais d'un deuxième principe qui repose lui, sur la modification de la pression artérielle. Voici un beau four micro-ondes que j'utilise non pas pour cuire mes aliments, mais pour tester la résistance et le blindage de certains de mes circuits électroniques, et un bel oeuf qui s'apprête a exploser dans la minute qui suit.

Après une minute et quatre secondes dans un four micro-ondes, voilà le résultat.

GSM et accident cardio-cérébraux, anévrisme, thrombose, hypertension.
C'est là où la comparaison de l'oeuf avec la tête humaine devient intéressante. En comparant l'oeuf du four à une tête exposée à un téléphone portable, celle-ci ne va exploser d'une façon aussi spectaculaire. Pour que cela arrive, il faudrait pour obtenir un effet mortel, être dans le lobe de rayonnement direct d'une arme micro-ondes de plusieurs centaines de kilowatts. Les experts de l'AFSSE prétendent que les micro-ondes d'un GSM n'ont aucun effet sur la tête. Sur la tête peut être, je ne vais pas la faire exploser, en revanche nos amis experts font quoi des effets thermiques et autres des micro-ondes sur les vaisseaux capillaires ? On comprend mieux avec cet exemple l'origine des ruptures d'anévrisme, thrombose, et autre problème au niveau du cervelet. La dilatation localisée d’une artère est aussi appelée anévrisme, qui est de plusieurs type, cylindrique, fusiforme et sacciforme. Il est devenu désormais fréquent au niveau du cerveau, et ont le trouvait avant au niveau de l’aorte, du creux du genou. Il apparaît suite à un choc, à une blessure artérielle, ou une modification violente de pression artérielle suite à une forte émotion, qui va générer une mini-hémorragie localisée. Un anévrisme peut être à l'origine d'une embolies dès que des caillots ou thromboses qui se sont formés sur la paroi du vaisseau vont se détacher pour voyager dans le flux sanguin. S'ils obstruent une capillaire au niveau du cerveau, cela peut se traduire par un accident fatale. La logique voudrait donc qu'un médecin interdise formellement à ses patients atteint d'anévrismes d'utiliser un téléphone portable dont le champ électromagnétique va modifier la pression artérielle, mais visiblement aucune consigne n'a été donné dans ce sens par le ministère de la santé et l'AFSSE, que les familles des victimes pourraient d'ailleurs attaquer en justice.
risques sanitaires des micro-ondes des téléphones portables mobiles, neurinome de l'acoustique, tumeur du cerveau, gliome, méningiome, trombose
1) On sait qu'une CEM se compose d'un champ électrique et d'un champ magnétique qui est perpendiculaire au premier.
2) On sait qu'une CEM modifie la tension artérielle.
3) On sait qu'une CEM peut provoquer une dilatation des vaisseaux ou tissus.
4) On sait qu'une CEM produit aussi un effet thermique sur les liquides ou tissus.
5) On sait par contre moins que des CEM multiples peuvent provoquer des DDP, différences de potentielle pour cause de pollution électromagnétique, sur chaque organe du corps, en fonction des multiples sources de rayonnement artificielles présents, si on rajoute CM, le champ magnétique terrestre, la modification du flux sanguin sera encore plus élevée. J'ai constaté que lors des expérimentations de laboratoire, très peu de chercheur tiennent compte de facteurs précis, et beaucoup d'ailleurs les ignorent, en dehors de quelques vrais spécialistes, qui existaient dans les années 70 et 80, mais les générations d'aujourd'hui n'étudient plus certaines lois qui sont pourtant à la base de la physique.

On peut d'ailleurs refaire la même expérience avec un oeuf dur dont on a enlevé la coquille. Le résultat sera le même.

Le résultat est le même, il a même mis deux fois moins de temps pour exploser, soit seulement 31 secondes, au lieu de 64 secondes la première fois. Un oeuf contient de l'eau comme le corps humain qui en contient lui jusqu'à hauteur de 80 %. Pourquoi une capillaire surchauffer ne pourrait pas "exploser" comme un oeuf, soit pour cause d'élévation de température en raison d'une communication trop longue, soit pour cause de modification de la tension artérielle. Il y a pourtant là aussi une étude qui signale une détérioration de la dure-mère des cerveaux des rats, lors d'expositions à des micro-ondes GSM, d'ailleurs l'étude COMOBIO, met en évidence :
http://membres.lycos.fr/filterman/gsm-23-etude-comobio-risque-telephone-mobile.htm
"Par ailleurs, il faut noter que la perméabilisation des vaisseaux de la dure-mère (méninge externe), dépourvus de barrière, n'a encore fait l'objet d'aucune étude bien que ces vaisseaux soient soumis à des champs plus intenses que le cortex sous-jacent. Pourtant, on sait que leur perméabilisation et l'extravasation de protéines plasmatiques (EPP) qui en résulte sont impliqués au premier chef dans la genèse des crises de migraines, qui constituent l'un des symptômes cités par les utilisateurs de téléphones mobiles."

Dès 1975, la perméabilité de la barrière hémato-encéphalique a été mise en évidence lors des études de Allen H. Frey sur le rat aux fréquences de:
     1200 MHz avec des densités de puissance aussi faible que 2 mW/cm².
     2450 MHz avec des densités de puissance 10 mW/cm² soit un DAS de 2 W/kg.
Nos experts officiels ne font que redécouvrir ce nous savons en réalité depuis 25 ans. N'est-ce pas là un scandale, refaire et payer des études pour des choses connues. C'est tout simplement une méthode qui permet de retarder la condamnation du lobby des télécoms.

- A.H. Frey&coll.Neural function and behavior: defining the relationship.Ann.N.Y.Acad Sci.1975.247: 433-439
- A.H. Frey&coll.Neural function and behavior: defining the relationship.Ann.N.Y.Acad Sci.1975.247: 433-439
- C. Neubauer & coll. Microwave irradiation of rats at 2.45 GHz activates pinocytotic-like uptake of tracer by capillary endothelial cells of cerebral cortex. Bioelectromagnetics. 1990.11: 261-268.
L'exposition des souris à des hyperfréquences augmente la nocivité des virus de l'encéphalite, et facilite le passage de virus et toxines vers le cerveau.
- D.G. Lange & Coll Japanese encephalitis virus (JEV): potentation of lethability in mice by microwave radiation. Bioelctromagnetics. 1991.12: 335-348

On sait là aussi dans ce dernier cas, qu'un champ électromagnétique peut modifier le débit dans une simple perfusion, tout simplement en raison des lois de la physique qui datent d'un bon siècle, dont l'une est mise à profit dans les laboratoires militaires pour fabriquer des nouveaux types d'armes, ou même de nouveaux moyens de propulsion. Evidemment un médecin n'est pas physicien. L'un ou l'autre ou les deux effets simultanés peuvent très bien générer une thrombose ou une rupture d'anévrisme.  Alors comment peut on faire avaler à la population que le GSM ne présente aucun danger pour la santé des enfants, comme tente de le faire croire l'AFSSE et les télécoms. En faisant tout simplement de la désinformation et manipulation de masse via les publicités télévisées pour fabriquer des enfants rois, à qui on ne peut rien refuser, et en dénigrant le rôle et l'autorité parentale et notamment du père. Au final les techniques de manipulation dans les pub de France Télécom ressemblent de plus en plus aux techniques utilisées par les spécialistes militaires américains. C'est un peu comme cette publicité dite contre le tabac qui faisait passer un étudiant non fumeur pour un débile. Finalement on constate que le lobby des télécoms et l'AFSSE ont déclaré la guerre à l'autorité parental, et à ceux qui dénoncent la nocivité et les risques de la téléphonie cellulaire GSM.


CONCLUSION.
La conclusion est évidente, les membres de l'AFSSE se payent notre tête, non seulement ils mettent en danger la vie de la population et des nouvelles générations, mais ils mettent aussi en danger volontairement la vie de l'élite et même de nos hommes politiques qui sont totalement ignorants des risques des CEM. Et il en est de même pour les professionnels de l'électronique, qui sont aussi désinformés comme tous les autres. Le lobby des télécoms est en train de détruire à petit feu la santé de la population et surtout de la future élite qui va sortir des grandes écoles, et dont les neurones seront déjà bien atteints. Même certains députés et sénateurs qui travaillent sur le sujet, et qui sont donc parfaitement conscients des risques, n'informent même pas les ministres et ex-ministre de leur propre camp.

Mais il y a encore plus grave, nous avons appris lors des conférences du 22 mars au salon RF-Hyper au CNIT la Défense, que de nouveaux procédés de radiotélécommunication étaient à l'étude, en vu d'un futur développement.

* Le premier consiste à réaliser des systèmes de communication en 60 GHz, ce qui est de la pure folie, car plus en monte en fréquence, plus les risques sanitaires sont élevés pour le corps humain. Plus on monte en fréquence, plus le faisceau est directif, fin, et surtout très énergétique, et il se propage selon les lois de l'optique, à la façon d'un faisceau laser, sauf que le moyen de production est juste différent. C'est pour cette raison que les nouvelles armes micro-ondes anti-personnelles de l'armée américaine fonctionnent sur des fréquences aussi élevées. Des faisceaux hertziens avec des fréquences supérieures à plusieurs GHz devraient être FORMELLEMENT interdits sur les toits des immeubles et écoles pour éviter la catastrophe de Valladolid en Espagne, ou à moindre niveau de Saint-Cyr l'Ecole ou encore de Ruitz. Pour ce dernier village, tout n'a pas été dit sur l'origine des cancers, mais j'y reviendrai.

* Le deuxième consiste à réaliser des systèmes de communication capable de fonctionner en large bande, sur un très large spectre de plusieurs gigahertz. Je ne sais pas si les gens des télécoms sont très conscients comme les hommes politiques qui prennent pourtant très souvent l'avion, mais personne ne semble réaliser à quel point il va devenir très dangereux de prendre l'AVION. Boeing avait en effet découvert au début des années 2000, que ces systèmes en large bande provoquaient de sérieuses anomalies sur le fonctionnement des systèmes de bord. L'hystérie collective qui règne dans les aéroports américains qui consistent à vous confisquer votre coupe-ongles fait beaucoup rire, alors qu'à côté de cela vous pouvez monter à bord avec un simple téléphone portable qui peut perturber les systèmes de bord, un ordinateur portable ou un PDA avec le Wi-Fi, ce qui prouve qu'une partie de l'élité ne réfléchie pas beaucoup.




 
  Retour au chapitre sur les antennes relais de la téléphonie mobile
  Retour au SOMMAIRE du SITE.
  TRANSLATE - TRADUIRE.
Nom du site   Risques sanitaires des champs électromagnétiques, santé, cancer, leucémie, tumeur
Adresse du site danger risque sanitaire de la pollution électromagnétique santé cancer leucémie tumeur du cerveau
Auteur du site : Marc FILTERMAN
Adresse e-mail : marcfilterman@hotmail.com
© Protected by Copyright - Reproduction interdite.